Les Crises Les Crises
16.mars.201816.3.2018 // Les Crises

[Enquête Djihadisme en Syrie] Retour sur le “bon boulot d’Al-Nosra” (5/5)

Merci 112
J'envoie

Suite de notre série sur Al-Nosra

Billet 1/5 :

  1. Naissance d’Al-Nosra
  2. Le double attentat du 23 décembre 2011
  3. Le conspirationnisme légitime

Billet 2/5 :

  1. Le “vrai boulot” d’Al-Nosra
  2. Quand les Américains font du “bon boulot” (non ironiquement)
  3. La Conférence de Marrakech “des amis du peuple syrien”
  4. Islamiste un jour, islamiste toujours ?

Billet 3/5 :

  1. Et Laurent Fabius fit son apparition
  2. Bonus : Notre ami Ahmad Moaz al-Khatib
  3. La propagande pro-Pouvoir ordinaire

Billet 4/5 :

  1. Le devenir d’Al-Nosra (et de la propagande chez nous…)
  2. 2011 : Amnistie Nationale

Billet 5/5 :

  1. [2017] Les fact-checkeurs entrent en scène
  2. Conclusion

XIII. [2017] Les fact-checkeurs entrent en scène

Ce sujet du “bon boulot d’Al-Nosra” ayant ressurgi durant la présidentielle, les fact-checkers sont entrés en scène :

Nous avons analysé cet article (qui nous mettait d’ailleurs injustement en cause) dans ce billet.

On a eu ensuite une réaction des fact-checkeurs de Libération (Sources : ici et ):

Ils sont forts quand même : ils arrivent à citer Fabius disant ce qu’il n’a “jamais dit”

Juliette Gramaglia d’Arrêts Sur Images (qui parle de nous) :

N.B. : avec un gros succès d’estime chez les abonnés – ils sont super bons les abonnés d’@si 🙂

Il y a même eu France Soir pour venir défendre Laurent Fabius :

Encore un journaliste qui se contredit dans son article…

Enfin, France 5 s’y est mis aussi. C’est encore mieux en vidéo, car il est toujours bon de diversifier les supports de propagande (ironie) :

Cependant, tous les fact-checkeurs précédents ont appliqué aux candidats à la présidentielle (qui n’ont certes pas tous été exemplaires de rigueur) une méthode hypercritique, méthode que l’on retrouve souvent à l’origine des scénarios conspirationnistes. Ces fact-checkeurs n’ont pas cherché à comprendre et discuter le fond de la problématique : les défaillances dramatiques de notre Diplomatie.

On pourrait même dans certain cas faire un rapprochement avec ce principe : « Dans les raisonnements complotistes, on retrouve un mécanisme cognitif général : l’attribution d’intentionnalité. On appelle « biais d’intentionnalité » la tendance qu’ont les individus à voir le comportement des autres comme intentionnel. C’est ainsi qu’une simple maladresse est interprétée comme une conduite agressive, révélatrice de dispositions hostiles. Autrement dit, le biais d’intentionnalité consiste à percevoir l’action d’une volonté ou une décision derrière ce qui est fortuit ou accidentel. »

Bref, ces “analystes” ont préféré se ruer sur les candidats et tenter de les décrédibiliser avec un poujadisme certain, oubliant au passage un petit fact-checking à réaliser : celui des médias… (qui informent aussi les politiques !)

Comme pour le Figaro :

ou RTL :

ou la Tribune de Genève :

ou BFM :

ou L’Obs :

ou l’envoyé spécial en Syrie de L’Humanité :

ou re-Le Figaro (remarquable analyse d’ailleurs) :

Mais ils ne peuvent pas tout faire, j’imagine…

XIV. Conclusion

Ainsi, on reste assez effaré du comportement de ces journalistes issus du fact-checking, pour certains complètement ignorants en géopolitique. On les voit se démener avec force pour essayer de défendre l’indéfendable. Ils tentent ainsi de blanchir Laurent Fabius, en essayant de discréditer les critiques légitimes, en pinaillant sur le moindre mot sans chercher le sens profond de l’affaire.

Finalement, il n’est pas très important de savoir si Laurent Fabius partageait ou ne partageait pas cette vision le jour où il a parlé de “bon boulot”. Comme on l’a vu, le fait qu’il ait prononcé ces mots montre d’ailleurs qu’il ne connaissait probablement pas Al-Nosra quand il les a prononcés. Si c’était le cas, il aurait protesté, dit qu’il n’était pas d’accord, voire, rêvons un peu, déclaré qu’il allait quitter la conférence sur-le-champ pour ne pas compromettre la France avec de tels soutiens du terrorisme. Bref, on ne peut pas trop lui reprocher ces mots, ce n’est qu’une nouvelle illustration de son incompétence, qui a été critiquée par de nombreux spécialistes .

En revanche, ce qui est vraiment grave, c’est que Laurent Fabius et François Hollande ont reconnu des Syriens compromis avec les Frères musulmans, qui savaient parfaitement en quoi consistait Al-Nosra, et qui ont quand même salué son “bon boulot” comme étant les “seuls représentants du peuple syrien”. Pire, ces “représentants” ont ensuite osé demander publiquement à Barack Obama de revenir sur sa classification d’Al-Qaïda en Irak comme groupe terroriste ! Le tout en étant appuyé par “plusieurs ministres arabes” !

Ce qui est grave, c’est que Laurent Fabius puisse dire ceci le 16 décembre 2012 dans nos médias, en n’étant corrigé par aucun journaliste. Il y a de quoi s’inquiéter en constatant que des “fact-checkers” reprennent cet extrait et s’en servent pour le défendre, alors qu’il saute aux yeux que ceci l’accuse gravement !

Xavier Lambrechts (TV5) : À côté de la Coalition se bat par exemple ce front al-Nosra, qui sont des milices radicales, des salafistes radicaux…

Laurent Fabius : Plus que des radicaux ! Ça pose un gros problème !

Xavier Lambrechts : Vous avez vu que les Américains les considèrent depuis quelques jours comme organisation terroriste. Est-ce que la France pourrait suivre l’exemple américain ?

Laurent Fabius : Je suis en train de réfléchir à cela, parce que les Américains ont pris cette décision. Par ailleurs, à la fois la Coalition Nationale Syrienne, et les collègues arabes qui étaient à Marrakech, étaient, eux, très hostiles à cette position [NdT : observez à 0’30 le recul physique que prend involontairement Fabius pour l’illustrer], en disant que ce sont des gens qui se battent contre Bachar (sic.), donc c’est très difficile de les désavouer.

Mais il faut faire extrêmement attention [NdR : observez à 0’39 de nouveau son expression éloquente]

Je suis en train d’étudier tout cela parce que des rapports nous indiquent qu’ils ont un lien avec Al-Qaïda. Et le problème, ce n’est pas simplement aujourd’hui, c’est demain ! Il faut toujours avoir le regard prospectif ! [NdR : il l’illustre à 0’51]

Admettons, ce que nous souhaitons, que Monsieur Bachar tombe. Que deviennent ces combattants et que deviennent leurs armes ? On va les retrouver où ? Au Mali, ailleurs ? Donc il faut faire très attention à cela !

Et d’ailleurs vous avez noté que, autant la Coalition Nationale Syrienne a désavoué la position américaine, autant elle n’a pas pris dans sa propre représentation les djihadistes ! Car les principes qui sont ceux de la Coalition Nationale Syrienne sont de respecter toutes les communautés, qu’elles soient minoritaires ou majoritaires, et de respecter les Droits de l’Homme et la Démocratie. C’est donc tout à fait autre chose que la position d’Al-Qaïda ! [Source : RFI/TV5/Le Monde ou ici]

 

Ainsi, c’est tout cela qui est tragique, et mérite enquêtes et fact-checkings de journalistes professionnels ! D’autant que, comme le montre cette série de billets, tout est public, et à peu près tout se trouvait dans la presse. Mais pour bien analyser, il faut prendre beaucoup de temps et de recul pour recoller tous les morceaux et se poser les bonnes questions.

Et comme au terme de cette succession de décisions diplomatiques au ton très néoconservateur, il y a eu 300 000 morts en Syrie, et, chez nous, le Bataclan (entre autres), cela mériterait au minimum de mettre en place une Commission d’enquête parlementaire, avec levée du secret défense et déclassification des documents, afin de savoir ce que le gouvernement français a vraiment fait en Syrie, qui il a armé, qui il a soutenu, pourquoi, et, surtout, si tout ceci était bien dans l’intérêt supérieur de la Nation française…

Commentaire recommandé

Olposoch // 16.03.2018 à 09h15

Tout ce monde parle d’une phrase sortie de son contexte, certes, mais quel contexte!! (quand le sage montre le contexte…) merci encore à Olivier d’avoir fait le travail.
Ce contexte avant l’intervention des russes, c’était des kilomètres de camions qui traversaient le désert et la frontière pour aller livrer le petrole de daech en Turquie, en dessous des drones, des avions AWACS et des satellites précis à quelques centimètres, fournissant le moyens de payer les combattants, d’attirer la jeunesse française paupérisée socialement et intellectuellement… encore 6 mois avant que les russes ne tirent dans le tas, une armée de barbus pouvait traverser 100 km de désert à découvert, prendre et détruire Palmyre sans voir la queue d’un missile.
Dans ce contexte, daech était plus fort chaque jour.

48 réactions et commentaires

  • Fabrice // 16.03.2018 à 06h51

    On peut comprendre la réaction des journalistes et fake chakeurs car ils vivent sur la forme, le bon mot.

    La forme a pris l’ascendant sur le fond, ce qui importe c’est que le monde se plie aux dogmes et non que la raison cherche, explique la réalité .

    Vous pourriez apporter toutes les preuves mais qu’un point soit mal présenté et les superficialistes se rueraient dedans pour neutraliser toute viabilité.

    On le voit sur le dérèglement climatique certains se focalisent sur le point que c’est la faute ou pas de l’homme pour ne rien faire, ils iront jusqu’à nier l’impact désastreux sur les populations du dérèglement climatique car c’est naturel il faut juste subir, jusqu’au jour où il seront à leur tour rattrapés par les sinstres.

      +25

    Alerter
    • Fabrice // 16.03.2018 à 11h01

      Le diagnostique sur le fait que ce soit la faute ou pas de l’homme n’en n’est pas un, c’est le résultat qui importe, que fait-on et qu’est il possible de faire ? (que l’on doive pour cela réduire nos émissions pour tenter d’influer même à minima ce ne sera qu’une des solutions à envisager parmi d’autres)

      ceux qui cherche à savoir pourquoi le titanic coule en étant dessus devrait plutôt se poser la question comme sauver le maximum du vivant (non parce que la planète s’en fout qu’on soit là ou pas, elle serait même mieux sans mais bon).

        +6

      Alerter
      • Wakizashi // 16.03.2018 à 11h27

        Je parle en général, pas spécifiquement sur le réchauffement (qui est HS ici) : dans toute recherche scientifique, si l’on se trompe (même en partie) sur les causes d’un phénomène, on ne risque pas le comprendre, et encore moins l’endiguer s’il y a lieu. CQFD.

          +1

        Alerter
      • corh // 16.03.2018 à 11h37

        ah bon! Que ce soit la faute de l’homme ou pas n’a aucune importance? Vous vous rendez compte que vous êtes en train de prétendre que l’homme avec ses petits bras musclés serait capable de modifier les évolutions climatiques du monde dont il ne serait pas responsable. Que proposer vous pour changer l’ordre de l’univers, on pourrait par exemple modifier la distance de la terre au soleil pour atténuer le rayonnement cosmique , modifier l’inclinaison orbital de la terre, qu’en pensez vous?

          +1

        Alerter
        • Fabrice // 16.03.2018 à 15h35

          Donc vous êtes pour ne rien faire et subir ? C’est une optique j’espère pour vous que vous n’aurez pas à me dire quand le Titanic touchera le fond que “le fond de l’eau est trop froide” 😅😆😆

          Non je n’ai pas de délires qui perturberont encore plus l’équilibre écologique on peu faire plus sobre que de faire une prière au bon dieu qui disait aide toi et le…..

            +2

          Alerter
          • Fabrice // 16.03.2018 à 15h47

            Correction plus sobre = plus efficace désolé au site pour la polémique qui dévie sur un sujet autre, j’aurais du me douter que cela arriverait mais cela illustre la 1ere partie du début .

              +0

            Alerter
  • Bingo // 16.03.2018 à 07h15

    Quand on voit la volte face de l’exécutif français, en moins de 24 h, sur le dossier Skripal…
    Reste à savoir si Guerrassimov avait raison de predire une pseudo attaque chimique…

      +15

    Alerter
    • Alfred // 16.03.2018 à 09h29

      Sur ce sujet il est quand même revelateur que tous les médias classiques prennent bien soin de passer sous silence l’existence même de Porton Down à proximité immédiate de l’incident. Sans doute pensent ils que le grand public n’est pas capable de considérer cette peu banale coïncidence la tête froide et sans en tirer des conséquences erronées…
      Enfin il assez magnifique que les british fassent retirer une declaration du conseil de sécurité de l’ONU qui appelait simplement …à une enquête rapide.
      Cette affaire explose des le départ. Les médias et la classe politique vont encore en prendre un coup.
      https://evolvepolitics.com/tories-block-draft-un-security-council-statement-calling-for-urgent-and-civilized-investigation-into-skripal-poisoning-attack/

        +13

      Alerter
      • Alfred // 16.03.2018 à 11h47

        Bon on peut commencer à compiler pour le prochain bourre pif aux fact cheker. (Je vais commencer à prendre un plaisir sadique à voir nos journalistes se débatre de mensonge en cagade incohérente.)
        La conclusion de : https://www.craigmurray.org.uk/archives/2018/03/the-novichok-story-is-indeed-another-iraqi-wmd-scam/
        1) Le laboratoire anglais de guerre bio/bacterio a publié par le passé qu’il n’a jamais pu observer aucun “novichok”.
        2) Jusquà maintenant aucun expert de Porton Down ni de l’Organisation de Prévention des Armes Chimiques (OPCW en globish) n’a jamais été convaincu que “Novichock” existe vraiment (que le transfuge qui l’a “vendu” et qui vit aux états unis).
        3) Le Royaume Uni refuse de donner un echantillon à l’OPCW.
        4) La série “Novichoks” est supposée avoir été concue pour être fabriquable avec des ingredients du commerce et dans n’importe quel laboratoire. Les americains ont étudié et démentelé l’endroit qui les supposément produits. Comment donc est il possible de dire que seuls les russes peuvent le faire?
        5) Le programme soviétique Novichok se trouvait en Ouzbékistan et pas en Russie. Ce qu’il en est resté après la chute de l’URSS a été récupéré par les américains lors de leur aliance avec le leader Ouzbeck Karimov (ils ont aidé à démanteler l’endroit).

          +18

        Alerter
    • Owen // 16.03.2018 à 10h47

      Macron, salon du livre, sur la Russie:
      “Il est important de poursuivre le dialogue avec les intellectuels, avec les auteurs, avec la société civile, avec les musiciens, avec toutes celles et ceux qui portent la force de ce peuple et qui d’ailleurs parfois s’opposent avec beaucoup de courage contre tous les excès du REGIME EN PLACE”.

      Et merci au site pour sa documentation nous pemettant de maintenir notre clairvoyance.

        +10

      Alerter
    • Alfred // 16.03.2018 à 13h24

      Plus je réfléchis à cette affaire plus je pense que les Russes ne sont pas les cibles mais les vecteurs et le prétexte. Le véritable coup porté par les anglosaxons est destiné aux européen, allemands et français au premier chef. A la niche Merkel. A la niche Macron. Il s’agit bien de couper la russie de l’europe mais aussi de montrer qui est le chef. Un commentateur russe a fait le lien avec les marchandages relatifs au brexit. Je pense qu’il a raison. en résumé:
      1- la réponse américaine au show russe sur l’avance technologique en matière de missiles est la suivant: la confrontation se fera sur d’autres terrains, où nous sommes encore largement dominants (alors baissez d’un ton)
      2- l’outil (le soldat? le tueur?) british trouve son intérêt dans le fait de faire payer toute position trop dure des continentaux dans le cadre du brexit
      3- surtout il s’agit de tester les vassaux (un vassal ça doit être martyrisé un peu sinon ça “prend la confiance”): qu’ils arrêtent de se plaindre du cout des sanctions anti-russes et qu’ils n’envisagent pas un rapprochement. Une idée de rapprochement? une couleuvre! “Capice?”

        +8

      Alerter
    • tepavac // 17.03.2018 à 00h11

      Oui
      Oser accuser de crime, publiquement, quiconque, avec pour seul argument, “tout porte à croire”, venant qui plus est, de quelqu’un qui se plaint à longueur de temps sur les fausses accusations et informations de certains médias, c’est tristement lamentable et révèle une nature irresponsable.

      Que recèle la Ghouta pour provoquer une telle hystérie; des commandos anglais ?, du gaz fabriqué à Salisbury ?
      Ou c’est simplement la réussite Russe qui délivre 40.000 civils pris en otage depuis huit ans par ces mercenaires?
      Qui saura le dire, si tant est que cette escalade d’excitation morbide laisse un être pour en parler.

      Concernant le billet, Olivier à raison sur le sujet central de cette énième aventure politique.
      Quoi qu’ait pu dire les instigateurs et responsables de l’action des “rebelles modérés”, rien ne permettait à un homme politique Français de reproduire et de répandre des paroles qui encensent le terrorisme, c’est cela qui est choquant et parfaitement condamnable sur la base d’apologie du terrorisme.

      C’est tout l’intérêt de ces magnifiques billets, faire comprendre comment avec de simples mots, Mr Laurent Fabius à tenté de dissimuler la toxicité extrême de ces mercenaires, pour simplement justifier sa position politique hasardeuse et encore une fois, irresponsable.
      Merci Olivier !

        +9

      Alerter
  • Emmanuel // 16.03.2018 à 07h18

    En temps de guerre, la première victime, c’est la vérité et l’information, et surtout si elle se déroule loin de chez nous. N’oublions pas que cette guerre déclarée par la France, n’a fait l’objet d’aucun contrôle démocratique (à part l’élection d’un président chef des armées qui l’a décidé, et une déclaration au Congrès qui lui a été semble-t-il très profitable en terme de gain au sein de l’opinion publique….). Vous avez dit démocratie ?

      +18

    Alerter
  • Roland Marounek // 16.03.2018 à 07h27

    Bravo et merci pour cette enquête.
    Ce qui devrait être également souligné dans les derniers propos de “Laurent”
    «le problème, ce n’est pas simplement aujourd’hui, c’est demain ! Il faut toujours avoir le regard prospectif !» : Il est très précisément en train de dire que ce qui est un problème pour lui, n’est pas du tout ses actions (efficaces) d’aujourd’hui contre les Syriens, mais celles qu’ils pourraient faire demain contre les Européens.

      +14

    Alerter
    • Somebulles // 16.03.2018 à 08h08

      Les syriens pourraient exiger des réparations financières , peut être?

        +8

      Alerter
    • Olposoch // 16.03.2018 à 08h57

      Surtout il suppose que les djihadistes une fois la bataille contre Assad gagnée, partiront en laissant le champ aux démocrates flower-power…
      Il en parle d’ailleurs comme s’ils étaient des mercenaires qui, une fois la mission remplie vont devoir être affectés ailleurs, et que vont-ils faire de leurs armes (que l’on a fournies pour partie…et qui pourraient se retourner contre nos forces au Mali…)?

        +9

      Alerter
  • KafK // 16.03.2018 à 07h29

    Olivier fait du bon boulot, pour ce qui est de Al-Nostra, de Fabius et du Décodex (et autres avatars) que dire ? ***** ** ****** * **** ****** !!! (auto-censuré)

      +15

    Alerter
  • Fritz // 16.03.2018 à 07h29

    Le fact-checking : comment chasser en meute pour mordre le doigt qui montre la lune.
    Comme disait le regretté Plan B, LES MÉDIAS MENTENT.
    On peut chanter cette vérité : https://www.youtube.com/watch?v=W_9-O966cXE

      +15

    Alerter
  • Ovuef2r // 16.03.2018 à 07h37

    Et pourtant ils ont raison : si Bachar El Assad avait démissionné comme on lui demandait il y aurait probablement eu autant, si ce n’est plus, de morts et d’horreurs, d’exilés aussi. Mais ça n’aurait pas été de sa faute. Ça leur permet de dire que le président syrien peut et doit être tenu responsable de tout ce qui arrive à son pays…. nous on a juste aidé la démocratie et ses représentants légitimés.

      +5

    Alerter
    • Alfred // 16.03.2018 à 07h55

      Je comprends votre humour mais il me gène sur un point: Ben si ça aura été sa faute. Quand on est le chef de fait (légitime ou pas) on est responsable. Le pouvoir est indissociable de la responsabilité. Donc quand on est le chef et qu’on se debine, qu’ont fuit on est responsable de ce qui vient après. Assad et son clan l’on très bien compris et ils ne se sont pas debinés. Aussi dure que soit la dictature clienteliste syrienne, l’état est encore là et son chef davantage d’un homme d’État que (au hazard, S, ou H ou M…).

        +18

      Alerter
  • Flying Bluef // 16.03.2018 à 08h00

    BRAVO BRAVO et encore BRAVO Olivier Berruyer pour ce travail et cette pugnacité… et cette conclusion ppurtant si évidente que les députés vont malgré tout l’éluder. … 🙁

    @Flying Blue sur l’OBS….

      +18

    Alerter
  • Olposoch // 16.03.2018 à 09h15

    Tout ce monde parle d’une phrase sortie de son contexte, certes, mais quel contexte!! (quand le sage montre le contexte…) merci encore à Olivier d’avoir fait le travail.
    Ce contexte avant l’intervention des russes, c’était des kilomètres de camions qui traversaient le désert et la frontière pour aller livrer le petrole de daech en Turquie, en dessous des drones, des avions AWACS et des satellites précis à quelques centimètres, fournissant le moyens de payer les combattants, d’attirer la jeunesse française paupérisée socialement et intellectuellement… encore 6 mois avant que les russes ne tirent dans le tas, une armée de barbus pouvait traverser 100 km de désert à découvert, prendre et détruire Palmyre sans voir la queue d’un missile.
    Dans ce contexte, daech était plus fort chaque jour.

      +43

    Alerter
  • Charles Michael // 16.03.2018 à 09h48

    Merci et bravo à Olivier et l’équipe les-crises
    une belle remise à l’heure des pendules.

    Hélas le mal est fait mais le massacre continu et la position de la france (sic) ne semble pas changer.
    Quel bon boulot font les forces spéciales françaises, en ce moment en Syrie ?

      +6

    Alerter
  • Vincent // 16.03.2018 à 10h07

    Bravo Olivier pour ce travail remarquable. Indispensable pour les années qui viennent. Penser à sauvegarder ce site, au cas où…

    Je voudrais partager par ailleurs une réflexion qui m’est venue en lisant un des nombreux articles sur l’affaire ridicule de l’ex agent russe.

    Un bien-pensant a fait la remarque que les commentaires du Figaro étaient envahis par les trolls russes. C’est tout à fait vrai et c’est une bonne nouvelle : les gens en ont ras-le-bol de voir qu’on veut leur faire prendre les vessies pour des lanternes.

    Alors la Matrice se défend : tous les Néos qui ont pris la pilule rouge deviennent des trolls russes à combattre. Avec la complicité involontaire des ignorants, des croquants et les croquantes, tous les gens bien intentionnés…

    Troll russe, néologisme inventé par le Système contre une vague qu’il ne comprend pas.
    Tous ceux qui prétendent à un peu d’objectivité sont amenés à devenir un troll russe.
    Troll russe, cela doit devenir un drapeau, une fierté, il faut se réapproprier ce terme pour le transformer à notre avantage, pour renverser son image véhiculée et qu’il devienne un compliment renvoyé en boomerang à ceux qui l’ont inventé pour nuire.

    Je suis fier d’être un troll russe.

      +36

    Alerter
  • WASTERLAIN Serge // 16.03.2018 à 10h28

    Quel travail ! C’est époustouflant ! Merci !
    La proposition de la création d’une commission parlementaire est effectivement la conclusion qui s’impose !

      +15

    Alerter
    • kkun // 16.03.2018 à 11h26

      Oui, beau travail. Jusqu’à la conclusion, conclusion qui “s’impose” ! Car un sérieux problème n’est il pas qu’elle “s’impose” cette conclusion?

      Une telle commission pourrait elle être indépendante de ce que Fabius incarne?
      Non car elle serait composée de ce dont Fabius est une incarnation parmi d’autres, la “politique” façon républicaine.

      Une telle commission permettrait elle se savoir (sic) ce que le gouvernement a fait en Syrie?
      Non car seule une poignée saurait et jamais cette poignée ne dirait ce qu’elle sait au delà du cercle réduit qu’elle représente.

      Une telle commission conclurait elle au “désservissement” des intérêts de la nation? Non car la Loi des membres qui la composeraient est de ne jamais conclure ce genre de choses car la Loi de ces gens est de ne jamais fragiliser la “république”, ses institutions, et ses membres éminents dont parait il Fabius est.

      Et puis quoi, doigt où ça fait mal, ce genre de conclusions devraient être livrées aux Français dans une démocratie un peu digne de ce nom, et étudiées par des gens que les Français auraient choisi. Or 61,56% des Français inscrits ont refusé de désigner un des membres actuels de l’assemblée, qui ne les représente donc pas…

        +9

      Alerter
  • Athos // 16.03.2018 à 11h34

    Merci et bravo pour cette enquête exceptionnelle M, Berruyer!
    Je me permettrai d’ajouter un autre élément à votre conclusion en reprenant l’idée d’un conseil de déontologie de la presse. Quand on voit les dérives, approximations et autres lacunes parfois intentionnelles de nos journalistes, cela devient urgent!

    Votre travail d’information (et non pas de réinformation) est devenu plus que necessaire aujourd’hui… A la limite d’un service publique!

    Quand je pense qu’aujourd’hui ce sont des organes de presse/propagandes comme le decodex que l’on cherche à promouvoir dans les écoles.
    https://www.les-crises.fr/bien-sur-et-maintenant-leducation-nationale-recommande-le-decodex/

    C’est dingue!

      +8

    Alerter
  • Fact-checker-et-demi // 16.03.2018 à 11h35

    Comment se fait-il qu’on n’a ni fait entendre ni cité aucun enregistrement sonore de Fabius prononçant les mots “vent debout” et “bon boulot” mentionnés par Le Monde le 13 décembre 2012 ? Je vois mal où et quand d’autre que dans sa conférence de presse du 12 décembre 2012 Fabius aurait prononcé ces mots. Or il existe un enregistrement sonore de cette conférence de presse : Maxime Darquier, un des propagateurs de la thèse de l’intox, dit avoir écouté cet enregistrement dans son intégralité et, sans être formel, il s’exprime comme si les mots en question n’y figuraient pas. D’après un décodeur du Monde (21 mars 2017), il s’agit de “propos non enregistrés”. Et pourquoi “non enregistrés” ? N’est-il pas plus vraisemblable que ces propos aient été coupés ? (Ils avaient été dénoncés par Réseau Voltaire dès le 13 décembre 2012, jour de la parution de l’article du Monde.)
    Sur ce site : http://discours.vie-publique.fr/notices/123002378.html on trouve le texte de la conférence de presse, mais à la fin, juste après des propos de Fabius sur Al-Nosra, il y a le signe d’omission (…). Le site qui donne ce texte de la conférence de presse renvoie au site officiel de la diplomatie française : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/ mais je ne parviens pas à y trouver la conférence de presse.

      +0

    Alerter
  • pantocrator // 16.03.2018 à 11h36

    et bien merci pour ce bon boulot ! c’est fouillé et décortique bien l’ensemble.

      +3

    Alerter
  • Olposoch // 16.03.2018 à 11h43

    Ah tiens à propos du quotidien de référence:
    Le Monde ouvre un chat sur les élections russes.
    “posez vos questions sur l’élection présidentielle en Russie”, la correspondante du “Monde” à Moscou vous répond.
    http://www.lemonde.fr/europe/live/2018/03/16/election-presidentielle-en-russie-et-crise-avec-l-occident-posez-vos-questions_5271868_3214.html
    Super…
    C’est qui au fait?
    Isabelle mandraud?
    “je suis une spécialiste du maghreb, de l’Afrique du Nord, et auteur d’un livre sur Abdelhakim Belhadj”
    https://www.youtube.com/watch?v=cOVWYSo96XY
    C’est qui Abdelhakim Belhadj?
    Le chef du parti conservateur islamiste Al-Watan (wikipédia).
    Vas-z-y Isabelle, explique nous la Russie!

      +24

    Alerter
  • Koui // 16.03.2018 à 12h00

    Le front al nosra était effectivement considéré comme un groupe extrémiste mineur faisant du bon boulot au profit de l’ASL.

    Maintenant que la nouvelle idole syrienne des médias, les forces démocratiques syriennes (SDF), se bat contre l’ancienne, l’ASL alliée aux turcs, ils disent que les turcs s’appuient sur des bandes islamistes vassalisées. Demain, ils critiqueront SDF et YPG, les traitant de terroristes staliniens et islamistes vendues à Moscou ou qui sait quoi.

    Et le DECODEX nous décryptera que les YPG ont toujours été sur la liste européenne des organisations terroristes. Ceux qui reprocheront à Le Drian son soutien aux YPG seront traités de menteurs

      +9

    Alerter
  • Chris // 16.03.2018 à 12h58

    “interprétée comme une conduite agressive, révélatrice de dispositions hostiles”
    Ben non, la France n’est pas hostile… puisqu’on vous le dit !

    Pourtant, une telle conduite a produit la destruction économique de la Syrie, des génocides, ethnocides et crimes divers, des millions de réfugiés, des centaines de milliers de morts et d’handicapés, endommagé et disséminé un (notre) héritage culturel multi-millénaire.
    Sans oublier les traumatismes indélébiles des populations qui ont survécu et devront s’accommoder de la raréfaction des biens de première nécessité, des déchets des armes à l’uranium appauvri et autres pollutions irréversibles d’une misérable guerre par procuration.

    Et dire que ce schéma est en pleine reproduction et production au Yémen… et ailleurs !

    Nous sommes des Barbares !

      +9

    Alerter
  • Eric83 // 16.03.2018 à 14h02

    “cela mériterait au minimum de mettre en place une Commission d’enquête parlementaire…afin de savoir ce que le gouvernement français a vraiment fait en Syrie, qui il a armé, qui il a soutenu, pourquoi, et, surtout, si tout ceci était bien dans l’intérêt supérieur de la Nation française…”

    C’est un voeu pieu. Combien de députés se sont prononcés contre la politique des gouvernements de Sarko, Hollande et Macron en Syrie ? Combien ont demandé une enquête parlementaire ?
    Bien entendu, il n’y aura pas d’enquête parlementaire parce qu’ils soutiennent pour la grande majorité les politiques néocons bellicistes.

    Il en revient donc aux citoyens d’agir dans le respect du Droit et la seule option, c’est la saisine de la Cour de Justice de la République ( CJR ) pour les agissements illégaux et criminels de nos gouvernants qui ont bafoué le Droit, les chartes et les conventions internationales.

      +7

    Alerter
  • Grégory // 16.03.2018 à 15h14

    “Dans les raisonnements complotistes, on retrouve un mécanisme cognitif général : l’attribution d’intentionnalité. ”

    C’est regarder la lune plutôt que le doigt. Il y a toujours une attribution d’intentionnalité. C’est une mécanique fondamentale de notre cerveau, qui cherche en permanence à repérer les “acteurs vivants” autour de nous et évaluer leurs intentions pour des raisons évidentes liées à l’évolution. Raison pour laquelle notre cerveau va processer incroyablement vite les yeux et la bouche par rapport aux autres éléments visuels d’une personne : évaluer l’expression, évaluer l’intention.

    La base conspirationniste c’est simplement de diverger avec une évaluation de l’acteur dominant/de pouvoir comme honnête/bien intentionné. Un “conspirationniste” pense que c’est faux (sur la base de ses informations et de ses opinions) et repars sur une base fraiche mais toujours avec cette même fonction basique universelle chez les humains : fabriquer un cadre d’intention directrice.

    Ce nouveau cadre est en général faible car fondé sur des moyens d’informations moins établis. Celà dit si l’ancien est bien conçu comme un mensonge, il n’y a rien à perdre puisqu’il est faux.

      +2

    Alerter
  • Yannis // 16.03.2018 à 16h11

    La propagande continue dans les colonnes de Mediapart également. Pour donner plus de relief et de véracité à celle-ci, la rédaction met régulièrement en Une du Club un d’appel collectif à l’arrêt des combats, et surtout à la destitution d’Assad, sans jamais un mot sur les horreurs commises dans les zones livrées aux mercenaires islamistes. C’est la stratégie d’attaque du “regime” syrien et surtout russe, l’ennemi héréditaire de notre modèle ultralibéral, les USA, une stratégie mise en difficulté par les lecteurs eux mêmes qui ne sont pas dupes (lire les commentaires) mais qui n’inspire en rien les journalistes, résolument sourds et aveugles, de se remettre en cause sur leur angle d’approche et plus généralement sur leur déontologie. Voir cet article récent :

    https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/150318/faites-de-ce-7e-anniversaire-le-dernier-de-la-guerre-en-syrie/commentaires

      +10

    Alerter
  • Raoul C, // 16.03.2018 à 18h08

    « la Coalition Nationale Syrienne»

    Qu’est-elle devenue ? On n’en entend pas parler. Était-ce une créature de la France et de ses alliés du Golfe ?

      +4

    Alerter
  • LG // 16.03.2018 à 19h10

    Si je me mets à déambuler dans la rue avec un T-Shirt sur lequel est inscrit “mes copains me disent que fumer de l’herbe, c’est génial”, que va t-il m’arriver…?
    Très probablement embarqué par la police au motif de présenter le Canabis sous un jour favorable.

    C’est très exactement ce qu’a fait Fabius en tenant ces propos: présenter l’action d’Al nosra sous un jour favorable (‘bon’ est un terme connoté forcement positivement) , quand bien même ne serait-il pas d’accord avec le propos qu’il rapporte.
    Le tour de passe-passe des ‘décodeurs’ a consisté a ne ‘décoder’ que la forme et jamais le sens (diplomatique) de l’existence même de ce propos.

      +4

    Alerter
  • anti-ooZkrat // 16.03.2018 à 19h31

    C’est tout de même inoui que l’on ne retrouve pas la video où Fabius affirme qu’Al Nostra fait du bon boulot.
    C’est tout de même inoui que l’on ne retrouve pas non plus la video où Attali est interrogé sur le même sujet. Question dans le genre : Soutenez-vous Fabius affirmant qu’Al Nostra fait du bon boulot et/ou qu’il faut attaquer ? une question de ce style. Il commence sa réponse, réfléchit, tente de plus ou moins s’évader en partie; il est ré-interrogé, une 2e fois, voire une 3e. Sa réponse était ainsi un peu discontinue, mais globalement il donna son accord à la position de Fabius. C’était très clair, soutenir Al Nosra.

      +4

    Alerter
  • amer // 16.03.2018 à 20h27

    Cette phrase n’est pas ambiguë du tout car LF donne bien son point de vue en disant : “parce que sur le terrain ils font du bon boulot” car si ce n’était pas son avis il aurait dit “parce sur le terrain, ils (les arabes) estiment qu’ils font du bon boulot”

    Et puis rien de plus normal puisque la diplomatie du gouvernement Hollande était bien liée à ces forces djihadistes; une preuve en est ce sondage du Figaro que vous avez oublié de citer:

    http://www.lefigaro.fr/international/2016/08/10/01003-20160810QCMWWW00096-syrie-les-occidentaux-ont-ils-raison-de-soutenir-les-rebelles-lies-a-al-qaida-contre-le-regime-d-assad.php

    Quelqu’un a-t-il encore un doute sur le soutien de l’ancien gouvernement aux forces djihadistes ?

      +4

    Alerter
  • Nanker // 16.03.2018 à 22h41

    “Les Syriens pourraient exiger des réparations financières , peut-être?”

    Ou lancer une procédure à la Cour internationale de justice de La Haye? “La mission de la CIJ est « de régler conformément au droit international les différends qui lui sont soumis” dixit Wiki, et je pense que le diiférend entre la France et la Syrie entre 2012 et 2018 EST avéré.

    Vous imaginez Fabius et Gros Piteux Hollande frappés par un mandat d’arrêt international? Ca serait chou… dès qu’il mettrait le nez hors de nos frontières, crac! extradition vers La Haye!

      +4

    Alerter
  • Jean-Marie // 17.03.2018 à 09h53

    Bonjour et merci pour cette synthèse.

    Je rajouterais que zerohedge vient de publier un article concis et résumant bien les points de vue sur les événements en Syrie

    https://www.zerohedge.com/news/2018-03-16/syrian-war-dummies-three-versions

      +3

    Alerter
  • Jean // 17.03.2018 à 10h29

    Bravo pour cette énorme dossier. C’est une oeuvre de “salut public” pour l’histoire.

    Toute cette propagande et cette déformation de la réalité est une honte.

    Une petite pensée pour les habitants de la Ghouta Orientale qui souffrent mais des vidéos comme celle-ci redonne espoir.

    Evacuation des civils hier par l’armée syrienne qui va les chercher au milieu des combats.
    (sous titré en anglais)
    https://youtu.be/MUOy04xrtoU

      +5

    Alerter
  • tepavac // 17.03.2018 à 16h40

    Depuis deux jours je regarde et compare les diverses vidéos sur la libération des otages de la Ghouta, à commencer par le direct de 6h sur la colonne infini de personnes en fuite.

    Ma remarque, après ces longues heures d’observations ne concerne pas la comparaison entre les différentes représentations suivant la chaine de diffusion, mais simplement un fait matériel manifeste.

    En effet, lors du direct, la première heure est rythmée par la cadence des des mieux portants, des plus jeune, puis arrivent peu à peu cette marée humaine marchant au rythme des blessés, des personnes âgé(es), et beaucoup d’épuisement.
    Face à cette détresse, les militaire commencent à développer l’entraide vite rejoint par une forme de solidarité entre les plus chanceux, les plus résistants résistants, et les nécessiteux.
    Apports de chaises pour soulager les plus fatigués, distribution d’eau et de nourriture. Présence et encouragement morale, font disparaître les peurs et le stress.

    La remarque, c’est que dans ces circonstances de protection et d’assistance aux civils, OU SONT les casques blancs ???
    Où sont-ils pendant que des snipers “modérés tirs sur de simples civils et enfants?
    Ils se cachent où ces prix nobélisé ?

      +3

    Alerter
    • Jean // 17.03.2018 à 18h04

      Même constat pour moi.

      Pour l’instant, l’armée syrienne n’a pas retrouvée un seul “uniforme” ou casque. 😉

        +2

      Alerter
  • R1 // 17.03.2018 à 17h14

    “…mettre en place une Commission d’enquête parlementaire, avec levée du secret défense et déclassification des documents, afin de savoir ce que le gouvernement français a vraiment fait en Syrie, qui il a armé, qui il a soutenu, pourquoi, et, surtout, si tout ceci était bien dans l’intérêt supérieur de la Nation française…”

    On a le droit de rêver…

      +0

    Alerter
  • Alfred // 18.03.2018 à 13h36

    @ tepavac et @jean vous faites les naïfs pour mettre en lumière une imposture mais à quoi bon. Autant aller direct au fait. La seule et l’unique organisation de secours qui vient réellement en aide aux civils partout c’est le cicr (en Syrie sa branche du croissant rouge local). Contrairement aux agences de l’ONU qui sont plus ou moins politisées nolen volens (mais indispensables) le cicr (contre lequel j’ai beaucoup de griefs par ailleurs) accède à tous et à toutes car il travaille par principe avec tous (“salauds” compris). La vraie question n’est pas pourquoi les casques blancs (officine criminelle des services anglais) est absente de la ghouta. La vraie question c’est pourquoi la Croix rouge qui a travaillé meme dans l’Allemagne nazie travaille difficilement à ildib chez les barbus (ex: https://www.icrc.org/fre/resources/documents/news-release/2013/10-13-syria-team-abducted-idlib.htm).
    Les occidentaux piétinent leurs propres valeurs dans cette histoire de façon encore plus énorme que le cas Fabius. Vers qui allons nous nous tourner si nous ne respeectons même pas le cicr. l’Oscar aux casques blancs et le non respect du droit humanitaire le plus basique c’est le signe d’une dégénérescence profonde.

      +6

    Alerter
    • tepavac // 18.03.2018 à 19h36

      Parfaitement, et le principe étant de faire réagir sur cette curieuse constatation.
      Nos propres organisations de secours aux victimes civiles des guerres ne sont pas là pour accueillir et assister ces malheureux !
      Ce silence est assourdissant de regrets, ce n’est pas conforme à l’esprit du peuple Français, ni des populations Européennes en général.

      Je partage votre point de vu, et je note aussi que rattraper au vol une telle situation, est “acrobatique”, et, périlleux pour les décideurs politiques.
      Je trouve pour le coup, qu’ils manquent de panache. Heureusement que certains industriels ont pris les devants, les PME suivent en se réorganisant pour pérenniser leur entreprise, mais tout ceci avec beaucoup de dépense d’énergie.

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications