Les Crises Les Crises
7.février.20227.2.2022 // Les Crises

Interdit d’interdire : Les cryptomonnaies sont-elles l’avenir ?

Merci 59
J'envoie

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire

Frédéric Taddeï reçoit :

– Nicolas Dufrêne, directeur de l’institut Rousseau, économiste et haut fonctionnaire

– Sebastien Gouspillou, mineur de bitcoin, co-fondateur de Bigblock Datacenter

– Alexandre Stachtchenko, co-fondateur de Blockchain France

– Myret Zaki, journaliste économique

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire, 12-01-2022

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Incognitototo // 07.02.2022 à 15h39

C’est « chaud » comme les intervenants s’empaillent constamment sur tout ; sans jamais se dire ce qu’ils « défendent » réellement ; avec constamment des procès en incompétence, sans même arriver à se mettre d’accord sur des faits. Étonnant, vraiment…

Personnellement, je n’ai toujours pas compris comment les cryptomonnaies fonctionnent ; à part que leur valeur ne tient qu’à un algorithme (opaque) la définissant en fonction de l’offre et la demande (sans aucune garantie de qui que ce soit), et c’est tout. Soit au final, un dispositif qui ressemble diablement à un système de Ponzi, tandis que par ailleurs je n’ai jamais compris à quoi cela servait d’avoir une monnaie supplémentaire qui a besoin pour se définir de faire référence aux valeurs des monnaies d’États…

Étonnant également que personne n’a même posé pendant ce débat la légitimité et les finalités politiques de ces soi-disant monnaies. J’ai toujours refusé de faire du conseil en placements et n’ai jamais acheté moi-même le moindre actif spéculatif. J’abhorre par ailleurs tous les spéculateurs, quelle que soit leur nature, qui vivent de façon totalement artificielle sur le dos des autres et ne produisent absolument rien. Alors dans la mesure où ces cryptomonnaies sont à visées essentiellement spéculatives, ça n’est pourtant pas bien compliqué de dire : c’est niet, et puis c’est tout.

15 réactions et commentaires

  • RGT // 07.02.2022 à 10h02

    Je donne mon avis PERSONNEL sur les monnaies.
    Quand une monnaie n’est plus soutenue par un actif tangible et garanti que l’on peut récupérer chez soi afin de pouvoir en profiter sans entrave ce n’est plus une monnaie mais un piège.

    Certes, l’étalon or avait de très nombreux défauts comme référence monétaire mais la possession de ce métal (ou de tout autre bien rare et précieux que d’autres personnes étaient prêtes à échanger – une transaction n’est au fond que du troc passant par un intermédiaire reconnu ou imposé par les états) permettait aux possesseurs de ce bien de pouvoir l’échanger contre n’importe quoi avec un risque de dévalorisation minime.

    Désormais, avec des actifs basés sur des symboles abstraits (pièces dont la valeur physique n’a aucun rapport avec la valeur symbolique, billets qui ne valent réellement que le prix du papier sur lequel ils sont imprimés, chèques et cartes bancaires qui peuvent être refusés sans raison par la banque qui détient les actifs, et cryptomonnaies qui peuvent ne plus rien valoir le jour où l’organisme émetteur cesse son activité – sans parler de la finance qui peut exploser à chaque instant et laisser les porteurs de titres « à poil » comme ça s’est vu à de si nombreuses reprises.

    Le seul moyen d’avoir des actifs pérennes consiste à détenir des biens physiques permanents dont la valeur fluctue peu en fonction des conditions économiques et politiques.

    Et surtout il faut que des biens physiques puissent passer sous les écrans radar des autres acteurs de la société, en particulier les états qui ne manqueront pas de taxer dans la joie la plus totale ces actifs affin de pouvoir survivre sur le dos des « indigents ».

    N’oubliez surtout pas que si vous possédez un logement ou n’importe quel bien facilement identifiable il sera possible pour quiconque (surtout les états) de venir vous racketter voir même de le saisir sans que vous n’ayez la moindre possibilité de recours (hormis une armée privée qui pourrait elle aussi venir vous piller).

    C’est bien ce qui fait la particularité de certains métaux rares et des pierres précieuses : Une grande valeur PHYSIQUE, une taille qui permet de les cacher facilement et la possibilité de les conserver à l’abri des fluctuations monétaires.

    C’est bien pour ça que les états, les banques et les organismes financiers haïssent profondément ces « planques » : Il leur est strictement impossible de mettre la main dessus et de dépouiller « en toute légalité » (pas légitimité) les possesseurs de ces biens.

    Une monnaie, un compte bancaire ou un actif financier ne valent que ce que vous lui attribuez. Mais dans le fait il ne s’agit que du papier ou des transactions électroniques qui peuvent s’évaporer en un instant.

    Un simple tas de charbon (caca) aura infiniment plus de valeur que tous les titres financiers en cas de crise pour la simple raison que d’autres personnes seront prêtes à échanger ce charbon contre d’autres biens pour ne pas mourir de froid.

    Après, faites ce que vous voulez ce n’est pas mon problème.

      +16

    Alerter
  • Saïd Herta // 07.02.2022 à 14h11

    Au delà de tous les problèmes inhérents aux crypto (et la liste est sans fin) , il y a une chose qu’elles ne garantiront jamais : la possibilité même des échanges en cas de problème grave… exemple , il y a un seisme , plus de jus , plus de web : comment qu’on paye ?
    Si pour une raison X ou Y y a pas d’accès local à Internet où à de l’électricité : pas de transaction avec tout ce que ça implique. On est déjà sur-dépendants du fonctionnement des réseaux pour notre survie , c’est pas la peine d’en rajouter une couche.

      +11

    Alerter
    • Orhan // 07.02.2022 à 16h22

      Oui mais c’est déjà le cas avec les paiements par CB ou les retraits d’espèces en distributeurs. De moins en moins de paiements se font en espèces, les chèques se raréfient, les banques ferment leurs agences, nous sommes fortement incités à payer en dématérialisé (sans contact, téléphone portable, cartes restaurant et cadeaux dématérialisées, Paypal, cagnottes en ligne, etc). Personnellement si je paye en espèces 2 fois par semaine c’est le bout du monde et un chèque une fois par an (généralement pour une caution). Pourtant je n’ai jamais fait de démarches spécifiquement en ce sens, c’est juste « plus simple ». Et quand je vois des commerçants qui indiquent « CB à partir de 10€ », ben généralement je dois forcer ou partir car je n’ai pas de liquidités.

        +1

      Alerter
      • Grd-mère Michelle // 12.02.2022 à 15h15

        « …car je n’ai pas de liquidités. »
        Ah!? Pourquoi? Parce que c’est « plus simple », dites-vous…
        Pourquoi participez-vous à cette opération qui veut rendre la population « simple d’esprit », ou robotisée, en lui faisant croire qu’elle est « moderne » et contribue au « progrès »?
        Les « valeurs » dématérialisées ont surtout pour but de contrôler pour la supprimer l’économie parallèle, « sauvage » ou solidaire, au moins autant « d’usage » que celle institutionnalisée par les plus gros possédants.
        À noter qu’en prison, les cartes de téléphone et les cigarettes remplacent les « espèces » interdites.

          +0

        Alerter
    • Grd-mère Michelle // 12.02.2022 à 14h47

      Merci de rappeler ici l’extrême fragilité des systèmes informatiques(vous avez oublié les « pirates »!).
      La folie du « virtuel », qui se répand dans toutes les têtes, même les plus « pensantes », a surtout tendance à nous faire oublier le réel: l’immonde inégalité entre les riches et les pauvres(individus ou pays/régions), la monstrueuse domination/exploitation de quelques-un-es sur tou-te-s les autres.

        +0

      Alerter
  • Incognitototo // 07.02.2022 à 15h39

    C’est « chaud » comme les intervenants s’empaillent constamment sur tout ; sans jamais se dire ce qu’ils « défendent » réellement ; avec constamment des procès en incompétence, sans même arriver à se mettre d’accord sur des faits. Étonnant, vraiment…

    Personnellement, je n’ai toujours pas compris comment les cryptomonnaies fonctionnent ; à part que leur valeur ne tient qu’à un algorithme (opaque) la définissant en fonction de l’offre et la demande (sans aucune garantie de qui que ce soit), et c’est tout. Soit au final, un dispositif qui ressemble diablement à un système de Ponzi, tandis que par ailleurs je n’ai jamais compris à quoi cela servait d’avoir une monnaie supplémentaire qui a besoin pour se définir de faire référence aux valeurs des monnaies d’États…

    Étonnant également que personne n’a même posé pendant ce débat la légitimité et les finalités politiques de ces soi-disant monnaies. J’ai toujours refusé de faire du conseil en placements et n’ai jamais acheté moi-même le moindre actif spéculatif. J’abhorre par ailleurs tous les spéculateurs, quelle que soit leur nature, qui vivent de façon totalement artificielle sur le dos des autres et ne produisent absolument rien. Alors dans la mesure où ces cryptomonnaies sont à visées essentiellement spéculatives, ça n’est pourtant pas bien compliqué de dire : c’est niet, et puis c’est tout.

      +19

    Alerter
    • JeromeDeCarglass // 08.02.2022 à 15h00

      Le BTC prend de la valeur car sa masse monétaire est fixe. Personne ne peut faire tourner la planche à Bitcoin et c’est pour cela que son prix à explosé, d’où la fameuse stratégie HODL. La spéculation sur le BTC est flagrante et participe à sa volatilité mais ce n’est pas ça qui influence profondémment sa valeur. C’est l’instabilité du monde réel qui provoque le refuge vers cette crypto.
      A cause de l’argent dette, de « l’érosion monétaire » (comme les voleurs aiment l’appeller), 1euro d’aujourd’hui vaut 1 francs en 1958. Le BTC et toutes les cryptos à masse monétaire fixe ne peuvent subir cette dévaluation.

        +0

      Alerter
      • Incognitototo // 08.02.2022 à 21h08

        Je ne sais pas de quoi vous voulez me convaincre et je ne veux pas le savoir…

        1 – Même s’il est soi-disant limité, le total des BTC n’est pas fixe ; les mineurs sont rétribués par de nouveaux BTC créés ; donc je ne vois pas comment c’est possible de créer de nouveaux BTC sans augmenter leur nombre.
        2 – Personne ne sait où et dans quelle(s) poche(s) a fini l’argent qui a permis d’acquérir la première émission de BTC.
        3 – Personne ne sait comment fonctionne l’algorithme qui valorise la valeur du BTC en fonction de l’offre et la demande.
        4 – Compte tenu des inconnues 2 et 3, il est facile de comprendre que celui ou ceux qui maîtrisent l’algorithme de valorisation (mais aussi l’émission de BTC) sont en situation de gagner toujours plus d’argent sans jamais en perdre, puisqu’il suffit de vendre au plus haut et d’acheter au plus bas. Avec aussi, compte tenu de cette opacité, une possibilité certaine de trafiquer les cours ou d’émettre des BTC ex nihilo (sans qu’ils n’apparaissent dans les comptes).
        5 – L’intérêt d’utiliser une monnaie, qui n’offre aucune garantie de pérennité, sans aucun actif sous-jacent et aucune garantie tout court, m’échappe totalement. Personne n’est responsable de rien et c’est bien « commode » pour éviter le goudron et les plumes (et non accessoirement la taule) auxquels tous ceux qui ont perdu de l’argent voudront soumettre ceux qui en sont responsables. Du pur génie criminel : pas vu, pas pris.

        Bref, l’opacité généralisée de tous ces systèmes de cryptomonnaie va à l’encontre de la transparence financière qui est un vrai combat pour mettre fin à un grand nombre de plaies et catastrophes du capitalisme prédateur : banditisme, évasion fiscale, corruption, collusions, pillages financiers, blanchiment d’argent, et cetera, et cetera…
        Aussi, toutes ces cryptomonnaies (qui n’ont même pas l’excuse d’œuvrer pour le développement économique comme les monnaies locales) m’apparaissent de plus en plus comme une immense arnaque qui, une fois le pot aux roses découvert, fera passer Madoff, Enron et tous les escrocs financiers des siècles passés pour des « petits joueurs ».

        Donc niet, c’est niet.

          +4

        Alerter
      • Pasenax // 09.02.2022 à 18h18

        Je ne partage pas cet optimisme :
        Dans ma compréhension du système, pour que le BTC fonctionne, il faut des mineurs. Pour qu’il y ait des mineurs, il faut une rémunération des mineurs. Tant que le BTC monte, il y a des acheteurs et des transactions, et les mineurs se rémunèrent sur la création de BTC, qui progressivement tend vers zéro en raison de l’algorithme. Lorsque la rémunération sera trop faible par cette voie, les mineurs se rémunèreront par frais sur transactions, et là on va rire : plutôt que payer des frais sur transactions en BTC, il vaut mieux basculer sur une autre crypto monnaie. Donc pas de transactions, donc pas de mineurs donc disparition du BTC dans les nimbes du net….
        Mais j’ai peut-être mal compris !

          +3

        Alerter
  • grumly // 08.02.2022 à 01h54

    Si les intervenants paient réellement leur café ou leur matériel en bitcoin, il faut respecter leur courage de payer potentiellement 100 fois le prix vu la volatilité de la monnaie. Au lieu de payer 1 maintenant ils auraient pu avoir 100 dans quelques années, mais c’est peut-être le signe qu’ils savent que ça ne vaut rien. Un tiens vaut mieux que 2 tu l’auras, même avec les cryptomonnaies.

    Sinon ce qui me met en rogne c’est l’augmentation du prix du matériel informatique depuis 1 an, et surtout les cartes graphiques qui deviennent inabordables à cause des cryptomonnaies. Au rythme où ça va, le cours du bitcoin ne va pas tarder à être indexé sur le prix des matières premières qui servent à faire les cartes graphiques. Au final ça sera comme si c’était indexé sur l’or.

    Sinon plus généralement j’ai du mal à voir comment la société va pouvoir continuer sur le même rythme tant que le bitcoin existe. Le prix de l’informatique grimpe, les gains de productivité récemment sont dûs à l’augmentation de puissance du matériel donc le bitcoin va empêcher d’une part la croissance mais aussi l’innovation en bloquant l’accès du public et des entreprises à des ordinateurs plus puissants. Tout ça avant qu’il y ait une pénurie de matériaux.

      +3

    Alerter
    • JeromeDeCarglass // 08.02.2022 à 15h08

      Le BTC n’est plus miné avec des GPU depuis longtemps mais avec des ASICS par des entreprises spécialisées. Les petits mineurs à cartes graphiques ne minent pas du BTC, ils utilisent des logiciels pour optimiser leurs rendements de crypto sur une pool de minage en fonction de leur matériel. Ceux qui minent en France doivent investir dans une éolienne ou des panneaux solaires sinon c’est difficilement rentable vu le prix de l’électricité.
      Il y a 5 ans, une carte graphique à 2000 Euros était rentabilisée en 2 ans de minage. Aujourd’hui…. je ne saurais pas vous dire.

        +2

      Alerter
  • Okkoh // 08.02.2022 à 13h44
  • JeromeDeCarglass // 08.02.2022 à 14h51

    Le Bitcoin est par nature totalement traçable. Comme il nécessite des Asics pour être miné, son minage est assez centralisé aujourd’hui. Il est donc extrêment facile de la faire interdire soit légalement soit en attaquant les mineurs. Les seuls cryptomonnaies qu’ils ne peuvent interdire sont les cryptomonnaies cryptées et décentralisées. La meilleure dans ce domaine est MONERO (XMR). Elles est asic resistante et doit être minée avec des CGU. La somme et l’identité des 2 parties sont entièrement cryptées. Bref c’est la vrai crypto dont tout le monde à besoin si l’objectif est de mettre au tapis le système bancaire.

      +0

    Alerter
  • Pasenax // 09.02.2022 à 18h27

    Le Bitcoin EST une pyramide de Ponzi. Pour le démontrer, il suffit de poser la question suivante : qui a payé in fine les dépenses monstrueuses d’électricité nécessaires au minage passé ? Eh bien, la réponse et simple : ce sont les nouveaux entrants qui ont versé des dollars, des yens, des euros ou des yuans pour acheter les BTC « trouvés » par les mineurs, ce qui a permis aux mineurs de payer l’éléctricité… On pense détenir un actif réels, mais en réalité, on a acheté une facture…

      +2

    Alerter
  • Anfer // 10.02.2022 à 14h13

    C’est absurde.

    Une monnaie est une dette, une convention sociale.

    Les cryptomonnaies sont juste un placement spéculatif de plus.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications