Les Crises Les Crises
3.juin.20223.6.2022 // Les Crises

Bruno Le Maire – Macron : Malgré l’inflation, de nouveaux cadeaux aux patrons !

Merci 205
J'envoie

Nouveau numéro de l’instant Porcher. Comme chaque semaine, on va avoir des choses à dire, analyser et décrypter avec tous ces discours qui gravitent autour de nous ou parfois l’on peut s’y perdre. Notre meilleure arme démocratique : connaître et comprendre.

Au programme de cette édition :

L’inflation, la hausse des prix : ce n’est plus une menace mais la réalité. En avril 2022, les prix à la consommation augmentent de 4,8 % sur un an, et de 0,4% par rapport au mois précédent, nous apprend l’INSEE. On le remarque d’ailleurs directement dans nos rayons : les prix en euros des matières premières alimentaires augmentent de nouveau en avril (+5,1 % après +9,2 % en mars). Et tout ça n’a pas l’air d’être terminé. Selon les prévisions de l’Insee, les prix vont continuer à augmenter au second trimestre, et l’inflation devrait atteindre 5,4% au mois de juin. Elle aurait été bien plus importante, au-delà des 7% selon l’Insee, sans les mesures de boucliers énergétiques mises en place par le gouvernement.

Pour rappel, l’État a bloqué les prix du gaz, a plafonné la hausse des prix de l’électricité et a aidé à la pompe les Français écrit Europe 1. Je cite Europe 1 mais je peux vous citer aussi Médiapart qui a fait un gros dossier sur ce phénomène que je vous invite à aller consulter. Tous les médias en parlent évidemment c’est LE sujet, surtout à 2 semaines des législatives. La dépeche titre “Hausse des prix : les Français doivent se préparer au pire”. Selon le Fonds monétaire international, la hausse des prix pourrait atteindre 8,7 %. En France, les prix des distributeurs alimentaires pourraient provoquer une hausse des dépenses alimentaires annuelles de 224 euros par personne cette année rapporte La Dépêche.

Les causes de tout cela ? On parle de la guerre en Ukraine, du choc énergétique, de la politique sanitaire chinoise bref. Autre conséquence : un PIB à 0% en variation trimestrielle au premier trimestre 2022. Est-ce grave ?

Bruno Le Maire reste à Bercy. Arrivé en 2017 au ministère de l’économie l’énarque qui a fait sa carrière à l’UMP puis LR avant de rejoindre Emmanuel Macron, est très clair pour ce nouveau quinquennat : continuer à baisser les impôts de production ainsi que les charges sur les salaires supérieurs à 2,5 Smic afin de “réindustraliser la France”. Deux impôts de production ont été baissés de 10 milliards d’euros par an depuis 2020, la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) et la CFE (cotisation foncière des entreprises). Bruno Le Maire veut interroger aussi la C3S qui sert à financer l’assurance vieillesse. Voilà, la solution pour la reconquête industrielle, sa priorité pour ces prochaines années, selon notre ministre de l’économie. A noter ces chiffres : l’industrie, est passé de 22% de notre produit national brut à un peu moins de 10%. Bruno Le Maire vise un retour aux alentours de 20% »

« En deuxième lieu, il faut continuer à se battre sur la compétitivité hors coûts et l’amélioration de l’offre française” rapporte capital, et je cite le ministre a fustigé une « désertion industrielle depuis 30 ans » de laquelle il rend responsable les gouvernements successifs mais aussi les capitaines d’industrie français qui ont massivement délocalisé à l’étranger, estimant « qu’il valait mieux naviguer hors des eaux territoriales ». Pour régler ça : renverser la faiblesse de notre commerce extérieur.

Comment expliquer le renouvellement de Bruno le maire à l’économie ? Quelle est sa vision de l’économie ? Thomas Porcher décrypte tout cela.

Source : Le Media – 30-05-2022

Commentaire recommandé

Lev // 03.06.2022 à 11h03

C’est quoi cette naïveté ?
Ça marche très bien le tandem Macron-Le maire. Comme on dit, ils font le job ! Ils sont là pour mettre la société à l’os. En finir avec les acquis sociaux et le service public : plus d’hôpitaux, c’est presque fait, plus d’instruction, il faut parachever, la Poste c’est fini, les Finances un site internet. Le train c’est fait, le métro c’est en route.
Ils terminent l’application des directives de l’UE, l’ambition de la V République à laquelle tiennent tant les Delors, Jospin, Hollande et autres Valls, copains comme cochons avec le personnel politique de la droite dont Le Maire est un résumé.
Tout va bien pour eux, la feuille de route est respectée ; pas d’inquiétude M Porcher !

12 réactions et commentaires

  • Lev // 03.06.2022 à 11h03

    C’est quoi cette naïveté ?
    Ça marche très bien le tandem Macron-Le maire. Comme on dit, ils font le job ! Ils sont là pour mettre la société à l’os. En finir avec les acquis sociaux et le service public : plus d’hôpitaux, c’est presque fait, plus d’instruction, il faut parachever, la Poste c’est fini, les Finances un site internet. Le train c’est fait, le métro c’est en route.
    Ils terminent l’application des directives de l’UE, l’ambition de la V République à laquelle tiennent tant les Delors, Jospin, Hollande et autres Valls, copains comme cochons avec le personnel politique de la droite dont Le Maire est un résumé.
    Tout va bien pour eux, la feuille de route est respectée ; pas d’inquiétude M Porcher !

      +41

    Alerter
    • chb // 03.06.2022 à 19h38

      Il faudrait donc être naïf pour dénoncer la démolition de la société ? Alors soyons naïf. Continuons à considérer comme indispensable et normal qu’un gouvernement issu d’élections ait des égards pour les citoyens, à exiger qu’il oeuvre pour le bien de la société… et pas seulement des sociétés anonymes.
      Et exigeons que ces élus travaillent honnêtement dans ce cadre, ou qu’ils dégagent.
      Oui, c’est naïf vu l’expérience de ces dernières décennies. C’est naïf au regard de la puissance du rouleau compresseur des médias « presstituées » et de l’argent et de la corruption consubstantielle. Oui c’est encore naïf quand le bellicisme ambiant nous monte contre la Russie ou la Chine, nous poussant au sacrifice comme il pousse au massacre des Ukrainiens qui ont naïvement cru que Porochenko puis Zelenski allaient ramener la paix malgré l’OTAN et son philonazisme. Naïf toujours de croire qu’on va repousser longtemps la prochaine crise énergie + produits dérivés + Ponzi divers + famine (en Europe aussi).
      Naïf d’espérer.

        +12

      Alerter
      • RGT // 04.06.2022 à 01h27

        « exigeons que ces élus travaillent honnêtement… ».

        Vous parlez là du mandat impératif qui est totalement illégal et inconstitutionnel.

        Les z’élus n’ont AUCUN compte à rendre aux gueux électeurs et si ces derniers ne sont pas contents il n’ont qu’à voter pour l’opposition, à condition que ce ne soit pas un épouvantail dont la seul fonction est de donner l’illusion de « liberté de choix ».

        Ils devront donc voter pour les candidats issus de partis « fréquentables » (c’est à dire à la solde des oligarques) et on repartira pour un tour avec pour seule différence le logo figurant sur le pin’s des pantins qui suivront exactement les mêmes objectifs.

        On se moque des ukrainiens et de leurs oligarques mais en France c’est même pire car personne ne mentionne leur prise de pouvoir sournoise dans les médias principaux (détenus par lesdits oligarques) et que, contrairement à l’Ukraine, les oligarques français ont conclu des ententes de « non agression concurrence » pour se partager la carcasse sans risquer de s’entre-tuer.

        Et entre eux, les imposteurs « divins élus » sont comme des poissons dans l’eau afin de trouver des sources de revenus toujours plus juteuses.

        Comme disait Coluche, si les élections pouvaient changer quoi que ce soit elles auraient été interdites depuis longtemps.

        Allez voter chers petits agneaux, voter pour le bourreau qui vous égorgera dans l’abattoir.

        Sans vous estourbir car ça coûte un « pognon dingue ».

          +11

        Alerter
        • Pierrot // 05.06.2022 à 20h26

          Votre constat me paraît correct, mais pas votre conclusion.

          Ne pas aller voter, c’est assurer le maximum de liberté et de légitimité à ceux qui auront décidé de vous dépecer.

          Le meilleur moyen pour que le pire survienne, c’est de ne rien faire pour s’y opposer. C’est ce qui est a fini par arriver à force de persuader le plus grand nombre de la soi-disant inutilité de prendre part à la vie politique, d’entretenir les rapports de force et d’aller voter.

          Quand les citoyens ne se comportent plus qu’en troupeau de moutons, il ne faut pas s’étonner qu’une poignée d’opportunistes les tonde et les transforme en gigots.

          En ce qui me concerne, quand on me propose en quelque sorte de me faire égorger dans un abattoir, même dans le doute je ne m’abstiens pas. Par précaution, j’exprime mon refus par tous les moyens qui restent disponibles. Au minimum cela donne quelques chances de ne pas aboutir au pire (tout est bon pour ralentir la machine infernale), et sinon ça ne coûte rien..

          Pour compléter votre citation de Coluche, il faut dire que si les comiques étaient vraiment de bon conseil pour le public, alors les pouvoirs politiques les aurait déjà interdits depuis longtemps.

            +4

          Alerter
        • Cévéyanh // 09.06.2022 à 20h03

          A RGT,
          Les électeurs et électrices peuvent demander des comptes s’illes sont mieux/plus informées. En devenant plus nombreux pour le demander, il y aura plus de poids. De plus en plus, grâce à internet et aux réseaux sociaux aussi (même si avec les algorithmes, il peut avoir un risque de bulle de pensée que chaque personne doit essayer d’éviter https://bonpote.com/pourquoi-sortir-de-leffet-bulle-et-des-biais-de-confirmation/), des personnes commencent à mieux comprendre la réalité du monde à travers des discussions, des partages d’informations, des échanges… Ce sera un long chemin car toutes les personnes ne sont pas au même stade d’informations, « d’enfermement » dans les bulles de pensée, de prise en compte des médias hors grand public…

          Vous avez écrit : « Allez voter chers petits agneaux, voter pour le bourreau qui vous égorgera dans l’abattoir. Sans vous estourbir car ça coûte un « pognon dingue ». »
          Pensez-vous qu’écrire cela va faire que des lecteurs et lectrices vont faire plus attention à votre commentaire et réfléchir sur ce que vous avez écrit ? Ou bien cherchez-vous seulement l’approbation de personnes qui sont d’accord avec vous ? C’est un long chemin qui peut-être difficile à certaine personne de suivre car cela prend aussi du temps, de remettre aussi en question la vision qu’elles avaient du monde et chaque personne est différente. Certaines ne le prendront peut-être jamais. Peut-être que vous n’avez pas eu à remettre en question votre vision et avait suivi ce chemin dès le début. Ce qui fait que peut-être vous ne les comprenez pas.

            +0

          Alerter
    • Dominique Gagnot // 04.06.2022 à 10h57

      Lev,
      Un économiste professionnel ne peut pas tenir un tel discours.
      Car après avoir dit ça, il n’aurait plus rien à dire et devrait changer de métier.

        +1

      Alerter
    • Larousse // 05.06.2022 à 08h54

      Lev
      à 100 % vous avez raison, après on peut avoir une vision complotiste ou calculatrice…. Les mesures « anti-inflation » de Macron-Lemaire se font sur l’aggravation de l’endettement du pays… Veulent-ils l’effondrement de la France…Dit comme ça c’est complotiste, !!! mais Onfray et Todd eux ont bien vu que Macron a un objectif « diluer la nation dans l’UE »…donc affaiblir la France pour l’accrocher à la vraie puissance l’Allemagne, c’est acté … selon eux… D’ailleurs le réarmement allemand est en route… La dissuasion française elle sera soumise d’ici quelques années à l’Allemagne peut-être ou sûrement…

        +1

      Alerter
  • Myrkur34 // 04.06.2022 à 08h11

    Les gens ont compris que rien ne changera fondamentalement et au lieu de jouer à Don Quichotte et perdre son temps sa santé ou ses dents, ceux et celles qui le peuvent, change de métier ou de pays, par exemple les infirmières partent au Québec, une bonne paye et des conditions décentes de travail. Moitié moins d’étudiants requis par an se sont présentés au Capes de professeur cette année. Un professeur du 93 notait hier sur FI qu’on faisait du jobdating dans son département pour recruter des profs en 30 mn d’entretien alors que lui avait fait 5 ans d’études.
    Une autre intervenante passée du privé au public (collectivités locales) et en burn out (A-M) car trop de « directives contraires », disait que sa mission était annihilée par le courtermisme des politiciens seulement occupé à se faire réélire tous les 5 ans. Il n’y a qu’à lire les feuilles de choux municipales (pour les grandes villes), départementales et régionales, tout y est toujours parfait dans le meilleur des mondes et ils pensent toujours à tout.

      +6

    Alerter
  • Dominique Gagnot // 04.06.2022 à 10h53

     » Les plus riches sont maintenant confrontés aux désastres écologiques, conséquence de cette financiarisation qui a poussé à faire n’importe quoi pour « faire de l’argent ».
    La disparition d’un grand nombre des habitants de la planète leur permettrait de limiter l’empreinte écologique et de disposer de l’ensemble des ressources encore disponibles.

    Nous étrangler économiquement, détruire nos moyens d’existence, nous pousser au désespoir, et déclencher des conflits mortifères pourraient offrir une solution.

    Il ne s’agit pas là de procès d’intention, mais de constater une logique implacable.  »

    Extrait de Comprendre la tragédie capitaliste – Imaginer le système d’Après. https://bit.ly/4capitalisme

      +7

    Alerter
  • Dissonance // 04.06.2022 à 15h04

    Pas un seul mot sur la politique monétaire de la BCE comme cause supplémentaire de l’inflation? Il me semble pourtant que depuis longtemps déjà certains économistes annonçaient le risque inflationniste que constituaient les taux d’intérêts négatifs proposés par la BCE. Je me souviens qu’ici même, dès le début de la hausse des prix (et avant le début du conflit russo-ukrainien, qui n’est par conséquent qu’une cause secondaire du phénomène) on évoquait déjà le problème qu’allait rencontrer Lagarde à devoir piloter une zone monétaire parfaitement hétérogène tant sur les plans économiques que sociaux. Cette dernière a toutefois envoyé un « ballon d’essai » récemment, annonçant un passage des taux en positif d’ici à la fin de l’année… On attend de voir la réaction que cela suscitera dans les banques commerciales…

    Malheureusement comme trop souvent, Thomas Porcher ne va pas au bout de ses analyses par crainte de sembler trop « radical », ou pire « extrémiste ». C’est l’archétype de l’économiste socdem, vaguement de gauche mais pas au point d’en reprendre des concepts aussi fondamentaux que la lutte des classes ou la critique du capitalisme. C’est un point saillant dans toutes ses interventions, et ici encore on l’entend préciser « rien de révolutionnaire, hin », même sur une chaîne comme le média, qui lui passerait pourtant probablement ce genre « d’excès ». Malgré quantité de diagnostics plutôt pertinents, il demeure un filet d’eau tiède comme on en connait trop parmi les économistes médiatiques.

      +2

    Alerter
  • Incognitototo // 04.06.2022 à 23h48

    Je suis avec attention et j’apprécie ces nouvelles générations « combattantes », dont fait partie Thomas Porcher.

    Il y a cependant quelques problèmes dans leurs grilles d’analyses :
    – on dirait que leurs connaissances de l’histoire économique sont très réduites et pire que tous les problèmes ont commencé il y a 30 ans (comme s’il ne s’était rien passé avant qui expliqueraient bien mieux les problèmes et où ils nous ont conduits),
    – ils raisonnent toujours sur les effets sans jamais s’attaquer réellement aux causes,
    – ils ressortent perpétuellement des « solutions magiques » que nous avons déjà appliquées et qui ont déjà démontré qu’elles ne fonctionnaient pas,
    – et plus grave, ils semblent totalement méconnaître comment réfléchissent, agissent et réagissent les gestionnaires d’entreprises (dans un monde « ouvert »)…

    Juste un exemple, le blocage des prix.

    Devant la flambée de l’inflation à 2 chiffres à partir de 1974, dès 1976 le fossoyeur de l’économie française, Raymond Barre, s’est résolu à décréter un blocage des prix. Peut-on constater que cela ait changé quelque chose ? Pas du tout, l’inflation a perduré toujours autour de 10 % jusqu’en 1983, alors même que cette mesure avait été annulée en 1982…

    Ce qui semble échapper à Porcher, c’est qu’est-ce qui alimente la spéculation ? Alors même que les pénuries (à l’exception des produits technologiques) n’existent pas en réalité pour l’alimentaire, les énergies et les matières premières.
    S’il lisait Élucid 🙂 , il saurait que les banques européennes depuis 2014 (mouvement initié en 2007 à l’exception des italiennes) se sont défaites massivement de leurs investissements dans les obligations publiques : https://elucid.media/economie/zone-euro-les-banques-revendent-massivement-leurs-dettes-publiques/
    Mais où les banques qui ont vendu ont-elles reporté leurs investissements ? Bref qu’est-ce qu’elles ont acheté à la place ? En réalité, il est fort probable que les forts mouvements spéculatifs, récents et actuels, sur le $ et les marchés mondiaux soient tout simplement directement la conséquence de ces ventes.

    Et c’est par un « blocage des prix » que Porcher espère arrêter ça ? Il rêve totalement ; ce que les spéculateurs ne pourront plus vendre en France au prix qu’ils souhaitent, ils le vendront ailleurs. Mais il est vrai que nous n’aurons plus d’inflation puisque nous n’aurons plus rien à acheter, y compris pour nos entreprises (ce qu’on a déjà connu dans les années 70, ce qui a fortement encouragé, entre autres erreurs politiques, les délocalisations)…

    La financiarisation de l’économie a totalement bouleversé la loi économique de base du « tout ce qui est rare est cher », qui est devenu « tout ce qui s’échange rapidement est cher et augmente constamment ». Il y a beaucoup de choses que nous pourrions faire pour empêcher cela, mais il ne faut pas les attendre de gouvernements totalement vendus au néo-libéralisme et aux banques.

    Rappel de notre loi : « nul ne peut s’enrichir sans cause ». Si vraiment un programme politique voulait appliquer à la lettre, dans toute sa rigueur et avec tout ce qu’elle implique cette loi de base, tout pourrait changer… on peut toujours rêver…

      +4

    Alerter
  • Myrkur34 // 08.06.2022 à 09h50

    Baril de lessive, vous avez dit baril de lessive ? Le grand n’importe quoi va continuer, victoire de Mélenchon ou pas.

    https://descartes-blog.fr/2022/06/06/le-triomphe-de-lego-politique-2/

    Nous avons des cinglés/amateurs et ivres de pouvoir actuel ou futur des deux cotés. Alors d’un coté poursuite du néo-libéralisme avec quelques ajustements pour faire passer la pilule. De l’autre, le grand bond en avant chinois, albanais ou vénézuélien, voire nicaraguayen avec le célèbre Daniel Ortega. Je sais tout est la faute des américains, mais cela commence à faire un peu juste coté raisonnement. Plus concrètement, la captation du pouvoir et les bonnes places qui vont avec, à n’importe quel prix idéologique ou sémantique. Que vous soyez de n’importe bord. Vu sous cette optique, on comprend mieux les choses, non ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications