Les Crises Les Crises
12.février.202212.2.2022 // Les Crises

Irak, Syrie : Sans mission claire, les troupes américaines doivent se retirer

Merci 185
J'envoie

De temps en temps, on nous rappelle que les troupes américaines se trouvent encore dans des endroits où elles ont soi-disant cessé de participer aux « guerres éternelles ». En général, ce rappel prend la forme d’attaques contre ces troupes. Même si la description officielle des membres des services est qu’ils ne sont pas engagés dans un combat, ils se font néanmoins tirer dessus. C’est le cas d’une série d’attaques récentes contre des installations habitées par les 2 500 soldats américains en Irak et les près de 1 000 en Syrie.

Source : Responsible Statecraft, Paul R.Pillar
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Des soldats américains du 4e bataillon, 118e régiment d’infanterie, 30th Armored Brigade Combat Team, North Carolina Army National Guard, rattachés à la 218th Maneuver Enhancement Brigade, South Carolina Army National Guard, fournissent des véhicules de combat M2A2 Bradley pour le soutien à la Combined Joint Task Force-Operation Inherent Resolve (CJTF-OIR) dans l’est de la Syrie, le 10 novembre 2019. Les troupes d’infanterie mécanisée s’associeront aux Forces démocratiques syriennes pour vaincre les restes de l’EI et protéger les infrastructures essentielles dans l’est de la Syrie. (Photo de la réserve de l’armée américaine par le Spc. DeAndre Pierce)

La plupart des Américains auraient probablement du mal à définir la mission que ces troupes sont censées accomplir. Officiellement, la mission déclarée consiste à empêcher toute résurgence du groupe connu sous le nom d’État islamique ou EI. Mais l’Iran continue de faire partie de la réflexion officielle. L’envoyé de l’administration Trump pour la Syrie a déclaré que l’une des raisons de la présence des États-Unis en Syrie était de faire sortir l’Iran de ce pays – sans expliquer comment le premier était censé accomplir le second. Et sous l’administration actuelle, l’Iran est fréquemment mentionné dans presque tous les commentaires officiels sur l’Irak et la présence militaire américaine dans ce pays.

La double mission de contrer l’EI et l’Iran conduit immédiatement à une contradiction. Ces deux acteurs se sont trouvés dans les camps opposés des conflits les plus féroces de ces dernières années, tant en Irak qu’en Syrie. L’Iran a été la plus importante source d’aide extérieure au régime irakien dans sa lutte contre l’EI. De même, il a été l’un des deux plus grands soutiens extérieurs (l’autre étant la Russie) du régime syrien.

La tâche de contrer l’EI est bien différente de ce qu’elle était il y a quelques années, lorsque le groupe avait établi un petit État de facto sur de vastes étendues de territoire dans l’ouest de l’Irak et le nord-est de la Syrie. Le « califat » de l’EI n’existe plus. Du point de vue des intérêts américains, la principale préoccupation restante au sujet de l’EI devrait moins porter sur les opérations militaires conventionnelles que sur les ressentiments que le groupe peut exploiter dans le but d’éventuelles opérations terroristes contre les États-Unis. L’histoire a montré qu’un des principaux ressentiments exploitables à la base du terrorisme international est la présence de troupes étrangères qui en vient à être perçue – comme la présence américaine en Irak en particulier – comme une occupation militaire.

Au début de la guerre civile en Syrie, le régime Assad, assiégé, s’est félicité de la présence de l’EI pour faire croire au monde que le régime luttait contre des terroristes internationaux. Cette situation a également beaucoup changé, le régime étant revenu de sa situation précaire antérieure et étant désormais plus soucieux d’éliminer les dernières poches de résistance à son pouvoir. Le régime Assad et l’EI sont désormais activement engagés l’un contre l’autre en tant qu’ennemis sur le champ de bataille. Le régime peut aussi honnêtement se présenter comme luttant contre des terroristes internationaux, car la principale poche de résistance au régime, dans la province d’Idlib, est dominée par une filiale d’Al-Qaïda. Dans la mesure où la politique américaine à l’égard de la Syrie et la présence militaire dans ce pays conservent une orientation anti-régime, il est difficile de voir comment cela sert l’objectif de la lutte contre le terrorisme.

Pour ce qui est de contrer l’Iran, le maintien des troupes en Irak néglige des aspects pertinents du sentiment irakien et de la politique irakienne. Le fort nationalisme irakien s’oppose à toute présence militaire étrangère sur le sol irakien, que cette armée vienne de l’Est ou de l’Ouest. Il y a deux ans, au milieu des chants « Bagdad est libre, dehors l’Amérique », le parlement irakien a voté en faveur de l’expulsion de toutes les troupes étrangères. Bien que Bagdad et Téhéran aient de bonnes raisons de maintenir des relations suffisamment cordiales pour éviter que la guerre Iran-Irak des années 1980 ne se reproduise, le même nationalisme irakien s’opposera à la présence et à l’influence de l’Iran sur le sol irakien.

Les élections parlementaires irakiennes de l’automne dernier, dont les résultats ont été annoncés en décembre, renforcent ce point. Le principal vainqueur a été le religieux chiite Muqtada al-Sadr, qui a battu les partis associés aux milices considérées comme pro-iraniennes. Al-Sadr était considéré comme un ennemi des États-Unis dans l’insurrection qui s’est développée après l’invasion américaine en 2003, mais il est maintenant le principal rempart contre l’influence iranienne en Irak.

En Syrie, le régime ayant largement remporté la guerre civile avec l’aide de ses alliés russes et iraniens, la tolérance syrienne à l’égard d’une présence russe et iranienne continue et importante sera fonction de la mesure dans laquelle ce qui reste de la guerre s’éternise et le régime ne parvient pas à reprendre le contrôle de tout le territoire syrien. Les troupes américaines campant sur le sol syrien, loin d’inciter Damas à repousser les Iraniens, risquent d’avoir l’effet inverse. Il en va de même pour les assauts aériens israéliens continus sur le territoire syrien.

Parallèlement, le maintien des troupes américaines en Irak et en Syrie entraîne d’autres coûts et risques, en plus du ressentiment qui stimule le terrorisme et de l’incitation à garder les Iraniens ou les Russes dans les parages. Le plus évident est que les citoyens américains sont en danger et peuvent être blessés. Heureusement, les attaques les plus récentes n’ont pas fait de victimes américaines, mais il est arrivé que les membres des services américains présents dans ces pays n’aient pas cette chance.

La présence américaine présente également le risque d’une escalade militaire. Les États-Unis riposteront, comme ils l’ont fait cette semaine en ciblant un site de lancement de missiles en Syrie qui était considéré comme « une menace imminente » pour un campement voisin habité par des Américains. Des représailles de représailles peuvent entretenir une spirale d’escalade.

Malgré ce risque, l’armée américaine reste souvent assez floue sur les personnes sur lesquelles elle tire. Le porte-parole du Pentagone n’a pas pu ou voulu dire qui a utilisé ce site de lancement de missiles en Syrie. Un communiqué de l’opération Inherent Resolve a attribué l’attaque précédente contre la base américaine en Syrie à des « acteurs malveillants soutenus par l’Iran ». Ce seul adjectif malveillant élimine toute considération des raisons pour lesquelles les troupes américaines subissent des tirs – et encore moins pourquoi elles devraient se trouver dans un endroit où elles encourent un tel danger – et implique sans preuve que l’adversaire, quel qu’il soit, cherche à nuire aux Américains en toute circonstance.

La présence continue des troupes américaines en Irak et en Syrie est devenue l’équivalent mortel d’un « self licking ice cream cone ». Elles sont censées contrer une menace de l’Iran, mais la seule menace identifiable est celle qui pèse sur les troupes elles-mêmes. Ce raisonnement circulaire pervers n’est pas une raison valable pour maintenir les membres des services américains en Irak et en Syrie. Ils devraient rentrer chez eux.

Source : Responsible Statecraft, Paul R.Pillar, 10-01-2022
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Linder // 12.02.2022 à 09h22

On lit « Au début de la guerre civile en Syrie, le régime Assad, assiégé, s’est félicité de la présence de l’EI pour faire croire au monde que le régime luttait contre des terroristes internationaux. ».
Cela me rappelle François Hollande, au Bourget, à la conférence des ambassadeurs qui disait « Bashar est l’allié objectif des djihadistes », propos entendus de nombreuses fois ailleurs (le colonel Michel Goya sur France Info par exemple).
Ces djihadistes tuent les militaires syriens, pillent la population et les ressources de l’Etat et serait néanmoins des alliés?
Le vieille adage ne trompe pas : les ennemis de mes ennemis sont mes amis : les djihadistes sont les alliés objectifs de ceux qui sont contre la Syrie : Etats-Unis, France Turquie et un autre état, pas loin de la Syrie, mais qui n’est ni l’Irak, ni le Liban, ni la Jordanie et que Daesh n’a jamais attaqué, bien que ses combattants puissent afficher une haine maladive des citoyens de ce pays (et de toute sa diaspora à travers le monde) qui est le vrai allié objectif mais que je n’ose pas nommer pour ne pas faire de peine à BHL.

9 réactions et commentaires

  • Fernet Branca // 12.02.2022 à 07h38

    Un extrait d’un article sur RT

    Biden confond Afghanistan et Ukraine
    Dans une interview, le président américain semble confondre les deux nations.

    Le président américain Joe Biden a confondu les pays d’Afghanistan et d’Ukraine, bien qu’ils soient distants de plus de 3 000 km, dans ce qui était la deuxième gaffe géographique majeure d’un haut responsable américain en une seule journée.

    « Il n’y a aucune chance que nous allions unir l’Ukraine. Je veux dire, l’Irak. Afghanistan ! » Biden a déclaré dans une interview avec la société de radiodiffusion américaine NBC.
    Biden n’était pas le seul responsable américain à avoir semblé avoir du mal à saisir la géographie mondiale jeudi. Le même jour, la représentante permanente des États-Unis auprès de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, a confondu la Crimée avec la région ukrainienne du Donbass, alors qu’elle ne comprenait apparemment pas le contenu du traité de Minsk II.

    Sans mission claire , mais déjà perdu sur la carte.

      +3

    Alerter
    • Dorian // 12.02.2022 à 12h33

      Sans compter Kruss la cruche anglaise. Ministre des affaires étrangères, elle parle publiquement d’envoyer du matériel en mer Noire pour équiper les alliés..
      . baltes..
      Lavrov en rigole encore.
      En plus, elle refuse absolument toute souveraineté russe sur… Rostov et Vorojnev.
      En 40 ans de diplomatie, c’est la première fois que Lavrov perd sa légendaire impassibilité et éclate plusieurs fois de rire en pleine conférence de presse conjointe avec un plénipotentiaire, ouvertement ironique et légèrement méprisant.

      Et c’est ce genre de lumières qui décide si nous serons en guerre demain. Pauvre monde.

        +9

      Alerter
  • La main du Kremlin // 12.02.2022 à 09h15

    Pourquoi les gouvernements dans le monde ,quand ils ne nous plaisent pas , sont ils invariablement des « régimes « ?
    Pourquoi dénoncer a juste titre les USA , si c’est pour réagir comme des propagandistes de l ’empire ?
    On dit , le gouvernement .

      +16

    Alerter
  • Dorian // 12.02.2022 à 09h21

    Comment ça pas de mandat?
    Naïveté ou Tartuferir?
    – rassurer les alliés moyen orientaux sur la présence US
    – garder la pression contre les adversaires
    -maintenir l’équilibre entre les composantes antagonistes des alliés(Kurdes, Turcs, EI)
    -entretenir des bases pouvant accueillir à tout moment des forces plus considérables.
    – garder un stock mini de forces spéciales pour protéger et appuyer les opérations secrètes d’Intel ou psyop.
    -proteger Daesh de l’éradication totale.
    – organiser l’exfiltration des « prisonniers » de Daesh vers des zones où ils seront utiles via Turquie, Emirats et Arabie.
    -empecher la Syrie de jouir de son pétrole.
    Liste non exhaustive.
    Pas de mandat…

      +8

    Alerter
  • Linder // 12.02.2022 à 09h22

    On lit « Au début de la guerre civile en Syrie, le régime Assad, assiégé, s’est félicité de la présence de l’EI pour faire croire au monde que le régime luttait contre des terroristes internationaux. ».
    Cela me rappelle François Hollande, au Bourget, à la conférence des ambassadeurs qui disait « Bashar est l’allié objectif des djihadistes », propos entendus de nombreuses fois ailleurs (le colonel Michel Goya sur France Info par exemple).
    Ces djihadistes tuent les militaires syriens, pillent la population et les ressources de l’Etat et serait néanmoins des alliés?
    Le vieille adage ne trompe pas : les ennemis de mes ennemis sont mes amis : les djihadistes sont les alliés objectifs de ceux qui sont contre la Syrie : Etats-Unis, France Turquie et un autre état, pas loin de la Syrie, mais qui n’est ni l’Irak, ni le Liban, ni la Jordanie et que Daesh n’a jamais attaqué, bien que ses combattants puissent afficher une haine maladive des citoyens de ce pays (et de toute sa diaspora à travers le monde) qui est le vrai allié objectif mais que je n’ose pas nommer pour ne pas faire de peine à BHL.

      +22

    Alerter
    • RGT // 12.02.2022 à 10h07

      Pour résumer votre propos que j’approuve, c’est comme si vous lâchez un molosse sanguinaire dans le l’élevage de votre voisin, molosse qui tue tout le cheptel, et qu’ensuite vous criez sur les toits que c’est votre voisin qui a lui-même lâché ce molosse (pour des motifs que vous jugez « convaincants », toucher par exemple des indemnités suite au massacre) et que vous décidez d’annexer de vous installer sur sa propriété pour protéger ledit cheptel en vous barricadant dans un bunker…

      Comportement de pompier pyromane, sauf que dans ce cas particulier le pyromane ne fait strictement rien pour éteindre l’incendie, il se contente seulement de souffler sur les braises.

      Quand les occidentaux (du moins leurs « élites ») décideront enfin de foutre la paix aux autres peuples ?

      Je doute fort que ça arrive un jour avant l’effondrement total de cette « civilisation » en pleine décadence.

      Et qui bien sûr paiera la facture selon vous ?

      Les peuples de toute la planète (occidentaux compris bien sûr) qui n’ont strictement rien demandé et qui ont été contraints par le force (par le biais de la violence légale de l’état) d’accepter ce système sanguinaire.

      Prenez un simple « gueux » (gilet jaune en France par exemple) de n’importe quel pays…

      Croyez-vous sincèrement que sa préoccupation première soit d’aller « porter la civilisation » (péter la gueule d’autres gueux) dans des pays lointains pour faire « progresser la démocrassie » ?

      Pas de bol, il ne souhaite qu’une seule chose : avoir simplement les moyens de vivre décemment chez lui et se fout de ce qui se passe ailleurs.

        +10

      Alerter
    • antoniob // 12.02.2022 à 17h43

      oui, au vu des déclarations prétentieuses de Juppé en 2011, selon qui « Bachar » en avait pour six mois, max. un an, il s’agissait d’une opération combinée de changement de régime, entre Commission UE, GB, Etats-Unis et pour le travail sur le terrain les mercenaires payés par le Qatar, et les volontaires djihadistes deci-delà. Le gouvernement français semblait fanfaronner en ayant pris pour une certitude ce que les anglos et allemands leur ont raconté dans les coulisses opaques au public où se font les politiques.

      Les djihadistes étaient l’outil utilisé sur le terrain par l’UE et les Etats-Unis.

      Pour rappel (lien difficile à retrouver, va falloir y passer du temps) sur le site officiel de la Commission (ec.europa.eu) une page expliquait que l’Allemagne pilotait à Beyrouth, un bureau travaillant avec « la société civile syrienne » (ha!) en vue de la mise en place du futur gouvernement syrien reconnu par la « communauté internationale » (re-ha!) à … Ildlib (!).

      Ils ont insisté fort les belles démocraties de l’UE, sans se soucier du coût humain incroyable en Syrie, et puis, finalement Erdogan en a eu marre et expédié chez les allemands, le résultat de leur plan, 800.000 réfugiés que la Turquie ne voulait pas garder sous le tapis pour le compte des européens.

      Autres sources sur le terrain étaient le dernier ambassadeur français, qui insistait que les medias européens déformaient et que des émeutes à Lattaquié et ailleurs étaient organisées par des groupes étrangers. Juppé s’en prit violemment à l’ambassadeur et fit publier dans la presse qu’il était intoxiqué par le « régime ». Et sinon les prélats chrétiens locaux. Mais chrétien=facho selon la pravda.

        +3

      Alerter
  • Alain // 14.02.2022 à 08h36

    Mais ils ont une mission claire: détruire l’infrastructure étatique et voler le pétrole!

      +1

    Alerter
  • Christian Gedeon // 16.02.2022 à 18h44

    Ben elles ne se retireront pas…en Irak le gouvernement les a supplié de rester quand ils étaient sur le départ. Au Qatar ils font des milliers. En Syrie, au delà des qui a la plus grosse d’usage, elles travaillent en collaboration avec kurdes russes et turcs. Le MO n’est pas l’Afghanistan n’est ce pas? Curieusement les troubles au Kazakhstan et entre Kirghizes et Ouzbeks ont démarré juste après. Vous avez dit bizzare?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications