Les Crises Les Crises
26.novembre.201526.11.2015 // Les Crises

États de terreur, par Chris Hedges

Merci 3
J'envoie

Source : LEPARTAGE 23/11/2015

Il est quasiment certain que nous allons subir, dans un futur probablement assez proche, un autre attentat terroriste catastrophique sur le sol US. Le pillage du Moyen-Orient par notre armée; les États faillis ayant émergé de la gestion calamiteuse et du chaos de l’Irak et de l’Afghanistan; les millions d’innocents que nous avons chassés de leurs maisons, terrorisés ou massacrés; la faillite des régimes fantoches que nous avons équipés et entrainés et qui ne combattront pas; la quantité massive de munitions et d’équipement militaire que nous avons laissé atterrir entre les mains des djihadistes — les milliers d’entre eux détenant des passeports occidentaux; et la politique étrangère myope dont le seul précepte est que plus de violence industrielle nous sortira du marasme dans lequel la violence industrielle nous a entrainés, font que, comme la France, nous allons en prendre pour notre grade.

Un mémorial à New York en l’honneur des victimes des attentats de Paris. Une vague de terrorisme de ce type aux USA pourrait bien donner naissance à un état d’anxiété nationale qui mutilerait la démocratie US Kathy Willens / AP

Tous les principaux candidats à la présidentielle, y compris Bernie Sanders, ainsi que la chambre d’écho éhontée de la voix des élites que nous appelons médias, adoptent l’optique de la guerre sans fin. Ce qui s’est perdu : l’art de la diplomatie, l’aptitude à lire le paysage culturel, politique, linguistique et religieux de ceux que nous dominons par la force, l’effort pour disséquer les racines de la rage et de la violence djihadistes, et la simple compréhension du fait que les Musulmans ne veulent pas plus vivre sous l’occupation que nous le voudrions.

Un nouvel attentat terroriste djihadiste aux USA anéantira ce qui reste de notre démocratie anémique et largement dysfonctionnelle. La peur sera encore plus suscitée et manipulée par l’État. Les quelques libertés civiles qui nous restent seront abolies. Les collectifs défiant l’État capitaliste — Black Lives Matter, les activistes climatiques et les anti-capitalistes — seront ciblés sans ménagement tandis que le pays sera entrainé dans le monde manichéen du nous-et-eux, des traîtres contre les patriotes. La culture sera réduite aux vers de mirliton et au kitsch patriotique. La violence sera sanctifiée, à Hollywood et dans les médias, comme agent purificateur. La moindre critique de cette croisade et de ceux qui la mènent deviendra hérésie. La police et l’armée seront déifiées. Le nationalisme, qui n’est au final qu’auto-glorification et racisme, déformera notre perception de la réalité. Nous nous rassemblerons comme des enfants effrayés autour du drapeau. Nous chanterons l’hymne national à l’unisson. Nous nous agenouillerons devant l’État et les organes de la sécurité intérieure. Nous supplierons nos maitres de nous sauver. Nous serons paralysés par la psychose de la guerre perpétuelle.

Bagdad, 2009

En temps de guerre, le discours public crache le même venin que le roi Lear: « Alors, tue, tue, tue, tue, tue, tue! ». Les démagogues braillent et réclament plus de bombes et plus de cadavres ennemis. L’armée et les profiteurs de guerre les leur fournissent. Le public applaudit à ce massacre. La victoire est assurée. La nation se réjouit de l’éradication de cette toute dernière incarnation du mal. Mais à chaque fois qu’un de ces visages du mal — Cheikh Ahmed Yassine, Saddam Hussein, Oussama ben Laden, Abou Musab al-Zarqawi ou Abdelhamid Abaaoud — est exterminé, un autre prend rapidement sa place. Il s’agit d’une futile quête sans fin.

La violence génère une contre-violence. Ce cycle ne s’arrête pas tant que les tueries continuent. Tout ce qui nous rend humains — l’amour, l’empathie, la tendresse et la gentillesse — est congédié en temps de guerre, car présenté comme inutile et signe de faiblesse. Nous nous délectons d’une hyper-masculinité démente. Nous perdons la capacité de ressentir et de comprendre. Nous n’avons de pitié que pour les nôtres. Nous aussi célébrons nos martyrs glorifiés. Nous associons à nos morts sanctifiés les nobles vertus et la bonté qui définissent notre mythe national, tout en ignorant notre complicité dans la perpétuation de ce cycle de morts sans fin. Nos drones et frappes aériennes, après tout, ont décapité bien plus de gens, enfants y compris, que l’État islamique.

Yémen

Les djihadistes s’infiltrent dans les sites web, dans les couloirs miteux des cités environnant les villes françaises, et dans les bidonvilles irakiens à la recherche de jeunes gens mis au rebut par la guerre et le néolibéralisme, tout comme les recruteurs de l’armée US débusquent nos propres exclus et dépossédés et les envoient au combat. Les jeunes marginalisés, à qui l’on offre une illusion d’héroïsme, de gloire et même de martyre, à qui l’on promet une chance d’être armés et puissants, sont séduits par ces charognards. Des centaines de millions de gens à travers la planète ont été exclus par la mondialisation, rejetés comme déchets humains. Ils n’ont aucune valeur aux yeux de l’État capitaliste. On leur refuse emplois, droits sociaux, dignité et auto-estime. Ils sont des proies faciles pour les chants de sirènes de ceux pour qui la guerre est un business lucratif. Ils revêtent l’uniforme. Ils abandonnent leur individualité. Ils font l’expérience de cette drogue addictive qu’est la violence. Ils endossent une nouvelle identité — celle du guerrier.

Robert Jackson, vétéran d’Irak

Lorsqu’ils parviennent à voir à travers les illusions et les mensonges, lorsqu’ils parviennent à saisir comment ils ont été utilisés et trahis, ils sont brisés, mutilés ou morts. Peu importe : ils sont légions derrière eux à attendre impatiemment leur chance.

Nous avons perdu les guerres d’Irak et d’Afghanistan. L’Irak, en tant que nation unifiée, a été éclaté en enclaves antagonistes et belligérantes. Il ne sera jamais réunifié. Nous avons assuré la faillite de l’Irak en tant qu’État au moment où nous l’avons envahi et avons démantelé son armée, ses forces policières et sa bureaucratie gouvernementale, au moment où nous avons tenté de manière insensée de dominer ce pays par la force, y compris en armant et en organisant des escadrons de la morts chiites, qui ont imposé aux sunnites le règne de la terreur. Les rebelles irakiens, Al-Qaïda, et plus tard, l’État islamique, ont facilement recruté au sein de la masse dépossédée d’enragés dont les familles ont été déchirées depuis l’invasion de 2003, dont l’enfance a été marquée par la pauvreté extrême, la peur, le manque d’éducation, l’absence de services élémentaires et des actes de violences horribles, et qui, à raison, ne voient aucun futur possible sous occupation US. L’État islamique contrôle maintenant une région de la taille du Texas, taillée dans les restes de la Syrie et de l’Irak. Toutes nos attaques aériennes ne l’en délogeront pas.

La situation n’est pas meilleure en Afghanistan. Les talibans contrôlent une plus grande partie de l’Afghanistan qu’il y a 14 ans lorsque nous l’avons envahi. Le régime fantoche de Kaboul que nous armons et soutenons est détesté, brutal, corrompu, impliqué dans le trafic de drogue et paralysé par la lâcheté. Il est aussi largement infiltré par les talibans. Le régime de Kaboul s’effondrera dès notre départ. Des billions et des billions de dollars, ainsi que des centaines de milliers de vies, ont été perdus pour rien, alors que le changement climatique est de plus en plus près de provoquer l’extinction de l’espèce humaine.

Nous avons plongé dans des conflits que nous ne comprenions pas. Nous étions propulsés par des fantasmes. L’occupation de l’Irak était censée faire de nous des libérateurs acclamés. Nous comptions instaurer la démocratie à Bagdad et la propager au Moyen-Orient. On nous a fait avaler la promesse absurde selon laquelle les revenus tirés des ventes pétrolières paieraient la reconstruction. Au lieu de cela, notre folie à engendré l’effondrement politique, social et économique, la pauvreté généralisée, les déplacements humains massifs, la misère et la rage qui ont donné naissance à l’extrémisme islamique en Irak et à travers la région.

La désintégration de l’Irak, de la Syrie et de l’Afghanistan nous a forcés à formé une alliance de fait avec l’Iran pour combattre l’État islamique et les talibans. Cette désintégration a chamboulé notre objectif de renversement du régime syrien de Bashar Al-Assad. Nous servons aujourd’hui, comme les Russes, de force aérienne de substitution pour Bachar. Et comme les combattants du Hezbollah, que les USA et Israël considèrent comme des terroristes et ont juré de détruire, font partie de l’armée de Bachar, nous servons aussi de force aérienne de substitution pour le Hezbollah. Le régime irakien est dominé par les mollahs d’Iran. Les objectifs censés justifier ces conflits — y compris la promesse d’éradication du djihadisme radical — ont tous échoué.

Dans les guerres sans fin, les ennemis d’hier sont, pour finir, les alliés d’aujourd’hui. C’est un thème illustré par George Orwell dans sa nouvelle dystopique « 1984 »:

« En ce moment, par exemple, en 1984 (si c’était bien 1984) l’Océania était alliée à l’Estasia et en guerre avec l’Eurasia. Dans aucune émission publique ou privée il n’était admis que les trois puissances avaient été, à une autre époque, groupées différemment. Winston savait fort bien qu’il y avait seulement quatre ans, l’Océania était en guerre avec l’Estasia et alliée à l’Eurasia. Mais ce n’était qu’un renseignement furtif et frauduleux qu’il avait retenu par hasard parce qu’il ne maîtrisait pas suffisamment sa mémoire. Officiellement, le changement de partenaires n’avait jamais eu lieu. L’Océania était en guerre avec l’Eurasia. L’Océania avait, par conséquent, toujours été en guerre avec l’Eurasia. L’ennemi du moment représentait toujours le mal absolu et il s’ensuivait qu’aucune entente passée ou future avec lui n’était possible. »

Tout cela finira mal. La violence massive que nous employons à travers le Moyen-Orient n’atteindra jamais ses objectifs. La terreur d’État ne vaincra jamais les actes de terreur individuels. De plus en plus d’innocents seront sacrifiés, ici et là-bas, dans une campagne aussi furieuse que futile. La rage et l’humiliation collective s’accumuleront. Tandis que nous continuerons à ne pas parvenir à empêcher les attentats contre nous, nous deviendrons de plus en plus agressifs et létaux. Les ennemis intérieurs — en particulier les Musulmans — seront diabolisés, feront l’objet de crimes de haine et seront pourchassés. Les formes de critique les plus tièdes et la dissidence seront criminalisées.

Nous sommes les otages, tout comme Israël, d’une spirale de mort qui s’accélère. Ce n’est que lorsque nous seront épuisés et diminués, lorsque le nombre de morts et d’estropiés nous submergera, que cette soif de sang s’étanchera. D’ici là le monde qui nous entoure sera méconnaissable, et, je le crains, dans un état irréversible.

Chris Hedges

Traduit par Nicolas Casaux
Éditépar Fausto Giudice Фаусто Джудиче

Source : LEPARTAGE 23/11/2015

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Macarel // 26.11.2015 à 08h02

Charlie, USA, Daesh : les 7 médiamensonges

Par Michel Collon

https://www.youtube.com/watch?v=kq5q17DDzJk

Les agissements des USA dans le monde, sont une menace pour la paix mondiale.

124 réactions et commentaires

  • Laurent // 26.11.2015 à 05h43

    Après tout, la meilleure chance de survie pour le monde, c’est peut-être l’extermination de l’espèce humaine…

      +25

    Alerter
    • Manu // 26.11.2015 à 06h22

      La meilleur chance de survie pour la planète est effectivement l’extinction de l’espèce humaine.
      Mais la meilleur chance de survie à court terme pour l’espèce humaine, c’est l’élimination/neutralisation de sa part la plus belliqueuse.

        +15

      Alerter
      • Alain // 26.11.2015 à 06h39

        La planète survit à tout, elle a déjà vécu bien pire (par exemple une période où elle était intégralement couverte de glace);

        Mais les espèces dysfonctionnelles ont toujours fini par disparaître, par son évolution actuelle, cela pourrait bien être le sort de l’espèce humaine. Et à l’échelle de l’univers cela ne se verra même pas

          +27

        Alerter
        • SEBLEB // 26.11.2015 à 08h50

          D’ailleurs la nature est bien faite : La mécanique génétique est telle que l’évolution des espèces va TOUJOURS dans le sens de la diversification.

          Ce toujours recouvre une probabilité inverse infinitésimale. Le contraire signifierait que le hasard de la mutation modifierait 2 fois le même nucléotide (pixel de l’ADN) quand un génome même simple en contient des millions (1) et ce de manière parfaitement inverse dans un tirage a 4 modalités (4 nucléotides différents) Le tout se produisant sur une espèce viable.

          Bref la biodiversité est inéluctable hors interférence humaine.

          1 – 12 M pour la levure de bière, 498 M pour le peuplier, 3400 M pour l’homme.

            +5

          Alerter
          • olivier69 // 26.11.2015 à 15h36

            “Il a été longtemps admis que l’évolution s’accompagnait d’un accroissement de la complexité des êtres vivants. Cependant, cette idée, largement influencée par l’anthropocentrisme, est fortement débattue aujourd’hui. La complexité n’ayant pas de définition précise à l’heure actuelle, il est difficile de vérifier une éventuelle augmentation de complexité. Par ailleurs, lorsque cette idée est admise, les origines de cette augmentation de complexité sont, elles aussi, source de controverse. En fait, tout cela a déjà été clairement expliqué par Lamarck”.(wiki

            Rien que cette controverse vous propulse dans la croyance….
            Mais je fais confiance à l’académie (sa politique) puisque la réalité s’affirmera en changeant les candidats à la recherche. Evidemment, aujourd’hui, une théorie a tendance à devenir une réalité puisque c’est la réalité qui doit rentrer dans l’idée…Procédé religieux très loin des valeurs affirmées par la définition d’une science. Alors pas de politique en science ? Neutralité ?

              +2

            Alerter
            • olivier69 // 26.11.2015 à 16h40

              Remarque :
              Les scientifiques veulent ils devenir de simples publicitaires ? Ou de vulgaires chefs de vente ? On note :
              « Ainsi, même dans le cadre des théories modernes de l’évolution, qu’on appelle néodarwinisme ou théorie synthétique de l’évolution, les évolutionnistes s’efforcent de réserver une place à part à l’homme, étant entendu que si son corps a évolué, il reste que ce qui fait l’humain échappe aux lois de l’évolution. » (wiki) Tiens donc ? L’ “homothéisme” s’infiltrerait même là où il n’a pas sa place ? Cela ne rappelle rien ?
              Question : Y aurait-il un projet et/ou une idéologie (et pourquoi pas religieuse dans l’ombre ?) qui amènerait (ent) à des conclusions qui relèvent du fantasme avant d’être intangibles ? Il faut savoir qu’en paléontologie, la question de l’arbre de Darwin inversé est à l’ordre du jour…..
              Donc confondre multiplication catégorielle avec diversification, cela relève davantage de la science du langage que d’une réalité mathématique.
              ps : pour ma part, seule la réalité compte. L’idéologie ? Elle n’a pas sa place (tout juste un angle d’analyse)….

                +2

              Alerter
            • Crapaud Rouge // 26.11.2015 à 21h03

              @olivier69 : pas d’accord avec votre pseudo-critique. Rejeter une idée dans la croyance religieuse, (“Procédé religieux” dites-vous), ne constitue pas une critique. Alors, pour ce qui est de l’évolution, il est avéré que les êtres monocellulaires, (bactéries…) sont apparus avant les multicellulaires. Que les cellules sans noyau sont apparues avant les cellules à noyau. etc. etc. etc. Bref, il est avéré que l’évolution est synonyme d’augmentation de la complexité, et ce pour des raisons diverses et variées. D’ailleurs, c’est bien simple, on ne connaît aucun mécanisme qui pourrait conduire à moins de complexité, hormis dans les environnements extrêmes tels que les grottes profondes, plongées dans l’obscurité absolue.

              La bonne question est de savoir pourquoi vous refusez, sans arguments solides, l’évolution vers toujours plus de complexité : ce rejet est typique des comportements religieux, le saviez-vous ? A l’inverse, j’aime bien apporter des éléments quand je critique, alors voici une référence : http://www.scilogs.fr/complexites/le-collectionneur-universel-1/ Je cite : “Cette complexité organisée (à ne surtout pas confondre avec la complexité aléatoire mesurée par la complexité de Kolmogorov) doit être comprise comme la mémorisation par l’univers des résultats de longs calculs irréductibles (c’est-à-dire pour lesquels il n’y a pas de raccourcis). Dans un premier temps, ces calculs sont opérés par les particules physiques, puis dans un second temps par l’évolution biologique (calculs génétiques, systèmes nerveux animaux et humains), et depuis peu par une multitude de mécanismes et de dispositifs artificiels créés par l’Homme. Cette croissance de la complexité organisée et l’analyse informationnelle que nous en proposons constituent une clef pour la compréhension de l’évolution cosmique.

                +2

              Alerter
            • Crapaud Rouge // 26.11.2015 à 21h17

              @olivier69 suite : pendant longtemps je n’ai pas voulu croire à l’existence du big-bang, je me suis rendu à l’évidence quand j’ai appris qu’il servait aussi à expliquer la création des atomes. Après que des atomes d’hydrogène furent créés, (voir la littérature pour + de détails), des étoiles ont pu se former, des réactions nucléaires naître en leur sein, et tous les autres atomes se faire créer par réactions nucléaires bien connues. Là aussi il y a évolution vers plus de complexité, les atomes formant à leur tour des molécules, et les molécules devenant de plus en plus grosses, jusqu’à compter parfois des milliards d’atomes (ADN). Cette dernière, fort complexe et fort organisée, n’a pas pu apparaître avant les atomes, il faut bien en convenir, or les atomes sont plus simples que les molécules d’ADN. Donc la simplicité précède, la complexité suit. CQFD même si ce n’est qu’un cas particulier parmi des milliards d’autres.

                +0

              Alerter
            • olivier69 // 26.11.2015 à 22h02

              Bonjour Crapaud,
              Vous ne m’avez pas compris (lu trop vite ?). Vous confondez le développement de la complexité et celui de la diversité. Pourtant, le lien n’est pas établi en matière de causalité dans la théorie évolutionniste. D’ailleurs votre source ne dit pas le contraire (une clef et même prévient tout de suite que cela ne concerne pas l’aléatoire).

              On se sert donc de la notion de complexité pour affirmer une diversité croissante des espèces au sein de la dite théorie de l’évolution des espèces. Or, c’est l’inverse (la biodiversité se meurt). Allez-vous nous prouver le contraire (cela doit être facile avec les comptages) ? Mais, connaissez-vous ce qui différencie le hasard de la certitude d’un point de vue académique ? Et là, on ne peut pas se tromper…

              Si vous comprenez les échelles mathématiques, renseignez-vous sur la probabilité d’obtenir une protéine ? Je ne parle même pas d’un organisme monocellulaire. Lorsque vous réalisez le résultat, vous devinerez que le hasard n’existe plus. Et là, une question taraude ? Mais pourquoi on continue à nous mentir ?

              Enfin, la mauvaise question est pourquoi vous n’admettez pas que l’athéisme est devenue une religion ? Un dogme ? Qui prend la forme de l’idéologie de l’homme divin pour certains ? Que l’on pourrait retrouver sous une autre définition dans une autre religion, d’ailleurs.
              Et comprenez-vous les propos de laurent ?

              Finalité : je ne nie pas la complexité. Non, non ! Mais l’usage politique que l’on en fait. Les adaptations évolutives sont une réalité. Mais dans le cadre de catégories et non dans le cadre d’une croissance du nombre des espèces. Nuance de taille…

              ps : bizarre, mes liens wiki sont plutôt explicites. Sinon, des références ? Croyez-moi, dans de nombreux domaines (physique, bio, anthropo, quantique,…), je peux vous fournir les conclusions d’expertises. D’ailleurs, les deux positions (créationnistes et évolutionnistes) sont davantage complémentaires qu’elles ne s’opposent. L’opposition est le fait de la politique ! Ou si vous préférez de la religion….

                +3

              Alerter
            • olivier69 // 26.11.2015 à 22h32

              Confondre le vivant avec le reste est pour le moins problématique. Vous parlez de quelle évolution ? Des espèces ou de l’univers ? Je ne remets pas en cause le bigbang ? Vous voulez me faire passer pour un idiot ? A l’inverse, croire que le néant fabrique quelque chose est une aberration intellectuelle. La compréhension en science, c’est celle des données.
              Ce qui est à l’échelle du cosmique ne l’est pas nécessairement à l’échelle de notre planète. Et justement par la diversité. Si vous étudiez un éléphant pour expliquer l’évolution d’une pierre alors, vous serez confronté à des déconvenues (l’étude risque d’être incomplète ou contradictoire)….
              La jonction entre le physique et le quantique aurait donc été faite ? Bonne nouvelle….

                +2

              Alerter
          • Ari // 26.11.2015 à 18h09

            Dans la nature, l’agressivité intra-espèce (pour nous, des humains contre des humains) n’est pas dysfonctionnelle.
            Ce type d’agressivité joue un rôle positif dans la survie d’une espèce.
            C’est “grâce” à elle qu’à l’intérieur d’une espèce, les individus sont obligés de s’éloigner les uns des autres et peuvent donc ne pas tous manger le même brin d’herbe.
            Car sans nourriture, une espèce meurt.
            L’agressivité intra-espèce serait donc tout à fait “naturelle”.

              +4

            Alerter
          • Crapaud Rouge // 26.11.2015 à 23h41

            Mille excuses olivier69, je vous avais mal lu, en effet, mais vous-mêmes aviez mal répondu à SEBLEB ! Lui parle “diversité”, mais vous lui répondez “complexité” ! Cela dit, je ne comprends pas très bien le sens général de vos propos, car vous faites beaucoup référence à ce qui se dit ici ou là, par x ou y. Je ne défends nullement ce que disent les scientifiques, je ne parle que de ce que je sais ou croit savoir, à tort ou à raison.

            Vous dites : “On se sert donc de la notion de complexité pour affirmer une diversité croissante des espèces au sein de la dite théorie de l’évolution des espèces. Or, c’est l’inverse (la biodiversité se meurt).” : peut-être que des gens se servent de la complexité pour affirmer une diversité croissante, mais à mon avis ils ont tort, ce sont deux choses bien différentes. Mais vous n’avez pas 100% raison de dire que l’inverse est vrai au prétexte que la diversité est actuellement en phase de régression.

            Tous les spécialistes savent que la biodiversité a été drastiquement réduite plusieurs fois dans l’histoire, en général sous l’impact d’un évènement extérieur gigantesque, mais ils savent aussi qu’elle est remontée après chaque chute.

            Quant à l’athéisme, il ne peut être un dogme que dans les sociétés qui répriment les religions, ce qui est loin d’être le cas en Europe, aux US, etc. Et là où il ne peut être un dogme, il peut encore moins être une religion… 🙂

              +1

            Alerter
            • olivier69 // 27.11.2015 à 01h53

              Crapaud,
              C’est pourquoi, le terme diversité était inadaptée pour définir en fait, une complexité. Le lien n’est pas évident. Et je vous ai fait part de mes réserves sur les conclusions. On confond multiplication et adaptation si vous préférez. Vous avez raison pour les variations quantitatives mais elles sont “catégorielles”. Au sein d’une catégorie, il y a des “mutations” génétiques et épigénétiques. Mais cela n’augmente pas le nombre de catégories d’espèces (grâce à une évolution). Peut-être le nombre d’espèces dans une catégorie. Mais si vous voulez être un puriste, comprenez que le mot “diversité” se rattache à la notion de “distinction”. Or dans le cas d’une augmentation au sein d’une catégorie, il n’y a “aucun apport génétique supplémentaire en terme d’informations”. Cela ne vous inquiète pas ? Même si des nuances visuelles apparaissent, le génome ne trompe pas. Sinon, à l’inverse, autant dire aussi que je suis 50% d’une banane puisque c’est le ratio qui définit nos ADN communs.

              Enfin, je condamne les méthodes d’exploitation de notre environnement. Elles sont responsables de disparitions à grande échelle.On pourrait mieux faire (mais on considère historiquement et culturellement, philosophiquement la nature comme un ennemi. Elle peut se régénérer mais il y a des limites)…. Nos process ont une influence sur le climat. Ce n’est pas en terme de réchauffement ou de refroidissement qu’il faut penser à mon avis (régulation longue), mais en terme de conditions climatiques régionales (vents, pluies,….). Localement, les perturbations du temps (la violence des éléments) sont.liées aux aléas de l’environnement. Supprimer une forêt et les masses d’air ne se comportent plus de la même manière….

                +1

              Alerter
      • Idriss // 26.11.2015 à 12h34

        Faux, notre planete est vouée à disparaitre, sa seul chance de survie c’est qu’un jour nous aprenions à rallumer un soleil mort.

        En réponse a l’article: c’est peut être les discours négatifs comme le votre le problème.

        Peace

          +5

        Alerter
        • olivier69 // 26.11.2015 à 17h10

          Merci pour votre post lucide. C’est peut être un excès de testostérones….On interdit aujourd’hui d’exprimer sa foi mais on a le droit d’exprimer sa haine avec décontraction. Le résultat se reflète sur le monde….
          Certains intervenants se croient investis d’une mission (véhicule des idées). La portée de leurs propos est le cadet de leurs soucis. Les frustrations s’extériorisent (un transfert sur l’autre)…. Je ne sais pas si les psychiatres ont un remède. Encore faut-il que le patient désire consulter.
          ps : comme ces gamins qui font la promo de l’art de la guerre. Trop de TV, de jeux vidéo et la mythomanie aigüe gagne les esprits. Le pire, c’est que ces adeptes (les enfants adultes) courent plus vite que le vent lorsque la réalité dépasse la fiction….

            +3

          Alerter
    • SEBLEB // 26.11.2015 à 08h08

      Il n’y aura pas d’extinction, car il y aura forcément des poches de survivants.
      Ces hommes du monde d’après ne seront que des maudits qui pleureront le monde d’avant. mais l’instinct de survie sera toujours la, ils s’adapteront comme l’homme a toujours fait, arrivant a vivre dans des milieux qui lui étaient a priori inhospitaliers. (bédouins, inuits)
      Puis arriveront les nouvelles générations, pour qui ce monde d’après sera la normalité, l’humanité aura alors fait son deuil du passée et après le traumatisme, l’homme pourra commencer un nouveau cycle, vivre son présent et regarder vers l’avenir : bâtir, créer, inventer, transmettre.

        +11

      Alerter
      • Anatole // 26.11.2015 à 09h16

        Puis mépriser, oublier, combattre, détruire et recommencer.

          +23

        Alerter
      • Téji // 26.11.2015 à 09h17

        juste des fossiles bientôt enfouis, probablement des traces de vitrification et leur cortège de matière fissile, et au bout du compte quelques mythes…

          +3

        Alerter
      • Chris // 26.11.2015 à 11h46

        Ils pourrons re-écrire une nouvelle bible, réciter notre légende et s’interroger du pourquoi de notre naufrage.

          +3

        Alerter
    • CitizenUp // 26.11.2015 à 11h01

      En tant qu’humain je proteste énergiquement contre cette idée.

        +5

      Alerter
    • Charles // 26.11.2015 à 13h11

      A lire pour conforter l’analyse de Chris Hedges cet article de Gilbert Achcar publié dans Le Monde de ce jour:
      La France a tord de renouer avec l’état d’exception
      http://wp.me/p5oNrG-gIk

        +2

      Alerter
    • theuric // 26.11.2015 à 14h05

      Tiens, l’un des aspect classique de la haine de soi.
      Parce que, soyons logique, si l’espèce humaine est mauvaise par nature, alors vous aussi l’êtes, non?
      La Terre, la Planète, la vie et même l’Humanité de fout complètement de savoir si Homo Sapiens Sapiens est bon ou mauvais, notre espèce n’est que le résultat de centaines de millions d’années d’évolution et, tout comme le premier insecte xylophage ne pu que décimer les plantes et arbres archaïques de cette époque lointaine, la première réelle intelligence terrienne ne peut que déstabiliser l’écologie de son époque.
      Pouvons-nous échapper à un traumatisme de grand ampleur pour que, collectivement, nous comprenions cela?
      Çà fait plus de trente ans, voire quarante, que j’entends votre discours de tendance nihiliste.
      Mais si rares sont ceux pensant véritablement leur époque, or c’est cela qui éviterait les calamités.
      Tiens, pour vous dire, il serait logique de penser que les U.S.A. vont se plonger dans une guerre civile.
      Entre autre parce que le plus grand danger pour un empire c’est l’empire lui-même, parce que, tant qu’il pouvait exporter sa violence ailleurs, ça allait encore, mais maintenant il ne le peut plus.
      La conclusion vient d’elle même.
      Alors, le choix est simple, soit l’humanité et mauvaise et dès lors, vous aussi, et je n’aurais jamais dû m’adresser à vous.
      Soit vous faites erreur, et en cela c’est votre droit le plus strict.

        +8

      Alerter
      • Johann // 26.11.2015 à 23h08

        “si l’espèce humaine est mauvaise par nature, alors vous aussi l’êtes, non?”

        Non. Le comportement d’un individu ou d’un groupe est différent. Le problème est la surpopulation, les ressources limitées et l’accès à ces ressources. Le problème est le comportement de meutes et que le nombre de meutes se multiplient.

        Allez faire un tour dans le désert (malheureusement plus aujourd’hui, car les meutes y ont fait leur nid et s’y réfugient): la solidarité est à l’inverse de ce qui peut se passer dans un transport public de la banlieue parisienne.

          +4

        Alerter
  • Tof // 26.11.2015 à 06h18

    Quoi qu’il advienne le ” monde ” survivra, seules nos civilisations risquent l’extinction. Le charivari climatique ne porte que sur le risque d’extinction des espèces et la relance de l’économie par les énergies alternatives. Il est vrai cependant que s’occuper du climat face à des risques de conflit majeur semble totalement contradictoire.

      +4

    Alerter
    • pratclif // 26.11.2015 à 07h35

      Je partage votre avis. Je pense à Yves Paccalet et à Jared Diamond (Collapse). L’espèce humaine ne peut pas continuer à croitre indéfiniment. Après la transition démographique prévisible à 9 milliards, car les gens sont déjà là dans les 7 milliards d’aujourdhui, Il est probable que la population diminuera et certain que le système monde évoluera vers un nouveau chaos.

        +11

      Alerter
      • Astatruc // 26.11.2015 à 10h20

        Bonjour,
        On sait que dans les sociétés où les soins sont bons, où la nourriture et l’eau sont accessibles, la natalité chute.
        Donc, on ne sait pas combien nous serions si les pays du Tires-monde avaient la même qualité de soins que nous.
        Bon, c’est pas pour demain vu que pour l’instant, il est bien plus pratique de les voler.

          +13

        Alerter
      • germain // 26.11.2015 à 11h29

        moi aussi je partage cette opinion.
        Malthus avait vu le problème dès le 19 eme siècle : la surpopulation .
        La surpopulation génère les problèmes écologiques , politiques et militaires.
        Les famines , parce que les populations augmentent plus vite que les ressources , ressources dont nous atteignons les limites…
        Pour l’instant l’étroitesse de la planète s’avère seulement culturelle , mais ne va tarder à être bien plus prégnante : c’est à dire alimentaire.
        Les chinois les premiers ont compris le problème et y ont réagi.

          +4

        Alerter
        • theuric // 26.11.2015 à 14h20

          Arrêtons de faire de l’anachronisme, Malthus écrivait à une époque où la génération spontanée était enseignée dans les faculté et quand l’humanité commençait tout juste à utiliser l’énergie chimique du charbon.
          Ce que nous pouvons juste dire aujourd’hui, mais c’est d’importance, c’est que si nous ne concevons pas que nous devrions, au plus vite, remettre en question, et non pas en cause, nos connaissances, en science physique notamment, nous serons dépassés par la diminution des ressources énergétiques, ce qui, inéluctablement, conduira l’humanité à une situation malthusienne.
          Parce que nos sociétés complexes se sont bâtie autour d’une énergie abondante et peut chère à l’extraction, peut chère non pas en terme de coût économique mais énergétique.
          Voyez la différence entre la simplicité d’une idée et une idée simpliste!

            +3

          Alerter
          • theuric // 26.11.2015 à 19h28

            Ai-je écrit que les sociétés humaines devaient décroitre et à quel moment?
            @Christophe, vous avez lu ce que vous avez bien voulu lire, ce qui m’arrive aussi, alors relisez ce texte et vous verrez.
            La décroissance est l’une des multiple escroqueries intellectuelles qui ne sont là que pour tenter de ne pas percevoir la réalité!
            Remettre en question nos connaissances, que je sache, ne veut absolument pas dire vouloir une décroissance sociale et économique, cela veut même dire le contraire.
            Imaginez le truc, ceux qui sont pour une décroissance pensent que nous sommes arrivés au bout de l’évolution humaine, puisque, pour eux, c’est la seule échappatoire possible aux problèmes qui se posent à nous.
            J’ai écrit le contraire, c’est pourtant explicite, non?
            Mon blogue se nomme “appel à une nouvelle renaissance”, ce n’est pas pour rien, non?
            Et si vous vous y baladez, vous y verrez que je m’essaie d’explorer divers idées, allez voir à aphorismes, par exemple, et vous verrez si je suis pour la décroissance.
            J’en ai même écrit un petit pamphlet sur ce même blogue.
            Franchement, je ne comprends pas pourquoi vous avez écrit cela.

              +1

            Alerter
  • Ber // 26.11.2015 à 06h31

    Le libéralisme à été élevé au niveau d’une religion. Nous assistons à une nouvelle guerre de religion. Les religions sèment la mort.

      +23

    Alerter
    • Chris // 26.11.2015 à 11h49

      Je substituerais le mot “idéologie” à religion, champ trop restrictif. Les idéologies sont par nature mortifères.

        +1

      Alerter
    • Frédérique // 26.11.2015 à 13h20

      Non, ce sont les hommes qui se servent des religions qui sèment la mort.
      Les religions, elles, ont servi à établir des règles pour que les hommes puissent créer et vivre dans des sociétés organisées.
      Les tables de la loi sont une sorte de code civil.

        +12

      Alerter
    • Ari // 26.11.2015 à 18h22

      L’ultra libéralisme profite à quelques uns. Ceux-ci ont aujourd’hui les reines et ne sont pas près de les lâcher. Il y a une lutte à mort pour les garder.

      Tout outil est bon pour cela, la violence barbare, la violence sournoise, la propagande… la religion.
      La religion n’est qu’un outil.
      Malheureusement il peut s’avérer très efficace.

        +2

      Alerter
  • Alain // 26.11.2015 à 06h35

    Vision terrifiante mais au combien juste !

    On pourrait croire qu’une armée de milice pourrait nous protéger de telles dérives mais malheureusement 1914 nous a prouvé le contraire

      +5

    Alerter
  • pratclif // 26.11.2015 à 07h23

    Le système monde est en chaos perpétuel. Nous avons eu seulement l’illusion qu’il était devenu stable et que c’était la fin de l’histoire. Le temps d’une génération comme la mienne.

      +8

    Alerter
    • bats0 // 26.11.2015 à 21h15

      “En chaos perpétuel”, car nous le voulons bien : on ne fait pratiquement rien pour rechercher l’harmonie, et une forme d’équilibre entre la nature et l’espèce humaine, alors qui aurait de quoi faire.
      Non nous préférons la compétition, ce qui nous condamne forcément à pratiquer le jeu de la guerre.
      Suffit de constater que depuis la création des états-unis, combien de fois ce pays a été en paix véritablement (sans aucun conflit); il me semble que c’est seulement 19 années depuis 1776 : ils ont commencés avec les amérindiens, qu’ils ont pratiquement exterminés, jusqu’à nos jours, où ils sont soi-disant en guerre contre le terrorisme qu’ils financent…
      Allez comprendre comment fonctionnent leurs gènes ?

        +3

      Alerter
  • Macarel // 26.11.2015 à 08h02

    Charlie, USA, Daesh : les 7 médiamensonges

    Par Michel Collon

    https://www.youtube.com/watch?v=kq5q17DDzJk

    Les agissements des USA dans le monde, sont une menace pour la paix mondiale.

      +41

    Alerter
    • Crapaud Rouge // 26.11.2015 à 22h14

      Vraiment très bonne cette vidéo, merci. Il me semble qu’elle vaut toutes les explications du monde, parce qu’elle pointe du doigt la volonté première qui font que ces choses adviennent. Toutes les manipulations sont possibles avec quelques ingrédients : le fric, une idéologie sur mesure, l’art de manipuler les opinions de n’importe qui, et de mauvaises raisons de s’en prendre aux autres.

        +1

      Alerter
  • Nora // 26.11.2015 à 08h22

    Hé Bergers, hé les Loups. Ici c’est Paris, ici c’est la Libye. Ici c’est ma liberté de pensée. Ici c’est c’est ma liberté d’expression. C’est Moi qui pose les questions. C’est Moi qui définit le sens des mots. Es tu Charlie ou pas Charlie.Ça pue ce truc! J’aurais du m’en douter. Pourquoi tu me demandes pas qui es tu? Je suis tes peurs et les angoisses. Je suis celle que tu combat. Je suis l’ombre de tes projecteurs et la lumière de ton ombre. Je suis le silence de tes mots et le bruit de tes silences. Je suis la souffrance que tu génère. Je suis la dignité humaine. Je suis citoyen du monde. Je suis l’Occident et l’Orient. Hé Bergers, hé les Loups, c’est quoi la Civilisation ? C’est quoi la Barbarie ? A quoi reconnait on un être civilisé? A quoi reconnait on un être barbare ? C’est quoi votre religion à vous?

      +6

    Alerter
    • Macarel // 26.11.2015 à 08h39

      Ne pas faire aux autres, ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse.

      Pas besoin d’une Bible, d’un Coran, ou d’une Torah !

        +36

      Alerter
      • olivier69 // 26.11.2015 à 18h01

        Macarel,
        c’est exactement ce que nous faisons, n’est-ce pas ? De bouche à oreilles….
        ps : Le problème est ailleurs et bien plus complexe. Mais une bonne diversion est toujours bien venue. Si vous avez la réponse à ce que nous avons besoin pour la partie pratique, alors je suis à l’écoute…On ne doit pas mélanger tout. Il y a séparation…

          +2

        Alerter
      • olivier69 // 26.11.2015 à 19h55

        François,
        Macarel aurait pu mieux s’y prendre (sa réponse à nora est surprenante avant d’être réjouissante). C’était sûr…. (le savait il ?).
        D’une part, vous dites que pas besoin de support écrit mais vous donnez en même temps l’origine du propos (le nouveau testament). Pour ma part, c’est davantage les religions qui sont visées à travers la mise en avant critique des supports. Or nous sommes bien dans un pays où la séparation de l’état et du spirituel est actée à travers la laïcité. La religion sans texte ? Si seulement….

        Vous vous énervez alors que je ne vois aucune censure puisque je peux par exemple m’exprimer en tant que croyant (peut-être pas le cas de tout le monde ? je ne suis pas dans la confidence). Par contre, rassurez-moi, j’ai un léger doute sur votre notion de la liberté d’expression. Parce que le “bashing” de la religion est un sport idéologique en dépit de la loi. Est-ce dans la philosophie de la première phrase de macarel ? Donc, tachons tous de ne pas provoquer l’autre inutilement…Afin de respecter la parole que l’on doit à qui, déjà ?

        Alors l’anti-religieux ? Qu’est-ce donc ? Et rassurez-vous, j’aime bien macarel. Mais ne rajoutons pas de l’huile sur le feu inutilement.

        ps : merci au modo d’avoir fait passer “mon” message, alors ?

          +2

        Alerter
        • francois19 // 26.11.2015 à 23h50

          Bonsoir Olivier,
          vous prêtez un sens à mes commentaires (effacés), qu’ils n’avaient pas. Je souhaite un monde où ce qu’il y a de bon dans les livres saints (quelle que soit la religion dont ils sont les livres) serait tellement intériorisé par les gens que le support écrit serait superflu. Et on rencontre parfois des gens qui ne sont pas religieux, au sens où ils n’appartiennent à aucune religion, mais qui sont profondément spirituels et appliquent les préceptes et valeurs du livre sans les connaître. Naturellement. Ces gens existent… Ils ne sont pas nombreux.

          Quant à la modération, je note seulement que mes commentaires, dès lors qu’ils évoquent une notion religieuse, sont régulièrement supprimés. J’ai posté deux commentaires. Celui-ci est le troisième. Dans le premier, je ne mentionnais que la source de la citation de Macarel, sans autre commentaire. Donc la modération me semblait abusive.

          Dans le second, quand j’ai évoqué la modération, je ne faisais aucunement référence à Macarel (quel rapport a-t-il avec la modération???), mais au fait que mes commentaires avaient été effacés. Vous avez eu plus de chance, tant mieux pour vous.

          Quant au fait de provoquer qui que ce soit, ce n’est pas mon intention. Je m’étonnais seulement, dans mon second commentaire, comme vous le faites aussi d’ailleurs, du fait de dire “pas besoin des livres saints”, et dans le même temps, de citer l’un des passages les plus importants de l’un d’entre eux. Rien de plus que vous, rien de moins que vous. Et sans prêter à d’autres bloggeurs des dires qui ne sont pas les leurs, quand il n’y a plus aucune trace par ailleurs pour attester de leur bonne foi.

            +2

          Alerter
          • olivier69 // 27.11.2015 à 00h55

            Bonsoir françois,
            Je pense pour ma part, qu’effectivement, il y a une corrélation entre les livres et la possibilité de comprendre. Cependant pas seulement. Et enfin, que c’est l’instrumentalisation qui pose problème. Comme pourrait l’être la notion de nation..Mais que chaque support dans ce cas peut être dévoyé. Jusqu’à la famille….

            Après tout, vous et moi sommes satisfaits de constater que macarel prend “la référence” comme mode de comportement rationnel. En ce sens de référence, que c’est “la phrase” qui résume toute la philosophie (elle se suffit à elle-même). Il faut juste qu’il fasse le lien entre les livres et les hommes qui les détournent ou les manipulent….

            Car mon message était que ce n’était pas les livres le problème, ni les lieux de cultes par exemple, mais bien les hommes qui se prétendent, alors que…. Et là, macarel ne fait que transposer….. J’espère que ce n’est pas une incitation supplémentaire à la destruction des supports. D’où mon inquiétude vis à vis de macarel.

              +2

            Alerter
  • caroline Porteu // 26.11.2015 à 09h02

    Le 18 Novembre dernier
    vous avez publié un très bel article
    Des victimes sans valeur : les quatre millions de musulmans tués dans les guerres occidentales depuis 1990

    Ce chiffre en lui même dit tout ..

    Il n’y a pas plus sanguinaire que ce pays

      +13

    Alerter
    • groucho // 26.11.2015 à 16h02

      Il ne dit pas tout-à-fait tout.
      Il n’y a pas 4 millions de morts, mais 4 millions de fois 1 mort(e). Et si on s’intéresse à celui-là… Il ou elle avait des parents, des frères et soeurs, un(e) conjoint(e), des enfants, des cousins et cousines…

        +5

      Alerter
  • Anatole // 26.11.2015 à 09h20

    L’humanité n’est qu’une moisissure apparue à la surface d’une toute petite planète, et elle va disparaitre à très court terme à l’échelle Universelle.
    Et ce sera tant mieux, car c’est une moisissure toxique.

      +2

    Alerter
    • Crapaud Rouge // 26.11.2015 à 22h17

      moisissure toxique“, l’humanité ? Vous choisissez le registre d’expression des pires ennemis de l’humanité. 🙂

        +1

      Alerter
  • loki // 26.11.2015 à 09h46

    Avant la COP21 on pourrait peut-être rappeler que les bombardements émettent pas mal de CO2, et en plus l’Indonésie est en feu ! Le trafic par camion dépasse largement nos espérances. Respirons !
    Bombarder des secteurs où il y des puits de pétrole, c’est pas très futé surtout si on n’a pas de mandat pour le faire et si le résultat est quasi-nul. Depuis le temps que ça dure il faudrait se mettre à y réfléchir !

      +8

    Alerter
    • Lysbeth Lévy // 26.11.2015 à 10h36

      Bien dit Loki, les mêmes qui vont aller à la COP21 sont bien ceux qui bombardent en Irak-Syrie, Lybie, Afrique centrale, Afghanistan, Mali, Sahara et “ils” prétendent “sauver la Planète” et imposer au monde entier un nouvel ordre basé sur les échanges du CO2 ! La finance écologique ou grennwashé vivant de l’argent publique, celui issu du travail des peuples, souvent mal payés, pauvres, mais ils rapportent encore des fonds publiques siphonnés par la finance dite écologique” encore un gros mensonge, qui rapporte gros chaque année.

      Gore et Obama les véritables initiateurs de cet énorme mensonge, vont encore dicter leurs lois aux pays sous développés, en les obligeant a ne pas continuer à se développer mieux car ils ont tellement peur d’être surpassés par ces pays émergeants.

      L’Inde, Brésil, Russie, Chine ne vont pas aller dans leur sens, sachant qu’ils y perdraient mais les “pays sans voix indépendantes” comme ceux d’Afrique vont être obligés de suivre ce qui va les mener a plus de sous développement et de misère…Odieux colonialisme euro-centré, blanc, qui veut garder cette chasse gardée soumise à leurs dictats ! Du malthusianisme pur et dur…..
      .

        +7

      Alerter
  • Astatruc // 26.11.2015 à 10h13

    Mais bien sûr qu’il y aura un attentat aux usa, il faut bien trouver un pretexte pour foutre en l’air ce que la Russie essaie par tous les moyens d’obtenir, l’éradication de daesh(ce qui n’arrange absolument pas les usa, créateurs(avec la France et d’autres) de ce monstre).
    Voilà la diplomatie américaine: instaurer la terreur
    Un attentat aux usa donnera l’autorisation aux USA de contrer la présence légitime de la Russie en Syrie, si on prend en compte que le premier objectif(comme en Lybie) est l’exclusion aérienne(sauf usa et otan) alors oui, il y aura un attentat aux usa ça leur permettra d’aller transformer la Syrie en tapis de bombes, ce qu’ils ne peuvent pas faire présentement.
    Ils n’ont guère d’autres moyens de récupérer la main, la provoc d’Erdogan ayant échoué.

      +5

    Alerter
    • Crapaud Rouge // 26.11.2015 à 22h39

      il y aura un attentat aux usa ça leur permettra d’aller transformer la Syrie en tapis de bombes” : comme ils ont fait en Irak. C’est logique, mais à condition qu’ils le veuillent, et l’attentat devra être sanglant. Mais Obama n’est pas Bush, il est beaucoup moins va-t-en-guerre au MO parce qu’il vise plutôt la Chine. Et puis, les US se sont super-protégés, l’opinion ne comprendrait pas qu’un autre 9/11 arrive. Les US comptent plutôt sur Erdogan pour faire monter la tension. Vous dites que sa provoc a échoué ? Pas sûr. Il refuse de s’excuser, et la Russie fera des représailles. On peut donc craindre que la provoc ne soit qu’un début, même si elle semble avoir échoué.

        +0

      Alerter
  • Julie // 26.11.2015 à 10h22

    Entendu/lu ces derniers jours: un type récemment converti à l’Islam s’est vu coller une fiche S et éloigner de la centrale nucléaire où il travaillait. (mais pas les scientologues ou les témoins de Jéhovah?)
    les sans-papiers du squatt de St Denis, blessés durant l’assaut, sont en cours d’expulsion et ont été sortis 3h après l’attaque “sans ménagement” direction le bureau qui allait leur signifier leur interdiction de territoire (et pour ceux qui sont à l’hosto, on leur a délivré la décision sur place)

    bienvenus au pays des droits de l’homme!

      +7

    Alerter
    • anne jordan // 26.11.2015 à 15h18

      https://www.mediapart.fr/journal/france/241115/muhammad-une-arme-pointee-sur-la-tete
      là , c’est même pas un converti , c’est un syrien non pratiquant qui avait le grand tort de téléphoner à son frère resté en Syrie!
      dégâts fait par les flics : 5000 euros , pour une perquisition infructueuse .

        +3

      Alerter
    • Bamboo // 28.11.2015 à 00h03

      La France ne peut accueillir toute la misère du monde… mais contribue à y ajouter ce qu’elle peut !

        +1

      Alerter
  • Bobforrester // 26.11.2015 à 10h33

    Il ne dit pas ne démontre pas que cette situation découle de la stratégie du CFR bien décrite par A.Russo qui révèle les confidences de Rockefeller
    . Pour sauver le système capitaliste mondial en crise définitive il faut créer un terrorisme permanent contre les peuples qui vivent sous sa domination : terreur et diversion. Et lancer les hordes terroristes fabriquées sur mesure contre les pays résistants: Russie Iran Irak Chine etc.

      +16

    Alerter
  • Astatruc // 26.11.2015 à 11h05

    ce que nous devrions faire?
    Mais virer nos politiciens, seulement nous sommes des lâches, oui, des lâches.

      +5

    Alerter
    • BEYER Michel // 26.11.2015 à 13h37

      Donnez-nous la recette!!! Les incantations ne suffisent pas.

        +5

      Alerter
      • Astatruc // 26.11.2015 à 19h40

        Beyer Michel
        Je connais pas la recette pour que les gens se responsabilisent.
        Vous pensez bien.
        🙁
        Si il y avait une recette, ça serait de monter à des millions à Paris mais on peut même pas:y a des terroristes…….
        et y a pas des millions de Français qui suivraient.
        Ensemble on est les plus forts, divisés nous sommes vulnérables.C’est tout ce que je sais.

          +5

        Alerter
      • Alfred // 26.11.2015 à 20h24

        @chris. Choix respectable mais vous partirez avec femme et enfants? Ce sera un peu tard. Qu’envisagez vous avant?
        @astatruc et Michel beyer. En théorie la solution c’est la reprise du pouvoir par le peuple et blablablabla. En pratique n’importe quoi pour virer les atlantistes et de tous bords qui nous conduisent résolument et définitivement vers la guerre voire la guerre civile. Concrètement avec les outils pourris dont nous disposons et comme les “marches sur Paris” ne sont que du vent il reste les partis souverainistes (dont je me désole qu’ils soient essentiellement de droite): dlr et upr.
        Entre les racistes bas du front, les aigris, les cocus rancuniers de la gauche et de la droite et les patriotes la PME le pen est malheureusement le seul barrage réaliste aux traîtres actuels. (Ce qui ne veut pas dire que ce parti ne trahira pas d’une part et ce qui ne garantira pas la paix civile d’autre part entre incompétence des uns et rancune des autres ).
        Nous aurons à choisir entre deux étrons à avaler.
        Parole de “gauchiste” qui n’a jamais vote au second tour, je jure que dorénavant je voterai au second pour “faire barrage” aux… Atlantistes.
        (Si ce que je dis “fait le jeu” du ps ou de l’UMP (désole les tocard la république c’est aussi la mienne), c’est vraiment pas fait exprès).

          +2

        Alerter
        • Astatruc // 27.11.2015 à 01h02

          Alfred,

          Alfred,

          Entre deux pains rassis j’en prend aucun, suis abstentionniste.

          Me sortez pas le refrain habituel, je l’ai trop entendu.
          Ça me ferait mal de voter mlp même si les gens la rejoignent par depit.
          Ben, voyons, après avoir voté pour l’evincement, on va voter par depit.
          Ce sera quoi le prochain coup, un parti unique?
          Au moins ce sera clair.

            +0

          Alerter
          • Alfred // 27.11.2015 à 22h45

            Je comprend ta position. Je dis juste que tu avalera le pain rassi de toutes façons (tu vivra sous le “régime” le pen ou autre, comme tu as vécu sous le “régime” hollande, le “régime” Sarko etc…).
            Rien n’est bon. Pour ma part la moindre chance de quitter l’OTAN ou l’UE je la prendrai. (Honnêtement je crois même pas que ça se produise avec la PME que tu sais mais bon)

              +0

            Alerter
  • Timmy // 26.11.2015 à 11h05

    Bonjour,
    Il est bon que ce genre d’articles soient maintenant plus visible et accessible au grand public.
    Cependant, on peut dire que la situation est la même depuis au moins une décennie( Bush en Irak en 2001,Sarkozy et la Lybie,…) et que ce que nous voyons aujourd ‘hui n’est que la suite ( presque prévisible) d’une politique agressive ( voir meme colonialiste) de l’Occident sorti vainqueur d’une guerre froide dans laquelle elle a laissé peu de plume, et la surtout laissé sans adversaire.
    Maintenant que ces faits sont connus et reconnus ( du moins par les hommes préférant une analyse empirique qu’une théorie fumeuse), il faut passer à la prochaine étape : faire en sorte que notre pays redevienne NOTRE pays, défendant donc NOS intêréts de français.
    Et cela passe forcément par un changement de nos habitudes de consommateur de masse et d’enfant gâté, qui nous laisse dépendant de ces grandes puissances corruptrices.
    En résume, rien ne sers de se plaindre s’il on n’agit pas et que l’on ne change pas notre environnement ainsi que notre façon de vivre et de voir le monde ( entre autres : la consommation de masse, les politiques servant leur interet, et encore, les énergies fossiles polluantes, les médias abrutissant, jusqu’à la propriété intellectuelle privé, créatrice de tension, de violence et de chantage dans le monde industriel).
    Pour terminer, merci à Olivier pour son travail et son investissement sur ce site bien sur!

      +4

    Alerter
  • DVA // 26.11.2015 à 11h05

    Oui , on fait quoi Now?
    Car hormis le fait qu’il y ait évidemment des raisons essentiellement économiques derrière Daech and co…et ceux qui les soutiennent directement ou non…
    Aujourd’hui,le plus délicat pour l’occident et surtout l’OTAN , c’est que les russes se retrouvent surtout en position militaire de force avec leur base à Lattaquié …
    L’OTAN qui pensait encerclé …se retrouve …encerclée…
    Situation explosive , n’est-il pas ?!

      +3

    Alerter
  • francois19 // 26.11.2015 à 11h28

    Bon. Résumé des publications depuis le 13 novembre:
    – On sait ce qui ne va pas au niveau géopolitique, politique et économique
    – Les seules réponses possibles semblent être individuelles, et semblent être bien peu de choses en regard de l’ampleur de la catastrophe passée, actuelle et à venir
    – Des guerres ont été déclenchées par le passé, pour des agressions moins graves que celle qu’a subie la Russie, et on ne peut que saluer la sagesse du dirigeant Russe, qu’on l’aime ou pas, de ne pas se jeter tête baissée dans la mêlée, contrairement aux reactions à chaud (et même à froid) d’autres dirigeants qu’on ne citera pas

    Et maintenant, on va où??? (pour citer le titre d’un excellent film, qui pose en toile de fond la même question: comment sauver la paix sur le long terme?)

    Je ne vois pas la réponse, si ce n’est qu’elle est dans les décisions de chaque minute… et qu’il ne faut surtout pas regarder trop en avant, sinon, on ne peut que conclure à une inévitable fin du monde. Et il ne faut pas non plus regarder le monde uniquement à un niveau trop macro, sinon, on ne voit que du noir. La lumière est toujours au niveau micro.

      +4

    Alerter
  • Ced // 26.11.2015 à 12h16

    Bonjour

    “Le nationalisme, qui n’est au final qu’auto-glorification et racisme, déformera notre perception de la réalité”
    Je sais reconnaître les torts de mon pays (dirigeants) et je ne suis pas raciste. Pourtant, je m’estime nationaliste. Question d’histoire et de culture. Et respectueux de celle des autres. Un vrai charlie en fait. La réalité ne m’apparaît pas déformée, j’arrive encore à lire entre les lignes. Les nouveaux électeurs FN (pas moi) ne sont pas racistes, ils sont surtout écoeurés de l’UMPS (à juste titre). Et s’ils le deviennent, c’est bien qu’on les incite à le devenir (propagande et actualité médiatique).
    Le problème n’est pas le nationalisme mais bien la crédulité des gens qui ne s’intéressent à rien et qui croient que la vérité se trouve dans le 20h. Les veaux.

    “alors que le changement climatique est de plus en plus près de provoquer l’extinction de l’espèce humaine.”
    Le ponpon ! Les armes nucléaires et la catastrophe en cour de Fukushima peuvent provoquer l’extinction de l’espèce humaine. Par l’espèce humaine. Si le changement climatique pouvait avoir cette influence, vous pensez bien que les dirigeants, aussi malhonnêtes soient ils, tenteraient sérieusement d’y remédier. Ils sont aussi concernés. Du grand n’importe quoi cette phrase.

    “Nous sommes les otages, tout comme Israël, d’une spirale de mort qui s’accélère”
    Israël serait otage et pas responsable ? Les dérives extrémistes d’une partie de ses dirigeants me font douter de leur statut de victime.

    Des choses justes aussi…

    Désolé, Mr Hedges, je n’ai pas encore peur, je suis inquiet.

      +5

    Alerter
    • Crapaud Rouge // 26.11.2015 à 23h02

      Le problème n’est pas le nationalisme” : ça dépend de ce qu’on entend par “nationalisme”. Au sens usuel, ce terme est synonyme de fascisme, ce que confirme mon Petit Robert : “Doctrine fondée sur ce sentiment, subordonnant toute la politique intérieure au développement de la puissance nationale et revendiquant le droit d’affirmer à l’extérieur cette puissance sans limitation de souveraineté.” Mais au sens premier, il est parfaitement légitime : “Doctrine, mouvement politique qui revendique pour une nationalité le droit de former une nation.” : mais ce sens convient aux mouvements autonomistes, séparatistes, indépendantistes. Pour les nations déjà constituées, vous avez ça : “Exaltation du sentiment national; attachement passionné à la nation à laquelle on appartient, accompagné parfois de xénophobie et d’une volonté d’isolement. ==> chauvinisme, patriotisme.” Moralité, il faudrait réinventer le nationalisme, pour ne pas tomber dans ses travers historiques, pour ne pas être patriote de la onzième heure ni patriote farouche.

        +0

      Alerter
      • Ced // 27.11.2015 à 00h08

        Bonsoir “croac” ! lol

        En effet, il faudrait trouver une définition au patriote tout court.
        Vous avez compris que je ne me situe pas dans la première catégorie et la troisième me paraît extrémiste. Je ne suis pas à ce niveau d’exaltation.

        J’ai donc bien situé mon nationalisme. Une nation, son histoire, sa culture, ses gens, ses erreurs, son aura, son avenir et moi et moi et moi… lol

        Merci pour les précisions.

          +0

        Alerter
    • Manant // 27.11.2015 à 19h01

      En effet, tout est dans la chute qui amène à pousser le lecteur à s’identifier avec Israel. C’est assez diabolique en effet : d’un côté, ce que décrit Chris Hedge — l’état où se trouvent les USA — est un copié-collé de ce que fait Israel dans son environnement immédiat depuis sa naissance (semer les guerres, la haine, les divisons); on fait abstraction ensuite de ces causes pour se concentrer sur ses effets : eh bien, on se trouve dans la même situation qu’Israél qui, bien sûr, est à plaindre, et a droit à l’autodéfense. C’est comme ça que d’excellent journalistes finissent par céder à la psychose. Car, en toute objectivité, que veut dire Chris Hedge? Que nous apprend-il que nous ne sachions déjà. Quelle analyse sous-tend cette description apocalyptique? Qui en sont les responsables parmi ceux qui ont le pouvoir économique et financier. Y-a-t-il même des enjeux au delà de cette politique de la folie destructrice? Est-ce seulement pour le plaisir ? C’est vraiment étonnant.

        +0

      Alerter
  • Lulu Bâille // 26.11.2015 à 13h03

    Pour résumer ce que Chris Hedges a très bien décrit dans ce texte : c’est au début de l’effondrement de nos sociétés que nous sommes en train d’assister.
    Un effondrement précédé d’une période de déclin, dont l’origine remonterait à quand ? 11 septembre 2001 ?

      +2

    Alerter
  • Alae // 26.11.2015 à 13h07

    Le pire est que les Américains savent pertinemment que bombarder des pays musulmans sans rime ni raison crée toujours plus de terrorisme.
    Ils l’ont eux-mêmes déclaré quand ils se sont insurgés contre les bombardements russes en Syrie, le 2 octobre dernier. Dans les mots de Samantha Power, “nous appelons la Russie à cesser immédiatement ses attaques contre l’oppositions syrienne et des civils.(…) Les victimes civiles “ne feront qu’alimenter l’extrémisme et la radicalisation”.
    En anglais, par Glenn Greenwald.
    https://theintercept.com/2015/10/03/one-day-after-warning-russia-of-civilian-casualties-the-u-s-bombs-a-hospital-in-the-war-obama-ended/
    Les USA savent. Et pourtant, ils bombardent depuis des décennies le Moyen Orient et entre autres, le Pakistan avec leurs drones.
    Leur hypocrisie et leur pure malveillance coupent proprement le souffle.

      +18

    Alerter
  • CitizenUp // 26.11.2015 à 13h10

    Tout à fait dans le sujet, je pense qu’il faut faire une publicité bien sentie à ce que dit député Lellouche et retranscrit ici :
    http://www.numerama.com/politique/132593-pierre-lellouche-droits-homme-reponse.html

    “J’espère que le matin, quand vous vous regardez dans votre glace, vous mesurez les conséquences que vous, et beaucoup d’autres commentateurs, ont entrainées dans l’attitude de cécité volontaire ou de déni dans lequel vous avez depuis des années enfermé notre pays, face à la montée du péril où nous nous trouvons.”

    A ce niveau de manque de sens de ses propres responsabilités à lui et ses colègues de la profession des politiciens, à ce niveau d’aveuglement et de stupidité aussi, je rêve de plus en plus à une Union Nationale, légitime, républicaine,
    celle de l’ensemble des Français contre cette petite poignée de dangereux personnages médiocres et pourtant si suffisants, à savoir les politiciens de ce pays.

      +18

    Alerter
    • Crapaud Rouge // 26.11.2015 à 23h09

      Malheureusement, on ne peut pas reprocher à la majorité des Françaises/Français de se solidariser de leur Chef en ces temps difficiles. Ne sommes-nous pas les premiers, sur ce blog, à rappeler qu’une grosse majorité des Syriens soutiennent Assad ? Ce qui vaut pour un “dictateur” vaut pour le clown qui nous gouverne. Encore que… Il faut attendre. Peut-être pas si clown que ça. Il faut attendre de voir ce qu’il va faire avec Poutine.

        +0

      Alerter
  • Manuel Baptista // 26.11.2015 à 13h15

    Nous, les peuples des pays occidentaux, avons comme ennemi principal les gouvernants et les puissants de l’économie, de la finance, dont le rôle de prédateurs est tout à fait clair pour quelqu’un qui veuille voir la réalité. L’OTAN est l’instrument de l’impérialisme global, dont la puissance dominante est les USA et toutes les autres les autres États qui composent l’OTAN sont subordonnés (pas alliés, mais vassaux).
    La montée de IS en Irak, puis en Syrie a été telle que seulement possible grâce à une logistique complexe maintenue grâce à des réseaux qui fournissent tout, les combatants, l’argent, les armes… Ces réseaux se sont installés en Jordanie (des camps d’entrainement tenus par la CIA) , en Turquie où le pouvoir a directement organisé la guerre contre la Syrie, et a profité du pillage des ressouces, le pétrole, mais aussi les équipements industriels d’Aleppo, le coeur économique de Syrie, et aussi le traffic des antiquités archéologiques resultat du pillage systématique). Erdogan est le principal soutient de l’IS, dont le fils est impliqué dans l’achat du pétrole Iraquien et Syrien, résultat du vol et contrebande de l’IS (via une entreprise dont il est l’un des 3 associés). l’Arabie Saudite et le Quatar aussi participent du côté de l’IS. Il suffit de voir la guerre contre les insurgés du Yémen, il suffit de penser que le Nord de l’Arabie Saudite fait frontière avec le territoire de l’Irak occupé par l’IS. C’est tout à fait évident. L’OTAN est engagée contre l’Irak, Syrie et indirectement Iran, Yémen , Russie… par le biais de ses fidèles membres et alliés que sont la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Quatar, et d’autres. Beaucoup de troupes occidentales, sous prétexte de «conseillers» participent directement déjà, au sol, à cette guerre, tandis que les frappes aériennes et par drone sont quotidiennes dans un vaste théatre qui s’étend depuis le Yémen (mer Rouge) à la Syrie (mer Méditerannée) et visent les ennemis de l’IS et non pas l’IS.

      +7

    Alerter
    • V_Parlier // 26.11.2015 à 14h05

      C’est ma foi un bon résumé qui défend bien mieux la cause que les commentaires totalement nihilistes ou manichéens (“occidentaux” contre “musulmans”, alors qu’en vérité les puissants mégalomanes de l’occident s’allient tout de même avec des islamistes réels, même s’ils sont alliés pour le malheur des autres musulmans, et maintenant de nous mêmes).

      Pour le lecteur novice, il est toujours bon d’expliquer clairement, plutôt que de débarquer avec des trucs du style: “les occidentaux tuent les musulmans, etc…” qui ne font que discréditer tout le reste des arguments.

        +4

      Alerter
    • P. Peterovich // 26.11.2015 à 18h08

      Effectivement, très intéressant. Et de nouveau, qui démontre que la poussée de testostérone consistant à aller flinguer le califat, sans aucune stratégie de sortie, est un cache-sexe de l’incapacité des dirigeants à percevoir les problèmes qui gangrènent la société occidentale.

      Le califat est barbare, c’est vrai. Mais ce ne sont pas des sunnites syriens ou irakiens qui se sont fait sauter, c’est de la petite frappe belgo-française…

        +2

      Alerter
      • Lysbeth Lévy // 26.11.2015 à 19h57

        Excusez moi de m’immicer dans votre conversation, mais il y a de quoi perdre son latin ou son hébreu quand on lit ceci sur le New York Times, les alliances, les méchants d’un côté les bons de l’autre avec des curieuses “alliances” entre tous et les chevauchements : http://www.nytimes.com/interactive/2015/10/16/world/middleeast/untangling-the-overlapping-conflicts-in-the-syrian-war.html

        Il y a les rebelles Tukmènes alliés des Turcs et ceux du futur Kurdistan, toutes les communautés si disparates qui avaient fait que la Syrie était un état laique et tolérant au “moyen orient compliqué”, le conflit à cheval sur la Syrie et l’Irak va terriblement compliquer les choses, on l’a vu avec l’avion abattu par les Turcs défendant la légion turkmène face à Assad.

        Houthis, Turkmènes, Yazidis, sunistes, kurdes, chiites, chrétiens, mais qui est avec qui et qui est contre qui ? Les occidentaux parle de Daesh comme le seul méchant mais les Al Nosra; les rebelles soit disant syriens anti-Assad les bons, Al Qaida etc…Une chatte n’y retrouverait pas ces petits.

        Selon Vladimir Fédoroviski il n’y a pas d’islamistes modérés tout comme le dit Poutine alors qu’il est complètement anti-poutine à l’origine…Seul Fabius, Hollande, Obama parle des “islamistes modérés”, les kurdes sont soutenus par le bloc BAO et V.Fédorovski le dit bien contre l’avis de Ulysse Gosset qui démonise Poutine en disant qu’il ne frappe pas Daesh (les méchants) et préfère frapper les bons islamistes (Al Nosra de Fabius ) !!

        Ils sont nuls les Gosset et autres russophobes ont a besoin de “lumière et de Kantisme” et eux continuent à désinformer malgré les dénégations d’un poutinophobe connu comme V. Fédorovoski !!

          +5

        Alerter
        • P. Peterovich // 26.11.2015 à 22h21

          @ L. Levy

          Les choses sont compliquées, c’est un fait.

          Mais il y a, je crains, une distinction à faire entre les protagonistes du conflit syrien et les foreign fighters.

          Le conflit syrien, c’est d’abord une guerre moyen-orientale, sur fond de rivalités ethniques et religieuses, en syrie et entre les pays de la région. Le conflit s’inscrit dans la ligne des guerres d’irak ou du yemen, pour ne prendre que deux exemples.

          Le conflit syrien, c’est également un conflit colonial (faites ce que vous voulez, la France ne s’est jamais vraiment débarrassée de son penchant colonial, et on se demande toujours ce qu’elle avait à gagner à aller bombarder l’EI – bien sûr, c’est le combat contre la barbarie, mais alors, en toute logique, il faudrait liquider tous les pays qui appliquent la charia…)

          Enfin, le conflit syrien devient également un conflit stratégique dans l’affrontement Est-Ouest…

          Dans sa dimensions guerre civile, le conflit met aux prises des acteurs qui partagent à peu près le même degré de barbarie. Poutine a raison : il n’y a pas de rebelles modérés. Ceci étant, Assad n’est pas un type sympa que sa population adore (l’armée syrienne a commis et commet des crimes de guerre). Les divers camps se battent comme des chiens et concluent des alliances opportunistes.

          Les Russes font le choix de soutenir Assad, pas parce qu’il est gentil, brave ni même légitime. Ils pensent simplement que le soutien d’Assad est une étape obligée pour arriver à un rapport de force qui puisse permettre une sortie de guerre. Il est clair que celle-ci ne sera pas une restauration d’Assad et de sa clique. Il est clair aussi que les intérêts des Russes divergeront assez vite de ceux des Iraniens et du Hezbollah, et que cela va poser de gros problèmes.

          Il n’y a pas de solution à la guerre civile syrienne. Avec le temps, je suppose que, faute de combattants ou bien de guerre lasse, ils finiront par retrouver un certain équilibre. Il a bien fallu deux guerres mondiales et quelques millions de morts pour que l’Europe se calme…

          Ceci n’empêche pas que, de notre côté, nous avons un problème avec les foreign fighters. Pour être plus précis, avec nos foreign fighters. D’autres états (la Russie) ont également des FF, mais les causes du phénomène ne sont pas les mêmes.

          Chez nous, les FF sont des jeunes adultes, soit descendants d’immigrés, à la deuxième génération, soit des convertis de fraîche date. Olivier Roy les décrit comme des nihilistes.

          Il écrit : ” ils ne représentent jamais une tradition qui se révolterait contre l’occidentalisation. Ils sont occidentalisés, ils parlent mieux le français que leurs parents. Tous ont partagé la culture « jeune » de leur génération, ils ont bu de l’alcool, fumé du shit, dragué les filles en boîte de nuit. Une grande partie d’entre eux a fait un passage en prison. Et puis un beau matin, ils se sont (re)convertis, en choisissant l’islam salafiste, c’est-à-dire un islam qui rejette le concept de culture, un islam de la norme qui leur permet de se reconstruire tout seuls.”

          Pour ces gens, le conflit en Syrie n’est finalement qu’une occasion d’offrir un débouché à leur folie…

          Le problème, évidemment, est de savoir comment les repérer et les neutraliser (surveillance, assignation à résidence, internement ?)

            +0

          Alerter
          • Lysbeth Lévy // 26.11.2015 à 23h39

            FF ?

            J’ai pas très confiance en Olivier Roy qui a été un ancien journaliste espion, voir combattant au service des “rebelles afghans” bien connus comme “libérateurs” au service des Américains et l’Europe : https://ibnkafkasobiterdicta.wordpress.com/2008/05/11/olivier-roy-un-conseiller-du-prince-et-de-la-maison-blanche/

            http://www.franceinter.fr/personne-olivier-roy “”Né le 30 août 1949, à La Rochelle, marié (deux enfants), agrégé de Philosophie et diplômé de l’INALCO en persan (1972), Olivier Roy a enseigné la philosophie au lycée de Dreux de 1973 à 1981, tout en voyageant tous les ans dans le Moyen-Orient. En 1981, il se met en disponibilité pour se consacrer à l’étude de la guerre d’Afghanistan (18 mois de séjour avec les Moudjahidines en 8 voyages de 1980 à 1988): de cette expérience sortira “Afghanistan, Islam et modernité politique” (Le Seuil 1985). Il a effectué sa dernière mission durant la guerre en Afghanistan comme consultant pour une agence de l’ONU. Olivier Roy s’est consacré après son entrée au CNRS en 1985 (section Science du politique) à l’étude des mouvements politiques islamistes, en effectuant des études de terrain d’abord en Afghanistan, en Iran, puis en Asie centrale ex-soviétique. Il a été en particulier représentant spécial puis chef de la mission OSCE au Tadjikistan d’août 1993 à novembre 1994. De ces recherches de terrain sont issus « La nouvelle Asie centrale ou la fabrication des nations » Le Seuil, 1997, « Iran : comment sortir d’une révolution religieuse ? » (avec Farhad Khosrokhavar), Seuil 1999.” Voir le CV en ligne …

            Il d’autre part été journaliste participant a plusieurs Bilderberg et également soutenu les “pseudo-révolutions” arabes, en focalisant sur l’Islam ou l’islamisme oubliant que les colonisateurs anglo-saxons, européens ont joués le rôle le plus néfaste. Egalement a travaillé pour le CFR dans l’ex-espace d’Union Soviétique : http://www.cfr.org/content/publications/…/Roy.pdf

            Parler de “nihilisme” a propos des “musulmans engagés” quelque part en Syrie ?

            La plupart sont des européens, ne connaissant pas l’islam, ayant eu une vie d’européen classique, alcool, fêtes, délinquance etc…qui ne savent pas lire le Coran, ni l’interpréter. D’ailleurs plusieurs ne parlent pas l’arabe, ni ne connaissent les coutumes.

            Personne n’a l’intelligence de dire que se sont en majorité des “mercenaires” qui ont été cooptés pour alimenter “l’armée low-cost” droguée au captagon, et qui ne sert que de “chair à canon” au service des mêmes politiques depuis des années.

            Donc cette focalisation sur l’islam est plus que douteuse, c’est encore faire croire que tout vient de cette maudite religion, exit les nombreuses agressions coloniales en raison du pétrole ou du gaz dans le sous sol de ces pays convoités.

            Pour moi, Olivier Roy est un énième spécialiste auto-proclammé qui parle de l’islam fantâsmé celui dont une Caroline Fourest, Finkielkraut, ou BHL parle, mais lui avec plus d’ethnographie qui lui donne plus de sérieux académique mais n’est pas moins stigmatisant envers les français musulmans.

            Blâmer la victime, ou les victimes car on oublie que les tueurs ne choisissent pas leurs victimes uniquement blanches et elles sont aussi “françaises musulmanes” ou français noirs. On n’en parle pas beaucoup pourtant.

            Dans la foulée du “choc des civilisation” les experts auto-proclammés s’invitent sur les plateaux télé tous les jours, les journaux pour bourrer la tête des français, ce qui fait monter la haine et la violence au sain de notre communauté française.

            Des agressions, des violences envers des femmes voilées, sont le résultat de cette hystérie anti-musulmane qui veut dire pour certain l’islam = barbare = terroriste = il faut donc éliminer tout ça .!!

            PS : Un des rapports de Olivier Roy sur la guerre en Irak .: http://asset.rue89.com/files/note_mae_democraties_arabes.pdf.

              +2

            Alerter
  • P. Peterovich // 26.11.2015 à 13h47

    Je recommande chaudement la lecture de cet article de Michel Goya.

    http://lavoiedelepee.blogspot.be/2015/11/bombarder-et-esperer.html

    Personnellement, je pense que la solution la plus sage serait de se désengager immédiatement des interventions extérieures qui fleurent le néo-colonialisme, n’assurent en rien la sécurité du pays, ni ne garantissent d’éventuels intérêts légitimes à l’étranger.

    Je ne partage donc pas la position militariste de l’auteur lorsqu’il évoque avec un dédain certain un “humiliant retrait à la manière de la fuite de Beyrouth en 1984” dont “les conséquences (…) seraient désastreuses” (j’aimerais d’ailleurs que ce point soit explicité).

    Son propos est cependant intéressant, parce que sur certains points, il apporte des nuances importantes qui méritent vraiment d’être prises en compte. Je relève les éléments suivants :

    1. Michel Goya fait clairement apparaître que le coeur du problème est un conflit sunnite-chiite.

    2. Il en déduit que l’on ne résoudra pas le problème en s’alliant avec les chiites, Bachar ou avec les Russes (dans la logique de l’auteur, les Russes prennent fait et cause pour Bachar contre tous les rebelles sunnites). Je ne suis pas en mesure d’apprécier la qualité du jugement qu’il porte sur les buts poursuivis par les Russes, mais la question qu’il pose est intéressante.

    Je cite :

    « Outre que Bachar el-Assad a fortement aidé au développement de l’Etat islamique en Irak lors de la présence américaine, il a également largement aidé à les groupes djihadistes lors de la guerre civile, libérant notamment en 2011 tous les extrémistes présents dans ses prisons, comme par exemple Abou Moussab al-Souri, le théoricien de l’Administration de la sauvagerie. L’Etat islamique a, comme les Kurdes du Parti démocratique mais dans une moindre mesure, constitué un excellent allié de revers combattant bien plus les groupes rebelles syriens que le régime de Damas, dont il ne faut pas oublier qu’il reste de loin la plus grande organisation terroriste actuelle ».

    Concernant les Russes : “les avions russes sont paraît-il bénis par les popes, ce qui doit faire le bonheur des communicants de l’EI”

    3. En conséquence, Michel Goya suggère d’investir dans les groupes sunnites (en reconnaissant qu’ils ne valent pas beaucoup plus cher que l’Etat islamiste mais posent moins de problèmes car ils n’ont qu’un agenda local…)

    Je cite :

    “Les groupes rebelles sunnites et même l’Etat islamique ne sont pas nées de rien (ou d’une pulsion soudaine de détruire le monde) et ne subsistent pas sur rien. Tant que la population arabe sunnite d’Irak et de Syrie, avec la sympathie de celle des autres pays, se sentira, non sans de bonnes raisons, opprimée par les régimes de Damas et de Bagdad et bombardée par le reste du monde, la rébellion subsistera et parmi elle une tendance djihadiste forte…car justement forte. L’EI avec ses délires et son intransigeance n’est pas forcément apprécié mais il a su convaincre des tribus, des mouvements et des individus qu’il était un bon protecteur dans cette « guerre mondiale contre les Sunnites » et même un administrateur honnête dans un océan de corruption”.

    ” Appuyer au mieux les forces locales, en particulier les Arabes sunnites quitte à les intégrer dans des Légions arabes à encadrement français qui iront planter les drapeaux à Raqqa et Deir ez-Zor, voire à Mossoul. En 2007, pour 10 % du prix de la campagne aérienne en cours, les Américains avaient engagé 120 000 « fils de l’Irak », à 80 % sunnite, et les avaient intégrés dans leurs rangs en particulier à Bagdad. Ils ont alors gagné contre l’Etat islamique”

    En gros, l’idée est donc qu’il veut mieux s’allier avec des sunnites barbares avec agenda local pour battre l’EI, composé de sunnites barbares avec un agenda global.

    D’une certaine manière, l’application du principe diviser pour régner, l’état islamique étant défait non pas par les forces de Bachar aidées des iraniens, mais par les divisions entre sunnites…

    ****

    Bon, moi qui n’ait pas fait Saint-Cyr, cela me laisse un peu rêveur. Certes, dans cette perspective, on se débarrasse de l’EI, mais on continue d’avoir des combats entre sunnites et chiites qui foutent le bordel au moyen-orient. Combien de temps avant que le barabre avec l’agenda local se trouve à son tour un agenda global et revienne foutre le souk dans nos banlieues ?

    Les militaires feraient mieux de se concentrer sur la sécurité du territoire national, de ses frontières, et non sur des jeux d’intérêts dans des régions lointaines. Ce n’est rien d’autre que du colonialisme…Que le France investisse dans la dissuasion nucléaire, indispensable à l’équilibre mondial, qu’elle assure un contrôle sérieux de ses frontières, puisque l’Europe est incapable de le faire à la frontière commune (les kalachnikovs qui viennent des pays de lEst et qu’on retrouve sur le marché noir, elle ont par principe franchi ces frontières). Pour le surplus, qu’on arrête de vouloir gendarmer le monde et se mêler de conflits qu’on ne pourra pas régler.

    Et par la-même occasion, qu’on arrête de fournir des armes à des pays qui peuvent les retourner contre nous…

      +2

    Alerter
    • Vincent // 26.11.2015 à 16h07

      Mais qu’on soit désengagé ou non, nous aurons toujours le soucis de la proportion montante au sein de la communauté musulmanes de musulmans souhaitant vivre leur islam de plus en plus “mondialisé / hors sol” dans sa manière d’être : formation intellectuelle orienté vers la politique et la communication, entrisme, soutien financier (frères musulmans), soutien politique aux musulmans dans tous les pays du globe, folklorisme et police des mœurs (salafisme). Et ça ne va pas s’arranger avec les moyens de communications actuels qui favorisent un arabe universel (à la place de multiples dialectes), des télé-précheurs stars qataris ou saoudiens, des pays puissants ayant dans leur élite des frères musulmans, etc.
      Donc oui un désengagement si c’est utile, mais il ne faut pas s’illusionner ça ne fera pas de miracles.

        +1

      Alerter
      • P. Peterovich // 26.11.2015 à 18h52

        “oui un désengagement si c’est utile”

        Une autre manière de poser le problème est : “un engagement ou un accroissement de l’engagement est-il utile ?”

        Ou alors, c’est pour se venger ?

        Si c’est le cas, je trouve la contribution d’Olivier Roy citée dans le post qui précède le mien très éclairante… elle remet en tout cas les choses en perspective…

          +0

        Alerter
      • Astatruc // 26.11.2015 à 19h50

        Vincent,

        “nous aurons toujours le soucis de la proportion montante au sein de la communauté musulmanes de musulmans souhaitant vivre leur islam de plus en plus “mondialisé / hors sol” dans sa manière d’être”
        souhaitant vivre leur Islam ou souhaitant plus simplement vivre leur vie?
        Pas Algérien en Algérie, pas Français en France, comment voulez-vous vous construire?
        Je ne cherche en rien à excuser ces personnes mais je rebondis sur votre post.
        Je ne suis pas sûr que de plus en plus de musulmans se tournent vers le salafisme.
        Ou peut-être me trompé-je mais ce n’est pas ce que je vois autour de moi.
        ceci dit, si vous avez des liens, merci.

          +0

        Alerter
    • theuric // 26.11.2015 à 21h36

      Le problème n’est pas religieux mais géopolitique et, surtout, géostratégique, à double ressort, énergétique, pétrole et gaz, et du transport maritime, canal de Suez et détroit de Gibraltar, sans compter le passage de la mer Noir à celle de Méditerranée.
      Une fois le problème posé, les choses deviennent évidente.
      Le Yémen, avec Djibouti, sont le verrou sud du canal de Suez et l’Égypte en est celui du nord.
      La Turquie, faisant face à la Grèce, contrôle tout le passage de la mer Noire à la Méditerranée via la mer de Marmara (le détroit des Dardanelles, ça ne vous dit rien?).
      A l’ouest, le détroit de Gibraltar a trois verrous, anglais et espagnole au nord, et les marocains au sud.
      Venons-en maintenant au jeu d’échec actuel, parce que, comme dans ce jeu, il s’agit de prendre place en bonne position.
      Le Mali, pays pauvre et mal armé, est situé juste en-dessous du Maroc par le désert algérien et mauritanien, d’où l’intervention de la France qui était nécessaire.
      Ne revenons pas sur le Yémen et les raisons de l’intervention séoudienne, logique si nous concevons l’alliance possible ou plausible des Houthis d’avec l’Iran.
      Que l’on soit pour ou contre tout cela ne fait parti de cette réflexion.
      Allons plus loin.
      Le bloc Syrie/ Irak/ Kurdistan tend de plus en plus à se rallier aux iraniens, eux-mêmes liés à la Russie.
      Si vous reprenez votre carte de la région, vous pourrez percevoir la position plein est méditerranéen de ce bloc en voie de constitution.
      La Turquie ne peut pas ne pas se sentir ceinturée avec, d’un coté, ce bloc à l’est et, de l’autre, la Grèce à l’ouest, d’où sa tentative de s’en dégager en faisant déferler, en Europe, le flot de réfugiés, et en s’alliant aux pays du golfe arabique.
      Sa dernière tentative pour se dégager fut d’abattre un avion russe, mais ce pays va s’apercevoir rapidement que les étasuniens, et donc l’O.T.A.N., se désengagent de la région, plus pour des raisons économiques et tactiques (au vu de la puissance russe) qu’autre chose, ils sont ruinés.
      J’interprète les derniers attentats parisiens comme étant une réaction de tel ou tel pays du golfe à l’alliance française d’avec les russes (je me moque des discours, les paroles s’envolent, les écrits restent).
      Voyons maintenant la position de la France.
      Le verrou symbolique de l’Union-Européenne, c’est la Belgique, non pas en raison de la présence de son gouvernement, mais parce que, historiquement, elle fut une création anglaise pour faire une frontière nette entre la France et l’Allemagne, dès la fin des guerres napoléoniennes.
      Elle est donc la séparation entre le nord et le sud de l’Europe, la France étant sa charnière sud, l’Allemagne, celle du nord.
      Que l’un de ces trois pays se sépare de l’U.E., quel qu’en soit la raison, et vous détruisez l’union.
      L’erreur grossière de ceux qui furent à l’origine de ces attentats fut de ne pas comprendre que ceux-ci mèneraient à l’éloignement de la France de l’U.E., visible par certaines décisions de notre président.
      Or, c’est l’existence même de l’Union-Européenne qui permet d’éviter que les gouvernements des pays la composant prennent de réelles décisions politiques et, dès lors, géopolitiques, je ne serais pas surpris que celle-ci ait, d’une façon ou d’une autre, freiné les prises de positions françaises, voire grecques ou bulgares.
      De plus, les craintes anglaises et espagnoles que de mêmes scènes de désastres éclaboussent leur capitale respective ne peut pas ne pas les pousser à des mouvements semblables à la France, bien que plus discrets.
      Tous trois ne pouvant que tendre, tout comme la Grèce, entre autre, à se tourner d’autant plus résolument vers la Russie que les U.S.A. ne montrent plus que leurs infinis faiblesses.
      L’Allemagne, quand à elle, a deux choix, soit se tourner, elle aussi, vers la Russie, soit se diriger vers son centre de gravité traditionnel, c’est à dire plein nord, Pologne et au-delà, et plein est, de ce qui fut l’empire austro-hongrois, et non pas au nord-est russe.
      Quand à Israël, ce pays a tout intérêt de faire la paix avec les palestiniens et de s’éloigner des pays du golfe, puis de se rapprocher du sud-européen, sa situation géostratégique est trop centrale, trop proche du canal de Suez pour qu’il tergiverse longtemps, sinon il court tous les dangers, d’autant plus quand nous voyons les fragilités U.S..

      Enfin, c’est tout ce que j’en dis!

        +1

      Alerter
  • Pierre // 26.11.2015 à 14h08

    Dans cette civilisation, coupée de notre essence divine et de notre sacralité, nous sommes tous aveugles, même si nous prétendons le contraire, d’où ces paroles: ” Des aveugles qui conduisent des aveugles “. Le précepte doctrinal du ” Œil pour œil, dent pour dent” est un mensonge éhonté et une fumisterie “.

    Jamais nous ne parviendrons à la Paix, à l’Amour Universel par la guerre perpétuelle!

    Réagir constamment en pur automate devant des actions stériles et débiles révèlera la futilité et l’imbécilité d’une telle démarche. À force de se taper sur la gueule, une petite Lumière émergera en nous! Plusieurs le savent déjà à l’intérieur d’eux. Mais d’autres migrent dans une direction diamétralement opposée, et conçoivent de leur point de vue, qu’il y a une menace à anéantir de toute urgence envers ceux qui tentent de se libérer de leur joug.

    Instrumenter les religions, les ethnies, le terrorisme, sert à nous maintenir dans ce jeu dualitaire en boucles qui ne résoudra absolument rien, mais au contraire, l’accentuera, le maintiendra, et servira à masquer l’échec total du capital, à vouloir forcer les hommes à adhérer au dieu de l’argent et du pouvoir, et à nous distraire ultimement de ce qui est essentiel; notre Être et notre Divinité intrinsèque.

    Je veux dire que seul un retour salutaire au cœur de notre être, en toute simplicité, en paix, en neutralité, ici et maintenant, hic et nunc, est notre porte de sortie devant ce chaos programmé qu’il nous faut bien réaliser et dépasser pour se porter au-delà est digue d’attention et de préséance en ce moment. Le reste, tout ce jeu théâtral absurde, cette mauvaise tragi-comédie, tout ce qui se passe à l’extérieur de nous en totalité, est un passe-temps, temporel et temporaire, en gardant à l’esprit que cela passera, et que tout ça est un théâtre illusoire où rien n’est vrai. Hic et Nunc est la solution!

      +4

    Alerter
    • francois19 // 26.11.2015 à 14h27

      D’accord avec tout, sauf le “notre divinité intrinsèque”… Attention à ne pas déifier l’Homme, ça a été la grande tentation des humanistes…

      Et oui, on tape beaucoup sur les religions en tant qu’institutions. Et c’est vrai qu’elles sont loin d’être parfaites, toutes autant qu’elles sont, et elles peuvent légitimement faire peur, mais on balance le bébé avec l’eau du bain, comme toujours, en amalgamant spiritualité et religion… En niant les libertés de culte. En faisant porter le chapeau aux religions et aux croyants (solution de facilité s’il en est)… En faisant de la laïcité l’obligation de ne pas croire, quand ça devrait être l’autorisation de croire ce que l’on veut… Ce qui fait des croyants, des “hérétiques de la laïcité”, en quelque sorte… 🙂

        +3

      Alerter
      • francois19 // 26.11.2015 à 14h43

        Ah, et une autre nuance: nous sommes dans le monde, ce n’est pas une illusion, et le chaos n’est pas programmé, c’est nous qui le créons.

          +4

        Alerter
        • Pierre // 26.11.2015 à 14h57

          “Ah, et une autre nuance: nous sommes dans le monde, ce n’est pas une illusion, et le chaos n’est pas programmé, c’est nous qui le créons.”

          Ce “nous” qui le créons, c’est notre ego qui n’est pas conscient encore du pouvoir créateur de ses pensées, et non pas ce que nous sommes réellement de toute éternité au-delà de ce monde. Du point de vue, de notre essence éternelle, ce monde est une illusion, et nous nous autoprogrammons par ignorance avec la partie egoïque de ce que nous croyons être! Y faudrait aller prendre un p’tit café ensemble!

            +2

          Alerter
          • francois19 // 26.11.2015 à 15h07

            Purée Pierre… ce qui se conçoit bien s’énonce clairement… La seule phrase que je ne sois pas obligé de relire, là, c’est celle qui concerne le p’tit café, que je veux bien aller prendre avec vous, si vous m’autorisez le doliprane ;-)…

            Non, ce monde n’est pas une illusion, il passera certainement, mais en attendant, il est bien réel… Pincez-vous!

              +1

            Alerter
            • Pierre // 26.11.2015 à 15h18

              Question de point de vue! Où vous placez-vous? Tout est là! Le point de vue indique à partir d’où vous vous situez! Du point de vue de la personne? Ou du point de vue de la Présence au-delà? Et ce qui en sortira sera diamétralement opposé, mais ceci sera temporaire, car la fusion des point de vue viendra résoudre l’équation de la dualité terrestre.

                +1

              Alerter
            • francois19 // 26.11.2015 à 15h26

              Aha, la these du référentiel, chez les scientifiques… Mais vous allez droit au nihilisme, avec des théories comme les vôtres… Si ce monde est illusoire, rien de ce qu’on y fait n’a d’importance… Et donc, tout y est permis… (même si je pressens que pour vous, il y a quand même la question du salut de votre “part divine” qui entre en ligne de compte…) Mais il n’en reste pas moins que votre réflexion suit une pente dangereuse, notamment pour tous les gens qui pensent que rien d’autre n’existe, à part ce monde. Alors si rien d’autre n’existe et que ce monde est illusoire, autant se lâcher, n’est-ce pas? Bon, arrêtons la discussion ici, de toute façon, la modération vient de supprimer le bouton “laisser un commentaire” pour répondre à vos propos… Tant pis pour le p’tit café… Nous en boirons un non-illusoire là-haut.

                +1

              Alerter
            • Manant // 27.11.2015 à 19h18

              Dans le monde, il n’y a ni haut, ni bas, ni gauche, ni droite. Le monde nous explique Kant est préformé dans notre intellect à travers le temps et l’espace qui sont des formes a priori, également présente chez l’animal. Il en résulte que le monde est notre représentation. Qui plus est, il y a autant de mondes que de consciences humaines réfléchissantes. Ce qui n’enlève rien à la réalité du monde.

                +0

              Alerter
      • Pierre // 26.11.2015 à 14h44

        Notre divinité intrinsèque dont je parle ici n’est pas celle de notre ego, de notre personne, de notre personnalité, qui eux ne sont que des mirages, des projections, des créatures éphémères du temps, des poussières qui retourneront à la terre, mais je parle plutôt de cette partie de nous-mêmes qui est au-delà du temps et de l’espace, au-delà de ce monde de dualité, mais encore pour l’instant temporairement sur ce monde à travers le jeu du pantin y faisant expériences, qui elle, est immortel, voir éternelle: cet Esprit, ce phénix ressuscité des morts, en fait, notre Essence Divine, ce que nous sommes tous de toute éternité avant notre venue sur ce monde: cet Absolu!.

          +1

        Alerter
        • francois19 // 26.11.2015 à 14h51

          ok. En d’autres termes, l’âme. 🙂
          Quelles circonvolutions pour traduire en termes laïques des concepts pourtant simples, tout cela parce que certains mots font hurler les bien-pensants!

            +3

          Alerter
          • Pierre // 26.11.2015 à 15h10

            ok. En d’autres termes, l’âme. 🙂

            L’âme n’est pas l’Esprit! L’âme est un corps intermédiaire qui doit être transmuté et dissous aussi lors de la résurrection de ce que nous sommes de toute éternité: cet Absolu! L’âme est une sorte de périsprit, de matrice, nécessaire à l’expérimentation de ce monde; elle contient l’ensemble de nos systèmes de croyances, l’ensemble de nos systèmes de valeur, et notre âme n’est pas immortelle, ni notre corps de manifestation d’ailleurs, seule notre Esprit d’Éternité s’inscrit Au-delà! L’affaire qu’il faut sauver son âme est une arnaque de plus par les forces de matérialisation!

              +1

            Alerter
      • Georges // 26.11.2015 à 22h09

        françois19

        Si nous sommes une création de Dieu, on peut écrire “notre divinité intrinsèque….”.

        Si on développe, on va se casser les dents sur un problème du religieux qui ne date pas d’hier.

        L’homme est une création de Dieu et il a un fond mauvais……Contradiction dont les religions se sortent par des entourloupes bizarres pour lesquelles il faut une bonne dose de croyance pour y adhérer.

        On pourrait aussi ne plus s’inquiéter comme Leibniz : “tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes”, c’est à dire que les objectifs divins ne sont pas accessibles à l’homme et qu’il ne nous reste plus qu’à faire confiance. Pas tout à fait absurde si on creuse (de toute manière ça vient de Leibniz et donc il faut se méfier d’une critique facile).

          +1

        Alerter
        • Pierre // 26.11.2015 à 23h33

          Oui! Faire confiance… c’est comme que ta volonté soit faite (en parlant de notre divinité intrinsèque) et non la mienne! ( celle de notre ego, de notre personne, de notre personnalité…) Les évènements abrutissant se déroulant actuellement sur ce monde, nous démontrent, que sans les Lumières de notre Divinité Intérieure, nous ne pourront pas résoudre le dilemme dualitaire de ce monde. Alors ultimement, une sorte de capitulation de notre ego s’imposera avec les prises de conscience, les souffrances et le chaos social et économique. Faire confiance à la Vie est probablement la meilleure chose par les temps qui courent! S’en remettre à l’Esprit, à notre Esprit Véritable, à l’Intelligence de la Lumière, et tout sera pour le mieux dans le pire des mondes!

            +1

          Alerter
          • Subotai // 27.11.2015 à 17h36

            Fait confiance à tes gènes: tu es programmé pour survivre.
            S’agiter du cerveau ne fait que lui compliquer sa tâche d’assurer ta survie.

              +0

            Alerter
        • olivier69 // 27.11.2015 à 00h09

          Bonsoir georges,
          Et l’ancien testament ? Peut-être y trouverez-vous des réponses ?
          Les faits :
          Ezechiel 28.15 : “Tu fus parfait dans tes voies depuis le jour où tu fus crée jusqu’à ce qu’il se trouva de l’inimitié en toi.”
          La raison :
          Esaïe 14.14 : “je serai semblable au très haut”
          Alors que :
          Principe de Deutéronome 19.16.19 ou jugement de Salomon : Le libre arbitre (et non l’instinct) est une représentation de la troisième partie : choisir entre le bien et le mal (étant respectivement les deux premières).

            +2

          Alerter
        • francois19 // 27.11.2015 à 01h01

          Georges,
          Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes n’est pas une citation de Leibniz. C’est dans Candide, de Voltaire. Et vous surinterprétez les paroles de Candide :-)…
          Quant au fait de penser que l’Homme a un mauvais fond, c’est un postulat de base qui vous appartient.

            +0

          Alerter
          • Pierre // 27.11.2015 à 01h49

            Marx disait, « l’homme est la carcasse du temps » ; si vous n’aimez pas Marx, il y a plus clair et plus dur de Baudrillard: « l’homme devient l’excrément du temps ». Les hommes dans le système en cours de finition est un résidu concret et c’est pour cela qu’en compensation on monte en épingle sa dérivée abstraite l’humanisme, le droit de l’hommisme, bref toutes ces escroqueries qui permettent de faire l’horreur avec bonne conscience.

              +0

            Alerter
          • francois19 // 27.11.2015 à 09h01

            Pardon Georges, autant pour moi, la citation est bien de Leibniz à l’origine. Voltaire s’est juste moqué de lui en utilisant la formule pour tourner en ridicule une pensée qui, à la base, était intéressante.

            Je pense que l’Homme n’a pas un fond mauvais, mais il a du mauvais en lui, ce qui est une petite nuance, parce qu’alors, ça ménage un zeste d’espoir: l’espoir que l’homme arrive à surmonter le mauvais en lui… 🙂

            Quant au fait de faire confiance, je n’aurais pas cité Leibniz de prime abord, mais pourquoi pas… C’est tout le sens de l’abandon (ou FIAT), à ne toutefois pas confondre avec le quiétisme…

              +0

            Alerter
          • Georges // 27.11.2015 à 15h12

            @ francois19

            Peut-être que la citation a été reprise par Voltaire dans Candide, mais elle est de Leibniz (l’idée en allemand qui ensuite est traduite en français).

            Leibniz, grand mathématicien, est aussi bien connu pour être l’initiateur de cette idée (en allemand effectivement, donc la phrase en français n’est pas de lui !!!!!, mais c’est chipoter). Et quand il est décédé, Voltaire avait environ 20 ans, c’est donc bien de Leibniz.

              +0

            Alerter
            • Georges // 28.11.2015 à 23h16

              @françois19

              Désolé pour mon post de mise au point, mais le vôtre devait être en attente de modération, et donc je répondais au post d’avant signalant que c’était de Voltaire.

                +0

              Alerter
          • Manant // 27.11.2015 à 19h21

            Voltaire a écrit Candide pour tourner en dérision cette formule de Leibnitz : “Tout est pour le mieux dans le meilleur des monde”. Relisez Candide

              +0

            Alerter
    • theuric // 26.11.2015 à 14h32

      Vœux pieux et impossible, nous n’avons pas le temps de nous occuper du long terme, et si nous devons développer nos capacités mentales c’est, au mieux, pour nous protéger, au pire pour nous défendre.

        +0

      Alerter
      • francois19 // 26.11.2015 à 15h03

        On a toujours le choix de prendre du temps pour l’essentiel… Cessons de courir… Je ne sais plus dans quel article de ces derniers jours quelqu’un a eu la riche idée de publier une réflexion de Devos sur notre course effrénée… 🙂

          +1

        Alerter
        • theuric // 26.11.2015 à 20h04

          Écoutez, si l’âme est éternelle et si les bouddhistes ont raison, alors cela veut dire deux choses:
          1) la structure de notre univers est plus complexe que nous le pensons;
          2) l’âme n’a pas d’autre choix que la réincarnation pour se développer.
          Ce qui voudrait dire que nous ne sommes pas véritablement d’essence divine mais la résultante d’un phénomène naturel encore inconnu.
          Alors, la question métaphysique que tout cela pose est simple dans sa formulation:
          L’horloge est-elle le temps ou ne fait-elle que montrer son écoulement?
          Ou, dit autrement, le sens que nous donnons à ce que nous percevons, pressentons, ressentons est-il la pure représentation de la réalité ou l’interprétation de celle-ci?
          Le choix, en ce moment, est-il entre le devenir de notre âme ou celui de notre espèce?
          je n’irais pas plus loin, ce que je viens d’écrire risque déjà d’en perturber plus d’un, dont vous.
          L’essentiel ne peut qu’être, aujourd’hui, multiple, ceci en raison des dangers collectifs qui sont devant nous.
          Si vous considérez qu’il ne peut qu’être unique, c’est votre droit le plus stricte, mais laissez-nous tout de même le soin d’explorer les dangers du temps.
          Bien qu’il soit vrai que vous avez, aussi, le droit le plus stricte de vous exprimer ici comme bon vous semble.
          La métaphysique n’est que l’une des infinités de dimensions de l’esprit humain, elle a sa raison d’être, tout comme la politique ou l’économie…
          Nous sommes un tout et, pour moi, c’est ce tout qui importe.

            +0

          Alerter
          • francois19 // 26.11.2015 à 23h58

            Bonsoir theuric. Ce blog n’est pas le lieu pour un cours de théologie. Je vous invite à prendre contact avec un prêtre, un pasteur, un immam, un maître de la religion qui vous attire le plus et lui poser vos questions. Ou un philosophe si vous préférez. C’est à chacun de trouver les réponses qui lui semblent porteuses de sens pour sa vie de tous les jours. Bonne recherche. Nous sommes tous des chercheurs de vérité. L’essentiel est de tolérer que les autres aient une autre vérité.

              +0

            Alerter
            • theuric // 27.11.2015 à 00h41

              C’est pas moi qu’à commencé, m’sieur, j’recomenc’rais plus, promis juré craché.

                +0

              Alerter
            • francois19 // 27.11.2015 à 00h53

              Désolé, c’est effectivement Pierre qui a lancé le débat. Je discuterais bien avec vous, mais les élucubrations de Pierre et les vôtres sur l’âme dérivent beaucoup trop par rapport à l’article publié, et partent légèrement en vrille… Dans un sens, vos réactions montrent qu’il y a une vraie aspiration des gens à trouver des réponses dans le domaine spi, mais bon… Il y a des lieux pour cela, et on est vraiment en train de troller le blog d’OB, qui ne va pas être ravi. Bonne recherche…

                +0

              Alerter
  • Lt Anderson // 26.11.2015 à 14h30

    ôtez-moi d’un doute… Qui sont les personnes aux côté d’Hillary Clinton?

      +1

    Alerter
    • Alfred // 26.11.2015 à 15h09

      Secretary of State Hillary Clinton stands with Libyan fighters who ousted Moammar Gadhafi during an Oct. 18, 2011, visit to Libya. Clinton was a strong supporter of U.S. intervention in Libya.
      Kevin Lamarque/AFP/Getty Images

      Donc “des lybiens qui ont foutu dehors Kadafi”.
      Ce qui est marrant c’est google images sugère lui l’armée syrienne libre! 😉 (Mais ce sont bien des lybiens en Lybie.) Apres de qui de quoi.. Des islamistes vous voulez surement dire?

        +3

      Alerter
  • Fabien F // 26.11.2015 à 15h36

    J’ai un doute qu’on reste là bas longtemps.
    La France est bien seule (il y a que les russes pour nous aider). Les américains n’ont pas l’intention d’y mettre les moyens qu’ils y ont mis pour la guerre de 2003 lancée par Bush avec 150 000 GI’s. Obama tire quand même les leçons du désastre fait par son prédécesseur. De plus, les US ont plus ou moins l’indépendance énergétique donc pas vraiment d’intérêt à s’investir dans ce marasme.
    On n’est pas prêt non plus à lancer une opération terrestre. Ca serait vraiment aller au casse-pipe pour nos hommes et ca ne passera pas dans l’opinion publique.
    Et la critique à l’égard de nos politiques étrangères est de plus en plus forte et c’est tant mieux.

      +4

    Alerter
    • P. Peterovich // 26.11.2015 à 22h54

      Pas sûr…

      Moi (président de ma publique) je dis :

      – on bombarde Daesh
      – on rétablit la conscription (de toute façon, les jeunes, c’est chômage, alors autant qu’ils bossent un peu)
      – on envoie l’armée occuper le moyen-orient

      Comme la majorité des électeurs sont des vieux non concernés par le casse-pipe, ils s’en foutent… ils me donneront les pleins pouvoirs en chantant la Marseillaise

        +1

      Alerter
  • groucho // 26.11.2015 à 16h54

    Quand je lis tout ça…

    Cet après-midi, piscine…
    (note de Franz Kafka dans son journal, quand il a appris, le matin, la déclaration de guerre de 1914)

      +4

    Alerter
  • Jaime Horta // 26.11.2015 à 18h46

    C’est très bien ce que raconte Michel Collon, mais je crains que l’on ai atteint le point de non retour, c’est à dire que même l’arrêt total de toutes les magouilles de nos dirigeants occidentaux, cela ne nous protégera désormais plus les citoyens que nous sommes.

    C’est le mélange savant antinomique de l’Islam radical et de la bêtise radicale.

      +1

    Alerter
  • philbrasov // 26.11.2015 à 19h15

    la syrie c;est acte depuis l’entree en guerre des russes… Ils ne lacheront pas Bashar, et ce qui reste du peuple syrien, votera comme un seul homme pour lui…
    le probleme restera ENTIER pour les kurdes et aussi les turkmenes ( avion russe abattu..) et surtout les sunnites rebelles… ( car il y a aussi des sunnites dans l’armee reguliere.)
    Que peut-on constater, dans TOUS ces pays, ce sont des frontieres factices, du temps des colonies et des guerres europeennes… Rien de plus…. la syrie n;est pas un etat unifie, l’irak non plus et encore moins la libye… , chacun veut SON TERRITOIRE…. comme avant avec son lot de conflits locauxl…
    Les arabes adorent ca… depuis la nuit des temps… le califa turc y a mis fin… et le califat turc a sombre en 1918…
    Erdogan reve d’etre le nouveau calife de cette region, avec des ambitions parfois legitimes ( turkmenes) parfois scandaleuses ( ISIS) parfois guerriere directement ( kurdes, Chiites et basar)
    bref un sac de noeux , ou les occidentaux europeens sont pris a un double piege.
    celui de l’administration US voulant regner sur le monde et creer ainsi le chaos pour mieux diriger l’ensemble de l’empire.
    et un autre piege celui du dogme des frontieres issues de la colonisation et de la premiere guerre mondiale.
    ce qui a pour effet de ne plus rien comprendre, aux strategies occidentales tiraillees entre la vieille europe et l’amerique…
    Avoir abattu, khadafi, moubarak, Hussein etait un dessein US… mais pas specialement europeen…Berlusconi s’est battu a juste titre pour eviter de faire tomber khadafi..Blair regrette d’avoir fait tomber hussein, ( un peu tard..) etc .. ne parlons pas des politiciens francais, de sarkozy en passant par hollande, girouettes s’il en est au gres des dollars verses par des tyrans comme les saoudiens et les qataris.
    Aujourd’hui, c’est le bordel dans ces regions.

    du chaos peut jaillir la lumiere… L’intervention des russes etait ni au programme des US ni au programme des europeens…
    Ca change la donne.. Mais en fait la donne n’a jamais change depuis la seconde guerre mondiale… russia is back… comme au bon vieux temps… les nationalistes arabes preferent les russes aux US…. Seules les monarchies corrompus resteront tjrs derrieres l’administration US.
    CAr enfin,le seul vrai ennemi, ce n;est pas untel ou untel, pour les USA, qui font mumusent avec leurs jouets mortels, mais le seul ennemi est la Russie… Seul pays a n’avoir JAMAIS plie devant personne, quitte a en payer le prix fort de la resilience.
    l’enjeu est la.. primaute mondiale, pour les USA, primaute regional aux frontieres pour la russie.

      +3

    Alerter
  • Alfred // 26.11.2015 à 19h19

    Concrètement comme vous dites si vous vous souciez du sort des chrétiens d’orient (ce dont je doute honnêtement) vous laissez l’orient tranquille et/ou vous soutenez à 200% assad et les russes. Voire vous faites le militant actif pour une coupure nette et franche avec les saoudiens et les quataris voire avec les américains premiers responsables de ce chaos.

      +7

    Alerter
  • toff de aix // 26.11.2015 à 21h20

    la tête de psychopathe de la Clinton…ça fait froid dans le dos. “we came, we saw, he died” (en parlant de Kahadafi)

    Comment peut on manquer d’empathie à ce point?

      +3

    Alerter
  • Jex94 // 26.11.2015 à 22h42

    Tout à fait d’accord avec l’article, sauf la conclusion : Le cercle de violence, de guerre n’est pas irréversible.

    Nous pouvons changer tout ça, le pouvoir est en nous et nous sommes tous responsables de manière plus ou moins prononcée par notre passivité, notre ignorance, nos surconsommations etc..

    Pas de hauts responsables, mais juste nous mêmes. Et donc un vrai pouvoir d’agir contre le terrorisme : Réfléchir à nos actes et connaître leurs conséquences : L’empathie, l’intelligence et la bienveillance nous feront trouver les solutions et nous sauveront tous… I hope.

      +1

    Alerter
  • Pampita // 27.11.2015 à 00h48

    En tout cas, le sultan de l’Etat de terreur turc est mal barré : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2015/11/le-sultan-bon-pour-l-asile.html
    Avec l’incident de mardi, il vient de se tirer une balle dans le pied.

      +0

    Alerter
  • Krystyna Hawrot // 27.11.2015 à 02h12

    Il y a plein de choses à faire que nous ne faisons pas. je ne connais pas bien la Syrie mais je connais un peu les Balkans: les importants mouvements sociaux qui s’y sont déroulés de 2011 à 2015 (même en Albanie, il y a eu des manifestations contre l’OTAN!) ont donné naissances à des structures, des organisations, des centres, certains très fragiles, d’autres plus structurés – groupes marxistes en Serbie, centres de solidarité en Bulgarie, mouvements contre la corruption en Bosnie, toutes sortes de lieux de rencontres citoyennes de débats et d’entraide…, il y a un renouveau des syndicats… Les plus structurés prennent comme ils peuvent les soutiens de l’Etat existant quitte à le subvertir et à le critiquer. Meme au Kosovo il y a des groupes politiques, des associations, des coopératives agricoles et industrielles qui entendent utiliser réellement la démocratie pour ne plus de laisser dicter les guerres et les destructions. Au Kosovo j’ai rencontré des coopératives de femmes, puissantes, qui investissent le champ politique et jamais, jamais plus ces femmes ne laisseront les hommes courir avec des kalashnikovs, tuer le voisin et se faire manipuler par l’étranger…
    Et comme par hasard, ces groupes de personnes aspirent à avoir de bonnes relations avec leurs voisins, à reconstruire des structures étatiques solides qui se soucient de leurs citoyens et contenir puis éradiquer avec le nationalisme destructeur (à ne pas confondre avec estime de soi et fierté de sa culture…)

    Que faisons nous pour les aider? Médiatiser leurs combats?

    Cela fait deux ans que je cherche des sponsors pour un Forum Social Est Européen ou nous souhaiterons regrouper ces militant.es, et favoriser l’émergence d’une nouvelle conscience et nouvelle actions contre le néocolonialisme (UE et USA) en Europe de l’Est.
    Avis à ceux qui veulent faire quelque chose…

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications