Ca continue…

Source : Euractiv, Catherine Stupp, 30/08/2017

La nouvelle commissaire au numérique se penche sur la désinformation.

Mariya Gabriel, la nouvelle commissaire au numérique, s’apprête à prendre une des premières mesures de son mandat : mettre sur pied un groupe d’experts sur les « fake news ».

Maryia Gabriel est entrée en fonction en juillet et se prépare à mettre en place un groupe d’experts de haut niveau pour la conseiller sur le phénomène des « fake news », la propagation d’informations fausses dans les médias.

Elle passera également les deux ou trois prochains mois à rédiger une proposition de consultation publique sur le sujet. Les consultations publiques sont des appels à contributions sur des sujets spécifiques, qui sont souvent pris en compte dans l’élaboration de nouvelles règles européennes.

La commissaire a cependant indiqué n’être pas encore certaine qu’il faille passer des lois européennes sur la question. « Il est prématuré de parler de législation », a-t-elle jugé.

Elle a toutefois l’intention de « dire très clairement que les plateformes [Internet] ont une obligation de diligence », un terme juridique signifiant que les sociétés en ligne, comme Facebook ou Twitter devraient prendre des mesures pour surveiller les posts de leurs utilisateurs.

« Pour moi, il est aussi très important de déterminer quelles sont les bonnes pratiques, d’identifier très clairement un mécanisme de coordination et de comprendre ce que l’UE peut faire, quelle est notre valeur ajoutée dans la lutte contre les fausses nouvelles », indique Mariya Gabriel.

Le mois prochain, la Commission européenne devrait annoncer des mesures instaurant des obligations communes pour le retrait de contenus illégaux publiés sur les réseaux sociaux. Au printemps, un groupe d’eurodéputés avait demandé à l’exécutif d’intégrer les mesures à une réglementation contraignante créant des règles communes dans toute l’union, afin d’éviter un excès de zèle dans certains États.

Les entreprises se méfient cependant des actions à venir et avertissent qu’il ne faut pas limiter la loi européenne garantissant qu’elles ne sont pas responsables des contenus postés sur leurs sites.

Certains États membres font pression pour que la Commission annonce ces nouvelles mesures sur les fausses nouvelles et les contenus illégaux en ligne. L’Allemagne a même introduit une loi nationale plus tôt dans l’année, selon laquelle les médias sociaux risquent jusqu’à 50 millions d’euros d’amende s’ils ne retirent pas les contenus illégaux, comme les propos haineux. D’autres pays européens envisagent de suivre cet exemple.

« Il est évident que nous avons besoin d’une approche européenne, en plus des pratiques et lois nationales », estime Mariya Gabriel. « Si nous ne mettons rien en place, les exemples d’abus ne feront que se multiplier. Il est réellement important d’assurer ce type de cohérence au niveau européen. »

La commissaire n’a pas fourni d’information sur la composition possible du groupe d’experts qu’elle entend mettre en place, mais a indiqué qu’il était « important de collaborer tous ensemble, y compris les chercheurs, les médias, les États membres et les institutions européennes ».

La composition des groupes d’experts mis en place par l’exécutif européen est variable, autant en termes de nombre de membres et de types d’organisations participantes.

Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, avait demandé à sa nouvelle commissaire de se pencher sur la question des « fake news » dans la lettre de mission qu’il lui a adressée en mai, quand son nom a été avancé pour reprendre le portefeuille du numérique.

« La Commission doit examiner les défis que créent les plateformes en ligne pour nos démocraties en ce qui concerne la dissémination d’informations fausses et initier une réflexion sur ce qui pourrait être fait au niveau européen pour protéger les citoyens », avait-il écrit.

Source : Euractiv, Catherine Stupp, 30/08/2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

114 réponses à La Commission veut s’attaquer aux « fake news »

Commentaires recommandés

numaroumestan Le 04 septembre 2017 à 06h20

La tyrannie des pensées pieuses fabriquées par la caste sacerdotale des chargés de mission du bien en soi s’installe pour durer des siècles, comme toute inquisition.

L’assassinat par la loi, la prison, la ruine, de tous les humains qui pensent est déjà bien installée et très efficace dans toute l’Europe. Mais les criminels “au nom du bien” en veulent toujours plus.

Ce retour de l’inhumanité accélèrera la mort de l’Europe où ne règnent désormais que des castrats, des cagots, des trafiquants véreux et des assassins de la pensée.

  1. numaroumestan Le 04 septembre 2017 à 06h20
    Afficher/Masquer

    La tyrannie des pensées pieuses fabriquées par la caste sacerdotale des chargés de mission du bien en soi s’installe pour durer des siècles, comme toute inquisition.

    L’assassinat par la loi, la prison, la ruine, de tous les humains qui pensent est déjà bien installée et très efficace dans toute l’Europe. Mais les criminels “au nom du bien” en veulent toujours plus.

    Ce retour de l’inhumanité accélèrera la mort de l’Europe où ne règnent désormais que des castrats, des cagots, des trafiquants véreux et des assassins de la pensée.


    • Fred79 Le 04 septembre 2017 à 15h34
      Afficher/Masquer

      “Ce retour de l’inhumanité accélèrera la mort de l’Europe”
      C’est très exactement ça.
      La seule chose qui empêche la cocotte minute d’exploser, c’est la soupape qui laisse échapper un peu de vapeur.
      Qu’ils suppriment les sites “dissidents” qui servent à diluer la propagande de la pensée unique et c’est la violence qui prendra le relais, l’U.E ne s’en remettra pas.


      • ZOZO46 Le 04 septembre 2017 à 16h23
        Afficher/Masquer

        Il ne s’agirait pas de supprimer les points de vue à partir d’un fait réel, ce qui est différent des fake news qui est la propagation d’informations fausses sur les médias


        • Fred79 Le 04 septembre 2017 à 18h44
          Afficher/Masquer

          Bien sûr que c’est de ça dont il est question, supprimer les informations qui sont contraires à leur pensée.
          Vous pensez réellement que ce sont les dernières apparitions de soucoupes volantes qui les dérangent?


        • Chat noir Le 04 septembre 2017 à 21h15
          Afficher/Masquer

          Merci pour votre commentaire de bon mougeon. L’autre traduction de ”fake news” est propagande. Le Monde pour ses fake news sera suspendu? On crains fort que les médias institutionels qui distile de la propagande idéologique tout les jours ne soient pas touchés par les mesures d’interdiction à venir.


        • Chat noir Le 04 septembre 2017 à 23h00
          Afficher/Masquer

          Quant le Monde sur le Venezuela fait parler quelqu’un qui est mort depuis presque deux cent (maîtresse de bolivar) avec une vision réactionnaire de la situation actuelle vous appelez ça comment vous ?


    • vlois Le 05 septembre 2017 à 08h46
      Afficher/Masquer

      Quid est Veritas…

      Il faut relire Hannah Arendt par exemple :
      “quand une quelconque nécessité, théologique, politique ou économique, devient le critère ultime pour juger du réel, le réel n’est plus considéré comme tel quand dans la mesure où il se plie à cette nécessité”


  2. Nadège Bajard Le 04 septembre 2017 à 06h57
    Afficher/Masquer

    Terrifiant.

    La vérité n’existe pas, juste des perceptions de la réalité. Certes.

    Mon éternelle question, c’est ce que peuvent ressentir ceux qui revendiquent d’être “ceux qui savent” ? Dupes d’eux-mêmes, toute-puissance euphorisante ? Conscients de “jouer” ?

    Il y a ce mois-ci un article passionnant dans le monde diplomatique sur “l’humanité (sic!) augmentée” des soldats : plus performants, plus économiques pour l’armée, etc. Avec en filigrane cette interrogation géniale : après, on en fait quoi ?

    Et tous ces gens qui croient pouvoir manipuler la réalité à leur guise, après, on en fait quoi ? comment les intégrer dans un monde plus juste ?


    • Claude F Le 04 septembre 2017 à 07h31
      Afficher/Masquer

      On en fait quoi? On les inculpe, on les juge, et pour certains, condamnation à des peines d’intérêt général. L’idée étant de les confronter au désarroi, à la misère, aux destructions, à la mort qu’ils ont semés. Le travail ne manquera pas…


      • marc Le 04 septembre 2017 à 09h59
        Afficher/Masquer

        ils ont l’immunité, inscrite dans la constitution…


      • douarn Le 04 septembre 2017 à 14h55
        Afficher/Masquer

        Bonjour Claude F
        Je crains que ce ne soit pas la bonne approche. Nietzsche dit que ces gens, au regard de leur valeur, de leur force, de leur pouvoir d’influence, de leur position, SONT LES BONS (morale aristocratique). Tous les autres, les sans-(dent)grades, les petits, les illettrés qui bossent dans les abattoirs GAD ou les alcooliques du nord (dixit jupiter) SONT LES MAUVAIS. Ces “petits” (nous quoi) leurs rendent bien en se définissant comme BON et en désignant les puissants comme MECHANTS (morale du ressentiment)…

        Bref, si vous mettez quelqu’un animé d’une morale aristocratique au contact des “humbles”, il trouvera cela désagréable (le bruit et l’odeur, vous vous souvenez de Chirac?) mais vous ne ferez que le conforter dans sa morale (ces gens sont mauvais et méritent leurs sorts). J’aimerais imaginer qu’il n’y ait qu’un problème d’éducation, le sens du bien commun, un manque de morale utilitariste chez les puissants.


        • gilles bernadou Le 07 septembre 2017 à 13h24
          Afficher/Masquer

          Oui, cet ouvrage de Nietsche, La Genealogie de la Morale, est absolument fondamental si l’on veut comprendre comment on renverse des valeurs.
          Je l’avais decortique paragraphe par paragraphe lorsque j’avais 16 ans.
          Cet ouvrage est d’ailleurs a l’origine de la theorie freudienne de l’ego, du moi et du surmoi, et par la suite de la psychanalyse…
          Comment au nom de la liberte (celle des bons), on limite les libertes (celles des mauvais), et ainsi de suite.
          C’est ainsi qu’est nee la morale judeo chretienne (surtout judeo, vu que judeo chretien ethymologique ne devrait pa exister, puisque le chrisatianisme est le pire ennemi du judaisme).


    • JOURDAIN Le 04 septembre 2017 à 08h41
      Afficher/Masquer

      Mais ” ils ne veulent pas un monde plus juste”, simplement vous dominer !
      Ca me semble naif votre commentaire !


  3. Remo Le 04 septembre 2017 à 07h26
    Afficher/Masquer

    La routine désormais. Si ces gens étaient sincères ils mettraient en place des mesures bcp plus ouvertes pour canaliser le flux des informations circulant en formant les gens à suivre des règles de vérification élémentaires. Le hic c’est que les gens risqueraient de devenir très exigeants en matière d’information, y compris et d’abord vis-a-vis des principaux pourvoyeurs d’infos que sont les MSM. Il ne faut pas que les gens se mettent à réfléchir et à penser par eux-mêmes. Il faut juste un troupeau diligent bien gardé.


  4. STOP Le 04 septembre 2017 à 07h35
    Afficher/Masquer

    ET, “Ça continue…”

    Parce que nous faisons tout pour, désolé, mais il y certaines données qui ne sont pas comprises d’un côté comme de l’autre !

    Du côté des autorités, cela n’étonne plus personne, d’une vulgaire violence à la plus mauvaise foi, leurs méthodes et objectifs sont relativement simples à comprendre. Le contrôle, le contrôle, le contrôle…même s’ils ne savent plus pourquoi, il leur faut récupérer coûte que coûte cet outil et cette autoroute de l’information.

    Par contre, de l’autre côté, là, ne ratons pas l’essentiel, sous peine de se prendre des Wikileaks pour des fake-news !

    Que nous soyons tous plus ou moins ignorants en matière de réseaux, c’est une chose, indifférent une autre, alors, restons nous-mêmes, ni plus, ni moins et discutons de nos valeurs en laissant pourrir celles qui sont déjà insignifiantes et qui disparaissent d’une manière ou d’une autre.

    Ne relevons plus la bêtise des médias, par ex, c’est simple, c’est efficace, c’est de la pertinence interactive, de la puissance à l’état brut, sans aucune contrepartie. et surtout, n’inversons pas les rôles…chacun son job.

    Désolé, aujourd’hui il n’y a plus à discuter avec des losers patentés. Dessinons notre avenir par nous-mêmes et avec toutes les bonnes volontés. Et puis c’est tout, na !


    • Alfred Le 04 septembre 2017 à 09h48
      Afficher/Masquer

      Il vous a échappé quelque chose. Alors on va faire très simple: “le monde se divise en deux catégories ceux qui ont un flingue et ceux qui creusent”. (Ici, écoutent). Ici les “looser” ont le flingue et vous (nous) ferions mieux de les prendre en compte dans l’équation sous peine de ne pas dessiner grand chose comme avenir.
      Je vous accorde que la réponse n’est pas simple mais on ne peut pas simplement ignorer ce qui se met en place graduellement : un système totalitaire.


      • Marie Le 04 septembre 2017 à 10h01
        Afficher/Masquer

        Les systèmes totalitaires finissent toujours par s’effondrer


        • Alfred Le 04 septembre 2017 à 10h21
          Afficher/Masquer

          …. Après avoir détruit des milliers de vie dont peut être la vôtre ou celle de vos enfants. Certes tout passe et disparait même le pire, mais nous sommes au début de quelque chose de très mauvais ne le voyez vous pas? Vous voulez vous contenter de théorie? La chasse au vote FN dans les universités qui vient de se produire est très grave. Vous vous en foutez parceque derrière votre position “en surplomb”, théorique, vous ne comprenez pas: un jour se seront vos opinions à vous qui seront pourchassées et que vous devrez taire pour garder votre travail. Quoi qu’on pense des opinions de chacun il est très important qu’elles puissent être dites. Il est où le pseudo voltairien “je ne partage pas votre opinion mais je me battrai pour que vous puissiez l’exprimer”? Disparu!


          • RGT Le 04 septembre 2017 à 19h45
            Afficher/Masquer

            Quand ils sont venus chercher les communistes,
            Je n’ai rien dit,
            Je n’étais pas communiste.

            Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
            Je n’ai rien dit,
            Je n’étais pas syndicaliste.

            Quand ils sont venus chercher les juifs,
            Je n’ai pas protesté,
            Je n’étais pas juif.

            Quand ils sont venus chercher les catholiques,
            Je n’ai pas protesté,
            Je n’étais pas catholique.

            Puis ils sont venus me chercher,
            Et il ne restait personne pour protester

            Ça vous rappelle quelque chose ?
            En tout cas nous en prenons bien le chemin.

            Première étape, la “lutte contre les fausses nouvelles”,

            Second étape : Guantanamo sur Senne pour “questionner les mal-pensants”,

            Troisième étape : Des petits “Camps de Rééducation” dans lesquels tous les contestataires seront “invités” à se rendre pour se “repentir de leurs Péchés”.

            Généralement, ça finit très mal, tant pour les victimes que pour les tortionnaires.


          • gilles bernadou Le 07 septembre 2017 à 13h44
            Afficher/Masquer

            (suite)
            D’ailleurs pendant la campagne presidentielle, cet odieu personage avait dit que la democratie etait demodee, bref le peuple n’a pas besoin de democratie. Il est donc coherent avec lui meme.
            Ce qui est incomprehensible, c’est que justement 66% de 38% des votants, soit environ 25% des 47 millions d’electeurs aient vote pour quelqu’un qui veut justement supprimer ce type d’election; c’est proprement suicidaire….
            La seule solution pour en sortir ne pourra donc passer que par un renversement populaire puisque cela ne pourra plus avoir lieu via les urnes.
            Je vous laisse mediter, car cela est tres grave; c’est la remise en cause de tous les acquis depuis 1789.
            Honnetement, je ne pensais pas voir cela arriver de mon vivant; mais force est de le constater.


        • ledufakademy Le 04 septembre 2017 à 11h07
          Afficher/Masquer

          lol, euh, non !
          Car encore faut-il que système soit estimé par la conscience de chacun puis/et collective “comme totalitaire” !
          Si tu n’as pas conscience que tu vis dans une dictature qui ne dit pas son nom : tout va très bien, et par chez nous elle commence a être bien installé, par dose homéopathique une sorte d’allégorie de la grenouille.
          Aldous Huxley et G. Orwell avaient parfaitement senti le truc … mais le pire c’est quand on creuse concernant Aldous Huxley : il faut vraiment s’intéresser à H.G.Wells, mais aussi et surtout la Fabian Society ! Le couple Webb (etc) et toutes les élites qui gravitaient autour en cette fin de 19ème siècle. (1850-1917)


        • Madudu Le 04 septembre 2017 à 11h55
          Afficher/Masquer

          Non, ils ne s’effondrent que lorsqu’ils sont mis en compétition avec d’autres systèmes plus efficaces sur les plans économique, politique, militaire, …

          Aujourd’hui le système pseudolibéral dit occidental -mais, en fait, états-unien – est en compétition avec le bloc eurasiatique (Russie, Chine et Iran, pour en rester au noyau dur), à la fois sur le plan économique (dédollarisation, définanciarisation, développement d’industries de pointe indépendantes, …), politique (multipolarité, bilatéralisme, États-nations indépendantes et souveraines, …) et militaire (développement de systèmes défensifs dissuasifs, contre-interventions dans les zones déstabilisées, …).

          Et c’est le bloc eurasiatique qui l’emporte malgré sa position a priori moins favorable sur tous les plans, pour la seule raison qu’il est plus efficace que ce que l’occident est devenu.

          Car débiliser sa propre population, saboter ses propres systèmes de production, saboter sa propre administration, pervertir ses propres instituts de recherches scientifique et technique, tout ça se paye : nos sociétés sont désormais dysfonctionnelles dans presque tous les aspects de leur fonctionnement.


        • Loxosceles Le 04 septembre 2017 à 12h19
          Afficher/Masquer

          En admettant que les systèmes totalitaires finissent toujours par s’effondrer, on pourra constater qu’il en est de même avec les autres… Et avant qu’ils ne s’effondrent, ils ont le temps d’opprimer un certain nombre de générations. C’est bien cela qui compte.


      • STOP Le 04 septembre 2017 à 12h01
        Afficher/Masquer

        @Alfred,

        bonjour à vous,

        “il vous a échappé quelque chose.” Oh que oui… des milliards de choses, mais certainement pas la mort de notre Nation Démocratique et Républicaine.

        Or les réseaux sont, retenez ce mot : incontrôlables (par nature et conception). C’est leur efficacité redoutable qui crée cette montée en puissance des tensions actuelles, obligeant les institutions à se dévoiler pour contre attaquer et non pas l’inverse ! Le piège se referme et la mauvaise foi des perdants s’affiche au grand jour.

        C’est leurs faillites, leurs impuissances et leurs mauvaises pratiques qui les poussent à l’erreur, à nous de ne pas tomber dans cette provocation inutile. Ce qui prouve aussi qu’ils n’ont pas baissé les armes, et nous n’avons rien à attendre d’eux. La guerre est open source…et ils l’ont perdu, c’est ce que révèlent les phénomènes Snowden et Assanges, en autres.

        Tous n’est pas rose, tous n’est pas gris, mais la seule dictature de nos jours, c’est le pouvoir de l’argent, et pas chance, pour eux…comme pour nous, mais pour d’autres raisons, ce pouvoir est en faillite totale et définitive, que nous ne souhaitons ou non. Donc, les enjeux sont ailleurs et il serait urgent de se saisir des questions de fond avant qu’ils nous imposent leurs ignobles solutions. ou leurs mesurettes pour perdurer leurs actions.

        Ce n’est qu’un simple point de vu, mais la direction prise est connue depuis des années et rien, hélas, ne démontre le contraire. Olivier Beruyer en a soulevé un certain nombre, merci à lui, mais ce n’est pas fini, merci à vous.

        Cordialement.


        • Chris Le 04 septembre 2017 à 15h21
          Afficher/Masquer

          Tiens, puisqu’on parle de réseaux…
          1er sept. 2017 –
          http://arretsurinfo.ch/youtube-censure-ron-paul-en-qualifiant-ses-videos-inappropriees-pour-les-annonceurs/
          L’ancien député du Congrès Ron Paul a rejoint la liste d’un nombre croissant de journalistes et de commentateurs politiques indépendants qui, en dépit des milliers de vues dont leurs vidéos font régulièrement l’objet, ont également été démonétisées par Youtube.
          Dans un tweet publié samedi, Julien Assange, le fondateur de Wikileaks a mis en ligne la copie d’écran d’une page du « Liberty report » de Ron Paul révélant que les modérateurs de Youtube avaient qualifié ses vidéos « d’inappropriées » pour l’ensemble des annonceurs.


        • Alfred Le 04 septembre 2017 à 19h39
          Afficher/Masquer

          Escusez moi mais j’ai l’impression que vous rêvez en couleur s. Les réseaux incontrôlables et efficaces ça me paraît bien naïf ou bien je n’ai pas compris tellement c’est vague. Vous oubliez que le pouvoir se matérialise toujours et il y a toujours des problèmes de légitimité à régler. À chaque fois que des acteurs historiques l’ont oublié ils l’ont payé. La guerre open source?? C’est un le lance patate et le manche de pioche ? Atterrissez car nos ennemis sont loin d’avoir perdu la main.


          • STOP Le 05 septembre 2017 à 06h45
            Afficher/Masquer

            @Alfred

            Part I

            “nos ennemis sont loin d’avoir perdu la main.”

            La complexité de nos sociétés humaines crée son propre déséquilibre.( ex: une démocratie ne peut fonctionner que localement. Voilà une des raisons de l’échec UE, sans compter qu’il est impossible de fédérer des cultures si éloignées les unes que les autres.)

            “le pouvoir se matérialise toujours” c’est aussi leurs talons d’Achille… et le pouvoir de l’ombre est par essence bien plus machiavélique (ex: paradis fiscaux, mafias internationales…)

            “je n’ai pas compris tellement c’est vague”, “La guerre open source”: L’injustice des déséquilibres nourrit l’action individuelle ou de petits groupes d’une efficacité remarquable sans laisser de prises aux autorités, elles-mêmes en défaillances internes et chroniques.
            (ex: les lanceurs d’alertes, hackers en tous genres,…)

            J’ai une bonne et mauvaise nouvelle pour vous:

            La mauvaise: Les États ne contrôlent plus grand-chose.

            La bonne : les États ne contrôlent plus grand-chose.

            L’une des forces du système est de récupérer toutes les actions individuelles.

            La faiblesse du système est de ne plus pouvoir récupérer toutes les actions individuelles.

            À suivre part II…


          • STOP Le 05 septembre 2017 à 06h47
            Afficher/Masquer

            @Alfred

            Part II

            La concurrence internationale, la démographie humaine, les ressources naturelles, les pollutions incontrôlées… autant de facteurs déstabilisants auxquels nos sociétés sont impuissantes et reculent constamment jusqu’aux ruptures inévitables.

            L’euro est mort, (la vélocité de la circulation monétaire en EU est pratiquement nul) le contrôle par la monnaie ne fonctionne plus.

            Les armées ne sont plus adaptées et adaptables aux conflits actuels. Le contrôle par la violence reste inefficace et contre productif.

            L’information ne circule plus par les réseaux d’États, les propagandes restent lettre morte.

            Les institutions sont noyées par des flux plus véloces que l’État de droit.

            Les peuples sont livrés sans défense à eux-mêmes, et cela se voit de plus en plus.

            Les pétitions, grèves et syndicats sont inutiles, improductives et détournent les enjeux.

            La croissance a changé de visage, le travail a changé de nature, le développement devient inconfortable, les intérêts sont négatifs, la spéculation est faussée, les valeurs sont divergentes, l’instabilité devient la norme.

            @Alfred, il est ou votre ennemi là dedans que je m’occupe à le faire rêver en couleurs ?


            • Alfred Le 05 septembre 2017 à 09h17
              Afficher/Masquer

              Nous voyons exactement les mêmes choses en négatif (au sens photo)
              Je crois que ce qui nous distingue au fond c’est que la destruction de tout vous réjouit plus qu’elle ne vous inquiette (vous y voyez la perte des moyens de l’oppression organisée) alors que pour ce qui me concerne c’est l’inverse. Je crains la violence généralisée des périodes de trouble et de chaos. C’est alors l’oppression multiforme que subissent les sud Soudanais les syriens et les yéménites (entre autres). Je ne crains pas l’effondrement économique ni la guerre. Je crains l’effondrement de la société et la guerre civile. Les petites communautés de copains de voisins de hackers de faiseurs de pionniers de ce que vous voulez que vous aimez tant sont condamnées à mort en cas de troubles. Elle périront aux mains de psychopathes solitaires ou organisés mais elles périront. Hollywood et Mad max ce n’est pas la réalité. Le Rwanda, l’ex Yougoslavie c’est la réalité.


            • STOP Le 05 septembre 2017 à 12h38
              Afficher/Masquer

              “Je crois que ce qui nous distingue au fond c’est que la destruction de tout vous réjouit plus qu’elle ne vous inquiette ”

              Je ne vois pas ce qui vous fait penser cela, je redoute tout comme vous des conflits civils ou-et militaires. Je souligne simplement que les rapports de force évoluent, les armes aussi (ex : Drones, IA, Nanotechnos…), et que nos institutions ne sont plus là pour nous Défendre et préserver nos intérêts, ce pourquoi nous les avons crées. De ce fait, des conflits majeurs d’un nouveau genre font rage, amplifiant la dérive, pendant que nous perdons du temps avec des futilités. Si cela donne ce ton qui vous semble peut-être désinvolte…ne perdons pas le fil de milliers de contributeurs, c’est cela aussi l’Open Source…


  5. isidor ducasse Le 04 septembre 2017 à 07h46
    Afficher/Masquer

    Pas si hors sujet que cela,

    On parle ici de “fake news”, nous sommes en France il faudrait dire “fausses nouvelles”.
    Jeudi j’étais au musée et j’étais le seul à porter un t-sheert avec une inscription en Français, tout les autres étaient en Ang…en Américain, style: ” Be cool”, ” California”, New York big apple”, etc…..
    JM Serres écrivait: “il y a plus d’Anglais sur les murs de Paris qu’il n’y avait d’Allemand pendant l’occupation et pourtant il n’y a pas d’armée d’occupation.”
    Et si il y a un esprit d’occupation, il est médiatique, commerciale, publicitaire, cinématographique, culturel, partout l’américain remplace le Français.
    Cette invasion, ce rêve américain, l’axe du bien, nous est imposé dans ses régles commerciales, juridiques, culturelles par l’union européenne.
    Alors quiconque ose dénoncer notre vassalisation à cet empire est traité de conspirationniste, mais cela n’est pas suffisant, les gens le savent et vont s’informer autre part, il faut stopper absolument ce flot de vérités qui ne correspond plus aux discours de l’UE, cette dénonciation de l’empire américain doit être détruite.


    • isary Le 04 septembre 2017 à 07h59
      Afficher/Masquer

      c’est mon cheval de bataille permanent.Je ne cesse de prendre des photos à l’ appui de cette invasion qui bien qu’elle ait cessé d’être rampante maintient les yeux de beaucoup “grands fermés”

      Le top du top(je suis médecin généraliste) a été de voir un jour une de mes jeunes patientes (13 ans environ)arborer des sous vêtements(culotte ET soutien gorge)qui n’étaient qu’un bannière étoilée..Si,Si je vous jure

      On ne le lui a pas IMPOSE,c’est dans son univers cognitif depuis qu’elle est née,

      Je vous promets de revenir vers vous le jour où une autre jeune fille aura le drapeau tricolore….

      m’est avis que ce n’ est pas pour demain,

      Et puis,pour en trouver,un soutien ET une culotte au couleur de la France,je ne sais pas où il faut aller…

      Alors que que pour le globish et la bannière étoilée il y en a PARTOUT…


      • AG Le 04 septembre 2017 à 08h14
        Afficher/Masquer

        Le moment où j’ai compris qu’on était colonisé c’est quand j’ai vu que les jouets pour enfants n’étaient plus traduits en français … de plus en plus de produits sont vendus en langue anglaise sans le moindre soucis de traduction … ça m’a fait pensé aux pays colonisés par la france où la langue française était imposée partout sans le soucis des langues locales … “nos ancêtres les gaulois” devient “nos ancêtres les pères fondateurs” ……….


      • Daniel Le 04 septembre 2017 à 14h47
        Afficher/Masquer

        Et si on commençait par la télévision: les films et séries ne sont que de la propagande yankee. Par exemple les jeunes ne connaissent pas le système judiciaire français, mais seulement celui anglo-saxon. Qui n’instruit qu’à charge. Le culte du héros sauveur de la nation… pardon sauveur du monde. Contre les méchants et les méchants ce sont toujours les autres. Quelques exceptions bien sûr, mais quand le film dérange, hop à la trappe. Je ne mets pas un exemple, je vais me faire modérer… ici aussi.


    • Nerouiev Le 04 septembre 2017 à 09h12
      Afficher/Masquer

      Avez-vous déjà payé une amende via internet ? Moi oui et voici la page d’accueil :

      https://www.amendes.gouv.fr/portail/index.jsp

      … pourtant je ne roulais pas à gauche, un petit excès de vitesse !


      • tactac29 Le 04 septembre 2017 à 10h38
        Afficher/Masquer

        Moi aussi, et j’étais victime d’une usurpation de plaque! J’ai contesté, payé la consignation (chèque débité 2 jours après l’envoi) la photo reçue 3 SEMAINES après la demande.
        Photo qualité ignoble, j’avais les facturettes de carte bancaire pour la journée de “l’infraction”
        et malgré ça, transfert au tribunal de police de mon domicile. La photo, toute noire a tout de même permis de me disculper (heureusement, pas une “doublette parfaite, même véhicule, etc…) J’ai demandé le remboursement de ma consignation, j’attends (que depuis 3 SEMAINES), ça semble être la norme!


        • dupontg Le 04 septembre 2017 à 18h36
          Afficher/Masquer

          oui les fausses plaques sont de plus en plus nombreuses et posent probleme à la dictature routiere…
          Il suffit de voir les peines encourues en cas de plaques non reglementaires,non lisibles ou fausses….
          -jusqu’à 3750€
          -jusqu’à 5 ans de prison
          -jusqu’à 3 ans de suspension de permis
          -Confisquation du vehicule..

          doublé en cas de recidive..


    • Le modéré Le 04 septembre 2017 à 09h17
      Afficher/Masquer

      La langue du plus fort domine. Et devant la multiplicité des Etats donc de langues, il faut bien choisir laquelle d’entre elles représentera les autres au niveau internationale.


      • L. A. Le 04 septembre 2017 à 10h34
        Afficher/Masquer

        @ Le modéré
        Votre message est contradictoire. Soit « la langue du plus fort domine », soit « devant la multiplicité des […] langues, il faut bien choisir […] ». Les deux propositions s’excluent l’une l’autre : si la langue du plus fort domine, il n’y a plus le choix.
        De plus, puisque c’est bien la Chine qui est en passe de devenir l’État le plus fort, pensez-vous sérieusement que le mandarin va bientôt envahir tous nos murs, nos écrans, nos radios, nos chansons, nos vêtements, nos objets quotidiens (et pas seulement sur les enseignes des quartiers-ghettos extrême-orientaux — dits chinois — de nos métropoles) ?
        Quant à dire qu’une langue « représente les autres », ça n’a tout simplement pas de sens.


        • Loxosceles Le 04 septembre 2017 à 12h28
          Afficher/Masquer

          Je ne trouve pas qu’il y ait contradiction :

          1) Un monde globalisé recherche une langue commune parmi la multiplicité.

          2) Ce monde choisit la langue de la (ou d’une) communauté dominante.

          Je ne sais pas si c’est un bien ou un mal, je ne juge pas, je conçois par contre très bien que les francophones s’estiment lésés. Par contre lire le terme de “colonisation” pour décrire cette situation me chagrine un peu. Je parlerais plutôt de situation de “dominion”, ce n’est pas tout à fait la même chose.


          • L. A. Le 04 septembre 2017 à 13h33
            Afficher/Masquer

            @ Loxosceles
            Libre à vous d’insister dans cette vue de l’esprit. Je ne sais pas où vous vous informez, mais je peux vous assurer qu’il n’y a jamais eu aucune « recherche de langue commune parmi la multiplicité » (!) Et que l’omniprésence de la langue de l’empire qui nous domine ne résulte aucunement d’un « choix ».
            Si les mots ont un sens et si vous avez des infos pertinentes quant à cette « recherche » et à ce « choix » dont vous soutenez l’existence, sachez que nous serions avides de les connaître.


            • Loxosceles Le 04 septembre 2017 à 13h37
              Afficher/Masquer

              Que ce soit un choix ou un non-choix, cela revient au même. Vous aimez visiblement jouer avec les mots, pour ma part je ne suis pas ici dans une posture politique ou morale à dire “c’est bien ou ce n’est pas bien”. Maintenant on peut certes prendre les diptères par derrière, moi je me borne à constater que le monde globalisé a opté pour l’anglais. Libre à ceux qui veulent militer contre de le faire, mais ce serait bien, pour commencer quand on a une attention et un respect pour la langue, de ne pas déformer les propos de ceux qui s’expriment dans la même que vous.


            • JCH Le 04 septembre 2017 à 15h35
              Afficher/Masquer

              Je ne peux qu’abonder dans le sens de Loxosceles. L’anglais s’est imposé de par le monde, évidemment à la grande satisfaction de ceux dont c’est la langue maternelle.
              On pourrait discuter des heures pour savoir si le français, l’espagnol ou l’esperanto (ou une autre langue) aurait fait plus de sens, ou pour savoir quelle serait la situation avec un victoire de Napoléon à Waterloo ou si la ligne Maginot avait tenu en 1940… mais force est de constater que l’anglais a quelques longueurs d’avance au plan international.
              Et de mon expérience professionelle, ne parlant ni le mandarin, ni le russe, ni l’arabe, j’ai pu me faire comprendre à Taiwan, à Moscou et à Doha.
              Se draper dans ses principes face à “l’empire qui nous domine” c’est bien joli mais c’est d’une utilité particulièrement limitée pour se faire comprendre à l’étranger.


            • L. A. Le 04 septembre 2017 à 16h28
              Afficher/Masquer

              @ Loxosceles. Vous avez changé de sujet. On attend vos infos sur le fait que la population ait « opté » ou « choisi » (quel que soit le terme que vous employez, c’est plutôt vous qui jouez sur les mots).
              @ JCH. Drapez-vous dans la complaisance que vous voulez, mais vous êtes directement hors sujet, car il ne s’agissait pas du tout de savoir si on peut « se faire comprendre à l’étranger ».


    • Lusituationniste Le 04 septembre 2017 à 10h35
      Afficher/Masquer

      Un livre à lire “La nostalgie de l’Occupation” peut-on encore se rebeller contre les nouvelles formes d’asservissement ?” de Bertrand Méheust aux Éditions La Découverte.

      “La nostalgie de l’Occupation”, c’est avant tout le sentiment d’une perte, peut-être irrémédiable. Le monde meilleur dont les membres du Conseil national de la Résistance avaient jeté les bases n’a-t-il été qu’une courte parenthèse ? Peut-on encore se dresser efficacement contre ces nouvelles forces qui se sont déchaînées et menacent l’humanité dans son existence même ? Ce livre ne traite donc pas de l’Occupation allemande, il dresse le portrait de cette “Occupation” d’un genre inédit sous laquelle nous semblons destinés à vivre. Il cherche à comprendre les raisons pour lesquelles toutes les issues semblent bouchées. Pourquoi les grands moments d’effervescence qui ont scandé la vie des sociétés et permis le renouvellement de leurs structures semblent-ils se raréfier et perdre leur puissance transformatrice ? Comme toutes les sociétés, la nôtre cherche à persévérer dans son être. Elle a donc développé des technologies qui tentent de maintenir la température du groupe en dessous du seuil à partir duquel le changement devient possible. Pourra-t-on encore dévier l’histoire d’un cours qui semble inéluctable ?”

      Pour aller plus loin :

      http://www.auxerretv.com/content/index.php?post/2012/01/28/La-surchauffe-de-Bertrand-Méheust


      • Celavy Le 06 septembre 2017 à 00h48
        Afficher/Masquer

        N’y a-t-il aucune issue ? – Il me semble que lorsque E. Macron assène aux diplomates Français que notre démocratie n’existe plus, qu’il n’y a plus d’Etat Français… etc… On pourrait facilement en prendre acte et lui signaler qu’il fut élu Président d’une République démocratique dont il s’acharne à nier l’existence, l’autonomie, etc… Il faut donc comprendre qu’il s’est trompé d’élection – ou qu’il a trompé ses électeurs. Bref, Comment le prendre au sérieux et lui faire confiance ?
        Ne s’est-il pas disqualifié lui-même ?


    • JCH Le 04 septembre 2017 à 15h22
      Afficher/Masquer

      On peut aussi ne pas voir “un esprit d’occupation” derrière chaque t-shirt. Le problème n’est à mon avis pas, et de loin, que les gens qui ont visité New York en rapportent un t-shirt “big apple” en souvenir…
      Le mythe de “l’axe du bien” nous est imposé de manière bien plus explicite et directe que par souvenirs interposés ou par l’omniprésence de l’anglais dans la culture populaire.
      Ne tombons pas dans ce genre d’extrêmisme qui fait qu’on rejette tout ce qui est en anglais ou qui vient des USA parce que -par exemple- Trump a bombardé la Syrie.


    • Eugene-Henri Le 04 septembre 2017 à 17h25
      Afficher/Masquer

      Oui ! Mais c’est une gigantesque entreprise de propagande ! J’habite le tiers de mon temps de retraité dans une petite ville en Russie (25 000 habitants)

      Eh bien, quand les Russes portent un maillot – bien heureusement, c’est une petite minorité – les inscriptions sont en américain.

      Je m’en suis étonné auprès d’un vendeur de vêtement : il me répond “Je n’ai pas le choix, ce que je vends viens de Turquie”.

      Pourtant, en cherchant bien, j’ai trouvé quelques maillots avec inscriptions en russe (fabriqué en Ouzbékistan) et je les porte avec grand plaisir en Russie et en France, et en voyage.

      Bien cordialement à tous, et particulièrement à Mr Berruyer.


  6. DUGUESCLIN Le 04 septembre 2017 à 07h48
    Afficher/Masquer

    L’idée de “combattre ” les “fake news” (fausses nouvelles) peut être une bonne chose. Cela devrait logiquement remettre en cause les informations orientées de certains médias chez nous, mais la probabilité est faible.
    La grosse question est de savoir qui décidera de ce qui est une fake news ou non. A partir du moment où des blogs d’informations et certains journaux étrangers ne sont pas représentés dans les commissions d’expert, il ne peut que s’agir de décisions arbitraires. Ce qui signifie qu’il peut s’agir tout bonnement d’une police de la pensée sans respect du contradictoire.
    Nous avons déjà un bon exemple avec le décodex, mais cette fois, il s’agira d’une décision gouvernementale.
    On est en droit de penser qu’une dictature s’installe plus ou moins discrètement.


    • Libraire Le 04 septembre 2017 à 08h31
      Afficher/Masquer

      Duguesclin, j’apprécie en général vos intervention.
      Pas ici.
      C’est internet qui est visé là.
      De mon point de vue internet est un lieu public d’échange et de communication.
      Que faire des fausses nouvelles (appelées rumeurs) qui naissent au comptoir des bars, dans les ateliers, les bureaux, les réunions de rédaction, au coin de la rue, les cours de récréations, les salles du personnel……
      Le phénomène n’est pas nouveau, et dans l’histoire certaines de ces rumeurs eurent des conséquences néfaste.
      Les états se sont toujours donnés les moyens de surveiller ces phénomènes. les quels sont parfois incontrôlables. Comme je l’imagine, ils se donnent les moyens de surveiller la toile, blanche ou noire.
      Leur soucis lorsqu’ils officialisent et publient la nécessité d’un contrôle est d’effrayer la masse, qui devra avoir peur, de même qu’elle doit avoir peur dans les rues la nuit. Faire en sorte que le peuple ne se sente pas à l’aise sur ce nouvel espace de libertés, et n’en fréquente que les grandes avenues commerciales.
      Il leur sera difficile d’être Haussmannien sur la toile .


      • Kazhim Le 04 septembre 2017 à 16h15
        Afficher/Masquer

        Y a un youtuber qui fait cela, il s’appel defakator, il s’attaque surtout aux idées délirantes qui pullulent sur le web, mais sa dernière vidéo sur tchérnoyle est très intéressante sur la manière dont les médias taisent la vérité .


    • L. A. Le 04 septembre 2017 à 11h43
      Afficher/Masquer

      @ DUGUESCLIN
      Tout à fait d’accord avec vous (quoi qu’en dise un soi-disant « libraire » qui semble paradoxalement ignorer l’orthographe). La probabilité que — par des lois restrictives quant au web — soient remises en cause les infos orientées des médias (l’intox) est absolument nulle, je vous le confirme, dans la mesure où ces restrictions de liberté n’auront pour objet que d’empêcher la concurrence avec lesdits médias afin de leur permettre, JUSTEMENT, de continuer à désinformer tranquillement, sans contradicteurs.
      J’ai déjà dit par ailleurs, comme vous ici, qu’« on est en droit de penser qu’une dictature s’installe plus ou moins discrètement ». Et ça ne tient pas qu’à ces lois sur le web. Ce président est un dingue mégalomaniaque, imprévisible et autocratique. Et ses courtisans aveuglés, sous hypnose, ne contrecarreront ni ses abus ni ses dérives.


    • tepavac Le 04 septembre 2017 à 22h22
      Afficher/Masquer

      “L’idée de “combattre ” les “fake news” (fausses nouvelles) peut être une bonne chose. Cela devrait logiquement remettre en cause les informations orientées de certains médias chez nous, mais la probabilité est faible.”

      Elise Lucet et le présidente de Fr2 devant le tribunal pour “fake news” sur l’Azerbaïdjan….
      https://francais.rt.com/france/42808-azerbaidjan-diffamation-elise-lucet-delphine-ernotte-proces

      Là c’est tordu, une journaliste Bulgare découvre que les armes d’isis proviennent de son pays et enquêtant , découvre toute la sournoiserie et l’hypocrisie des pays “libres”.
      Les dits pays fournissant allegrement toutes les armes, munitions et logistique à des mercenaires(terroristes, al nostra, isis, aqmi, etc..), alors même que ces dits pays expliquent de long et en large qu’ils combattent contre le terrorisme.

      “Une journaliste bulgare licenciée après avoir révélé des livraisons d’armes aux terroristes en Syrie”
      https://francais.rt.com/international/42796-journaliste-bulgare-licenciee-apres-avoir

      Bon, après cette séquence je pense que je devrais bientôt changer de PC, cela ne fera que le 4eme depuis Maïden. Même après formatage et zero file ça délire….


  7. Jean Le 04 septembre 2017 à 08h04
    Afficher/Masquer

    Ces gens seraient bien gentils de donner quelques exemples de fausses nouvelles, de quoi parlent ils ?


    • Pinouille Le 04 septembre 2017 à 09h04
      Afficher/Masquer

      En voici un exemple représentatif:
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Pizzagate
      Si ce type de fake news suffit à modifier le vote de certains électeurs, ou déclencher des fusillades, on peut raisonnablement considérer la pertinence de légiférer sur le phénomène.
      En faire abstraction n’est peut-être pas responsable.


      • Duracuir Le 04 septembre 2017 à 10h51
        Afficher/Masquer

        Et moi, je vais vous parler de quelques fake-news répandues par vos médias chéris et qui elles, n’ont pas risqué de créé une fusillade mais on entrainé, en tout, des millions de morts et des dizaines de millions de vies brisées:
        – génocide au Kosovo(imaginaire)
        – 100 000 réfugiés albanais disparus en une nuit des montagne Serbes.
        -ADM en Irak
        -génocide (imaginaire) à Benghazi.
        -génocide(imaginaire) en Cote d’Ivoire
        -130 assassinés au fusil à lunette sur le Maïdan ordre de Ianoukovitch(dont 30 policiers de Ianoukovitch
        -les assassins d’Odessa ayant brulé vifs des dizaines de personnes étaient des supporters de foot.
        -pas de nazis parmis les milices ukrainiennes et celles qui perpétrèrent le coup d’état à Kiev.
        -l’assaut du Parlement et de tous les organes ukrainiens par 15000 miliciens fachistes(svoboda) et nazi(Azov)deux jours après la signature de sortie de crise ne fut pas un coup d’état.
        -invasion russe(36 fois en 6 mois) de l’est Ukrainien.
        [modéré]
        -djihadistes modérés en Syrie(ça a duré 3 ans cette chanson).
        -ingérence Russe dans le processus électoral US(non seulement aucune preuve, mais même pas un seul fait énoncé).
        -publication continue de fake-news par RT et Sputnik(pas un seul, PAS UN SEUL exemple fourni).
        Et j’en ai plein d’autre.


        • Pinouille Le 04 septembre 2017 à 17h02
          Afficher/Masquer

          @Duracuir et L.A.
          Je ne comprends pas votre raisonnement (en toute bonne foi): il arrive aux journaux de relayer des inepties, donc il ne faut pas empêcher le colportage de fake news?

          Si des lois punissent les fake news, elles pourront aussi se retourner contre les émetteurs de celles que vous citez. Non?


          • Duracuir Le 04 septembre 2017 à 17h34
            Afficher/Masquer

            Non, car les organes de presses sont protégés.


            • Pinouille Le 04 septembre 2017 à 17h52
              Afficher/Masquer

              C’est un peu prématuré de considérer que la presse sera exclue d’un texte de loi qui n’existe pas encore.
              Mais en admettant, la sanction on la connaît déjà: baisse des ventes + baisse de confiance + perte de contrôle d’une partie grandissante de la population qui va trouver ailleurs ce qu’elle ne trouve pas dans les MSM.
              A un moment, tout se paye.


          • Raoul Le 04 septembre 2017 à 20h27
            Afficher/Masquer

            La chasse aux fausses nouvelles n’est évidemment pas destinée aux journaux de la presse officielle. Car la diffusion de fausses nouvelles est déjà passible de poursuites et, que je sache, aucun journal n’a été poursuivi en justice pour les affaires du charnier de Timisoara, des couveuses du Koweit, du faux attentat du RER, etc.

            Et, dans plusieurs de cas cités, il s’agissait bien de ces « fake news » destinées à tromper les lecteurs.

            À l’inverse, quiconque fournira une nouvelle dérangeante pour le discours officiel pourra se voir poursuivi, même si cette nouvelle est vraie, car la vérité et le mensonge ne sont désormais plus affaires de fait, mais de conformité à un ligne de pensée.

            Révéler une vérité dont on ne veut pas qu’elle soit connue, voilà le crime que l’on veut condamner à travers cette chasse aux fausses nouvelles.


            • tepavac Le 05 septembre 2017 à 05h44
              Afficher/Masquer

              L’actualité vous donne raison, et depuis des années. C”est ainsi pendant que des faussaires se pavanent librement sur les plateaux;
              https://fr.sputniknews.com/international/201709041032912187-Renseignement-rda-propagande-usa-fake-news/

              ceux qui alertent l’opinion se retrouvent dans le meilleur des cas “placardisés”, sinon publiquement diabolisés.


            • Pinouille Le 05 septembre 2017 à 13h56
              Afficher/Masquer

              “La chasse aux fausses nouvelles n’est évidemment pas destinée aux journaux de la presse officielle.”

              Projet de loi: https://www.senat.fr/leg/ppl16-470.html
              “Art. 226-12-3. – Les peines sont portées à trois ans d’emprisonnement avec sursis et à 75 000 € d’amende :

              3° Lorsque l’infraction définie audit article 226-12-1 est commise par une entreprise éditrice de presse en ligne au sens des articles 1er et 2 de la loi n° 86-897 du 1er août 1986…”

              A noter en introduction:
              “Il est vrai que la définition de la fausse nouvelle induit celle de la vraie nouvelle, vérité officielle, ce qui peut légitimement choquer comme étant une tentative d’imposer une vérité qui ne serait que relative ou celle d’un instant T.”


      • L. A. Le 04 septembre 2017 à 11h21
        Afficher/Masquer

        @ Pinouille
        Marrant comme l’esprit peut être partial.
        Dites-nous, les charniers de Timisoara, les couveuses du Koweït, les armes de destruction massive d’Irak, le nuage de Tchernobyl qui s’arrête pile à la frontière franco-allemande, la jeune femme juive violée dans un train de banlieue, la presse qui serait muselée au Venezuela, les Russes qui truquent les élections aux É.-U. pour faire élire Trump, était-ce sur Internet ?
        Ce type de « faiqueniouzes » n’aurait-il pas « suffit à modifier le vote de certains électeurs ou à déclencher des fusillades » ?
        Combien de temps escomptez-vous qu’il faudra encore pour « raisonnablement considérer la pertinence de légiférer sur le phénomène » ?
        « Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage » : ce qui met ces beaux messieurs et belles dames en émoi c’est le libre accès au web pour dire comme pour entendre, contrairement aux médias asservis à la doxa, filtrés et chien-de-gardés. C’est bien la liberté de s’informer et de penser qui est visée.


      • jean Le 04 septembre 2017 à 12h50
        Afficher/Masquer

        C’est tout, plutôt marginal, non ?
        Concernant cette histoire de pizzagate, je n’y connais pas grand-chose donc je ne peux pas me prononcer sur la véracité de ce truc. Mais vous m’avez l’air très au courant sur cette “affaire”.
        Moi je pensais plus a des trucs du genre l’histoire des bébés dans les couveuses aux Koweit, guerre d’Irak n°1, les armes de destruction massives, guerre d’Irak n°2, dites moi c’est ce genre de fausses nouvelles dont-ils parlent et qu’ils veulent interdire ?


        • Pinouille Le 04 septembre 2017 à 17h27
          Afficher/Masquer

          “C’est tout, plutôt marginal, non ?”
          Non, je ne trouve pas marginal d’accuser, durant les élections US, le directeur de la campagne d’H Clinton de participation à un réseau pédophile.

          “je ne peux pas me prononcer sur la véracité de ce truc.”
          Personne ne vous le demande.

          “Mais vous m’avez l’air très au courant sur cette “affaire”.”
          Pas plus que vous. Mais je sais que cet exemple a été saisi à plusieurs reprises par certains journalistes/politiques/intellectuels pour alerter sur le fait que des fake news de ce style peuvent faire basculer le résultat d’élections, et font donc courir un risque à la démocratie.

          “… dites moi c’est ce genre de fausses nouvelles dont-ils parlent et qu’ils veulent interdire ?”
          Je ne suis pas sûr que les probables futurs textes de lois arrivent à faire distinction entre cette fake news que je cite et les vôtres: intention délibérée de tromper l’auditoire. Nous verrons bien.


          • Owen Le 04 septembre 2017 à 18h30
            Afficher/Masquer

            Bonjour Pinouille,

            Je trouve votre regard bien candide sur le Pizzagate, mais passons.

            Non, ce ne sont pas les fèkes niouzes, le problème, c’est le reste, la gestion des infos mis en avant et ceux laissés de côtés qui fabriquent la perception.

            Je vous en propose une caricature, en images.
            Ecrivez Poutine (avec un grand P), sur Google image et examinez ses portraits qui sont choisis.
            Après cela, écrivez Hollande, toujours sur Google image et examinez les campagnes et les villes pays.


            • Pinouille Le 04 septembre 2017 à 19h13
              Afficher/Masquer

              Bonjour Owen,

              “Je trouve votre regard bien candide sur le Pizzagate, mais passons.”
              Ou vous argumentez ou vous ne dites rien. S’arrêter entre deux ne sert que votre ego. Mais passons.

              “Non, ce ne sont pas les fèkes niouzes, le problème, c’est le reste”
              Indépendamment de vos priorités sur les problèmes à régler, ou des miennes, le présent article parle de fake news, donc je rebondis dessus.

              Amha, je trouve un chouia réducteur que toute réflexion sur les divers thèmes d’actualité doive systématiquement aboutir aux toujours même conclusions (domination de l’oligarchie, les médias nous mentent pour nous asservir, l’UE c’est le mal, etc).


            • Owen Le 05 septembre 2017 à 03h04
              Afficher/Masquer

              Quand on commet un délit ou un crime, le but du jeu, c’est que cela ne se sache pas. Lorsqu’on a du pouvoir on a plus de capacité à cacher ce qu’on fait. Si on avait judiciarisé la chasse aux fèkes niouzes, les frasques sexuelles de DSK auraient été estampillées “DSKgate” ou complot, car en parler était susceptible de changer les résultats des élections. Les effets collatéraux auraient été que les sites Web qui relayaient l’information auraient été punis et/ou que les sites auraient été fermés.
              Le mieux, avec le Pizzagate est d’ouvrir des enquêtes pour les personnes concernées, et de mettre au clair cette affaire. Ce qui n’est pas fait. Le pire est que ce petit site Web bénévole subisse des mesures de rétorsions pour en avoir parlé et je n’ai pas pour attitude de m’adosser aux sites les plus puissants (médias de masse) pour écraser les petits. La justice, ce n’est pas çà.

              Dans la liste de Duracuir, ce sont les médias puissants qui ont relayé ces fausses nouvelles et ces mensonges, ou qui les ont masquées avec des massacres bien réels. Ces médias n’ont jamais été ni inquiétés ni punis.


            • Pinouille Le 05 septembre 2017 à 10h06
              Afficher/Masquer

              @Owen
              On est globalement tous d’accord sur le fait que les médias MSM produisent de l’info tellement orientée qu’elle en devient trop souvent de la propagande, et les dangers induits. Mais l’importance de ce problème ne doit pas occulter les autres: j’insiste car c’est trop souvent le cas ici (impression de tourner en boucle sur les sempiternels sujets).
              Certains considèrent que les fake news représentent un danger suffisamment important pour nécessiter une réglementation adaptée.
              Les menaces d’une telle règlementation (police de la pensée) sont très clairement exposées ici, mais ne peuvent pas balayer le reste.
              Je ne dis rien de plus.

              Et si cette police de la pensée s’affermit, la résistance s’affermira tout autant et trouvera toujours des moyens détournés pour s’exprimer. La réflexion de qualité a déjà disparu de la télé (RIP Frédéric Taddei).


      • lvzor Le 05 septembre 2017 à 02h46
        Afficher/Masquer

        “Si ce type de fake news suffit à modifier le vote de certains électeurs, ou déclencher des fusillades, on peut raisonnablement considérer la pertinence de légiférer sur le phénomène.”

        Ce qui, à mon humble avis, influe le plus sur le vote des électeurs, ce sont les promesses des candidats, lesquelles sont en général aussi fake que les plus fake des news. Peut-on raisonnablement considérer la pertinence de légiférer sur le phénomène?


        • Pinouille Le 05 septembre 2017 à 10h47
          Afficher/Masquer

          Peut-être, mais ce n’est pas le sujet de l’article ci-dessus.
          Je m’interroge sur la tendance compulsive de certains à ramener tout sujet de réflexion de ce monde (et dieu sait s’ils sont nombreux) à une poignée de thèmes récurrents. Cela a un nom: obsession. Non?


    • Libraire Le 04 septembre 2017 à 13h58
      Afficher/Masquer

      Veuillez me corriger, je ne vois pas mes fautes après relecture, en dehors de celle de vous déplaire en rejetant l’idée de combattre (des moulins a vent) Je ne vois pas ce qui peut vous permettre de remettre en doute ma profession! (Libraire d’ancien)


  8. Duracuir Le 04 septembre 2017 à 08h15
    Afficher/Masquer

    Après des mois et des mois et des mois de demandes, que dis-je, de supplications tous azimuts pour qu’on me donne, même pas une preuve, mais au moins un fait, un seul, un seul exemple de “fake-news” qui aurait été publié par les méchants Russes de RT.
    J’ai demandé à Fourrest, à Guetta, à Jorion, à Dély, au Monde, à Libé, au Midi-libre, à la REM, et des dizaines d’autres, et ces méchants là sont tellement occupés qu’ils n’ont même pas pensé à en révéler un. UN SEUL! Pourtant, ces gens là se répandent en accusation contre RT.
    Jusqu’à la présidence qui a refusé de les accréditer. Sans donner non plus le moindre exemple.
    Merci pour eux. Répondez, vous qui avez du temps.


    • Alex Le 04 septembre 2017 à 11h45
      Afficher/Masquer

      C’est une très bonne question que vous posez la.
      Je trouve que le mot valise “fake news” est typiquement un mot de novlangue.
      Il ne signifie manifestement pas la même chose pour ceux qui l’emploient que pour ceux qui l’entendent. J’ai vu un exemple mis en avant par les médias bien pensant

      http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20170726.OBS2610/youtube-cette-jeune-journaliste-demonte-joyeusement-les-fake-news.html?xtor=RSS-87

      Elle prend des exemples qui ne sont pas du tout représentatif des “fake news” visé par l’UE et la journalocratie aux ordres, du style “Une infirmière aurait échangé 9.000 nouveau-nés à elle seule pendant 22 ans.”…
      A qui va t’on faire croire qu’il est urgent pour la démocrassie de mettre un terme à la diffusion de ce genre d’article?
      Il n’est bien sur jamais question d’enjeux géopolitique majeure ou de lutte idéologique quand ils nous parlent de fake news.

      Les fakes news sont aussi une arme pour contrer l’influence des médias étranger contradictoire, type RT, Sputnik, Press tv, qui sont d’office classé dans les fake news.

      Et la petite confidence qui trahit l’arrière pensé de la caste est assez clair sur leurs intentions je trouve.

      “En fouillant les diverses chaînes déjà existantes, son constat est simple : aucun journaliste francophone n’est youtubeur. Et vice-versa.
      “YouTube, c’est l’avenir”, clame-t-elle en riant.”


  9. calal Le 04 septembre 2017 à 08h19
    Afficher/Masquer

    en ce moment je suis terrifie par l’impression de vide que je constate dans les medias “mainstream”. une plethore d’adjectifs dithyrambiques est systematiquement associe a toute parole ou action de macron et rien ni personne en face pour y porter la moindre contradiction.
    comment et pourquoi ces journalistes cirent autant les pompes de macron sans la moindre retenue? j’ai vraiment l’impression d’etre a la cour de louis 16 ou louis 14 ou dans un remake du film “beaumarchais,l’insolent”.
    cette disporportion du temps de parole n’est encore pas suffisante? le pouvoir doit il vraiment en faire encore plus pour faire taire des voix eventuellement dissonantes?est il tellement sur d’avoir gagner qu’il ne veut meme plus laisser un peu de pression s’echapper de la cocotte minute?
    les outils d’une propagande de guerre sont ils en train de se mettre en place?


  10. Raoul C, Le 04 septembre 2017 à 08h19
    Afficher/Masquer

    Je ne sais même pas ce que sont ces « fake news ».

    Parlons français pour être clair.

    Je suis sûr que le concept n’est pas neuf, simplement l’engouement anglomane.

    Bobard, mensonge, intox, désinformation, canular, supercherie, fausseté, etc. ?


    • Ludovic Joubert Le 04 septembre 2017 à 09h24
      Afficher/Masquer

      En jargon journalistique, on appelle ça bidonnage. Mais j’ai l’impression que les organes de presse officiels sont à l’abri de la commission européenne.


  11. Cédric Le 04 septembre 2017 à 08h30
    Afficher/Masquer

    on commence à comprendre comment certaines sociétés décrites dans les films d’anticipations sont tout à fait possibles, voire probables. le plan est en marche.


  12. philbrasov Le 04 septembre 2017 à 08h38
    Afficher/Masquer

    lorsque christian barbier dit de macron , qu’il est le nouveau louis XIV l’intelligence en plus…

    c’est une fake news?


    • christian BERNARD Le 04 septembre 2017 à 12h02
      Afficher/Masquer

      .. heu… Christophe Barbier, je pense ; Christian Barbier était l’acteur incarnant “L’homme du Picardie”, superbe feuilleton réaliste de mon enfance 😉


    • lvzor Le 05 septembre 2017 à 02h57
      Afficher/Masquer

      A l’aune de Barbier, même un lombric aurait du génie…


  13. Patrique Le 04 septembre 2017 à 08h41
    Afficher/Masquer

    Exemples de fausses nouvelles (leurs auteurs seront-ils poursuivis ?) :
    « Maastricht apporte aux dernières années de ce siècle une touche d’humanisme et de Lumière qui contraste singulièrement avec les épreuves cruelles du passé. » (Michel Sapin, ministre socialiste des finances, Le Monde, 6.5.92)
    « Un “non” au référendum serait pour la France et l’Europe la plus grande catastrophe depuis les désastres engendrés par l’arrivée de Hitler au pouvoir. » (Jacques Lesourne, Le Monde, 19.9.92)
    «Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir: la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie » (Michel Rocard, Ouest-France, 27.8.92)
    « Si le Traité était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré. » (Valéry Giscard d’Estaing, RTL, 30.7.92)


  14. Catalina Le 04 septembre 2017 à 09h18
    Afficher/Masquer

    légiférer sur la toile alors qu’ils laissent les médias omerter l’information et ne choisir que ce que les maitres ont choisit de publier….euh….l’ue montre le côté américain de son visage, on fait des lois pour vous empêcher de penser et légaliser le mensonge des médias mainstream. bon, de toute façon, au point où on en est, ce point où notre gouvernement reconnait publiquement qu’il a aidé des terroristes en Syrie contre un gouvernement élu et le fait qu’il n’y ait pas de levée de bouclier et un appel à la démission de ce gouvernement est, ama, le point de non retour, ils feront tout ce qu’ils voudront maintenant, ils ont bien vu qu’ils pouvaient se le permettre.. tout se permettre.


  15. aladin0248 Le 04 septembre 2017 à 09h34
    Afficher/Masquer

    Résumons : qui veut lutter contre les “fake news” en prétendant agir pour le bien commun ? les majors mondialistes de l’internet (GAFA) dont les liens avec les officines sécuritaires de l’empire sont bien connus, les médias dominants (français notamment) aux mains des milliardaires, et maintenant l’UE autre entité mondialiste, atlantiste et libérale. Tout est dit.


    • Patrique Le 04 septembre 2017 à 09h59
      Afficher/Masquer

      En Corée du Nord et en Chine aussi ils luttent contre les “fausses nouvelles”


      • aladin0248 Le 04 septembre 2017 à 10h37
        Afficher/Masquer

        Oui, mais ça ne justifie en rien ce qu’on prétend nous imposer.


  16. Kiwixar Le 04 septembre 2017 à 09h37
    Afficher/Masquer

    Traduire « fake news » par « fausses nouvelles » est réducteur (traduttore traditore, comme disent les Italiens). C’est « fake » dans le sens de « trompeur » (volontaire, comme les contrefaçons saisies à la douane, faux vuittons) et non dans le sens de « faux » (erreur involontaire).

    L’oligarchie emploie le terme ambigu en globish pour zigouiller les sites d’informations non-professionels comme ce blog, susceptibles d’erreurs puisque n’ayant pas reçu le diplôme de journalisme permettant d’éviter les erreurs (la grosse blague). Désormais, pour donner son avis sur internet, il va falloir un Certificat d’Aptitude délivré par le Politburo de l’UERSS…


    • tepavac Le 04 septembre 2017 à 11h12
      Afficher/Masquer

      ” C’est « fake » dans le sens de « trompeur » (volontaire, comme les contrefaçons saisies à la douane, faux vuittons) et non dans le sens de « faux » (erreur involontaire).”

      Hé bien il existe déjà un organe sociale pour se prémunir de la “tromperie” et cela se nomme l’appareille judiciaire.
      Par conséquent je doute que l’intention morale de cette “commission”, que dis-je, je n’ai aucun doute, ils ont droit à tous les quolibets, les noms d’oiseaux et à une moquerie universellement partagée.

      Il est clair que leur démarche est insincère, et qu’elle nous propulserait directement dans un régime dictatorial. Face à cette tentative d’escroquerie déguisée il ne faut surtout pas débattre, mais se moquer et se moquer encore.


      • Alfred Le 04 septembre 2017 à 20h18
        Afficher/Masquer

        Je pense que vous avez raison sur la démarche à adopter. La meilleure parade semble la raillerie encore et encore jusqu’à cela ne devienne QUE un sujet de blagues inépuisable. C’est un combat idéologique et le jour (pas si improbable ni si lointain) où le decodex passera dans le langage commun (comme le frigo) en désignant n’importe quelle source de conneries ridicules et malhonnêtes nous aurons gagné.
        Je m’y colle des demain au boulot.


    • lvzor Le 05 septembre 2017 à 03h03
      Afficher/Masquer

      “Désormais, pour donner son avis sur internet, il va falloir un Certificat d’Aptitude”

      C’est un projet qui avait été officiellement formulé par des membres du gouvernement sous Sarkozy, si j’ai bonne mémoire.


  17. nicolas Le 04 septembre 2017 à 09h44
    Afficher/Masquer

    Y a t il une commission qui s’attaque aux fake commissions ?

    Si non , on devrait en créer une et l’appeler la grosse commission.


  18. nicolas Le 04 septembre 2017 à 10h03
    Afficher/Masquer

    La courbure des bananes , la taille des concombres , les fake news …

    C’est tout ce qu’ils savent faire ces gens non élus.

    Par contre toucher à l’évasion fiscale , imposer l’euro dans les règlements internationaux notamment pour le pétrole qu’on paye en dollar , s’attaquer à la distortion fiscale entre pays membres , au travail précaire , établir des frontières claires et défendues etc etc …

    Ça non , y a plus personne à la ” commission ” !


  19. Arcousan09 Le 04 septembre 2017 à 10h35
    Afficher/Masquer

    C’est comme l’intégrisme en religion: Il y a une seule, unique, incontournable vérité vraie …. celle qui nous est distillée à travers tous les médias aux ordres: presse, radio, télé …
    Tous ces chroniqueurs, philosophes, journalistes génies détenteurs de la seule vérité vraie autoproclamés mais surtout au service du système
    Tout avis “dissidents” est voué à l’excommunication …. ce serait sous d’autres cieux à la prison ou la décapitation …
    Merci à O. Berruyer de continuer à nous ouvrir les yeux


  20. nevao Le 04 septembre 2017 à 11h04
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    Les rumeurs ont toujours existé. A ce titre je vous recommande le livre de JN Kapferer “Rumeurs” le plus vieux media au monde. Lire aussi “la psychologie des foules”
    L’information la désinformation, manipulation psychologique et autres intoxication sont des armes utilisées par les Etats, des groupes d’individus défendant une cause, un dogme et autres.
    la question concernant les fake news est de l’enfumage. ils veulent tout simplement contrôler ce media qui leur échappe, le web. Et, nous imposer la pensée unique, la bien-pensance selon eux.
    C’est de la communication qui se résume ainsi :
    “Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez” ce n’est pas de moi et je ne sais de qui extrait d’un cours de marketing. Et il y a beaucoup de possibilités de ne pas “bien comprendre”.
    Maintenant, ce sera ce que je dis, ce que vous pouvez dire et ce que vous devez comprendre.
    Lobotomisation cognitive voilà vers quoi nous allons!


  21. Louis Robert Le 04 septembre 2017 à 11h34
    Afficher/Masquer

    “Commissaire au numérique”. Déjà, le titre de “Commissaire” est prometteur. Il ne nous manque plus que le Haut Commissariat Européen à la Propagande, composé de ces très Sages qui s’occuperont à réglementer et à encadrer juridiquement, dans l’Union Européenne va sans dire, les Ministères de la Vérité des nations membres. Alors tout sera dit… ou plus rien que convenable.

    Il s’agit en l’occurrence ni de “fake news”, ni du “numérique”, mais bien du contrôle par le Pouvoir de l’opinion publique et ainsi des populations, pour le plus grand bien des nations… Ainsi protège-t-on la démocratie en abolissant tout simplement le droit de penser et de s’exprimer librement. Protection des citoyens contre eux-mêmes, comme on fait avec les mineurs et les inaptes.

    Orwell: “fin de la lutte, victoire, il aimait Big Brother.” (“1984”) — Allez, en marche, nous sommes en retard!


  22. SanKuKai Le 04 septembre 2017 à 11h38
    Afficher/Masquer

    Pourquoi ne pas simplement appliquer ce qui existe déjá?
    Ca ressemble encore á une consultation publique et groupe d’experts hors de prix pour réinventer la roue en version carrée (parce que c’est “moderne”).
    Et la charte de Munich c’est pour les chiens? Pas pour les chiens de garde semble-t-il.


    • Pinouille Le 04 septembre 2017 à 17h42
      Afficher/Masquer

      La charte de Munich ne s’applique qu’aux journalistes.
      Et les moult exemples cités plus haut montrent les limites de la charte sur le cadrage de la profession.


      • SanKuKai Le 04 septembre 2017 à 20h29
        Afficher/Masquer

        Le cadrage est surtout difficile parce que rien n’oblige les journalistes á la respecter. Et rien n’empêche de la sortir de son cadre. Pas besoin de 50 experts pour ça. Pour exemple ce site la respecte bien plus que de nombreux journaux.


  23. christian BERNARD Le 04 septembre 2017 à 12h06
    Afficher/Masquer

    Moi je trouve l’idée excellente et je leur soumets déjà quelques ‘fake news’ à traquer sévèrement ; voici :
    -“L’Europe, c’est la paix”
    -“L’Europe nous protège” (ou sa variante : “Nous sommes trop petits à l’échelle du monde..”)
    -“Les courants migratoires sont inévitables et nous rendent plus forts”
    -“Les Américains se sont sacrifiés, pour nous libérer”

    Qu’ils planchent déjà là dessus ; après, j’en ai d’autres…


  24. tchoo Le 04 septembre 2017 à 12h18
    Afficher/Masquer

    Demonstration: l’ autre soir dans une émission de tele (28’sur Arte) les experts et chroniqueur délivre la vérité la même pour tous sur plusieurs sujets ( Macaron et des ordonnances bénéfiques le Venezuela et se salaud de Melenchon) pour apres passer au sujet sur la défiance envers les médias. Tout y est passé sauf bien évidemment leur propre attitude vis à vis des faits qu’ils venaient de commander.
    Même chose ici avec la création d’une prochaine commission de la vérité


  25. Jean Paul B. Le 04 septembre 2017 à 15h22
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    en lien le classement de l’année 2015 des journaux français bénéficiant des aides de l’État (source Ministère de la Culture).
    Au passage vous noterez sans rire que nombre de ces journaux militent pour une baisse drastique de la dépense publique, mais pas quand cela les concerne!!!
    Serions nous “informés” par des schizophrènes?
    http://www.actufinance.fr/actu/aides-journaux-subventions-presse-6967604.html


  26. go Le 04 septembre 2017 à 15h22
    Afficher/Masquer

    M. Berruyer, j’espère que vous participerez activement et le plus constructivement que cela vous sera laissé possible, au moins à la consultation publique…


  27. moshedayan Le 04 septembre 2017 à 15h41
    Afficher/Masquer

    Le grand Mamamouchi se drape de la “Vertu”.
    Or la “Vertu” est la pire ennemie de la liberté de parole, de pensée et d’agir.
    La vertu c’est inoculer le poison de la sclérose.
    Je ne suis pas vertueux et je me fiche du jugement des grands censeurs (qu’ils se regardent eux-mêmes et on verra après) Qu’ils relisent déjà Tartuffe de Molière.

    Mamamouchie : UE européenne et entre-soi


  28. serge Le 04 septembre 2017 à 16h18
    Afficher/Masquer

    Ben voyons, il me semblait que la devise de l’UE était libre circulation des biens, des personnes et des services. Et internet et toutes les nouvelles (pourrie ou non, à chacun de juger) qui y circulent sont des services. Ce qui sous-entend que notre brave Commission européenne va limiter ce pour quoi elle est censée exister. Trop fort…


  29. DidierF Le 04 septembre 2017 à 20h41
    Afficher/Masquer

    Elle met en place le “Ministère de la Vérité” décrit par Orwell dans 1984. Ce sera ça ou elle devra aller au Pôle Emploi.


  30. Koui Le 04 septembre 2017 à 20h43
    Afficher/Masquer

    Il suffit d’appliquer des critères de véracité différent aux nouvelles dérangeantes pour les criminaliser. On peut dire “Assad est responsable de la mort de 300000 personnes” sans avoir besoin de le prouver. Dire que Bush a cause la mort de 1,5 million de personnes en Irak vous expose a devoir le prouver, ce qui est impossible. Pourtant, il y a eu des études utilisant des méthodes acceptées lorsqu’il s’agit de crimes des méchants. Mais pour Bush, elles sont jugées non pertinentes. On jugera les fausses nouvelles mais pas avec le même compas que pour les “vraies”. D’ailleurs la vérité peut changer selon les besoins. Est ce que le massacre chimique d’al habja n’a pas été mis au compte de l’Iran par les USA avant de le mettre sur Saddam Hussein?


  31. Thierry Le 04 septembre 2017 à 23h44
    Afficher/Masquer

    Pour les scientifiques anglophones, il y a une Interesssante étude statistique sur la sociologie associée au Fake News:
    https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=3023545

    extrair du résumé
    “Les croyances inexactes constituent une menace pour la démocratie et les fausses nouvelles représentent un moyen particulièrement flagrant et direct par lequel des croyances inexactes ont été propagées par le biais des médias sociaux. Nous examinons ici le profil psychologique cognitif des individus qui sont victimes de fausses nouvelles. […] Cela suggère que les facteurs qui minent la légitimité des médias d’information traditionnels peuvent exacerber le problème des croyances politiques inexactes chez les partisans de Trump, qui se sont livrés à une pensée moins analytique et qui, dans l’ensemble, étaient moins capables de discerner les fausses nouvelles des vraies (peu importe la valeur politique des nouvelles). […] . Nos résultats indiquent que la propension à penser analytiquement joue un rôle important dans la reconnaissance de la désinformation, quelle que soit la valeur politique – une constatation qui ouvre des avenues potentielles pour combattre les fausses nouvelles.”


    • Lucilin Le 08 septembre 2017 à 10h44
      Afficher/Masquer

      “La propension à penser analytiquement joue un rôle important dans la reconnaissance de la désinformation” c’est absolument vrai!
      Mais!!! Pour penser analytiquement il faut avoir accès à d’autres sources d’information. Et comme nous l’avons si souvent vu, ces “autres” sources d’information sont souvent ostracisées par les médias officiels et même les responsables politiques. Il faut donc faire un effort de recherche d’abord, puis un effort pour analyser et, finalement, un effort pour reconnaître qu’il y a une autre vérité. Et vous en avez vu beaucoup qui sont capables de cet effort?
      C’est si facile de gober ce que nous écrivent les médias, ce que nous donnent les “agences de désinformation”, différents osdh, etc.


  32. Olivier P. Le 05 septembre 2017 à 07h58
    Afficher/Masquer

    Sur le service publique, on entend:
    ” la Corée a lancé un missile au dessus du Japon, mais ce missile est tombé dans la mer ”
    il s’agit d’une fake new, car on fait croire qu’ il s’agit d’un échec alors que le but poursuivi par la Corée a été atteint.


  33. jean Le 05 septembre 2017 à 20h32
    Afficher/Masquer

    Si vos traducteurs pouvaient s’attaquer a cela :

    Assessing and Evaluating Department of Defense Efforts to Inform, Influence, and Persuade

    Worked Example by Christopher Paul

    https://www.rand.org/content/dam/rand/pubs/research_reports/RR800/RR809z4/RAND_RR809z4.pdf

    Étonnant le profil de ce Mr. Paul !


  34. rolland Le 05 septembre 2017 à 22h15
    Afficher/Masquer

    L’effondrement ( volontaire ? ) de l’éducation nationale en France n’est-elle pas liée à une possible volonté de détruire l’esprit critique, si ce n’est l’esprit humain des classe populaires et des classes moyenne……..pour les faire taire, à l’image de cette censure européenne ???


  35. Lucilin Le 08 septembre 2017 à 10h12
    Afficher/Masquer

    La première chose à faire pour s’attaquer aux fake news serait d’interdire ces “sources uniques de désinformation” que sont les agences AFP, Reuters et compagnie!
    Mieux, il faudrait obliger les “copieurs-colleurs” d’utiliser aussi des informations en provenance des pays desquels on parle.
    Donc, dans un article sur la Russie, par exemple, il devraient nous faire part de la position officielle sans commentaires à la noix. Nous sommes assez grands pour comprendre nous-mêmes!


  36. Lysbeth Levy Le 09 septembre 2017 à 10h26
    Afficher/Masquer

    Encore plus de censures en vue, et ils frisent l’hystérie car la Russie va encore mettre une nouvelle télé-information en ligne, ils veulent assassiner la presse alternative et libre celle ci car elle informe plus finement, plus justement que leurs éternelles “fausses nouvelles”. Ne pouvant plus “manipuler” le bon peuple, l’opinion, ils vont “la” bloquer ou “la” pénaliser. Pourtant jamais les citoyens, peuples n’ont jamais été aussi sceptique, http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2017/02/02/la-confiance-dans-les-medias-poursuit-sa-chute_5073654_3236.html Ah bien sur on nous met les “fake-news” a toutes les sauces alors que se sont bien eux les vrais vecteurs de ces fausses nouvelles.


Charte de modérations des commentaires