Les Crises Les Crises
29.mai.202029.5.2020 // Les Crises

Kishore Mahbubani : la Chine a gagné – par Pascal Boniface

Merci 85
J'envoie

Source : Pascal Boniface

Kishore Mahbubani est singapourien. Mais contrairement à la très grande majorité de ses compatriotes, il n’est pas d’origine chinoise. Il est Sindhi Hindou, une population hindoue originaire du Pakistan.

En 1947, ses parents ont fui les persécutions qui ont accompagné la partition entre l’Inde et le Pakistan pour se réfugier à Singapour où il est né, en 1948. Il a été diplomate, notamment aux Nations Unies. Il est maintenant professeur à l’Université. C’est l’un des commentateurs les plus influents de la vie internationale.

Dans son ouvrage Has China Won ? Kishore Mahbubani nous explique que, dans la compétition que se livrent la Chine et les États-Unis, même si ces derniers sont toujours en tête, la Chine marque plus de points parce qu’elle fait moins d’erreurs que son rival outre-Pacifique. Pendant la guerre froide, l’Union soviétique est parvenue à atteindre, au mieux, 40% du PIB des États-Unis. Aujourd’hui la Chine est déjà à 60% et l’écart se resserre constamment.

Pour Kishore Mahbubani, la principale erreur de la Chine est de fermer son marché et de ne pas appliquer réellement les règles du commerce international. Depuis son entrée à l’OMC en 2001, la Chine a décuplé son PIB. Elle ne peut donc plus réclamer la protection similaire à celle d’un pays en voie de développement dont elle bénéficiait lors de son adhésion. Selon Kishore Mahbubani, le fait d’exercer des barrières non tarifaires et de ne pas respecter la propriété intellectuelle prive également la chine de soutien à l’étranger. Enfin, il note que la Chine ne doit pas sous-estimer les États-Unis, toujours capables de rebonds.

Cela étant, les États-Unis sont eux-mêmes coupables de nombreuses erreurs, selon Mahbubani. Pour l’auteur singapourien, ils devraient arbitrer entre le désir de faciliter la vie des 330 millions d’Américains et le fait de vouloir conserver la suprématie mondiale. Ces deux objectifs sont selon lui incompatibles car cela amène Washington à augmenter ses dépenses militaires de façon exponentielle alors que la Chine ne tombe pas dans ce piège.

Elle a en effet compris que l’Union soviétique avait implosé en voulant suivre les États-Unis et ne veut pas commettre cette erreur. L’augmentation constante des dépenses militaires américaines est une erreur parce, selon Kishore Mahbubani, ce n’est pas par des moyens militaires que la rivalité entre Pékin et Washington se règlera. Une guerre conduirait à la destruction mutuelle des deux pays. C’est donc bien par la voie diplomatique que le conflit trouvera une solution.

Dès lors, à quoi bon détenir plusieurs milliers d’armes nucléaires pour les États-Unis ? Les quelques centaines que possède la Chine suffisent à dissuader ces derniers. Un porte-avion américain coûte 13 milliards de dollars. L’ancien diplomate singapourien met en avant le fait que pour quelques centaines de milliers de dollars, le missile DF-26 peut le détruire.

Kishore Mahbubani est aussi très critique concernant le système diplomatique américain. Puisque c’est au niveau diplomatique que la compétition se joue, le fait d’engager dans les ambassades américaines les plus importantes des amis du pouvoir, ayant contribué financièrement à la campagne électorale, prive les talents de la diplomatie américaine de véritables postes.

L’horizon est obscurci pour les diplomates américains qui ne peuvent rêver que de postes secondaires pendant que des amis du pouvoir sont nommés aux postes les plus prestigieux. Finalement, la diplomatie américaine souffre de ce système. Kishore Mahbubani estime qu’en misant tout sur le critère militaire, les États-Unis se comportent aujourd’hui comme l’Union soviétique au temps de la guerre froide et, en s’épuisant, donnent un avantage compétitif à la Chine qui, pour sa part, se conduit comme les États-Unis du temps de la guerre froide.

Le constat est le même au niveau diplomatique. La politique chinoise s’appuie sur les institutions internationales alors que Trump veut les détruire. Selon Kishore Mahbubani, la Chine est majoritaire à l’assemblée générale des Nations Unies alors que les États-Unis sont désormais beaucoup plus isolés.

Certes il y a l’argument démocratique. Les États-Unis sont une démocratie tandis que la Chine ne l’est pas. Là aussi Kishore Mahbubani vient prendre à rebours cet argument avec des arguments propres à un non-occidental. Il fait remarque d’abord qu’alors que la population chinoise est quatre fois plus importante que la population américaine, il y a 2 200 000 prisonniers aux États-Unis alors qu’il n’y en a que 1 600 000 en Chine. Il note aussi que s’il y avait une démocratie en Chine, le peuple élirait plutôt un leader agressif comme Trump et non pas un leader démocratique comme Obama.

Sa critique la plus fondamentale de la démocratie américaine concerne le mode de financement. L’auteur explique que les États-Unis ont une loi anticorruption pour l’étranger, le Foreign Corrupt Practicies Act. Cette loi stipule que si l’on verse de l’argent à des décideurs étrangers pour influencer leurs décisions, de lourdes pénalités sont infligées.

Il explique qu’en réalité, depuis la fin de la limitation des dépenses électorales pour les campagnes, décidée par la Cour Suprême en 2010, on permet aux États-Unis ce que l’on interdit à l’étranger. Finalement toutes les donations, faites par les contributeurs, viennent influencer les décisions politiques et le poids de l’argent limite la démocratie américaine.

Toujours provocateur, Kishore Mahbubani affirme que la Chine n’est pas expansionniste. Lorsque l’Angleterre l’a conquise, l’Australie était à 90 jours de mer. La Chine n’était qu’à 30 jours et n’a pourtant pas essayé de conquérir les terres australiennes. Par ailleurs, il souligne que la Chine ne rendra évidemment jamais le Tibet et le Xinjiang, mais les États-Unis ne rendront pas non plus le Texas et la Californie. En fait, le PCC est ancré dans la civilisation chinoise plus que dans le marxisme-léninisme. Et depuis 2 000 ans, jamais les Chinois n’ont été aussi heureux que lors des 30 dernières années.

L’universitaire singapourien cite Kissinger qui met en avant le fait que les Chinois jouent plutôt au jeu de go où il faut patiemment encercler un adversaire, alors que les Occidentaux préfèrent le jeu d’échecs où il faut conquérir le roi le plus vite possible.

Enfin, le problème majeur est que le seul élément de consensus aux États-Unis est finalement l’opposition au péril jaune. J. Biden et D. Trump sont d’accord là-dessus et même George Soros, qui a financé très largement des campagnes pour tenter d’empêcher l’élection de Donald Trump, approuve sa politique antichinoise.

Ce consensus aux États-Unis à propos de la lutte contre la montée en puissance de la Chine paraît extrêmement dangereux pour Kishore Mahbubani, qui estime que les Américains feraient mieux de chercher à conserver un niveau de vie et le bien-être de leur population plutôt que de lutter pour cette suprématie.

Il considère que jamais, dans l’histoire doublement millénaire de la Chine, les Chinois n’ont été aussi heureux et même, dit-il, jamais aussi libres. Finalement, ils jouissent d’une certaine liberté, ils peuvent par exemple voyager à l’étranger. Bien sûr, ils donnent la priorité à la lutte contre le chaos. En Chine, l’ordre et la sécurité priment la liberté telle qu’elle est conçue dans le monde occidental.

Un livre très stimulant, qui nourrit le débat par l’originalité et la vigueur de ses arguments.

haschinawon

Source : Pascal Boniface

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Santerre // 29.05.2020 à 07h44

Historiquement, il n’y a pas des dizaines de schéma de croisement de deux premières puissance.
1. On a une puissance montante qui profite de l’épuisement du numéro 1 dans des guerres où le numéro 2 n’expose pas son territoire. Ce schéma, c’est celui des USA dans les deux guerres mondiales, mais aussi de la France de Louis XIII qui profite de la guerre de 30 ans pour dépasser les Espagnols, ou encore les Russes du XVIIIe siècle qui profitent du « déluge » l’effroyable guerre polono-suedoise( 1/3 de dépopulation en Pologne) pour supplanter puis dépecer l’énorme République polono-lithuanienne.
2. Confrontation sans merci. Greceet Perse, Carthage et Rome puis Rome et la Grèce, Califat puis Empire Turc contre empire Byzantin. France Angleterre(1715-1815), Angleterre Allemagne(1870-1945), et dans ce shema là, c’est baston assurée.
Les USA vont assurer un blocus de la Chine avec tous leurs vassaux. Si les vassaux sont soumis ils gagneront mais si les vassaux ne suivent pas, ils n’auront le choix qu’entre accepter la relative relégation ou l’aventure militaire.
Historiquement, les Chinois n’ont jamais eu la tripe colonialiste ou messianique. Les USA devraient arrêter de nous les briser.

48 réactions et commentaires

  • Santerre // 29.05.2020 à 07h44

    Historiquement, il n’y a pas des dizaines de schéma de croisement de deux premières puissance.
    1. On a une puissance montante qui profite de l’épuisement du numéro 1 dans des guerres où le numéro 2 n’expose pas son territoire. Ce schéma, c’est celui des USA dans les deux guerres mondiales, mais aussi de la France de Louis XIII qui profite de la guerre de 30 ans pour dépasser les Espagnols, ou encore les Russes du XVIIIe siècle qui profitent du « déluge » l’effroyable guerre polono-suedoise( 1/3 de dépopulation en Pologne) pour supplanter puis dépecer l’énorme République polono-lithuanienne.
    2. Confrontation sans merci. Greceet Perse, Carthage et Rome puis Rome et la Grèce, Califat puis Empire Turc contre empire Byzantin. France Angleterre(1715-1815), Angleterre Allemagne(1870-1945), et dans ce shema là, c’est baston assurée.
    Les USA vont assurer un blocus de la Chine avec tous leurs vassaux. Si les vassaux sont soumis ils gagneront mais si les vassaux ne suivent pas, ils n’auront le choix qu’entre accepter la relative relégation ou l’aventure militaire.
    Historiquement, les Chinois n’ont jamais eu la tripe colonialiste ou messianique. Les USA devraient arrêter de nous les briser.

      +33

    Alerter
    • Pascalcs // 29.05.2020 à 09h57

      Pour aller plus loin dans cette analyse, et avec les constats contemporains faisable sur l’état du monde, on peut dire qu’au final aucune guerre n’est jamais gagnée. Seules des batailles éphémères le sont.

        +2

      Alerter
      • Santerre // 29.05.2020 à 13h54

        Les guerres gagnées sont celles qui se passent chez les autres. 🙂
        Ceci dit, à Trafalgar et Waterloo, les Anglais s’assurent un siècle de domination.
        A Gaugaméle, Alexandre recupere le monstrueux empire Perse.
        Il y a quand même de rares victoires strategiques

          +8

        Alerter
    • Le Belge // 29.05.2020 à 10h18

      Votre analyse est sans appel aucun. Oui, la Chine est la superpuissance du XXIe siècle (et le restera pendant un temps, encore, durant le XXIIe). Maintenant, il est grand temps, pour les Européens que nous sommes (de Reykjavik à Vladivostock), de nous ré-organiser sans tenir compte des Américains (mais ça ne sera certainement pas facile vu la vassalisation des Etats européens aux Américains, le canichisme de Macron en fait foi). Nos ancêtres y étaient bien parvenus à s’organiser sans les Américains, pourquoi pas nous (il faut bien préparer le terrain) et nos descendants ?
      Bonne journée à toutes et à tous du Plat-Pays.
      PS : relire Sun-Tzu n’est pas inutile.

        +23

      Alerter
      • Linder // 29.05.2020 à 10h37

        @ Santerre : votre commentaire est très intéressant. il provoque un souvenir : Napoléon a envahi la Russie parce qu’elle ne respectait pas le blocus contre les anglais. Et c’est ce théâtre qui aurait pu être secondaire qui provoquera la chute de Napoléon

          +10

        Alerter
        • Santerre // 29.05.2020 à 14h07

          Comme en Espagne, Napoleon, militaire de l’ancien temps jusqu’aux bouts des doigts n’a jamais compris la guerre des peuples. En Espagne, il a perdu 200 000 hommes à cause de ça et en Russie, il a perdu son armée.
          Mais Napoléon n’était que l’avatar du chien de combat français agonisant le cou dans les mâchoires du molosse anglais depuis la guerre de 7 ans .

            +5

          Alerter
      • Basile // 29.05.2020 à 10h38

        @ Le Belge : on verra ce que dira Macron le 24 juin, où il est invité au défilé de la victoire à Moscou, reporté pour cause de corona.

        Le 24 juin est une date qui s’y prête très bien d’ailleurs, puisque c’est le jour où les troupes victorieuses on défilé à Moscou de retour d’Allemagne

          +5

        Alerter
        • Santerre // 29.05.2020 à 14h08

          Vu les gens qui dirigent Macron, vu ceux qui lnentourent, vu ceux qui l’apprécie et vu ses ACTES, je n’ai aucun espoir de réveil.

            +10

          Alerter
      • Santerre // 29.05.2020 à 16h28

        On aurait pu refaire, au niveau Européen , le tour magique qu’a réalisé la France entre1500 où elle etait première puissance Européenne, et 1640 où après 130 ans d’apres luttes contre l’Espagne toute puissante, se servir de la guerre de 30 ans pour REpasser en première place pour un siecle et demi.
        Imaginez une Europe finassant et invitant Chinois et Americains à s’epuiser en restant à l’ecart pour reprendre la premiere place perdue en 45. Mais c’est un rêve seulement, l’Europe puissance est une chimère et nous vieillissons , notre race est agonisante.

          +4

        Alerter
        • raoul // 29.05.2020 à 21h10

          L’Europe n’est pas un rêve, elle l’a été pour beaucoup.
          Soyons lucide, l’UE est un cauchemar

            +6

          Alerter
          • Santerre // 29.05.2020 à 21h48

            Raison pour laqurlle je préfère parler de chimère 🙂

              +0

            Alerter
  • ComeBack // 29.05.2020 à 08h27

    Merci Pascal Boniface, toujours intéressant, et Les Crises.
    Je découvre cet auteur. Pour la peine, je relaie son article d’actualité « Covid 19 ».
    La version en français
    https://www.financialafrik.com/2020/04/22/covid-19-la-reponse-incompetente-de-loccident-face-a-la-pandemie-va-accelerer-le-transfert-de-pouvoir-vers-lest/

      +11

    Alerter
    • Santerre // 29.05.2020 à 08h38

      Vous découvrez Pascal Boniface? En 2020?
      Ça ne manque pas de sel. 🙂
      Vous étiez où les trois dernières décennies ? Un monastère, un ermitagew naufragé sur une île déserte ?
      Parce que le père Pascal c’est MONSIEUR politique étrangère depuis les années 80. Télés, radios, journaux, partout. Et à tout dire, c’est très bien. Une vraie voix de la France indépendante. Bravo Pascal, on est avec toi.

        +7

      Alerter
      • lairderien // 29.05.2020 à 08h58

        @ Santerre,
        Il faut lire avant de tirer des conclusions erronées. Donc relisez et vous verrez de qui parle vraiment le commentaire que vous visez à tort. 😉

          +12

        Alerter
        • Santerre // 29.05.2020 à 14h10

          Alors c’est qu’il est mal rédigé. Si il parle de Boniface puis de « cet auteur » sans citer de nom nouveau, ce n’est pas bon.

            +5

          Alerter
  • Fritz // 29.05.2020 à 09h19

    Que pense Amnesty International de l’analyse de Kishore Mahbubani ?
    Bon, pour être sérieux : cette analyse rejoint celle d’Emmanuel Todd, qui disait en 2002 qu’aucun pays ne gagnerait à vouloir suivre la frénésie impériale des États-Unis, et que ces derniers auraient gagné à se recentrer sur un redressement national (Après l’Empire). La différence de bilan entre la Chine et les USA face à l’épidémie de covid-19 en est une preuve.

      +11

    Alerter
    • Santerre // 29.05.2020 à 14h14

      Vers 60 av JC , les Romains en étaient là depuis l’extermination de Carthage. Ils ont choisi l’abolition de la République oligarchiques et choisi la dictature militaire, Imperium.
      C’est un chemin possible pour les USA.
      Ils pourront gagner quelques décennies… Ou tout perdre.

        +5

      Alerter
  • marc // 29.05.2020 à 09h39

    Alors moi j’ai pas mal de problèmes avec ce texte… dans l’ordre du texte :
    Il y est dit que le pib de la Chine fait 60% de celui des usa, or google me dit que la Chine fait 25000 milliards de dollars et les usa 20000…
    Bien que le non respect de la Chine envers la propriété intellectuelle ne lui simplifie pas ses relations, cela reste selon moi fondamentalement une bonne attitude moderne.
    Depuis un moment maintenant, « le désir de faciliter la vie des américains » est de moins en moins une priorité pour l’administration américaine.
    Les dépenses militaires immenses des usa visent un but clair : maintenir l’hégémonie du dollar, ce qui permet leur domination mondiale, l’objectif guerrier est secondaire.
    Enfin, dire que les chinois sont plus heureux actuellement qu’ils ne l’ont été depuis 2000 ans me semblent complêtement faux, mais c’est mon avis personnel.

      +7

    Alerter
    • Santerre // 29.05.2020 à 16h31

      Et ben Google dec…. 🙂 ou alors c’est du Pib PPA parité pouvoir d’achat, en nomminal, c’est tjs les USA devant.
      Quant aux « bonheur » des Chinois, la déclaration de Boniface est une simple évidence.
      Ils ne meurent plus de faim, ce qui etait une constante historique chinoise, ils jouissent de la paix civile depuis 50 ans. Ils ne sont plus des quasi esclavestaillable et corvéables à merci, ils sont soignés, eduqués, libres de voyager et de s’installer à l’étranger, plus de 500 millions font partie de la classe moyenne. Et plein d’autres trucs.

        +8

      Alerter
      • Marc // 29.05.2020 à 20h36

        Ce n’est pas parce que la classe moyenne est importante que les gens sont heureux… l’argent ne fait pas toujours le bonheur… loin s’en faut.
        Ensuite, sur 2000 ans, il n’y a pas eu une famine permanente, un esclavagisme permanent, une interdiction de voyager permanente etc
        Mais mon point de désaccord principal avec vous est que je pense que les chinois sont moins éduqués actuellement que par le passé… de maniere générale, cela vaut d’ailleurs pour toutes les masses populaires du monde à l’époque des masses médias et des publicités hypnotisantes et envahissantes, et des éducations nationales obligatoires propagandistes… Les gens ne comprennent plus la nature, or les chinois avaient pourtant de l’avance sur ce point.

          +3

        Alerter
        • Santerre // 29.05.2020 à 21h52

          Vous pensez que les Chinois sont moins éduqués qu’à l’epoque, jusqu’à à peine 80 ans oû l’ecole n’etait reservée qu’à 0,01% de la population?

            +3

          Alerter
        • Séraphim // 30.05.2020 à 05h41

          S’il y a une chose certaine c’est que les Chinois ne sont pas « plus heureux » qu’autrefois. Oh, ils ont un bol de riz plus rempli, et ils peuvent aller piétiner le château de Versailles à l’envi, et les Galeries Lafayette leur sont quasiment réservées. Ça comme bonheur, c’est une projection de matérialistes semi-libéraux semi-marxistes, mais qui ne collent pas aux désirs et identifications des « Chinois »; qui le savent d’ailleurs très bien: une de leurs figures préférées c’est Du Fu, poète du 8ème siècle ayant vécu 20 ans dans la pauvreté et réussi à exprimer le bonheur de la vie. Les Chinois sont profondément traumatisés par leur histoire moderne et les consolations de la consommation n’adoucissent pas leurs plaies. Cet auteur, parcequ’indien, parcequ’à Singapour, ne mesure pas l’amertume chinoise.
          Un anonyme qui « pratique » la Chine depuis 30 ans

            +0

          Alerter
          • Blablabla // 01.06.2020 à 08h43

            Je vis en Chine, marie a une chinoise, et je peux vous dire que les chinois sont heureux! C est sur qu a leur place, le francais deprimerait, se disant que c est pas assez pour etre heureux! ouais ce qui fait le bonheur des uns ne fait pas celui des autres ou plutot n’est pas celui des autres!
            Si on regarde de plus pres, ils sont fiers de ce qu ils sont, ils sont fiers de leur pays devenu l egal des US, ils sont unis, n ont pas de probleme de racisme, de societe violente, l’horizon est plutot verdoyant, et enfin, oui ils bouffent a profusion et s enrichissent, ce qui est le principal pour eux (bien avant d’aller graver leur nom sur le parquet du chateau de versailles).
            DONC oui ils sont heureux ! tout le monde n est pas pas deprime comme le francais de base qui pleurniche pour un oui ou/et pour un non.

              +1

            Alerter
  • Owen // 29.05.2020 à 09h41

    Quand je pense à mon prof d’éco, années 80, qui relayait l’opinion à la mode que les chinois ne savent pas inventer, juste imiter. Et qu’il fallait leur refourguer nos industries, car la France se positionnait sur les technologies « à haute valeur ajoutée ». Yeah… C’est sûr, mes notes étaient mauvaises en économie.

    Je n’arrive pas à imaginer comment on va être mangés.
    Leur crédit social m’effraie, et se greffe trop bien, hélas, avec leur fonctionnement collectif. Mais on sait aussi que le totalitarisme technologique concerne tous les pays.
    Leur bureaucratie fonctionne, pas comme en URSS. Il savent planifier, c’est un argument.
    Individuellement, ils ont un tempérament marche ou crève, il faut rester avec le groupe. Ils sont aussi resilients que des figurines en caoutchouc: on peut les tordre ou les écraser, dès qu’on les lâches, ils retrouvent le sourire comme sortis d’usine.

    Ce que j’ignore, c’est le poids de leur ressentiment, après l’humiliation du colonialisme, et des règles capitalistes mondiales en leur laissant les cartes les plus misérables des fabriques à la chaîne. Est-ce qu’ils cachent leur revanche ou annoncent la force d’une puissance mondiale magnanime ?

      +13

    Alerter
    • Anfer // 29.05.2020 à 10h32

      Pour faire une petite analogie:

      Quand vous jouez aux échecs et que vous vous imposez des règles supplémentaires, comme le cheval qui ne peut pas sauter les pièces adverses, ou la tour qui est limité à 3 cases de de déplacement, ne soyez pas surpris de perdre si l’adversaire se contente des règles habituelles.

      Et le traiter de tricheur pars qu’il ne respecte pas les « règles » supplémentaires que vous avez fixé ne vous permettra pas de gagner pour autant.

        +11

      Alerter
    • Séraphim // 30.05.2020 à 05h49

      L’esprit de vengeance, de revanche sur « humiliation » c’est une fiction. Fiction commode pour éviter d’expliquer l’Allemagne nazie, pour dessiner un Poutine et une Russie dociles à nos clichés. Mais ça reste partout inepte et insatisfaisant. La seule chose qui se « venge » toujours et partout, c’est la bêtise et l’inculture sur l’intelligence et la civilisation. Si les Chinois sont en avance, c’est dans cette performance de l’autodestruction. Nous leur ressemblons simplement de plus en plus

        +0

      Alerter
  • LibEgaFra // 29.05.2020 à 10h03

    « Les États-Unis sont une démocratie  »

    Et il y a encore des abrutis pour le croire?! Depuis le coup d’Etat de 1963, peu importe les élus, c’est un gouvernement fantôme qui prend toutes les décisions et la politique extérieure ne change pas d’un iota: agressions tous azimuts. Manque plus qu’à tresser des lauriers à Obama le serial killer.

    Ah, oui c’est fait:

    « un leader démocratique comme Obama. »

    Ben voyons! Si vite oubliés les assassinats par drones? Que voilà une façon donc « démocratique » de tuer.

    Le régime US est une oligarchie ploutocratique.

      +32

    Alerter
    • marc // 29.05.2020 à 14h36

      moi aussi « un leader démocratique comme Obama » ça m’avait fait mal aux yeux!
      C’est le signe que ces analyses sont destinées au grand public de base.
      Ainsi le refrain habituel des dépenses ruineuses des USA pour leur armée… en réalité cela ne leur pose pas de problème puisque ce ne sont pas eux qui paient!

        +4

      Alerter
  • jp // 29.05.2020 à 10h50

    Magnanime? cela ne signifie rien entre les peuples. Il y a longtemps la Chine a accepté de recevoir les représentants de la pensée chrétienne, mais cela n’a pas changé le système de pensée Chinois. Ce qui est certain c’est que les Chinois ont une haute opinion de leur pays et de ce que leur civilisation représente. Et la Chine est plus que jamais un empire millénaire avec son nouvel Empereur. Hong Kong rentre dans le rang. Taiwan devra bien faire de même un jour.

      +6

    Alerter
    • Owen // 29.05.2020 à 11h45

      « mais cela n’a pas changé le système de pensée Chinois ».
      Oui, on entend bien, dans les propos du général Qiao Liang de l’article d’avant hier, le Wuxing et la voie de l’équilibre entre les éléments toujours mouvants. Plus moderne que notre rationalisme fatigué qui ne produit plus que des antagonismes et des aigreurs.
      Et les enfants de Sun Tzu n’ont pas besoin de hurlements métalliques pour gagner des guerres.

      J’ai tendance à imaginer une France déclassée en troisième zone économique (de sous-sous-traitance) et ce sera oualou pour revenir à la capacité économique chinoise.

      Pour autant, après les « Lumières » de la civilisation occidentale (il y en a eu, quand même), les chinois pourraient en apporter à leur tour et pas se contenter d’être un énième empire dominant. Ce qui éviterait un retour des âges sombres et barbares toujours possible.
      A moins du collapse entre-temps.

        +4

      Alerter
  • RGT // 29.05.2020 à 11h05

    « Occidentaux préfèrent le jeu d’échecs »…

    Non, les occidentaux pratiquent le poker (souvent menteur) et se prennent systématiquement des raclées contre les chinois (go) et les russes (échecs)…

    N’oublions jamais que si la Chine a connu une telle croissance, c’est bien du fait des « élites » occidentales (tous pays confondus) qui ont allègrement délocalisé leurs industries en Chine pour augmenter les profits…

    Les chinois ont simplement profité de l’aubaine et n’ont pas été à l’origine de ces décisions, on a tendance à l’oublier. C’est bel et bien la cupidité des actionnaires qui est à l’origine de la montée de ce concurrent qui devient si gênant aujourd’hui.

    J’ai passé quelques mois en Chine lors de déplacements professionnels et je me suis rapidement rendu compte que les « légendes urbaines » concernant « l’écrasement de la population » étaient totalement infondées.

    Certes, il y avait des flics aux croisements de rues importants, mais pas plus qu’en France jusque dans les années 70.
    Flics concentrés sur la régulation d’une circulation pléthorique suite à l’explosion de la circulation automobile.

    La population, elle ne semblait ni malheureuse ni opprimée.
    Il était tout à fait possible de discuter avec des passants (avec les mains ou en globish) et les chinois étaient souriants, accueillants et serviables.
    De plus, il était possible de se balader sans risque de se faire dépouiller même dans les ruelles les plus obscures, ce qui semble irréaliste dans les « pays libres ».

    Quant aux « expats », ils étaient très heureux de vivre dans ce pays.

      +25

    Alerter
    • Santerre // 29.05.2020 à 16h51

      Je veux bien que les USA se prennent des tannées en permanence contre les Russes mais pour l’instant, l’Histoire nous dit que les USA ont reussi à faire perdre aux Russes d’abord tous les pays de l’Est qui sont passés chez Sam. Puis ce sont les Baltes qui sont allés chez Sam.Puis’, ils se sont fait piquer deux « stans » sur cinq, les trois autres etant bien travaillés par  » l’ami  » Chinois. Puis ils se sont fait piquer l’Azerbaïdjan. Puis la Georgie.ce qui coupe l’acces terrestre vers le M.O.. puis c’est l’Ukraine qui est partie chez Sam. Et enfin, récemment l’Armenie qui jurait il y a moins de 4 ans encore une inalterable alliance avec la Russie. Elle aussi croute chez Sam et accueille même ses labos militaires. Et maintenant c’est la bielorussie qui est gort tentée par le passage à l’Est. Les Brics qui devaient tout casser n’existent plus significativement. Et en plus, la magnifique et geniale resistance de la Russie ne tient qu’à un homme. Les USA n’ont qu’à maintenir la pression sur le pays et attendre que l’homme passe. Et les USA ont reussi ça malgré un president failli(Nixon), une marionnette idiote (Reagan), trois debiles, Ford, W et Trump, et une potiche tres classe mais sans aucun pouvoir, Obama. Franchement, il y a un moment où il faut arrêter de se payer de mot

        +5

      Alerter
  • cedivan // 29.05.2020 à 11h09

    « L’universitaire singapourien cite Kissinger qui met en avant le fait que les Chinois jouent plutôt au jeu de go où il faut patiemment encercler un adversaire, alors que les Occidentaux préfèrent le jeu d’échecs où il faut conquérir le roi le plus vite possible. » Hum, les USA mènent une politique d’encerclement de la Chine depuis bien longtemps. D’ailleurs, cet encerclement se fissure (cf Philippines) et c’est bien le souci des US. Quant à dire que les chinois ne sont pas impérialistes, c’est vite dit. Ils ne le sont pas à la manière occidentale mais ils le sont cf les routes de la soie, les achats de terres arables jusque chez nous etc. La copie de brevets puis l’exportation etc. Ce sont des formes d’impérialisme.

      +8

    Alerter
  • MJL // 29.05.2020 à 11h46

    « Kishore Mahbubani est aussi très critique concernant le système diplomatique américain. Puisque c’est au niveau diplomatique que la compétition se joue, le fait d’engager dans les ambassades américaines les plus importantes des amis du pouvoir, ayant contribué financièrement à la campagne électorale, prive les talents de la diplomatie américaine de véritables postes.

    L’horizon est obscurci pour les diplomates américains qui ne peuvent rêver que de postes secondaires pendant que des amis du pouvoir sont nommés aux postes les plus prestigieux. Finalement, la diplomatie américaine souffre de ce système. »

    On peut tout aussi bien remplacer « américain » par « français » pour avoir une image fidèle de ce qui se passe au Quai d’Orsay. Et l’argument que ce n’est pas grave puisque nous sommes une démocratie n’a jamais semblé aussi ridicule… (Personnellement, je n’y crois plus depuis longtemps).

    Finalement, nous sommes dans un système mafieux à tous les étages. C’est le règne de la pègre.

    Sur ce, vive la Chine!

      +11

    Alerter
  • Michel Le Rouméliote // 29.05.2020 à 12h12

    Très bonne analyse sur le plan conjoncturel, mais il ne faut pas oublier que les États-Unis sont un empire océanique et la seule grande puissance ouverte sur deux océans, alors que la Chine est un empire continental. On sait depuis les guerres entre Athènes et Sparte que la mer l’emporte toujours sur la terre. Les Soviétiques en savent quelque chose, même s’ils étaient des joueurs d’échecs luttant contre des joueurs de poker et les Chinois avec leur jeu de go sont dans une position identique face au joueur de poker qui ne perd pas son temps en subtilités superfétatoires : on aime pas le beau jeu, mais la victoire finale !

      +3

    Alerter
    • jp // 29.05.2020 à 14h09

      Le Soviétisme Stalinien n’est pas représentatif de  » l’éternelle  » Russie. C’est juste une période d’obscurantisme totalitaire, presque totalement liée à Staline grand psychopathe, qui ne pouvait se terminer qu’en s’effondrant de l’intérieur ses successeurs ayant été dans l’incapacité de réformer ce système absurde. A partir du moment où la présence de l’arme atomique dans les deux camps interdisait un affrontement direct devant commencer par la conquête terrestre de l’Europe, n’était plus possible, pour gagner contre une superpuissance économique il fallait d’abord se donner les moyens économiques équivalents, ce que ne permettait pas le système soviétique poussé à sa ruine par les US (politique de Guerre froide payante à terme mais très dangereuse). Les USA n’avaient toutefois pas prévu la suite avec Poutine vrai nationaliste Russe, nouveau Tsar de Russie. La force de la Russie c’est sont immense territoire avec ses richesses excitant la convoitise et sa faiblesse sa trop faible population.
      Les Chinois disposent eux d’un immense territoire et d’une population gigantesque éduquée travailleuse et nationaliste.

        +1

      Alerter
    • Jérôme // 31.05.2020 à 14h25

      La supériorité de la puissance maritime sur la puissance continentale c’est une très brève parenthèse à l’échelle de l’Histoire de l’humanité.

      Athènes a perdu la guerre du Péloponnèse contre Sparte.

      Alexandre le grand a vaincu l’empire perse qui jouissait pourtant d’une supériorité maritime écrasante.

      Rome acquis la supériorité maritime dès la fin de la 1ère guerre punique. C’est pour cela que lors de la 2ème guerre punique, Hannibal a du concevoir une stratégie et une tactique terrestres. Et au final il a été vaincu sur terre parce que Rome a aligné les plus gros bataillons terrestres et et copié les innovations tactiques d’Hannibal.

      L’empire terrestre mongol a tout balayé sur son passage.

      La thalassocratie n’a vraiment été supérieure qu’un peu plus de 2 siècles, consécutivement à la révolution industrielle, pendant laquelle quelques puissances occidentales avaient seule la capacité de projeter à longue distance une forte puissance de feu : bateaux + canons => porte-avions + bombardiers à long rayon d’action.

      Mais avec les missiles à longue distance et à haute précision c’est terminé. Ces missiles sont infiniment moins chers et peuvent saturer toutes les défenses anti-aériennes. Les déplacements continentaux sont beaucoup plus rapides que les déplacements maritimes. Résultat, quand ça chauffe même avec une puissance moyenne comme l’Iran, les US éloignent leur flotte de surface.

      Et dans les wargames actuels, les USA se prennent systématiquement une déculottée contre les russes comme contre les chinois.

        +1

      Alerter
  • jp // 29.05.2020 à 14h17

    La Russie fournit aussi du gaz et de l’armement majeur à la Chine pour contrer la flotte US. La Russie mitoyenne et sous peuplée n’aurait aucun intérêt évident à ne pas s’entendre avec la Chine.

      +4

    Alerter
    • Santerre // 29.05.2020 à 16h59

      Justement, la Russie sous peuplée à tout à craindre de la Chine. Pas tout de suite bien sûr, mais il est évident qu’un pays sur peuplé comme la Chine avec le voisinage d’une immensité de terres arables, de ressources énergétiques et minière et tout ça habité par moins de 40 millions d’habitants… regardez une carte, le trait sur l’Oural de l’ocean arctique jusqu’à la Caspienne semble une evidence. Non?

        +2

      Alerter
      • jp // 29.05.2020 à 21h46

        Sur une carte on peut tout cogiter et cela a justement perdu Hitler après Napoléon I°. L’idée d’un renversement d’alliance qui ferait s’affronter Russie et Chine est un vieux rêve Occidental surtout à l’époque de la Guerre Froide. Mais Russie et Chine sont deux puissances atomiques et spatiales majeures. Quel dirigeant d’un des deux pays voudrait vraiment un affrontement atomique avec l’autre. Dans ce type de Guerre il ne peut y avoir de gagnant mais rien que des perdants. Et pour l’instant l’Occident s’est acharné à repousser la Russie hors du monde atlantique en la jetant s’il en était encore besoin dans les bras de la Chine. La convoitise viendrait plutôt de l’Occident.

          +6

        Alerter
  • Ben // 29.05.2020 à 14h32

     » ils devraient arbitrer entre le désir de faciliter la vie des 330 millions d’Américains et le fait de vouloir conserver la suprématie mondiale  » : cela s’applique aussi parfaitement à la politique de soutien ä Israel

      +1

    Alerter
  • Velay43 // 29.05.2020 à 15h43

    Pour bien comprendre la puissance réelle de la Chine, il faut regarder les PIB en parité de pouvoir d’achat (PPA).
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_PIB_(PPA)#Classement
    Elle domine maintenant nettement le classement et les US sont seulement 3e.
    La vie est plusieurs fois plus chère aux US qu’en Chine, en fait les chinois urbains (300/400 millions) ont un niveau de vie comparable à celui de la Grèce et du Portugal.

    Pour ce qui de l’Inde, elle traite un problème de politique interne par une crispation extérieure histoire de détourner l’attention. Depuis bientôt 60 ans la zone fait l’objet d’escarmouches sans lendemain.

    Face aux US, la Chine fait le dos rond afin de poursuivre sa progression, elle doit d’abord traiter ses problèmes d’approvisionnement et terminer son rattrapage dans les technologies de pointe. les US la provoque pour qu’elle fasse des erreurs (Taiwan, Hong-Kong, mer de Chine… avant c’était le Tibet).
    A horizon 2030, la Chine aura terminé son rattrapage et les états-unis se seront épuisés dans une course aux armements inutiles… Comme dit Sun Ztu : l’art de la guerre, c’est de soumettre l’ennemi sans combat.

      +10

    Alerter
  • jp // 29.05.2020 à 17h18

    L’arme nucléaire avec la dissuasion nucléaire ont complètement modifié la donne du rapport entre les états. Il y a ceux qui ont la bombe et ceux qui ne l’ont pas. La Chine et la Russie ont tous les moyens pour raser un adversaire atomique.
    Une attaque surprise préventive rêvée par des dingues ne pourrait empêcher une riposte désastreuse pour notre Terre.
    Et la on ne pleurerait pas pour 300000 morts.
    Donc les affrontements militaires éventuels ne pourraient être que conventionnels. Et pour gagner sur Terre il faut des hommes. La Chine en regorge. On ne soumet pas un immense pays uniquement par voie aérienne. Et du point de vue maritime la Chine fait tout pour étendre son contrôle sur sa région d’influence. Le Japon a été soumis parce que c’était une ile sans ressources propres. Elle était condamnée dès l’attaque de Pearl Harbour comme l’amiral Yamamoto en avait averti le gouvernement japonais avant l’attaque. La Chine n’est pas le Japon de 1941.

      +3

    Alerter
  • pauvre d’eux // 29.05.2020 à 18h06

    « Par ailleurs, il souligne que la Chine ne rendra évidemment jamais le Tibet et le Xinjiang, mais les États-Unis ne rendront pas non plus le Texas et la Californie. » On a là l’argument qu’on ne retrouvera pratiquement jamais dans la bouche d’un occidental ! Et pourtant c’est incontournable.

      +5

    Alerter
    • jp // 29.05.2020 à 21h28

      Une terre a toujours appartenu à celui capable de la prendre puis de la garder. Cela peut être présenté comme immoral au petit peuple contemporain pour justifier un belle Guerre au nom du Droit qui arrange le grand chef du moment mais c’est comme cela depuis toujours. Mon matou sauvage veille jalousement sur son territoire tant qu’il n’est pas en vadrouille ailleurs, et il n’a pas besoin de s’autojustifier. Par contre il doit l’emporter sur l’intrus.

        +1

      Alerter
  • Velay43 // 29.05.2020 à 21h15

    Pour revenir à la puissance américaine :
    – financière : elle croule sous les dettes et ne tient que par le dollar qui encore pour le moment et la monnaie internationale… mais le monde a entamé sa dédollarisation.
    – technologique : n’ayant plus la maitrise des process de production (en Chine) elle ne peut conserver son avance.
    – militaire : des avions de 5e génération vendus à prix d’or qui ne peuvent dépasser mach 1, des porte-avions non opérationnels à la merci des missiles supersoniques et des militaires qui n’arrivent plus à gagner une guerre depuis celle du golfe !
    Et si on considère comme possibles des actions de déstabilisation que pourrait être le Covid-19 conduites en Chine par les US, on ne peut que constater qu’elles se retournent contre eux ! A ce sujet, voici un article paru dans Newsweek (L’Express US) qui interroge :
    https://www.newsweek.com/dr-fauci-backed-controversial-wuhan-lab-millions-us-dollars-risky-coronavirus-research-1500741
    ou on apprend qu’en 2019 les US finançaient des recherches dans le labo P4 de Wuhan pour voir comment le coronavirus, pourrait passer de la chauve-souris à l’homme (gains de fonctions !) …. et dans le même temps expliquaient que ce labo P4 n’était pas sur !! Un peu comme si vous offriez une boite d’allumettes à un enfant pour qu’il joue dans sa maison de bois !

      +6

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications