Les Crises Les Crises
5.octobre.20215.10.2021 // Les Crises

Enlèvement, assassinat et fusillade à Londres : les plans de guerre secrets de la CIA contre WikiLeaks (1/4)

Merci 26
J'envoie

Nous sommes heureux de vous proposer aujourd’hui la traduction d’un article d’investigation très important rédigé par… Yahoo.

Nous en sommes en effet là : la presse d’investigation est dans un tel état que c’est désormais Yahoo qui est obligé de sortir un tel scoop, à savoir que la CIA et le gouvernement américain ont discuté de plans pour assassiner un journaliste qui avait révélé des crimes de ce même gouvernement américain.

Dans le prochain article de cette série, nous verrons que M. Pompéo a confirmé entre les lignes la véracité de cette enquête. Un troisième article confirmera le fond de cet article, mais en pointera certaines limites ou omissions. Enfin, un dernier article vous montrera à quel point ce scoop n’a pas intéressé les grands médias français, qui ont donc de facto censuré ces informations pourtant capitales à l’édification du citoyen…

En 2017, alors que Julian Assange entamait sa cinquième année terré dans l’ambassade d’Équateur à Londres, la CIA a projeté l’enlèvement du fondateur de WikiLeaks, suscitant un débat animé chez les responsables de l’administration Trump sur la légalité et la faisabilité d’une telle opération.

Certains hauts responsables au sein de la CIA et de l’administration Trump ont même évoqué l’assassinat d’Assange, allant jusqu’à demander des « croquis » ou des « options » sur la manière de le tuer. Des discussions sur l’enlèvement ou le meurtre d’Assange ont eu lieu « aux plus hauts niveaux » de l’administration Trump, a déclaré un ancien haut responsable du contre-espionnage. « Il ne semblait y avoir aucune limite ».

Les conversations faisaient partie d’une campagne sans précédent de la CIA dirigée contre WikiLeaks et son fondateur. L’agence prévoyait également un espionnage étendu des associés de WikiLeaks, de semer la discorde entre les membres du groupe et de voler leurs appareils électroniques.

Assange était dans le viseur des agences de renseignement américaines depuis des années, mais ces projets de guerre totale contre lui ont été déclenchés par la publication toujours en cours par WikiLeaks d’outils de piratage extraordinairement sensibles de la CIA, connus sous le nom de « Vault 7 », dont l’agence a finalement conclu qu’ils représentaient « la plus grande perte de données de l’histoire de la CIA ».

Le nouveau directeur de la CIA installé par le président Trump, Mike Pompeo, cherchait à se venger de WikiLeaks et d’Assange qui s’était réfugié à l’ambassade d’Équateur depuis 2012 pour éviter l’extradition vers la Suède pour des allégations de viol qu’il niait. Pompeo et d’autres hauts dirigeants de l’agence « étaient complètement déconnectés de la réalité parce qu’ils étaient très gênés par Vault 7 », a déclaré un ancien responsable de la sécurité nationale de Trump. « Ils voyaient du sang ».

La fureur de la CIA au sujet de WikiLeaks a conduit Pompeo à décrire publiquement le groupe en 2017 comme un « service non étatique de renseignement hostile ». Plus qu’un simple discours provocateur, cette appellation a ouvert la voie à des actions beaucoup plus agressives de la part des agents, en traitant l’organisation comme des services d’espionnage adverses, ont déclaré d’anciens responsables du renseignement à Yahoo News. En l’espace de quelques mois, les espions américains ont surveillé les communications et les déplacements de nombreux employés de WikiLeaks, y compris Assange lui-même sous surveillance audio et visuelle, selon d’anciens responsables.

Cette enquête de Yahoo News, basée sur des conversations avec plus de 30 anciens responsables américains, dont huit ont décrit en détail les propositions de la CIA pour kidnapper Assange, révèle pour la première fois l’un des débats les plus controversés du renseignement de la présidence Trump et dévoile de nouveaux détails sur la guerre du gouvernement américain contre WikiLeaks. Cette campagne orchestrée par Pompeo a permis de contourner d’importantes restrictions juridiques, a potentiellement entravé le travail du ministère de la Justice dans le cadre des poursuites contre Assange et a risqué de provoquer un incident destructeur au Royaume-Uni, l’allié le plus proche des États-Unis.

La CIA s’est refusée à tout commentaire. Pompeo n’a pas répondu aux sollicitations.

« En tant que citoyen américain, je trouve absolument scandaleux que notre gouvernement envisage d’enlever ou d’assassiner quelqu’un sans aucune procédure judiciaire simplement parce qu’il a publié des informations véridiques », a déclaré à Yahoo News Barry Pollack, l’avocat américain d’Assange.

Assange est actuellement détenu dans une prison de Londres, tandis que les tribunaux locaux se prononcent sur la demande américaine d’extradition du fondateur de WikiLeaks, accusé d’avoir tenté d’aider l’ancienne analyste de l’armée américaine Chelsea Manning à s’introduire dans un réseau informatique classifié et d’avoir conspiré pour obtenir et publier des documents classifiés en violation de l’Espionage Act.

« J’espère et je m’attends à ce que les tribunaux britanniques tiennent compte de cette information, ce qui renforcera leur décision de ne pas l’extrader vers les États-Unis », a ajouté M. Pollack.

Rien n’indique que les mesures les plus extrêmes visant Assange aient été approuvées, en partie à cause des objections des avocats de la Maison-Blanche, mais les propositions de l’agence concernant WikiLeaks ont préoccupé certains responsables de l’administration au point qu’ils ont discrètement contacté des fonctionnaires et des membres des commissions du renseignement du Sénat et de la Chambre des représentants pour les avertir de ce que Pompeo suggérait. « Cette escapade a soulevé de sérieuses préoccupations en matière de contrôle du renseignement », a déclaré un responsable de la sécurité nationale de Trump.

Certains responsables du Conseil de sécurité nationale s’inquiétaient du fait que les propositions de la CIA visant à enlever Assange seraient non seulement illégales, mais pourraient également compromettre les poursuites engagées contre le fondateur de WikiLeaks. Craignant que les plans de la CIA ne fassent dérailler une possible affaire criminelle, le département de la Justice a précipité la rédaction des accusations contre Assange afin de s’assurer qu’elles soient en place s’il était amené aux États-Unis.

Fin 2017, en plein débat sur un enlèvement et d’autres mesures extrêmes, les plans de l’agence ont été chamboulés lorsque des responsables américains ont pris connaissance de ce qu’ils considéraient comme des rapports alarmants selon lesquels des agents des services de renseignement russes se préparaient à faire sortir en cachette Assange du Royaume-Uni pour le faire réapparaître à Moscou.

Les rapports des renseignements sur une possible évasion étaient considérés comme crédibles dans les plus hautes sphères du gouvernement américain. À l’époque, les autorités équatoriennes avaient entamé des démarches pour accorder à Assange un statut diplomatique dans le cadre d’un plan visant à lui donner une couverture pour quitter l’ambassade et s’envoler vers Moscou pour servir dans la délégation russe du pays.

En réaction, la CIA et la Maison-Blanche ont commencé à préparer un certain nombre de scénarios pour déjouer les plans de départ d’Assange pour la Russie, selon trois anciens responsables. Parmi ces scénarios figuraient d’éventuels échanges de tirs avec des agents du Kremlin dans les rues de Londres, envoyer une voiture percuter un véhicule diplomatique russe transportant Assange pour ensuite le saisir, et tirer dans les pneus d’un avion russe transportant Assange avant qu’il ne décolle pour Moscou. (Les responsables américains ont demandé à leurs homologues britanniques la permission de faire feu si c’était nécessaire et les Britanniques ont accepté, d’après un ancien haut fonctionnaire de l’administration.)

« Nous avions toutes sortes de raisons de croire qu’il envisageait de se tirer de là », a déclaré l’ancien haut fonctionnaire de l’administration, ajoutant qu’un rapport indiquait qu’Assange pourrait tenter de s’échapper de l’ambassade caché dans un chariot à linge. « Ça allait être comme un film d’évasion de prison ».

L’intrigue autour d’une éventuelle évasion d’Assange a déclenché une course folle entre services d’espionnage rivaux à Londres. Les agences américaines, britanniques et russes, entre autres, ont posté des agents secrets autour de l’ambassade de l’Équateur. Dans le cas des Russes, il s’agissait de faciliter une évasion. Pour les services américains et alliés, c’était pour bloquer une telle échappée. « C’était au-delà du comique », a déclaré l’ancien haut fonctionnaire. « On en est arrivé au point où chaque être humain dans un rayon de trois pâtés de maisons travaillait pour l’un des services de renseignement, qu’il s’agisse de balayeurs de rue, de policiers ou d’agents de sécurité. »

Des responsables de la Maison-Blanche ont informé Trump et l’ont averti que cette affaire pourrait provoquer un incident international – ou pire. « Nous lui avons dit, ça va devenir moche », a déclaré l’ancien haut fonctionnaire.

Alors que le débat sur WikiLeaks s’intensifiait, certains à la Maison-Blanche s’inquiétaient que la campagne contre l’organisation finisse par « affaiblir l’Amérique », comme l’a dit un responsable de la sécurité nationale de Trump, en abaissant les barrières qui empêchent le gouvernement de cibler les journalistes grand public et les organes de presse, ont déclaré d’anciens responsables.

La crainte au Conseil de sécurité nationale, selon l’ancien fonctionnaire, pourrait se résumer ainsi : « Où est-ce que cela s’arrête ? ».

Lorsque WikiLeaks a lancé son site web en décembre 2006, il s’agissait d’un modèle presque sans précédent : N’importe qui, n’importe où, pouvait soumettre anonymement des documents à publier. Et ils l’ont fait, sur des sujets allant des rites secrets de confréries aux détails des opérations du gouvernement américain concernant les détenus de Guantanamo.

Pourtant, Assange, le militant australien filiforme qui dirigeait l’organisation, n’a pas attiré beaucoup d’attention jusqu’en 2010, lorsque WikiLeaks a publié des images filmées par les caméras des hélicoptères de l’armée américaine d’une frappe aérienne de 2007 à Bagdad qui a tué au moins une douzaine de personnes, dont deux journalistes de Reuters, et blessé deux jeunes enfants. Le Pentagone avait refusé de diffuser cette vidéo dramatique, mais quelqu’un l’avait remise à WikiLeaks.

WikiLeaks diffuse des images fuitées de 2007 d’un hélicoptère Apache américain abattant un groupe d’hommes sur une place publique de l’est de Bagdad. (Armée américaine via Wikileaks.org)

Plus tard cette année-là, WikiLeaks a également publié plusieurs collections de documents classifiés et sensibles du gouvernement américain liés aux guerres en Afghanistan et en Irak, ainsi que plus de 250 000 câbles diplomatiques américains. Assange a été salué dans certains milieux comme un héros et dans d’autres comme un méchant. Pour les services de renseignement et de maintien de l’ordre américains, la question était de savoir comment réagir face à ce groupe, qui fonctionnait différemment des organes de presse habituels. « Le problème posé par WikiLeaks était qu’il n’y avait rien de tel », a déclaré un ancien responsable des services de renseignement.

Définir WikiLeaks a longtemps été déroutant pour tous, des responsables gouvernementaux aux défenseurs de la presse. Certains la considèrent comme une institution journalistique indépendante, tandis que d’autres affirment qu’elle est au service d’agences d’espionnage étrangères.

« Ce n’est pas une organisation journalistique, c’est loin d’en être une », a déclaré dans une interview à Yahoo News William Evanina, qui a pris sa retraite en tant que haut responsable du contre-espionnage américain début 2021. Evanina a refusé de discuter de propositions américaines spécifiques concernant Assange ou WikiLeaks.

Mais l’administration Obama, craignant les conséquences pour la liberté de la presse, et échaudée par le contrecoup de sa propre chasse agressive aux fuites, a restreint les enquêtes sur Assange et WikiLeaks. « Nous avons stagné pendant des années », a déclaré Evanina. « L’administration Obama était réticente, à un haut niveau, à autoriser les agences à s’engager » dans certains types de collecte de renseignements contre WikiLeaks, y compris les signaux et les cyberopérations, a-t-il dit.

Cette situation a commencé à changer en 2013 lorsque Edward Snowden, un sous-traitant de la National Security Agency, s’est enfui à Hong Kong avec une mine considérable de documents classifiés, dont certains révélaient que le gouvernement américain espionnait illégalement les Américains. WikiLeaks a aidé à organiser la fuite de Snowden de Hong Kong vers la Russie. Un rédacteur de WikiLeaks a également accompagné Snowden en Russie, où il est resté avec lui pendant son séjour forcé de 39 jours dans un aéroport de Moscou et il a vécu avec lui pendant trois mois après que la Russie lui a accordé l’asile.

Dans le sillage des révélations de Snowden, l’administration Obama a permis à la communauté du renseignement de donner la priorité à la collecte de données sur WikiLeaks, selon Evanina, aujourd’hui PDG du groupe Evanina. Auparavant, si le FBI avait besoin d’un mandat de perquisition pour accéder aux bases de données du groupe aux États-Unis ou qu’il voulait utiliser son pouvoir de subpœna [NdT injonction de révéler des documents devant un juge] ou une lettre de sécurité nationale [NdT idem mais sans passer par la justice] pour avoir accès aux dossiers financiers liés à WikiLeaks, « cela n’allait pas être possible », a déclaré un autre ancien haut responsable du contre-espionnage. « Cela a changé après 2013 ».

À partir de ce moment-là, les services de renseignements américains ont travaillé en étroite collaboration avec des agences d’espionnage amies pour dresser un portrait du réseau de contacts de WikiLeaks « et le relier à des services de renseignements d’États hostiles », a déclaré Evanina. La CIA a réuni un groupe d’analystes connu officieusement sous le nom d' »équipe WikiLeaks » au sein de son Office of Transnational Issues, avec pour mission d’examiner l’organisation, selon un ancien responsable de l’agence.

Toujours irrités par les limites en place, les hauts responsables du renseignement ont fait du lobbying auprès de la Maison-Blanche pour redéfinir WikiLeaks et certains journalistes de premier plan comme des « courtiers en information », ce qui aurait permis d’utiliser davantage d’outils d’investigation à leur encontre, ouvrant potentiellement la voie à des poursuites judiciaires, selon d’anciens responsables. C’était « un pas vers la démonstration à un tribunal, si nous allions jusque-là, que nous avions affaire à des agents d’une puissance étrangère », a déclaré un ancien haut responsable du contre-espionnage.

Parmi les journalistes que certains responsables américains voulaient désigner comme des « courtiers en information » figuraient Glenn Greenwald, alors chroniqueur au Guardian, et Laura Poitras, documentariste, qui avaient tous deux contribué à la publication de documents fournis par Snowden.

« Est-ce que WikiLeaks est un média journalistique ? Laura Poitras et Glenn Greenwald sont-ils vraiment des journalistes ? », a déclaré l’ancien fonctionnaire. « Nous avons essayé de changer la façon de les définir, c’est ce que j’ai prêché à la Maison-Blanche et ça m’a été refusé ».

La politique de l’administration Obama était la suivante : « S’il des œuvres ont été publiées, quel que soit le lieu, le premier amendement doit protéger les individus », a déclaré l’ancien haut responsable du contre-espionnage. « Il y a eu quelques exceptions à cette règle, mais elles étaient très, très, très rares. » L’administration a décidé que WikiLeaks ne faisait pas partie de ces exceptions.

Dans une déclaration à Yahoo News, Poitras a déclaré que les tentatives de la classer, elle, Greenwald et Assange comme des « courtiers en information » plutôt que comme des journalistes font « froid dans le dos et constituent une menace pour les journalistes du monde entier ».

« Le fait que la CIA a également conspiré pour chercher à obtenir l’extraction et l’assassinat extrajudiciaire de Julian Assange est un crime d’État contre la presse », a-t-elle ajouté.

« Je ne suis pas le moins du monde surpris que la CIA, une institution autoritaire et antidémocratique de longue date, ait comploté pour trouver un moyen de criminaliser le journalisme et espionner et commettre d’autres actes d’agression contre les journalistes », a déclaré Greenwald à Yahoo News.

En 2015, WikiLeaks a fait l’objet d’un débat intense pour savoir si l’organisation devait être ciblée par les forces de l’ordre ou les agences d’espionnage. Certains soutenaient que le FBI devait être le seul responsable de l’enquête sur WikiLeaks, sans rôle pour la CIA ou la NSA. Le département de la Justice, en particulier, était « très protecteur » de ses pouvoirs quant à l’inculpation d’Assange et au traitement de WikiLeaks « comme un média », a déclaré Robert Litt, avocat principal de la communauté du renseignement sous l’administration Obama.

Puis, à l’été 2016, au plus fort de la saison des élections présidentielles, est survenu un épisode sismique dans l’approche du gouvernement américain en évolution face à WikiLeaks, lorsque le site web a commencé à publier des emails du Parti démocrate. La communauté du renseignement américaine a par la suite conclu que l’agence de renseignement militaire russe connue sous le nom de GRU avait piraté les emails.

En réponse à la fuite, la NSA a commencé à surveiller les comptes Twitter des agents de renseignement russes soupçonnés d’avoir diffusé les emails du parti démocrate, selon un ancien responsable de la CIA. Cette collecte a révélé des messages directs entre les agents, qui utilisaient le pseudonyme Guccifer 2.0, et le compte Twitter de WikiLeaks. À l’époque, Assange a fermement nié que le gouvernement russe était à l’origine des emails, qui ont également été publiés par des organes de presse grand public.

Malgré cela, la communication d’Assange avec les agents présumés a réglé la question pour certains responsables américains. Les événements de 2016 ont « vraiment cristallisé » la conviction des responsables du renseignement américain que le fondateur de WikiLeaks « agissait en collusion avec des personnes qui l’utilisaient pour nuire aux intérêts des États-Unis », a déclaré Litt.

Après la publication des emails du Parti démocrate, il y a eu « zéro débat » pour savoir si la CIA allait intensifier son espionnage de WikiLeaks, a déclaré un ancien responsable du renseignement. Mais il y avait encore « une certaine sensibilité sur la façon dont nous allions collecter des informations sur eux », a ajouté l’ancien fonctionnaire.

La CIA considérait désormais les personnes affiliées à WikiLeaks comme des cibles valables pour divers types d’espionnage, y compris la collecte technique rapprochée comme les mouchards, parfois permise par l’espionnage en personne, et les « opérations à distance », c’est-à-dire, entre autres, le piratage à distance des appareils des membres de WikiLeaks, selon d’anciens responsables du renseignement.

Le point de vue de l’administration Obama sur WikiLeaks a subi ce qu’Evanina a décrit comme une « métamorphose » peu avant que Donald Trump ne remporte une victoire surprise sur Hillary Clinton lors de l’élection de 2016, aidé en partie par la publication par WikiLeaks des emails de la campagne démocrate.

Alors que l’équipe de sécurité nationale de Trump prenait ses fonctions au département de la Justice et à la CIA, les responsables se demandaient si, malgré sa déclaration d' »amour » pour WikiLeaks pendant la campagne, les personnes nommées par Trump adopteraient une vision plus dure de l’organisation. Ils n’ont pas été déçus.

« Il y a eu un changement fondamental dans la façon dont [WikiLeaks était] perçu », a déclaré un ancien haut responsable du contre-espionnage. Lorsqu’il s’est agi de poursuivre Assange, ce que l’administration Obama avait refusé de faire, la Maison-Blanche de Trump a eu une approche différente, a déclaré un ancien fonctionnaire du département de la Justice. « Personne dans cette équipe n’allait être trop peiné par le premier amendement ».

Le 13 avril 2017, portant un pin’s du drapeau américain sur le revers gauche de son costume gris foncé, Pompeo s’est élancé vers le podium du Center for Strategic and International Studies (CSIS), un groupe de réflexion de Washington, pour prononcer devant une foule debout ses premières remarques publiques en tant que directeur de la CIA de Trump.

Plutôt que d’utiliser la tribune pour donner un aperçu des défis mondiaux ou pour exposer les changements bureaucratiques qu’il envisageait d’apporter à l’agence, Pompeo a consacré une grande partie de son discours à la menace représentée par WikiLeaks.

« WikiLeaks avance comme un service de renseignement hostile, parle comme un service de renseignement hostile et a encouragé ses adeptes à trouver des emplois à la CIA afin d’obtenir des renseignements », a-t-il déclaré.

« Il est temps de désigner WikiLeaks comme ce qu’elle est réellement : un service de renseignement hostile non étatique, souvent encouragé par des acteurs étatiques comme la Russie », a-t-il poursuivi.

Cinq semaines à peine s’étaient écoulées depuis que WikiLeaks avait sidéré la CIA en annonçant qu’elle avait obtenu une tranche massive de fichiers, qu’elle avait surnommée « Vault 7 », provenant de la division ultrasecrète de piratage informatique de la CIA. Malgré l’intensification de la collecte par la CIA auprès de WikiLeaks, l’annonce a été une surprise totale pour l’agence, mais dès que l’organisation a publié les premiers documents sur son site web, la CIA a su qu’elle faisait face à une catastrophe.

Vault 7 a « blessé l’agence au plus profond d’elle-même », a déclaré un ancien fonctionnaire de la CIA. Les responsables de l’agence « avaient l’habitude de se moquer de WikiLeaks », se moquant du département d’État et du Pentagone pour avoir laissé tant de documents échapper à leur contrôle.

Pompeo, qui craignait apparemment la colère du président, était au départ réticent à l’idée même d’informer le président sur Vault 7, selon un ancien haut responsable de l’administration Trump. « Ne lui dites pas, il n’a pas besoin de savoir », a dit Pompeo à un membre chargé du briefing, avant d’être informé que l’information était trop critique et que le président devait être informé, a déclaré l’ancien responsable.

Selon un autre ancien responsable de la sécurité nationale, des hauts fonctionnaires furieux du FBI et de la NSA ont exigé à plusieurs reprises des réunions inter-agences pour déterminer l’étendue des dommages causés par Vault 7.

La NSA était convaincue que même si la fuite ne révélait que les opérations de piratage de la CIA, elle pouvait également donner à des pays comme la Russie ou la Chine des indices sur les cibles et les méthodes de la NSA, a déclaré cet ancien responsable.

Le ton agressif de Pompeo au CSIS reflète son « attitude insolente », a déclaré un ancien haut responsable du renseignement. « Il voudrait repousser les limites autant que possible » pendant son mandat de directeur de la CIA, a déclaré l’ancien fonctionnaire.

L’administration Trump envoyait davantage de signaux indiquant qu’elle ne serait plus contrainte par les restrictions auto-imposées par l’administration Obama concernant WikiLeaks. Pour certains responsables du renseignement américain, c’était un changement bienvenu. « Au début, la communauté du renseignement était extrêmement hostile à WikiLeaks », a déclaré Litt.

Vault 7 a suscité « un tout nouvel état d’esprit au sein de l’administration, qui a repensé la façon de considérer WikiLeaks comme un acteur ennemi », a déclaré Evanina. « C’était nouveau, et c’était rafraîchissant pour la communauté du renseignement et les forces de l’ordre. » Les avancées sur Assange étaient fréquemment incluses dans le President’s Daily Brief de Trump, un document top secret préparé par les agences de renseignement américaines qui résume les questions de sécurité nationale les plus critiques du jour, selon un ancien responsable de la sécurité nationale.

La question immédiate qui se posait à Pompeo et à la CIA était de savoir comment riposter contre WikiLeaks et Assange. Les responsables de l’agence ont trouvé la réponse dans un tour de passe-passe juridique. D’habitude, pour que les services de renseignement américains puissent s’ingérer secrètement dans les activités d’un acteur étranger, le président doit signer un document que l’on appelle une « conclusion » autorisant une telle action clandestine, qui doit également être communiquée aux commissions du renseignement du Sénat et de la Chambre des représentants. Dans les cas très sensibles, la notification est limitée à ce que l’on appelle le « Gang des Huit » du Congrès, les quatre chefs de parti du Sénat et de la Chambre des représentants, ainsi que le président et le membre le plus haut placé des deux commissions.

Mais il y a une exception importante. Bon nombre de ces actions, si elles sont menées contre un autre service d’espionnage, sont considérées comme des activités de « contre-espionnage offensif », que la CIA est autorisée à mener sans avoir à obtenir de décision présidentielle ou à en informer le Congrès, selon plusieurs anciens responsables du renseignement.

Souvent, la CIA prend ces décisions en interne, sur la base d’interprétations de ce qu’on appelle le « droit commun », transmises en secret au corps juridique de l’agence. « Je ne pense pas que les gens se rendent compte de tout ce que la CIA peut faire dans le cadre du contre-espionnage offensif et du contrôle minimal dont elle fait l’objet », a déclaré un ancien responsable.

Assange présente des documents militaires américains sur la guerre en Irak lors d’une conférence de presse à Londres le 23 octobre 2010. (Shutterstock)

La difficulté à prouver que WikiLeaks agissait sur ordre direct du Kremlin a été un facteur important dans la décision de la CIA de désigner le groupe comme un service de renseignement hostile, selon un ancien haut responsable du contre-espionnage. « Il y a eu beaucoup de débats juridiques : opèrent-ils en tant qu’agents russes ? » a déclaré l’ancien responsable. « Il n’était pas clair s’ils l’étaient ou non, la question était donc de savoir si on pouvait les requalifier en entité hostile. »

Les avocats de la communauté du renseignement ont décidé que c’était possible. Lorsque Pompeo a déclaré que WikiLeaks était « un service de renseignement hostile non étatique », ce n’était ni improvisé ni un élément de langage concocté par une plume de la CIA. « Cette phrase a été choisie à bon escient et reflétait le point de vue de l’administration », a déclaré un ancien responsable de l’administration Trump.

Mais la déclaration de Pompeo a surpris Litt, qui avait quitté son poste de directeur juridique du bureau du directeur du renseignement national moins de trois mois auparavant. « Sur la base des informations que j’avais vues, je pensais qu’il s’était trop avancé sur ce point », a déclaré Litt.

Cependant, pour de nombreux hauts responsables du renseignement, la dénomination de WikiLeaks par Pompeo était une étape positive. « Nous étions tous d’accord pour dire que WikiLeaks était une organisation de renseignement hostile et qu’elle devait être traitée en conséquence », a déclaré un ancien haut responsable de la CIA.

Peu après le discours, Pompeo a demandé à un petit groupe de hauts responsables de la CIA de déterminer « l’art du possible » concernant WikiLeaks, a déclaré un autre ancien haut responsable de la CIA. « Il a dit : « Rien n’est hors cadre, ne vous autocensurez pas. J’ai besoin d’idées opérationnelles de votre part. Je m’occuperai des juristes à Washington. » » Le siège de la CIA à Langley, en Virginie, a envoyé des messages ordonnant aux stations et bases de la CIA du monde entier de donner la priorité à la collecte de données sur WikiLeaks, selon l’ancien haut fonctionnaire de l’agence.

La qualification de WikiLeaks par la CIA de service de renseignement hostile non étatique a permis de « doubler la mise sur les efforts de collecte à l’échelle mondiale et nationale » contre le groupe, a déclaré Evanina. Il s’agissait notamment de suivre les déplacements et les communications d’Assange et d’autres personnalités de WikiLeaks en « confiant plus de tâches côté technique, et en recrutant davantage côté humain », a déclaré un autre ancien haut responsable du contre-espionnage.

Ce n’était pas une tâche facile. Les associés de WikiLeaks étaient des « gens super-paranoïaques », et la CIA estimait que seule une poignée de personnes avaient accès aux documents de Vault 7 que l’agence voulait récupérer, a déclaré un ancien agent du renseignement. Ces personnes employaient des mesures de sécurité qui rendaient difficile l’obtention de ces informations, notamment en les conservant sur des disques durs chiffrés qu’elles portaient sur elles ou qu’elles enfermaient dans des coffres-forts, selon d’anciens responsables.

WikiLeaks a affirmé n’avoir publié qu’une fraction des documents de Vault 7 en sa possession. Et si les services de renseignements américains trouvaient une partie de ces documents non publiés en ligne ? À la Maison-Blanche, les responsables ont commencé à se préparer à ce scénario. Les États-Unis pourraient-ils lancer une cyberattaque contre un serveur utilisé par WikiLeaks pour héberger ces documents ?

Assange présente des documents militaires américains sur la guerre en Irak lors d’une conférence de presse à Londres le 23 octobre 2010. (Shutterstock)

Les responsables n’étaient pas sûrs que le département de la défense avait le pouvoir de faire cela à l’époque, en l’absence de la signature du président. Ils ont alors suggéré que la CIA pourrait peut-être effectuer la même action dans le cadre de ses pouvoirs de contre-espionnage offensif. Après tout, ont raisonné les responsables, la CIA effacerait ses propres documents. Cependant, les espions américains n’ont jamais localisé de copies de documents inédits de Vault 7 en ligne, de sorte que la discussion est finalement restée stérile, selon un ancien responsable de la sécurité nationale.

Néanmoins, la CIA a connu quelques succès. À la mi-2017, les espions américains disposaient d’excellents renseignements sur de nombreux membres et associés de WikiLeaks, et pas seulement sur Assange, ont déclaré d’anciens responsables. Cela comprenait ce que ces personnes disaient et à qui elles le disaient, où elles voyageaient ou bien où elles devaient se trouver à une date et une heure données, et sur quelles plateformes ces personnes communiquaient, selon les anciens responsables.

Les agences d’espionnage américaines ont développé de bons renseignements sur les « habitudes de vie » des associés de WikiLeaks, en particulier leurs déplacements en Europe, a déclaré un ancien responsable de la sécurité nationale. Les services de renseignement américains étaient particulièrement attentifs aux informations documentant les voyages en Russie ou dans des pays dans l’orbite de la Russie des associés de WikiLeaks, selon l’ancien responsable.

À la CIA, la nouvelle dénomination signifiait qu’Assange et WikiLeaks passeraient d' »une cible de collecte à une cible de disruption », a déclaré un ancien haut fonctionnaire de la CIA. Des propositions ont commencé à filtrer au sein de la CIA et du Conseil de sécurité nationale pour entreprendre diverses activités d’interruption, le cœur du « contre-espionnage offensif », contre WikiLeaks. Il s’agissait notamment de paralyser son infrastructure numérique, de perturber ses communications, de provoquer des conflits internes au sein de l’organisation en diffusant des informations préjudiciables et de voler les appareils électroniques des membres de WikiLeaks, selon trois anciens responsables.

L’infiltration du groupe, que ce soit avec une personne réelle ou en inventant une cyberpersonnalité pour gagner la confiance du groupe, a été rapidement écartée comme ayant peu de chances de réussir parce que les hauts responsables de WikiLeaks étaient très soucieux de la sécurité, selon d’anciens responsables du renseignement. Semer la discorde au sein du groupe semblait un moyen plus facile de réussir, en partie parce que « ces types se détestaient et se battaient tout le temps », a déclaré un ancien responsable du renseignement.

Mais de nombreuses autres idées n’étaient « pas prêtes pour le prime time », a déclaré l’ancien responsable du renseignement.

« Un type affilié à WikiLeaks se déplaçait dans le monde entier et ils voulaient voler son ordinateur parce qu’ils pensaient qu’il pouvait avoir » des fichiers de Vault 7, a déclaré l’ancien fonctionnaire.

Le fonctionnaire n’a pas été en mesure d’identifier cette personne. Mais certaines de ces propositions pourraient avoir été finalement approuvées. En décembre 2020, un hacker allemand étroitement lié à WikiLeaks qui a aidé aux publications de Vault 7 a affirmé qu’il y avait eu une tentative d’intrusion dans son appartement, qu’il avait sécurisé avec un système de verrouillage élaboré. Le hacker, Andy Müller-Maguhn, a également déclaré qu’il avait été suivi par des personnages mystérieux et que son téléphone chiffré avait eu un mouchard.

Interrogé sur le fait de savoir si la CIA s’était introduite au domicile des associés de WikiLeaks et avait volé ou effacé leurs disques durs, un ancien responsable des services de renseignement a refusé d’entrer dans les détails mais a déclaré que « certaines actions avaient été entreprises ».

À l’été 2017, les propositions de la CIA tiraient des sonnettes d’alarme au Conseil national de sécurité. « WikiLeaks était une obsession complète de Pompeo », a déclaré un ancien responsable de la sécurité nationale de l’administration Trump. « Après Vault 7, Pompeo et [la directrice adjointe de la CIA, Gina] Haspel voulaient se venger d’Assange. »

Lors de réunions entre hauts responsables de l’administration Trump après que WikiLeaks a commencé à publier les documents Vault 7, Pompeo a commencé à discuter de l’enlèvement d’Assange, selon quatre anciens responsables. Bien que l’idée de kidnapper Assange ait précédé l’arrivée de Pompeo à Langley, le nouveau directeur s’est fait le champion de ces propositions, selon d’anciens responsables.

Pompeo et d’autres personnes de l’agence ont proposé d’enlever Assange à l’ambassade et de le ramener subrepticement aux États-Unis via un pays tiers, un processus connu sous le nom d’extraction [NdT littéralement restitution ou extradition]. L’idée était de « s’introduire dans l’ambassade, d’en sortir [Assange] et de l’amener là où nous voulons », a déclaré un ancien responsable des renseignements. Une version moins extrême de la proposition impliquait que des agents américains soutirent Assange de l’ambassade et le remettent aux autorités britanniques.

Une telle action ne manquerait pas de provoquer une tempête diplomatique et politique, car il aurait fallu violer le sanctuaire de l’ambassade d’Équateur avant de kidnapper le citoyen d’un partenaire essentiel des États-Unis, l’Australie, dans la capitale du Royaume-Uni, l’allié le plus proche des États-Unis. Tenter de s’emparer d’Assange dans une ambassade de la capitale britannique a paru « ridicule » à certains, a déclaré l’ancien responsable du renseignement. « Ce n’est pas le Pakistan ou l’Égypte, nous parlons de Londres. »

Le consentement des Britanniques était loin d’être assuré. Les anciens responsables ne s’accordent pas sur le degré de connaissance qu’avait le gouvernement britannique des plans d’extraction d’Assange par la CIA, mais à un moment donné, les responsables américains ont abordé la question avec leurs homologues britanniques.

L’ambassade d’Équateur à Londres, où le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a résidé pendant sept ans. (Will Oliver/EPA/Shutterstock)

« Il y a eu une discussion avec les Britanniques sur le fait de tendre l’autre joue ou de regarder ailleurs lorsqu’une équipe de gars entrerait et effectuerait l’extraction », a déclaré un ancien haut responsable du contre-espionnage. » Mais les Britanniques ont dit : « Pas question, vous ne ferez pas ça sur notre territoire, ça n’arrivera pas » ». L’ambassade britannique à Washington n’a pas répondu à une demande de commentaire.

En plus des préoccupations diplomatiques concernant une extraction, certains responsables du NSC estiment que l’enlèvement d’Assange serait clairement illégal. « Vous ne pouvez pas jeter des gens dans une voiture et les kidnapper », a déclaré un ancien responsable de la sécurité nationale.

En fait, selon cet ancien responsable, pour certains membres du Conseil de sécurité nationale, « c’était la question clé : Était-il possible d’extrader Assange de le cadre des pouvoirs de contre-espionnage offensif » [de la CIA] ? Dans l’esprit de cet ancien responsable, ces pouvoirs étaient censés permettre des activités traditionnelles espion contre espion, « pas le même genre de conneries que nous avons sorties dans la guerre contre le terrorisme ».

Certaines discussions allaient même au-delà de l’enlèvement. Selon trois anciens responsables, des représentants américains avaient aussi envisagé de tuer Assange. L’un de ces responsables a déclaré avoir été informé d’une réunion au printemps 2017 au cours de laquelle le président a demandé si la CIA pouvait assassiner Assange et lui fournir des « options » sur la façon de le faire.

La suggestion « était considérée comme farfelue et ridicule », se souvient cet ancien haut fonctionnaire de la CIA.

Il est difficile de savoir dans quelle mesure les propositions de tuer Assange étaient réellement sérieuses. « On m’a dit qu’il ne s’agissait que de savonner la planche », a déclaré un ancien haut responsable du contre-espionnage informé des discussions sur les « options cinétiques » concernant le fondateur de WikiLeaks. « C’était juste Trump qui faisait du Trump ».

Néanmoins, à peu près au même moment, des cadres de l’agence ont demandé et reçu des « esquisses » de plans pour tuer Assange et d’autres membres de WikiLeaks basés en Europe qui avaient accès aux documents de Vault 7, a déclaré un ancien responsable du renseignement. Des discussions ont eu lieu « pour savoir si tuer Assange était possible et si c’était légal », a déclaré l’ancien responsable.

Yahoo News n’a pas pu confirmer si ces propositions sont parvenues à la Maison-Blanche. Certains responsables ayant connaissance des propositions d’extraction ont déclaré qu’ils n’avaient entendu aucune discussion sur l’assassinat d’Assange.

Dans une déclaration à Yahoo News, Trump a nié avoir envisagé de faire assassiner Assange. « C’est totalement faux, cela ne s’est jamais produit », a-t-il déclaré. Trump a semblé exprimer une certaine compassion pour le calvaire d’Assange. « En fait, je pense qu’il a été très mal traité », a-t-il ajouté.

Quelle que soit l’opinion de Trump sur la question à l’époque, ses juristes du Conseil de sécurité nationale étaient des remparts contre les propositions potentiellement illégales de la CIA, selon d’anciens responsables. « Les gens pensent que l’administration Trump ne croyait pas en l’état de droit, mais ils avaient de bons juristes qui y étaient attentifs », a déclaré un ancien haut responsable du renseignement.

Les discussions autour d’une extraction ont profondément inquiété certains hauts responsables de l’administration. John Eisenberg, le principal avocat du Conseil de sécurité nationale, et Michael Ellis, son adjoint, se sont inquiétés du fait que « Pompeo préconise des choses peu susceptibles d’être légales », notamment « des activités de type extraction », a déclaré un ancien responsable de la sécurité nationale. Eisenberg a écrit au directeur juridique de la CIA, Courtney Simmons Elwood, pour lui faire part de ses préoccupations concernant les propositions de l’agence relatives à WikiLeaks, selon un autre responsable de la sécurité nationale de Trump.

On ne sait pas exactement ce qu’Elwood savait de ces propositions. « Lorsque Pompeo a pris le pouvoir, il a écarté les juristes de beaucoup de choses », a déclaré un ancien avocat principal de la communauté du renseignement.

L’accès facile de Pompeo au Bureau ovale où il rencontrait Trump seul, a exacerbé les craintes des juristes. Eisenberg craignait que le directeur de la CIA ne quitte ces réunions avec des autorisations ou des approbations signées par le président dont Eisenberg ne savait rien, selon d’anciens responsables.

Les responsables du Conseil de sécurité nationale s’inquiétaient également du moment choisi pour l’enlèvement potentiel d’Assange. Les discussions sur l’extraction d’Assange ont eu lieu avant que le département de la Justice ne dépose des plaintes pour crimes contre lui, même sous plis scellés, ce qui signifie que la CIA aurait pu enlever Assange de l’ambassade sans aucune base légale, pour le juger aux États-Unis.

Eisenberg a exhorté les responsables du département de la Justice à accélérer la rédaction des chefs d’accusation contre Assange, au cas où les plans d’extraction de la CIA auraient progressé, d’après d’anciens responsables. La Maison-Blanche a dit au procureur général Jeff Sessions que si les procureurs avaient des motifs pour inculper Assange, ils devaient se dépêcher de le faire, selon un ancien haut fonctionnaire de l’administration.

Les choses se sont compliquées en mai 2017, lorsque les Suédois ont abandonné leur enquête sur le viol d’Assange, qui avait toujours nié ces allégations. Les responsables de la Maison-Blanche ont élaboré un plan de secours : les Britanniques retiendraient Assange pour violation de liberté sous caution, ce qui donnerait aux procureurs du département de la Justice un délai de 48 heures pour procéder à une mise en accusation.

Selon un ancien responsable de la sécurité nationale, Eisenberg s’inquiétait des implications juridiques de la remise d’Assange sans charge criminelle. « En l’absence d’un chef d’inculpation, où l’agence allait-elle l’amener ? » a déclaré un autre ancien fonctionnaire qui a assisté aux réunions du Conseil de sécurité nationale sur le sujet. « Allions-nous revenir aux prison secrètes ? »

Alors que les responsables américains débattaient de la légalité de l’enlèvement d’Assange, ils en sont venus à croire qu’ils menaient une course contre la montre. Les rapports des renseignements avertissaient que la Russie avait ses propres plans pour faire sortir discrètement le leader de WikiLeaks de l’ambassade et l’emmener par avion à Moscou, selon Evanina, le plus haut responsable du contre-espionnage américain de 2014 jusqu’au début de 2021.

Les États-Unis « avaient une collection exquise de ses plans et intentions », a déclaré Evanina. « Nous étions très confiants dans notre capacité à limiter toutes ces tentatives [d’évasion] ».

Les responsables se sont particulièrement inquiétés lorsque des agents russes présumés, dans des véhicules diplomatiques près de l’ambassade d’Équateur, ont été observés en train de pratiquer une manœuvre de « starburst » [NdT explosion d’étoile], une tactique courante pour les services d’espionnage, par laquelle de multiples agents se dispersent soudainement pour échapper à la surveillance, selon d’anciens responsables. Il s’agissait peut-être d’un exercice d’exfiltration, potentiellement coordonné avec les Équatoriens, pour faire sortir Assange de l’ambassade et le faire disparaître du pays, ont estimé des responsables américains.

« Les Équatoriens avertiraient les Russes qu’ils allaient relâcher Assange dans la rue, et les Russes le récupéreraient et le feraient disparaître vers la Russie », a déclaré un ancien responsable de la sécurité nationale.

Les responsables ont élaboré de multiples plans tactiques pour contrecarrer toute tentative du Kremlin de faire sortir Assange, dont certains prévoyaient des affrontements avec des agents russes dans la capitale britannique. « Il pourrait y avoir n’importe quoi, d’une bagarre à une fusillade en passant par des voitures qui se télescopent », a déclaré un ancien haut fonctionnaire de l’administration Trump.

Les responsables américains n’étaient pas d’accord sur la manière d’intercepter Assange s’il tentait de s’échapper. La proposition de provoquer un accident de voiture pour arrêter le véhicule d’Assange était non seulement un plan d’action « limite » ou « extralégal », « quelque chose que nous ferions en Afghanistan, mais pas au Royaume-Uni », mais elle était aussi particulièrement sensible puisqu’Assange allait probablement être transporté dans un véhicule diplomatique russe, a déclaré un ancien responsable de la sécurité nationale.

Si les Russes parvenaient à faire monter Assange dans un avion, des agents américains ou britanniques l’empêcheraient de décoller en le bloquant avec une voiture sur la piste, en faisant survoler l’avion par un hélicoptère ou en tirant dans ses pneus, selon un ancien haut responsable de l’administration Trump. Dans le cas improbable où les Russes parviendraient à décoller, les responsables prévoyaient de demander aux pays européens de refuser le droit de survol, a déclaré l’ancien responsable.

Finalement, les États-Unis et le Royaume-Uni ont élaboré un « plan commun » pour empêcher Assange de s’enfuir et de donner à Vladimir Poutine le genre de coup de propagande dont il avait bénéficié lorsque Snowden s’était enfui en Russie en 2013, a déclaré Evanina.

« Il ne s’agit pas seulement pour lui d’arriver à Moscou et de prendre des secrets », a-t-il dit. « Le second souffle que Poutine obtiendrait, il obtient Snowden et maintenant Assange, cela devient une victoire géopolitique pour lui et ses services de renseignement. »

Evanina a refusé de commenter les plans visant à empêcher Assange de s’échapper en Russie, mais il a suggéré que l’alliance de renseignement « Five Eyes » entre les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande était essentielle. « Nous étions très confiants au sein des Five Eyes que nous serions en mesure de l’empêcher de s’y rendre », a-t-il déclaré.

Mais les témoignages recueillis dans le cadre d’une enquête criminelle espagnole suggèrent fortement que les services de renseignement américains ont peut-être aussi bénéficié d’une aide interne pour surveiller les plans d’Assange.

Fin 2015, l’Équateur avait engagé une société de sécurité espagnole appelée UC Global pour protéger l’ambassade du pays à Londres, où Assange avait déjà passé plusieurs années à gérer WikiLeaks depuis ses quartiers. À l’insu de l’Équateur, cependant, à la mi-2017, UC Global travaillait également pour les services de renseignement américains, selon deux anciens employés qui ont témoigné dans le cadre d’une enquête criminelle espagnole rapportée pour la première fois par le journal El País.

La société espagnole fournissait aux services de renseignements américains des rapports détaillés sur les activités et les visiteurs d’Assange, ainsi qu’une surveillance vidéo et audio d’Assange à partir de dispositifs installés secrètement dans l’ambassade, ont témoigné les employés. Un ancien responsable de la sécurité nationale américaine a confirmé que les services de renseignement américains avaient accès à des flux vidéo et audio d’Assange au sein de l’ambassade, mais a refusé de préciser comment ils les avaient acquis.

En décembre 2017, le plan pour amener Assange en Russie semblait être prêt. UC Global avait appris qu’Assange allait « recevoir un passeport diplomatique des autorités équatoriennes, dans le but de quitter l’ambassade pour transiter vers un État tiers », a déclaré un ancien employé. Le 15 décembre, l’Équateur a fait d’Assange un diplomate officiel de ce pays et prévoyait de l’affecter à son ambassade à Moscou, selon des documents obtenus par Associated Press.

Assange a déclaré qu’il « n’était pas au courant » du plan élaboré par le ministre équatorien des Affaires étrangères pour l’affecter à Moscou, et a refusé « d’accepter cette affectation », a déclaré Fidel Narvaez, qui était le premier secrétaire de l’ambassade d’Équateur à Londres en 2017 et 2018.

Narvaez a déclaré à Yahoo News qu’il avait reçu l’ordre de ses supérieurs d’essayer de faire accréditer Assange en tant que diplomate de l’ambassade à Londres. « Cependant, l’Équateur avait un plan B », a déclaré Narvaez, « et j’ai compris que ce devait être la Russie ».

Aitor Martínez, un avocat espagnol d’Assange qui a travaillé en étroite collaboration avec l’Équateur pour obtenir le statut de diplomate pour Assange, a également déclaré que le ministre équatorien des Affaires étrangères a présenté l’affectation en Russie à Assange comme un fait accompli – et qu’Assange, lorsqu’il en a entendu parler, a immédiatement rejeté l’idée.

Le 21 décembre, le département de la Justice a secrètement inculpé Assange, augmentant ainsi les chances d’une extradition légale vers les États-Unis. Le même jour, UC Global a enregistré une réunion tenue entre Assange et le chef du service de renseignements de l’Équateur pour discuter du plan d’évasion d’Assange, selon El País. « Quelques heures après la réunion », l’ambassadeur américain a transmis sa connaissance du plan à ses homologues équatoriens, rapporte El País.

Selon M. Martínez, le plan, organisé par le chef des services de renseignements équatoriens, visant à faire sortir en douce Assange de l’ambassade de Londres et à le faire passer, en tant que diplomate, dans un pays tiers, a été annulé après que l’on a appris que les Américains en avaient connaissance.

Mais les responsables du renseignement américain croyaient que la Russie prévoyait d’exfiltrer Assange, apparemment la veille de Noël. Selon l’ancien employé d’UC Global, le patron de la société a discuté avec ses contacts américains de la possibilité de laisser la porte de l’ambassade ouverte, comme par accident, « ce qui permettrait à des personnes d’entrer depuis l’extérieur de l’ambassade et d’enlever le réfugié. »

Dans un témoignage rapporté pour la première fois par le Guardian, une autre idée a également pris forme. « On a même discuté de la possibilité d’empoisonner M. Assange », c’est ce que l’employé a dit que son patron lui avait dit.

Même Assange semblait craindre d’être assassiné. Selon des responsables américains, certains documents de Vault 7, que les agents de la CIA jugeaient encore plus dommageables que les fichiers publiés par WikiLeaks, avaient été distribués aux collègues d’Assange avec la consigne de les publier si l’un d’eux était tué.

La question principale pour les responsables américains était de savoir si les plans de la CIA visant à enlever ou potentiellement à tuer Assange étaient légaux. Les discussions ont eu lieu sous l’égide des nouvelles autorités de « contre-espionnage offensif » de l’agence, selon d’anciens responsables. Certains fonctionnaires ont estimé qu’il s’agissait d’une interprétation très agressive, et probablement juridiquement transgressive, de ces pouvoirs.

Sans une conclusion présidentielle, la directive utilisée pour justifier les opérations secrètes, l’assassinat d’Assange ou d’autres membres de WikiLeaks serait illégal, selon plusieurs anciens responsables du renseignement. Dans certaines situations, même une conclusion ne suffit pas à rendre une action légale, a déclaré un ancien responsable de la sécurité nationale. Les nouveaux pouvoirs de contre-espionnage offensif de la CIA concernant WikiLeaks ne se seraient pas étendus à l’assassinat. « Ce genre d’action létale serait bien en dehors d’une activité légitime de renseignement ou de contre-espionnage », a déclaré un ancien avocat de la communauté du renseignement.

En fin de compte, les discussions sur l’assassinat n’ont mené à rien, selon d’anciens fonctionnaires.

L’idée de tuer Assange « n’a pas eu beaucoup de succès », a déclaré un ancien haut responsable de la CIA. « C’était, c’est une chose folle qui nous fait perdre notre temps ».

À l’intérieur de la Maison-Blanche, les arguments passionnés de Pompeo sur WikiLeaks ne faisaient guère de progrès. Les propositions les plus agressives du directeur ont été « probablement prises au sérieux » à Langley mais pas au sein du Conseil de sécurité nationale, a déclaré un ancien responsable de la sécurité nationale.

Même Sessions, le procureur général « très, très anti-Assange » de Trump, s’opposait à l’empiètement de la CIA sur le territoire du département de la Justice, et estimait que le cas du fondateur de WikiLeaks était mieux traité par les voies légales, a déclaré l’ancien fonctionnaire.

Les préoccupations de Sessions reflétaient les tensions entre l’intensification de la collecte de renseignements et des efforts de neutralisation visant WikiLeaks, et l’objectif du département de la Justice de faire condamner Assange en audience publique, selon d’anciens fonctionnaires. Plus les propositions de la CIA devenaient agressives, plus les autres responsables américains s’inquiétaient de ce que le processus d’instruction pourrait révéler si Assange devait être jugé aux États-Unis.

« J’ai participé à chacune de ces conversations », a déclaré Evanina. « Même si nous avions le feu vert pour faire des choses, tout ce que nous faisions ou voulions faire avait des répercussions dans d’autres parties de l’administration. » Par conséquent, a-t-il ajouté, les responsables de l’administration demandaient parfois à la communauté du renseignement de ne pas faire quelque chose ou de le faire différemment, afin que « nous n’ayons pas à sacrifier notre collecte qui va être rendue publique par le bureau pour inculper WikiLeaks ».

Finalement, ceux qui, au sein de l’administration, plaident pour une approche fondée sur les tribunaux, plutôt que sur l’espionnage et l’action clandestine, ont remporté le débat politique. Le 11 avril 2019, après que le nouveau gouvernement de l’Équateur a révoqué son asile et l’a expulsé, la police britannique a porté le fondateur de WikiLeaks hors de l’ambassade et l’a arrêté pour ne pas s’être rendu au tribunal au sujet d’un mandat émis en 2012. Le gouvernement américain a dévoilé son premier chef d’accusation contre Assange le même jour.

Cet inculpation se concentrait exclusivement sur les allégations selon lesquelles, en 2010, Assange avait proposé d’aider Manning, l’analyste du renseignement de l’armée, à casser un mot de passe pour s’introduire dans un réseau classifié du gouvernement américain, un acte qui aurait dépassé le cadre du journalisme. Mais dans un geste qui a suscité les hurlements des défenseurs de la presse, les procureurs ont par la suite ajouté des infractions à l’Espionage Act contre Assange pour avoir publié des informations classifiées, ce que les médias américains font régulièrement.

L’odyssée juridique d’Assange semble ne faire que commencer. En janvier, un juge britannique a décidé qu’Assange ne pouvait être extradé vers les États-Unis, estimant qu’il risquait de se suicider dans une prison américaine. Bien que les partisans d’Assange aient espéré que l’administration Biden abandonne l’affaire, les États-Unis, imperturbables, ont fait appel de la décision. En juillet, un tribunal du Royaume-Uni a officiellement autorisé l’appel des États-Unis.

Assange, qui fait l’objet d’un mandat d’extradition à Londres, est vu arrivant au tribunal d’instance de Westminster le 11 avril 2019. (Rob Pinney/LNP/Shutterstock)

Pollack, l’avocat d’Assange, a déclaré à Yahoo News que si Assange est extradé pour être jugé, « la nature extrême du type de mauvaise conduite du gouvernement que vous rapportez serait certainement un problème et potentiellement un motif de rejet ». Il a comparé les mesures utilisées pour cibler Assange à celles déployées par l’administration Nixon contre Daniel Ellsberg pour avoir divulgué les « Pentagon Papers », notant que les accusations portées contre Ellsberg ont finalement été rejetées elles aussi.

Entre-temps, WikiLeaks pourrait être de plus en plus obsolète. La capacité croissante des groupes et des individus, lanceurs d’alerte ou dissidents, espions ou criminels, à publier des fuites en ligne diminue la raison d’être du groupe. « Nous sommes en quelque sorte dans l’après-WikiLeaks actuellement », a déclaré un ancien haut responsable du contre-espionnage.

Pourtant, les services d’espionnage utilisent de plus en plus un modèle de type WikiLeaks pour mettre en ligne des matériaux volés. En 2018, l’administration Trump a accordé à la CIA de nouvelles autorités secrètes agressives pour entreprendre le même genre d’opérations de hack-and-dump [NdT piratage puis dépôt] pour lesquelles les renseignements russes ont utilisé WikiLeaks. Entre autres actions, l’agence a utilisé ses nouveaux pouvoirs pour diffuser clandestinement en ligne des informations sur une entreprise russe qui travaillait avec l’appareil d’espionnage de Moscou.

Pour un ancien responsable de la sécurité nationale de Trump, les leçons de la campagne de la CIA contre WikiLeaks sont claires. « Il y avait un niveau d’attention inapproprié à Assange compte tenu de l’embarras, et non de la menace qu’il représentait dans le contexte », a déclaré ce responsable.

« Nous ne devrions jamais agir par désir de vengeance ».

Source : Yahoo, Zach Dorfman, Sean D. Naylor, Michael Isikoff, 26-09-2021

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 05.10.2021 à 12h05

Ce qui a surtout été l’élément déclencheur de la haine des « élites » US a surtout été le fait que les « bienfaits » des actions US soient dévoilées à l’ensemble de la population de cette planète…

Bref, que le roi soit totalement nu à la face du monde et que l’ensemble de la population mondiale soit au courant du niveau de puanteur des opérations « bienveillantes » de cet état qui est de loin la pire calamité qui ait pu s’abattre sur l’humanité.

Que l’on révèle au monde entier que cette nation « exemplaire » soit dirigée par des psychopathes sanguinaires est sans aucun doute le pire crime de lèse-majesté qui puisse offenser ces personnes « bienfaisantes ».

Que les « petits arrangements » ne restent plus entre « personnes censées » mais qu’ils soient dévoilés et mettant en danger les carrières (et surtout les profits engendrés) mérite la guillotine sans procès pour « mise en danger des élites » qui pourraient perdre leur crédit aux yeux des « moins que rien ».

Dans l’avant dernier paragraphe, il y a un petit coup de griffes contre la Russie dont les services utilisent les outils de Wikileaks pour faire fuiter des informations concernant les actions nauséabondes (véritables) des USA et de leurs organes de répression : Armée, CIA, NSA et le reste…

Pour résumer, nous vous interdisons de faire la même chose que nous car nous sommes les SEULS à posséder les qualités exceptionnelles nécessaires pour les utiliser pour « faire le bien ».

7 réactions et commentaires

  • RV // 05.10.2021 à 11h06

    Dans le quatrième paragraphe il me semble qu’il faudrait remplacer « outils » par « documents »

      +0

    Alerter
    • grumly // 05.10.2021 à 13h34

      Dans Vault 7 il y avait le code source de programmes et des virus. L’outil Ghidra est issu de cette révélation. Il permet de décompiler d’autres programmes pour étudier leur fonctionnement, éventuellement les modifier, et depuis peu de les débugger en temps réel. C’est très puissant. Il a d’abord été révélé dans Vault 7, et maintenant il est ouvertement distribué par la NSA sur Github.

        +1

      Alerter
  • RV // 05.10.2021 à 11h47
  • Foxy // 05.10.2021 à 12h02

    Et quelques erreurs de Yahoo relevées par Joe Lauria, de ConsortiumNews
    https://consortiumnews.com/2021/10/02/what-the-yahoo-assange-report-got-wrong/

      +3

    Alerter
  • RGT // 05.10.2021 à 12h05

    Ce qui a surtout été l’élément déclencheur de la haine des « élites » US a surtout été le fait que les « bienfaits » des actions US soient dévoilées à l’ensemble de la population de cette planète…

    Bref, que le roi soit totalement nu à la face du monde et que l’ensemble de la population mondiale soit au courant du niveau de puanteur des opérations « bienveillantes » de cet état qui est de loin la pire calamité qui ait pu s’abattre sur l’humanité.

    Que l’on révèle au monde entier que cette nation « exemplaire » soit dirigée par des psychopathes sanguinaires est sans aucun doute le pire crime de lèse-majesté qui puisse offenser ces personnes « bienfaisantes ».

    Que les « petits arrangements » ne restent plus entre « personnes censées » mais qu’ils soient dévoilés et mettant en danger les carrières (et surtout les profits engendrés) mérite la guillotine sans procès pour « mise en danger des élites » qui pourraient perdre leur crédit aux yeux des « moins que rien ».

    Dans l’avant dernier paragraphe, il y a un petit coup de griffes contre la Russie dont les services utilisent les outils de Wikileaks pour faire fuiter des informations concernant les actions nauséabondes (véritables) des USA et de leurs organes de répression : Armée, CIA, NSA et le reste…

    Pour résumer, nous vous interdisons de faire la même chose que nous car nous sommes les SEULS à posséder les qualités exceptionnelles nécessaires pour les utiliser pour « faire le bien ».

      +14

    Alerter
  • annette // 05.10.2021 à 19h43

    il est écrit « …La capacité croissante des groupes et des individus, lanceurs d’alerte ou dissidents, espions ou criminels, à publier des fuites en ligne … » Assange est « en prison » mais a gagné politiquement

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications