Les Crises Les Crises
31.octobre.201831.10.2018 // Les Crises

Pierre Conesa : L’Arabie Saoudite, c’est Daesh qui a réussi !

Merci 281
J'envoie

Source : Critique de la raison européenne, Pierre Conesa, 16-10-2016

Critique de la raison européenne recevait Pierre Conesa à Sciences Po Lille le 16 octobre 2018, afin d’évoquer l’influence et les conséquences de l’action saoudienne dans l’Hexagone.

Source : Critique de la raison européenne, Pierre Conesa, 16-10-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

DocteurGrodois // 31.10.2018 à 11h16

L’Islam à la Française a autant de sens qu’une Scientologie à la Française.
C’est une mauvaise idée aussi vieille que la constitution civile du clergé sous la Révolution. Ça n’a pas marché en France, ça n’a pas marche en Chine, et ça ne risque pas de marcher avec un n-ième comité Théodule.

Un État ne peut ni contrôler ni réformer une religion. En revanche un État peut encadrer les religions dans leurs financements (notamment étrangers), leurs expressions (incitation à la violence), et leurs comportements (violences,etc).
Il suffirait largement que l’État fasse appliquer la loi.

(REP Antoine Sfeir)

28 réactions et commentaires

  • calal // 31.10.2018 à 07h54

    Si il y a un “regime change” en arabie saoudite,le nouveau chef sera plus “democrate” et donc “oubliera” de demander le remboursement de quelques prets accordes a certains etats occidentaux?

     2

    Alerter
    • Nadji // 31.10.2018 à 08h08

      Dommage que certains lecteurs ne raisonnent que «fric». C’est entre autres ce qui maintient ce genre de système politique a-humain encore en position de domination sur des territoires et des populations diverses.

      Pr Nadji Khaoua
      Annaba, Algérie.

       16

      Alerter
      • Jean // 31.10.2018 à 10h58

        => Dommage que certains lecteurs ne raisonnent que «fric».

        Même pas. Combien coute à la collectivité le terrorisme et les mesures sécuritaires ? Combien rapportent au budget de l’État les sociétés qui commercent avec l’Arabie Saoudite alors qu’elle ne paient plus, ou si peu, d’impôts ?

         9

        Alerter
        • Loxosceles // 31.10.2018 à 11h32

          Percevoir le terrorisme en terme de coût financier est tout de même la quintessence de ce qui a été dit plus haut par Nadji…

           4

          Alerter
          • Jean // 31.10.2018 à 14h19

            Justement, mon commentaire vise à mettre en évidence que même ceux qui ne raisonnent qu’en terme de coûts financiers se trompent lorsqu’ils justifient ainsi le traitement de faveur accordé à l’Arabie Saoudite. On peut faire des calculs qui aboutissent aux mêmes genres de résultats concernant les couts réels pour la société de la pauvreté(cf Bourdieu), de l’ignorance, de l’écologie(cf Kempf*)…
            La véritable explication de ces “erreurs de calculs” n’est donc pas la sauvegarde des finances publiques mais la préservation d’intérêts particuliers. Si vous aviez une petite idée du cynisme des hommes de pouvoir vous comprendriez mieux pourquoi ce monde est dans l’état dans lequel il est. Car les problématiques posées par l’écologie, l’économie et la politique sont interdépendantes et on ne parviendra à rien si nous ne nous attachons pas à résoudre les trois en même temps.

            * https://reporterre.net/Comment-les-riches-detruisent-la-planete

             15

            Alerter
            • rogger // 01.11.2018 à 08h31

              Jean, vous écrivez, avec justesse, ceci:
              ” Si vous aviez une petite idée du cynisme des hommes de pouvoir ”

              Pouvez vous nous donner des exemples? avez vous été frappé par ce cynisme? avez des exemples très concrets pour illustrer vos propos?

              Ce message peut aussi être un appel pour d’autre que vous. illustrer le cynisme des hommes de pouvoir et l’exposer au grand jour!

               1

              Alerter
            • jdautz // 01.11.2018 à 23h44

              @roger Les exemples sont tellement nombreux et demande a détailler tellement d’information, mais on a par exemple :

              En très soft, le fameux “discours du Bourget” est instructif.

              l’histoire des 500000 enfants tués dont on se fout, vous n’avez pas des questions plus sérieuses ? https://www.agoravox.tv/actualites/international/article/madeleine-albright-tuer-500-000-40192 mais quand je vois ce qui se passe au Yemen en fin de compte elle est plutôt la norme…

              Ou encore quand on a appris récemment que le terroriste islamique qui a fait exploser la bombe a Londre a été exfiltré par les services secrets Anglais. Nous “luttons contre le terrorisme” dans les paroles, nous déstabilisions les pays et faisons passer n’importe quoi d’inacceptable dans notre propre pays au nom de celle lutte. Il aurait fallu laisser à Al Capone le soin le diriger la prohibition et la lutte contre le crime organisé, mais il n’était pas assez pervers.

              La “guerre” contre le trafic de drogue est assez ignoble dans le genre, quand on sait que le traffic a démarré par toujours les mêmes : États Unis, Angleterre, France, Allemagne pour la partie chimie, pour détruire l’empire chinois, et qu’ensuite la “lutte contre le traffic” a été créée non pas pour la morale mais pour des motifs totalement raciste et discriminatoire afin de faire de la répression sur des minorités a une époque ou c’était politiquement impossible de le faire ouvertement pour des motifs raciste. Actuellement il est encore bien “utile” a la CIA, aux banques, et a certaine multinationales…

              Dans les choses a échelle historique il y a le largage des bombes atomiques qui n’avaient aucune utilité pour gagner la guerre, mais qu’il fallait absolument lâcher parce que l’occasion ne se présenterait jamais plus et que ça aurait été un gâchis financier, un coup porté au “progrès” scientifique, et qu’il fallait foutre les chocottes a ses propres alliés” pour se partager le monde.

              J’arrête là parce que c’est un commentaire et pas une encyclopédie. Ma seule réserve est que je n’appelle pas ça du cynisme mais de la psychopathie ou de la sociopathie, selon.

               6

              Alerter
            • Jean // 02.11.2018 à 00h12

              @Rogger

              C’est un peu long mais ça résume bien la situation actuelle :

              https://www.youtube.com/watch?v=s2yY7qiPL-8

               0

              Alerter
      • RGT // 01.11.2018 à 10h02

        Cher Nadji,

        Hélas certains lecteurs ne raisonnent que “fric” non pas par conviction personnelle mais simplement pour nous rappeler que les gouvernants de TOUTES les grandes nations de la “communauté internationale”® dont c’est la seule et unique obsession.

        Les valeurs humaines ne comptent pas pour les personnes qui détiennent réellement les rennes du pouvoir. Seul le fric, qui leur permet d’accéder à la puissance, les obsède.

        C’est bête mais le monde ne tourne que pour vénérer le Dieu Or.
        C’est la seule et unique divinité en laquelle croient tous les dirigeants et les puissants, même si les populations ne sont pas d’accord (de toutes façons on ne leur demande pas leur avis).

         3

        Alerter
      • calal // 01.11.2018 à 13h31

        Toute ta vie, c’est le nihilisme, c’est le cynisme, c’est le sarcasme, et l’orgasme.
        – Tu sais, en France je pourrais me présenter sur ce slogan et gagner. (Harry dans tous ses états woody allen).

        Dommage que certains lecteurs ne raisonnent que «fric»

        liberte, egalite, fraternite, travail, famille,patrie ,nihilisme,cynisme ,sarcasme,orgasme…Le fric ne fait pas partie de ces valeurs “culturelles francaises”…
        Mais c’est de ma faute j’ai oublie de mettre [ sarc on ] [sarc off]

         0

        Alerter
    • cording // 31.10.2018 à 10h31

      Il n’est pas sûr qu’un changement de régime en Arabie Saoudite donne un régime démocratique. L’expérience des “Printemps arabes” en donne des exemples cruels.

       4

      Alerter
  • Amourdesamours // 31.10.2018 à 10h13

    Il resort de cette conférence de l’optimisme. Pierre Conesa avec humilité démontre, ici, qu’un islam en France (non de France) impérativement compatible avec la République resterai possible. Un sujet anime avec objectivité, respectueux de l’histoire passée. Un bel éclairage pour prendre de la hauteur, indispensable. Délicieux clin d’oeil à feu Antoine Sfeir.

     3

    Alerter
    • Nadji // 31.10.2018 à 11h16

      Encore une énième fois, je prône ici même dans mon pays l’Algérie, comme à plus forte raison dans les États modernes et démocratiques (France, etc.) de revenir aux et de respecter les fondements de la vie : soit individualiser la sphère publique, domaine d’intervention de la Loi, et la sphère privée.
      La foi (musulmane, bouddhiste, chrétienne, juive, etc) est strictement du domaine privée.
      Une des solutions pouvant être fructueuse tout en étant objective à l’islamisme politique, un des tereaux fondamentaux du terrorisme islamiste barbare et a-humains, est certainement celui-là:
      Veiller strictement, sans aucun calcul politique commerciale (ventes d’armes) ou stratégique (maintien d’une influence hégémonique sur les pays anciennement colonisés, Syrie, Liban, Algérie, Maroc, Tunisie, etc) ou géostratégique (compétitions de domination et de présence avec les autres puissances Russie, USA, GB, etc).

      Pr Nadji Khaoua
      Annaba Algerie

       6

      Alerter
      • LS // 31.10.2018 à 16h27

        J’espère avoir compris vos propos (je n’en suis pas sûr).
        La sphère privée (y compris quand on récite une prière dans sa tête, dans la rue) est déjà individualisée et n’est déjà pas concernée par la Loi. Il est, par contre, légitime d’encadrer par la Loi les expressions et actions religieuses menées par les individus dans l’espace public, qui est, je le rappelle, un espace partagé.

        Je n’arrive pas à voir la différence entre “individualiser la sphère public, domaine de la Loi” et un système de personnalisation des lois. C’est à dire donner valeur de personne morale aux communautés (religieuses, ethnoculturelles, sociales, sexuelles…). La “France” a fonctionné comme cela de Clovis à Hugue capet (en très gros). Cela ne m’apparaît pas comme une grande réussite.

        Quand à vos propos sur l”action internationale, je pense partager mais vous n’avez pas fini votre phrase.

         1

        Alerter
        • Nadji // 31.10.2018 à 22h27

          Bonsoir Mr LS.
          Tout d’abord je m’excuse auprès de vous et des autres lecteurs pour les nombreuses fautes d’orthographe qui ont émaillées ma courte réaction.
          Je l’avais écrite rapidement à partir de mon portable, à un moment où il me fallait vite la soumettre. Cela explique pourquoi ma dernière phrase était inachevée.
          Pour enlever toute ambiguïté, je voulais dire que une solution objective à l’émergence de l’islamisme politique barbare, terreau du terrorisme islamiste, serait de remettre au premier plan d’une part la primaute de la Loi pour la préservation de l’espace public, espace neutre par excellence face aux croyances privées. Ces dernières quelles qu’elles soient ne peuvent s’exprimer qu’à l’intérieur de l’espace privé individualisé.
          Ce serait une application concrète et renouvelée des Droits de l’Homme et du Citoyen, surtout en France.

          Pr Nadji Khaoua
          Annaba, Algérie.

           2

          Alerter
    • DocteurGrodois // 31.10.2018 à 11h16

      L’Islam à la Française a autant de sens qu’une Scientologie à la Française.
      C’est une mauvaise idée aussi vieille que la constitution civile du clergé sous la Révolution. Ça n’a pas marché en France, ça n’a pas marche en Chine, et ça ne risque pas de marcher avec un n-ième comité Théodule.

      Un État ne peut ni contrôler ni réformer une religion. En revanche un État peut encadrer les religions dans leurs financements (notamment étrangers), leurs expressions (incitation à la violence), et leurs comportements (violences,etc).
      Il suffirait largement que l’État fasse appliquer la loi.

      (REP Antoine Sfeir)

       24

      Alerter
      • Jérôme // 01.11.2018 à 09h58

        Vous confondez opinion et possibilité.

        Que vous ne l’estimiez pas souhaitable est une chose : votre opinion et celle de beaucoup de monde.

        Mais l’Histoire comporte de nombreux exemples prouvant que vous avez factuellement tort. L’Etat, le pouvoir politique, peut contrôler une religion, réformer une religion et forcer les coreligionnaires de cette religion à changer.

        Tout est question de volonté, de moyens mis en œuvre, de niveau de contrainte.

        Confèrent l’anglicanisme en Angleterre et l’épiscopalisme en Écosse.

        Confèrent les réformes protestantes en partie imposées par les princes allemands dans leurs principautés à la Renaissance.

        Confère le concordat napoléonien puis la séparation de l’Eglise et de l’Etat en France.

        Ceci n’empeche pas – j’en suis évidemment bien d’accord avec vous – d’empêcher les financements étrangers des extrémistes fondamentalistes ni d’interdire l’entrée d’extremistes étrangers sur notre territoire.

        J’ajoute que si l’islamisme est une idéologie appelant à la violence et même au meurtre, tout comme l’est selon d’autres formes le nazisme, alors il est parfaitement constitutionnel d’en interdire et d’en sanctionner pénalement l’expression orale ou visuelle.

        Car je rappelle que, en droit français, la foi religieuse est une opinion comme une autre, ni plus ni moins valable qu’une opinion politique, artistique, culinaire ou sportive.

        Bref, tout est question de volonté. Tolèrerait-on, aujourd’hui, que dans nos villes des gens circulent en tenues kakies ou noires, en marchant au pas de l’oie, un bras tendu pour saluer je ne sais qui, avec une petite moustache carrée et une mèche descendant bien sûr le front, scandant « sieg heil ! » à leur gourou, au motif que c’est leur opinion ou leur religion ?

         1

        Alerter
        • Marie (Pan Pan) // 01.11.2018 à 13h42

          Jérome,
          Vous l’écrivez vous-même
          “l’Etat peut contrôler une religion…” en vous référant historiquement à ce qui s’est passé dans des pays de culture et de tradition chrétienne: “l’anglicanisme en Angleterre…l’épiscopalisme en Ecosse”, ” les réformes protestantes…” et “le concordat napoléonien… et la séparation de l’Eglise…”.
          Cela ne vous saute-t-il pas aux yeux?
          Faîtes nous donc part de semblables exemples et si bonnes ou mauvaises volontés de ” contrôle”, de “contrainte” à l’oeuvre dans des pays islamiques.
          Pour rappel, Jean-pierre Chevènement alors ministre du culte dans les années 90, a tenté de faire signer une Charte aux différents pôles de l’Islam de France. Celle-ci faisait primer la loi de la République sur celle de la Charia (le problème n’est pas la croyance spirituelle mais ses commandements sociopolitiques).
          Fin de non-recevoir de la part des dits pôles (Frères musulmans en tête) qui n’acceptaient pas l’idée que l’on puisse, par exemple, permettre à un musulman de changer de religion (puni de mort par la loi islamique).
          Le Triomphe de la Volonté que vous réclamez me laisse dubitative.

           4

          Alerter
          • Jérôme // 01.11.2018 à 19h53

            Marie, les exemples que j’ai cités étaient illustratifs, pas exhaustifs.

            J’aurais aussi pu citer le cas du colonisateur britannique qui a mis fin à l’essentiel des pratiques violentes de la culture traditionnelle indienne. Il y en a bien d’autres. On peut, et pas seulement en Europe, forcer la grande majorité des gens à changer, à se modérer, à renoncer à des coutumes culturo-religieuses barbares.

             1

            Alerter
  • christian gedeon // 31.10.2018 à 11h38

    Alors là,c’est juste vrai…pour qui connaît l’histoire sanglante du wahhabisme,c’est une évidence. Qui semble avoir échappé et qui échappe toujours à l’essentiel de nos politiques. mdr! Le pacte du Quincy,mais bien avant çà,l’alliance des anglais avec “les saoudiens ” (seven pillars of wisdom et cie) a marqué depuis le début la volonté des anglo saxons de s’allier avec ce qu’il avait de pire dans la région…circonstance atténuante,ils se sont aussi fait bien rouler dans la farine. En acceptant,et même en soutenant dans une certaine mesure la chute des hachémites (Jordanie mise à part,et encore) les anglo saxons ont commis pire q’un crime,une erreur épouvantable, qu’ils devaient réitérer avec le barrage d’Assouan… jetant ainsi Nasser,homme honnête,mais ^pas bien futfut,dans le “nassérisme ” dont il se serait bien passé avec sa ridicule aventure de la RAU, et le départ (forcé)de ce que l’Egypte comptait de plus efficace en matière d’élites,à savoir les “syro-libanais et…les juifs.OUI,Conesa a raison,l’Arabie est un daech(in contexto historique ” qui a réussi…mais qui n’ a pas réussi tout seul…

     10

    Alerter
    • Jérôme // 01.11.2018 à 10h18

      Qui vous dit que c’était une erreur ?

      On peut aussi avancer l’hypothèse d’un choix conscient et délibéré.

      Quel en aurait été l’intérêt ? L’intérêt précisément d’avoir là le plus longtemps possible un régime arriéré qui ne risque pas de développer un État moderne investissant et consommant à domicile les richesses issues de ses immenses ressources naturelles stratégiques mais qui en dépensera ou en investira l’essentiel dans les grandes puissances tutélaires (Grande-Bretagne puis USA).

      D’ailleurs, ce schéma à été méthodiquement répliqué par l’empire anglo-saxon depuis trois quarts de siècle : depuis l’Iran de Mossadegh jusqu’à la Syrie aujourd’hui.

      Londres puis Washington n’aiment pas la modernité laïque et nationale. Ils adorent l’obscurantisme tribal.

      Le soutien anglo-saxon à l’obscurantisme et à la violence islamistes ne sont pas plus une erreur que leur soutien au réarmement de l’Allemagne nazie dans les années, qui était un choix mûrement réfléchi dans le but de lancer l’Allemagne contre l’URSS, non pas tant par anticommunisme que par stratégie Mackinderienne visant inlassablement à diviser et affaiblir le Heartland/Eurasie. Que la créature ait échappé à son créateur mais et en outre échoué à atteindre l’objectif souhaité et qu’il ait fallu finalement se joindre à la victime désignée pour écraser la créature n’en fait pas une erreur de principe, juste une déviation par rapport au programme prévu.

       2

      Alerter
  • Pierre D // 31.10.2018 à 11h44

    Ça bouge… un peu:

    Yémen. Les USA appellent à des négociations de paix d’ici 30 jours
    https://www.ouest-france.fr/monde/yemen/yemen-les-usa-appellent-des-negociations-de-paix-d-ici-30-jours-6044859

     4

    Alerter
  • Karpov // 31.10.2018 à 13h40

    L’Arabie sans le petrole ….. c’est quoi ?

     5

    Alerter
    • Marie ( Pan Pan ) // 31.10.2018 à 13h48

      …sans pétrole pas de sécurité selon le pacte de Quincy,
      un peu comme une femme à la piscine sans bikini pas de sécurité non plus si j’ai tout (mal)compris.

       4

      Alerter
      • Nadji // 31.10.2018 à 15h58

        L’Arabie des royaumes diaboliques actuels sans pétrole et gaz naturel serait un ensemble de territoires à humaniser, à moderniser et à démocratiser par d’abord leurs propres populations aujourd’hui infantilisees par des Rois et des Émirs marionnettes aux mains des USA, leur complexe militaro-industriel, leurs firmes mondiales, les États modernes démocratiques mais vassaux des USA que sont les États Européens, essentiellement la G.B. et la France, surtout la France des «Lumières» dorénavant bien eteintes depuis Mitterand, Sarkozi, Hollande et aujourd’hui Macron.

        Pr Nadji Khaoua
        Annaba, Algérie.

         6

        Alerter
  • Karpov // 31.10.2018 à 15h19

    En meme temps, heureusement que l’Arabie saoudite existe.
    Cela donne une bonne idee de l’application concrete de leurs doctrines religieuses.
    Que ceux qui veulent vivre selon ces regles sont ainsi libres d’y demenager.

     10

    Alerter
    • Marie (Pan Pan) // 31.10.2018 à 18h44

      Comme les Camarades partis rejoindre le Paradis Communiste sur Terre il y a bien longtemps,
      comme les nouvelles générations répondant à la même sociologie de recrutement salafo-gauchiste
      ( Conesa parle plus exactement de ” la sociologie de recrutement salafiste (qui) ressemble à la sociologie de recrutement de l’extrême-gauche” et il me semble pas seulement chez les jeunes d’origine musulmane)
      qui partent rejoindre le Califat et ses vierges pas toujours consentantes.
      Ah ces révolutionnaires ( rouges, noirs, verts) et leur farouche ( ou louche ) croyance en la possibilité d’un salut total de l’homme!
      Et qui reviennent la Kala entre les jambes en “victimes” ( une des multiples facettes de la “technique de victimisation” dont parle Conesa), trompés à l’insu-de-leur-plein-gré.

       3

      Alerter
  • RGT // 01.11.2018 à 09h54

    TOUTE “religion” n’est rien d’autre qu’une SECTE qui a réussi.

    Et il en va de même pour toutes les “valeurs politiques” qui sont du même acabit, n’en déplaise aux “convertis”.

    Quand on commence à s’aventurer sur les territoires des croyances et de la “foi” basés sur des faits invérifiables il n’est pas nécessaire de perdre du temps à discutailler pendant des heures pour un résultat totalement stérile.

    Ensuite, lorsque ces croyances sont érigées en dogme étatique ça devient réellement morbide,

    L’Arabie Saoudite, l’URSS, le nazisme de même que le “friedmanisme triomphant” d’Amérique latine des années 70 en sont des exemples qui ne devraient pas quitter nos mémoires afin d’éviter que ça ne se reproduise.

    Malheureusement ces “grands idéaux” reviennent à la charge et recommencent à poser une chape de plomb sur de nombreuses populations de par le monde.

    L’Arabie Saoudite est un état ignoble, mais pas plus que les autres si on se place du point de vue nuisances internes et externes.
    Et tous les dirigeants de ces états, systèmes politiques et religieux copulent allègrement au gré de leurs intérêts, jamais de ceux des populations qui les subissent.

    Le problème vient bien d’une carence éducative au niveau du discernement entre ce qui est prouvable et ce qui ne l’est pas.
    Mais comme ça va à l’encontre des intérêts de ceux qui profitent de cette ignorance nous ne sommes pas près de voir une population qui ne soit pas facilement manipulée et embrigadée.

     4

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications