Les Crises Les Crises
15.février.202215.2.2022
Article LesCrises

Expansion de l’OTAN : les origines de la grave crise actuelle (1/3)

Merci 2609
J'envoie

Comme nous l’avons vu précédemment, la crise actuelle est fondamentalement liée à l’expansion de l’OTAN.

À force d’étendre l’OTAN vers l’Est, le problème d’un contact direct avec la Russie devait inévitablement se poser – situation que cette dernière considère comme inacceptable pour sa sécurité, puisqu’un incident de frontière pourrait déclencher une confrontation avec l’OTAN.

Aujourd’hui, à la date annoncée par les États-Unis de l’invasion possible de l’Ukraine par la Russie, nous vous proposons dans cette partie une chronologie détaillée de la crise actuelle en 3 parties.

Plan de l’article, en 3 billets

Partie 1/3

Partie 2/3

Partie 3/3


Cet article a demandé beaucoup de travail, mais nous sommes heureux de le mettre gratuitement à disposition du plus grand nombre.

Si vous voulez soutenir notre travail d’information, vous pouvez découvrir et souscrire un abonnement au site d’information indépendant ÉLUCID (utilisez le code promo « LESCRISES »), ou vous abonner gratuitement à notre nouvelle chaîne Youtube.


I. 1990-1993 : Les promesses n’engagent que ceux qui les croient…

La crise actuelle trouve donc ses racines en 1990, dans les promesses faites à l’URSS de ne pas étendre l’OTAN à l’Est.

Afin de clore toute polémique inutile sur ce sujet, voici les promesses telles qu’elles figurent dans les archives occidentales (cliquez pour agrandir ; voir cet article pour le détail ; s) :

English version :

Au début des années 1990, l’Ouest continue à donner des garanties, plus limitées, à Boris Eltsine, comme nous l’avons vu dans ce billet, lui indiquant que la Russie pourra, un jour, intégrer l’OTAN.

Cependant, dès septembre 1993, les grands dirigeants occidentaux issus de la guerre froide ayant moins de poids sur la scène politique ou l’ayant quittée, leurs successeurs (la nouvelle administration Clinton en l’espèce) commencent à établir des plans d’élargissement de l’OTAN – par exemple avec ce plan secret soumis au Secrétaire d’État envisageant une extension progressive en une dizaine d’années, culminant avec une adhésion simultanée de la Russie, de l’Ukraine et de la Biélorussie. [s]

Au même moment, Eltsine écrit à Clinton que « l’esprit des accords de 1990 interdit l’option d’étendre l’OTAN à l’Est ». [s]

Et il fait savoir publiquement qu’il s’oppose à une extension de l’OTAN qui exclurait la Russie, proposition « inacceptable » puisqu’elle « saperait la sécurité en Europe ». [s]

Pour bien saisir l’importance du danger perçu par la Russie, les services de renseignements russes font même publiquement état de possibles contremesures militaires « radicales ». [s]

Le 22 octobre, le Secrétaire d’État américain se rend en Russie pour rencontrer Eltsine. Il lui indique que sa lettre à Clinton (qui lui indiquait que l’esprit de 1990 excluait tout élargissement) est arrivée pile au bon moment, et qu’elle « a joué un rôle décisif dans du président Clinton ». Il lui annonce la création d’un « partenariat pour la paix », et confirme clairement (comme le montre le compte-rendu américain) qu’il mettra tous les pays sur un « pied d’égalité » (dont la Russie), et qu’il n’y aura « pas d’adhésion » (à l’OTAN des pays de l’Est). [s]

Cela enthousiasme Eltsine, qui parle d’une « idée de génie », qui « dissipe toutes les tensions » russes, car « cela aurait été un problème pour la Russie si elle n’avait obtenu qu’un statut de seconde classe ». « Brillante idée, vraiment brillante » que ce partenariat pour tous, et non l’adhésion pour certains….

II. 1994 : Le clash de Budapest

Le 27 septembre 1994, le président Clinton reçoit Eltsine à la Maison-Blanche et lui indique que « L’expansion de l’OTAN n’est pas anti-russe ; elle n’est pas destinée à exclure la Russie, et il n’y a pas de calendrier imminent […] L’objectif plus large et plus élevé [est] la sécurité, l’unité et l’intégration européennes – un objectif que je sais que vous partagez ». [s]

Mais les Russes apprirent à l’automne 1994 que le nouveau secrétaire d’État adjoint pour l’Europe, Richard Holbrooke, accélérait les discussions sur l’expansion de l’OTAN, en lançant même en novembre une étude de l’OTAN sur le « comment et pourquoi » concernant de nouveaux membres. Eltsine se plaignit à Clinton le 29 novembre. [s]

Il exprima brutalement sa déception le 5 décembre 1994, lors du sommet de Budapest de la CSCE, dont nous avons présenté le contexte dans ce billet. Devant un Clinton interloqué, il critiqua fortement l’attitude de l’OTAN, l’accusant de vouloir de nouveau scinder le continent. Voici quelques extraits de ce discours très important, qui n’existe, hélas, en entier qu’en version audio en russe [à écouter ici ; txt]

« Notre attitude vis-à-vis des plans d’élargissement de l’OTAN, et notamment de la possibilité que les infrastructures progressent vers l’Est, demeure et demeurera invariablement négative. Les arguments du type : l’élargissement n’est dirigé contre aucun État et constitue un pas vers la création d’une Europe unifiée, ne résistent pas à la critique. Il s’agit d’une décision dont les conséquences détermineront la configuration européenne pour les années à venir. Elle peut conduire à un glissement vers la détérioration de la confiance entre la Russie et les pays occidentaux. […]

La Russie attend également que sa sécurité soit prise en compte. […] Pour la première fois, nous jetons les bases d’un espace commun de confiance dans le domaine militaire, couvrant une grande partie de trois continents et des océans du monde […] Nous sommes préoccupés par les changements qui se produisent à l’OTAN. Qu’est-ce que cela va signifier pour la Russie ? L’OTAN a été créée au temps de la guerre froide. Aujourd’hui, non sans difficultés, elle cherche sa place dans l’Europe nouvelle. Il est important que cette démarche ne crée pas deux zones de démarcation, mais qu’au contraire, elle consolide l’unité européenne. Cet objectif, pour nous, est contradictoire avec les plans d’expansion de l’OTAN. Pourquoi semer les graines de la méfiance ? Après tout, nous ne sommes plus des ennemis ; nous sommes tous des partenaires maintenant. Nous entendons des explications selon lesquelles il s’agit prétendument de l’expansion de la stabilité, juste au cas où il y aurait des développements indésirables en Russie. Si, sur ces bases, l’objectif est d’étendre l’OTAN jusqu’aux frontières de la Russie, laissez-moi vous dire une chose : il est trop tôt pour enterrer la démocratie en Russie. Nous ne répéterons pas les erreurs du passé. Aucun grand pays ne vivra selon les règles de l’isolement. […]

L’Europe, qui ne s’est pas encore libérée de l’héritage de la guerre froide, risque de plonger dans une paix froide. Comment éviter cela, telle est la question que nous devons nous poser. […] L’histoire démontre que c’est une dangereuse illusion de supposer que les destinées des continents et de la communauté mondiale en général peuvent être gérées d’une manière ou d’une autre à partir d’une seule capitale. Les blocs de coalition militaire ne fourniront pas non plus de véritables garanties de sécurité. La création d’une organisation paneuropéenne à part entière, dotée d’une base juridique fiable, est devenue une nécessité vitale en Europe. […]

L’année 1995 marque le cinquantième anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Un demi-siècle plus tard, nous sommes de plus en plus conscients de la véritable signification de la Grande Victoire et de la nécessité d’une réconciliation historique en Europe. Il ne doit plus y avoir d’adversaires, de gagnants et de perdants. Pour la première fois de son histoire, notre continent a une réelle chance de trouver l’unité. Le manquer, c’est oublier les leçons du passé et remettre en question l’avenir lui-même. »


Haut de la première page du New York Times, et couverture du Los angles Times, 6 décembre 1994 [s ; s]

Clinton lui répondit alors un refrain qui deviendra classique [s] :

« L’OTAN n’exclura automatiquement aucune nation de l’adhésion. […] Dans le même temps, aucun pays extérieur ne sera autorisé à mettre son veto à l’expansion. »

Le vice-président Al Gore fut alors dépêché en urgence à Moscou pour rassurer les Ruses, à commencer par le président du Parlement Ivan Rybkin qu’il rencontre le 14 décembre 1994, et à qui il indique qu’il n’y aura « aucune expansion rapide » de l’OTAN, mais qu’elle serait « progressive, réfléchie, absolument ouverte et transparente, sans surprises« , avec « des discussions franches et approfondies avec la Russie à chaque étape de ce processus« , [s]

Il répète ceci à Eltsine deux jours plus tard. [s]

Le 10 mai 1995, lors des célébrations des 50 ans de la victoire sur l’Allemagne nazie, Eltsine résume parfaitement sa problématique : « Je ne vois rien d’autre qu’une humiliation pour la Russie si vous continuez […] Pourquoi voulez-vous faire ça ? Nous avons besoin d’une nouvelle structure pour la sécurité paneuropéenne, pas des anciennes ! […] Mais si j’acceptais que les frontières de l’OTAN s’étendent vers celles de la Russie, cela constituerait une trahison de ma part envers le peuple russe ». Pour sa part, Clinton a insisté sur une expansion « progressive, régulière et mesurée » de l’OTAN : et indique à Eltsine qu’il « ne soutiendrait aucun changement qui sape la sécurité de la Russie ou qui redécoupe l’Europe. » [s]

La suite allait rapidement démentir ces (nouvelles) belles promesses.

III. 1995-1996 : Guerre et alertes autour de l’expansion de l’OTAN

En septembre 1995, durant la guerre de Yougoslavie, « l’alliance purement défensive de l’OTAN » lance l’Opération Deliberate Force (Force délibérée [sic.]) visant à bombarder la République serbe de Bosnie, proches de Russes – qui n’avait pourtant agressé aucun de ses États membres.

Au cours des 3 515 sorties aériennes, 338 sites sont bombardés, recevant 1 026 bombes. C’est au cours de ces opérations que 2 pilotes français dont l’avion a été abattu sont capturés puis libérés.

Bombardement d’une cible serbe en Bosnie durant l’opération [s]

À cette époque, le Président Clinton subissait depuis de nombreux mois la pression des faucons républicains comme démocrates pour élargir l’OTAN brutalement. [s]

Mais le président Eltsine alertait toujours sur le risque futur de guerre en Europe, avec la reconstitution de deux blocs, dénonçant le suivisme des Européens sur un sujet fondamental touchant à leur sécurité. [s]

Le 7 octobre 1996, Alexander Lebed, chef de la sécurité russe, déclara au siège de l’OTAN [s] :

« J’ai suggéré aujourd’hui que la question de l’élargissement ou non de l’OTAN devait être laissée à la prochaine génération qui n’aura pas la confrontation dans ses veines. J’espère que la prochaine génération n’aura pas tant de complexes et aura une approche nouvelle des choses. Malheureusement, nous sommes tous des produits de la guerre froide ».

Cette vision sur ce sujet est un élément central de la pensée de l’État russe : c’était celle du président Gorbatchev, c’est celle du président Eltsine, ce sera celle des présidents Poutine et Medvedev et très certainement de leurs successeurs.

 

III. 1996-1999 : Le début de l’expansion vers l’Est

Eltsine fut donc réélu en juillet 1996, mais il a vraiment failli ne pas l’être – et pas à cause des électeurs. On apprit en septembre qu’il avait fait juste avant le second tour une très grave crise cardiaque, sans en parler aux électeurs, et on apprendra en 2004 qu’il en avait fait 5 durant sa présidence [s ; s] :

Il subit en novembre 1996 un quintuple pontage cardiaque, qui lui sauva la vie pendant 10 ans – il ne mourut d’une crise cardiaque que le 23 avril 2007 à 76 ans.

C’est à ce moment de grande faiblesse d’Eltsine à l’automne 1996 que Bill Clinton prit la décision d’étendre l’OTAN, sous la pression de Richard Holbrooke, appuyé par le vice-Président Al-Gore, et contre l’avis du Ministre de la Défense Perry, qui a raconté dans ses mémoires la légèreté avec laquelle cette décision si importante fut prise [s] :

De plus, dans les mois qui suivirent, la Russie connut de graves problèmes financiers : le taux d’intérêt des emprunts publics dépassa 100 %, la dette dut être restructurée. La banqueroute ne tarderait pas (août 1998), mais, en attendant, l’État russe était « au bord du gouffre financier » [s] et il ne subsistait plus que grâce au soutien international, donc celui des Américains.

La Russie était désormais trop faible pour défendre ses intérêts fondamentaux face à l’expansion de l’OTAN. Elle dut donc céder, et négocier quelques compensations, comme la création d’un Conseil conjoint permanent OTAN-Russie, traitant de toute situation où la paix et la stabilité en Europe seraient en danger – mais où la Russie n’a aucun droit de veto sur les décisions de l’OTAN, chaque partie gardant le droit d’agir librement en cas de désaccord… [s ; s]

Le 27 mai 1997 fut signé lors du sommet de l’OTAN à Paris un « Acte fondateur sur les relations, la coopération et la sécurité mutuelles entre l’OTAN et la Fédération de Russie », ouvrant la voie à l’expansion de l’OTAN. [s]

Lors du sommet de Madrid, en juillet 1997, les dirigeants de l’OTAN purent alors se battre pour… l’étendre le plus vite et le plus loin possible, ne tenant pas le moindre compte des (toujours) fermes protestations russes. [s ; s]

Lors de ce sommet, l’OTAN invita la Hongrie, la Tchéquie et la Pologne à entrer dans l’alliance militaire, ce qui sera fait le 12 mars 1999. [s]

Lever des drapeaux des trois nouveaux membres le 16 mars 1999

IV. 1999 : Le tournant de la guerre du Kosovo, basée sur des mensonges

Ces nouveaux membre arrivent juste à temps pour que, le 24 mars 1999, « l’alliance purement défensive de l’OTAN » lance la première opération d’envergure de son histoire, l’Opération Allied Force (Force alliée [sic.]) visant à bombarder la Serbie, alliée historique de la Russie, – qui n’avait pourtant agressé aucun de ses États membres. Au cours des 38 000 sorties aériennes, 7 600 sites sont bombardés, recevant 25 000 bombes en 78 jours. Au total, environ 500 civils et 1 000 militaires auront été tués dans ces interventions dans l’ex-Yougoslavie. L’OTAN, née le 4 avril 1949, ne pouvait rêver meilleur 50e anniversaire. [s ; s ; s]

Quartiers généraux de l’Armée yougoslave endommagés durant les bombardements de l’OTAN

4-1/ La propagande de guerre

La presse reprend sans broncher les prétendus « signes de génocide » [s] :

Pour justifier plus encore cette opération, l’OTAN, par la voix du ministre allemand de la défense se lance dans une opération de propagande de guerre mensongère pour intoxiquer l’opinion publique occidentale. Il présenta les détails d’un supposé « plan secret serbe (Plan Fer à cheval) établi des mois auparavant et visant à expulser par la force les Albanais de souche du Kosovo. » [s]

Deux jour plus tard, le Monde publiait un long dossier sur ce « Plan serbe ‘Potkova‘ » [s] :

Mais attention, tout ceci n’était pas « guerrier » mais simplement « percutant et accrocheur » :

Hélas, ce plan était une opération d’intox de la Bulgarie « qui fait alors du zèle pour rentrer dans l’OTAN » [s] :

Pour bien percevoir le haut de degré de vérification des médias sur ces informations stupéfiante, ainsi que le haut degré de grossièreté de ces faux, il faut savoir que rien que le nom du plan « Potkova » n’est pas la traduction de « fer à cheval » en serbe, qui se dit « Potkovica« …

Le 7 septembre 2001, l’ONU officialisa la fait qu’il n’y avait jamais eu de génocide au Kosovo, ni des dizaines de milliers de morts [s ; s] ;

4-2/ L’impact sur les relations franco-russes

George Kennan, éminent soviétologue et probablement le plus grand diplomate américain du XXe siècle [s], avait écrit en 1989 [s] :

« Aujourd’hui, avec la fin de la guerre froide, les gens pensent que la Yougoslavie n ‘est plus en position de causer aucun dommage. Je pense qu’ils ont tort […] Je pense que les événements en Yougoslavie vont prendre un tour violent et placer les pays occidentaux, en particulier les États-Unis, face à l’un de leurs plus gros problèmes de politique étrangère pour les années à venir. »

Survenant au moment même de l’élargissement de l’OTAN, la guerre du Kosovo a mis fin à l’amitié entre Clinton et Eltsine, et entre les États-Unis et la Russie. Les prémices apparaissent clairement dans cet échange de 1998 entre les deux dirigeants. La position russe est claire, elle refuse que l’OTAN bombarde son allié historique, l’intervention militaire ne pouvant qu’être de dernier ressort, et avec l’accord de l’ONU : « Toute utilisation de la force par l’OTAN est inacceptable« . Clinton refuse de s’engager sur ce point [s] :

La Russie continua à marquer sa ferme opposition début 1999 [s] :

Mais le 24 mars 1999, Clinton téléphona à Eltsine pour lui dire que, face à la mauvaise volonté des Serbes, les pays de l’OTAN avaient décidé de bombarder la Serbie sans l’accord des Nations-Unies, car « ils n’avaient plus le choix ». Ce jour marque la rupture de la confiance de la Russie en l’Occident. [s ; s]

Dans cette partie on retiendra le plaidoyer des Russes : « Il est facile de lancer des bombes. Cependant, la recherche politique à long terme recherche politique d’une solution constructive à la situation, c’est une autre chose. Mais c’est la seule approche correcte, la seule voie correcte. Si nous unissons nos forces ensemble, nous pourrions renverser Milosevic. »

La réitération par Clinton de son « Nous n’avons pas le choix » mensonger met fin à l’entretien, Eltsine faisant bien comprendre que ce choix signe la perte de la confiance du peuple russe, « il n’y aura plus un tel dynamisme ni une telle amitié [entre nous] comme auparavant. C’est terminé. » Et il le fit fermement savoir, faisant entrer l’Occident dans un climat de pré-guerre fraiche. [s]

The New Yorker résume fort bien les conséquences dramatiques de ce conflit. Il a changé les États-Unis, qui se permettent désormais de lancer des offensives militaires sans l’accord des Nations-Unies, ce qui en change la nature et la matière dont il règle le recours à la force. Et il a changé la Russie, augmentant les craintes dace l’Occident, renforçant le nationalisme, et confirmant probablement la succession laissée à Vladimir Poutine. [s]

Ayant commencé cette partie avec Kennan, nous finiront avec lui. À propos du Kosovo, il conclut son analyse du besoin de prestige et de réassurance russe par une formule bien tournée : « Il y aura de nombreux désaccords. Des compromis seront nécessaires sur de nombreux points. Telle est l’essence de la vie internationale ». [s]

Cependant, après l’établissement d’un monde unipolaire en 1991, dans une ambiance de « fin de l’histoire », il est devenu plus difficile aux États-Unis de faire des compromis. Robert Skidelsky a très bien résumé la pensée de Kennan en 2014, qui permet de comprendre les difficultés actuelles [s] :

« Mais avant de replonger dans une seconde guerre froide, nous ferions bien de nous remémorer les raisons pour lesquelles nous avons sombré dans la première. L’effondrement du communisme a fait disparaître l’une des causes originelles de cette première guerre froide, à savoir une poussée expansionniste gargantuesque de la part de l’Union soviétique, contrebalancée par une ferme volonté des démocraties occidentales de s’y opposer. Néanmoins, un certain nombre de sources de l’ancienne guerre froide demeurent aujourd’hui.

Le diplomate américain George F. Kennan les a identifiées en ces termes : insécurité névrotique et esprit de dissimulation du côté de la Russie, contre légalisme et moralisme dans le camp de l’Occident ; le juste milieu d’une discussion raisonnable, autour des intérêts, des perspectives et des risques en présence, demeurant encore insaisissable à ce jour. »

Or il est très dur pour un moraliste de faire de compromis : il ne va pas accepter un accord qui fera 1 000 morts au Kosovo au lieu de 3 000, si tel est son critère de décision…

On mesure bien la puissance de cette mentalité moraliste, basée sur des valeurs et non pas, classiquement, sur des intérêts, quand on observe cette décision de violer la Charte de l’ONU pour bombarder sans l’accord de la Russie un de ses alliés historiques (alliance qui a participé à déclencher la première guerre mondiale et donc la révolution communiste russe de 1917), allié qu’elle était parfaitement disposée à lâcher, mais sans recours à la force militaire. Et c’est cette force militaire qui ravive l’insécurité névrotique russe, car si les États-Unis bombardent sans raison la Serbie aujourd’hui, qui dit qu’un autre président américain ne voudra pas bombarder la Russie demain ?

Enfin, rappelons en épilogue que ce monumental gâchis de nos bonnes relations avec la Russie a donc été effectué en échange de la création d’un État du Kosovo reconnu par seulement la moitié de la planète, régulièrement accusé d’être un État mafieux, et dont le Président est le seula u monde accusé d’avoir trempé dans un trafic d’organes. [s ; s]

ue-visas-5

Le fameux rapport du conseil de l’Europe est consultable en français ici (cliquez sur l’exposé des motifs en bas) ou ici (et en pdf ).

Il indique que Hashim Thaçi, Premier ministre du Kosovo, puis Président du Kosovo, surnommé par Joe Biden « le George Washington du Kosovo », « était habituellement désigné dans les rapports des services secrets comme le ‘plus dangereux des parrains de la pègre de l’UCK' ».

 

V. 2000-2004 : Guerres et expansion vers l’Est jusqu’à la frontière russe

Mais la nouvelle n’eut guère le temps d’infuser pour l’édification de l’éthique de la presse. À peine cinq jours plus tard, le 12 septembre 2001 au soir, moins de 24 heures après les attentats, les Alliés de l’OTAN ont invoqué le principe de l’article 5 de l’OTAN (agression militaire d’un des membres de l’alliance), pour la première fois. Ceci entraina la création de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) ou International Security Assistance Force (ISAF) qui opéra en Afghanistan de 2001 à 2021. [s ; s]

Déploiement des troupes de l’ISAF en Afghanistan

Véhicule militaire canadien Bison opérant dans le cadre de l’ISAF

Le 12 mars 2004, ce sont enfin la Bulgarie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie qui rejoignent l’OTAN.

Désormais, 5 pays membres de l’OTAN ont une frontière terrestre commune avec la Russie : la Norvège comme depuis 1949 (200 km), l’Estonie (320 km), la Lettonie (270 km) ainsi que la Lituanie (270 km) et la Pologne (200 km), via l’enclave de Kaliningrad.

Sommet d’Istanbul de 2004 et lever des drapeaux au siège de l’OTAN à Bruxelles le 2 avril 2004

Au final, force est de constater qu’une telle attitude est étonnante : on a ainsi élargi considérablement le nombre de pays qui, s’ils étaient agressés, nous feraient entrer automatiquement en guerre. En effet, suivant l’article 5 du Traité OTAN [s]:

« Les parties conviennent qu’une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles survenant en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties, et en conséquence elles conviennent que, si une telle attaque se produit, chacune d’elles, dans l’exercice du droit de légitime défense, individuelle ou collective, reconnu par l’article 51 de la Charte des Nations Unies, assistera la partie ou les parties ainsi attaquées en prenant aussitôt, individuellement et d’accord avec les autres parties, telle action qu’elle jugera nécessaire, y compris l’emploi de la force armée, pour rétablir et assurer la sécurité dans la région de l’Atlantique Nord. »

Rappelons que ces alliances militaires « défensives » sont donc tout sauf anodines : ce sont elles qui ont déclenché la Première et la Seconde Guerre mondiale.

Mais ils semblent que, pour ces dirigeants, elles fonctionnent apparemment comme des halls de gare : y rentre qui veut, sans se soucier des conséquences qu’une situation politique imprévue occasionnera 10, 20, 50 ans plus tard…

VI. « Nous ne cherchons pas du tout à isoler la Russie »

Ces élargissements expliquent les réactions passées, présentes et futures de la Russie.

Rappelons d’ailleurs que, lors du sommet de Budapest de 1994, le secrétaire général de l’OTAN, Willy Claes, avait lui aussi défendu les plans d’expansion de l’alliance. Il avait même indiqué, d’un ton persifleur :

« Nous ne voulons pas créer une fois de plus deux zones d’influence différentes en Europe. Nous ne cherchons pas du tout à isoler la Russie. »

La suite de cet article est dans ce billet.

Commentaire recommandé

SanKuKai // 15.02.2022 à 14h52

« L’homme blanc a la langue fourche ». Les amérindiens le savent depuis très longtemps.
L’extension de l’Otan, les sous-marins Australiens, l’accord sur le nucléaire Iranien ne sont que quelques exemples récents qui prouvent que la parole ou la signature des USA n’a aucune valeur.

14 réactions et commentaires

  • Fabrice // 15.02.2022 à 08h20

    On voit que ce marché était un marché de dupe qui profitait du désarroi des russes on sent que comme l’Irak les américains regrettent de ne pouvoir crier vae victis et veulent dans un second round achever la besogne, mais ne soyons pas dupe ils sont anglo-saxons et nous aussi avons toujours été une gène à faire disparaître dans leur inconscient, même si nous les avons aidé de par le passé (et inversement) j’ai trouvé assez pertinent ce petit rappel du contexte :

    https://youtu.be/KpPSlVDB6G4

    n’oublions pas que nous avons déjà versé notre sang pour la Crimée en suivant les initiatives hasardeuses anglo-saxonnes.

      +18

    Alerter
  • Marie // 15.02.2022 à 09h39

    Excellent rappel des événements!
    MERCI

      +16

    Alerter
  • SanKuKai // 15.02.2022 à 14h52

    « L’homme blanc a la langue fourche ». Les amérindiens le savent depuis très longtemps.
    L’extension de l’Otan, les sous-marins Australiens, l’accord sur le nucléaire Iranien ne sont que quelques exemples récents qui prouvent que la parole ou la signature des USA n’a aucune valeur.

      +26

    Alerter
  • philippe joutier // 15.02.2022 à 16h28

    Excellente synthèse; j’avais déjà évoqué de mon côté cette violation des accords Köhl / Gorbatchev dans mon livre « l’information truquée  » en 2020. J’y développait l’idée que ce n’est pas la guerre que les Etats-Unis recherchent, mais surtout le commerce des armes au motif de la menace Russe. L’Europe par les vertus de l’OTAN en est un phénoménal débouché. J’ajoute enfin à votre analyse la similitude de la situation avec celle de la France vis à vis des Comores: au moment de l’indépendance de l’archipel, Mayotte voulu rester Française, ce que la France a accepté au mépris absolu du referendum qui s’était prononcé pour l’indépendance et au mépris de l’ONU qui avait condamné la France. Dommage pour les Comores qu’elles n’aient pas revendiquées l’adhésion à l’OTAN !

      +3

    Alerter
  • Pete Noisy // 15.02.2022 à 18h20

    C’est terrible comme « l’OTAN » peut avoir avoir la mémoire courte! Ensuite se pose la question de la liberté d’un peuple à décider de rejoindre ou pas un choix de société, une politique…De quel droit s’y opposer? Mais L’OTAN n’offre rien de tout cela! Est-ce que Poutine serait opposé à l’entrée de l’Ukraine dans l’Union Européenne ? Evidemment l’alignement des principaux membres de l’UE sur l’OTAN ne va pas dans ce sens!

      +3

    Alerter
  • RGT // 15.02.2022 à 19h04

    Dans tous les cas, croyez-vous réellement que les peuples aient leur mot à dire dans les affaires « des grands » ?

    Les dirigeants considèrent depuis toujours les populations comme du simple bétail que l’on peut sans complexe envoyer à l’abattoir.
    Bétail qui ne doit surtout pas contester les décisions des « élites » car c’est la LOI.
    Loi bien sûr décrétée par ces mêmes « élites » et dont la seule utilité est de leur permettre de rester au pouvoir sans avoir besoin de rendre de comptes bien sûr, si ce n’est à leurs « amis », « partenaires » et « mécènes ».

    Et bien sûr le système politique et les « médias indépendants » assomment la population d’informations biaisées (quand elles ne sont pas totalement mensongères) pour que surtout rien ne change et que tous les parasites puisent continuer à vivre confortablement et à l’abri du besoin en faisant porter par l’ensemble des « gueux » le poids (et surtout le coût démesuré) de leurs moyens de subsistance et des décisions désastreuses qui leur permettent de « justifier » leur statut social « si important ».

    Et si par malheur la population décidait d’un coup de renverser la table et de les foutre dehors ils enverraient des meutes de chiens de garde sanguinaires armés jusqu’aux dents pour exterminer cette « vermine » qui ose mettre en doute leur statut divin.

    Comme le faisaient leur prédécesseurs, les monarques absolus mais de manière moins sournoise et sans hypocrisie.

    La guerre est AUSSI une « variable d’ajustement » qui permet à un système politique de se maintenir au pouvoir car la population se rangera derrière ses « chefs charismatiques ».

      +10

    Alerter
    • macron-vendu // 18.02.2022 à 21h20

      « Et si par malheur la population décidait d’un coup de renverser la table et de les foutre dehors ils enverraient des meutes de chiens de garde sanguinaires armés jusqu’aux dents pour exterminer cette « vermine » qui ose mettre en doute leur statut divin. » LES GILETS JAUNES ont commencé à soulever un pied de la table: à quelle année faut-il remonter pour trouver une répression aussi violente d’un mouvement populaire?

        +9

      Alerter
  • Dorian // 15.02.2022 à 20h51

    Encore une fois, chapeau. Quel énorme et excellent boulot.
    Merci

      +6

    Alerter
  • Phacochere29 // 16.02.2022 à 00h18

    Merci de travailler au rétablissement des vérités, et bravo !

      +7

    Alerter
  • Maguy // 16.02.2022 à 09h21

    Le dessin des 2 situations URSS et aujourd’hui RUSSIE montre bien qui grignote qui. C’est flagrant.

      +7

    Alerter
  • Akpoonne // 16.02.2022 à 09h36

    Fabuleux dossier, quel travail remarquable, je vous remercie

      +6

    Alerter
  • Orhan // 16.02.2022 à 11h49

    Merci pour cet article, très bon travail et qui sera utile quand il faudra débattre avec ceux qui nous expliquent que la Russie ce sont les méchants et nous les gentils agressés. Les preuves et archives sont vraiment très précieuses.
    Il y a quelques coquilles qui auraient pu être évitées avec relectures je pense.
    Sinon la carte de l’OTAN est trop rognée, j’ai cherché à savoir quel était le 3e pays membre frontalier de la Russie, en fait la Norvège dont le frontière nord n’est pas visible.

      +4

    Alerter
    • Jacques F. // 24.02.2022 à 17h51

      > très bon travail et qui sera utile quand il faudra débattre avec ceux qui nous expliquent que la Russie ce sont les méchants et nous les gentils agressés

      Je sens que dans les semaines à venir, ça va être difficile de débattre avec qui que ce soit et de réussir à placer le moindre argument sans se faire traiter de « troll du Kremlin » ^^

        +3

      Alerter
  • DZ // 24.02.2022 à 21h17

    Il y a un passage, dans cette partie du dossier, qui, a mon avis, représente une des clés de lecture fondamentales de la crise actuelle.
    C’est le constat de Skidelsky, qui croit interpreter G. Kennan aussi, sur les causes présumées des « deux guerres froides ».
    Pour comprendre la citation ci-dessus, il faut rappeler que M. Kennan, qui a surement eu le mérite de mettre en garde contre l’expansion de l’OTAN dans l’est Europe, a pourtant toujours tenu la Russie comme la seule coupable de la première guerre froide, formulant par conséquence la célèbre politique d’«endiguement » de Moscou.
    C’est d’oublier un peu vite les travaux de l’école révisionniste, qui a montré d’une façon très claire les responsabilités aux moins équivalentes des Etas Unis dans l’engendrement de la (premiere) guerre froide, et les dynamiques tout à fait intérieures a ce pays qui n’en furent à l’origine.
    Par exemple, l’influence du complexe militaire-industriel sur le système politique américain demeure colossale, et a joué un rôle décisif dans le processus visant à engendrer la première guerre froide et à élargir l’OTAN aux frontières avec la Russie également, comme le rappelle, presque en solitude, le journaliste d’enquête Andrew Cockburn.
    Car presque personne ne semble se demander pourquoi Washington s’est embarqué, contre toute logique, dans cette aventure d’élargissement de l’OTAN, alors que même les plus hautes diplomatiques et fonctionnaires de la défense américaine s’exprimaient carrément contre une telle initiative, dont les conséquences étaient parfaitement prévisibles du debout.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications