Les Crises Les Crises
11.novembre.202011.11.2020 // Les Crises

Guerre de Corée : Xi Jinping déclare que la Chine est toujours « déterminée à vaincre les envahisseurs »

Merci 93
J'envoie

Source : SCMP
Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Dans un discours farouchement nationaliste, le président déclare que le peuple chinois ne pliera pas, quels que soient les défis à relever.

Bien qu’il ne soit pas directement nommé, les analystes affirment que les remarques visaient précisément Washington à l’approche du 70e anniversaire du conflit.

Le président Xi Jinping a déclaré que l’armée chinoise était déterminée à vaincre les envahisseurs et a mis en garde contre toute tentative de division de la nation, dans un discours farouchement nationaliste et percutant marquant le 70e anniversaire de l’engagement de la Chine dans la guerre de Corée contre les forces américaines.

S’exprimant depuis le Grand Hall du Peuple à Pékin vendredi, Xi a vanté la nécessité de la lutte pour « résister à l’agression américaine et aider la Corée » de 1950 à 1953 – le seul conflit militaire entre la Chine et les Etats-Unis – comme une démonstration de la puissance militaire de la Chine contre les impérialistes américains. Il a également appelé à accélérer la modernisation de la défense et des forces armées du pays.

Xi Jinping déclare que « le peuple chinois ne fléchira pas » dans le discours d’anniversaire de la guerre de Corée

« Il y a soixante-dix ans, les envahisseurs impérialistes ont ouvert le feu à la porte d’une nouvelle Chine, a-t-il déclaré. Le peuple chinois a compris qu’il fallait utiliser le seul langage que les envahisseurs peuvent comprendre – répondre à la guerre par la guerre et arrêter toute invasion par la force, en gagnant la paix et le respect par la victoire. Le peuple chinois ne créera pas de problèmes, mais n’a pas peur d’eux non plus, et quelles que soient les difficultés ou les défis auxquels nous sommes confrontés, nous ne tremblerons pas et nous ne plierons pas. »

Xi a souligné que « tout pays et toute armée, quelle que soit sa puissance » — une pique franche contre les Etats-Unis — verrait ses actions « brisées » s’il s’opposait à la communauté internationale. Il a ajouté que la Chine devait accélérer sa modernisation militaire afin de construire une armée de classe mondiale, et de s’assurer que le Parti communiste au pouvoir conserve un « leadership absolu » sur l’armée.

« Dans le monde d’aujourd’hui, tout unilatéralisme, protectionnisme et idéologie d’intérêt unilatéral extrême sont totalement inapplicables, ainsi que tout chantage, blocus et pression extrême, a-t-il déclaré. Toute action qui se concentre uniquement sur elle-même et tout effort d’hégémonie et d’intimidation ne fonctionnera tout simplement pas — non seulement cela ne fonctionnera pas, mais ce sera une impasse. »

La Chine organise une cérémonie de grande envergure pour accueillir les restes de 117 soldats tués pendant la guerre de Corée.

Shi Yinhong, professeur de relations internationales à l’université chinoise de Renmin, a déclaré que Xi envoyait le message indiquant que la Chine ne voulait pas de guerre avec les États-Unis, mais qu’elle n’avait pas peur que cela se produise.

« Le message est très clair : nous ne voulons pas vous faire la guerre, mais si malheureusement nous devons la faire, nous nous battrons et nous nous battrons jusqu’au bout, même si vous êtes la superpuissance numéro un dans le monde », a-t-il déclaré.

La guerre de Corée a été la première — et jusqu’à présent la seule fois — où les forces chinoises et américaines se sont engagées dans un combat direct à grande échelle. Dans son discours, Xi a déclaré que les Etats-Unis ont ignoré l’avertissement lancé par la Chine il y a 70 ans de franchir la ligne de démarcation militaire entre les deux Corée et d’envoyer des bombardiers à la frontière nord-est avec la Chine, causant ainsi d’importantes pertes en vies humaines.

Il a déclaré que la Chine était alors loin derrière les Etats-Unis en termes de force et de puissance, mais qu’elle avait réussi à vaincre les troupes américaines en collaboration avec la Corée du Nord.

Cette victoire est le signe que « l’époque où les agresseurs occidentaux pouvaient occuper un pays d’Orient simplement en le menaçant de ses canons est révolue à jamais », a-t-il déclaré, ajoutant que cette expérience avait montré que le peuple chinois ne pouvait pas être offensé, et qu’il pouvait résister au risque et à la pression face aux ennemis.

Xi a déclaré que la Chine ne permettrait jamais que sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts de développement soient sapés. Tout acte d’unilatéralisme, de monopole et d’intimidation ne fonctionnera pas et ne mènerait qu’à une impasse. « Faites savoir au monde que le peuple chinois est désormais uni, et qu’il ne faut pas se moquer de lui. »

Il a également déclaré que toute tentative de division de la Chine serait traitée « frontalement », dans un avertissement voilé aux forces d’indépendance de Taïwan. « Nous ne permettrons jamais à quiconque ou à une force quelconque d’envahir et de diviser le territoire sacré de notre mère patrie », a-t-il déclaré.

La vente d’armes de Washington à Taiwan pour 1,8 milliard de dollars est le premier accord de ce type depuis plus de 40 ans

Les remarques du leader chinois, faites moins de deux semaines avant l’élection américaine, ont coïncidé avec un débat enflammé entre le président américain Donald Trump et l’ancien vice-président Joe Biden, au cours duquel les deux hommes se sont demandés qui serait le mieux à même de relever les défis d’une Chine émergeante.

Le discours de Xi, le dernier d’une série d’événements fortement médiatisés sur la guerre de Corée au plus fort des tensions entre les États-Unis et la Chine, précède également la cinquième assemblée plénière de la semaine prochaine, la réunion clé du parti qui tracera les grandes lignes du développement politique, économique et social du pays au cours des cinq prochaines années.

Plus tôt dans la semaine, Xi — lors d’une visite à l’exposition sur la guerre de Corée à Pékin -– a exhorté le peuple chinois à « garder la foi en sa victoire finale et à l’emporter sur tous les ennemis », dans ce qui a également été considéré comme un signal clair aux États-Unis.

Lu Xiang, spécialiste des affaires américaines à l’Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré que le discours de M. Xi envoyait un avertissement aux États-Unis, qui sont en confrontation avec la Chine dans presque tous les aspects de leurs relations bilatérales.

« La décision de combattre les États-Unis [il y a 70 ans] a été une décision difficile à prendre lorsque la Chine était une nation arriérée, a-t-il déclaré. Mais cela a envoyé le message que si les États-Unis prenaient l’avertissement de la Chine pour un bluff, ils en subiraient de graves conséquences. » L’écart de puissance entre la Chine et les Etats-Unis s’est réduit et, par conséquent, la détermination de la nation à défendre sa propre sécurité et sa souveraineté sera plus forte, a déclaré M. Lu.

La Chine de Xi Jinping et les États-Unis de Donald Trump sont-ils voués à un conflit armé ?

Xie Maosong, politologue à l’Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré que le discours de Xi transmettait un message clair de la volonté de la Chine de riposter, à l’approche de l’anniversaire, dimanche, du premier engagement entre les forces chinoises et américaines pendant la guerre de Corée.

Souvenez-vous de la bataille d’Onjong. Le 25 octobre 1950, le 40e corps de l’Armée populaire volontaire (PVA) a mené une série d’embuscades contre les troupes de la République de Corée, détruisant le flanc droit de la 8e armée américaine tout en arrêtant leur progression vers le nord en direction de la frontière entre la Chine et la Corée.

« Son précédent discours était plus subtil », a déclaré Xie. Le discours de Xi aujourd’hui – à l’approche de l’anniversaire du premier tir des troupes chinoises de la PVA et de leur première victoire – vise clairement à envoyer le message « nous allons nous battre et nous allons encore gagner » au peuple chinois, car la Chine est maintenant confrontée à une pression croissante des États-Unis.

La rivalité stratégique entre la Chine et les États-Unis s’est intensifiée en matière de commerce, de technologie, de pandémie de coronavirus, de lutte idéologique ainsi que des actions de Pékin dans la mer de Chine méridionale, à Hong Kong, à Taïwan, au Xinjiang et au Tibet. Les analystes ont averti que le risque de guerre s’est accru, même si un conflit militaire à part entière reste contraire aux intérêts des deux parties.

Sarah Zheng a rejoint le Post [South China Morning Post, NdT] comme reporter en 2016. Elle est diplômée de l’université de Tufts en relations internationales et en études cinématographiques et médiatiques. Elle fait des reportages sur la politique étrangère de la Chine.

Laura Zhou a rejoint le bureau du Post à Pékin en 2010. Elle couvre les relations diplomatiques de la Chine et a fait des reportages sur des sujets tels que les relations sino-américaines, les différends entre la Chine et l’Inde et les réactions à la crise nucléaire de la Corée du Nord, ainsi que d’autres nouvelles générales.

William Zheng est un journaliste chevronné qui a servi et dirigé les principaux médias de Hong Kong et de Singapour au cours de ses 20 ans de carrière, couvrant la plus grande partie de la Chine. Il est aujourd’hui rédacteur en chef au bureau Chine du Post.

Source : SCMP, 23-10-2020
Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 11.11.2020 à 09h14

J’ai été à plusieurs reprises en Chine il y a quelques années et les chinois du peuple (les vrais) n’étaient pas du tout malheureux.

Certes ils avaient des conditions de travail qui seraient inacceptables pour les occidentaux mais ce qu’on oublie souvent de préciser, c’est que les ouvriers chinois font de la « résistance » en ne cherchant pas à être d’une productivité exceptionnelle.

N’oublions pas que la sieste est un droit constitutionnel en Chine et que certains ne se gênent pas pour en abuser.

De même, ils « prennent leur temps » et mettent une heure pour effectuer une tâche qui ne prendrait que 5 minutes à un français stressé sous la pression de se faire virer.

Ils sont surtout heureux car leurs conditions de vie s’améliorent chaque jour. Il faut quand-même préciser qu’ils reviennent de loin, entre la colonisation puis le maoïsme débridé (qui était un grand progrès par rapport à « l’ancien régime »).

En me baladant à Shanghai, j’ai même trouvé des « contrefaçons » de vieilles montres à l’effigie de Mao avec un mécanisme qui faisait bouger frénétiquement la main du « grand timonier » en guise de salutation.
J’ai été idiot car j’aurai dû aller chercher de la monnaie (~2€) pour ramener ce objet « collector ».

Sachant que la population est satisfaite de l’amélioration de son niveau de vie, elle est totalement solidaire de son gouvernement et en cas de conflit elle ne traînera pas les pieds comme les occidentaux pour participer activement à l’effort de guerre.

Du côté occidental, il serait judicieux que les dirigeants se contente seulement de « baffer » les opportunistes en imposant des taxes à l’importation sur les produits chinois équivalent à ceux que ce pays applique vis à vis des produits étrangers (300%), ce qui rognerait les profits indécents des profiteurs de la « mondialisation heureuse » (pour eux seulement).
Et entraînerait de plus une relocalisation des usines en occident, ce qui ne serait pas un mal.

Ensuite, les velléités guerrières des USA ne concernent qu’eux et ne nous mêlons surtout pas de ce conflit, nous aurions tout à perdre quel qu’en soit l’issue et le « vainqueur ».

N’oublions pas non plus que la Chine représente environ 25% de la population du globe et que d’autres peuples (qui représentent la majorité de la population) verraient d’un bon œil la chute du faucon impérial.

Qu’on leur foute la paix et qu’on se contente d’avoir des relations équilibrées, ce serait déjà bien.

30 réactions et commentaires

  • LibEgaFra // 11.11.2020 à 07h57

    « l’époque où les agresseurs occidentaux pouvaient occuper un pays d’Orient simplement en le menaçant de ses canons est révolue à jamais », a-t-il déclaré, »

    Voilà une allusion très claire aux guerres de l’opium et à la politique de la canonnière. Aujourd’hui les bateaux yankees font des ronds dans l’eau dans la mer de Chine, mais au premier coup de canon tiré, ce sont eux qui risquent de finir au fond de la mer.

      +37

    Alerter
  • pseudo // 11.11.2020 à 08h17

    si les chinois voulaient alimenter la narrative us ils ne s’y prendraient pas autrement. M’est avis que lorsqu’ils ont de véritables intentions d’actions ils agissent à bas bruit plutôt que de le brailler sur tous les toits.

      +1

    Alerter
    • LibEgaFra // 11.11.2020 à 08h41

      « M’est avis que lorsqu’ils ont de véritables intentions d’actions ils agissent à bas bruit  »

      Bien sûr que non, « agir à bas bruit » est la marque de fabrique des impérialistes, par exemple à travers des ong, dans le but de déstabiliser un pays et y semer le chaos.

      Comme si la Chine faisait mystère de sa politique de « la route de la soie »… restons sérieux.

        +15

      Alerter
      • Croz // 11.11.2020 à 08h53

        @pseudo : « narrative » ? En anglais anglo-saxon, on dit « tale ». En français, on dit « fable » ou « récit », mais ici, le terme qui s’impose est « propagande ».

        Quant aux présidents américains, ils ne tiennent jamais de « discours farouchement nationalistes », c’est bien connu : tous leurs discours sur la « nation indispensable » respirent l’humilité, la contrition, l’ouverture à autrui et le pacifisme.

          +26

        Alerter
      • Hippocampe // 11.11.2020 à 17h46

        Croire que les dirigeants en général et les Chinois en particulier agissent comme des fiers à bras et sont motivés par je ne sais quelle fierté historique, en s’asseyant allègrement sur leurs intérêts actuels et le (relatif) bien-être de leur population, c’est vraiment croire que le monde est bien décrit par les séries Netflix ou Canalplus…Foutre la pâtée et donner une leçon aux impérialistes! Qui peut gober ça une seconde, si ce n’est les gens gavés de westerns? La Chine n’a pas perdu 117 soldats en Corée du Nord, mais un peu plus d’un million… Et le pays a été ravagé pour 50 ans.
        Les discours chinois servent de multiples objectifs, c’est certain et les publications/traductions de certains de ces discours par le SCMP en servent d’autres, pas plus louables…

          +3

        Alerter
    • jp // 11.11.2020 à 09h16

      non pas à bas bruit.
      J’ai vu il y a un an ou 2, une longue video de XI passant l’APL en revue, c’était assez codifié : il saluait d’un geste les soldats qui l’acclamaient et soudain il a changé de ton et a dit :
      « attention ceci est un ordre, préparez vous à la guerre, entrainez vous davantage. »
      J n’arrive pas à retrouver la video, ce devait être sur XInhua ou RT et y a pas d’archives assez anciennes

        +6

      Alerter
  • douarn // 11.11.2020 à 09h03

    Bonjour
    Quelques questions à la lecture de cet article, avec au premier chef :
    1/ pourquoi cet article est-il publié maintenant (23/10/20)? N’est ce pas un message adressé à l’état profond US caché derrière Biden dont il me semble, Trump avait réussi à freiner un peu les élans guerriers?
    2/ n’est ce pas aussi un message adressé au peuple chinois afin de lui faire cristalliser ses rancoeurs contre un ennemi extérieur, dans un contexte économique morose, impacté par la covid (la croissance chinoise est propulsée par les achats « occidentaux »)? https://www.scmp.com/economy/china-economy/article/3084979/china-debt-how-big-it-who-owns-it-and-what-next
    3/ une éventuelle guerre serait gourmande en ressource. La Chine estime t-elle que les US n’ont que trop peu de moyen de nuisance vis à vis des canaux d’approvisionnement iranien ou russe pour ne pas se retrouver à sec?
    4/ la Chine a t-elle conscience que les US pourraient peut être utiliser les ouïghours comme les moudjahidins en 1978 contre le pouvoir communiste afghan puis contre les soviétiques?
    5/ la Chine peut elle menacer la suprématie du dollars avec ses réserves dans un éventuel conflit ?

    Peut être que oui. Pour la question 4/, cela donnerait il donc une raison supplémentaire à ce que le gouvernement chinois veuille « contrôler » cette communauté? :-/

      +4

    Alerter
  • RGT // 11.11.2020 à 09h14

    J’ai été à plusieurs reprises en Chine il y a quelques années et les chinois du peuple (les vrais) n’étaient pas du tout malheureux.

    Certes ils avaient des conditions de travail qui seraient inacceptables pour les occidentaux mais ce qu’on oublie souvent de préciser, c’est que les ouvriers chinois font de la « résistance » en ne cherchant pas à être d’une productivité exceptionnelle.

    N’oublions pas que la sieste est un droit constitutionnel en Chine et que certains ne se gênent pas pour en abuser.

    De même, ils « prennent leur temps » et mettent une heure pour effectuer une tâche qui ne prendrait que 5 minutes à un français stressé sous la pression de se faire virer.

    Ils sont surtout heureux car leurs conditions de vie s’améliorent chaque jour. Il faut quand-même préciser qu’ils reviennent de loin, entre la colonisation puis le maoïsme débridé (qui était un grand progrès par rapport à « l’ancien régime »).

    En me baladant à Shanghai, j’ai même trouvé des « contrefaçons » de vieilles montres à l’effigie de Mao avec un mécanisme qui faisait bouger frénétiquement la main du « grand timonier » en guise de salutation.
    J’ai été idiot car j’aurai dû aller chercher de la monnaie (~2€) pour ramener ce objet « collector ».

    Sachant que la population est satisfaite de l’amélioration de son niveau de vie, elle est totalement solidaire de son gouvernement et en cas de conflit elle ne traînera pas les pieds comme les occidentaux pour participer activement à l’effort de guerre.

    Du côté occidental, il serait judicieux que les dirigeants se contente seulement de « baffer » les opportunistes en imposant des taxes à l’importation sur les produits chinois équivalent à ceux que ce pays applique vis à vis des produits étrangers (300%), ce qui rognerait les profits indécents des profiteurs de la « mondialisation heureuse » (pour eux seulement).
    Et entraînerait de plus une relocalisation des usines en occident, ce qui ne serait pas un mal.

    Ensuite, les velléités guerrières des USA ne concernent qu’eux et ne nous mêlons surtout pas de ce conflit, nous aurions tout à perdre quel qu’en soit l’issue et le « vainqueur ».

    N’oublions pas non plus que la Chine représente environ 25% de la population du globe et que d’autres peuples (qui représentent la majorité de la population) verraient d’un bon œil la chute du faucon impérial.

    Qu’on leur foute la paix et qu’on se contente d’avoir des relations équilibrées, ce serait déjà bien.

      +42

    Alerter
    • moshedayan // 11.11.2020 à 10h25

      RGT j’ai lu avec intérêt votre témoignage. Dans les années 80-90, ce qui manquait à beaucoups de pays du bloc de Varsovie et à l’URSS en premier c’était « on disait » les Jean’s et les magnétoscopes pour voir l’American way of life… et les jeunes de la Nomenklatura avait tout ça « en cachette »… celle-ci a décidé donc de bazarder son système pour devenir une « nouvelle ploutocratie »… je fais court… Aujourd’hui même si c’est partour en Chine… les Chinois ont des écrans plats et Huaweî… et bientôt des processeurs plus puissants qu’ Intel ou AMD… l’époque a changé…
      Si une aspiration à la « démocratie » s’éveille en Chine, ce ne sera pas pour se vendre à l’Occident, je n’y crois pas du tout, sutout si d’ici 5 ou 6 ans la Chine dépasse sur les secteurs clés de l’économie les Etats-Unis…
      Et c’est pour cela que le risque de guerre est d’autant plus grand car voir un autre modèle que le modèle américain être supérieur est insupportable à la ploutocratie américaine.

        +17

      Alerter
      • Anfer // 11.11.2020 à 10h48

        Je suis allé en Chine il y a plus de 10 ans, et l’impression que j’en avais eu, c’est un gigantesque chantier permanent.

        Une frénésie de construction d’infrastructures, des grattes ciel qui poussent comme des champignons, des routes, voies ferrés, barrages hydroélectriques, plantation massive d’arbres pour stabiliser les sols.

        Même dans les endroits reculés, en haut des montagnes, toutes les ampoules étaient à faible consommation, avec des poubelles doubles pour le recyclage.

        Globalement, pas tellement l’impression d’un état policier, plus un état militarisé dans certains endroits, et une classe « moyenne » peu politisé en pleine expansion.

          +17

        Alerter
      • Kay // 11.11.2020 à 12h51

        Pareil, même constat.
        Il y a deux ans, en Chine du sud, l’infrastructure n’a rien a envier à l’Europe.
        Autoroutes, ponts, voitures automatiques et électriques, grandes tours commerciales, méga centres commerciaux, etc.
        Ce qui me fait rire quand on entend les anti-chine, c’est que il y a plus de ponts qui se sont effondrés en Italie qu’en Chine durant ces dernières années.

        Les gens semblent vivre comme chez nous, seulement la santé et le droit du travail sont vraiment pas ouf.
        Mais ils ont un pouvoir d’achat non négligeable.
        Oui, je ne mentionne pas les problèmes de liberté d’expression car en pratique : on s’en fout. C’est pas tous les jours que l’on critique le parti communiste. Tout comme en France on ne passe pas ses journée à critiquer le régime de Vichy.

        Après la Chine c’est grand, très grand.
        Moi j’ai visité ce que l’on considérerait des « grandes villes » si on compare à la France.
        Mais là bas, c’est considéré comme étant plus une ville moyenne banlieue. Sauf qu’elle fait la taille de l’île de France toute entière ahah.

        Tout cela est bon signe, car un niveau de vie qui augmente en Chine, ça veut dire on se rapproche de plus en plus à un niveau de vie « européen », donc moins de délocalisations (sur le long terme).
        OK c’est pas pour demain, mais plus pour nos enfants.
        Je suis optimiste.

        Je pense que la Chine sera le nouvel eldorado, les gens iront là bas pour faire leur études plutôt qu’aux USA et avoir un travail très bien rémunéré dans certains secteurs.
        Par exemple j’ai vu des trucs en IA de ouf en Chine dont on ne parle même pas en occident.

          +7

        Alerter
    • Incognitototo // 11.11.2020 à 16h32

      Je vous cite : « Ensuite, les velléités guerrières des USA ne concernent qu’eux et ne nous mêlons surtout pas de ce conflit… » ; trop tard : par le jeu des alliances directes et indirectes, la France et la GB (et donc aussi probablement l’Europe et l’OTAN) devraient intervenir si les USA étaient conduits à défendre Taïwan.

      Si la Chine persiste dans sa revendication territoriale de récupérer Taïwan, si elle déclenche ce qui la démange depuis longtemps, envahir Taïwan (promesse déclarée par Xi Jinping devant l’Assemblée nationale populaire), nous serions donc de facto tous en guerre. D’autant que d’autres protagonistes (comme les Philippines, la Malaisie, le Brunei, l’Indonésie, le Viêt Nam et peut-être même le Japon) s’en mêleraient certainement pour saisir l’opportunité de mettre fin aux revendications territoriales de la Chine sur la quasi-totalité de la Mer de Chine.

      Une nouvelle de SF dans les années 60 faisait débuter la troisième guerre mondiale par l’envahissement de Taïwan par les Chinois… je crains fort que cela ne devienne une réalité un jour et en tout état de cause avant 2049 (échéance fixée par Xi Jinping).

        +1

      Alerter
      • Logique // 11.11.2020 à 19h04

        « Si la Chine persiste dans sa revendication territoriale de récupérer Taïwan, »

        La Chine a attendu 100 ans pour la restitution de Hong Kong. Alors parlez-en à vos petits enfants, qui peut-être verront la réunification. La patience chinoise est proverbiale à la hauteur de sa civilisation.

          +11

        Alerter
        • rogger // 18.11.2020 à 23h04

          Vous faites erreur:

          Les problèmes économiques a venir (mondiaux, suite covid), entraineront Xi a se presser sur ce volet geopolitique: regardez en Turquie, plus l’economie va mal, plus le discours est guerrier.
          Les Chinois sont patients, Xi l’es moins…..

            +0

          Alerter
  • rgtjustsaysno // 11.11.2020 à 11h42

    Un discours destiné a l’opposition a Xi a l’intérieur du PCC. La direction actuelle ne s’est pas tirée indemne de la pandémie, du ralentissement généralisée de l’économie et sujet d’inquiétude majeure pour le PCC du chômage maintenant massif des diplômés revenus des universités surtout anglophones et maintenant sans débouchés (les sanctions américaines, contraction significative et probablement durable de la demande extérieure, relocation des usines, etc).

    La prospérité promise par le PCC ne peut-être obtenue seulement par le marché intérieur chinois.

    L’appel récent de Xi au secteur public chinois pour embaucher ces diplomés en est le signe le plus visible.

    Les chiffres officiels de la croissance chinoise sont aussi peu crédibles que les statistiques du chômage aux USA

      +3

    Alerter
  • Julien Bonnetouche // 11.11.2020 à 11h50

    Bonjour,
    Le discours de Xi a probablement plusieurs cibles, dont une de politique intérieure.
    Il n’en reste pas moins que le monde est à un moment pivot.

    – A nos portes, , la Turquie est en passe de reconstituer l’Empire Ottoman historique et l’Europe réagit avec la même couardise que Daladier au retour de Munich.

    -Entre les rives du Pacifique, l’affrontement des deux empires pour la domination du monde, l’un déclinant, l’autre montant ne fait que croitre.
    Mais c’est surtout concernant la notion de liberté individuelle essentielle aux USA, que les idéologies s’opposent.

    les chinois auront les mêmes capacités militaires que les USA dans quelques années, car la guerre de demain sera encore plus technologique que par le passé.
    https://www.bfmtv.com/economie/l-heure-est-venue-pour-la-chine-de-deployer-le-h20-un-bombardier-furtif_AN-202011050283.html

    Les américains, n’ont pas le choix, et parallèlement nous non plus : Le prix de la conservation de nos libertés passera par une guerre que les USA devront déclencher, si ils veulent conserver leur suprématie et leurs valeurs.

    Et si il y a un sujet sur lequel Républicains et Démocrates convergent, c’est celui là :

    Trump représente l’Amérique profonde blanche et plus ou moins raciste et isolationniste, et Kamala Harris, d’origine indienne mariée à un juif californien représente le mondialisme sans frontières.
    Mais ces deux courants de pensée sont d’accord sur la conservation de la liberté individuelle que menacent les chinois, dont l’Etat dirigiste trouve son origine dans la culture confucéenne.

      +3

    Alerter
  • Dominique65 // 11.11.2020 à 12h29

    « La décision de combattre les États-Unis [il y a 70 ans] a été une décision difficile à prendre lorsque la Chine était une nation arriérée, a-t-il déclaré. »
    J’ai du mal à croire que Xi Jinping ait pu parler de la Chine, même celle de 1950, comme d’une nation arriérée.

      +0

    Alerter
    • Anfer // 11.11.2020 à 13h31

      Si, ça n’a rien de surprenant comme discours.

      Les chinois admettent avoir pris du retard par rapport à l’occident, et la victoire du PCC en 1949 est une victoire de la « modernité ».

      Les chinois ont un passé prestigieux, mais ils ne les empêche pas d’aller de l’avant.

        +1

      Alerter
  • Myrkur34 // 11.11.2020 à 17h26

    Le monde redevient multipolaire avec des petits, des moyens et des gros.
    Les petits comme l’Arménie et la Géorgie doivent faire gaffe avec leurs soi-disant soutiens qui en règle générale les utilisent pour leurs propres intérêts.
    Pour Taïwan, c’est juste de l’esbroufe pour la politique interne de la Chine qui elle devient de plus en plus crédible militairement parlant (civis pacem parabellum). En fait les chinois dans leur espace physique proche veulent des vassaux pour pouvoir commercer tranquillement ailleurs. Mais bon vu ce que font d’autres, on peut difficilement le leur reprocher…..
    Ceci étant dit, vu ce qui se prépare au niveau climatique, nos bisbilles humaines sont vraiment puériles, risibles et insensées.
    (Dernière info, le carbone piégé du permafrost sibérien représente la totalité du carbone de l’atmosphère terrestre actuelle et au rythme du réchauffement actuel, 75% sera libéré à la fin du 21 ième siècle)
    Je vous dis pas la tronche des biotopes futurs………

      +4

    Alerter
    • Myrkur34 // 12.11.2020 à 15h38

      https://www.arte.tv/fr/videos/089966-000-A/coup-de-chaud-pour-les-rennes-de-siberie/

      Si vous voulez vous faire une opinion par vous même, c’est édifiant coté vitesse de transformation du milieu naturel sibérien. Par exemple, la toundra plurimillénaire se change en taïga….

        +0

      Alerter
      • Myrkur34 // 12.11.2020 à 16h02

        En fait j’ai mal retranscrit ce que dit le scientifique à lunettes à partir de la 43 minutes dans mon message du 11/11/20 à 17h26.
        Ce qu’il dit après réécoute, c’est que le permafrost sibérien renferme 2 fois (!!!!) la quantité de carbone de l’atmosphère actuelle terrestre.
        La phrase exacte est:
        « Au train où vont les choses, si le réchauffement climatique se poursuit dans les mêmes proportions qu’au cours des 30 dernières années, nous aurons perdu en Sibérie au moins 75% du permafrost d’ici à la fin du siècle…Le permafrost renferme 2 fois plus de carbone que n’en contient notre atmosphère. »
        La suite de son discours est factuel mais froidement réaliste.

          +1

        Alerter
  • Mars // 13.11.2020 à 02h15

    Les américains ont perdu , ils ne le savent pas encore…Mais jamais ils n’accepteront la défaite
    et ne voudront abandonner leur place de « numéro un ».
    Ce qui, malheureusement, occasionnera un conflit avec les chinois…

      +0

    Alerter
  • christian gedeon // 14.11.2020 à 18h45

    Curieux qu’il éprouve la nécessité de le proclamer aussi haut et fort. Puissance ou faiblesse?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications