Source : I24 News, 19/07/2017

Benjamin Netanyahu à l’Elysée lors de sa visite à Paris le 16 juillet 2017
STEPHANE MAHE (POOL/AFP/Archives)

“L’Europe doit décider si elle veut vivre et s’épanouir, ou pourrir et disparaître”

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a admis mercredi qu’Israël avait ciblé “une douzaine de fois” le groupe terroriste Hezbollah en Syrie, puis qualifié de “folle” la politique de l’Union européenne à l’égard de l’Etat hébreu, lors d’une réunion à huis clos avec les Premiers ministre hongrois, tchèque, slovaque et polonais à Budapest, a révélé le journal Haaretz.

Alors que le dirigeant israélien entamait un entretien privé avec ses homologues, ses confidences ont été divulguées par erreur aux journalistes via les écouteurs distribués au préalable à la presse et dont la transmission n’a pas été coupée au début de la rencontre.

L’Union européenne

“L’Union européenne est la seule association de pays dans le monde qui conditionne ses relations avec Israël (…) en fonction de la situation politique. Ce sont les seuls ! Personne d’autre ne fait ça”, s’est révolté Netanyahou.

Pour lui, “il n’y a que l’Union européenne” qui manoeuvre ses relations ainsi avec l’Etat hébreu, “c’est fou, et c’est contre les intérêts de l’Europe”, a-t-il ensuite jugé, prenant les exemple de la Chine qui “ne se préoccupe pas des dossiers politiques”, et de la Russie qui “ne pose pas non plus de conditions politiques”.

Czech Prime Minister Bohuslav Sobotka, Prime Minister Benjamin Netanyahu, Polish Prime Minister Beata Szydlo, Slovakian Prime Minister Robert Fico and Hungarian Prime Minister Viktor Orban in Budapest
Balazs Mohai/AP

Netanyahou a ensuite demandé l’aide des responsables hongrois, tchèque, polonais et slovaque afin de mettre un terme aux préconditions posées par l’UE, surtout dans le cadre des négociations israélo-palestiniennes.

“Je vous recommande de délivrer un message à vos collègues en Europe sur le moyen d’aider l’Europe”, a lancé le Premier ministre israélien. “Ne sous-estimez pas le seul pays de la région qui se soucie des intérêts du continent. Arrêtez d’attaquer Israël, soutenez Israël. L’Europe se dissocie elle-même du plus grand centre d’innovation du monde. Cela n’a pas de sens”, a-t-il déploré, affirmant que “l’Europe porte atteinte à sa propre sécurité en minant Israël”.

Face au constat neutre du Premier ministre hongrois Viktor Orban, Netanyahou a répliqué de manière bien moins conventionnelle qu’à l’accoutumée: “L’Europe doit décider si elle veut vivre et s’épanouir, ou pourrir et disparaître. Je sais que vous êtes choqués parce que je ne suis pas politiquement correct. C’est une blague, c’est une blague”, s’est-il repris.

Les raids en Syrie

Benyamin Netanyahou a également révélé aux quatre chefs de gouvernement, membres du groupe Visegrad, qu’Israël avait ciblé “une douzaine de fois” des positions du groupe terroriste libanais Hezbollah en Syrie, une révélation qui va à l’encontre de la politique israélienne sur le sujet, qui se refuse à tout commentaire.

Soldats israéliens sur le plateau du Golan scrutant une localité syrienne
AFP

“Nous avons bloqué la frontière non seulement avec l’Egypte, mais aussi dans le Golan. Nous avons construit un mur car nous avions des problèmes avec l’Etat islamique et l’Iran qui essayaient d’ouvrir un nouveau front terroriste là-bas”, a-t-il confié.

“J’ai dit à Poutine que lorsque nous les voyons (l’Iran) transférer des armes au Hezbollah, nous les attaquerons. Nous l’avons fait une douzaine de fois”, a révélé le Premier ministre israélien avant que la retransmission divulguée par erreur ne soit finalement interrompue.

Source : I24 News, 19/07/2017

==================================================

Petit florilège des remarques de Netanyahu : le comportement de l’Union européenne vers Israël est fou

Source : Youtube, Haaretz, 19/07/2017

Source : Youtube, Haaretz, 19/07/2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Les commentaires sont fermés.

Charte de modérations des commentaires