Les Crises Les Crises
21.juillet.202221.7.2022 // par Olivier Berruyer

INFLATION : QUI SONT LES VRAIS RESPONSABLES ? – Olivier Berruyer

Merci 252
J'envoie

Vous la subissez au quotidien, en passant à la caisse du supermarché, ou en payant votre plein d’essence. Elle est au cœur de l’actualité économique. Et la guerre en Ukraine est souvent présentée comme la responsable majeure de sa hausse. Vous l’aurez compris, il s’agit de l’inflation et de son impact plus large sur l’économie mondiale.

Alors comment en sommes-nous arrivés là ? La situation était-elle en réalité prévisible ? Quel rôle joue la Banque centrale européenne ? Et surtout, devant quel dilemme se retrouve-t-elle aujourd’hui ?

Pour répondre à ces questions, place au focus de Blast, avec le statisticien Olivier Berruyer, directeur du média indépendant Élucid. Depuis la crise de 2008, il observe avec un regard critique la situation économique française et européenne.

▶ N’oubliez pas de vous abonner à la chaine Youtube Élucid pour ne rien louper

OFFRE SPÉCIALE D’ABONNEMENT ÉLUCID
Utilisez le code promo « LESCRISES », et accédez à tous les contenus exclusifs d’Élucid : cliquez ICI pour découvrir nos offres

Commentaire recommandé

David // 21.07.2022 à 17h59

Ce sont la masse et les termes de l’échange qui définissent la valeur de la monnaie (hors USD of course). Le Zimbabwé, comment dire…
La zone euro est excédentaire grâce à l’Allemagne, elle garantit donc la valeur de notre monnaie. Ok depuis qq semaines, ce n’est plus le cas mais je pense que c’est temporaire.
Si la France fait défaut, il n’y a plus d’économie occidentale. Donc elle ne fera pas défaut (sauf si Poutou est élu, mais c’est une autre histoire).
Le chantage au défaut est orchestrée par la BCE pour faire avancer l’agenda politique fédéraliste / anti souverainiste, c’est juste du comportementale comme le moindre tableau de bord XL sorti par un contrôleur de gestion.
Le plus important pour les européistes, c’est l’Euro et de facto la BCE. le reste c’est de la littérature.

13 réactions et commentaires

  • Lev // 21.07.2022 à 08h25

    Qui serait touché au portefeuille par un non remboursement de la dette ? Le non remboursement de l’emprunt russe au début de la révolution soviétique a plutôt favorisé une grande majorité de la population « russe ». Évidemment ce ne fut pas le cas des grands ou des petits porteurs de l’emprunt

      +4

    Alerter
    • Havoc // 21.07.2022 à 10h43

      Le non-remboursement des prêteurs n’est pas le plus gros inconvénient d’un défaut sur la dette. Le problème est plus de continuer à boucler le budget de l’État lorsqu’on ne peut pas le boucler sans l’argent des prêteurs. Et quand on fait défaut sur sa dette, les prêteurs ne se précipitent pas pour revenir. Ils reviennent, mais plus tard.

        +0

      Alerter
      • lucideoupas // 21.07.2022 à 12h34

        Ils reviennent toujours; c’est leur matrice de fonctionnement; dans un monde multi polaire ils ne seront plus les seuls à fixer le seuil du retour; bref, c’est le bon moment de faire sauter le système;

          +5

        Alerter
      • Actustragicus // 21.07.2022 à 13h46

        @Havoc
        bien sûr, mais quel besoin de se financer sur les marchés ? ce raisonnement est valable lorsqu’on tient à rester dans la fiction du système de financement actuel par des « prêteurs » ; mais si on ne les rembourse plus, on sort de fait de cette fiction, pour entrer dans une autre – l’auto-financement de l’État par lui-même par exemple, ce qui n’est pas moins sensé…

          +4

        Alerter
    • Surya // 21.07.2022 à 16h00

      C’est sûr que le monde n’a pas du tout changé entre 1917 et aujourd’hui

        +1

      Alerter
  • David // 21.07.2022 à 14h49

    Les états de la zone euro ne doivent pas s’inquiéter.
    Même avec des taux de 15%, la BCE ne les laissera pas tomber. Tant que la dette est roulée, tout va bien. La BCE n’a pas le choix. C’est ça ou l’explosion de la zone euro. L’inflation est bénéfique étant donné le niveau de la masse monétaire/ création de monnaie.
    Chaque euro créé ne peut être remboursé que par un autre euro créé…

      +5

    Alerter
    • Patrick // 21.07.2022 à 16h25

      oui et c’est comme cela que le Zimbabwe a imprimé des billets de 100.000 milliards de dollars ( zimbabwéens ) qui ne valent plus rien.
      On peut toujours imprimer de la monnaie , mais les citoyens comprennent rapidement que le papier ne vaut rien. C’est la stratégie actuelle de plusieurs gouvernements de la zone euro , ils pe,se,t payer leurs dettes mais ils vont ruiner les citoyens , et mamie qui a quelques milliers d’euros sur son livret A va se retrouver sans rien.

        +2

      Alerter
      • David // 21.07.2022 à 17h59

        Ce sont la masse et les termes de l’échange qui définissent la valeur de la monnaie (hors USD of course). Le Zimbabwé, comment dire…
        La zone euro est excédentaire grâce à l’Allemagne, elle garantit donc la valeur de notre monnaie. Ok depuis qq semaines, ce n’est plus le cas mais je pense que c’est temporaire.
        Si la France fait défaut, il n’y a plus d’économie occidentale. Donc elle ne fera pas défaut (sauf si Poutou est élu, mais c’est une autre histoire).
        Le chantage au défaut est orchestrée par la BCE pour faire avancer l’agenda politique fédéraliste / anti souverainiste, c’est juste du comportementale comme le moindre tableau de bord XL sorti par un contrôleur de gestion.
        Le plus important pour les européistes, c’est l’Euro et de facto la BCE. le reste c’est de la littérature.

          +7

        Alerter
  • pouet // 22.07.2022 à 14h09

    « Tout ce qu’il ne faut pas faire pour gérer un pays »… sauf si le but est de faire s’écrouler les pays pour les mettre sous tutelle d’un pays unique.

      +2

    Alerter
    • Ives // 22.07.2022 à 18h46

      Un pays digne de ce nom n’est pas mis sous tutelle. Si les citoyens du-dit pays se laissent faire, c’est qu’ils ne sont pas dignes de constituer un pays indépendant.
      J’avoue que depuis l’absence de réaction de nos concitoyens suite à la forfaiture du TCE en passant par l’acceptation de toutes les lois liberticides, je me pose des questions non pas sur l’aspect « valeurs communes » de la France. Donc vous avez raison de poser cette question.

        +2

      Alerter
  • jdal // 27.07.2022 à 19h09

    Sur la dette publique, Berruyer a oublié un problème. La dette publique « roule », c’est-à-dire que les emprunts émis sont remboursés par de nouvelles émissions d’emprunts. Si les investisseurs se détournent de la zone euro parce qu’elle est moins rémunératrice, refinancer la dette va devenir moins aisé.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications