Les Crises Les Crises
4.décembre.20214.12.2021 // Les Crises

Joseph Stiglitz : « L’OMC doit adopter une dérogation sur la propriété intellectuelle des vaccins »

Merci 208
J'envoie

La pandémie continuera à faire rage tant qu’au sein de l’OMC les chamailleries se poursuivront concernant les règles relatives aux vaccins.

Source : CNN – Opinion, Joseph Stiglitz, Lori Wallach
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Retrouvez sur Élucid la synthèse de l’ouvrage de Joseph Stiglitz « Peuple, Pouvoir et Profits » et bien d’autres…

Pour accéder à notre Bibliothèque d’auto-défense intellectuelle avec ses synthèses et podcasts, découvrez nos offres et abonnez-vous !
(Code Promo : LESCRISES)

Joseph Stiglitz est professeur à l’université de Columbia et lauréat du prix Nobel d’économie. Lori Wallach est directrice du Global Trade Watch de Public Citizen. Les opinions exprimées dans ce commentaire sont strictement les leurs.

Si les organisations internationales sont tributaires du karma, alors le report abrupt de la conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) la semaine dernière, première grande réunion décisionnelle de l’organisme en quatre ans, était un sacré coup du sort. Non seulement les annonces de l’émergence d’Omicron, la dernière variante du coronavirus, ont entraîné le report de la réunion, mais elles ont également mis en lumière l’incapacité de la communauté internationale à maîtriser le virus.

Au cours des deux dernières années, la communauté scientifique mondiale a identifié l’agent pathogène à l’origine du Covid-19 et mis au point des vaccins et des antiviraux pour combattre le virus. Grâce à une production rapide, tous les habitants des pays riches qui souhaitaient être vaccinés l’ont été. Mais le marché, à lui seul, n’a pas réussi à en fournir suffisamment pour le reste du monde.

Depuis octobre 2020, un grand nombre de pays membres de l’OMC ont demandé une dérogation temporaire concernant les importantes restrictions de l’organisation en matière de propriété intellectuelle, à savoir que la production de vaccins, de traitements et de tests de diagnostic est réservée à certaines entreprises pharmaceutiques. Mais quelques membres de l’OMC ont bloqué cette initiative, qui est pourtant indispensable si l’on veut garantir un approvisionnement suffisant et mettre fin au cycle des variants qui, sinon, prolongera indéfiniment la pandémie.

L’OMC ne doit pas reporter cette décision. Elle doit convoquer une réunion en ligne de son Conseil général et adopter la dérogation dès cette semaine.

Alors que les citoyens des pays riches ont déjà reçu leur injection de rappel, moins de 7 % des citoyens des pays à faible revenu ont, ne serait-ce que reçu leur première injection.

Comme le montre le variant Omicron, tant qu’il y a des vagues épidémiques qui font rage dans quelque endroit que ce soit, la Covid-19 va muter et la possibilité de souches plus infectieuses ou mortelles augmente. C’est pourquoi, à moins que les gens ne soient vaccinés partout, nous sommes confrontés à la perspective d’une pandémie sans fin.

Le problème sous-jacent est un manque d’approvisionnement mondial. Le monde avait besoin d’au moins 11 milliards de doses pour 2021 avant même que les rappels et la vaccination des enfants ne commencent. Des milliards de doses seront nécessaires chaque année pour les rappels et pour combattre les nouveaux variants, et l’accès universel aux nouveaux antiviraux prometteurs sera crucial pour sauver la vie de ceux qui contractent la maladie.

La dérogation accordée par l’OMC représente un moyen évident d’augmenter l’offre et de contribuer à mettre un terme définitif à la pandémie.

L’accord de l’OMC sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC), qui est entré en vigueur en 1995, oblige les pays membres de l’organisation à appliquer au niveau national des restrictions d’ampleur en matière de propriété intellectuelle. L’année dernière, l’Afrique du Sud et l’Inde ont proposé une suspension temporaire des barrières ADPIC pour les vaccins, traitements et tests de diagnostic Covid-19. Cela permettrait aux nombreux producteurs qualifiés des pays en développement de fabriquer des vaccins efficaces et autres traitements Covid plutôt que d’être confrontés à la mortalité et à une catastrophe économique en attendant que les entreprises pharmaceutiques et les pays riches leur envoient de l’aide.

Ce ne serait que justice. Les vaccins à ARN messager très efficaces qui sont actuellement sur le marché ont été mis au point grâce à des milliards de dollars versés par les gouvernements (c’est-à-dire les contribuables) américains et européens.

Les défenseurs de la santé mettent depuis longtemps en garde contre le danger que représente l’accord ADPIC pour l’accès des pays en développement aux médicaments, mais personne n’a un jour imaginé que les pays avancés feraient passer les profits des entreprises pharmaceutiques avant le bien-être de leurs propres citoyens. L’administration Biden s’est d’abord attirée des éloges pour avoir soutenu la dérogation de l’OMC en mai dernier. La déclaration du président Biden sur Omicron la semaine dernière invitait les pays à adopter la dérogation dès maintenant. Mais le président a déployé beaucoup trop peu d’efforts pour qu’un accord final afin d’adopter la dérogation à l’OMC soit voté.

On a connu un nouveau mois d’octobre et, alors que plus de 100 pays sont favorables à une dérogation, l’Union européenne, poussée par l’Allemagne, à laquelle viennent s’ajouter la Suisse et le Royaume-Uni, continuent de s’y opposer. Ils tirent parti des procédures de prise de décision par consensus de l’OMC et du rôle inhabituellement passif que jouent les États-Unis dans les négociations pour bloquer la dérogation, alors même que des millions de personnes meurent en attendant d’être vaccinées.

Les démocraties occidentales voient leur réputation entachée par le fait qu’elles refusent à des milliards de personnes des pays pauvres l’accès à des vaccins et à des traitements qui pourraient sauver des vies. Et au niveau mondial, on considère à juste titre que l’OMC est un frein à la lutte pour mettre fin à la pandémie. Un « État de droit » international et un système économique qui fait passer les profits avant les vies ne vont pas gagner les cœurs et les esprits des habitants du reste du monde.

Entre-temps, la Chine et la Russie ont collaboré avec les gouvernements des pays en développement pour construire des installations de production de vaccins. La Chine a déjà fourni des doses à plus de 80 pays, soit près de la moitié des plus de 7 milliards de doses administrées dans le monde, et vient d’annoncer un plan visant à envoyer un milliard de doses supplémentaires en Afrique. La Russie a largement partagé sa technologie en matière de vaccins. Les deux pays ont mené une diplomatie vigoureuse et fructueuse en matière de vaccins, bien que cela ne se soit pas fait sans controverse.

Les vaccins chinois Sinovac et Sinopharm existants sont moins efficaces et les deux vaccins ARNm fabriqués en Chine en sont encore au stade final des essais. (BioNTech, l’entreprise allemande partenaire de Pfizer, a également partagé sa technologie de vaccin à ARNm avec Shanghai Fosun Pharmaceutical, mais uniquement à des fins de vente en Chine). La production de Sputnik V par la Russie a rencontré des problèmes, et concernant ses vaccins, l’offre est limitée. Malgré tout, pour une grande partie du monde, il semble que les autocraties accordent de l’importance aux vies et les démocraties attachent de l’importance aux profits.

Il est impératif que les États-Unis fassent preuve de leadership et amènent l’OMC à organiser une réunion d’urgence du Conseil général en ligne cette semaine afin d’aboutir à un accord de renonciation sérieux.

En septembre dernier, l’administration Biden a souligné l’importance d’une vaccination en faveur de 70 % de la population mondiale. L’annonce récente du projet de l’administration de collaborer avec les entreprises pour trouver un moyen d’augmenter la production met en lumière les pénuries actuelles. Mais on ne sait pas encore à combien de doses supplémentaires cette proposition conduira – et quand -.

Omicron souligne l’urgence de la dérogation de l’OMC. Le président doit faire pression sur les quelques pays, tous proches alliés des États-Unis, qui font de la résistance afin que la production puisse s’accélérer dans le monde entier. Rien de tout cela ne se produira sans un leadership américain plus affirmé. Et, pour le dire sous l’angle du petit bout de la lorgnette, rien ne pourrait être plus important pour la santé des Américains et aussi pour l’économie américaine.

En obtenant la dérogation de l’OMC et en dirigeant la stratégie visant à mettre fin à la pandémie de Covid-19, Biden a une occasion en or pour restaurer la position des États-Unis dans le monde et relancer son image nationale, qui a été rudement mise à mal par l’inquiétude durable et grandissante du public face à cette pandémie apparemment inexorable.

Source : CNN – Opinion, Joseph Stiglitz, Lori Wallach
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 04.12.2021 à 08h53

« Les vaccins chinois Sinovac et Sinopharm existants sont moins efficaces »

Propagande. Les Seychelles qui ont utilisés les vaccins chinois ont un taux de décès de 1313 par million d’habitants à comparer avec les 1747 de la France, les 2192 du RU et les 2408 des yankees.

« La production de Sputnik V par la Russie a rencontré des problèmes, et concernant ses vaccins, l’offre est limitée. »

Oui, limitée à pas moins de 57 pays du fait du boycott de la Russie par l’occident qui se préoccupe davantage des profits de ses compagnies pharmaceutiques que de la santé de sa population..

19 réactions et commentaires

  • Yann // 04.12.2021 à 08h18

    « Les vaccins à ARN messager très efficaces qui sont actuellement sur le marché ont été mis au point grâce à des milliards de dollars versés par les gouvernements… »

    Combien de milliards, répartis et utilisés comment, exactement ?
    Après tout, ça pourrait être interessant de vulgariser en quoi le développement de ces vaccins et si compliqué…

      +11

    Alerter
    • Paul // 04.12.2021 à 10h10

      dites les gens, il vous arrivent de vous poser 2mn ?

      il y a un enjeu bien plus important que ça
      l’OMS a oiuvert la boite de pandore SANS que l’ethique ou le droit humain ne soit pris en compte et sans que les peuples ne puissent décider de leur sort
      https://www.who.int/fr/news/item/12-07-2021-who-issues-new-recommendations-on-human-genome-editing-for-the-advancement-of-public-health

        +10

      Alerter
    • Alain // 04.12.2021 à 13h24

      Très efficace? Pendant combien de temps? 2 à 6 mois, c’est la première fois que des vaccins ont un effet aussi court pour protéger de la maladie tout en ayant pratiquement aucun sur la transmission

      Et oui c’est très compliqué, ce n’est pas une recette au coin du feu. Et c’est tout aussi compliqué de les produire car cela demande une grande quantité de composants à mélanger avec très grande précision. Donc même si c’est public les pays du tiers monde n’ont pas le matériel et les compétences pour y arriver.
      La production de vaccins est très concentrée (2019: Europe 76%, Amérique du Nord 13%, Asie 8%, reste du monde 3%). Si c’était si facile, il y aurait de nouveaux entrants. Les vaccins covid 19 ont changé l’image, notamment en faveur de la Chine et de l’Inde

        +4

      Alerter
      • Yann // 05.12.2021 à 06h16

        « C’est compliqué, ce n’est pas une recette au coin du feu »

        Le fait que ça se fasse ou pas au coin du feu n’est pas forcément le problème, sauf si on voit apparaître des bûches à 5000 euros pièce en note de frais, facturées in fine au contribuable qui curieusement n’a pas accès au détail.

        Ce serait donc intéressant de mettre quelques chiffres dans la discussion.

          +2

        Alerter
    • Idomar // 07.12.2021 à 12h30

      Au moins cela aurait un autre grand avantage, celui de savoir exactement ce qu’il y a dedans 😋

        +1

      Alerter
  • calal // 04.12.2021 à 08h25

    Personnellement je prefere l’approche de Raoult que je denommerai « cliquet par le bas »
    – on ne nationalise pas les brevets des dernieres techniques medicales de pointe car il faut les laisser au marche pour qu’ils puissent etre vendu et profitent d’abord aux plus riches
    – par contre on nationalise,on produit localement et on distribue gratuitement les medicaments de base dont les brevets sont tombes dans le domaine public et dont l’histoire a demontre leur efficacite. Il semble bien que c’est que que l’inde fait. (voir on regarde si leur domaine d’utilisation ne peut etre etednu a d’autres maladies 😉

    Pourquoi on permet a l’inde de le faire et pas a d’autres? peut etre parce que le peuple indien est l’armee de reserve de l’occident face a la chine?

      +6

    Alerter
  • LibEgaFra // 04.12.2021 à 08h53

    « Les vaccins chinois Sinovac et Sinopharm existants sont moins efficaces »

    Propagande. Les Seychelles qui ont utilisés les vaccins chinois ont un taux de décès de 1313 par million d’habitants à comparer avec les 1747 de la France, les 2192 du RU et les 2408 des yankees.

    « La production de Sputnik V par la Russie a rencontré des problèmes, et concernant ses vaccins, l’offre est limitée. »

    Oui, limitée à pas moins de 57 pays du fait du boycott de la Russie par l’occident qui se préoccupe davantage des profits de ses compagnies pharmaceutiques que de la santé de sa population..

      +25

    Alerter
    • Luigi // 04.12.2021 à 16h35

      Propagande ? Vous avez des sources sérieuses ?… Selon les labos eux-mêmes (qu’on ne peut pas soupçonner de minorer les résultats exprès), les chiffres du Sinopharm tournent autour de 84 %, et ceux du Coronavac (Sinovac) autour de 79 %, c’est-à-dire inférieurs à ceux à ARNm..
      Cependant, personne ne sait pourquoi des études dans différents pays donnent des résultats sensiblement différents que ceux donnés par les labos eux-mêmes à l’OMS… étonnant, non ?
      Exemple, une étude hongkongaise démontre que le vaccin Coronavac entraîne la production de dix fois moins d’anticorps que le vaccin développé par Pfizer-BioNTech : https://www.thelancet.com/journals/lanmic/article/PIIS2666-5247(21)00177-4/fulltext
      Tandis que les Chiliens, vaccinés à 70 % principalement au Sinovac, ils sont probablement en train de regretter leur choix….

      Quant à la Russie quand elle démontrera concrètement qu’on peut faire confiance aux données qu’elle publie et qu’elle n’a rien à cacher, vous verrez, tout ira beaucoup mieux…

      Bref, merci d’essayer d’être plus tempéré et relativiste dans vos affirmations, ça ne peut que faire du bien à la vérité.

        +2

      Alerter
  • gracques // 04.12.2021 à 08h56

    Quant à l’efficacité…..suffisante pour relativement protéger , insuffisante pour ne pas contaminer…..
    Faudra vacciner la population mondiale 1 ou 2 fois par an et éradiquer les visons ?
    Les vaccins font peut etre partis de la solution , ils ne sont pas là solution.

      +11

    Alerter
    • Marcel // 04.12.2021 à 11h25

      Eradiuer aussi les cerfs (nombreux cas aux US), les chauves souris et les pangolins (à l’origine de la crise), les hippopotames (deux cas au zoo d’Anvers cette semaine). Peut être aussi les chats et les chiens car les chinois tuent les animaux domestiques des contaminés et qu’ils ont à mon avis des raisons de le faire.

        +5

      Alerter
  • Paul // 04.12.2021 à 11h05

    oui,il serait tout simplement humain de mettre dans le domaine public un bien essentiel pour la survie de l’humanité

    mais les Africains par exemple, en veulent-t-ils ?

    et que penser de ce qu’en dit la science et le lancet ?
    https://www.thelancet.com/journals/lanepe/article/PIIS2666-7762(21)00258-1/fulltext?s=08#%20

      +5

    Alerter
    • Dieselito // 04.12.2021 à 13h03

      Robert R. Malpass, Président en titre de la Banque Mondiale a déclaré lors d’une entrevue télévisée:

      » “Pfizer ne donnera pas d’injections d’ARNm aux pays où ils risquent des responsabilités légales pour les effets secondaires”

      https://nitter.42l.fr/Carterj37919661/status/1466883204053278726

      Il va être intéressant, voire salvateur, de fouiller dans la composition de ce bien commercial essentiel pour la « survie » de l’humanité.

        +15

      Alerter
  • BOURDEAUX // 04.12.2021 à 13h05

    C’est très « humanity friendly » de déclarer des choses pareilles, mais si l’on se projette un peu plus loin, comment imaginer que les labos lèveront le petit doigt pour développer un vaccin quand surviendra un autre virus ? Comme pour bien d’autres choses, s’il on s’autorise à s’assoir sur les règles, lois ou accords au motif que ça va mal en ce moment, on se prépare un monde où règles, lois et accords seront sans valeur; ça s’appelle l’anarchie.

      +0

    Alerter
    • Paul // 04.12.2021 à 13h16

      et vous faites quoi du fait qu Oxford qui a fabriqué le v avec des fonds publiques avait dit qu’ils le donneraient gratuitement mais que suite à des conseils judicieux ils ne l’ont pas fait ?

        +5

      Alerter
      • BOURDEAUX // 04.12.2021 à 13h55

        gratuitement ? Vous avez une source svp ? Parce que j’ai entendu parler d’une éventuelle vente à prix coûtant, mais jamais de gratuité. L’université d’OXFORD ne peut pas imposer à merk de produire son vaccin gratuitement…

          +0

        Alerter
        • Paul // 04.12.2021 à 18h40

          oui, prix coutant, une fois remboursé les frais de recherche ( principalement des fonds publics , ah;ah) ils avaient dit qu’ils fourniraient la formule au monde entier.
          et puis 2 ou 3 revirements, dont celui là. (pas retrouvé le premier lien mais c’était bien une fois rentré dans leurs frais de donner)
          https://www.lopinion.fr/economie/luniversite-doxford-a-concu-un-vaccin-contre-la-covid-19-puis-largent-a-tout-complique

            +5

          Alerter
          • BOURDEAUX // 05.12.2021 à 12h18

            votre lien est très intéressant, mais on y lit pas du tout la même chose ! j’y vois une boite (vaccitech), fonctionnant avec des financements publiques (oxford university) et privés, mettant un vaccin au point, et qui a fini par abandonner ses droits de propriété intellectuelle au profit d’oxford pour faire produire son vaccin. les administrateurs de l’université d’oxford sont loin d’être des moines trappistes : ils ont également tout fait pour tirer le maximum de profit du vaccin : percevant des royalties sur la production ils avaient tout intérêt à ce que le vaccin soit commercialisé dans le monde entier. Bref, indiquez-moi la ligne évoquant, même vaguement, l’idée de « don », parce que je ne l’ai pas vue.

              +0

            Alerter
    • anarkopsykotik // 04.12.2021 à 19h17

      >les labos lèveront le petit doigt pour développer un vaccin

      Vu qu’ils ne font quasi plus de recherche et rachètent essentiellement des start up qui ont marchées, start up qui ont majoritairement utilisées de l’argent public pour ces recherches… Quelle différence ? Oh, et puis si à la place de gaver des entreprises pharmaceutiques ont faisait à nouveau de la recherche publique, histoire d’avoir les moyens de soigner notre population ? Nan, inenvisageable pour vous ?

      Incroyable d’être [modéré] à ce point et inquiet des profits des actionnaires sans penser à une alternative.

        +9

      Alerter
  • John V. Doe // 05.12.2021 à 13h07

    « Un « État de droit » international et un système économique qui fait passer les profits avant les vies ne vont pas gagner les cœurs et les esprits des habitants du reste du monde. » dit Stigliz. Il oublie de dire que surtout cette idéologie fait perdre les guerres : celle contre la pandémie, celle contre la destruction de notre sphère de vie (température, diversité, quantité d’organismes par type, etc…) et finalement celle de notre anéantissement puisque les marchands d’armes financent les médias pour nous pousser aux conflits, inhumains, sans tenir compte du risque de nucléarisation de ceux-ci.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications