Les Crises Les Crises
13.février.202213.2.2022
Article LesCrises

Comment l’Occident a promis à l’URSS que l’OTAN ne s’étendrait pas à l’Est, par Roland Dumas, ex-ministre des affaires étrangères

Merci 2572
J'envoie

Nous vous proposons aujourd’hui une interview exceptionnelle que Roland Dumas nous a accordée. Il était Ministre des Affaires étrangères dans la période cruciale 1989-1991, lorsque la guerre froide a pris fin.

Il répond à plusieurs questions centrales dans la crise actuelle entre la Russie, les États-Unis et l’Ukraine.

Précisions clairement qu’il ne s’agit pas ici de prendre parti pour une des parties du conflit – notre position et notre message sur ce site sont clairs : ne prenez parti pour aucun gouvernement étranger quel qu’il soit, et exigez toujours qu’il prouve ce qu’il avance.


Cet article a demandé beaucoup de travail, mais nous sommes heureux de le mettre gratuitement à disposition du plus grand nombre.

Si vous voulez soutenir notre travail d’information, vous pouvez découvrir et souscrire un abonnement au site d’information indépendant ÉLUCID (utilisez le code promo « LESCRISES »), ou vous abonner gratuitement à notre nouvelle chaîne Youtube.


I. Les révélations de Roland Dumas

Comme nous le verrons ci-dessous, la crise actuelle trouve son origine dans l’extension permanente de l’OTAN depuis la disparition de l’URSS.

Afin de tirer les choses au clair, nous sommes allés demander à Roland Dumas ce qui a été dit et promis à l’URSS en 1990, en échange de la réunification de l’Allemagne.

Au vu de l’importance historique de ses propos, nous les avons traduits en anglais :

en allemand :

et en russe :

II. La Propagande en Occident

La question de cette promesse est donc historiquement importante.

Cette interview confirme en tous points la brillante analyse des archivistes de l’Université George Washington, qui ont compilé les sources attestant de ces promesses. Nous vous recommandons de lire leur analyse dans ce billet : Expansion de l’OTAN : ce que Gorbatchev a entendu

Bien entendu, tout le monde s’accorde pour dire qu’il n’y a eu aucun engagement signé, ce que soulèvent, à raison les Américains, pétris de leur culture juridique.

Mais comme il s’agit de leur sécurité, les Russes ne voient pas ceci du même œil. Précisons aussi que cette promesse non tenue ne donne évidemment pas tous les droits aux Russes. Elle explique simplement l’état actuel de nos relations.

Comme nous arrivons donc dans une zone de haute tension, vous aurez noté la mise en place d’une propagande de guerre pro-gouvernementale (chez nous, mais également dans tous les autres pays concernés). Je vous en rappelle les principes, brillamment exposés par Anne Morelli dans son ouvrage sur la Propagande de guerre (résumé à consulter ici), et qu’on peut schématiser ainsi :

Évidemment, reconnaitre que nous aurions une part, même limitée, dans la crise actuelle contrevient aux points 1 et 2, qui sont fondamentaux, car ne pas les respecter pourrait conduire à une volonté des citoyens de trouver une solution pacifique. D’où ce genre d’articles de propagande mensongère n’hésitant pas à déformer – voire falsifier – l’Histoire :

Nous vous recommandons ce bijou de propagande venant du média du gouvernement réservé à l’étranger [s] :

Soulignons cependant que des médias ont su garder une position plus équilibrée [s ; s ; s ; s] :

Notons que la vérité est connue depuis longtemps (cliquez pour agrandir) [s] :

Soulignons aussi que Gorbatchev, bien que peu fiable sur ce sujet vu que, ayant accepté la réunification de l’ Allemagne sans exiger cet engagement par écrit, il est devenu la personne probablement la plus détestée en Russie, a clairement indiqué [s] :

« La décision des États-Unis et de leurs alliés d’étendre l’OTAN à l’Est a été prise de manière décisive en 1993. J’ai appelé ça une grosse erreur dès le début. C’était certainement une violation de l’esprit des déclarations et des assurances qui nous avaient été faites en 1990. En ce qui concerne l’Allemagne, elles ont été consacrées dans les formes légales contraignantes et sont respectées. »

Ainsi, au final, il n’est pas surprenant de trouver cette propagande de 2018 sur le site de l’OTAN :

Et pourtant, en même temps, sur le même site de l’OTAN… :

Nous présenterons dans le prochain billet la chronologie détaillée de la crise actuelle afin de mieux la comprendre.

Commentaire recommandé

Fabrice // 13.02.2022 à 08h20

Franchement je ne suis même pas sûr que même un écrit aurait empêché les américains de tout faire pour démolire les zones tampons de la Russie historiquement les éléments existent on peut remonter à la fondation des USA avec les traités signés avec les natifs (amérindiens) et pour cela il ne suffisait pas d’une question qui remettait en cause la viabilité de la défense ou des intérêts du pays mais parfois de la vocation messianique et là la raison devait faire place à la folie destructrice.

44 réactions et commentaires

  • Fabrice // 13.02.2022 à 08h20

    Franchement je ne suis même pas sûr que même un écrit aurait empêché les américains de tout faire pour démolire les zones tampons de la Russie historiquement les éléments existent on peut remonter à la fondation des USA avec les traités signés avec les natifs (amérindiens) et pour cela il ne suffisait pas d’une question qui remettait en cause la viabilité de la défense ou des intérêts du pays mais parfois de la vocation messianique et là la raison devait faire place à la folie destructrice.

      +45

    Alerter
  • patoche // 13.02.2022 à 09h09

    La principale arme de la propagande n’est plus forcément la désinformation mais l’ignorance: l’interview de Dumas ne sera relayé par aucun média atlantisme ( la quasi totalité en occident) et aura disparu des radars dans 2 jours.
    Ce fut le sort du précédent et colossale travail d’Olivier Berruyer en 4 épisodes publié il y a 2 ans « l’Ukrainegate » contenant la vidéo dans laquelle Biden raconte comment il a obtenu la peau du procureur ukrainien Viktor Chokine :«si le procureur n’est pas viré, vous n’aurez pas l’argent. Et le fils de p***, ils l’ont viré ! »
    https://www.les-crises.fr/video-ukrainegate-partie-1-un-procureur-pas-si-solide/

      +39

    Alerter
    • Orha // 13.02.2022 à 10h47

      Je dirais même que l’ignorance est la cause de la désinformation, des fausses nouvelles et des théories complotistes (sauf cas extrêmes). La nature ayant horreur du vide, il est logique qu’en l’absence d’éléments qui puissent expliquer à peu près de façon satisfaisante des faits et situations, on en viennent à se contenter de choses farfelues.

        +15

      Alerter
  • tchoo // 13.02.2022 à 09h26

    ce qu’il y a de sur c’est que aujourd’hui l’extension de l’OTAN met la Russie et Moscou à la portée des missiles occidentaux, et avec les missiles hypersoniques, la défense russe sera débordée. Ce ne peut être que inacceptable par les Russes.

    Imaginer 1 seconde que New York ou Washington puissent être attaqués par des missiles nucléaires, avec seulement 1 à 2 minutes de délai de réaction.

    C’est ce qui risque d’arriver aux Russes

    Ils ne peuvent pas l’accepter, et ils feront tout ce qui est dans leurs moyens pour l’éviter

    Si les Américains ne reculent pas, et si nous Français et autres ne sommes pas capables de nous opposer aux ricains et de leur dire stop, nous aurons à coup sur la guerre.

    C’est pourquoi à longueur de médias on vous présente les méchants Russes, voulant s’étendre, envahir l’Ukraine (qui serait un boulet pour eux) prétextant la pseudo annexion de la Crimée (qui est Russe et surtout abritait la flotte de la Mer Noire indispensable à la sécurité de la Russie) pour en faire des agresseurs.

      +43

    Alerter
  • Dorian // 13.02.2022 à 09h39

    Excellent et énorme boulot factuel. Bravo

    Dans le même genre et prouvant que les USA ne respectent même pas leurs engagements écrits:
    A Yalta, Roosevelt avait signé l’octroi des îles Kouriles à l’URSS, la RSS de Russie, en échange de l’entrée en guerre de celle ci contre le Japon.
    Depuis, les USA défendent en permanence le Japon dans ses revendications sur les Kouriles
    Même Hollywood le dit depuis toujours: »visages pâles, langue fourchue »

      +28

    Alerter
  • Fernet Branca // 13.02.2022 à 10h03

    bravo pour l’article et les traductions des propos de Roland Dumas.

      +10

    Alerter
  • max // 13.02.2022 à 10h08

    L’URSS/Russie n’a été dupe que parce qu’elle l’avait bien voulue à l’époque des années 1990.
    Lors de sa dislocation, elle na même pas cherché à conserver ses territoires historiques notamment en Ukraine, sa préoccupation principale était d’appartenir a l’occident.
    Lors de son effondrement de 1991 les nouveaux dirigeants on laisser mourir des millions de gens. Russie : l’effondrement démographique inquiète – AgoraVox le média citoyen
    La Russie a été pillée pendant des années par les occidentaux avec ses remerciements.
    La Chine, elle a préféré la répression a Tienanmen ca a couté quelques milliers de morts mais pas des millions comme en Russie.
    Il a fallut plus de 10 années a la Russie pour finalement comprendre une réalité toute simple l’occident n’était intéressé que par sa soumission et rien d’autre.
    C’est a contre cœur que la Russie a commencé à résister a minima.
    Aujourd’hui, apparemment la Russie semble déterminée a na plus reculer y compris en utilisant les armes nucléaires et dans ce scenario, du pire, personne ne veut la guerre contre elle

      +12

    Alerter
  • Isabelle // 13.02.2022 à 10h23

    Merci beaucoup, pour ce texte de M.Berruyer.
    Et merci pour les 10 commendements des propagadistes de Mme Morelli. Ça permet d’enlever un peu de brouillard.
    Exemple : Yannick Jadot , dans les 3 phrases dernieres de l’interview accordé à Serge Faubert de Blastdu 12 février 2022, utilise la table des 10 commendements … avant, je hurle, après, je pense.
    Ça sert à rien, mais on peut dire STOP , non ?
    Amitiés
    Isabelle

      +8

    Alerter
  • dj-p // 13.02.2022 à 11h19

    L’OTAN doit être dissoute !
    La plus grande alliance militaire de tous les temps n’est que le bras armé de l’impérialisme et de l’hégémonie États-uniens. La vitrine est le secrétaire général Jens Stoltenberg, mais le commandant suprême des forces alliées en Europe est un américain, le Général Tod D. Wolters. L’OTAN avait déjà mis à feu et à sang les Balkans, et d’autres pays. Que font les États-Unis à des dizaines de milliers de kilomètres de leur frontières, en Ukraine ??? L’Ukraine, la Biélorussie, et même les pays Baltes, et tous les voisins, ont-ils des frontières sur l’Atlantique pour faire partie d’une Organisation du Traité de l’Atlantique Nord ? De plus, il n’y a plus de bloc de l’Est ! Et le Pacte de Varsovie n’existe plus !
    Lire avantageusement les livres du chercheur suisse Daniele Ganser: « Une brève histoire de l’empire américain », et « Les guerres illégales de l’OTAN » aux éditions demi-lune.

      +29

    Alerter
    • Brigitte // 13.02.2022 à 17h18

      Que font les USA en Europe? mais voyons, ils sont chez eux….L’UE est leur dominion. L’UE parle leur langue, dépend d’eux dans le domaine de la santé, de la recherche, de la finance et bientôt de l’énergie.
      On se demande comment la Suède et la Finlande ont réussi à rester neutres surtout la Finlande, pays frontalier de la Russie. ça prouve qu’il est possible d’avoir une frontière commune avec la Russie et ne pas servir de base arrière aux USA.

      Il semblerait que les américains ont choisi l’escalade, pour forcer les russes à faire la guerre. La mouche du coche ou plutôt la mouche à m…e.

        +14

      Alerter
  • Fritz // 13.02.2022 à 11h19

    Enfin, cher Olivier, vous revoilà sur la crise d’Ukraine ! J’avais découvert votre site en 2014, juste après le putsch de Kiev, et je l’avais fréquenté passionnément plusieurs années. Très franchement, j’avais cessé de le lire depuis la crise du Covid… Mais sur la guerre en préparation, comme vous avez raison !

    Juste une remarque à propos des cartes sur l’extension de l’OTAN : sur celle de 1990, la France devrait figurer en hachurés, car si elle était restée membre de l’Alliance atlantique, elle était bel et bien sortie de l’OTAN en 1966, grâce à de Gaulle. C’est au début des années 1990 que la France mitterrandienne a commencé de se rapprocher de la structure militaire intégrée (= l’OTAN), avant de la rejoindre en 1995, sous l’anti-gaulliste Jacques Chirac. Sarkozy n’a fait que ratifier cette réintégration en avril 2009.

      +26

    Alerter
  • dj-p // 13.02.2022 à 11h25

    « Il faut remettre les choses dans leur contexte. Le coup d’État à Kiev en 2014 était illégal puisque Ianoukovytch était un président démocratiquement élu, et que son renversement aurait pu avoir lieu aux présidentielles qui devaient se dérouler un an plus tard. L’Occident a soutenu un coup d’État illégal, donc comment donner des leçons à la Russie ? Le référendum en Crimée a eu lieu sans observateur extérieur, il ne peut donc être valable, mais toute la population de Crimée est russe : il suffirait demain à la Russie de faire un nouveau référendum avec des observateurs étrangers pour que cela devienne légal.  »
    Lire  » L’OTAN, un instrument obsolète au service des États-Unis » sur fildmedia.com

      +14

    Alerter
    • Jacques F. // 15.02.2022 à 12h47

      > il suffirait demain à la Russie de faire un nouveau référendum avec des observateurs étrangers pour que cela devienne légal

      Sauf que les observateurs étrangers refusent d’observer (comme ça a été le cas en 2014), car ils savent quel sera le résultat et que leur présence donnera de la légitimité au résultat.

        +4

      Alerter
  • Fernet Branca // 13.02.2022 à 11h48

    On voit tout de même que Roland Dumas a eu à un moment de l’interview un gros problème de mémoire.
    Il déclare « c’était à un moment de détente dans les années 50-60 ».
    Il oublie :
    -la guerre de Corée.
    -la crise de Cuba en 1961.
    -la crise de Berlin
    -la guerre du Vietnam.
    On comprend qu’après la fin de la guerre froide ou même avant ( 1950/1960 ) en tant que victime ( père fusillé ) et résistant pendant la deuxième guerre mondiale , Roland Dumas ait pu être un fervent partisan de la paix,de la désescalade militaire . Mais la guerre froide a duré au moins de 1949 à 1992.

      +4

    Alerter
    • Les-crises // 13.02.2022 à 12h06

      Il parle de la détente, commencée en 1963, et du désarmement qui a alors commencé :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9tente_(guerre_froide)

        +5

      Alerter
      • Fritz // 13.02.2022 à 13h51

        Pour nous Français, la guerre froide s’était terminée en 1962 avec la crise de Cuba. Dans les années 1970, on parlait de la guerre froide au passé : c’était l’époque de la Détente, des rencontres Pompidou-Brejnev et Nixon-Brejnev, et même de la crainte d’un « condominium » USA-URSS.

        Même après 1979, on ne parlait pas de la guerre froide au présent. C’est après la fin de l’URSS, au cours des années 1990, qu’on a calqué notre vision sur la vision américaine d’une « guerre froide » s’étendant sur quatre décennies. Un alignement intellectuel et historiographique qui accompagnait le réalignement politique et militaire, avec la rentrée de la France dans l’OTAN.

          +6

        Alerter
      • Fernet Branca // 13.02.2022 à 16h31

        Je répondrai plus tard si je trouve des liens adéquats , car je comprends que mon point de vue ne pèsera pas lourd.
        Je vous remercie de m’avoir répondu.

          +3

        Alerter
    • Fritz // 13.02.2022 à 15h16

      Non, Fernet Branca. La guerre froide a duré de 1946/47 à 1962/63.Telle était notre vision en France. Je m’en rappelle fort bien : durant les années 1970 et 1980, on parlait de la guerre froide AU PASSÉ. C’était la Détente, comme le souligne Olivier. Relisez les journaux et les manuels d’histoire de l’époque.

      C’est après la fin de l’URSS, dans les années 1990, que nous avons repris la vision américaine d’une guerre froide s’étendant sur plus de quarante ans. Un alignement intellectuel et historiographique, qui a facilité notre réalignement militaire (la rentrée de la France dans l’OTAN, dès 1995).

        +3

      Alerter
      • Fernet Branca // 13.02.2022 à 17h15

        A mon avis mais je suis à l’heure de la sieste , elle
        a redémarré vers les années 80./90 , mais je faisais partie des Forces Françaises en Allemagne dans les années 7O et je peux vous dire que la guerre froide était toujours à l’ordre du jour. . Plus tard pour avoir connu des officiers supérieurs des forces spéciales françaises elle était toujours à l’ordre du jour. Mais désolé je ne peux pas rapporter leurs propos qui étaient off.

          +4

        Alerter
  • basile // 13.02.2022 à 13h21

    dommage qu’on ait à sa place le sinistre Le Drian, complété par la tout autant russophopbe Parly.

    ce gens là ne parlent que sanctions, menaces, mépris des intérêts russes. Et si la Russie retirait ses troupes de la frontière ukrainienne, diraient-ils : bien, nous arrêtons toutes les sanctions, nous mettons en service le Nordstream II ? Non

    d’ailleurs, dans leurs accusations de désir d’attaque de l’Ukraine, ils ne donnent pas les motivations russes, eux qui pourtant savent tout des intentions russes. Est-ce pour gagner des territoires, des matières premières, renverser Zelinski ?

    ils ne nous le disent pas, eux qui pourtant cherchent les motivations du moindre égorgeur de prêtre ou de prof.

      +12

    Alerter
    • Fernet Branca // 13.02.2022 à 17h22

      Ne seriez vous pas le Basile qui était si sur le blog Secret Défense de Jean Dominique Merchet jusqu’à il y a une quinzaine d’années.?
      Si c’est le cas où e un grand salut ( je n’avais pas le même pseudo sur ce blog ) , sinon simplement bonjour.!

        +2

      Alerter
      • basile // 14.02.2022 à 13h23

        Merci, mais désolé. Je n’ai fréquenté que les Crises.

          +1

        Alerter
  • Renan // 13.02.2022 à 14h40

    Cet entretien de très grand intérêt me conduit à trois réflexions :
    1 – Les Alliés d’hier ne sont obligatoirement les alliés d’aujourd’hui ou ceux de demain !
    2 – Le proverbe latin « Verba volent, scripta manent » est toujours d’actualité après deux millénaires !
    3 – La langue anglaise, en partie héritière de mots normands (Remember the Hastings !), fourmille de faux-amis.
    La rhétorique des faucons de la Maison Blanche a conduit à la première guerre d’Irak « Il est évident que les Irakiens possèdent des armes de destruction massive » (alors qu’il n’en était rien).Alors que « Proof » (qui signifie la preuve patente, matérielle) procède de la reconnaissance d’une certaine réalité.
    Renan M.
    N.B- Le mot de la fin est « réalité », car j’estime ne pas connaître la « Vérité » !

      +5

    Alerter
  • Gaspard des Montagnes // 13.02.2022 à 16h08

    Il faut remercier Olivier Berruyer pour avoir eu l’idée puis d’avoir su convaincre monsieur Roland Dumas de lui accorder cette interview, je viens de vérifier sur la fiche Wiki,
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Roland_Dumas
    il est né le 22 aout 1922, il aura donc 100 ans cet été !
    Je l’ai trouvé en forme avec des propos clairs et cohérents,
    Cet entretien est inestimable. Sans compter Gorbatchev, il reste encore 3 survivants parmi les signataires du traité de Moscou :
    Lothar de Maizière (RFA)
    Douglas hurd (GB)
    James Baker (États-Unis)
    Quand verra-t-on les Berruyer allemand, britannique ou américain les interviewer ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_Moscou_(1990)

      +14

    Alerter
    • Fernet Branca // 13.02.2022 à 17h24

      99 ans pour l’instant.
      Cela ce sent à la voix

        +2

      Alerter
  • Fernet Branca // 13.02.2022 à 16h45

    Olivier Berruyer peut être notre nouveau ministre des affaires étrangères dans le cadre d’un remaniement ministériel. Mais nous pesons trop peu sur ce site pour que Emmanuel Macron nous écoute
    Retenons le nom de Guillaume d »Orange, alias Willem van Orange également Guillaume le Taciturne (Willem de Zwijger) et sa citation la plus célèbre :
    « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer »

      +7

    Alerter
  • Incognitototo // 13.02.2022 à 21h52

    Bravo, Olivier, pour ce vrai travail de journaliste qui apporte de vraies clefs de compréhension sur le bien-fondé des attentes russes.

    Cependant, je dis à dessein « bien-fondé » pas « légitimité » puisque des promesses d’il y a 30 ans qui n’ont été suivies par aucun accord signé ne peuvent prétendre à une légitimité.

    De la même façon que nous sommes nombreux à trouver illégitime les trop nombreuses actions des USA qui ont imposé leurs diktats à de nombreux pays par tous moyens (y compris la guerre et les assassinats), je ne cautionne pas plus la façon dont la Russie veut imposer à un pays indépendant – ce qui reste de l’Ukraine – ce qu’il peut ou pas faire. D’autant qu’on ne peut pas mettre en avant l’autodétermination des peuples pour justifier le séparatisme du Donbass et l’annexion de la Crimée, et la refuser à l’Ukraine.

    En outre, les menaces diplomatiques de la Russie me paraissent totalement contradictoires ou pour le moins « spécieuses ». Menacer d’une guerre préventive l’Ukraine qui selon toutes vraisemblances risque de dégénérer pour éviter une guerre future qui selon toutes vraisemblances risque de dégénérer est une « logique » qui me dépasse.

    Les Russes ont-ils vraiment besoin d’une finlandisation de l’Ukraine ? À mon sens, non. Ce qu’ils veulent avant tout (mais je peux me tromper parce que les non-dits dans ce genre de conflit sont toujours nombreux), c’est :
    1 – qu’aucune base de l’OTAN ne soit jamais installée en Ukraine,
    2 – que l’indépendance du Donbass soit reconnue par la communauté internationale et qu’en conséquence les soutiens à la guerre ukrainienne pour le récupérer cessent,
    3 – que l’annexion de la Crimée soit entérinée et reconnue par la communauté internationale et principalement les USA,
    4 – et non accessoirement, pouvoir continuer à vendre à l’UE du gaz et du pétrole (entre autres)…

    Ça ne serait pas plus « simple » de mettre sur la table ces demandes qui ont plus de chances d’aboutir plutôt que de menacer d’envahir l’Ukraine si elle adhère à l’OTAN, ce qui au fond ne règle absolument rien pour faire avancer les 4 points réellement importants pour la Russie. Et très franchement pour la Russie avoir une Ukraine qui prenne la place de l’Irlande par rapport à la GB (qui peut ainsi commercer avec l’UE sans quasiment aucune barrière), ça pourrait être très bénéfique.

    Reste que je ne comprends pas ce que fait la diplomatie allemande, d’autant que le gaz russe (entre autres) est vital pour ce pays… Depuis 1989, c’est ce pays qui a permis (souvent à coups de milliards) d’apaiser et normaliser les relations avec les Russes, et là le « jeu » qu’il joue est pour le moins pas clair et dangereux.
    Les vieux dirigeants européens Kohl, Gorbatchev, Mitterrand … avaient bien des tares, mais on ne peut pas leur enlever d’avoir su préserver la paix entre eux (sans avoir besoin de se tester pour savoir qui a la plus grosse). J’ai des doutes sur le fait que les nouvelles générations au pouvoir aujourd’hui sachent bien quel est le prix de la guerre et du sang ; et c’est probablement cela qui est le plus inquiétant dans cette affaire.

      +4

    Alerter
    • antoniob // 14.02.2022 à 01h53

      je n’ai jamais parlé d’annexion de la Crimée, car j’ai toujours vu la Crimée comme russe.

      Le découpage administratif soviétique plaça après 1953 la Crimée de la SSR Russie en SSR Ukraine, pour raisons symboliques, et à l’époque l’Ukraine était glorifiée, l’ukrainien était en parti utilisé après Staline, cela se voit même dans les films de l’époque.
      C’est aussi la Russie qui encouragea une théorie assez farfelue de Kiev comme berceau des Russies, pour éviter les élements non-slaves dans l’histoire réelle (Novgorod, premiers Riourikides hybrides de slaves, scandinaves, caréliens, baltes).
      Dans les années 60 c’est aussi la SSR Russie et le présidium de l’URSS qui firent renommer les villes dans l’Ouest de la SSR Ukraine qui portaient encore leurs noms d’origines … polonais.

      ce découpage des années 50 aurait du sauter en 1991, et à l’époque il y eu désaccord sur la question en Crimée justement. D’où un statut particulier dans la nouvelle République d’Ukraine.

      Bref j’estime pertinent et légitime la réintégration.

      Sinon les Etats-Unis qui se promènent comme chez eux dans le nord de la Syrie où ils pompent le pétrole local, rien.
      https://www.washingtoninstitute.org/policy-analysis/delta-crescent-energy-refining-us-stabilization-strategies-northeast-syria

        +7

      Alerter
      • Incognitototo // 14.02.2022 à 15h04

        Tant mieux pour vous si vous avez des certitudes sur la Crimée, mais il se trouve que de nombreux pays ne les partagent pas, ce qui a donné lieu à la résolution 68/262 à l’ONU condamnant les conditions de cette annexion, signée entre autres par tous les pays européens à l’exception de la Biélorussie.

        D’ailleurs, ce n’est pas du tout la question de savoir s’il était légitime ou pas d’annexer la Crimée ou savoir si elle était russe de fait ou pas. La question est qu’actuellement de nombreux pays ne reconnaissent pas cette annexion « en force » et c’est un caillou dans la chaussure de la Russie qui en conséquence est présentée perpétuellement comme un pays agresseur et expansionniste. Et à ce propos, ce n’est pas qu’une question de réputation, c’est aussi un problème de droit international : « la loi du plus fort » que nous reprochons si souvent aux USA est tout autant condamnable pour la Russie.

        Aussi, je répète, je ne parle pas des USA et je ne compare pas les torts des uns et des autres ; un crime est un crime et ne peut pas être justifié et pas plus absous par le(s) crime(s) d’un autre.

        P.-S. : Compte tenu des résolutions du Parlement russe de ce jour reportées à demain, je pense que cela confirme mes hypothèses sur ce que les Russes veulent vraiment… en réalité ce n’est pas à un envahissement de l’Ukraine auquel nous allons assister, mais à une nouvelle annexion du Donetsk et du Lougansk.

          +2

        Alerter
    • Dominique65 // 15.02.2022 à 15h39

      « plutôt que de menacer d’envahir l’Ukraine si elle adhère à l’OTAN »
      J’ai cherché sur le web ai n’ai trouvé aucune déclaration de ce type venant de la Russie.

        +1

      Alerter
      • Incognitototo // 15.02.2022 à 22h24

        ???

        Il y a de nombreux liens qui ont déjà été donnés par différents commentateurs de ce site, juste 3 rappels :
        https://www.donbass-insider.com/fr/2021/06/12/vladimir-poutine-definit-adhesion-de-ukraine-a-otan-comme-une-ligne-rouge-a-ne-pas-franchir/
        https://www.youtube.com/watch?v=cbADyyObE8M
        https://www.youtube.com/watch?v=ep9GD5XRFW4

        Aussi je ne vois pas ce que vous contestez.

          +0

        Alerter
        • Dominique65 // 21.02.2022 à 19h55

          Dans les 3 liens que tu as envoyés, il n’y a qu’une seule déclaration que l’on pourrait comprendre comme une invasion, puisque Poutine parle de « conflit ». Mais ce n’est pas en cas d’adhésion à l’OTAN, mais si « l’Ukraine (avec l’OTAN) reprend militairement la Crimée ».
          Dans l’autre vidéo, on voit bien sur une carte l’invasion de l’Ukraine, mais ce ne sont que des conjectures de journalistes.
          Enfin, s’il est question à plusieurs reprises de « ligne rouge », on ne peut factuellement pas en conclure (rien n’interdit de le supposer) qu’une invasion répondrait à son franchissement.
          Cordialement.

            +0

          Alerter
          • Incognitototo // 21.02.2022 à 21h47

            Ça m’échappe que ça t’échappe… tous les articles sur le sujet dans les Crises rappellent ce fait, et les déclarations de Poutine sont sans ambiguïté.

            En tout état de cause, je pense de plus en plus et comme les évènements le confirment que cette histoire d’opposition à ce que l’Ukraine adhère à l’OTAN n’est qu’un rideau de fumée, juste fait (entre autres) pour justifier la future annexion du Donbass.
            C’est assez bien « joué » d’ailleurs (si tant est qu’on puisse parler de « jeu » quand c’est au prix de vies détruites) ; et cela me rappelle mes jeunes années de lycéen où nous jouions aux échecs avec des répétiteurs soviétiques. Jamais leurs mouvements apparents ne correspondaient à leurs intentions réelles, et leurs buts ne se révélaient vraiment que quand il était trop tard pour nous d’y répliquer…
            En analyse systémique cela s’appelle la stratégie de « l’os à ronger » ; et pendant que nous sommes tout occupés à grignoter l’os, ils avancent leurs pions en masquant leurs réelles intentions.
            Bien cordialement itou.

              +0

            Alerter
  • Grd-mère Michelle // 14.02.2022 à 15h01

    Les tensions actuelles ne remontent-elles pas aux « révolutions oranges » de l’Ukraine et de la Géorgie? Par qui et comment ont-elles été fomentées? N’était-ce pas le début de l’encerclement de la Russie?
    Dans le cadre de l’échec patent de la « croissance(économique, industrielle et technologique) infinie dans un monde fini », et des inquiétudes concernant l’état préoccupant des ressources alimentaires et énergétiques ainsi que des diverses pollutions (et le gaspillage) qui les menacent, il est évident qu’une entente cordiale entre la Russie et l’UE serait bienvenue pour assurer au continent une autonomie propice à inventer d’autres modes de vie en commun/de société plus paisibles et sains.
    C’est, selon moi, ce qui terrorise le vieux monde dominé (et dépassé, embrouillé) par des volontés impérialistes et belliqueuses.
    La volonté de Paix est la seule vraie révolution, capable de nous épargner les désastres annoncés.
    Voir le « Comité de Surveillance Otan »:
    http://www.csotan.org

      +2

    Alerter
  • Jean Bachélerie // 14.02.2022 à 17h50

    Excellent, utile rappelle à ceux qui ont la mémoiure courte, et qui ont systématiquement mis en place les conditions d’une guerre froide pour satisfaire le lobby militaro industriel et l’administration américaine qui lui est soumise.
    Ce témoignage devraient faire réfléchir les médias qui orchestrent la désinformation faisant du gouvernement russe le fauteur de trouble. C’est bien l’OTAN qui encercle Russe et non l’inverse.
    les médais qui amplifient cet esprit va-ten guerre sont même désavoués par le Président Ukrainien Zelensky, qui appelle à ne pas dramatiser.
    Il suffit de lire les titres des articles du Monde par exemple pour se rendre compte combien le mépris des faits est devenu le lot commun de grands organes de presse, à se demander s’ils ne sont pas sous influence§

      +5

    Alerter
  • Gaspard des Montagnes // 14.02.2022 à 19h12

    RT France vient de reprendre l’interview de Roland Dumas réalisé par Olivier Berruyer, ici :
    https://francais.rt.com/international/95762-discussion-a-eu-lieu-dumas-promesse-occidentale-non-extension-otan-1990
    sous le titre  » «Cette discussion a eu lieu» : Dumas sur la promesse occidentale de non-extension de l’OTAN en 1990

      +4

    Alerter
  • Zorglub // 15.02.2022 à 08h01

    Précis , bien fondé , travail de grande qualité .

      +2

    Alerter
  • Akpoonne // 15.02.2022 à 08h30

    Merci vraiment.
    Je vais diffuser cet article au maximum, dans divers pays puisque vous avez eu l’intelligence de le traduire.

      +3

    Alerter
  • Rigal-Jouet // 15.02.2022 à 17h14

    Mes plus chaleureuses félicitations pour la qualité de votre contribution.
    Remémoration pour les plus âgés d’entre nous
    Et bonne opportunité de s’instruire pour nos petits jeunots aux commandes aujourd’hui…Vu leurs lacunes en Histoire contemporaine !

      +2

    Alerter
  • Zeltron // 16.02.2022 à 14h36

    Bravo à toute l’équipe OB pour ce magnifique travail !

      +2

    Alerter
  • THEO // 18.02.2022 à 16h55

    Depuis l’implosion du Communisme et la dissolution de Union-Soviétique il y a au Pentagon en aux Affaires Etrangères des USA une filosofie de vainqueur et cela s’exprime dans des doctrines de prévention . C’est d’une part la doctrine de BRZEZINSKI (Il a été conseiller du président Carter de 1977 à 1981). à lire dans son livre sur la stratégie géopolitique : »Le grand échiquier  » dans lequel il plaide que pour maintenir leur leadership,les USA doivent avant tout maîtriser le grand échiquier que représente l’Eurasie (Europe et Asie orientale), où se joue l’avenir du monde ». Ensuite il y a WOLFOWITZ qui après la chute du Mur et co fondateur du think tank : Project for the New American Century et qui avait par le Pentagon une grande influence sur George W BUSH. Sa filosofie est : Tout autre pays qui est considéré comme puissance est un ennemi de l’USA même si ce pays est prêt à collaborer dans un interêt commun. C’est deux point de vue existent toujours dont maintenant BIDEN et Blinken sont les porte- paroles et qui me fait comprendre cette crise

      +1

    Alerter
  • RV // 20.02.2022 à 17h46

    Expansions de l’OTAN : Der Spiegel admet enfin que les États-Unis ont trompé la Russie
    https://www-anti–spiegel-ru.translate.goog/2022/nato-erweiterungen-endlich-gibt-auch-der-spiegel-mal-zu-dass-die-usa-russland-betrogen-haben/?_x_tr_sl=de&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=sc
    Der Spiegel fait l’idiot : « Une nouvelle découverte de fichiers de 1991 soutient l’accusation russe »
    https://www-anti–spiegel-ru.translate.goog/2022/der-spiegel-stellt-sich-dumm-neuer-aktenfund-von-1991-stuetzt-russischen-vorwurf/?_x_tr_sl=de&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=sc

    (j’ai mis ce commentaire dans la revue de presse mais il me semble que sa place est ici)

      +1

    Alerter
  • Nicolas // 21.02.2022 à 11h25

    bonjour,
    merci pour ce fact-checking rigoureux.
    Je précise que l’URL sur l’image du discours de Manfred Worner ne fonctionne plus, mais après quelques recherches, je l’ai trouvée à nouveau :
    https://www.nato.int/docu/speech/1990/s900517a_e.htm

    Il y a d’autres discours intéressants du même Worner, où le terme « tendre la main » est un peu plus ambigu :
    https://www.nato.int/docu/speech/1990/s900705a_f.htm
    https://www.nato.int/docu/speech/1990/s901003a_f.htm

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications