Les Crises Les Crises
15.février.202215.2.2022 // Les Crises

Expansion de l’OTAN : l’explosion de Budapest en 1994

Merci 152
J'envoie

Ce qu’a entendu Eltsine : De la guerre froide à la « paix froide

Les deux voies de Clinton se heurtent – l’élargissement de l’OTAN et la collaboration avec la Russie

Clinton et Eltsine à Naples, le 10 juillet 1994. Le Vésuve en sommeil est à l’arrière-plan. (L’éruption n’aura lieu qu’à Budapest). Source : Inosmi.ru

Source : Dossiers déclassifiés publiés par le National Security Archive, Svetlana Savranskaya & Tom Blanton, 24-12-2021

Série : « Les dossiers déclassifiés de l’expansion de l’OTAN »

Article 1 : Expansion de l’OTAN : ce que Gorbatchev a entendu

Article 2 : Expansion de l’OTAN : ce que Eltsine a entendu

Article 3 : Expansion de l’OTAN : l’explosion de Budapest en 1994

Voir également notre interview de Roland Dumas confirmant ces faits.

Washington, D.C., le 24 novembre 2021 – Le plus gros accident de train sur la voie de l’expansion de l’OTAN dans les années 1990 – l’explosion de « paix froide » de Boris Eltsine contre Bill Clinton à Budapest en décembre 1994 – était le résultat d’une politique intérieure  » inflammable  » aux États-Unis et en Russie, et de contradictions dans la tentative de Clinton de jouer sur les deux tableaux, en élargissant l’OTAN et en établissant un partenariat avec la Russie en même temps, selon des documents américains récemment déclassifiés publiés aujourd’hui par les Archives de la sécurité nationale.

L’éruption d’Eltsine, le 5 décembre 1994, a fait la une du New York Times le lendemain, avec l’accusation du président russe (devant Clinton et d’autres chefs d’État réunis pour un sommet de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, CSCE) que les États-Unis « dominateurs » « essayaient de diviser [à nouveau] le continent » par l’expansion de l’OTAN. Le ton colérique du discours d’Eltsine a trouvé un écho des années plus tard dans le célèbre discours prononcé par son successeur Vladimir Poutine en 2007 lors de la conférence de Munich sur la sécurité, même si, à cette époque, la liste des griefs de la Russie allait bien au-delà de l’expansion de l’OTAN pour englober des actions unilatérales des États-Unis telles que le retrait du traité sur les missiles antibalistiques et l’invasion de l’Irak.

Haut de la première page du New York Times, 6 décembre 1994

Les nouveaux documents, qui résultent d’une action en justice intentée en vertu de la loi sur la liberté d’information par les Archives de la sécurité nationale, comprennent une série de lettres révélatrices « Bill-Boris » durant l’été et l’automne 1994, ainsi que le mémorandum, jusqu’alors secret, du tête-à-tête entre les présidents lors du sommet de Washington en septembre 1994 (document 04). Clinton ne cesse d’assurer à Eltsine que tout élargissement de l’OTAN se fera lentement, sans surprise, en construisant une Europe inclusive et non exclusive, et en « partenariat » avec la Russie. Lors d’un appel téléphonique le 5 juillet 1994, Clinton a déclaré à Eltsine : « J’aimerais que nous nous concentrions sur le programme de partenariat pour la paix » et non sur l’OTAN. Au même moment, cependant, des « entrepreneurs politiques » à Washington relançaient le processus bureaucratique en vue d’un élargissement plus rapide de l’OTAN que ne le prévoyait Moscou ou le Pentagone 1Voir notamment James Goldgeier, Not If But When : The US Decision to Enlarge NATO (Washington DC : Brookings Institution Press, 1999), pp. qui sont apparus dans des comptes rendus médiatiques contemporains et des débats d’opinion remarqués par Moscou. , qui s’était engagé à faire du Partenariat pour la paix le principal instrument d’intégration de la sécurité en Europe, notamment parce qu’il pouvait inclure la Russie et l’Ukraine. Par exemple, le Secrétaire à la Défense William Perry exprima ses profonds regrets du que les États-Unis aient choisi l’expansion de l’OTAN plutôt que de poursuivre le Partenariat pour la paix. 2Voir ses mémoires, My Journey at the Nuclear Brink (Stanford, CA : Stanford University Press, 2015), pp. 116 -129.

Les nouveaux documents comprennent des câbles perspicaces de l’ambassadeur américain à Moscou, Thomas Pickering, expliquant la nouvelle ligne dure d’Eltsine à Budapest comme le résultat de multiples facteurs. Pickering soulignait notamment « la forte opposition intérieure, dans tout l’éventail politique [russe], à une expansion rapide de l’OTAN« , les critiques à l’encontre d’Eltsine et de son ministre des Affaires étrangères, Andrei Kozyrev, jugés trop « dociles à l’égard de l’Occident« , et la conviction croissante, à Moscou, que la politique intérieure américaine – le balayage des élections de mi-mandat au Congrès par les républicains favorables à l’expansion en novembre 1994 – détournerait la politique américaine de la prise en compte des préoccupations de la Russie.

Pickering était peut-être trop diplomate parce qu’il y avait beaucoup de reproches à faire du côté américain. Clinton a écrit dans ses mémoires : « Budapest était embarrassant, un moment rare où les gens des deux côtés ont lâché la balle….  » 3Bill Clinton, Ma vie (New York : Knopf, 2004), p. 636-637. En fait, les lâchers étaient presque tous à Washington. Les responsables du planning de la Maison-Blanche, dirigés par le chef de cabinet Leon Panetta, ont essayé d’empêcher Clinton de se rendre à Budapest en limitant sa fenêtre à huit heures, ce qui signifiait qu’il n’avait pas de temps pour un tête-à-tête avec Eltsine. Clinton lui-même pensait faire une grande faveur à Eltsine en venant et attendait une bonne presse de la réduction substantielle des arsenaux nucléaires qui résulterait de la signature du mémorandum de Budapest sur les assurances de sécurité pour l’Ukraine (violé par la Russie en 2014). Le conseiller à la sécurité nationale Tony Lake a remis à Clinton un texte préparé qui « était tout yin et sans yang – sûr de plaire aux Européens centraux et aux enthousiastes de l’élargissement, mais tout aussi sûr de faire fuir les Russes….« . L’auteur de cette phrase, le secrétaire d’État adjoint Strobe Talbott, n’était même pas à Budapest, s’intéressant plutôt à la crise d’Haïti (« plus jamais« , a-t-il écrit plus tard, il ne manquerait une réunion avec Eltsine). 4Pour la promesse de Clinton à Eltsine, voir Strobe Talbott, The Russia Hand : A Memoir of Presidential Diplomacy (New York : Random House, 2002), p. 137 ; pour « tout yin et pas de yang », p. 141 ; pour « plus jamais ça », p. 142.

Les nouveaux documents comprennent un mémo du Conseil de sécurité nationale, précédemment secret, adressé par le directeur principal pour la Russie Nicholas Burns à Talbott, si sensible que Burns l’a fait livrer par coursier, décrivant la réaction de Clinton à Budapest comme étant « vraiment énervée » et signalant que « le président ne voulait plus être utilisé comme un accessoire par Eltsine. » Dans le même temps, Burns souligne que « nous devons séparer notre colère compréhensible sur le ton du débat des préoccupations de fond de la Russie que nous devons prendre au sérieux« . De même, les câbles de Pickering recommandaient d’utiliser le voyage du vice-président Al Gore, prévu en décembre à Moscou pour des réunions avec le Premier ministre Victor Tchernomyrdine, pour rencontrer également Eltsine, calmer la discussion et revenir sur une « voie praticable« .

Pour raccommoder les choses, Gore décrivit à Eltsine les voies parallèles de l’OTAN et des États-Unis et de la Russie comme des vaisseaux spatiaux s’amarrant simultanément et très soigneusement 5Pour les points de discussion de Gore, voir Svetlana Savranskaya et Tom Blanton, « Expansion de l’OTAN : ce que Eltsine a entendu, » National Security Archive Electronic Briefing Book No. 621, 16 mars 2018, Document 16. Gore a déclaré que toute expansion de l’OTAN serait progressive , ouvert, et non en 1995 « lorsque vous aurez des élections législatives ». La métaphore du vaisseau spatial se trouve dans Strobe Talbott, The Russia Hand , p. 144., et Gore puis Clinton assurèrent aux Russes (mais pas par écrit, comme Kozyrev ne cessait de le demander) qu’aucune action de l’OTAN concernant de nouveaux membres n’interviendrait avant les élections à la Douma de 1995 ou les élections présidentielles de 1996 en Russie.

L’assurance finale a été l’accord de Clinton (malgré la brutale guerre de Tchétchénie en Russie et les multiples pressions intérieures) de venir à Moscou en mai 1995 pour les célébrations du 50e anniversaire de la victoire sur Hitler. À Moscou, Eltsine a réprimandé Clinton au sujet de l’expansion de l’OTAN, n’y voyant « qu’une humiliation » pour la Russie : « Pour moi, accepter que les frontières de l’OTAN s’étendent vers celles de la Russie – cela constituerait une trahison de ma part envers le peuple russe. » Mais Eltsine a également vu que Clinton ferait tout ce qu’il pourrait pour assurer la réélection d’Eltsine en 1996, et c’est ce qui comptait le plus pour lui. Ce n’est qu’après le sommet de Moscou qu’Eltsine ordonne à Kozyrev de faire adhérer la Russie au Partenariat pour la paix.

Les nouveaux documents ne sont tombés dans le domaine public qu’à la suite d’une action en justice intentée en vertu de la loi sur la liberté de l’information par les Archives de la sécurité nationale contre le département d’État, qui souhaitait obtenir les dossiers de Strobe Talbott, aujourd’hui à la retraite. Grâce à l’excellente représentation du célèbre avocat David Sobel, spécialiste de la liberté d’information, le département d’État a établi un calendrier de communication régulière des documents aux archives au cours des trois dernières années. Le corpus complet de milliers de pages couvrant l’ensemble des années 1990 apparaîtra l’année prochaine dans la série primée publiée par ProQuest, The Digital National Security Archive, qui a été désignée par le magazine Choice comme un « Outstanding Academic Title 2018. » Les Archives ont également bénéficié de l’affectation par l’État du réviseur chevronné Geoffrey Chapman à la tâche d’évaluer les documents Talbott en vue de leur déclassification. Chapman se classe parmi les déclassifieurs les plus minutieux, les plus experts et les plus professionnels du gouvernement américain.


Lire les documents originaux

ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.

À la veille du sommet du G-7 à Naples, Eltsine présente à Clinton ses espoirs maximums pour le partenariat américano-russe et la place de la Russie dans la transition du G-7 au G-8. Le président russe écrit comme si son pays était déjà un membre à part entière du G-8 (le G-8 « politique » vient d’être créé, principalement comme un geste symbolique pour garder Eltsine engagé). Eltsine considère que le partenariat américano-russe joue le rôle clé dans le G-8, le transformant en fait, selon lui, d’un simple symbole en une organisation réellement efficace en matière de sécurité internationale. Il décrit plusieurs domaines dans lesquels le partenariat américano-russe pourrait « donner le rythme et l’orientation » des travaux du G-8 : La Bosnie, la sécurité européenne, le maintien de la paix, la non-prolifération et la Corée du Nord. Pour la sécurité européenne, il propose une solution omnibus : « Tout en laissant un rôle clé à la CSCE, nous devrions nous orienter vers un modèle qui coopterait de façon naturelle l’Union européenne, le Conseil de l’Europe, l’OTAN, le Conseil de coopération nord-atlantique, l’Union de l’Europe occidentale et la C.I.S. ». Ici, il se raccroche vraiment à toute autre structure que l’OTAN. Mais la clé de tout cela, le centre de la politique mondiale, comme le dira plus tard Eltsine, est le partenariat entre la Russie et les États-Unis, les deux superpuissances.

ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat

Clinton appelle Eltsine avant son départ pour la Pologne et les pays baltes, plusieurs jours avant leur rencontre au sommet du G-7 à Naples. Le but de cet appel est de dissiper les inquiétudes d’Eltsine concernant les rencontres du président américain avec les anciens alliés de la Russie, parmi lesquels les Polonais en particulier ont fait pression pour une expansion rapide de l’OTAN. Eltsine lui demande de mentionner la question des minorités russes dans les pays baltes. Clinton résume ce qu’il a l’intention de dire aux Polonais sur l’OTAN, mais sa formulation est très prudente. Au lieu de parler de l’expansion de l’OTAN, il se cite lui-même en janvier 1994, disant que « le rôle de l’OTAN finira par s’étendre », mais sans fixer de calendrier. C’est quelque peu trompeur, car Clinton dit à son homologue russe : « J’aimerais que nous nous concentrions sur le programme de Partenariat pour la paix afin de parvenir à une Europe unie où les gens respectent leurs frontières respectives et travaillent ensemble. » Pour Eltsine, cela ressemble exactement à ce qu’il a entendu en octobre 1993 de la part de Warren Christopher et Strobe Talbott : un Partenariat pour la paix plutôt qu’une expansion de l’OTAN. Clinton note également que leur partenariat fonctionne bien – un autre thème qu’Eltsine est impatient d’entendre. Toutefois, la compréhension du mot « partenariat » par Clinton semble être très différente de celle d’Eltsine.

Document 03 : Mémo de Strobe Talbott au secrétaire Christopher et Tony Lake : Manipulation d’Eltsine (en)

ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.
Quelques heures avant le sommet de Washington, Talbott fournit des points de discussion détaillés sur ce qu’il faut dire à Eltsine sur les principales questions à l’ordre du jour et sur la façon de le faire. Ces conseils sont basés sur une longue conversation, la veille, avec l’interlocuteur russe le plus digne de confiance de Washington, le vice-ministre des Affaires étrangères Georgy Mamedov, dont les conseils se sont toujours avérés prémonitoires et utiles auparavant. Selon Talbott, Mamedov était « aussi inquiet que je ne l’ai jamais vu de l’interaction de la politique intérieure russe et américaine ». En ce qui concerne l’OTAN, il suggère d’assurer à Eltsine que la Russie reste un acteur clé dont les intérêts seront pris en compte, « un participant essentiel au processus de construction de nouvelles structures en Europe », qu’il s’agit d’un projet dans lequel les deux pays sont « unis » et que l’objectif des États-Unis est « l’intégration – résister à la tentation de créer de nouvelles divisions ou de recréer les anciennes ». Le mémo représente une combinaison fascinante d’empathie et de condescendance envers la Russie.
ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.
Le deuxième jour du sommet de Washington, après avoir discuté de toute la gamme des questions de sécurité, Clinton rassure à nouveau Eltsine sur l’expansion de l’OTAN dans ce « tête-à-tête » avec Strobe Talbott comme preneur de notes. Clinton suit assez fidèlement le scénario proposé par Mamedov par l’intermédiaire de Talbott, affirmant qu’il n’a jamais dit que la Russie ne pourrait pas être considérée comme membre, et que « lorsque nous parlons de l’expansion de l’OTAN, nous mettons l’accent sur l’inclusion, pas sur l’exclusion. » Clinton affirme que sa priorité est l’unité et la sécurité européennes, qu’il ne réserverait aucune surprise à Eltsine et qu’il faudrait des années pour que les pays d’Europe de l’Est répondent aux exigences et que les autres membres disent oui. Plus important encore pour Eltsine, le président américain réaffirme que « l’expansion de l’OTAN n’est pas anti-russe ; elle n’est pas destinée à exclure la Russie et il n’y a pas de calendrier imminent. » Talbott oppose la position du ministre allemand de la Défense Volker Ruehe, qui a dit « jamais » à l’adhésion de la Russie à l’OTAN, à celle du secrétaire à la Défense William Perry. Eltsine déclare que « Perry est plus intelligent que Ruehe » pour avoir dit « nous ne l’excluons pas ».
ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.
Cette lettre porte sur le partenariat stratégique tant convoité entre la Russie et les États-Unis, « sur la base de l’égalité », qui demeure la priorité absolue d’Eltsine et le « choix stratégique » de la Russie. Il écrit : « Il devrait exister une compréhension fondamentale du fait que le partenariat russo-américain constitue le facteur central de la politique mondiale. » Un mois avant le sommet de la CSCE à Budapest, le président russe évoque certaines « discordes émergentes », probablement fondées sur ce que Moscou a entendu des discussions sur l’OTAN à Washington. Pour lui, la clé pour surmonter les discordes est le maintien d’un haut niveau de confiance et la prise en compte attentive du point de vue du partenaire. Eltsine est prêt à coopérer avec Clinton sur la Bosnie, la Corée du Nord et l’Ukraine (il est très ouvert sur son soutien à l’Ukraine, affirme avoir une excellente relation avec le président Leonid Koutchma et est prêt à signer un document sur les garanties de sécurité pour l’Ukraine à Budapest). Eltsine termine la lettre par un autre appel à un « partenariat pratique et égal » le plus complet possible, et il est impatient de rencontrer Clinton à Budapest, où ils parleront « avant tout de la transformation des structures de stabilité européennes ». Eltsine estime qu’ils ont une « compréhension mutuelle » de ce partenariat.
urce : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.

Deux jours avant la réunion de l’OTAN à Bruxelles, Clinton rassure Eltsine sur leur partenariat et le processus d’expansion de l’OTAN. La lettre stipule ce qui suit : « Je tiens à vous assurer dès maintenant que ce que les alliés de l’OTAN feront lors de la prochaine session du Conseil de l’Atlantique Nord (CAN) à Bruxelles sera tout à fait conforme à ce dont vous et moi avons discuté à la Maison-Blanche lors de votre visite. » Mme Clinton déclare à Eltsine que la conversation au CAN ne portera pas sur la liste des nouveaux membres potentiels de l’OTAN ni sur le calendrier, mais sur l’élaboration d’une « vision commune des préceptes d’adhésion », qui sera ensuite présentée « à tous les membres du Partenariat pour la paix qui souhaitent la recevoir ». L’élargissement de l’OTAN serait « destiné à renforcer la sécurité et à promouvoir l’intégrité de l’Europe dans son ensemble » et non « dirigé vers un pays en particulier ». La lettre note que maintenant, après que la Rada de l’Ukraine a ratifié l’adhésion au Traité de non-prolifération, ce qui permettra le retrait complet des armes nucléaires d’Ukraine, Clinton est prête à rencontrer Eltsine et les présidents de l’Ukraine, de la Biélorussie et du Kazakhstan et à fournir des garanties de sécurité à ces pays. On distingue soigneusement les « garanties », que Eltsine s’est dit prêt à signer, et le mot « assurances » que les États-Unis ont insisté pour utiliser.

Document 07 : Lettre d’Eltsine à Clinton (en)

ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.
Dans cette très courte lettre, à la veille du sommet de la CSCE à Budapest et la veille de la réunion du Conseil de l’Atlantique Nord, Eltsine réitère ce qu’il pense être une compréhension commune de la CSCE et de l’OTAN, sur la base de ses conversations avec Clinton à Washington et de la correspondance qui a suivi. La CSCE jouera un rôle clé dans la sécurité européenne, et elle a besoin de plus qu’une rénovation cosmétique – une transformation en une « organisation européenne à part entière avec une base juridique solide ». À propos de l’OTAN : « Nous sommes convenus avec vous qu’il n’y aura pas de surprises, que nous devrions d’abord passer par cette phase de partenariat, tandis que les questions relatives à l’évolution future de l’OTAN ne devraient pas être décidées sans tenir dûment compte de l’opinion et des intérêts de la Russie. » Eltsine met Clinton en garde de manière très spécifique contre le fait que « l’adoption d’un calendrier accéléré, les plans visant à entamer les négociations avec les candidats dès le milieu de l’année prochaine seront interprétés, et pas seulement en Russie, comme le début d’une nouvelle division de l’Europe ». Les informations d’Eltsine et de Kozyrev en provenance de Washington et des capitales européennes comprenaient certainement des rumeurs sur un calendrier accéléré de l’expansion de l’OTAN.
ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.

Le communiqué du CNA du 1er décembre 1994, annonçant une étude des conditions d’adhésion à l’OTAN devant être achevée en 1995, a dû faire penser à Eltsine exactement à ce contre quoi il mettait en garde. L’étude sera achevée en novembre, juste avant les élections à la Douma, ce qui contribuera à la vulnérabilité électorale croissante d’Eltsine. À Bruxelles, Kozyrev, à la lecture du langage du communiqué, refuse de signer les documents du Partenariat pour la paix, concluant que le communiqué proclame que « le partenariat est subsidiaire à l’élargissement ». Il a également fait part de sa compréhension à Eltsine lors d’un appel téléphonique 6Strobe Talbott, La main russe , p. 140.. Maintenant, deux jours avant le début du sommet de Budapest, tous les efforts de Clinton pour apaiser et rassurer Eltsine sont sur la corde raide. Dans une ultime tentative pour préserver la paix et le calme au sommet, Clinton envoie à son partenaire russe cette lettre, espérant le persuader qu’il s’agissait simplement d’une mauvaise compréhension du communiqué du CNA de la part de Kozyrev. Clinton se dit « surpris et déçu » par les actions du ministre des affaires étrangères. La lettre souligne que, depuis la rencontre entre Clinton et Eltsine à Washington, « nous avons adhéré assidûment aux principes sur lesquels vous et moi nous sommes mis d’accord : pas de surprises ; priorité élevée au maintien et au renforcement du partenariat entre les États-Unis et la Russie ; et délibérations prudentes et inclusives tenant pleinement compte de l’opinion et des intérêts de la Russie » – mais il est clair que ce n’est pas ce que l’on ressent à Moscou.

Document 09 : Lettre d’Eltsine à Clinton (en)

ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.
En réponse immédiate à la lettre du président américain, Eltsine écrit :  » Je ne peux pas être d’accord avec votre évaluation de ce document « , c’est-à-dire le communiqué du CNA. Il estime que le malentendu actuel nécessite des explications plus précises. La réaffirmation par Clinton des accords conclus à Washington est très importante pour Eltsine, et un partenariat plus large entre les États-Unis et la Russie est sa priorité absolue. Il veut que le président fournisse « l’assurance que l’élargissement plutôt que le partenariat n’est pas mis en avant maintenant ». Il souhaite également engager un dialogue sur « les obligations spécifiques et les garanties de sécurité pour la Russie et l’OTAN. » Selon la Russie, la seule façon acceptable d’élargir l’OTAN est de rendre l’alliance effectivement « nouvelle et transformée par le partenariat. » La délégation américaine à Budapest, en l’absence de Strobe Talbott, a manqué les avertissements ici.
ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.

Dans ce câble NODIS prémonitoire et très soigneusement formulé, l’ambassadeur Thomas Pickering donne son analyse du comportement de Kozyrev et d’Eltsine et de leur réaction au communiqué du CNA. Il cite plusieurs causes qui expliquent l’explosion ; parmi elles, les sensibilités personnelles de Kozyrev, l’opposition intérieure, et le sentiment que les États-Unis poussent plus fort pour l’expansion de l’OTAN que les autres pays de l’OTAN (et plus fort qu’ils ne l’ont admis aux Russes). Il souligne à juste titre la forte opposition à l’expansion de l’OTAN dans l’ensemble de l’échiquier politique russe et le soutien que les discours fermes ont reçu dans le pays. Les dirigeants russes ont eu l’impression que les États-Unis racontaient des choses différentes sur l’expansion de l’OTAN à leurs alliés occidentaux et à la Russie (vrai). Pickering recommande de ne pas chercher la bagarre avec Eltsine, mais de lui donner des assurances et de réparer les pots cassés lors de la prochaine visite de Gore à Moscou – en disant explicitement à Eltsine qu’il n’y aurait aucune décision sur l’expansion avant les élections russes de juin 1996 et aucun nouveau membre avant la fin du siècle.

Document 11 : Câble de l’ambassadeur Pickering au secrétaire d’État : prochaines étapes de l’OTAN et visite du vice-président (en)

ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.

Ce câble de suivi immédiat du document 10, ci-dessus, fournit des conseils spécifiques pour préparer la visite de Gore et sa rencontre avec Eltsine. Il est basé sur une conversation franche avec Georgy Mamedov et la longue conversation précédente de ce dernier avec Kozyrev. Pickering pense « qu’il serait particulièrement important de se pencher aussi loin que possible en rassurant Eltsine sur le fait que nous n’envisageons aucune décision réelle sur les nouveaux membres avant juin 1996, et aucune entrée officielle de nouveaux membres avant bien après cela ». M. Clinton devrait envoyer à M. Eltsine une lettre énumérant des garanties spécifiques et poursuivre par un message personnel avec le vice-président. La visite de Gore serait la meilleure chance d’amener la discussion sur l’OTAN sur « une voie praticable ».

Document 12 : Nick Burns Memorandum to Strobe Talbott: Letter to Eltsin on Budapest and other items (en)

ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.

Nick Burns envoie ce mémo très sensible et franc à Talbot personnellement par coursier. Talbott a manqué Budapest en raison de son implication dans la crise en Haïti, il s’est en partie rendu responsable de l’explosion et doit maintenant ramasser les morceaux. Le mémo est basé sur les conversations révélatrices de Burns avec Clinton dans l’avion et de retour à Washington. Burns décrit Clinton comme se sentant « vraiment énervé », qu’Eltsine l’avait « humilié » par ses critiques publiques de la politique américaine, et que « sa colère s’est accrue lorsque nous sommes rentrés à Washington » et que nous avons vu comment les événements étaient traités dans les médias. Le conseiller à la sécurité nationale Tony Lake a déclaré que Clinton « ne voulait plus être utilisé comme un accessoire par Eltsine ». Dans le même temps, le mémo montre le désir sincère de Clinton de bien faire les choses et sa recherche d’un moyen de résoudre la quadrature du cercle – élargir l’OTAN et préserver une grande relation avec la Russie en cours de réforme. Clinton se demande « si nous devrions ou non essayer d’être plus francs avec les Russes » au sujet de la vision américaine sur l’expansion et son calendrier. Il est important de noter que, même si elle en veut à Eltsine de s’être « défoulé sur nous en public », Clinton comprend que « nous devons également répondre aux préoccupations réelles et légitimes de la Russie en matière de sécurité concernant l’expansion de l’OTAN. » Burns exprime des doutes sur le canal Mamedov de Talbott parce qu’il n’a pas averti les États-Unis de ce que Kozyrev et Eltsine avaient l’intention de dire. La note de Talbott dans la marge suggère que Mamedov ne disposait pas lui-même de ces informations.

ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.

Cette lettre, initialement rédigée par Nick Burns, tend la main de la réconciliation à Eltsine mais ne va pas aussi loin dans les assurances spécifiques que celles proposées par Pickering dans son câble précédent (document 10). Clinton expose sa vision d’une « Europe unifiée, stable et pacifique au siècle prochain ». Néanmoins, la lettre minimise l’importance de l’expansion de l’OTAN en tant que priorité de l’administration Clinton en la plaçant après le « renforcement de la CSCE » dans la liste des priorités américaines. Pour esquisser un scénario attrayant, la lettre énumère toutes les institutions occidentales dont la Russie deviendrait membre, notamment l’Organisation mondiale du commerce, le Club de Paris et le G-7. Clinton déclare : « Notre objectif commun devrait être de parvenir à une intégration complète entre la Russie et l’Occident – y compris des liens renforcés avec l’OTAN – sans nouvelles divisions en Europe. » La lettre exprime le point de vue de Clinton selon lequel les États-Unis ont scrupuleusement respecté l’engagement de « pas de surprises ». Il appelle Eltsine à maintenir leur relation de confiance et à discuter de cette « question la plus difficile que vous et moi allons affronter ensemble » de manière confidentielle plutôt que publique.

ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.

Grandement soulagé par le succès de la visite en Russie du vice-président Gore, Clinton envoie cette lettre à Eltsine, dans laquelle il réitère son « engagement ferme à l’égard du partenariat États-Unis-Russie et de l’objectif d’une Europe stable, intégrée et non divisée » et réitère l’engagement pris en septembre selon lequel « le développement futur de l’OTAN se fera progressivement et ouvertement ». Ayant laissé ce « clivage » derrière eux, les États-Unis et la Russie peuvent maintenant se concentrer sur des discussions de fond concernant la « question la plus importante et la plus sensible » de la sécurité européenne. Clinton promet qu’il « continuera à prendre l’initiative pour s’assurer qu’un programme économique russe fort s’accompagne d’un soutien occidental à grande échelle ». Et surtout – ce que Eltsine veut entendre le plus – la lettre est remplie d’occurrences du mot « partenariat » et d’éloges sur ce que ce partenariat a réalisé jusqu’à présent. En d’autres termes, beaucoup de belles généralités, mais aucun message franc ou spécifique sur l’expansion de l’OTAN. La grande ironie de cette lettre est qu’elle a été envoyée trois jours seulement après que le Secrétaire à la défense Perry ait découvert, lors de la séance de débriefing du 21 décembre avec Gore, que le président s’était engagé à une expansion rapide de l’OTAN juste après 1996, plutôt que d’emprunter la voie beaucoup plus lente du Partenariat pour la paix, qui était l’option préférée de Perry. 7Un livre à paraître de la professeure de Johns Hopkins Mary Sarotte, Not One Inch : America, Russia, and the Making of Post-Cold War Stalemate (New Haven : Yale University Press, 2021), soutient que le « changement » de Clinton contre le Le Partenariat pour la paix a considérablement augmenté le « coût par centimètre » de l’expansion de l’OTAN et a contribué à la tension et à l’impasse actuelles dans les relations américano-russes. Voir ME Sarotte, « Containment Beyond the Cold War: How Washington Lost the Post-Soviet Peace », Foreign Affairs , novembre-décembre 2021.

ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.

Ce câble NODIS « eyes only » présente un compte rendu détaillé d’un déjeuner de deux heures (en tête-à-tête, sans preneur de notes) que Talbott a eu avec le ministre russe des Affaires étrangères, Andrei Kozyrev. Le contexte de cette conversation est très important : l’armée russe tente de « nettoyer » la Tchétchénie avant le sommet de mai. Certaines des opérations les plus cruelles de la guerre de Tchétchénie ont eu lieu en avril 1995 (voir « Le massacre de Samachki »), mais cette question n’apparaît pas une seule fois au cours de ces deux heures. La conversation est au contraire entièrement consacrée à la question de l’expansion de l’OTAN. L’objectif de Talbott était de persuader le ministre russe des Affaires étrangères de signer les documents du Partenariat pour la paix avant le sommet de mai. Selon le câble, Kozyrev « s’est lancé dans un monologue qui a duré plus d’une heure ». Ce monologue présentait l’exposé le plus complet de la position russe sur l’OTAN. Kozyrev a mentionné qu’Eltsine était en train de terminer une lettre à Clinton sur la sécurité européenne et qu’il espérait une réponse avec des garanties écrites concrètes sur l’expansion de l’OTAN. M. Kozyrev a demandé une « lettre qui évite le langage vague et évasif » et affirme qu’il n’y aura pas de précipitation dans l’élargissement et que le PFP sera « pour de bon » et « au centre des choses pour les 2-3 prochaines années. »

Mais c’est inacceptable pour Talbott, qui sait bien que le train a déjà quitté la gare. Kozyrev décrit le contexte national dans lequel il doit travailler : les « militaires et les industriels sont furieux » parce que les États-Unis pénètrent sur les marchés d’Europe de l’Est et vendent leur matériel ; personne, pas même les libéraux, ne comprend « pourquoi [l’OTAN] déplace ses frontières vers la Russie » (même son ennemi juré, Vladimir Loukine, devient critique) ; et « le stimulus du partenariat a été dans une large mesure tué par l’élargissement ». Il établit un contraste frappant entre le PFP (« vous et nous ») et l’élargissement (« nous contre eux »).

Kozyrev souligne le moment clé où les malentendus ont commencé : La visite de Christopher à Moscou en octobre 1993 pour informer les Russes du Partenariat pour la paix. Lors de cette réunion, « Eltsine a réagi si favorablement en partie parce qu’il pensait que le PFP était une ‘alternative’ à l’expansion de l’OTAN. » Mais selon lui, « avec l’élargissement en cours, tout ce qui concernait le PFP est ruiné pour nous ». Avec cette conversation, Talbott se rend compte que le prochain sommet ne sera pas une promenade de santé, mais en même temps, il devient encore plus crucial que Clinton vienne à Moscou pour clarifier les choses en personne, amener les Russes à signer le PFP et parvenir à un modus vivendi avec Eltsine sur la question de l’expansion de l’OTAN.

ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.

Ce mémo très franc est le résultat des conversations de Strobe Talbott à Moscou. Il montre qu’il comprend extrêmement bien la position russe sur l’expansion de l’OTAN et qu’il apprécie la difficulté à laquelle le président sera confronté lors du sommet de Moscou. Sans le vouloir, cependant, le mémo de Talbott met le doigt sur le plus gros problème : la « détermination du président à maintenir sur les rails deux stratégies cruciales pour [sa] vision de l’Europe de l’après-guerre froide : l’admission de nouveaux membres à l’OTAN et le développement d’une relation de sécurité parallèle entre l’Alliance et la Russie ». Ces deux stratégies se révéleront finalement inconciliables.

Le mémo passe en revue les principaux événements sur la voie de l’expansion de l’OTAN jusqu’à présent : le voyage en Europe en janvier 1994, le sommet de Washington avec Eltsine en septembre 1994 et l’explosion de la « paix froide » à Budapest en décembre, en essayant de fournir des explications aux actions d’Eltsine dans son contexte national. Mais malgré toute l’empathie pour la situation difficile d’Eltsine, la réponse des Etats-Unis, dit le mémo, est que « la voie de l’expansion de l’OTAN se poursuivra même si les Russes refusent de permettre des progrès sur la voie OTAN-Russie ». Par conséquent, le président doit essayer de persuader Eltsine qu’il est dans son intérêt de coopérer et de signer les documents du PFP. M. Talbott répète à Mme Clinton qu’il existe une forte opposition à l’expansion de l’OTAN dans tout l’éventail politique en Russie, mais il pense qu’Eltsine est tellement intéressé par un bon sommet et par l’intégration avec l’Occident qu' »il a une forte motivation personnelle pour essayer de résoudre la quadrature du cercle – et pour le faire au sommet ». Les alliés de l’OTAN veulent également voir une bonne relation OTAN-Russie et un bon sommet car « il n’y a rien de plus offensif qu’un Russe sur la défensive. »

Le mémo représente bien les priorités de Clinton à l’heure actuelle et, contrairement à ses communications avec Eltsine, la CSCE et les autres « nouvelles » structures de sécurité européennes ne sont même pas mentionnées.

ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.

Dans cette longue conversation, M. Christopher tente de persuader M. Kozyrev de signer les documents relatifs au programme de partenariat public-privé avant le sommet du 10 mai. Il établit un lien entre cette signature et de nouveaux progrès dans la coopération OTAN-Russie et les assurances qui pourraient être données à la Russie concernant l’expansion de l’OTAN lors de la réunion ministérielle du Conseil de l’Atlantique Nord à la fin du mois de mai. M. Kozyrev réitère les préoccupations de la Russie qu’il a exposées à M. Talbott lors de leur rencontre à Moscou (document 15) et se plaint de la rhétorique enflammée sur l’expansion de l’OTAN qui nuit à tout progrès sur cette question. Kozyrev déclare que la Russie n’approuvera jamais une expansion hâtive de l’OTAN et la compare à une avalanche. Il promet de modérer la rhétorique et d’essayer de faire comprendre cela aux dirigeants polonais également. Kozyrev laisse entendre que Lech Walesa est le problème ici et qu’il attend du dirigeant polonais qu’il déclare immédiatement après la réunion ministérielle du Conseil de l’Atlantique Nord que la Pologne est prête à rejoindre l’OTAN dans un avenir proche. Kozyrev dit aux Américains combien de sang il a versé en essayant de faire avancer le PFP en Russie, en vain. Cette conversation déprimante ne débouche sur aucune conclusion ou résolution, mais elle indique clairement que tout accord entre les États-Unis et la Russie concernant l’expansion de l’OTAN ne peut être obtenu qu’au plus haut niveau, et que le moment est venu le 10 mai.

ource : Procès sur la liberté d’information. Département d’Etat.

Cette longue et vaste conversation est remarquable en tant qu’aperçu de la relation Bill-Boris. Eltsine apprécie beaucoup que Clinton soit venu à Moscou pour célébrer le 50e anniversaire de la victoire dans la Seconde Guerre mondiale, malgré une opposition importante aux États-Unis. C’est ici qu’il présente son véritable cri de cœur sur l’OTAN. Il ne voit « rien d’autre qu’une humiliation » pour la Russie si l’OTAN s’étend, qu’il appelle un « nouvel encerclement ». Il affirme que ce dont ils ont besoin, c’est d’un nouveau système de sécurité européen, et non de vieux blocs. Il affirme avec émotion que « si j’acceptais que les frontières de l’OTAN s’étendent vers celles de la Russie – ce serait une trahison de ma part envers le peuple russe ».

En réponse, Clinton explique patiemment et clairement la position des États-Unis sur l’expansion de l’OTAN – elle doit être considérée dans le contexte d’une implication continue des États-Unis dans la sécurité européenne et d’un effort pour créer une Europe pleinement intégrée. Il fait allusion à des compromis si Eltsine accepte l’expansion de l’OTAN – la Russie serait un membre fondateur du régime post-COCOM, rejoindrait le G-7, aurait une relation spéciale avec l’OTAN – mais seulement si la Russie « franchit les portes que nous vous ouvrons ». La priorité urgente d’Eltsine est les prochaines élections ; il confie au président américain que sa « position à l’approche des élections de 1996 n’est pas vraiment brillante. » Il demande au président de reporter la discussion sur l’élargissement au moins jusqu’après les élections. Clinton est très direct sur ses propres pressions électorales avec les républicains et les électeurs du Wisconsin, de l’Illinois et de l’Ohio qui poussent à l’expansion de l’OTAN.

Eltsine finit par accepter à contrecœur l’offre de Clinton – pas de décision concernant l’OTAN avant la fin des élections, seulement une étude de l’expansion ; mais aussi pas de rhétorique anti-OTAN de la part de la Russie et un accord pour signer le PFP avant la fin mai. Eltsine a besoin du soutien de Clinton pour gagner dans les urnes et il ne voit pas d’autre solution que de s’en remettre aux assurances des Américains.

Le président Bill Clinton et le président russe Boris Yeltsin lors d’une cérémonie d’arrivée du président russe sur la pelouse sud de la Maison Blanche à Washington, le 27 septembre 1994.

Bill Clinton et Boris Yeltsin lors de leur rencontre à la Maison Blanche le 27 septembre 1994. L’interprète américain Dimitry Zarechnak est debout entre eux. (Photo reproduite avec l’aimable autorisation de la bibliothèque présidentielle de William J. Clinton).

Boris Eltsine, à gauche, Bill Clinton, le président ukrainien Leonid Koutchma et le premier ministre britannique John Major signent le Mémorandum de Budapest le 5 décembre 1994. (Photo : Brookings Institution)

Boris Eltsine avec Bill et Hillary Clinton lors du défilé du jour de la Victoire à Moscou en 1995. (Photo : RIA Novosti)

Bill Clinton commémore les pertes soviétiques dans la Grande Guerre patriotique lors de célébrations à Moscou, le 9 mai 1995. (Photo : WSJ Graphics)

Annexe :

[1994] Eltsine déclare que l’OTAN est en train d’essayer, à nouveau, de diviser le continent, par Elaine Sciolino

Source : The New York Times, Elaine Sciolino, 1994

Archives du New York Times

Un sommet de 52 pays visant à renforcer la sécurité dans toute l’Europe a été perturbé aujourd’hui par l’opposition de la Russie à l’expansion de l’OTAN et les récriminations de la Bosnie au sujet de l’échec de la communauté internationale à mettre fin à la guerre dans les Balkans.

D’un ton caustique qui rappelle la guerre froide, le président russe Boris N. Eltsine a dit sans ambages aux autres dirigeants du monde, dans cette ancienne capitale communiste, que l’OTAN essayait de diviser l’Europe avec son projet d’admettre des membres de l’ancien Pacte de Varsovie et que les États-Unis ne devraient pas être autorisés à dominer le monde.

Reflétant les tensions sur la Bosnie qui ont dominé la scène européenne pendant deux ans, le président de Bosnie-Herzégovine, Alija Izetbegovic, s’en est pris à ses collègues chefs d’État, en prédisant que leur incapacité à lui venir en aide ferait des ravages en Europe.

Bien que les deux présidents aient eu des ordres du jour radicalement différents, leurs remarques ont éclipsé un événement décisif dans l’histoire de la maîtrise des armements, à savoir l’adhésion officielle de l’Ukraine au traité pour mettre fin à la prolifération des armes nucléaires. Cet accord permettra la mise en œuvre du Traité sur la réduction des armements stratégiques et supprimera plus de 9 000 ogives des États-Unis et de l’ex-Union soviétique.

Le président Clinton, qui a fait une brève apparition, et M. Eltsine ont mis de côté tout différend au sujet de l’OTAN pour participer à la cérémonie.

La réunion avait d’abord été conçue comme une sorte de réunion des chefs d’État pour transformer l’organisation complexe et impuissante de la guerre froide, connue sous le nom de Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, en un lieu plus solennel pour résoudre les conflits régionaux et les prévenir en premier lieu.

En particulier, l’administration Clinton avait voulu que la réunion mette en exergue un plan américain visant à accélérer l’expansion de l’OTAN et à renforcer le groupe paneuropéen.

Mais c’était avant que l’OTAN ne décide de ne pas mener de frappes aériennes punitives pour aider à protéger la ville bosniaque de Bihac des attaques serbes et avant que le ministre russe des Affaires étrangères Andrei V. Kozyrev n’embarrasse les États-Unis et ses alliés européens à Bruxelles la semaine dernière en refusant de manière inattendue d’accepter leur « Partenariat pour la paix » avec l’OTAN.

Aujourd’hui, M. Eltsine a rappelé à ses partenaires européens et nord-américains réunis au Centre des congrès communiste moderne de Budapest le rôle éminent de la Russie dans l’élaboration de la politique étrangère en Europe.

Irrité, de manière évidente, par la décision prise la semaine dernière par l’OTAN de commencer à définir les conditions d’adhésion à l’OTAN, M. Eltsine s’en est pris aux pays qui le laisseraient en dehors de ce que les Américains appellent « la nouvelle architecture de sécurité » pour l’Europe. La Russie craint qu’un groupe d’armées équipées par l’OTAN à ses frontières occidentales ne devienne une menace.

« Pourquoi semez-vous les graines de la méfiance ? » a demandé M. Eltsine aux 16 membres de l’OTAN à propos de la perspective d’augmenter le nombre de leurs membres, ajoutant qu’au lendemain de la guerre froide, « L’Europe est court le risque de plonger dans une paix froide ».

Dans une critique à peine voilée de ce que la Russie perçoit comme l’émergence de Washington comme seule superpuissance mondiale, M. Eltsine a déclaré : « L’histoire démontre que c’est une dangereuse illusion de croire que les destinées des continents et de la communauté mondiale en général peuvent être gérées d’une manière ou d’une autre à partir d’une seule capitale ».

Bien que les États-Unis et leurs partenaires de l’OTAN insistent pour qu’aucun pays européen ne soit empêché d’adhérer à l’OTAN, un point que M. Clinton a rappelé aujourd’hui, l’OTAN et Moscou savent tous deux que la Russie reste, en Europe, perçue comme l’ennemi et serait au bas de la liste.

M. Eltsine a fait cette remarque aujourd’hui lorsqu’il a dit : « Nous entendons des explications selon lesquelles il s’agirait d’une extension pour la stabilité juste au cas où il y aurait des développements indésirables en Russie. »

L’apparition précipitée de M. Clinton à l’ouverture de cette réunion de deux jours n’a pas comblé l’écart grandissant entre les deux pays.

« L’OTAN n’exclura pas automatiquement un pays de l’adhésion », a-t-il dit. « En même temps, aucun pays extérieur ne sera autorisé à opposer son veto à son extension. »

Quant au groupe de sécurité européenne plus large, M. Clinton a déclaré qu’il devrait être « notre première ligne de défense souple contre les conflits ethniques et régionaux », ajoutant : « En se concentrant sur les droits de l’homme, la prévention des conflits et la résolution des conflits, la C.S.C.E. (Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe) peut aider à prévenir de futurs conflits en Bosnie ».

Comme M. Clinton, d’autres chefs d’État, dont le chancelier allemand Helmut Kohl, le président français François Mitterrand et le premier ministre britannique John Major, ont appelé à un accord de paix comme seul moyen de mettre fin à la guerre en Bosnie. M. Clinton a exhorté les participants au sommet à tirer les leçons de l’expérience de la Bosnie.

Pour sa part, M. Izetbegovic, dont le pays est pris dans une guerre qui a fait plus de 200 000 morts ou disparus, a déclenché une attaque au vitriol comme on en entend rarement dans de tels rassemblements diplomatiques et a juré que ses soldats se battraient jusqu’à la fin.

« Quel sera le résultat de la guerre en Bosnie, qui se prolonge en raison d’un mélange d’incapacité, d’hésitation et parfois même de mauvaise volonté de l’Occident ? » a demandé M. Izetbegovic. « Le résultat sera une ONU discréditée, une OTAN ruinée, des Européens démoralisés par un sentiment d’incapacité à répondre à la première crise après la guerre froide. »

Il a brossé un tableau de ce qu’il a appelé un monde différent à la suite de l’échec européen et américain en Bosnie, « un monde pire dans lequel les relations entre l’Europe et les États-Unis, l’Occident et la Russie, et l’Occident et le monde musulman ne seront plus jamais les mêmes ».

L’ironie de la présentation spectaculaire de M. Izetbegovic a été que pendant qu’il parlait, les dirigeants qui détiennent la clé d’un règlement bosniaque n’étaient pas là. M. Clinton, M. Eltsine, M. Mitterrand et M. Major assistaient à une cérémonie au cours de laquelle ils se sont engagés par écrit à donner à l’Ukraine des garanties de sécurité en échange de son accord formel de devenir une puissance non nucléaire.

Et alors même que le président ukrainien, Leonid Kuchma, louait l’adhésion de son pays au traité comme « l’un des pas les plus importants » vers un monde sans armes nucléaires, la télévision hongroise montrait des images sanglantes des morts et des bâtiments rasés de la guerre des Balkans.

M. Clinton, qui n’a passé que sept heures ici, n’a pas eu une véritable réunion avec M. Eltsine ; ils n’ont eu que de brefs échanges en marge des cérémonies sur le contrôle des armements.

Ses seules rencontres avec d’autres dirigeants de la communauté internationale ont été ce que les responsables de la Maison-Blanche ont décrit comme deux brefs « apartés », l’un avec M. Izetbegovic et le président croate Franjo Tudjman, l’autre avec M. Kohl.

M. Clinton a rencontré les deux présidents des Balkans pendant une dizaine de minutes pour souligner l’importance que les États-Unis attachent à leur fragile union politique vieille de cinq mois, a déclaré un haut responsable de l’administration, familier de ce type de réunion.

M. Clinton a également dit aux Bosniaques que les États-Unis ne soutiennent pas une confédération « ou quelque chose comme ça » entre les Serbes de Bosnie et la République de Serbie, et que ceux qui l’ont dit ont déformé la position officielle américaine, a dit le responsable. Parmi les responsables américains qui ont laissé ouverte la possibilité d’une confédération, il y a Charles E. Redman, l’ambassadeur en Allemagne et un envoyé spécial dans les Balkans, mais de telles différences ont souvent affecté la politique des États-Unis à l’égard de la Bosnie.

Il y a quelques jours à peine, M. Clinton devait assister aujourd’hui au déjeuner officiel des chefs d’État. Au lieu de cela, la Maison-Blanche a accepté l’offre de Gundels, le restaurant hongrois le plus élégant de Budapest, de préparer le déjeuner pour M. Clinton et son entourage de 60 personnes en route vers Washington à bord d’Air Force One.

Source : The New York Times, Elaine Sciolino, 1994

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Notes

Notes
1 Voir notamment James Goldgeier, Not If But When : The US Decision to Enlarge NATO (Washington DC : Brookings Institution Press, 1999), pp. qui sont apparus dans des comptes rendus médiatiques contemporains et des débats d’opinion remarqués par Moscou.
2 Voir ses mémoires, My Journey at the Nuclear Brink (Stanford, CA : Stanford University Press, 2015), pp. 116 -129.
3 Bill Clinton, Ma vie (New York : Knopf, 2004), p. 636-637.
4 Pour la promesse de Clinton à Eltsine, voir Strobe Talbott, The Russia Hand : A Memoir of Presidential Diplomacy (New York : Random House, 2002), p. 137 ; pour « tout yin et pas de yang », p. 141 ; pour « plus jamais ça », p. 142.
5 Pour les points de discussion de Gore, voir Svetlana Savranskaya et Tom Blanton, « Expansion de l’OTAN : ce que Eltsine a entendu, » National Security Archive Electronic Briefing Book No. 621, 16 mars 2018, Document 16. Gore a déclaré que toute expansion de l’OTAN serait progressive , ouvert, et non en 1995 « lorsque vous aurez des élections législatives ». La métaphore du vaisseau spatial se trouve dans Strobe Talbott, The Russia Hand , p. 144.
6 Strobe Talbott, La main russe , p. 140.
7 Un livre à paraître de la professeure de Johns Hopkins Mary Sarotte, Not One Inch : America, Russia, and the Making of Post-Cold War Stalemate (New Haven : Yale University Press, 2021), soutient que le « changement » de Clinton contre le Le Partenariat pour la paix a considérablement augmenté le « coût par centimètre » de l’expansion de l’OTAN et a contribué à la tension et à l’impasse actuelles dans les relations américano-russes. Voir ME Sarotte, « Containment Beyond the Cold War: How Washington Lost the Post-Soviet Peace », Foreign Affairs , novembre-décembre 2021.

Commentaire recommandé

Fox 23 // 15.02.2022 à 09h48

Avant même tout commentaire, un immense merci pour ce travail de titans du groupe Les Crises.

Journellement agressé par des commentateurs/propagandistes, comment comprendre correctement la grave crise actuelle autrement qu’avec ce genre d’étude ne se référant qu’au factuel ?
Rajoutez l’énorme dossier sur l’Ukraine provenant de la même équipe, vous avez toutes les cartes en main pour définit les responsabilités.

Seul « reproche », que trop de Français ignorent ce genre de réflexion et poursuivent dans une russophobie dans laquelle nos médias ont une immense responsabilité, comme pour chaque autre crise d’ailleurs.

3 réactions et commentaires

  • Fox 23 // 15.02.2022 à 09h48

    Avant même tout commentaire, un immense merci pour ce travail de titans du groupe Les Crises.

    Journellement agressé par des commentateurs/propagandistes, comment comprendre correctement la grave crise actuelle autrement qu’avec ce genre d’étude ne se référant qu’au factuel ?
    Rajoutez l’énorme dossier sur l’Ukraine provenant de la même équipe, vous avez toutes les cartes en main pour définit les responsabilités.

    Seul « reproche », que trop de Français ignorent ce genre de réflexion et poursuivent dans une russophobie dans laquelle nos médias ont une immense responsabilité, comme pour chaque autre crise d’ailleurs.

      +17

    Alerter
  • John V. Doe // 15.02.2022 à 12h38

    Comme d’habitude, hélas « les garanties (américaines) ne garantissent rien » comme aurait dit un ambassadeur anglais en prélude à la Bataille d’Angleterre en parlant d’un autre brute qui avait fait pire mais que la première puissance nucléaire mondiale fait tout pour rattraper.

    Le problème est qu’il n’y a aucun moyen de forcer un agresseur trop fort à tenir sa parole. Surtout quand il a à ce point l’habitude de ne pas le faire. Sauf à le provoquer à une bagarre… et à gagner. Et encore, il faudra qu’il ait eu vraiment mal pour comprendre que mentir sans cesse n’est pas la bonne façon de se faire des amis ni de les garder. A l’époque des armes nucléaires, c’est une voie dangereuse.

    Les états soumis à ses diktats pourraient faire front s’ils en avaient le courage mais ils savent trop bien le sort des parias de l’empire pour peu que leurs égaux ne le suivent pas. Je pense aux états européens (voir à ce sujet https://elucid.media/politique/presidence-francaise-pologne-ukraine-dernieres-nouvelles-de-bruxelles/?mc_ts=crises) car les états d’Amérique Latine ont, eux, ce courage après des dizaines d’années à subir la « Doctrine Monroe ». Quand allons-nous les imiter ?

      +8

    Alerter
  • Auguste Vannier // 16.02.2022 à 10h26

    Il y a donc encore la possibilité d’accéder à des sources fiables et factuelles. Je dis encore, parce qu’a l’instar de Von Leyen, les dirigeants utilisent des moyens électroniques qu’ils s’empressent d’effacer, ou de Macron qui organise sa « gestion de crise sanitaire » à partir d’un Conseil de Défense secret.
    En attendant on doit bien constater que beaucoup de « journalistes salariés » ne font pas leur métier (ne peuvent pas le faire?), que les propriétaires des media savent très bien ce qu’ils font, et qu’il devient difficile pour les citoyens qui subventionnent le système médiatique, d’avoir un service « honnête » d’information pour élaborer une opinion de conviction sans laquelle, comme on le voit , la démocratie bat de l’aile.
    Ceci dit, les manipulations et la propagande sont de plus en plus grossière, car qui peut croire que la Russie est sur le point d’envahir chaque jour l’Ukraine, et ce depuis des mois, en attendant Godot donc…
    Aux dernières nouvelles, selon The Sun, la Russie devait envahir l’Ukraine à 03h ce matin…

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications