Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 28-08-2017

« Nécessité fait loi » nous rappelle l’adage bien connu. Au moment où la présence d’Emmanuel Macron sur la scène internationale, notre vibrionnant président de la République, est de plus en plus fréquente (Cf. la consultation régulière du site internet de l’Élysée1), il serait grand temps qu’il donne un cap et un contenu à sa politique étrangère dont on peine encore à découvrir les linéaments2. Lors du conseil des ministres du 28 juillet 2017, en raison des couacs récents et de la baisse de sa cote de popularité, il marque son intention de « donner du sens à son action » afin qu’elle soit comprise des citoyens. Dont acte ! Au cours des prochaines semaines, deux occasions vont lui être fournies de préciser sa vision jupitérienne et martiale du monde en ce début de XXIe siècle.

D’abord, la rituelle conférence des ambassadeurs (rebaptisée il y a peu en « semaine des ambassadeurs » par Laurent Fabius) de la dernière semaine du mois d’août à Paris au cours de laquelle il est censé instruire la fine fleur de la diplomatie française de sa docte parole. Ensuite, le rituel discours devant l’Assemblée générale de l’ONU de la deuxième quinzaine de septembre à New York au cours de laquelle il est censé instruire la fine fleur de la diplomatie mondiale de la pensée internationale du Dieu Macron. Rien de moins. Même si sa pensée est « complexe », pour reprendre ses propres mots (pour refuser le traditionnel entretien avec deux journalistes du 14 juillet), il serait plus qu’opportun et urgent qu’il la simplifie pour être compris urbi et orbi3.

Tout ce qui se conçoit clairement s’énonce clairement et les mots pour le dire… Dans le pays de René Descartes, sa démonstration, fondée sur la réalité et non sur le rêve, devrait s’articuler autour du triptyque suivant. Face à un monde en plein bouleversement et passé le cap des cent jours4, il est devenu indispensable de renouveler la politique étrangère de la France et d’adapter sérieusement son outil diplomatique. Vaste programme aurait dit le général de Gaulle.

FACE À UN MONDE EN PLEIN BOULEVERSEMENT…

Face à un monde imprévisible et incertain, nous assistons à retour du concert des nations et à un effacement inévitable du multilatéralisme.

Un monde imprévisible et incertain

En dépit d’une inflation, d’un trop plein d’informations, les États semblent de plus en plus désemparés par la multiplication des crises face auxquelles leurs dirigeants semblent de plus en plus désorientés, incapables qu’ils sont de prévenir ces multiples « surprises stratégiques », pour reprendre l’expression consacrée’. Ont-ils été en mesure de prévoir la crise économique et financière, les « révolutions arabes », la crise migratoire, l’émergence de l’EIIL, la prégnance du terrorisme, la nouvelle guerre froide entre Moscou et Washington, l’aggravation de la crise entre Washington et Pyongyang, l’effondrement de l’Union européenne, l’obsolescence de l’OTAN, la paralysie de l’ONU… ? La réponse est dans la question. Pour Joseph Nye, cofondateur du concept de « soft power », nous assistons à deux mouvements qui se déroulent en même temps dans un monde en plein bouleversement : la « transition de la puissance » avec la Chine et la « transmission de la puissance » des États vers des acteurs non étatiques5.

Un retour du concert des nations

Aujourd’hui, dans un temps où la méfiance remplace la confiance, les États misent de moins en moins sur la « puissance avec les autres » et de plus en plus sur la « puissance au-dessus des autres ». Le concert des nations, que l’on croyait remisé au magasin des antiquités diplomatiques, fait un retour en force en ce début de XXIe siècle. Nous assistons à un recours plus fréquent aux formats sui generis pour tenter de venir à bout des crises les plus graves : dialogue bilatéral russo-américain sur la Syrie (lancé en marge du G20 d’Hambourg) ; initiative isolée du président Macron sur la Libye (rencontre de la Celle-Saint-Cloud avec les deux principaux protagonistes du drame libyen même si elle ne débouche sur rien6) ; initiative du président Hollande sur l’Ukraine avec le format Normandie, couple franco-allemand pour aider le G5 Sahel à lutter contre le terrorisme ; processus tripartite d’Astana (Iran, Russie, Turquie) pour tenter de résoudre la crise syrienne…

Le bilatéral reprend des couleurs qu’il avait perdues à la faveur de la fin de la Guerre froide comme cela est le cas dans toutes les périodes de crise, de montée des tensions et de l’incompréhension. Chaque État estime qu’il sera mieux entendu, défendu dans des formats restreints que dans des enceintes universelles au sein desquelles sa voix sera inaudible. L’Histoire ne serait-elle qu’un éternel recommencement alors que certains en annonçaient la fin ?

Un effacement inévitable du multilatéralisme

Le réflexe naturel des États qui comptent sur la scène internationale est désormais de faire l’impasse sur les institutions multilatérales dont on nous loue quotidiennement les mérites de façon pavlovienne et liturgique. Le Conseil de sécurité de l’ONU se contente de déplorer, de regretter faute d’un minimum de confiance et d’accord entre les Cinq membres permanents. Au mieux d’imposer des sanctions (plus de diplomatie coercitive et moins de diplomatie coopérative). Cette situation de blocage doit beaucoup à la manière dont les trois occidentaux ont interprété de manière abusive la résolution 1973 sur la Libye.

L’OTAN est considérée comme « obsolète » par son principal mentor, le président américain qui considère que ses alliés ne participent pas suffisamment sur un plan financier à la défense du continent européen et l’application de son article 5 (clause de défense collective) ne semble plus être automatique en cas d’attaque de l’un de ses membres. Donald Trump aurait évolué sur ce sujet, nous dit-on, mais le ver est dans le fruit. L’Union européenne, vantée hier comme éternelle, est aujourd’hui considérée comme mortelle après le « brexit » (qui semble s’éterniser) et le cavalier seul des pays du Groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne et République tchèque), peu regardant sur la mise en œuvre de l’état de droit chez eux. Sa ministre des Affaires étrangères s’incline devant la Turquie7.

Elle va de crise en crise, incapable de se réformer pour « protéger les citoyens » et de régler rapidement et efficacement les crises (comme celles des migrations8) qu’elle subit9. L’OSCE, successeur de la CSCE, joue de moins en moins son rôle de forum de dialogue sur les questions de sécurité et de droits de l’homme, se contentant de dépêcher des « missions de terrain » sur les zones de crise du continent européen… L’OMC se voit contesté par Donald Trump qui récuse désormais la liberté du commerce mondial (Cf. la renégociation de l’ALENA). L’OMS réagit avec beaucoup de retard sur les pandémies en Afrique. Et la liste n’est malheureusement pas exhaustive de toutes des déficiences du multilatéralisme inefficace.

« Il faut prendre les choses comme elles sont car on ne fait pas de politique autrement que sur des réalités » nous enseigne le général de Gaulle. Ce jugement est particulièrement pertinent de nos jours alors que le monde est en (r)évolution permanente. À monde nouveau, politique étrangère nouvelle !

… UN RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE ÉTRANGÈRE EST INDISPENSABLE…

Sans verser pour autant dans le simplisme, la politique étrangère de la France pourrait se définir par trois mots et s’organiser autour de trois dimensions.

Une politique étrangère résumée en trois mots

Trois mois après sa prise de fonctions, le président de la République, Emmanuel Macron pose un diagnostic pertinent à propos de son début de mandat. À l’occasion du Conseil des ministres du 28 juillet 2017, il martèle, à l’intention de son gouvernement, ses deux mots d’ordre « ambition » et « cohérence »10. Il appelle, par ailleurs, à davantage « anticiper les problèmes ». Gouverner, c’est prévoir ! Le Chef de l’État est déjà contraint de revoir sa méthode moins de trois mois après sa prise de fonctions. Il reproche à ses ministres de se « laisser bouffer par l’administration »11. Si sa pratique internationale est bien marquée au sceau de l’ambition et du volontarisme, le moins que l’on puisse dire est qu’elle manque singulièrement de cohérence même si elle se veut, du moins dans les apparences, anticipatrice des grandes lames de fond. Sa stratégie porte un nom : la fuite en avant12. « Pour l’instant, c’est le bazar à tous les étages », ironise un proche de son prédécesseur, François Hollande.

Si le style Macron semble plaire aux réseaux sociaux (l’alpha et l’oméga du monde politique du XXIe siècle), y compris à l’étranger, il semble également que son activisme vibrionnant commence à agacer passablement quelques grandes chancelleries occidentales, mais aussi l’Union européenne, par son défaut de concertation. Force est de reconnaître que la montagne accouche souvent d’une souris surtout lorsque la diplomatie est celle de « l’en même temps ». La politique africaine d’Emmanuel Macron relève de la grande illusion13 sans parler des problèmes que posent aux Italiens nos cavaliers seuls avec la Libye, en particulier sur le plan migratoire14. Sur le Venezuela, le silence de la France est assourdissant15. Heureusement, Paris s’inquiète de la crise nord-coréenne16. Mais, que doit donc comporter une politique étrangère ambitieuse, cohérente et anticipatrice digne de la France des idées dans le contexte international actuel ?

Une politique étrangère déclinée en trois dimensions

En nous en tenant à l’essentiel, les principales caractéristiques d’une politique étrangère réaliste et efficace peuvent se résumer aux trois dimensions suivantes.

Une dimension temporelle et spatiale. Pour ce qui est de sa temporalité, le chef de l’État, sorte de « nouvel empereur »17 a le choix entre une politique étrangère du temps médiatique (qui ne mêle nulle part) et une politique étrangère du temps historique (qui est sa raison d’être). La politique internationale des coups de com’ est comme les roses, elle ne vit que l’espace d’un matin. Elle obéit à la loi de l’essuie-glace, un évènement chassant l’autre. Elle est inutile, inefficace, parfois contreproductive surtout lorsque la porte-parole du président avoue qu’elle « assume parfaitement de mentir pour protéger le président »18. Pour ce qui est de la dimension spatiale, le chef de l’État a le choix entre une politique étrangère ponctuelle (traiter un problème en dehors de son contexte général) et une politique étrangère globale (tenant compte de la géographie qui est sa raison d’être). Dans le domaine des relations internationales, tout est dans tout. Il semble que cette maxime soit souvent perdue de vue par nos dirigeants. Vouloir peser dans le concert des nations, comme ce fut le cas avec la politique gaullo-mitterrandienne, suppose d’avoir une vision assez précise du monde, des interconnexions entre toutes les problématiques les plus significatives pour comprendre avant de pouvoir agir en toute connaissance de cause.

Une dimension stratégique et coopérative. Pour avoir quelques chances de succès, une politique étrangère digne de ce nom doit s’organiser autour d’une stratégie claire, lisible et prévisible. Elle est avant tout fondée sur la défense de l’intérêt national, qu’on le veuille ou non. Elle ne peut avoir pour seule boussole la morale ou les droits de l’homme19. Elle doit se fonder sur le réel, les rapports de force, les convergences d’intérêts (conjoncturelles ou structurelles). Elle ne peut se résumer au seul triptyque : mots, images et affichage. Mais cette politique étrangère efficace ne peut se concevoir et se conduire, hors de rares exceptions, seule et sans alliés, sinon elle est vouée à l’échec.

Comme dans les sports collectifs, jouer perso ne rapporte pas la mise. Elle suppose un indispensable travail en amont pour créer des coalitions sur lesquelles la France puisse s’appuyer. Est ainsi posée la question fondamentale de savoir ce que nous attendons ou pas de l’Union européenne et de son pléthorique Service européen d’action extérieure. Voulons-nous jouer avec l’Europe ou en dehors de l’Europe ? La question n’est toujours pas tranchée à découvrir l’agenda international exclusivement bilatéral d’Emanuel Macron en dépit de l’annonce d’une tournée européenne à la rentrée. La France de François Hollande a eu trop tendance à privilégier l’approche coercitive (toutes ses opérations extérieures en Afrique et au Proche et au Moyen-Orient) au détriment de l’approche coopérative (l’absence de propositions de médiation, de conciliation, de conférences internationales). Que désire Emmanuel Macron au juste ?

Une dimension de connaissance et d’anticipation. Il est grand temps que les explications des convulsions que connaît le monde l’emportent sur les symboles. Pour ce qui est de l’analyse, nous touchons au cœur du problème fondamental de la diplomatie (Cf. développement suivant) qui est de comprendre les évènements, leurs causes, leur durée, leur relation avec l’histoire, la géographie, l’économie, le social, l’environnement… Le rôle de l’analyste doit être de s’en tenir à la froideur des faits objectifs et non aux divagations de l’esprit, aux idées simples, simplistes et toutes faites que véhiculent les médias et autres réseaux sociaux.

Gouverner, c’est prévoir, on ne le redira jamais assez. En histoire (sur le temps long), il faut être prudent quand il est question de prévoir les grandes tendances sur le long terme comme nous le rappelle Marc Bloch20. En diplomatie (sur le temps court), il existe toujours une marge d’imprévisibilité. Ceci étant dit, cela ne doit pas empêcher les décideurs politiques d’imaginer l’avenir pour en devenir l’architecte plutôt que de le subir pour en devenir le jouet. L’agitation permanente est peu propice à la réflexion et, par voie de conséquence, à l’anticipation, seul gage d’une réelle politique étrangère. Nous en sommes encore loin aujourd’hui.

Comme quoi rien ne change ? Reste que la constance dans la contradiction ne fait pas une politique, ou plutôt fait de la très mauvaise politique (Paul Cassia). Étant la déclinaison concrète et quotidienne (par le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères) de la ligne définie par la politique étrangère (par le président de la République), la diplomatie française nécessite plus que quelques ravalements de façade.

…AINSI QU’UNE SÉRIEUSE ADAPTATION DE L’OUTIL DIPLOMATIQUE

Comme l’écrit Nicolas Hulot pour la défense de la planète, il faut « préférer le sursaut au sursis »21. Il en va de même pour notre diplomatie qui est bien malade faute d’une réflexion stratégique tant sur sa raison d’être que sur ses méthodes. Trois impératifs catégoriques s’imposent aujourd’hui pour la remettre sur de bons rails : un recentrage du Quai d’Orsay sur ses missions régaliennes, …

Un recentrage du Quai d’Orsay sur ses missions régaliennes. À l’heure des coupes sombres dans les budgets ministériels – le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères vient d’être taxé plus que de raison comme le ministère des Armées (Cf. le psychodrame ayant conduit à la démission du général Pierre de Villiers) -, il est indispensable que la diplomatie française cesse d’entretenir quelques danseuses inutiles en son sein comme elle le fait avec une constance qui mérite louange. À l’instar de ce qui se fait pour la sécurité et la défense à intervalles réguliers, il est aujourd’hui indispensable que soit mis en chantier un Livre blanc sur la politique étrangère de la France (fondé sur une analyse objective du nouvel ordre mondial et de ses conséquences sur l’action internationale de la France) accompagné d’une loi de programmation diplomatique pour la durée du présent quinquennat (mettant en adéquation nos ambitions démesurées avec des moyens de plus en plus contraints). Il est aussi important que soit lancée une réflexion indépendante sur le périmètre du métier de diplomate et les objectifs de la diplomatie.

Tout ceci devrait déboucher sur l’abandon par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères de quelques missions « exotiques » sur lesquelles il n’apporte aucune valeur ajoutée par rapport à d’autres départements ministériels. Nous ne citerons qu’un exemple, celui de la diplomatie économique qui doit revenir à Bercy sans parler de la diplomatie culturelle au sujet de laquelle une réflexion s’impose. Le temps des contraintes budgétaires doit être celui des réformes audacieuses et non celui des lamentations stériles.

Un retour de la méritocratie républicaine. Il est grand temps que soit mis un coup d’arrêt aux pratiques anciennes qui constituent des violations graves des principes de la République. Les promotions et les affectations des diplomates doivent reposer sur le seul critère de leur compétence et de leur mérite22. Doivent être bannies des politiques de gestion des ressources humaines les pratiques suivantes : le monopole des anciens élèves de l’ENA dans la course aux postes et aux promotions (une fois entrés au Quai d’Orsay, ils ne doivent plus prendre l’autoroute mais la route normale sauf à faire leurs preuves)23 ; le coup de pouce donné systématiquement aux femmes en vue du rétablissement d’une parité hypothétique (il constitue aujourd’hui une discrimination inacceptable contraire au principe d’égalité si les mots ont encore un sens dans notre langue) ; le primat du copinage (les recasages indécents des membres des cabinets et des amis politiques24) et des réseaux (politiques, syndicaux, de la franc-maçonnerie, des LGBT, des minorités…). De plus, au moment où Emmanuel Macron entend recourir au « spoil system » à l’américaine, il est important que soit donnée une prime aux fonctionnaires courageux qui écrivent ce qu’ils pensent (dans les limites de l’obligation de loyauté) par rapport à ceux qui écrivent ce qu’attendent d’eux les politiques (depuis leurs bureaux parisiens).

En dernier lieu, il est indispensable de mettre un terme à la dérive inquiétante des gadgets managériaux. Plus une structure souffre du principal, plus elle a tendance à se perdre dans l’accessoire : évaluation à 360° qui confère aux subordonnés un droit de vie et de mort intolérable sur leur hiérarchie ; diplomatie partagée (couple de diplomates nommés sur le même poste d’ambassadeur en Croatie) ; réunionite aigüe qui obère les capacités de réflexion des ambassadeurs et des directeurs d’administration centrale ; excès de convivialité et, dernière nouveauté, dernier gadget managérial, pourrait-on dire, la création, à la veille de la semaine des ambassadeurs, d’un « comité exécutif » dont on peine à comprendre le rôle exact25

Une recherche constante de l’anticipation. Avant de refaire le monde, il faut savoir le décrypter pour le comprendre dans toute sa complexité. L’un des principaux objectifs de la diplomatie (ses trois missions sont : informer, négocier, représenter) consiste, par un recueil continu d’informations pertinentes par notre réseau diplomatique et consulaire de parfaire l’analyse des situations, y compris et surtout les plus complexes, dans le monde afin de réduire l’incertitude et prévenir ainsi les « surprises stratégiques ». C’est ce que l’on peut qualifier d’expertise diplomatique qui se fonde sur un réseau d’experts de toutes les régions du monde (corps des conseillers d’orient en particulier) qui accumulent une « expertise de long terme » (Bernard Bajolet, ex-directeur général de la sécurité extérieure).

Même si la diplomatie n’est pas une science exacte, elle se doit d’être anticipatrice par l’analyse constante des signaux faibles et forts. Le Centre d’analyse et de prospective du Quai d’Orsay doit retrouver sa vocation initiale (celle qu’avait confiée son initiateur Michel Jobert à son premier chef, Thierry de Montbrial) : penser différemment des services du ministère des Affaires étrangères, pris par le court terme (« thinking out of the box » comme disent les anglo-saxons), y compris en se plaçant dans une démarche anticonformiste. Le CAPS ne doit plus être la voix du ministre mais son conseil (y compris en lui fournissant des analyses dérangeantes allant à contre-courant de ses idées) en associant à ses recherches tout le vivier du renseignement provenant des services (la DGSI et la DGSE viennent de recruter des milliers d’analystes). Le CAPS doit redevenir un centre d’excellence et non le refuge de bras cassés (diplomates) et de sans expérience internationale (chercheurs débutants ou courtisans du ministre) pour redonner au Quai d’Orsay ses lettres de noblesse en matière d’analyse, de synthèse, de connaissance et d’anticipation, toutes choses qu’il a perdues au fil des ans.

Jean-Yves Le Drian, qui fait souvent preuve de bon sens populaire et de sens de la prévision26, saura-t-il trouver le bon chemin en Macronie ?27 On nous dit qu’il aurait quelques états d’âme et regretterait le temps béni de la Hollandie pendant lequel il était le maître incontesté à l’hôtel de Brienne. On ne peut pas être et avoir été. Au Quai d’Orsay, certaines mauvaises langues prétendent qu’il ferait seulement office de figurant d’une pièce dont le rôle principal serait tenu par un jeune premier à l’Élysée. Vedette dont son ex-professeur de théâtre devenue première dame nous dresse un portrait élogieux dans les colonnes d’Elle au moment où la critique se fait plus négative contre le jeune prodige de la comédie française28

« Chaque début recèle une magie cachée » affirme l’écrivain allemand Hermann Hesse. La vague de « Macronmania » qui frappe la France relève de pareille logique. Elle a, au moins pour un temps, anesthésié les capacités critiques (au sens le plus noble du terme) de nos intellectuels (ou pseudo), de nos penseurs (à l’acuité réduite), de nos fins stratèges (du très court terme et du temps médiatique) et autres germanopratins de tout poil (actifs dans les dîners en ville). Mais, ne perdons pas de vue le risque de lendemains qui déchantent. Les premiers résultats relèvent au mieux de la politique de communication, au pire de l’inexpérience, pour ne pas dire de l’incompétence de tous ces petits marquis de Bercy (ceux qui savent tout sur tout et dont on peut juger les résultats économiques et financiers pitoyables de la France depuis plusieurs décennies) qui entourent et conseillent brillamment le chef de l’État sur ses décisions stratégiques29.

On évoque à leur sujet, sur le registre religieux, la Sainte Trinité (Macron Kohler, Emelien). Le temps des grandes manœuvres politiciennes et médiatiques dans lesquelles Emmanuel Macron a excellé est révolu. Il lui appartient désormais d’agir in concreto, de démontrer qu’il obtient des résultats (tangibles) sur la scène internationale qui ne se mesurent pas à la longueur des poignées de mains viriles, des communiqués de presse lénifiants et autres rodomontades libyennes. Ce qui comme le disait Rudyard Kipling est une autre histoire. Laissons passer le temps de l’été pour juger si Jupiter a su et pu retrouver les chemins de la diplomatie perdue !

Guillaume Berlat
28 août 2017

1 www.elysee.fr .
2 Guillaume Berlat, Petit traité de diplomatie macronienne, www.prochetmoyen-orient.ch , 24 juillet 2017.
3 Marguerite Moreau, Penser sans complexe, Courrier des lecteurs, Marianne, 14-20 juillet 2017, p. 54.
4 Reanud Dely, L’illusion des cent jours, Marianne, 18-24 août 2017, p. 4.
5 Joseph Nye, « Le siècle américain n’est pas fini », Le Monde, 25 juillet 2017, p. 26.
6 Roumiana Ougartchinska, Après la photo, la guerre continue, Marianne, 11-17 août 2017, pp 46-47.
7 Couchée, Marianne, 18-14 août 2017, p. 20.
8 Éditorial, L’Europe au défi de l’immigration, Le Monde, 9 août 2017, p. 23.
9 Collectif, L’Europe peut et doit se réformer sans attendre, Le Monde, 9 août 2017, p. 23.
10 Solenn de Royer, Comment Macron veut reprendre la main ?, Le Monde, 29 juillet 2017, p. 6.
11 L’exhortation de Macron, Le Canard enchaîné, 2 août 2017, p. 2.
12 Jacques Julliard, La fuite en avant, Marianne, 21-27 juillet 2017, p. 6.
13 Claude Angeli, La grande illusion africaine du Président, Le Canard enchaîné, 9 août 2017, p. 3.
14 Maryline Baumard, Migrants : la politique africaine de Macron, Le Monde, 8 août 2017, p. 23.
15 Maduro Lex, Le Canard enchaîné, 9 août 2017, p. 1.
16 Solenn de Royer/Marc Semo, Paris s’inquiète de la crise nord-coréenne, Le Monde, 15-16 août 2017, p. 3.
17 André Touboul, Le nouvel empereur, Le courrier des lecteurs, Marianne, 21-27 juillet 2017, p. 54.
18 Anne-Sophie Meunier, Sibeth N’Diaye. La preuve par meuf, Le Canard enchaîné, 2 août 2017, p. 7.
19 Jean-Claude Alt/Benoît Muracciole, Armes : la France oublie les droits de l’homme, Le Monde, 15-16 août 2017, p. 21.
20 Nicolas Weill, « L’étrange défaite » a signé celle de tous les déclinismes, L’été des livres, Le Monde, 4 août 2017, pp. 20-21.
21 Nicolas Hulot, « Pour la planète, préférer le sursaut au sursis », Le Monde, 1er août 2017, p. 27.
22 Natacha Polony, Petit éloge du mérite, www.lefigaro.fr , 18 août 2017.
23 Philippe Marquevieille, La faute aux énarques, Marianne, Le courrier des lecteurs, 18-24 août 2017, p. 52.
24 François Daras, Opération recasage, Il a osé le faire, Marianne, 29 juillet-3 août 2017, p. 8.
25 Arrêté du 204 juillet 2017 portant création d’un comité exécutif du ministère des affaires étrangères, JORF n° 0193 du 19 août 2017, texte n° 3.
26 Prémonitions ministérielles, Le Canard enchaîné, 16 août 2017, p. 2.
27 Solenn de Royer, Le Drian cherche ses marques en Macronie, Le Monde, 10 août 2017, p. 8.
28 Erin Doherty/Olivia de Lamberterie, « Appelez-moi Brigitte ! », entretien exclusif, Elle, 18 août 2017, pp. 52 à 61.
29 Solenn de Royer, Macron, Kohler, Emelien, ce trio qui dirige la France, Le Monde, 9 août 2017, p. 9.

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 28-08-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

45 réponses à Jupiter à la recherche de la diplomatie perdue, par Guillaume Berlat

Commentaires recommandés

Nadège Bajard Le 04 septembre 2017 à 07h31

On avait pris l’habitude de décrypter les guerres comme ayant toujours un but économique concret : ressources pétrolières, route stratégique… Juste “maquillé beau”.

Aujourd’hui on a compris que le chaos était en soi une ressource économique : plus facile et moins onéreux de se servir dans un pays où règne le chaos.Marchés d’armes juteux…

Macron ? Ben… Il est à sa place, non ? Reste à savoir quelle place et qui l’y a mis. Pas moi.

  1. Nadège Bajard Le 04 septembre 2017 à 07h31
    Afficher/Masquer

    On avait pris l’habitude de décrypter les guerres comme ayant toujours un but économique concret : ressources pétrolières, route stratégique… Juste “maquillé beau”.

    Aujourd’hui on a compris que le chaos était en soi une ressource économique : plus facile et moins onéreux de se servir dans un pays où règne le chaos.Marchés d’armes juteux…

    Macron ? Ben… Il est à sa place, non ? Reste à savoir quelle place et qui l’y a mis. Pas moi.


  2. diox Le 04 septembre 2017 à 07h33
    Afficher/Masquer

    Ce site fait la comparaison de la puissance militaire de chaque pays.

    https://www.globalfirepower.com/countries-listing.asp

    On constate qu’avec le brexit, l’Europe perd la 6 ieme puissance mondiale, et que la défense de l’Europe échoit à la France 5 ième.


    • Madudu Le 04 septembre 2017 à 11h27
      Afficher/Masquer

      Aujourd’hui les capacités d’une armée ne reposent plus autant qu’auparavant sur les aspects quantitatifs (nombre d’hommes mobilisables, nombre de chasseurs, de bombardiers, de porte-avions, etc).

      L’aspect qualitatif a pris le dessus sur toutes les autres considérations, et cet aspect ne peut pas être réduit à une somme d’investissement dans la recherche ou dans le développement de nouveaux matériels.

      1/2


      • Louis de Constance Le 13 septembre 2017 à 10h31
        Afficher/Masquer

        Il y a aussi et surtout la motivation voire la foi. Ce patriotisme qui rend un peuple invincible. Le contraire de mai-juin 40.


    • Madudu Le 04 septembre 2017 à 11h27
      Afficher/Masquer

      Ainsi le F-35 n’a à ce jour aucune valeur opérationnelle, alors qu’il a mobilisé la somme la plus colossale jamais mobilisée dans le développement d’un avion. Dans le même temps le petit budget russe parvient à accoucher des meilleurs systèmes de défense sol-air au monde et de très bons chasseurs.

      Aujourd’hui la qualité d’une armée est entre autre conditionnée par la qualité du complexe militaro-industriel dont elle dépend, et par l’étendue de la gamme des matériels qu’il propose.

      À ce titre la France n’est pas 5e mais 3e, derrière la Russie et les états-unis : son complexe militaro-industriel est en mesure de concevoir et de produire à peu près tout y compris les éléments les plus difficiles et les plus rares (sous-marins nucléaires, porte-avions nucléaires, bombes nucléaires, avions de chasses polyvalents de haut de gamme, tanks, …).

      Alors certes elle n’est pas la meilleure dans tous les domaines, mais elle est dans tous les domaines à un très bon niveau. Rien à voir avec la Chine (3e de votre classement) ou l’Inde (4e) ou même le Royaume-Uni (6e).

      2/2


      • Fanfan Le 04 septembre 2017 à 13h07
        Afficher/Masquer

        C’est mal barre pour la France : “Pendant vingt-trente ans, les Britanniques détestés ont fait le travail que de Gaulle avait accompli…, de défendre autant que faire se peut le principe de la souveraineté nationale. Eux partis et les Français étant dans l’état d’incroyable déliquescence où on les voit, plus personne ne défend le principe de la souveraineté nationale… Qui les remplacera ? …
        Les Allemands, se tiennent à la manœuvre pour récupérer ces postes que libèrent les Britanniques…
        1/2


      • Fanfan Le 04 septembre 2017 à 13h08
        Afficher/Masquer

        La mainmise allemande avec ce “Silent Coup” dépasserait largement les domaines économiques et financiers pour atteindre le pseudo-régalien… Il nous apparaît clairement comme logique et évident que le but des Allemands doit être d’ajouter à leur puissance économique et financière les domaines de la politique extérieure et de la défense dans le cadre de l’UE. Ainsi la lourde logique teutonne envisage-t-elle de développer le mythique “IVème Reich”, par puissances interposées…
        http://www.dedefensa.org/article/blitzkrieg-silent-coup-et-iveme-reich-a-lue
        2/2


        • Fanfan Le 04 septembre 2017 à 13h43
          Afficher/Masquer

          “L’étrange défaite” de Marc Bloch… autocritique nationale cinglante toujours, semble t’il, d’actualité…
          http://www.armand-colin.com/le-choix-de-la-defaite-9782200354916


        • Fanfan Le 04 septembre 2017 à 13h54
          Afficher/Masquer
          • Madudu Le 04 septembre 2017 à 14h46
            Afficher/Masquer

            Et à l’origine de votre défaitisme-de-principe et de votre auto-dénigrement, qu’y a-t’il donc ?!

            Si vous n’êtes pas capable de trouver dans l’histoire de France des objets de fierté et des éléments sur lesquels construire vos idéaux c’est que vous en êtes incapables tout simplement, indépendamment de tout le reste.

            Car alors que feriez-vous de votre histoire si vous étiez britannique, allemand, russe, états-unien, polonais, … combien d’objets de honte vous pourriez alors faire prévaloir pour écraser votre estime pour vous-même, pour faire apparaître la “nullité” de vos prédécesseurs et de vous-même, …

            Notez que l’épisode sur lequel commence la vidéo que vous proposez a lieu sous l’occupation allemande (Pétain) et termine par l’époque actuelle, sous occupation anglo-saxonne.

            Pourquoi alors ne pas s’en prendre aux occupants, plutôt qu’aux occupés ?


            • Chris Le 04 septembre 2017 à 15h06
              Afficher/Masquer

              Parce qu’à l’évidence, les Français n’ont pas/plus conscience d’être un pays occupé !
              Regardez toutes les enseignes qui font du fric en France ?
              Combien sont françaises ?
              Qui détient la politique monétaire de la France ? La BCE, un conglomérat de banques privées.


            • Fanfan Le 04 septembre 2017 à 19h05
              Afficher/Masquer

              Merci de ne pas monter sur vos grands chevaux Madudu ! (Et d’éviter les interprétations sauvages…)

              Le titre de la vidéo ne vous convient pas. Préférez-vous celui de “Brexit, Frexit, Vallsit et Colegram 2”, lien : https://m.youtube.com/watch?v=XaeTg_nb5Qs
              Il s’agit de la même vidéo sous un autre titre présenté sur ce site : https://www.les-crises.fr/video-brexit-frexit-valssit-et-colegram-avec-annie-lacroix-riz/


        • moshedayan Le 05 septembre 2017 à 10h01
          Afficher/Masquer

          Bien vu.
          Le “bréviaire” de Guillaume Berlat très long fourmille d’évidences et répétitions (du style “défoncer des portes ouvertes”) . Il se garde bien de parler de l’UE, de l’Allemagne et la “colle multi-couches” bien accrochée aux parois des “bonnes têtes” du Quai d’Orsay qui ont toutes travaillé depuis plus de 35 ans à la construction européenne et au “couple franco-allemand”. L’ambition allemande a été opiniâtre en matière économique. Elle est à son apogée, tout en connaissant des menaces de stagnation (liées à la précarisation de nombre d’Allemands). Il est donc logique que l’Allemagne en vienne maintenant à affirmer son leadership en Europe, en repoussant toute ambition française ou autre.


      • pitipitipa Le 04 septembre 2017 à 13h30
        Afficher/Masquer

        Tout à fait la puissance militaire ne s’évalue pas à une somme d’hommes et d’équipements parce que :

        1) la plupart des forces armées des pays sont des forces de défense exclusivement
        2) les exportateurs d’armes de part leur statut de fournisseur acquièrent un poids dans les conflits

        Il n’y a pas beaucoup de pays qui comme la france participent militairement à la plupart des conflits récents en afrique et au moyen orient (usa, russie, france, angleterre). La france est certainement la troisième puissance militaire mondiale et c’est trop pour un pays sans cerveau.


      • Raoul Le 04 septembre 2017 à 20h59
        Afficher/Masquer

        C’était vrai il y a 30 ans, mais c’est de moins en moins vrai. La France pourrait-elle concevoir aujourd’hui un char Leclerc ? Je crains qu’elle n’en ait plus les compétences. Pourrait-elle concevoir son fusil d’assaut ? Peut-être, mais elle a préféré l’acheter à l’Allemagne. Et elle ne fabrique même plus ses munitions.

        Elle conserve – pour combien de temps ? – des compétences dans l’aéronautique, mais serait-elle capable de créer un successeur pour le Rafale ? Je n’en suis pas sûr. Elle sait encore faire de bons navires, c’est vrai (il faut demander aux russes… pardon, aux égyptiens !).

        Sur les systèmes d’information, elle a dépensé sans compter ces vingt dernières années avec des résultats pour le moins peu convaincants. Et, de toute façon, son intégration de plus en plus poussée à l’OTAN la conduit à abandonner ses développements (et surtout ses méthodes) pour utiliser ceux imposés par la dite OTAN.

        Je pense donc que la France a perdu beaucoup de sa maîtrise passée.


    • Scytales Le 04 septembre 2017 à 13h49
      Afficher/Masquer

      Honnêtement, ce site “globalfirepower.com” donne des chiffres dont beaucoup paraissent hautement sujet à caution, voire fantaisistes.

      Un exemple : la Russie est créditée de 800 000 militaires d’active d’un côté et de l’autre de 20 000 chars de bataille et de 31 000 véhicules blindés de combat d’infanterie. A trois hommes par char de bataille (un conducteur, un canonnier et un chef de char) et au moins deux hommes d’équipage par véhicule blindé (2 pour un MT-LB, 3 pour un BTR ou un BMP ou BMD), disons 2,5 en moyenne, cela représente déjà près de 140 000 hommes rien que pour manœuvrer les chars et les blindés, ce qui ne laisserait que 660 000 hommes pour remplir les dits véhicules blindés (5 hommes par BMD, 7 par BTR ou BMP, 11 par MT-LB) et avec tout ça, l’armée russe n’a pas encore manœuvrer l’artillerie, le renseignement et la reconnaissance, la logistique et le système de santé, les forces spéciales, le génie, les états-majors, l’artillerie, la défense contre-avion, sans parler de l’aviation et de la marine, des forces de missiles stratégiques, etc…

      Franchement, je pense qu’il faut rechercher d’autre sources que ce site si on veut évaluer sérieusement les rapports de force entre puissances militaires.


      • L'aieuil Le 04 septembre 2017 à 15h11
        Afficher/Masquer

        L’armée russe est en reformation quasi-complete, (des bases deviennent des brigades, des brigade deviennent des divisions), y a aucun chiffre de vraiment fiable et certainement pas les chiffres officiels de l’armée russe (qui ment comme elle respire, la désinformation étant un composant clé de la doctrine militaire russe).
        Ils doivent être autour de 300-350k pour l’armée de terre, autour de 50k pour les paras (corps séparé), 150k pour la marine (leur infanterie de marine est toujours sous le commandement de la marine), 200k pour l’armée de l’air. Rajoute 150k pour les administration/le train (qui est un corps unique séparé chez eux) et ça fait 800k à minima (possiblement jusqu’à 1M).
        Le problème avec les véhicules c’est que vu qu’il ont toujours le service militaire (qui, même si il a été diminué comparé au soviétique, est long: 18 mois) ils ont de facto une grosse partie de leur population mâle qui a un certain dégrée d’entraînement et peu donc être rappelé rapidement sous les drapeaux, il est donc difficile d’évaluer ce qui est du stock “mort” et du stock “entretenu” rapidement reconstituable en brigade de réserve.


    • rolland Le 05 septembre 2017 à 03h58
      Afficher/Masquer

      Au vu de l’état actuel de nos armées, j’ai un peu de mal à croire que la France se situe à ce cinquième rang……..étrange !
      Ceci dit sur la question des ventes d’armes, la France vient de s’installer depuis peu à la deuxième place de ce marché funeste..


  3. calal Le 04 septembre 2017 à 08h05
    Afficher/Masquer

    d’apres certains sites de geopolitique, le camp “non occidental” a savoir russie chine iran gagnera bientot la guerre de syrie. la situation au proche orient ( et le terrorisme en occident) devrait donc se calmer pendant un temps.
    que vont faire les us? dans quelle direction veut aller trump par rapport aux neocons? a priori il cherche a lutter contre la chine via le proxi coree du nord. Menace d’embargo sur la coree du nord etendu a tout le commerce chinois? retour a un protectionnisme us sournois sous pretexte de lutte contre kim jun? c’est risque mais peut etre que cela poussera la chine a virer kim jun et fera marquer des points a trump .
    en attendant je pense que le reste du camp occidental ne sait plus sur quel pied danser,vu que le leader de son camp,celui qui donne le la,ne semble plus faire partie de l’elite habituelle.


  4. aladin0248 Le 04 septembre 2017 à 09h07
    Afficher/Masquer

    On tourne encore autour du pot : le fond du problème est la politique neo-conservatrice de l’hégémon atlantiste. L’occident est vassalisé par un empire agressif, malveillant et sans doute mortel pour l’avenir de l’humanité. Ses dirigeants actuels donnent une impression de veulerie et de bêtise. Tout le reste du discours n’est qu’un pinaillage inintéressant.


    • Pinouille Le 06 septembre 2017 à 14h25
      Afficher/Masquer

      Oserais-je vous suggérer de lire les citations situées en haut à droite de la présente page? Ce afin de vous inciter à ne pas vous contenter de résumer la globalité des problèmes du monde en 3 phrases (la 4ème étant destinée à fermer les portes à toute objection).

      Perso j’ai une préférence pour celles-ci:
      « Ce n’est pas le doute, c’est la certitude qui rend fou.» [Friedrich Nietzsche.]
      « Réfléchir c’est difficile, c’est pourquoi la plupart des gens jugent. » [Carl Gustav Jung.]


  5. Charles Michael Le 04 septembre 2017 à 09h35
    Afficher/Masquer

    Je pleure mon avantage qu’à la mer est tombé
    ……………………………………………………………….
    Jamais avantage perdu n’est retrouvé

    début et fin d’une vieille chanson de marin qui résume assez bien ce qui est advenu de la position de la France depuis l’éphémère discours de Villepin.

    Jupiter est dominée par Junon, pas jalouse Dame Merkel laisse le gamin s’ébattre avec Putin et Trump mais le prive d’argent de poche (ces fameux 3 % de déficit autorisé).
    Venu du néant Hollando-Attalien et propulsé par la com. l’homme le Plus Puissant du Monde (Lol) a adopté à la SPA un gentil toutou.

    Je reconnais à notre dévalué l’astuce d’avoir à mot couvert reconnu la défaite militaire totale des humanistes associés (USA, UK, France, Saouds, Quatar, etc…) soutiens de Al Quaïda et d’ISIS en Syrie. La Turquie a depuis longtemps rectifié ses positions et Erdogan emmerde l’UE.


  6. Sam Le 04 septembre 2017 à 10h15
    Afficher/Masquer

    Ce “monde imprévisible et incertain”, non seulement ils l’ont prévu, mais ils nous l’ont aussi concocté avec soin. Les outils de la République sont tombés dans les mains d’une caste vénale qui n’a que des dollars comme horizon. La diplomatie est leur agence de communication. Et sous ce bazar apparent, il y a de juteux contrats d’armement, des matières premières pour nos centrales, …, au bénéfice de quelques groupes supranationaux subventionnés, défiscalisés, qui n’ont plus rien de français.
    Ne voir que le bazar sans vouloir regarder la morbide cohérence derrière c’est au mieux naïf.
    C’est certain que les diplomates doivent faire de l’équilibrisme entre chanter “Assad must go” (ou Maduro must go, Kim must go, …) et la traditionnelle danse du sabre en Arabie Saoudite.
    La France retrouvera sa diplomatie (et son honneur) le jour où celle ci s’écriera “Saoud must go”.


  7. Kiwixar Le 04 septembre 2017 à 10h25
    Afficher/Masquer

    J’ai trouvé cet article vraiment très creux… beaucoup de mots pour pas grand chose… Pas mal de lèche-culerie (jupiter par ci, jupiter par là), et rien. La diplomatie française SE DOIT d’être inexistante puisqu’elle est censée être subordonnée à celle de l’UE/Otan. Il suffit d’écouter les étrangers l’évoquer : ils savent très bien à quoi s’en tenir, même si peu d’entre eux le disent ouvertement (Bachar Al’Assad).

    Donc en ce moment, il n’y a qu’une seule priorité : ne pas laisser les Allemands remplacer les EUcommissaires britanniques sur le départ. Et mieux : sortir de l’UE/Otan, bien sûr, pour recouvrer une diplomatie indépendante et dans l’intérêt de la France.


    • some Le 04 septembre 2017 à 13h17
      Afficher/Masquer

      j’ajoute simplement ces mots de connessa (je crois): C’est la première fois que les deux premiers hommes de ce pays sont issus des rangs des young leaders.

      Mon Général, nous avons échoué.


      • Kiwixar Le 04 septembre 2017 à 21h20
        Afficher/Masquer

        Plutôt : Mon général, nous avons été trahis.


        • step Le 06 septembre 2017 à 13h45
          Afficher/Masquer

          cela aurait été une trahison si ils l’avaient caché.


  8. Christian Gedeon Le 04 septembre 2017 à 12h17
    Afficher/Masquer

    Pfffff…la France a bien des défauts diplomatiques et son action,contre l’avis du corps diplomatique,en Syrie ou en Lybie à ete aberrante…mais que sa politique extérieure est inexistante est juste une boutade.Elle existe,oh combien…le problème est sur les dix dernières années,elle a existé de travers exception faite du Sahel ,et encore.


  9. petitjean Le 04 septembre 2017 à 12h42
    Afficher/Masquer

    Plutôt que d’énoncer des platitudes, j’aurais aimé que l’auteur s’engage clairement sur un projet
    L’auteur oublie, volontairement ?, que la France n’est plus un état souverain, mais totalement asservie à la technocratie européenne et au projet mondialiste
    La France n’est plus maitre de son destin et l’auteur ne le dit donc pas. L’hégémonie allemande est de plus en plus manifeste et l’auteur ne le dénonce pas

    La France doit-elle retrouver sa liberté et tailler sa route dans son intérêt et celui de son peuple ? Pour ma part, c’est ce que je pense !……………….


  10. pitipitipa Le 04 septembre 2017 à 13h05
    Afficher/Masquer

    Comme beaucoup d’autres commentaires je trouve cet article très blablateux.

    Le problème de la diplomatie française c’est que c’est un petit corps puissant (onu, europe, forces armées de projection, francophonie) mais sans tête. Du coup beaucoup de gens essayent de prendre possession du corps pour faire un peu n’importe quoi (libye, syrie, ukraine).


  11. Vincent P. Le 04 septembre 2017 à 13h46
    Afficher/Masquer

    (1)
    Pour ce qui est de la diplomatie Macronnienne, pas d’illusions à se faire, puisque Le Drian se pose récemment sur la ligne “pas d’avenir en Syrie avec Bachar” qui fut si chère à Hollande et Fabius.
    Je ne crois pas qu’il y aura là quelque recadrage présidentiel.
    Pour ce qui est du temps long, la France est engagée dans le sens contraire de l’histoire depuis (sans parler de l’UE) son retour dans l’OTAN, le jeu de l’Atlantisme, le néo-colonialisme néo-libéral néo-con…
    Mais l’avenir du monde est à l’Est, et ce principe de réalité explose à la face des généraux mondialistes redevenus nostalgiques de la guerre froide et des budgets d’armement colossaux. […]


  12. Vincent P. Le 04 septembre 2017 à 13h46
    Afficher/Masquer

    (2)
    Dans le concert des Nations, la France est une sorte d’affranchi vassal et porte-flingue dans la clique des États-voyous de l’Occident décadent qui se targuent d’être “la Communauté Internationale”, bienpensante, dont les guerres sont humanitaires et les lois coercitives légitimes, dont les régimes sont démocratiques et inattaquables, les médias et les oppositions libres, et pour lesquels la Croissance (de la dette) est toujours une perspective réjouissante qui autorise tous les pillages, y compris de ses propres peuples, industries et infrastructures…
    Si Hollande a bien fini le travail de destruction de l’État, Macron entamera sans doute avec brio et dans l’urgence celle de la Nation (et j’espère que l’emploi du mot n’est pas trop dérangeant). […]


  13. Vincent P. Le 04 septembre 2017 à 13h47
    Afficher/Masquer

    (3)
    Enfin, je pense que la dé-dollarisation, la bulle des marchés prête à exploser et l’accumulation de ressources et de puissance par le pôle Asie-Eurasie ne peut conduire qu’à une seule issue pour l’Empire, qui sera, à minima la perpétuation des guerres autour de la géopolitique des tubes -cad : “contre le terrorisme”- , et probablement une extension importante des conflits qui permette autant de lutter contre l’Est, (en Iran par exemple?) que d’occuper les peuples occidentaux à autre chose que mûrir une révolte toute légitime que le schisme du racisme (qui en empêche la fédération au delà des idéologies politiques) ne contiendra plus très longtemps.
    [modéré]


  14. Alfred Le 04 septembre 2017 à 14h15
    Afficher/Masquer

    Pas tout à fait hors sujet; “Terrorisme islamiste : le doigt et la Lune
    par Caroline Galactéros ”
    http://galacteros.over-blog.com/2017/08/le-point-terrorisme-le-doigt-et-la-lune.html


  15. serge Le 04 septembre 2017 à 16h35
    Afficher/Masquer

    Depuis 2002 c’est sûr qu’avec Douste-Blazy, Kouchner, Alliot-Marie, Juppé, Fabius et Ayrault, on a eu quand même une belle brochette de mauvais aux Affaires Etrangères. Ce n’est pas trop compliqué de remonter de la cave…
    Maintenant, vu l’avis éclairé de notre POTF quant à notre “civilisation” et nos “valeurs”, l’objectif de l’UE d’avoir des provinces intégrées à patois local sympa pour le tourisme (trop chou cet accent français, darling!) et une vague force de défense “commune” sur la base de notre armée (les anglais, pas cons, se barrent…), voire notre droit de veto ONU ou nos bombinettes irradiantes, on est en droit de douter.
    A titre personnel, je reste fort navré de voir que l’on n’est pas fichu de faire un peu de politique de chaise vide puis de claquer la porte pour se consacrer à notre jardin (fort convoité) représenté par notre ZEE, la seconde au monde. Car, dans pas longtemps, seuls ceux ayant passé la taille critique existeront encore.


  16. MALAFON Le 04 septembre 2017 à 17h41
    Afficher/Masquer

    Emmanuel Macron se réjouit de l’arrivée de Neymar au PSG
    Neymar-Venezuela : deux histoires imbibées de pétrole

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/neymar-venezuela-deux-histoires-196458


  17. un sans dent Le 04 septembre 2017 à 18h19
    Afficher/Masquer

    a voir l émission de ce matin de jacques sapir sur radio sputnik(vu en direct)

    avec l’ancien ambassadeur de france a moscou et .m. galacteros


  18. LBSSO Le 04 septembre 2017 à 20h38
    Afficher/Masquer

    “D’abord, la rituelle conférence des ambassadeurs de la dernière semaine du mois d’août à Paris au cours de laquelle il est censé instruire la fine fleur de la diplomatie française de sa docte parole.”

    Etant début septembre, cette conférence a eu lieu et on trouve quelques éclaircissements quant aux grandes lignes voulues par Jupiter .
    Outre l’importance accordée par E. Macron à la lutte contre le terrorisme , j’ ai noté que le chef de l’Etat est longuement revenu sur l’Europe, « outil » de la puissance française, et a assuré que Paris ferait des propositions de réformes après les élections allemandes du 24 septembre. Il a de nouveau plaidé pour une Europe « refondée » et « à plusieurs formats », tirée par une « avant-garde » des pays qui voudront « aller plus loin » dans la convergence de leurs économies et de leurs politiques.

    Chaud devant, à suivre….


    • Kiwixar Le 04 septembre 2017 à 21h38
      Afficher/Masquer

      Aller plus loin dans la convergence : partager l’Alsace-Lorraine avec les Allemands?


  19. Hérisson Le 04 septembre 2017 à 20h49
    Afficher/Masquer

    L’outil diplomatique mérite mieux que les solutions rapides exposées ici. 85% du budget du MEAE est inerte car répondant à des engagements internes (salaires) ou internationaux (contributions aux organisations internationales, FED, etc.). Et ses effectifs ont baissé de 20% en 20 ans. Ses services sont d’une rare efficacité mais il a de plus en plus de mal à cacher sa misère. Redonnons lui d’abord des moyens humains et financiers.
    Par ailleurs, s’il est vrai que sa politique des ressources humaines est très dans l’air du temps, la critique sur l’évaluation à 360° est très mal venue. Elle est la seule opportunité – imaginez qu’on peut être à des milliers de kilomètres de la France – pour les agents de se prémunir contre l’arbitraire de certains dont le titre leur serait monté à la tête.
    Et quant à la diplomatie économique, l’article dit pourtant bien que tout est dans tout. L’économie fait partie de cet ensemble.


  20. Caliban Le 04 septembre 2017 à 23h06
    Afficher/Masquer

    L’auteur parvient à se remémorer l’existence de l’OMC (en soins palliatifs depuis que le Sud l’a envoyée valsée) mais oublie le TAFTA.

    Etrange oubli. Ou alors il n’a pas compris que la Commission européenne est la nouvelle OMC, c’est elle qui désormais répand activement le libre échange partout dans le monde, en nouant des accords bilatéraux avec les pays du sud.

    Et ce sont les Etats-Unis qui vont remporter la mise finale avec le TAFTA.


    • Kiwixar Le 05 septembre 2017 à 00h39
      Afficher/Masquer

      Ce sont les corporations et l’oligarchie qui vont remporter la mise à la fin, au détriment des nations (donc des peuples), dont les USA…. Il suffit de voir l’état de misère là-bas, l’etat des infrastructures, les coûts de santé. A voir si les mougeons vont se réveiller à temps, ou vont préférer la sécurité apportée par le fait de devenir propriété (« asset ») d’une corporation dans un monde sans frontières (« libre », « startupisé »).


  21. rolland Le 05 septembre 2017 à 03h41
    Afficher/Masquer

    N’oublions tout de même pas que bébé micron a été allaité par maman rothschild…..
    …..Il semble maintenant certain après bientôt quatre mois, que nous allons devoir attendre quatre ans et huit mois pour……………….enfin……………..voir un renouveau, allant dans le sens des intérêts du plus grand nombre et de la France…….C’est d’ailleurs dans ce seul cas que “le monde”, dont il en a tant besoin, pourra en “profiter”.


    • Florent LECLERCQ Le 05 septembre 2017 à 22h03
      Afficher/Masquer

      Vous êtes bien optimiste. De quel renouveau parlez vous ? Le FN a le temps de faire sa toilette d’ici la prochaine élection (ils se portent mieux quand on n’en parle pas) et on aura Wauquiez/Marine ou quelque chose dans ce goût là au second tour.
      Je suis prêt à parier que si ce beau petit château de cartes ne s’effondre pas d’ici là, la droite reviendra au business dans 5 ans. Les rêveurs ont beau être nombreux sur Internet, ils restent une petite minorité dans les urnes (d’autant que bon nombre d’entre eux ne votent pas)


Charte de modérations des commentaires