Les Crises Les Crises
21.mars.202021.3.2020 // Les Crises

« Je n’ai ni masque ni gel, rien ! » : l’appel au secours de soignants désemparés

Merci 314
J'envoie

Source : Le Nouvel Obs, AFP, 18-03-2020

Chez les généralistes, les infirmières libérales, dans les maisons de santé comme à l’hôpital, les soignants dénoncent le manque d’équipements de protection.

Anne est généraliste dans la banlieue de Grenoble : son cabinet n’a jamais reçu de masques FFP2, seule protection avérée contre le coronavirus, et utilise un vieux stock périmé depuis 2006.

Chaque jour, Kaouther ben Amor, infirmière libérale à Marseille, visite une trentaine de patients à domicile avec sa collègue. Un rendez-vous vital pour des malades parfois en fin de vie. « On a zéro équipement. J’ai dû quémander des masques à la pharmacie avec ma carte professionnelle. J’en ai obtenu dix, qu’on a partagés. Et encore, ce sont des masques chirurgicaux, pas des FFP2. Jamais je n’avais connu une situation pareille. »
Partout à travers la France, l’AFP a recueilli des témoignages de médecins et d’infirmières, de ville et en milieu hospitalier, stressés par l’absence de protection pour eux-mêmes et leurs patients, alors que le virus se propage à un rythme accéléré.

« C’est très stressant de travailler comme ça »

« Je n’ai ni masque ni gel, rien. Et surtout aucune information. J’ai appris par les médias qu’il ne fallait pas prescrire d’ibuprofène, c’est vous dire ! », s’insurge Jean-Paul Termine, médecin généraliste à Vitrolles (Bouches-du-Rhône). Beaucoup de ses confrères ont pris des congés, rapporte-t-il. Il s’est débrouillé seul pour aménager son cabinet, « avec une salle d’attente séparée pour les patients présentant les symptômes d’un syndrome grippal ».

« Mais pour moi, ils sont inconscients de consulter dans ces conditions », juge le Dr Termine qui, avec ses confrères, « se sent totalement lâché par [les] autorités de tutelle ».

« En plus du boulot, on est constamment en train de faire le tour des pharmacies pour essayer de trouver des masques, des solutions hydroalcooliques, des gants », reprend Kaouther à Marseille. « C’est très stressant de travailler comme ça. On crie au secours car on manque de moyens. »

« J’ai dû menacer de fermer des maisons médicales de garde pour obtenir des masques pour les généralistes », s’émeut le Dr Pierre-Jean Ternamian, radiologue à Lyon et président de l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) médecins en Auvergne-Rhône-Alpes.

A Pau, une dizaine de médecins ont adressé un courrier aux responsables régionaux de la santé pour signaler qu’ils avaient reçu en tout et pour tout « une boîte de 50 masques chirurgicaux par médecin »« même pas » les fameux FFP2.

« On a le sentiment d’aller au front »

Dans les centres hospitaliers, les soignants ne se sentent pas toujours mieux protégés : une infirmière de l’hôpital Edouard-Herriot à Lyon, qui a requis l’anonymat, regrette « un manque de dépistage » chez les personnels de santé, pourtant les plus exposés. « Je travaille pour l’hôpital public donc j’irai toujours », mais « on a le sentiment d’aller au front, d’être un peu l’infanterie – et l’infanterie, on s’en fiche toujours un peu… »

Amarylis, 39 ans, infirmière urgentiste au Centre hospitalier de Valence (Drôme), s’inquiète pour sa famille : une de ses patientes de 90 ans vient d’être testée positive. Dans son service, « un collègue a déjà été détecté, d’autres peuvent être porteurs sains. C’est très stressant ». Comment protéger ses enfants ? Elle aimerait des masques pour eux, à la maison.

« On baigne dedans en permanence, douze heures d’affilée, c’est difficile de passer à autre chose, ça génère forcément de l’angoisse », insiste encore Eva, infirmière aux urgences du Puy-en-Velay, mère de deux fillettes : « Pourtant on a l’habitude de gérer des virus mais là, c’est sans précédent […] Mon mari, mes proches sont inquiets. On essaye de limiter les contacts. »

L’ordre des infirmiers a réclamé lundi dans un communiqué « sept mesures d’urgence » dont, la première, des « équipements de protection (masques, lunettes, gants, blouses…) impérativement et urgemment mis à disposition de tous les professionnels de santé ».

Les soignants semblent avoir été entendus : lundi soir, lors de son allocution télévisée, Emmanuel Macron a annoncé la distribution de masques dès mardi aux soignants des 25 départements les plus touchés et à l’ensemble des personnels de santé mercredi.

Selon Martin Hirsch, directeur général des Hôpitaux de Paris (APHP), « une centaine de soignants ont contracté le virus, non pas dans les hôpitaux mais dans leur vie sociale ».

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Kolia // 21.03.2020 à 07h26

Comme une impression de déjà vu.
En août 1914, au nom d’une doctrine obsolète, notre haut-commandement a envoyé au massacre nos soldats, dotés de leurs magnifiques pantalons garance, cibles parfaites pour les mitrailleuses allemandes.
Aujourd’hui, on expose gravement le corps médical, la police et les militaires, suite à des années d’austérité, au nom des traités de convergence budgétaires de l’UE.

26 réactions et commentaires

  • Kolia // 21.03.2020 à 07h26

    Comme une impression de déjà vu.
    En août 1914, au nom d’une doctrine obsolète, notre haut-commandement a envoyé au massacre nos soldats, dotés de leurs magnifiques pantalons garance, cibles parfaites pour les mitrailleuses allemandes.
    Aujourd’hui, on expose gravement le corps médical, la police et les militaires, suite à des années d’austérité, au nom des traités de convergence budgétaires de l’UE.

      +27

    Alerter
    • pseudo // 21.03.2020 à 10h13

      votre anecdote est fameuse, en tout points!

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Garance_(teinture)#Pantalon_garance

        +4

      Alerter
    • Jaceneliot // 21.03.2020 à 11h13

      Ca relève nécessairement du pénal autant d’incompétence non ? On est clairement dans la mise en danger d’autrui ? Dans l’homicide par négligence ?

        +11

      Alerter
      • El diablo // 21.03.2020 à 11h38

        Jaceneliot, oui normalement cela relève du pénal mais le judiciaire est dans les mains du politique…

          +7

        Alerter
        • Moussars // 21.03.2020 à 12h13

          Donc, après la crise, il faudra un tribunal révolutionnaire institué par le Peuple !

            +11

          Alerter
    • Danielle VQ // 21.03.2020 à 12h01

      Et on dépêche de revoir le code du travail

        +1

      Alerter
  • benoi31 // 21.03.2020 à 07h32

    Alors autant pour le secteur public je comprends que c’est un vrai problème, autant quand on est en libéral, on a fait le choix d’être indépendant, à la manière d’une entreprise. Et, de la même façon qu’une entreprise privée, c’est à chacun de prendre ses dispositions et d’acheter des masques. L’état ne fournit pas de masques à Bouygues, la Poste ou Air France, donc pas de raison d’en fournir aux médecins libéraux.

    Les masques on en trouve sur internet, il y en avait pleins de disponibles en janvier février. C’était à eux de prendre leur dispositions. Sinon autant considérer qu’ils sont fonctionnaires et dans ce cas mettre fin au système de médecine libérale en les salariant. La sécu ne s’en portera que mieux et les dépassements d’honoraires aussi.

      +10

    Alerter
    • Alfred // 21.03.2020 à 08h40

      A eux de prendre leurs dispositions : En raison de mon fils malade j’ai acheté des masques des fin janvier sur internet (confinement chinois). Je ne suis pas allé en pharmacie pour ne pas démunir ceux qui pourraient en avoir immédiatement besoin. C’était par précaution et non un besoin immédiat. L’entreprise auprès de laquelle j’ai commandé les masques a accepté la commande que j’ai règlée. Au bout d’une semaine (livraison prévue) on m’a contacté pour me dire que les délais étaient rallonges en raison d’une forte demande. Au bout de trois semaine on m’a annoncé que je n’aurai jamais les masques car l’état réquisitionnait tout.
      Il est normal que l’état soit servi avant moi. L’etat le vrai pas l’état baltringue qui utilise des masques pour les élections, qui les interdit aux flics.
      Vous remarquerez qu’il est encore possible pour qui paye assez cher d’en trouver par palette:
      https://yetiblog.org/archives/22963
      Réquisition ? Où ça? Il ne s’agit pas de prendre ses dispositions (ce que chacun peut faire) mais d’avoir les passes droit ou pas.
      Les zélites, les geux. Ou plutôt les voyous et les autres car la banque se trouve dans la même situation que les dealers équipés de pied en cap (photo aussi trouvable facilement).

        +17

      Alerter
      • calal // 21.03.2020 à 09h04

        https://yetiblog.org/archives/22963

        Votre lien est terrible de symboles…Ploutocratie…

          +4

        Alerter
        • Kilsan Aïtous // 21.03.2020 à 20h58

          …Ploutocratie… ? MAFIOCRATIE

          l’idée a été suffisamment étoffée

            +1

          Alerter
      • benoi31 // 21.03.2020 à 09h10

        Scandaleux ce lien…. Effectivement la réquisition de l’état va dans ce sens et c’est une bonne chose. Les libéraux peuvent commander leurs masques

          +0

        Alerter
    • Emile // 21.03.2020 à 08h51

      La yakafokon c’est bien gentil mais les médecins libéraux ne sont pas sensé faire la médecine d’urgence. En temps normal ils aiguillent les cas les plus graves vers les services spécialisés. Le problème est que tout le monde est débordé alors ils prennent leur part de la charge sans broncher.

      J’ajouterais qu’ils ne demandent pas qu’on leur en donne gratuitement, ils sont prêts à les acheter pour pouvoir travailler dans des conditions raisonnables. C’est juste qu’ils n’en trouvent nulpart. Il semblerait que la main invisible du marché ne soit pas si efficace que ça pour gérer ce genre de cas (cygne noir, toussa, toussa).

        +11

      Alerter
    • Arynael // 21.03.2020 à 09h21

      Un problème de santé publique global nécessite une réponse globale.
      Des masques pour les médecins, caissières, etc… seraient bienvenus pour la santé de toute la société.
      Ce qui importe, c’est la fonction, et le risque, pas le statut.

        +11

      Alerter
    • Oots // 21.03.2020 à 12h56

      Vous tombez vraiment dans le piège grossier à monter systématiquement les catégories les unes contre les autres.

      Les libéraux sont réquisitionnables, car susceptibles de couvrir une mission de santé publique (et dans santé publique, il y a publique).

      Sinon, partant de votre postulat, les libéraux n’ont qu’à faire valoir leur droit de retrait, et donc la médecine libérale devra être assurée par la médecine publique (en pleine épidémie, ça nous fait une belle jambe).

      Renseignez vous avant de dire des absurdités.

        +5

      Alerter
  • Bientôt 78 ans // 21.03.2020 à 07h39

    Et dire que ne cessent d’abonder en France les insupportables propos sinophobes alors que la Chine, elle, héroïque, victorieuse, et venue en aide à cette UE si supérieure mais jusqu’à maintenant égoïstement divisée et paralysée, se remet déjà au travail!

    Dérisoire arrogance des inférieurs… et des vaincus.

      +10

    Alerter
    • Bats0 // 21.03.2020 à 10h10

      La discipline des chinois, effectivement devrait démontrer, à la fin de cette crise sanitaire, qu’ils sont non seulement performant pour traiter des problème biologiques sur leur territoire en un temps record (heureusement, car s’ils avaient réagit à la française, je n’ose pas imaginer le désastre avec une population de plus de 1,417 milliard), mais les plus performant encore devraient être les Sud coréens, avec leur efficacité à dépister leur population, afin de localiser, et traiter rapidement seuls les cas confirmés.
      A ce jour, ce n’est malheureusement qu’un avertissement de la nature, car avec la prévision du changement climatique, les risques futurs, devraient être sinon comparables au bouleversement sociétales, voir beaucoup, mais vraiment beaucoup plus importants.
      Je vous engage à lire la dernière vidéo de JM JANCOVICI qui aborde dans cette dernière les changements futurs en prévision :
      https://www.youtube.com/watch?v=CXA2BA9in30

        +4

      Alerter
      • Bientôt 78 ans // 21.03.2020 à 14h26

        Merci pour ce lien qui complétera ma précieuse collection, Bats0. Je m’avoue volontiers un « addict » du maître Jancovici, dont les anticipations sont en train de se réaliser on ne peut plus fidèlement, pas toutes « dans la joyeuseté ». «Dit autrement… » il suffit d’ouvrir les yeux et d’éviter toute proximité avec les négationnistes fanatiques.

        Cdmt

          +2

        Alerter
  • douarn // 21.03.2020 à 08h12

    Je ne sais pas si cette info peut servir à quelqu’un mais par chez moi, des infirmières se sont fourni en solution hydroalcoolique auprès de vétérinaire qui avait des stocks d’éthanol.

      +6

    Alerter
  • calal // 21.03.2020 à 08h51

    au pire mettre un masque visiere plexiglas au dessus du masque tissu afin d’impermeabiliser les filtres. On en voit dans les reportages sur les services de reanimation ou ils intubent les malades.Ca se trouve dans les magasins de bricolage.

      +3

    Alerter
  • gotoul // 21.03.2020 à 08h53

    Une mise au point par un scientifique suisse, anthropologue de la santé et expert en santé publique, très élogieuse pour le Professeur Didier Raoult :
    http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/18/covid-19-fin-de-partie-305096.html

      +8

    Alerter
  • LBSSO // 21.03.2020 à 09h06

    Du gel ? Il y en avait plusieurs litres dans les 69 000 bureaux de vote dimanche dernier…

      +9

    Alerter
  • Myrkur34 // 21.03.2020 à 10h01

    Interview hier soir par Delahousse sur France 2 de Nunez, avec la question(tardive) sur la pénurie des masques et l’appel urgent des médecins….

    Nunez répond qu’il n’y a aucune pénurie que tout est ou sera livré…..La Pravda en direct….
    Delahousse lui dit bonsoir (façon pisse-froid devant une telle langue de bois) et Nunez est coupé à l’image quand il lui retourne la politesse, on entend juste bon…et coupure genre tu fais pitié tellement tu te moques du monde……(Mais ce n ‘est que mon interprétation même si Nunez semblait sur les charbons ardents vers la fin de l’interview)
    Alors les sondages positifs du Figaro sur Macron….lol de lol….

      +9

    Alerter
    • catherine // 21.03.2020 à 11h07

      Détrompez-vous, Macron dans un premier temps recueillera les bénéfices.

      Le peuple adule celui qui se présente comme son sauveur, son protecteur, grand général de la guerre qu’il compte bien gagner (et la guerre s’arrêtera de toute façon avec ou sans lui).

        +7

      Alerter
  • bm607 // 21.03.2020 à 12h22

    On a trouvé le moyen d’avoir moins de morts : on ne les compte pas !
    « L’épidémie de coronavirus semble frapper de plein fouet l’EHPAD de Thise, dans le Doubs, avec ce chiffre effroyable : douze résidents sont morts depuis le début de l’épidémie, dont huit résidents décédés en quelques jours, depuis le dimanche 15 mars. Le porte-parole de l’établissement confirme à France Bleu Besançon que toutes ces personnes âgées présentaient les symptômes du Covid – 19

    Pour autant, aucun test n’a été effectué dans cette maison de retraite, puisque ces dépistages ne sont pas systématiques. Donc on ne sait pas si ces décès sont comptés dans le bilan de l’Agence régionale de santé.  »
    https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/coronavirus-la-situation-est-grave-a-l-ehpad-de-thise-pres-de-besancon-1584725875

    Pas anormal vu la pénurie (pénurie de tout quoi : masques, gels, tests, médecins, infirmières, lits, …) mais ça fausse les statistiques. Et ça va dans le sens de rendre les chiffres plus présentables donc pas de raisons pour le gouvernement de faire faire des tests dans les EHPAD (déjà que les tests comme les masques comme les fermetures de frontières ça ne sert à rien, alors…)

      +4

    Alerter
  • Thomas // 21.03.2020 à 16h55

    Nouvelles de ma femme, pharmacien hospitalier dans un hôpital de Paris (ESPIC)
    Ils manquent de tout à l’hôpital.
    Ils n’ont plus de curare, utilisé comme anesthésiant, et plus important en ce moment pour entuber, plus de blouse ni de sur blouse, du coup ils mettent des sacs poubelle, pas de masque évidemment, plus de filtre pour les respirateurs, changement tous les 7 jours au lieu de tous les jours, ce qui fait le niveau de contamination est très élevé.
    Le ministère vient seulement de leur envoyer une liste, pleines d’erreurs, des médicaments à stocker, ce vendredi soir seulement. L’armée non plus, n’a aucun stock.
    Nous sommes un pays du tiers-monde (sans vouloir insulter le tiers-monde)…

      +9

    Alerter
  • Brigitte // 21.03.2020 à 20h59

    Et pendant ce temps, la propagande télévisuelle bat son plein. Du coup, la côte du président dépasse la barre des 50% titre le Figaro….
    Quelle indécence. Je ne croyais pas ce journal aussi vil.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications