Les Crises Les Crises
20.mars.202020.3.2020 // Les Crises

[Scandale SRAS-2] Buzyn avait prévenu Macron de l’ampleur de l’épidémie : « Je savais que le tsunami était devant nous. »

Merci 1126
J'envoie

OB : Voici les incroyables et salutaires aveux de Buzyn à propos du scandale du Coronavirus SRAS-2 (c’est le nom du virus, nous en reparlerons), que nous mettons à votre disposition en intégralité.

Mobilisons-nous ! Restez chez vous ! Mais : #Scandale SRAS2 #OnNOublieraPas

Source : Ariane Chemin, pour Le Monde, le 17/03/2020.

Julien Muguet pour Le Monde, Paris, France le 15 mars 2020 – Agnes Buzyn vote dans le bureau de vote du 5eme arrondissement.

Catastrophée par la crise sanitaire, l’ex-ministre de la santé revient pour « Le Monde » sur sa campagne à Paris et son départ du gouvernement.

« Je me demande ce que je vais faire de ma vie. » Agnès Buzyn est enfin rentrée chez elle, lundi 16 mars, en milieu d’après-midi. Elle vient de « fermer la porte du QG » de sa campagne parisienne et a posé son sac, seule, « effondrée », dit-elle. Elle pleure, et ses larmes n’ont rien à voir avec celles « d’émotion » et de « déchirement » essuyées entre deux sourires lors de la passation de pouvoir au ministère de la santé, il y a un mois. Ce sont des larmes lourdes, de fatigue, d’épuisement, mais aussi de remords. Elle se livre sans fard et l’aveu est terrible. « Quand j’ai quitté le ministère, assure-t-elle, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. Je suis partie en sachant que les élections n’auraient pas lieu. » A mots à peine cachés, l’ex-ministre de la santé reconnaît ce qui la déchire : fallait-il abandonner son poste en pleine tempête, alors qu’elle devinait le drame à venir ?

Agnès Buzyn n’est arrivée qu’en troisième position à Paris et sans attendre les directives de La République en marche (LRM) ou l’annonce du report du second tour, a annoncé ce lundi qu’« en raison de la situation sanitaire et dans les hôpitaux », elle se retirait du jeu. « C’est ma part de liberté, de citoyenne et de médecin. » L’avait-elle donc perdu, ce libre arbitre, durant son aventure électorale ? Ses propos le laissent deviner. « Depuis le début je ne pensais qu’à une seule chose : au coronavirus. On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade. La dernière semaine a été un cauchemar. J’avais peur à chaque meeting. J’ai vécu cette campagne de manière dissociée. » Le mot dit tout. A-t-on jamais gagné une élection en affichant pareille dualité ?

Tragédie intime

En politique aussi, l’inconscient parle. Dimanche 15 mars, Agnès Buzyn est allée voter dans le 5e arrondissement, près de chez elle. Essayer de voter, plutôt. La tête de liste de LRM avait d’abord oublié sa carte d’identité chez elle, dans un autre sac. Le temps que son équipe s’active, elle a fait le pied de grue devant le bureau de vote. Au moment de glisser son bulletin, impossible de débloquer la pompe du flacon de gel hydroalcoolique… Mauvais karma, mauvais signal.

Le soir, elle a été distancée par la maire socialiste sortante, Anne Hidalgo, et par Rachida Dati. Benjamin Griveaux aurait-il fait mieux ? « Sûrement pas, tranche-t-elle. Quand je suis arrivée, il était à 13 %. » Par tempérament, Agnès Buzyn n’est pas du genre à jouer les supplétifs. Si elle s’est présentée, c’est avec la conviction qu’elle pouvait bousculer le jeu. C’était son moment, pensait-elle. Ou son calvaire, vues les circonstances. Aujourd’hui, c’est toute cette séquence qui lui revient, jusqu’à faire de sa confession l’expression d’une tragédie intime.

Tout commence le 14 février. A l’époque, l’OMS ne parle pas encore de pandémie, les épidémiologistes comparent la mortalité du virus à celle de la grippe. Seule la province chinoise de Hubei est confinée. Invitée sur France Inter, ce matin-là, Agnès Buzyn fait le point sur ses dossiers et la situation sanitaire. Elle n’a pas encore vu la vidéo intime de Benjamin Griveaux, qui tourne depuis peu sur les réseaux sociaux. Toujours pas candidate dans un arrondissement de la capitale ?, lui demande-t-on à l’antenne. Ce même Griveaux ne lui avait proposé qu’« une troisième position, dans le 15e », précise-t-elle aujourd’hui. Pas forcément de son niveau. Elle n’entre pas dans ces détails et répète : « Je ne pourrai pas être candidate. J’avais déjà un agenda très chargé, j’ai beaucoup de réformes dans le ministère et s’est rajouté un surcroît de travail inattendu malheureusement, qui est cette crise du coronavirus. » L’affaire semble tranchée.

Que se passe-t-il entre ce vendredi matin et le samedi soir suivant, qui la voit s’avancer sur le devant de la scène parisienne, alors que Griveaux jette l’éponge ? A l’entendre, elle devine déjà ce qui se profile. « Je pense que j’ai vu la première ce qui se passait en Chine : le 20 décembre, un blog anglophone détaillait des pneumopathies étranges. J’ai alerté le directeur général de la santé. Le 11 janvier, j’ai envoyé un message au président sur la situation. Le 30 janvier, j’ai averti Edouard Philippe que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir. Je rongeais mon frein. » Dès lors, pourquoi tout lâcher pour remplacer Griveaux ? « Ni Emmanuel Macron ni Edouard Philippe ne m’ont mis la pression. Mais je recevais des milliers de textos me disant : “Il n’y a que toi…” Je me suis dit que je n’allais pas laisser La République en marche dans la difficulté… Paris est un beau mandat. J’ai appelé moi-même le président pour lui dire que j’y allais. »

Un bref moment de bonheur

Lucide sur la crise sanitaire et pourtant décidée à s’engager : nous sommes là au cœur du mystère Buzyn. La politique, cette hématologue réputée, entrée au gouvernement en 2017, en rêvait. « Depuis toujours, dit-elle. C’était aussi l’ADN de la famille Veil », celui de Simone, son ex-belle-mère, qu’elle admire. Elle avait déjà manqué de sauter le pas lors du précédent quinquennat, quand François Hollande avait songé à la nommer ministre, sans finalement donner suite. Auparavant, François Fillon l’avait, lui aussi, remarquée, alors qu’elle présidait l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, et lui avait proposé de devenir sa suppléante à Paris, aux législatives de 2012. Par conviction de gauche – peut-être aussi parce que c’était un début trop modeste –, elle avait refusé.

Agnès Buzyn se dit que ce défi parisien est une aubaine. La capitale, sa ville natale, semble lui tendre les bras. Elle le croit d’autant plus volontiers qu’au gouvernement, ses marges se sont rétrécies. Le corps hospitalier la voue aux gémonies, la réforme des retraites est un loupé, la future loi sur la dépendance n’aura pas les crédits exigés… Si elle est encore à ce poste en 2022 et que Macron échoue, confie-t-elle à des proches, que restera-t-il de sa réputation ? Agnès Buzyn n’aime pas perdre et une nouvelle carrière, politique celle-là, s’ouvre à elle. Olivier Véran, un ex-socialiste de 39 ans, neurologue et député, paraît taillé pour lui succéder.

L’entrée en campagne est un bref moment de bonheur. La Macronie parisienne, sonnée par l’affaire Griveaux, se reprend à rêver. La candidate a les coudées franches. Elle enterre les projets-phares de son prédécesseur et pousse la promesse qui fait sa marque : l’aide aux personnes âgées à domicile. Bienveillance, proximité, mais aussi sécurité et propreté. Qu’apporte-t-elle de plus ? Son passé précisément, soit un sérieux, une compétence, une légitimité.

Pendant quelques jours, elle croit à sa bonne étoile. Les sondages frémissent. On l’engueulait toujours, et désormais on l’aborde gentiment. « J’aime les gens, dit-elle, et quoi qu’on en dise, dans un ministère, il y a une distance qui se crée. » La candidate s’enhardit et commet la faute de critiquer le manque de préparation de la Mairie de Paris face à l’épidémie, alors qu’elle l’a félicitée un peu plus tôt – et par écrit – de sa mobilisation. A moins que ces critiques ne trahissent un sentiment de culpabilité personnel ? Le satané virus envahit tout et, à la télévision, c’est Olivier Véran qui prend la lumière. Précis, rassurant, il est jugé excellent. La révélation n’est plus là où on l’imaginait…

Commence alors le chemin de croix. Sur le terrain, dans les débats, Agnès Buzyn montre un vrai savoir-faire mais elle stagne dans les sondages. Comment rassembler largement au second tour, comme promis, si elle arrive derrière Hidalgo et Dati ? « Je ne suis pas une politicienne mais une professionnelle de l’intérêt général », affirme le message audio qu’elle laisse sur 500 000 téléphones. La crise sanitaire la ramène sans cesse à son passé de ministre. Les réseaux sociaux reprennent ainsi cette petite phrase, lâchée le 24 janvier : « Le risque de propagation du coronavirus dans la population est très faible. »

« Bien sûr, je n’aurais pas dû prononcer ces mots. Mais avant de partir du ministère, j’avais tout préparé, malgré une inertie… » Les quelques reproches qu’elle s’adresse se mêlent au désir de convaincre qu’elle n’a pas failli. « Je n’ai plus de boulot », glisse-t-elle, avant de se reprendre : « Je dis toujours : “Ministre un jour, médecin toujours. L’hôpital va avoir besoin de moi. Il va y avoir des milliers de morts. »


Source : Le Figaro, Mathilde Siraud 17-03-2020

L’ancienne ministre de la Santé, qui a quitté son poste pour candidater aux municipales à Paris, assure que les municipales étaient une «mascarade».

Une ancienne ministre de la Santé ne devrait pas dire ça. Encore moins quand elle est médecin et qu’elle a quitté son poste en pleine crise sanitaire pour être candidate à la mairie de Paris. Mardi matin, quelques minutes avant que les mesures de confinement obligatoires pour lutter contre la propagation du coronavirus n’entrent en vigueur dans le pays, des déclarations d’Agnès Buzyn sur sa campagne municipale ont eu l’effet d’un coup de tonnerre.

« Depuis le début je ne pensais qu’à une seule chose : au coronavirus. On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade », confie-t-elle au Monde. La candidate, arrivée troisième derrière Anne Hidalgo et Rachida Dati, va même plus loin, révélant des avertissements qu’elle aurait exprimés très tôt au chef de l’État ainsi qu’au premier ministre, sur la tenue du scrutin. « Le 11 janvier, j’ai envoyé un message au président sur la situation. Le 30 janvier, j’ai averti Édouard Philippe que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir. Je rongeais mon frein. »

Avant ces révélations dans la presse, elle se serait déjà épanchée auprès de plusieurs personnalités politiques parisiennes, n’ayant pas de mots assez durs contre le premier ministre, son directeur de cabinet Benoît Ribadeau-Dumas, ou encore Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Élysée. Simple règlement de comptes ou réelles accusations ? Édouard Philippe lui a sèchement répondu, mardi soir, sur France 2, assumant le maintien du premier tour « sur des motifs scientifiques ». « Agnès Buzyn m’a dit fin janvier que si nous étions au pic de l’épidémie au moment des élections, alors il serait difficile de les organiser, a reconnu le chef du gouvernement. Mais à l’époque, beaucoup de médecins n’étaient pas d’accord. » Visiblement agacé, Philippe a cherché à évacuer toute controverse. « Je n’ai aucun doute que dans quelques mois, certains diront : “Il aurait fallu faire plus”, ou “autrement”. Toutes ces polémiques, je les accepte, je suis chef du gouvernement, mais ce qui m’intéresse, c’est de faire en sorte que ce combat que nous menons soit gagné. »

L’opposition n’avait pas manqué, plus tôt de relayer les propos de l’ex-ministre. Jean-Luc Mélenchon souhaite que la mission d’information parlementaire consacrée à l’épi­démie se saisisse de ces « aveux ». « A-t-elle su et prévenu trois mois avant ? Et dans ce cas pourquoi rien n’a-t-il été fait ? Pourquoi raconte-t-elle cette histoire maintenant, quand il est trop tard ? Se rend-elle compte qu’elle engage sa responsabilité pénale et celle des autres personnes qu’elle dit avoir prévenues ? », a interrogé le chef de file de La France Insoumise. « Si ces affirmations sont exactes, la crise sanitaire peut désormais se doubler d’un véritable scandale sanitaire majeur », s’est quant à lui inquiété Jordan Bardella, vice-président du Rassemblement national, exigeant des explications de la part de l’exécutif.

« Elle nous fait une Loiseau ! »

Une source au sein de l’exécutif affirme avoir été témoin de la discussion entre le premier ministre et son ex-ministre de la Santé, le 30 janvier, lors de l’installation de la conférence de financement sur les retraites. « Elle disait que le phénomène était grave, qu’il pouvait être massif. Elle était inquiète de la vitesse de propagation du virus, et de sa mortalité. Elle lui a montré la courbe de l’OMS en disant : “Vous imaginez, ce que ça donnerait en France” ?,raconte ce responsable au Figaro. Cette sortie a jeté le trouble au sein de l’exécutif et dans l’équipe de campagne LREM, où l’on invoque une réaction purement émotionnelle.

« Elle craque complètement, il ne faut pas prendre tout ce qu’elle dit pour argent comptant, elle est paumée », relativise une élue parisienne de la majorité. « Faire de la politique, c’est violent, et débuter à 58 ans, c’est dur », minimise un conseiller de l’exécutif. « L’heure est à l’état d’urgence, pas aux états d’âme, dézingue un proche du chef de l’État. L’actualité appelle de la responsabilité et de l’unité nationale plutôt que quelques égarements personnels. Agnès Buzyn revisite aujourd’hui sa sortie du gouvernement après son mauvais score aux municipales. » « Elle nous fait une Loiseau !, compare un membre du gouvernement, en référence aux déclarations polémique de l’ancienne tête de liste aux élections européennes, à son arrivée au Parlement européen. Je pensais pourtant qu’Agnès Buzyn était une personne responsable. »

N.B. Commentaire Olivier Berruyer : Dire la Vérité pour mobiliser les Français, c’est tellement « irresponsable » pour les LREM…

Plusieurs cadres parisiens étaient persuadés qu’elle retirerait sa candidature en vue d’un second tour. « Elle souhaite arrêter la politique », indique un responsable. « Là n’est pas l’urgence, corrige une autre. Si ça se trouve, on ne revotera pas avant l’année prochaine. »

Source : Le Figaro, Mathilde Siraud 17-03-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Dami1 // 20.03.2020 à 14h57

Un haut responsable du pouvoir confie, sous couvert d’anonymat : « Il ne faut pas se leurrer, la priorité du départ n’était pas 100 % sanitaire, mais économique. Il fallait tout faire pour rassurer les milieux économiques et financiers ».
Ca me rappelle ça:
« Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre. »
Ils ont choisi l économie par rapport au sanitaire. Ils vont avoir la crise pour les 2 au final. Qu on nous prenne pas pour des imbéciles ils ont un modélisateur et pleins de soignants dans l équipe avec les données J+10 de l Italie que la France suivait exactement. Ils savaient et ils ont voulu ménager les marchés et les jours de retard dans la prise de décision pour des raisons économiques sont totalement criminels.
http://www.leparisien.fr/politique/coronavirus-y-a-t-il-eu-retard-a-l-allumage-au-sommet-de-l-etat-18-03-2020-8283222.php

99 réactions et commentaires

  • Gerard E.N. // 20.03.2020 à 14h37

    Le 11 janvier, elle dit avoir envoyé un message pour alerter le président sur la situation
    Mais le 24 janvier : « Le risque de propagation du coronavirus dans la population est très faible. »
    Comment imagine-t-elle qu’on puisse accorder du crédit à ce qu’elle dit aujourd’hui?

      +58

    Alerter
    • Loic // 21.03.2020 à 08h47

      Oui le systeme de sante publique francais (et italien) est aux abois et sous equipe et le personnel politique cynique…
      mais les medias alarmistes, incompetents et le confinement generalise ont aggrave la situation.

      « Notre plus grand ennemi à ce jour, ce n’est pas le virus lui-même. Ce sont les rumeurs, la peur et la stigmatisation. »
      Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus – Directeur général de l’OMS

      lisez les articles de Jean-Dominique MICHEL chercheur et specialiste en politiques de sante publique et vous comprendrez que la maladie n’a rien de la peste mais que la psychose generalisee en a fait un monstre !

      http://jdmichel.blog.tdg.ch/

        +6

      Alerter
      • tepavac // 21.03.2020 à 18h28

        « les médias alarmistes’ incompétents…l’ennemi c’est la peur…la vrai pandémie c’est la psychose »

        https://youtu.be/p-GBTt_Qa4Y?t=858

        il y a des années que je ne regarde plus les médias télévisuels, en regardant ce pamphlétaire je découvres avec stupéfaction toutes les âneries proférées par nos soit disant responsables politiques et véhiculées avec une grande complaisance par les médias subventionnés par l’impôt.

        Quand je penses à toute l’artillerie qui est sortie contre les petit blogs au prétexte de fakes news…

        Alors vous dites que le virus c’est rien, un peu comme les gens dans les gares hein, ok, mais si pour un si petit truc y a déjà autant de pagaille dans les instances dirigeantes, qu’est-ce-que cela sera si un événement réellement grave arrive?

          +1

        Alerter
        • feeloo // 22.03.2020 à 15h42

          Il me semble que c’est RÉELLEMENT GRAVE depuis un bon bout de temps.

            +0

          Alerter
    • Incompétence Cocorico ! // 21.03.2020 à 09h04

      A. Buzyn : « En termes de risques pour la France, les analyses de risques d’importation sont modélisées régulièrement par des équipes de recherche. Le risque d’importation de cas depuis Wuhan est modéré, il est maintenant pratiquement nul puisque la ville, vous le savez, est isolée. Les risques de cas secondaires autour d’un cas importé sont très faibles, et les risques de propagation du coronavirus dans la popuklation sont très faibles ». (le 20 janvier 2020)
      source : https://www.20minutes.fr/sante/2741147-20200316-coronavirus-agnes-buzyn-affirme-risque-propagation-tres-faible-france

        +8

      Alerter
    • François Lacoste // 21.03.2020 à 10h47

      Ce qu’en dit Michel Onfray, pas grand chose à rajouter.

      https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/haute-trahison

        +8

      Alerter
      • sadsam // 21.03.2020 à 22h24

        Merci François

        Excellent article en effet .

        Pour être tout à fait complet, il faudrait mentionner les rumeurs (infos ?) concernant le prochain remplacement du Défenseur des Droits Jacques Toubon dont le mandat arrive à expiration avant l’été.
        Il en a été question pendant la campagne à Paris.

          +0

        Alerter
  • scipio // 20.03.2020 à 14h51

    Ces aveux qui circulent depuis plusieurs jours sont terribles, accablants! Ils savaient et n’ont rigoureusement rien fait!
    Les membres du gouvernement relèvent de la cour de justice!

      +58

    Alerter
    • Alfred // 20.03.2020 à 16h05

      Comme le relève Jacques Sapir à juste titre il y a constitutionnellement matière à destituer le président de la République. En théorie (ou en espérant que les Français mettent une pression suffisamment forte sur leurs députés) mais en pratique avec la palanquée de godillot vendus jusqu’au trognon c’est une hypothèse peu réaliste. N’empêche c’est pas impossible et il le mérite. Qui plus est chaque année compte pour reconstruire ce pays. Et c’est d’autant plus vrai avec la crise qui vient (dont il est suicidaire de penser qu’elle sera gérée de manière responsable et honnête par les choux qui viennent de (re) faire leurs preuves).

        +65

      Alerter
      • Danielle VQ // 21.03.2020 à 15h49

        Mais cette crise fait remonter la cote de popularité de Macron à 51% paraît-il. Alors pour la destitution… j’ai bien peur que même personne n’y pense et dans quelques mois on aura un code du travail remanié (sans doute pas à l’avantage des gens qui travaillent) et le reste sera oublié. Il y en aura toujours pour crier vive macron (et la haute finance). Quant à l’éclatement de l’UE, ce serait bien mais je n’y crois pas trop

          +4

        Alerter
    • jp // 20.03.2020 à 16h42

      « Les membres du gouvernement relèvent de la cour de justice! »

      c’est ce que pense aussi un avocat blogueur, Régis de Castelnau
      https://www.vududroit.com/2020/03/__trashed-2/

        +38

      Alerter
      • Ignotus // 20.03.2020 à 17h43

        Il y a aussi je crois, un homme politique, un seul qui souhaite l’application de l’article 68 de la constitution.
        Comment s’appelle-t-il déjà ?????

          +21

        Alerter
        • Linder // 21.03.2020 à 06h21

          Cela me rappelle le film « les tontons flingueurs ».

          Ah ! Ce Lino !

            +8

          Alerter
    • catherine // 20.03.2020 à 17h28

      Les aveux à prendre en compte sont plutôt ceux-là :

       » Paris est un beau mandat »
      La politique j’en rêvais  » Depuis toujours, dit-elle. C’était aussi l’ADN de la famille Veil  »
       » « Je n’ai plus de boulot »

      C’est moi d’abord, c’est l’ego dans tout son étalage.

      Bruno Lemaire avait bien expliqué qui sont les femmes et hommes politiques(après s’être fait écrasé au primaire de la droite :

      La politique, ça écrase tout le reste de la vie, ça absorbe tout, ça prend tout, ça vole tout. Si je perds, j’aurai dilapidé tout ce temps, sans ma femme, sans mes enfants, en pure perte.

      Un constat amer et rétrospectivement cruel. Il poursuit :

      La politique, ça attire les névrotiques. On l’est tous. Ce n’est pas la politique qui rend névrotique, on l’est AVANT, on s’y retrouve. Les deux névroses les plus courantes en politique, c’est le narcissisme, évidemment, et la haine de soi. Le pouvoir, c’est la guérison de la haine de soi.

      Bruno Le Maire, dans une profondeur rarement rencontrée chez les hommes politiques, comme le note l’auteure, conclut :
      Les hommes politiques, ils sont dépressifs ou alcooliques. Parce que la folie de la politique, c’est qu’il ne faut jamais voir les choses telles qu’elles sont, il faut se projeter au-delà, NIER LA REALITE. Et, en même temps, il faut être lucide sur la réalité. C’est la dissociation permanente, le décalage entre ta réalité et ton REVE. Les deux ne coïncident jamais sauf le jour où tu es élu. C’est pour cela qu’après, ça crée la dépression.

        +37

      Alerter
      • Récits d’Yves // 21.03.2020 à 07h50

        « C’est pour cela qu’après, ça crée la dépression. »
        C’est pour cela qu’ils ne veulent pas d’après.
        Le pouvoir, qui est malade de sa tyrannie assumée, est mortifère et ce glorifiera devant la catastrophe sanitaire qui comptera de si nombreux décès.
        Ce sont tous des psychopathes.

          +10

        Alerter
    • SanKuKai // 20.03.2020 à 17h52

      Malheureusement, comme pour le sang contaminé, on connait le résultat de leur procès : « Responsables, mais pas coupables »…

        +15

      Alerter
  • Fritz // 20.03.2020 à 14h53

    « On aurait dû tout arrêter », dit cette femme qui a quitté le ministère de la Santé pour s’engager dans une élection qu’elle juge absurde après coup. Alors que selon ses dires, elle était au courant de la gravité de cette épidémie depuis janvier… Comment juger un tel comportement ? C’est ça, la responsabilité en politique ?

    « Je me demande ce que je vais faire de ma vie ». Sans envisager nécessairement l’issue choisie par d’autres ministres, de Roger Salengro à Pierre Bérégovoy, elle peut prendre exemple sur John Profumo (1915-2006), qui s’est engagé réellement au service des autres après sa démission.
    https://en.wikipedia.org/wiki/John_Profumo#Later_life

      +28

    Alerter
  • Dami1 // 20.03.2020 à 14h57

    Un haut responsable du pouvoir confie, sous couvert d’anonymat : « Il ne faut pas se leurrer, la priorité du départ n’était pas 100 % sanitaire, mais économique. Il fallait tout faire pour rassurer les milieux économiques et financiers ».
    Ca me rappelle ça:
    « Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre. »
    Ils ont choisi l économie par rapport au sanitaire. Ils vont avoir la crise pour les 2 au final. Qu on nous prenne pas pour des imbéciles ils ont un modélisateur et pleins de soignants dans l équipe avec les données J+10 de l Italie que la France suivait exactement. Ils savaient et ils ont voulu ménager les marchés et les jours de retard dans la prise de décision pour des raisons économiques sont totalement criminels.
    http://www.leparisien.fr/politique/coronavirus-y-a-t-il-eu-retard-a-l-allumage-au-sommet-de-l-etat-18-03-2020-8283222.php

      +82

    Alerter
    • Dieselito // 21.03.2020 à 13h27

      Il faut juste rappeler que gouverner de façon autoritaire avec un parti unique dans l’intérêt de corporations est la définition même du fascisme…..

        +6

      Alerter
  • Balthazar // 20.03.2020 à 14h58

    Elle est médecin, chose précieuse de nos jours. Qu’elle aide ses concitoyens, plutôt que de tourner en rond à se morfondre.
    De l’audace que diable.

      +20

    Alerter
    • MS // 20.03.2020 à 18h42

      euh oui mais il n’y a plus de masques …un ministre qui n’a pas du faire son boulot sans doute ..

        +15

      Alerter
      • tepavac // 20.03.2020 à 18h47

        Un Ministre sans masque c’est comme le mensonge en pleine lumière.

          +19

        Alerter
  • Christobal // 20.03.2020 à 15h04

    Fallait démissionner alors et dire pourquoi…
    « …. Ce que je vais faire de ma vie… » Et les gens qui vont perdre des proches, perdre leur boulot, etc. Elle est à l’image de ce gouvernement: penser à sa carrière et ne rien assumer.

      +60

    Alerter
  • antoniob // 20.03.2020 à 15h10

    le journal de « référence » qui publie des soi-disants remords de conscience tourrmentée d’un ex-ministre catapulté du gouvernement vers la mission suicide de sauver la mairie de Paris, possibilité elle-même coulée par le soldat Griveaux, cela ne tient pas la route.
    Elle *révèle* avoir su la première dès le 20 décembre en regardant un blog sur internet? C’est une blague?

    Bref, règlement de compte pour s’être fait descendre du gouvernement. On peut supposer que si le premier tour de la municipale de Paris lui avait été favorable, lui ouvrant la possibilité de cette retraite dorée elle n’aurait pas eu de cas de conscience rétrospectif…

    Pire, elle se fout du quidam mis au chômage technique en pleurant qu’elle n’a plus de boulot!

      +47

    Alerter
    • weilan // 20.03.2020 à 16h16

      Moi aussi, je suis quasi certain que si le 1er tour des élections municipales lui avait été favorable, elle n’aurait JAMAIS avoué ces sinistres vérités et aurait retenu ses larmes de crocodile.

        +36

      Alerter
    • Patapon // 21.03.2020 à 16h55

      Cool, les ministres s’informent tout seuls sur les blogs. Au hasard, quoi, au petit bonheur. Allez, dépêche-toi t’as encore les forum à finir.

        +2

      Alerter
  • grumly // 20.03.2020 à 15h15

    C’est bien qu’elle admette qu’elle avait un trouble psychiatrique quand elle dit qu’elle se sentait « dissociée ».
    Quotidien s’était moqué d’elle pendant la campagne parce qu’elle allait serrer des mains sur les marchés https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/chaouch-express-coronavirus-comment-se-saluer-sans-se-contaminer-90241323.html
    Ici elle rigole dans son bureau de vote, elle avait oublié ses papiers https://www.youtube.com/watch?v=Jx4WWfhVS8A
    là un peu gênée quand le flacon du gel ne marche pas mais après elle en rigole https://www.programme-tv.net/videos/autres/agnes-buzyn-galere-avec-le-gel-hydroalcoolique-dans-le-bureau-de-votes-du-5e-arrondissement-de-paris_261468

      +13

    Alerter
    • Goubliboulga // 21.03.2020 à 05h12

      Intéressante collection, ça vous a pris combien de temps pour rassembler ces séquences vidéo pour essayer d’invalider son témoignage accablant par un « trouble psychiatrique »?

        +3

      Alerter
    • jjcolman // 21.03.2020 à 07h58

      Tiens, la tactique habituelle des LREM pour discréditer les partants,
      Gérard Collomb devenu subitement quasi sénile, Loiseau dépressive, Buzyn schizophrène, Benalla, non pas Benalla, il est couvert par le chef

        +13

      Alerter
  • bm607 // 20.03.2020 à 15h18

    « Coronavirus : Macron répond à Buzyn et aux «commentateurs» qui «avaient prévu» la crise «une fois qu’elle a eu lieu»
    Ce n’est que «le début de la crise» sanitaire, mais «l’État tient», a insisté le chef de l’État en ouvrant une réunion de la cellule interministérielle de crise. »
    https://www.lefigaro.fr/…/coronavirus-macron-repond-a-buzyn…

    Toujours aussi « rien que de la parlote et de jolis mots sans rien derrière » notre zupiter.
    Evidement que c’est toujours plus facile après, mais ce qui nous intéresse c’est notre gouvernement, élu pour anticiper.

    « Gouverner c’est prévoir » ça ne lui dit rien ?

    Notre zupiter est le genre de chef de guerre qui aurait prévu l’invasion des Allemands en 1939 quand ceux-ci seraient arrivés dans Paris parce que certains avaient dit qu’ils arrivent et d’autres non, quoi.

    Donc attaquer Buzyn membre du gouvernement qui avait eu le malheur de donner ses conclusions sur ce qui allait se passer et non pas rester floue et aux ordres dans la droite ligne « les affaires continuent », pour se défausser, pour détourner l’attention, Ok, mais c’est bien lui qui avait les rênes, et c’est à lui de s’entourer des gens compétents, si il estimait qu’elle était trop alarmiste, et à lui de prendre les bonnes décisions : sinon c’est un incapable pour son poste.

    Ca n’est pas elle qui a maintenu les élections municipales, par exemple, alors qu’il était déjà clair pour tout ceux qui suivaient l’actualité de près que l’épidémie était partie pour être violente et durer, et ce à très court terme. Qui a pris la mauvaise décision ?

    Pourtant les chinois avaient montré l’exemple, ils avaient alerté, il fallait alors regarder et analyser, il aurait pu faire faire des enquêtes impartiales au lieu de trouver des « spécialistes » (surtout spécialistes de la com’ et de la brosse à reluire) en charge de dire que ça allait bien se passer et qu’il pouvait continuer à ne rien faire.

    Donc c’est SA RESPONSABILITE ce qui arrive, l’état de délabrement des soins et le manque d’anticipation qui va faire des dizaines de milliers de morts.

    Il faudra s’en souvenir quand l’épidémie sera derrière nous. Ceux qui sont encore en vie.
    Ne pas oublier…

      +29

    Alerter
    • gotoul // 20.03.2020 à 16h07

      Voilà l’avis de Frédéric Lordon :
      https://blog.mondediplo.net/les-connards-qui-nous-gouvernent

        +24

      Alerter
    • Renard // 20.03.2020 à 16h35

      « L’Etat tient ! »
      Ça me rappelle :
      « Jusque là, tout va bien. »

        +9

      Alerter
    • Goubliboulga // 21.03.2020 à 05h15

      Pour être crédible, il faudrait qu’il puisse expliquer par quel miracle certains de ses homologues étrangers ont pris les mesures nécessaires dès fin janvier ou au tout début février. Avaient-ils accès à des information qu’il ne pouvait avoir, quoi qu’alerté par sa ministre de la santé ?

        +2

      Alerter
      • gracques // 21.03.2020 à 07h11

        D’accord …. mais quels,homologues ? Et quelles mesures ?
        Notre gouvernement a été ridicule , imprevoyant et pire condescendant vis à vis de ses citoyens consideres comme des’sujets non acteurs de leur destin….. mais avions nous les possibilités comme les Chinois l’ont faitbavec une de elur provinfe d’isoler l’Italie et de soutenir sa population à bout de bras par solidarité européenne ?

          +4

        Alerter
    • Jack // 21.03.2020 à 15h49

      Juste pour info, la page, sur le site, vient d’être supprimer ??? ou le lien est-il dégradé?

        +0

      Alerter
  • yack2 // 20.03.2020 à 15h34

    Outre le désastre absolu que sont ces brêles qui nous gouvernent, il faut encore qu’ils se roulent dans la fange…..Ces aveux circonstanciés ne sont pour moi qu’ une couverture future pour des emmerdements passés au ventilateur. « J’avais averti…..Ils n’ont rien fait……C’est pas de ma faute »…..T’inquiètes, toi et les autres….On ne va pas vous oublier.

      +24

    Alerter
  • Pierre L // 20.03.2020 à 15h47

    À 20h, juste après les applaudissements pour les soignants, pourquoi pas crier quelques « Buzyn au tribunal »?

      +14

    Alerter
    • Fritz // 20.03.2020 à 16h12

      Ou « Buzyn au poteau » ? Ou « Macron au vasistas » ? Parce qu’ils le méritent.
      Bon, soyons indulgents, je verrai bien Agnès tondue comme en 1944.

        +11

      Alerter
  • bouledesuif // 20.03.2020 à 15h54

    Pour savoir que ce serait grave il suffisait d’écouter avec humilité ce qui se passait en Chine. Normalement un minimum pour un ministre. Si elle avait vraiment compris en particulier le terrible effet retard elle aurait du se dire que la santé des français est plus importante qu’un peu d’agitation du landerneau médiatique et démissionner avec fracas. Sans compter que ce qui va coûter 1000 aujourd’hui ( humain économique social ) aurait coûté peut être 100 fois moins en janvier.

      +14

    Alerter
  • Calal // 20.03.2020 à 16h00

    Si buzyn se retrouve animatrice sur les plateaux télés dans les années a venir, ca voudra dire que tout ça c’est du baratin…

    Collomb qui démissionne avant les gilets jaunes: une occurrence.
    Buzyn qui démissionne avant le couronna: une coïncidence.
    On attend la troisième occurrence pour parler de récurrence…

      +9

    Alerter
    • Lole // 21.03.2020 à 11h34

      En meme temps à ce sujet, on devrait peut etre rehabiliter Roselyne non ?

        +3

      Alerter
  • Cyd // 20.03.2020 à 16h00

    Reste à savoir si Buzyn dit la vérité, si elle a réellement averti le président Macron et le premier ministre Philippe fin janvier

    Néanmoins, il y a ceci

    https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200317.OBS26212/coronavirus-quand-l-ex-responsable-du-plan-epidemie-se-plaignait-des-atermoiements-du-gouvernement.html

      +9

    Alerter
  • Alfred // 20.03.2020 à 16h38

    L’enfant se pose maintenant en père de la nation.
    Ce genre de parents maltraitants on les décharge de leur charge de parents. Qu’il dégage. (Et ses sbires avec).

      +21

    Alerter
    • joe billy // 20.03.2020 à 17h13

      J’ai fait un drôle de rêve ce matin : Macron s’échappait en jet privé aux bahamas mais mon généraliste, qui tourne à un masque par semaine, caché derrière un palmier finissait par le décapiter. Je ne suggère rien, juste je relate un rêve :p

        +19

      Alerter
      • Jeanne L // 21.03.2020 à 09h42

        Bizarre j’ai fait le même rêve , mais moi il partait à Cuba car il y a làbas de l’interféron 2B alpha et que les médecins de l’île sont allés en Chine aider à Hubei et qu’ils sont compétents.
        Courage à l’île qui reste sous blocus…

          +8

        Alerter
    • Emile // 20.03.2020 à 17h21

      Comme l’avait dit Luc Ferry: On a mis un gamin à l’Elysée, on va le payer très cher.

        +5

      Alerter
      • chr bernard // 20.03.2020 à 20h09

        Luc Ferry a dit ça !!?
        Où ça ?
        (non pas que je doute de votre sincérité, mais j’aimerais mieux « apprécier » cet événement)

          +2

        Alerter
        • Goubliboulga // 21.03.2020 à 05h21

          Peut-être que vous pourriez tenter une recherche Internet qui vous donnerait en 3 secondes accès à l’extrait de son intervention sur Sud Radio ? Mais l’objet de votre question n’était peut-être pas d’avoir une réponse…

            +3

          Alerter
  • Bordron Georges // 20.03.2020 à 17h20

    C’est effarant de voir Macron et tous ses macroniens être subjugués par les mensonges et leurs impostures. Mais le pire c’est de constater la quantité des français capables de voter encore pour eux!

      +12

    Alerter
    • Alfred // 20.03.2020 à 17h24

      Bof. L’important ce n’est pas qui vote ni ce que les gens votent mais qui compte le vote. Ça va être de plus en plus vrai.

        +10

      Alerter
  • Roger // 20.03.2020 à 18h26

    En ce qui concerne la « mascarade » des élections municipales, je suis étonné qu’aucuns des maires en place ne les aient boycottées, aveuglement ? opportunisme ? Une connaissance, en liste pour être élu, est allé chercher sa mère à son domicile pour la faire voter et une fois le vote fait, en la déposant chez elle, lui a dit « maintenant, tu ne sors plus » ! ! !

      +3

    Alerter
    • Alfred // 20.03.2020 à 20h35

      C’est immonde votre histoire. C’est un pourri ce type.

        +3

      Alerter
  • tchoo // 20.03.2020 à 18h32

    Un truc marrant dans tout ça C’est que la journaliste osé écrire que Buzin est compétente et Véran rassurant.
    Non mais je rêve, elle a chopé le connard virus ou quoi

      +18

    Alerter
  • Greg // 20.03.2020 à 18h54

    Macron lui a promis un truc pour qu’elle aille au casse-pipe aux municipales à Paris, il lui a fait faux-bond et elle se venge en inventant un bobard qui du même coup la dédouane : « c’est pô moi, c’est eux les méssants ! ».
    Je ne crois rien de ce qu’elle raconte : elle fait partie de la clique.

      +8

    Alerter
    • antoniob // 20.03.2020 à 19h22

      oui elle se venge d’avoir été lourdée.

        +6

      Alerter
  • Myrkur34 // 20.03.2020 à 19h27

    Plus de cas positifs en Allemagne (forcément ils testent à tour de bras) et beaucoup moins de morts qu’en France à l’heure actuelle car s’ils testent à tour de bras, c’est pour isoler les porteurs comme en Corée du Sud. Il y a sûrement aussi un décalage mais aussi 3 fois plus de lits de réanimation qu’en France….
    Sans parler des morts en Ehpad que les ARS locaux comptabilisent comme naturels (aucun test là non plus, ils sont très vieux, ils meurent, la logique, même)…. Effectivement je casse le thermomètre et je fais de l’administratif pour évacuer les responsabilités futures, c’est plus simple.

      +17

    Alerter
    • Manu38 // 20.03.2020 à 23h43

      Arrêtez de fantasmer sur l’Allemagne, il y a une semaine de retard par rapport à la France. Les chiffres augmentent. Malheureusement !

        +0

      Alerter
    • Somebulles // 21.03.2020 à 11h17

      Analyses de lectures et vision ou ecoutes hors «  »tuyaux officiels «  »
      Il n y a pas de masques de gants de sur blouse et certains manquent deja de reactis pour les tests.
      Le Professeur Raoult de Marseile ils l ont fait passer pour un illuminé parce que sa prophylaxie necessitte tests et masques et ne permettra une culbute financiere a bien des Big pharma.

        +1

      Alerter
  • Fritz // 20.03.2020 à 20h03

    450 morts du coronavirus « en milieu hospitalier », vient d’annoncer Jérôme Salomon. Une manière de laisser entendre que d’autres sont morts dans les EHPAD. Thise (Doubs), Mauguio (Hérault), Paris…

      +14

    Alerter
    • Greg // 20.03.2020 à 20h55

      Je suis choqué d’apprendre qu’il n’y a pas que la Chine qui bidonne ses chiffres pour ne pas passer pour des mauvais. Je croyais qu’on était les gentils, même si c’était de notre faute parce qu’on est « indisciplinés ».

        +5

      Alerter
      • Bientôt 78 ans // 20.03.2020 à 22h28

        La Chine, elle, a prouvé qu’elle

        sait se mobiliser comme en temps de guerre,
        agir avant qu’il ne soit trop tard,
        et surmonter les difficultés sans précédents,

        un modèle pour l’Empire d’Occident nettement, clairement, incontestablement dépassé, écrasé par les événements. — Il ne reste plus à ce dernier (bon dernier…) qu’à accepter d’apprendre de ceux qui lui sont si manifestement supérieurs.

        Le temps de l’arrogance narcissique extrême est révolu.

          +14

        Alerter
        • calahan // 21.03.2020 à 13h17

          Ouai, mais va falloir faire gaffe que les accrocs du pognon shootés à l’actionnariat et autres abrutis du complexe industriel bancaire et militaire qui en ont a peu près rien à battre de tout ce qui vit sur cette planète si c’est pas transformable en oseille ne passent encore plus à l’action.
          Parce que là, on a une brochette de glands qui vont passer en mode « la dictature c’est demain » etc….en nous brandissant le modèle chinois.

          Attention esbroufe intellectuelle en marche !

            +0

          Alerter
  • Bientôt 78 ans // 20.03.2020 à 20h54

    Ah! les larmes…Toutes des créatures si sensibles au spectacle de la souffrance et de la mort de leurs concitoyens. Des cœurs en or.

      +3

    Alerter
  • AL2020 // 21.03.2020 à 06h39

    Le site Les-Crises.fr ne pourrait-il pas initier une pétition pour l’ouverture d’une commission parlementaire extraordinaire pour faire toute la lumière sur les déclarations de Buzyn ? Cette commission, par essence, ne s’interdisant rien, pas même de poser les fondements d’une demande de destitution du gouvernement.

      +5

    Alerter
  • Clode // 21.03.2020 à 06h42

    Que vais je faire de ma vie:
    Aller dans les hôpitaux soigner les malades ?

      +12

    Alerter
  • Basile // 21.03.2020 à 07h43

    il est devenu à la mode d’applaudir tous les soirs ceux qui montent au front, et même relayé par les journalistes avec une bonne dose d’opportunisme

    je suppose que quand Agnès Buzyn a quitté, elle, le front, pour devenir ministre, elle a dû être aussi applaudie par les godillots à l’arrivé du perron

      +3

    Alerter
  • Fix // 21.03.2020 à 08h24

    Mme buzyn qui savait tout… Quelle mascarade. Elle savait tellemement quelle a bien entendu commandé des millions de masques et protections pour anticiper le « tsunami ». En tant que capitaine du navire « santé » elle prefere fuir juste avant la tempete. Et son bilan… demandez a la fonction publique hospitaliere.
    Sincerement quelle se taise… et pout longtemps

      +9

    Alerter
  • pseudo // 21.03.2020 à 09h01

    la honte ne tue pas, c’est dommage on aurait une bien meilleure humanité.

    bref, après tant d’échecs qui s’accumulent, s’enchaînent et se suivent, c’est ptet le moment de faire profil bas, si c’est pas pour elle c’est pour le bien être des autres.. Elle le sait, puisqu’elle commence par, « je ne sais pas ce que je vais faire de ma vie ». Moi je sais, n’en faites rien, ou du travail ingrat de rats de laboratoires, vos contemporains vous en seront reconnaissants, dans longtemps.

      +5

    Alerter
  • Rond // 21.03.2020 à 09h20

    Elle a simplement « merdé ». Où est passé son devoir d’alerte lorsqu’il était encore temps ? Elle a préféré le pseudo devoir de silence. Le résultat se compte en morts d’aujourd’hui et de demain. Irresponsable mais pas coupable ?
    Quid des tartes aux commandes ? Ils vont continuer à gesticuler comme des épouvantails dans la tempête, mais ça ne produira pas grand chose de mieux qu’épouvanter. Le coup du port du masque qui est inutile quand on est pas contaminé, c’est autant débile mais comme il n’y en avait pas assez et qu’il ne fallait pas que ça se sache … Le coup du dépistage systématique, même erreur funeste, mais comme ils étaient insuffisants et qu’il ne fallait pas que ça se sache … Pas assez de thermomètres non plus ? Les Chinois n’en manquaient pas, eux. Respect ! Pas assez de lits, pas assez de l’essentiel, trop de directives contradictoires, et trop tard … Quelles insuffisances va-t-on encore découvrir, après le sabordage consciencieux de notre système de santé ?
    Lorsque nous sortirons de chez nous, un jour, majoritairement, nous aurons oublié le début chaotique de l’histoire. A la grande fête de la victoire, nos tourtes de service, le trémolo dans la voix, rappelleront ce « passé terrrrriiiible », Et le grand voile d’amnésie aura passé.
    Fin de l’histoire ? Pas vraiment. Notre monde aura changé, le travail, l’économie, les « marchés », les banques peut-être, auront plié sous le poids et ces même sbires auront trouvé le bouc émissaire idéal : « Tout est la faute du corona-machin ! »
    Et nous, aurons-nous changé ?
    Tenez bon et gardez-vous bien !

      +6

    Alerter
  • Dieselito // 21.03.2020 à 10h22

    C’est-y pas Jacques Attali, le façonneur d’élysée, et géniteur politique de qui vous savez, qui avait en mai 2009, souhaité une BONNE PETITE PANDEMIE propre à instaurer une gouvernance mondiale?
    A rapprocher de la fin du discours de Mr Le Président de la République lors de l’institution du non-confinement…

      +8

    Alerter
  • pseudo // 21.03.2020 à 10h24

    en attendant, en Allemagne, ils prétendent n’avoir que deux cas *sévère*. Si c’est vrai, exit l’excuse de la situation exceptionnelle, c’était donc gérable… toute autre explication, je le crains, sera considérée comme de la xénophobie.. les allemands sont doux, dociles et pas tordu, c’est connu.

      +0

    Alerter
    • Santerre // 21.03.2020 à 10h29

      Vous êtes en vrille ou quoi? Hier l’Allemagne déclarait près de 20000 cas et 58 morts.

        +1

      Alerter
      • pseudo // 21.03.2020 à 10h56

        j’ai laggé…. à supprimer donc. merci. /commentaire trop court/

          +1

        Alerter
  • Santerre // 21.03.2020 à 10h28

    A lire papier de Onfray sur cette tartufesque minable prototype d’apparatchik oportuniste et carriériste. Elle savait, elle était ministre, elle aurait pu démissionner, alerter, elle a préféré déserter le navire en pleine tempête et tenter sa chance ailleurs. A noter que la seule chose qui la perturbe aujourd’hui, c’est son avenir et sa réputation, pas les dizaines de milliers de morts à venir ni l’arrêt quasi total de notre économie auxquels elle a participé par sa lâche , carriériste et monstrueusement égoïste inertie. Un seul mot: criminel.

      +9

    Alerter
  • pseudo // 21.03.2020 à 10h36

    quelle ironie, un monde gouverné par les chiffres et les maths qui ne comprend les implications d’une exponentielle. Ces gens là comprenaient ils autre chose que la linéaire des budgets étatique qui explosaient sous l’effet de leurs actions ???

    chronologie coronavirus
    19 Janvier 100 cas
    24 janvier 1000 cas
    28 janvier 5000 cas
    12 février 50 000 cas
    6 mars 100 000 cas <- 1 mois et demi
    14 mars 150 000 cas
    18 mars 200 000 cas <- 14 jours
    19 Mars 225 000 cas
    10 mars 250 000 cas <- 48 heures

    boom.

      +4

    Alerter
  • Rémi // 21.03.2020 à 10h49

    Faudrait peut-être en parler:

    « Confiner l’ensemble de la population sans dépister et sans traiter, c’est digne du traitement des épidémies des siècles passés. La seule stratégie qui fasse sens est de dépister massivement, puis confiner les positifs et/ou les traiter, tout comme les cas à risque puisque c’est possible, comme on le voit en Chine et en Corée : dépistages massifs et prescription de chloroquine en traitement. »

    https://blogs.mediapart.fr/lenous/blog/200320/fin-de-partie-pour-le-covid-le-pr-raoult-et-la-chloroquine

      +6

    Alerter
    • fanfan // 21.03.2020 à 12h32

      UrgenceCoronavirus
      https://www.youtube.com/watch?time_continue=5&v=sSR8K8K7etM&feature=emb_logo
      « Les essais en Chine ont été concluants. Les essais à Marseille ont été concluants. Divers laboratoires dans le monde ont commencé des études. Jusqu’au président Trump, en pleine confusion suite à une gestion de l’épidémie encore pire qu’en France, qui décide de s’y raccrocher.
      Le laboratoire Sanofi est prêt à délivrer autant de doses possibles et a annoncé être prêt à faire don de son stock.
      Et pourtant, vous n’agissez pas. Pendant que les chroniqueurs télévisés bavardent en jaugeant l’efficacité sans n’y rien connaître, votre gouvernement est prêt à attendre le temps des évaluations, de trois à six mois, pour annoncer la disponibilité du traitement. »
      pétition sur Change.org pour réclamer l’accès à un traitement :
      http://www.change.org/p/emmanuel-macron-urgencecovid19-tester-en-masse-traiter-à-la-chloroquine

        +2

      Alerter
  • Somebulles // 21.03.2020 à 11h19

    Analyses de lectures et vision ou ecoutes hors «  »tuyaux officiels «  »
    Il n y a pas de masques de gants de sur blouse et certains manquent deja de reactis pour les tests.
    Le Professeur Raoult de Marseile ils l ont fait passer pour un illuminé parce que sa prophylaxie necessitte tests et masques et ne permettra une culbute financiere a bien des Big pharma.

      +1

    Alerter
  • Le Père Limpinpin // 21.03.2020 à 11h51

    Le 8 Mai 1902 l’ éruption de la Montagne Pelée détruisait intégralement la ville de Saint Pierre , la  » perle des Antilles » causant 30.000 morts et mettant un point final à ce qui restait de l’ Amérique française . Malgré de nombreuses alertes et des victimes préalables le Préfet avait reculé la décision d’évacuer en raison des élections municipales qui devaient se tenir le lendemain du drame .

    Le 25 Mai 1720 accostait à Marseille en provenance du Levant le vaisseau « Le Grand Saint Antoine » , mis en quarantaine au Frioul en raison de décès douteux à bord . La foire de Beaucaire approchant , le commerce local , couvert par des autorité corrompues aux yeux grands fermés ne résista pas à la tentation d’introduire sa cargaison en douce , ignorant que le passager clandestin s’appellerait un jour bacille de Yersin …

    La mort dévasta Marseille et la Provence .

    Le Pouvoir et l’ Argent . Le Mensonge et la Cupidité , tous ces mots sont les autres noms du Mal . Depuis la nuit des temps le Veau d’or exige le sang des innocents. Celui qui perd la mémoire du passé est appelé à le revivre .

      +7

    Alerter
    • Claude // 21.03.2020 à 16h26

      et on comprend pourquoi ils voulaient passer en force (49-3), au pas de charge, la réforme des retraites « avant les élections »

      c’était en réalité avant la catastrophe sanitaire qui venait et l’effondrement
      – de la bourse,
      – du PIB : les 14% du PIB qu’ils voulaient consacrer à la retraite, ça fait combien si le PIB s’effondre ?

      tous leurs arguments fallacieux volent en éclat

        +1

      Alerter
  • Clode // 21.03.2020 à 13h01

    Mme Buzyn dit avoir compris très tôt grace à un blog???
    Son mari épidémiologiste a participé à l’installation en 2017 d’un laboratoire P4 à Wuhan, laboratoire qui employaient des français qui ont fait partie des premiers rapatriés.
    Elle et son mari avaient donc tous les éléments en main pour évaluer la dangerosité , propagation/létalité de ce virus.
    Précision, ce laboratoire travaille précisément sur
    ces virus.

      +9

    Alerter
  • Denis // 21.03.2020 à 13h39

    Un peu de commisération pour Agnés qui a été roulée dans la farine par
    notre bon Président.
    Elle a été involontairement ministre de la destruction du service public.
    On est triste pour elle! Snif…
    Heureusement, il nous reste l’humour!

    « Les capitalistes nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons »

    Medre! Plus de masque! Plus de gant!

    Le monstre est nu! Il est horrible!

    Janvier : Grimeaux sort ses arguments!
    Février : Cachez ce virus que je ne saurais voir!
    Mars: c’est pas moi, m’sieur!

    Affaire à suivre…à au moins un mètre 🙂

      +4

    Alerter
  • John // 21.03.2020 à 15h03

    À Saint-Pierre il s’agissait des élections législatives et c’est le député maire qui voulait sa réélection qui a maintenu l élection et même fait revenir sa femme en ville pour l’occasion.

      +1

    Alerter
  • petitjean // 21.03.2020 à 15h28

    Je n’ai aucune sympathie pour les malades qui nous « gouvernent » !
    Le mensonge étant consubstantiel à la politique, nous ne connaitrons pas la Vérité !
    Ce que je constate, c’est que ce médecin, ministre de la santé , à quitter son poste alors que la tempête s’annonçait , pour satisfaire ses ambitions politiques !!
    Je n’ai donc que mépris pour cette personne !……………….

      +4

    Alerter
    • petitjean // 21.03.2020 à 15h33

      et je complète mon message par cette autre réflexion :
      Comment se fait-il que le premier ministre et, ou, le chef de l’état, ait laissé ce ministre de la santé quitter son poste alors que la tempête s’annonçait ?
      Où est le sens des responsabilités ?……………

        +2

      Alerter
  • kinimodo // 21.03.2020 à 15h29

    Le post disparaît 2 fois, soucis techniques ou modération ?… vu le sujet, le CV de ce professeur et les liens vers des articles d’un journal de référence, j’opte pour le souci technique et essaie à nouveau…

    Du temps perdu là aussi ?
    La solution Chloroquine de l’infectiologue Didier Raoult.
    Oui je sais, tout comme moi, vous étiez sans doute sceptiques sur l’efficacité de ce médicament. Les médias, les politiques et le corps médical ayant pour l’instant dans leur ensemble, botté en touche.
    Didier Raoult est un infectiologue reconnu et spécialiste mondial de la Chloroquine.
    Mais les choses changent très rapidement et je vous conseille vivement la lecture de ces deux articles de Marianne.
    Ses derniers essais réalisés montrent une réelle efficacité du traitement à la Chloroquine sur le Covid-19.
    https://www.marianne.net/societe/la-chloroquine-guerit-le-covid-19-didier-raoult-l-infectiologue-qui-aurait-le-remede-au
    https://www.marianne.net/politique/de-marseille-fox-news-comment-les-essais-de-didier-raoult-sur-la-chloroquine-ont-convaincu

      +2

    Alerter
  • lit75 // 21.03.2020 à 16h12

    J’ai déterré cet article du « Monde » datant de 2013. Ca nécessiterait un peu d’analyse et de recherche, mais il me semble que les choss se sont déroulées + ou – selon la stratégie discutée à ce moment-là, notamment les différentes « phases » de l’épidémie. Et la préconisation des masques FPP2 plutôt que les masques FPP3.

    https://www.lemonde.fr/sante/article/2013/11/15/le-gouvernement-teste-un-nouveau-plan-contre-une-pandemie-grippale_3514209_1651302.html

    Sauf qu’il y a pas vraiment assez de masque FPP2. Pourquoi ?

      +1

    Alerter
  • Claude // 21.03.2020 à 16h16

    https://blog.mondediplo.net/les-connards-qui-nous-gouvernent
    par Frédéric Lordon, 19 mars 2020
    Bien sûr ça n’est pas moi qui le dis — ça non. C’est Claude Askolovitch. Plus exactement, Claude Askolovitch rapporte les propos d’un « ami pneumologue ». En même temps, on sent qu’il les endosse un peu. Ça n’est pas exactement lui qui le dit mais un peu comme si quand même. En tout cas, tous les papiers de la respectabilité sont dûment tamponnés : un journaliste de France Inter et d’Arte, on pourra difficilement plus en règle. Et donc tout d’un coup, sans crier gare, le voilà qui parle, ou laisse parler, de nos gouvernants comme de « connards »

    la suite au lien plus haut …

      +1

    Alerter
  • RV // 21.03.2020 à 19h56

    La déclaration aux Français de la métropole d’un médecin français en Chine
    qui a vécu et vit la pandémie en première ligne.
    Sur le blog de Paul Jorion.
    Accrochez-vous !
    https://www.pauljorion.com/blog/2020/03/20/a-ceux-que-les-mots-guerre-heroines-heros-agacent-ecoutez-bien/

      +0

    Alerter
  • Roi Salomon // 22.03.2020 à 06h53

    La meilleure chose à faire pour Madame Agnès BUZYN serait de retourner à l’hôpital en tant que médecin et soigner les gens! La politique, c’est avant tout le mensonge!!! Rappelons-nous les années 80-90 et l’affaire du sang contaminé. Et l’année 2003? Environ 20 000 morts rien qu’en France à cause de la canicule. Dans les semaines à venir, les prix vont flamber (fini le gasoil à 1,25€ le litre!). Les problèmes viennent que de commencer. En 2017, une partie de Français a fait le choix, maintenant tout le monde doit malheureusement assumer. Amitiés à tous.

      +1

    Alerter
  • Erth // 22.03.2020 à 09h12

    Tu parles elle retourne sa veste, au début c’est elle qui minimisait les faits

      +1

    Alerter
  • Plein le… // 22.03.2020 à 09h24

    Aujourdhui
    Infirmier liberal
    Pas de tenue adaptée nous allons a la boucherie
    Ma femme dans l’administration hospitalière
    Vacances supprimées 12h de travail
    Merci les fonctionnaires
    Vite une bonne révolution guillotine
    Je nen peux plus de ces fumiers

      +1

    Alerter
  • Kasper // 23.03.2020 à 01h17

    A part ça souvenez vous: les complots ca n’existe pas, et dans les démocraties le gouvernement a toujours à coeur les intérêts des citoyens.

    Répétez après moi…

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications