Les Crises Les Crises
10.novembre.201810.11.2018 // Les Crises

Henri Guillemin – l’Affaire Pétain (intégrale des onze épisodes)

Merci 551
J'envoie

Source : Youtube, Henri Guillemin, 01-01-2015

Source : Youtube, Henri Guillemin, 01-01-2015

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

zozefine // 10.11.2018 à 06h46

GENIAL guillemin, intelligent, malin, éloquent, historien qui osait l’angle d’attaque et non le point de vue depuis sirius. en fait, on peut tout ré-écouter/voir, ça n’a pas une ride.

30 réactions et commentaires

  • zozefine // 10.11.2018 à 06h46

    GENIAL guillemin, intelligent, malin, éloquent, historien qui osait l’angle d’attaque et non le point de vue depuis sirius. en fait, on peut tout ré-écouter/voir, ça n’a pas une ride.

      +43

    Alerter
    • Manuel // 10.11.2018 à 07h13

      Pas une ride? C’est une blague ?

      Je me suis endormi au bout de la 4eme minute !! Alors 5h…

        +4

      Alerter
      • Aquitanis // 10.11.2018 à 08h15

        Alors toi, soit l’ histoire ne t’ intéresse pas, soit tu ne connais pas assez Guillemin .
        Allez, tiens tu as une chance de te rattraper. C ‘est cadeau 😉 :

        http://gillemin.blogspot.com/2011/11/tous-les-videos-de-henri-guillemin-sur.html

        Et pour ceux qui aimeraient en savoir plus sur ce fabuleux bonhomme :
        https://henriguillemin.fr/

          +25

        Alerter
        • Olivier1973 // 10.11.2018 à 12h19

          Voui. Chacun aura noté qu’il est passé à la télévision… suisse!

          Nul n’est prophète en son pays.

            +6

          Alerter
        • Fritz // 10.11.2018 à 14h07

          Condamné à écouter l’intégrale de Guillemin : ça vous apprendra à ironiser sur le pape de l’histoire alternative, @Manuel.

          Trêve d’ironie, Guillemin est un chercheur indépendant, un narrateur captivant, et un honnête homme qui ne cache pas ses partis-pris, comme le note ci-dessous @RGT.

          Au passage, il est excessif d’opposer Guillemin à l’histoire “officielle”. Son livre “Cette curieuse guerre de 1870” est cité dans un Malet-Isaac de Première, il y a 40 ou 50 ans.

            +9

          Alerter
    • gracques // 10.11.2018 à 07h46

      J’adore Guilemin…… mais c’est un ‘historien’ à la Stéphane Bern , mais exposé d’un point de vue qui me plaît et que contrairement à BERN on ne voit pas à la TV .
      Un très bon site plus ‘moderne’ par un historien académique (si peu a l’ecran) qui dit depuis’ou il parle ‘ HYISTONY’ bonnes vidéo sur la période révolutionnaire 1788 1800

        +7

      Alerter
      • Claude // 10.11.2018 à 09h05

        Histony – Veni Vidi Sensi (https://venividisensivvs.wordpress.com/) propose des chroniques sur l’Histoire, et la façon dont elle s’écrit, le tout abordé sous un angle critique et souvent engagé : https://www.youtube.com/channel/UCt8ctlakIflnSG0ebFps7cw

          +2

        Alerter
      • MaisOui // 10.11.2018 à 12h37

        Henri Guillemin est-il fiable ? – Veni Vidi Sensi #4
        http://www.youtube.com/watch?v=09_1dSDfe1c

        Par Histony, justement.

          +3

        Alerter
      • ellilou // 10.11.2018 à 12h59

        “à la Stéphane Bern”? Alors là!!! ça m’en bouche un coin car je trouve qu’il est l’antithèse même de Stéphane Bern.

          +14

        Alerter
      • www.brunoadrie.wordpress.com // 11.11.2018 à 10h03

        Guillemin est allé à Normale avec Sartre et Nizan. De plus, on reconnaît un arbre aux fruits qu’il porte.

          +3

        Alerter
  • justinos // 10.11.2018 à 09h57

    Une analyse historique fine, une approche humaniste des choses, dans une perspective qui n’a cependant rien de complaisante ou de relativiste manifestent par contraste le caractère de raideur, l’incompréhension méthodiquement poursuivie, l’extase du jugement moral et politique “indigné” que l’on porte sur Pétain comme sur tout pestiféré de l’Histoire.

      +3

    Alerter
  • RGT // 10.11.2018 à 09h59

    L’énorme avantage de Guillemin c’est qu’il annonce franchement la couleur.

    Il était un catholique de gauche et il a toujours revendiqué ses positions.

    Certes il n’était pas historien de formation mais son travail était sérieux et n’était pas basé sur l’opinion générale de l’époque. Il a, comme toute personne engagée dans ses opinions fait quelques “oublis” qui n’allaient pas dans le sens de ses convictions mais au global ses propos étaient très souvent pertinents.

    Il faut simplement noter qu’il avait tendance à noircir les prédateurs et à encenser les victimes, mais c’était somme toute une position qui permet de contrebalancer la pensée dominante qui existe toujours aujourd’hui.

    Dans tous les cas, cette homme avait de réelles convictions qu’il défendait avec sincérité, ce qu fait que je le considère, malgré le biais de ses affirmations, comme un homme honorable.

    Rien à voir avec les “gugusses” qui nous présente la “grandeur” de la monarchie dans des émissions médiatiques actuelles qui ne valent pas mieux que les potins de cours (dont je n’ai rien à foutre) de certaines publications.

      +16

    Alerter
    • Renard // 10.11.2018 à 15h01

      Guillemin est resté fidèle aux écrits de Victor Hugo s’adressant aux historiens qui leur conseillait de prendre parti sur les personnages controversés de l’histoire.

        +7

      Alerter
  • Tanguy // 10.11.2018 à 10h41

    Il faut voir le débat face à ses contributeurs. Ils sont 5 §si je me souviens) à l’attaquer et pas un argument ne vient de leur bouche… On dit souvent que “Guillemin n’est pas un bon historien”, mais il ne se fait jamais démonter sur des points importants de ses démonstrations…

    A voir et revoir (la série sur la commune est aussi assez bonne, tout comme d’autre…).

      +10

    Alerter
  • Tanguy // 10.11.2018 à 10h42

    Surtout, il faut bien se rappeler qu’il passait à la télévision!!!

    Pourriez vous conceptualiser cela aujourd’hui?

      +6

    Alerter
  • Raoul C, // 10.11.2018 à 11h03

    Ce qui est bien c’est que dans la première minute on sait que Pétain est coupable pour Guillemin et que ce serait un anti-Dreyfus.

      +3

    Alerter
  • openmind // 10.11.2018 à 12h18

    La réinformation et la réappropriation de notre histoire de France sont essentielles si nous voulons continuer à exister ou alors nous disparaîtrons dans un énorme gloubi boulga mondialisant. Guillemin est un de ceux qui peuvent nous y aider.

    J’ai tout regardé de Guillemin depuis 2013 et le début du Maïdan où Olivier a contribué grandement à me préserver du mensonge et à voir une part de la vérité. Ma dissidence à l’information mainstream date de là.

    Le meilleur reste le 19ème siècle et “l’avant guerre” mais aussi 1870, l’affaire Bazaine par exemple, tout est bon et à comparer avec d’autres versions bien sûr.

    Pour vous mettre le frisson, écouter les émissions sur Jeanne d’Arc et si vous pensez que Napoléon était un affreux imposteur alors vous serez comblés, là il est très négatif avec lui.

    “L’affaire Jésus” est aussi très bien, il a fait aussi 6h sur Tolstoï

    Bref à écouter absolument pour étendre sa culture et son esprit critique plutôt que de décrocher au bout de 5min comme un impatient compulsif qui zappe sans cesse sur son portable pour assouvir ses pulsions primaires et sa soif de sensationnel artificiel. Suivez mon regard.

    O

      +20

    Alerter
  • Maxhno // 10.11.2018 à 12h20

    Donc la genèse du fascisme c’est : de grosse fortunes tiraillés entre l’amour du pays et la sécurité de leurs capitaux, qui choisissent le camps du dictateur pour son respect des traditions de servage, tout en ce faisant valoir d’un patriotisme rigoureux qui va enfin mettre de l’ordre dans le pays.
    Hitler a bien été élu démocratiquement sous l’étiquette national-socialisme, quand on a le pognon on fait ce que l’on veut avec l’opinion publique et si par chance le taux de chômage est élevé on peut complètement l’abâtardir.

      +3

    Alerter
    • Ceusette // 10.11.2018 à 14h29

      Ce ne sont pas forcément les chômeurs qui ont conduit Hitler au pouvoir, mais surtout la petite bourgeoisie allemande qui avait peur de devenir comme ces derniers et craignaient le déclenchement d’une révolution bolchévique.

        +5

      Alerter
  • Ando // 10.11.2018 à 13h52

    Un historien qui écrivait comme un écrivain avec un regard sur notre histoire peut être plus vrai, si tant est que cette notion ait un sens ici, que celui des manuels scolaires ou convenus. Un Monsieur intéressant, comme ses pages joliment ironiques sur les motifs réels, un exemple parmi d’autres, de la conquête de l’Algérie à partir de 1830.

      +3

    Alerter
  • Le Minotaure // 10.11.2018 à 20h06

    Hitler n’a pas été élu mais nommé Chancelier en mars 1933, après que le parti nazi ait réalisé un score de 33,1% aux législatives de novembre 1932 (en nette baisse par rapport aux 37% de juillet 1932). Il l’a été grâce au soutien de la droite qui se présentait encore peu de temps avant comme un barrage au nazi. Même en mars après l’incendie du Reichstag, l’interdiction du parti communiste et la suppression de la quasi-totalité des libertés civiles, le parti nazi n’atteint pas la majorité (44%).

    Parler d’élections démocratiques à cette période est contestable, même si le pluralisme des partis est encore présent. Les élections du début des années 1930 se déroulent dans un climat de violence qu’on peut difficilement imaginer aujourd’hui, avec des centaines de morts, notamment de la part des SA mais aussi, dans une moindre mesure des autres partis (notamment communiste).

      +2

    Alerter
  • ima // 10.11.2018 à 20h23

    Merci Olivier pour ce rare moment de plaisir de revoir notre Histoire moderne ! J’ai beaucoup de mal à comprendre les quelques commentaires hostiles que cette bonne piqûre de rappel peut suscité.
    On en redemande !

      +2

    Alerter
  • Jean LACOMBE // 10.11.2018 à 22h57

    Excellent, Guillemin.
    Sur Pétain, il ne signale pas ou pas suffisamment que c’était un catholique ennemi de la République. Très prudent au début, l’histoire lui a donné l’occasion inespérée de liquider la “gueuse”, main dans la main avec le nonce apostolique et l’archevêque de Paris. Exactement ce qu’avait réussi Franco en Espagne. Il ne faut pas chercher plus loin la clé du personnage.

      +5

    Alerter
  • zozefine // 11.11.2018 à 09h58

    le son est vraiment crade sur YT, mais il me semble meilleur sur le site de la RTS. de toute façon au moins on voit les “chapitres”, tous introduits par une présentation.
    le dernier “chapitre” est intéressant, qui date d’avant la suite chronologique de confs sur pétain, et dont la présentation, dans le macronisme ambiant, mérite d’être copiée ci-dessous :
    “Dans cet extrait de l’émission Voix au chapitre de décembre 1978, Henri Guillemin adresse un «reproche considérable» à l’historien Henri Amouroux à l’occasion de la parution du troisième tome de La Grande Histoire des Français sous l’Occupation. Ce que cherche Amouroux, en effet, n’est ni moins que la réhabilitation de Pétain. Cette attaque oblige Henri Guillemin à parler des raisons intimes qui le poussent à «ne pas être impassible» lorsqu’on parle du maréchal.”

    c’est michel soutter (“la soutre”), le réalisateur des arpenteurs, qui a réalisé pour la RTS ces conférences.

    https://www.rts.ch/archives/tv/culture/histoire/3449601-la-montee-du-fascisme.html. (3 mai 1981)
    https://www.rts.ch/archives/tv/culture/histoire/3449522-petain-avant-34.html
    https://www.rts.ch/archives/tv/divers/archives/3449593-le-politicien.html
    https://www.rts.ch/archives/tv/divers/archives/3449569-la-defense-nationale.html
    https://www.rts.ch/archives/tv/divers/archives/3449513-un-etrange-marechal.html
    https://www.rts.ch/archives/tv/culture/histoire/3449585-le-but-est-atteint.html
    https://www.rts.ch/archives/tv/culture/histoire/3449577-l-an-40.html
    https://www.rts.ch/archives/tv/divers/archives/3449546-avec-darlan.html
    https://www.rts.ch/archives/tv/divers/archives/3449554-laval-reapparait.html
    https://www.rts.ch/archives/tv/divers/archives/3449530-l-asservissement.html
    https://www.rts.ch/archives/tv/divers/archives/3449450-la-fin.html
    https://www.rts.ch/archives/tv/culture/histoire/3449538-constats.html (6 juin 1982)
    https://www.rts.ch/archives/tv/culture/voix-au-chapitre/3448905-une-raison-intime.html (10 décembre 1978)

    sa bio, dans ces archives :

    Henri Guillemin est né le 19 mars 1903 à Mâcon. Il fréquente l’Ecole normale supérieure et obtient une agrégation en lettres en 1932. Professeur dans plusieurs universités françaises, il est contraint de quitter Bordeaux en 1942 pour se réfugier en Suisse. Il entretient des liens privilégiés avec Neuchâtel où il passe de nombreux hivers ainsi que la fin de sa vie.

    En 1945, Henri Guillemin devient conseiller culturel auprès de l’ambassade de France à Berne, puis, de 1963 à 1973, professeur à l’Université de Genève. Il s’éteint le 4 mai 1992 à Neuchâtel.

    Spécialiste du XIXe siècle, il a été tout à la fois historien, critique littéraire et écrivain prolifique. Il était surtout un iconoclaste en quête de vérité et il a terni quelques mythes avec ses révélations sur Alfred de Vigny et Napoléon. Mais il a aussi souvent réhabilité des méconnus, comme Jean-Jacques Rousseau ou Emile Zola.

    Cet intellectuel non-conformiste a parfois dérangé. Par exemple, un de ses livres, L’Affaire Jésus, fait implicitement référence à l’affaire Dreyfus. Henri Guillemin a suscité autant l’admiration que la critique féroce. Il a ainsi été banni des télévisions française et belge. Cet ostracisme a fait le bonheur des téléspectateurs de Suisse romande qui ont pu profiter de ses talents de conteur entre 1958 et 1973.

    Avec Les Dossiers de l’Histoire, l’historien passionné a dévoilé les coulisses de l’histoire et a tenu en haleine son public. Il a ainsi rendu accessible à un grand nombre des questions historiques de première importance.

    Henri Guillemin a aussi fait découvrir aux télespectateurs la biographie de grands auteurs comme Arthur Rimbaud ou Emile Zola et ses émissions font sans nul doute partie de la mémoire collective des téléspectateurs de la TSR.

    (mémoire collective, je confirme : dans ma famille c’était, contrairement à la messe retransmise du dimanche, notre RDV d’histoire réelle, attendu avec impatience, écouté dans un silence quasi religieux 😉 )

      +6

    Alerter
  • www.brunoadrie.wordpress.com // 11.11.2018 à 09h59

    Sur ma page FB, cette vidéo du débat entre Guillemin, Isorni, Jeanneney et Amouroux. brunoadrie.wordpress.com https://www.facebook.com/100009371187567/videos/2182113008777717/?id=100009371187567

      +2

    Alerter
  • un citoyen // 11.11.2018 à 14h10

    J’ai écouté toute la vidéo. Je pense que c’est à prendre comme une thèse intéressante, qui expliquerait beaucoup de choses mais qu’il y a des points qui méritent quelques approfondissements, voire qui ne correspondraient pas à certains faits, notamment dans l’analyse sur l’antisémitisme de Pétain, que H.Guillemin a jugé plus extrême que celle de Laval.
    En effet, voilà un document, corrigé par Pétain et où ce dernier se serait indigné (car signé par lui) contre un épisode en Allemagne en 1938 (nuit de Cristal) :
    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/petain-et-la-nuit-de-cristal_933550.html#xtor=AL-447
    http://www.passion-histoire.net/viewtopic.php?t=26149

      +2

    Alerter
    • zozefine // 11.11.2018 à 14h36

      un “épisode”… tu as de ces mots… à part ça, c’est un inédit (dégotté en 2010), donc c’est anachronique de reprocher à guillemin de ne pas en avoir eu connaissance, et en plus tout est dans la rature, et en plus on sait même pas si cette “protestation” a été plus loin que le sous main de pétain.

        +2

      Alerter
      • un citoyen // 11.11.2018 à 15h05

        ‘épisode’ : pas dit que c’était un “heureux épisode”, hein. Evidemment qu’il était affreux, tout comme beaucoup d’autres.
        Par contre, j’ignorais que c’était un inédit.
        Pour H.Guillemin, je respecte sa pensée et je ne l’accuse en aucune façon de falsifier volontairement quoi que ce soit. J’aime beaucoup au contraire sa franchise et son honnêteté, à savoir que sa version n’est peut-être pas suffisamment objective surtout pour une histoire assez récente de quelques dizaines d’années (risque de partialité).
        Pour le document en question, même si on ne sait pas où il est allé, il peut nous apporter des éléments sur l’antisémitisme de Pétain (dans ce qu’il a raturé, par exemple) (et en espérant qu’il est authentique et qu’il n’est pas issue d’une machination ou autres, …)

          +2

        Alerter
  • Devauchelle // 11.11.2018 à 18h35

    Merci Olivier
    J’ai découvert le blog de Guillemin il y a trois ans. J’ignorais jusque là l’existence de HG, qui est l’historien le plus décapant que je connaisse à part Annie Lacroix-Riz. Il a démonté toutes les’sottises dont on nous a gavés depuis l’enfance, de Robespierre à la commune et à l’entre deux guerres 1870- 1914, etc. A consommer sans modération.

      +3

    Alerter
  • Boubanka46 // 14.11.2018 à 22h32

    Passionnant. Henri Guillemin affirme que l’historien ne peut être neutre. Son long exposé en est la démonstration. Il met en avant les témoignages de l’homme qui a vu l’homme qui a vu Pétain quand cela sert son propos et réfute en s’en moquant ceux qui contredisent sa démonstration.
    Son idée principale est que la classe supérieure des notables veut garder le pouvoir pour ne pas céder une part de sa richesse. Elle s’est accommodée de la république pensant pouvoir toujours faire voter les masses populaires, paysannes, suivant son intérêt. Mais avec l’avènement de la classe ouvrière, des mouvements socialistes et communistes, un danger est apparu. Beaucoup de notables de droite ont considéré qu’un gouvernement de gauche républicaine était un plus grand danger que le fascisme ou le nazisme. L’extrême droite française, dont faisait partie le maréchal Pétain, a favorisé dans les année 30 la future défaite militaire car c’était leur meilleur moyen pour renverser la république et gouverner la France.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications