Les Crises Les Crises
25.juillet.201925.7.2019 // Les Crises

La Chine interdit “The Intercept” et d’autres sites d’information lors d’un “vendredi noir de la censure”

Merci 91
J'envoie

Source : The Intercept, Ryan Gallagher

Illustration : Soohee Cho/The Intercept

LE GOUVERNEMENT CHINOIS semble avoir lancé une nouvelle répression majeure sur Internet, empêchant les citoyens du pays d’accéder au site Web de The Intercept et à ceux d’au moins sept autres organismes de presse occidentaux.

Vendredi, des Chinois ont commencé à signaler qu’ils ne pouvaient pas accéder aux sites Web de The Intercept, The Guardian, le Washington Post, HuffPost, NBC News, le Christian Science Monitor, le Toronto Star et Breitbart News.

On ne sait pas exactement quand la censure est entrée en vigueur ni pour quelles raisons. Mais mardi marquait le 30e anniversaire du massacre de la place Tiananmen, et les autorités chinoises auraient augmenté les niveaux de censure en ligne pour coïncider avec cet événement.

Charlie Smith, cofondateur de GreatFire.org, une organisation qui surveille la censure du gouvernement chinois sur Internet, a déclaré que la répression apparente sur les sites occidentaux d’informations marquait un nouveau développement important et l’a décrit comme un « vendredi noir de censure ».

« Cette activité frénétique pourrait indiquer que les autorités accélèrent leurs efforts pour rompre le lien entre les citoyens chinois et toute source d’information qui échappe à l’influence du Parti », a déclaré M. Smith en faisant référence au régime du Parti communiste au pouvoir.

Pendant des années, la Chine a bloqué plusieurs organismes de presse occidentaux après que ces derniers aient publié des articles ayant eu des répercussions négatives sur le gouvernement. Le New York Times, Bloomberg, le Wall Street Journal et Reuters ont tous été censurés auparavant, rendant leurs sites Web inaccessibles dans le pays.

La Chine applique un système de censure d’Internet connu sous le nom de Grande Muraille de Feu, qui utilise un équipement de filtrage pour empêcher les gens du pays d’accéder au contenu publié sur des sites Web interdits qui sont exploités hors des frontières de la Chine.

Il est possible de contourner la censure à l’aide d’outils tels qu’un réseau privé virtuel, ou VPN. Cependant, l’utilisation de technologies qui contournent la Grande Pare-feu est interdite – et les personnes qui vendent l’accès à ces services dans le pays ont été emprisonnées.

L’an dernier, The Intercept a publié une série de rapports révélant le projet de Google de lancer un moteur de recherche censuré en Chine. Ces rapports ont mis en lumière le blocage en ligne généralisé en Chine de l’information sur les droits de l’homme, la démocratie, les manifestations pacifiques et la religion. Ils ont également révélé des réunions secrètes de haut niveau entre Sundar Pichai, PDG de Google, et un haut fonctionnaire du gouvernement chinois du nom de Wang Huning.

En Chine, la censure s’est accrue ces dernières semaines, alors que le pays se préparait pour le 30e anniversaire des soulèvements de la place Tiananmen, une série de manifestations étudiantes qui ont été réprimées dans la plus grande violence par l’armée, faisant, selon certaines estimations, plus de 10 000 morts civils.

Avant cet anniversaire, le 4 juin, les internautes chinois ont fait état d’une censure généralisée sur les sites de médias sociaux. Sur des services de messagerie populaires tels que Weibo et un service de streaming géré par la société YY Inc, les utilisateurs n’ont pas pu entrer des termes de recherche tels que « incident de Tiananmen », « veillée aux chandelles », « répression », et « mouvement étudiant ».

Le Ministère chinois des affaires étrangères n’a pas répondu à une demande de commentaires.

Source : The Intercept, Ryan Gallagher, 07-06-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 25.07.2019 à 08h03

« Cette activité frénétique pourrait indiquer que les autorités accélèrent leurs efforts pour rompre le lien entre les citoyens chinois et toute source d’information qui échappe à l’influence du Parti »

Tiens, on se croirait en France avec les lois sur les “fèces niouzes” et le contrôle d’Internet par le CSA.

Nous ne pouvons donc qu’applaudir les autorités chinoises pour la modernisation des systèmes d’informations qui désormais sont au même niveau que les grandes démocraties.

Avant de gueuler au sujet des poubelles qui s’accumulent devant la porte du voisin nous ferions mieux de commencer par balayer devant notre propre porte.

Pardon, j’oubliais : Les chinois luttent contre la “liberté d’informer” alors que nos gouvernements luttent contre les fausses informations.
Désolé.

45 réactions et commentaires

  • Fritz // 25.07.2019 à 07h22

    La Chine devrait accepter la liberté de s’informer. On n’est plus à l’époque du Grand Timonier, pour commencer, et d’autre part, les pseudo-démocraties occidentales ne sont pas un exemple à suivre.
    Il suffit de penser à la loi contre « la haine en ligne » et à l’interdit qui frappe RT, par exemple : « Cette activité frénétique pourrait indiquer que les autorités accélèrent leurs efforts pour rompre le lien entre les citoyens français et toute source d’information qui échappe à l’influence de LREM ».

      +31

    Alerter
    • Daniel // 25.07.2019 à 09h46

      j’allais le dire :
      cet article correspond en France à la mise à l’index de RT ou de tout autre média indépendant des puissances de l’argent (Ces médias ayant promu MACRON ont une ligne éditoriale pour laisser en place les “puissants” au détriment de toute vérité).
      nb : RT a une ligne éditoriale “Pro-Russe” évidemment, mais en France, traite comme des journaliste des événèments comme les Gilets Jaunes par exemple…

      Alors, ce qui se passe en Chine est vraiment du 2 poids, 2 mesures … (ou la poutre et la paille)

        +17

      Alerter
  • RGT // 25.07.2019 à 08h03

    « Cette activité frénétique pourrait indiquer que les autorités accélèrent leurs efforts pour rompre le lien entre les citoyens chinois et toute source d’information qui échappe à l’influence du Parti »

    Tiens, on se croirait en France avec les lois sur les “fèces niouzes” et le contrôle d’Internet par le CSA.

    Nous ne pouvons donc qu’applaudir les autorités chinoises pour la modernisation des systèmes d’informations qui désormais sont au même niveau que les grandes démocraties.

    Avant de gueuler au sujet des poubelles qui s’accumulent devant la porte du voisin nous ferions mieux de commencer par balayer devant notre propre porte.

    Pardon, j’oubliais : Les chinois luttent contre la “liberté d’informer” alors que nos gouvernements luttent contre les fausses informations.
    Désolé.

      +57

    Alerter
    • Fritz // 25.07.2019 à 08h11

      C’est toute la différence : ici à l’Ouest, nous savons ce qu’est la Vérité, ce qu’est la Liberté, et ce que sont les fausses nouvelles ; avec leurs yeux bridés, les Chinois ne peuvent pas voir cela tout seuls.

        +16

      Alerter
      • L // 25.07.2019 à 08h21

        Pour autant, les lois pourries qui nous tombent dessus en France ne retirent rien à la censure qui pèse sur l’internet en Chine. Il ne faut pas tomber dans l’autoflagellation… Au contraire, il faut se rendre compte que l’internet chinois risque bien, à terme, de servir de modèle à nos gouvernants, et ne pas laisser faire en silence chacun des pas qui nous en rapproche – notamment en encourageant les divers combats menés par des sites comme la Quadrature du net.

          +15

        Alerter
        • Kiva // 25.07.2019 à 08h45

          Mais c’est le contraire justement, l’internet occidental sert de modèle aux Chinois. On inverse toujours les causes et effets. Les autorités chinoises ne font que mettre en place à leur échelle ce que les occidentaux ont expérimentés auparavant.
          Vous savez il y a un marqueur assez facile à percevoir sur ce sujet. Quelle région du monde a vu naitre les premiers systèmes pour contourner la censure…L’occident. Tout simplement parce que ce sont eux qui ont en premier lieu gouté à la censure.

          Un exemple : en France en 2017 au moment des élections rien que Facebook a supprimé plus de 30 000 comptes. A l’échelle de la Chine ça ferait 1,2 millions. Auxquels on doit rajouter tous les autres réseaux sociaux. Ce que la France a fait censuré en quelques semaines, La Chine ne le fait qu’en plusieurs années (entre 2015 et 2017 par exemple)

            +26

          Alerter
          • kiva // 25.07.2019 à 08h59

            EDIT : sorry 600 000 (ce qui change rien dans l’absolu)

              +2

            Alerter
    • charles // 25.07.2019 à 10h30

      vous vosu trompez, les chinois ont dix ans d’avance et la france regarde de près ce qu’il s’y passe pour faire pareil chez ici.

        +2

      Alerter
      • kiva // 25.07.2019 à 15h51

        Jamais la Chine n’a été en avance en matière de censure internet. Au contraire, elle ne fait que suivre ce que l’on a mis en place en Occident. Sauf que certains préfèrent voir la paille dans l’oeil du voisin plutôt que la poutre dans le sien. Et surtout nous en occident, on se drape de motifs humanitaires, de l’atteinte à la dignité humaine, à la haine raciale etc. Bref nous on le fait pour défendre le “BIEN”.

          +6

        Alerter
      • lvzor // 27.07.2019 à 01h08

        “les chinois ont dix ans d’avance…”

        Celle-ci avait 11 ans d’avance sur les Chinois :
        https://www.itespresso.fr/lutte-contre-la-cybercriminalite-michele-alliot-marie-degaine-son-plan-20863.html

        Je crois me souvenir qu’une ministre de l’intérieur avait fait désactiver les premiers spots Wifi installés dans les lieux publics au motif qu’on ne pouvait pas filtrer les sites qui y seraient accessibles…

          +0

        Alerter
  • L // 25.07.2019 à 08h16

    Pour information, cette “nouvelle” n’en est une que pour The Intercept qui se retrouve finalement concerné. Ainsi, Le Monde est bloqué en Chine depuis plusieurs années, et Wikipédia (en/fr) a été bloqué il y a plus de six mois. De même, tous les services Google (google, gmail, playstore, youtube) sont inaccessibles.
    De manière générale, l’accès aux sites internationaux à partir de l’internet chinois est difficile, et extrêmement frustrant. Si l’on compare l’internet aux E-U ou en Russie, qui bloquent également certains sites (pornographie, piratage), avec l’internet chinois, l’une des différences majeures est l’absence de message officiel sur le blocage chinois : le site vous est seulement présenté comme inaccessible. Erreur technique ? Censure ? Impossible de prouver quoi que ce soit. A ces blocages, il faut ajouter un ralentissement énorme du trafic hors de la Chine ; là encore, ralentissement volontaire ou incompétence technique…
    L’internet hongkongais n’est heureusement pas touché par cette censure ; mais jusqu’à quand ?

      +8

    Alerter
    • L // 25.07.2019 à 08h18

      Enfin, il est à noter que la plupart des Chinois s’en foutent royalement, et ont plongé tête la première dans le tout numérique béat. WeChat a remplacé les interactions sociales, son service de paiement écrase et le liquide et la carte bleue, le programme fournit également les tickets de train et d’entrées aux expositions. De même, les ordinateurs chinois que l’on achète tout prêts ou que l’on trouve dans les institutions sont de véritables poubelles regorgeant de logiciels publicitaires alors que des équivalents propres existent (le déchet Kugou contre l’excellent VLC). Les pratiques et l’éthique numériques en Chine sont terrifiantes.

        +8

      Alerter
      • Kiwixar // 25.07.2019 à 09h49

        “la plupart des Chinois s’en foutent royalement, et ont plongé tête la première dans le tout numérique béat”

        Je confirme. Il est intéressant de comparer le % de Chinois les yeux rivés sur leur smartphone dans un métro à Shanghai (100% des Chinois obnubilés les yeux fixes, clignant des paupières de temps en temps) par rapport au même % par exemple à Sydney (à vue de nez, 10-20% sur leur smartphone). Les modalités de paiement par smartphone en Chine (Alipay et autres) ont fait des pas de géant incroyables ces 2-3 dernières années, c’est vraiment stupéfiant.

        En bas des immeubles, les casiers automatiques pour récupérer les colis (via smartphone évidemment). Ils ont 1 décennie d’avance sur l’Occident, avec ses colis balancés à l’entrée, et parfois (souvent) volés. The Intercept bloqué? Ca doit gêner 0.0000000001% de la population chinoise. Google bloqué? Ca ne gêne que les expats étrangers et les touristes. Les Chinois ont créé leur propre écosystème.

          +15

        Alerter
        • charles // 25.07.2019 à 10h42

          je vois pas pourquoi vous faites une différence si prompte entre les chinois et les occidentaux. A ce demander qui devrait se débrider les yeux.

            +2

          Alerter
        • Philippe, le belge // 26.07.2019 à 23h16

          Il faut comparer ce qui est comparable. Par rapport à leur voisin sud coréen, la situation dans le métro est plus ou moins kif kif: tous collés à leur smartphone (je suis passé dans les deux au début du mois!)! Le fait que se soient les deux plus grands producteurs au monde n’y est sans doute pas étranger, le patriotisme asiatique non plus!
          Par contre, là où à Séoul, en surface, on est constamment bloqué dans le trafic, à Shanghai c’est plutôt fluide, de nombreuses voiture étant remplacées par des vélomoteurs exclusivement électriques et des vélos partagés payés 12 eurocents par mois, tous frais compris!
          Mais il est clair que c’est de ce côté là de la planète que ça bouge.

            +0

          Alerter
  • HerrHesser // 25.07.2019 à 08h55

    The Intercept ? Vraiment ?

    Mais « d’où » me parle ce site auto-estampillé média alternatif ?

    Glenn Greenwald, journaliste archi-reconnu et révéré à gauche en est le co-fondateur. Voilà pour la devanture morale.

    Mais qui donc finance et dicte la marche à suivre ? C’est Pierre Omidyar.

    Qui ? Le mec d’eBay. Ah !

    Le mec qui a financé le Maidan en Ukraine, nazillons compris. Ah !?

    Le mec qui explique doctement qu’il n’aide les pauvres que s’il peut en tirer profit. Ah…

    Le mec qui a promu (entre autre via The Intercept) et financé un docu oscarisé à la gloire des White Helmets. Arf…

    Le mec qui collabore étroitement avec l’USAID et la NED par le biais d’ONG et d’agences de lobbying du Omidyar Group. Aïe !

    Le mec qui s’allie avec Bellingcat, histoire de montrer qu’on peut être pro-OTAN, super fiable et alternatif. Argh !!!

    Et je n’ai même pas encore parlé de ses vues sur le Vénézuéla… Rahhhh !!!!!

    Max Blumenthal et/ou MintPressNews ont constitué des dossiers accablants sur le gus et son organe d’agit’prop’ : The Intercept.

    Du coup, on peut se demander si Les Crises ne se tirent pas une balle dans le pied en relayant ce torchon, faux-nez cool du globalisme néocon Yankee.

    Pour ce qui est de la liberté de la presse, aux Chinois de se battre chez eux pour la promouvoir… chez eux. Et à nous de faire de même… chez nous. Car sur ce sujet, il y aurait beaucoup à dire et bien peu de leçons à donner aux autres.

      +52

    Alerter
    • Shock // 25.07.2019 à 09h54

      “Pour ce qui est de la liberté de la presse, aux Chinois de se battre chez eux pour la promouvoir… chez eux.”

      Je suis bien d’accord avec votre propos, sauf ici. L’occident considère SES valeurs comme universelles. Ces valeurs sont basées sur un individualisme forcené qui a été constamment promu, car diviser c’est régner. Et surtout permet d’empêcher définitivement l’émergence d’une conscience de classe. Cet individualisme forcené n’est pas une valeur chinoise (pour le moment)… Au nom de quoi veut-on imposer à la Chine “nos” “valeurs” (qui ne sont pas non plus les miennes, tant s’en faut), si ce n’est d’un impérialisme idéologique?

      On nage en pleine hypocrisie quand on voit comment l’occident (droits de l’homme soit disant…) applique ses “valeurs” aux autres: agressions, coups d’Etat, massacres, soutien aux terroristes, etc.

        +15

      Alerter
    • V_Parlier // 29.07.2019 à 23h16

      En effet, même si la Chine ce n’est pas le paradis, j’avoue que ça me fait rêver (même si c’est un petit caprice anti-démocratique sur l’instant) de lire: “des Chinois ont commencé à signaler qu’ils ne pouvaient pas accéder aux sites Web de The Intercept, The Guardian, le Washington Post, HuffPost, NBC News,…” (et paraît-il, Le Monde aussi…). Ah quel beau rêve! 😀

        +1

      Alerter
  • SanKuKai // 25.07.2019 à 09h26

    On entend toujours parler en France de Start-Up nation, de gestion du pays comme d’une entreprise, etc.
    Dans l’entreprise pour laquelle je travaille, l’acces internet est très restreint, nous avons accès aux sites techniques et à la propagande mainstream . Les e-mails vers nos comptes personnels sont bloqués et tous les sites que nous consultons sont très officiellement espionnés pour éventuellement bloquer de nouveaux sites. Le tout pour des raisons de sécurité.
    Donc de deux choses l’une: soit mon entreprise est une mini-dictature, soit la Chine a pris de l’avance dans sa gestion entrepreneuriale d’un pays.

      +12

    Alerter
    • charles // 25.07.2019 à 10h37

      toute entreprise est une construction autoritaire et dictatoriale par essence.

        +5

      Alerter
      • Dominique65 // 27.07.2019 à 14h50

        Une SCOP est une entreprise. En quoi est-elle autoritaire et dictatoriale par essence ?

          +0

        Alerter
        • LowCost // 29.07.2019 à 12h52

          Manifestement, ce n’est pas de ce type d’entreprises dont parle charles.
          Les scop sont ultra minoritaire en proportion tout de même.

            +0

          Alerter
          • Dominique65 // 30.07.2019 à 17h24

            « Les scop sont ultra minoritaire en proportion tout de même. » Oui, et c’est bien mon regret. Ce n’est pas l’entreprise qui est par essence… mais la façon dont elle est construite. Si personne n’entreprend, il ne se passera rien. Si des collectifs entreprennent, on peut faire des choses biens.

              +0

            Alerter
  • weilan // 25.07.2019 à 09h35

    Aaah ! Enfin un article qui va réjouir tous ceux qui:
    – haïssent la Chine parce que on leur a seriné que c’était l’attitude correcte à avoir, la pensée autorisée..
    – n’y ont jamais mis un orteil mais peuvent disserter à l’infini sur ce pays.
    – boivent goulûment les “estimations” délivrées par les artisans des révolutions de couleur;
    – A propos d’estimations, manqueraient pas un ou deux zéros là ?

      +13

    Alerter
    • charles // 25.07.2019 à 10h39

      ouais…. mais bon si c’est pour virer de l’autre bord par réaction épidermique on avance pas. pour y avoir mis un orteil ou deux et partagée la sueur des travailleurs c’est ni tout blanc ni tout noir.

        +6

      Alerter
  • Pegaz // 25.07.2019 à 09h38

    Les milliardaires du web à l’assaut de la presse – France 24 – 28 oct. 2013
    https://www.youtube.com/watch?v=m3xBG8ppL1k

    Que cache Pierre Omidyar ? – par Bruno Hubacher – 11 mars 2019
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/que-cache-pierre-omidyar-213353

    Le 10 février 2014 marque la date du lancement du premier titre du groupe de presse « First Look Media », le magazine en ligne « The Intercept », conçu initialement comme plateforme d’exploitation des « documents Snowden » dont le philanthrope Pierre Omidyar détient l’exclusivité, mais dont seulement une infime partie est rendue public à ce jour. Pourquoi ?

      +6

    Alerter
    • charles // 25.07.2019 à 10h44

      bon bah merci d’établir une liste exhaustive de tout ce qui à le droit de citer et tout ce qui n’a pas le droit de citer. Qu’on sache à quoi s’en tenir. (en arriver à commenter pour défendre un empaffé d’ultra riche…)

        +0

      Alerter
  • Kokoba // 25.07.2019 à 10h52

    La censure, c’est mal.

    Par contre, certains éléments de langage comme :
    – vendredi noir de censure
    – activité frénétique
    – régime du Parti communiste
    – massacre de la place Tiananmen
    Me font penser que cet article n’est pas très neutre…

      +10

    Alerter
  • Louis Robert // 25.07.2019 à 13h12

    Quel chef-d’œuvre d’occidentalocentrisme!

    Comme si 1,2-1,4 milliard de Chinois attendaient impatiemment, frénétiquement même, chaque jour, d’apprendre par la voix de ces médias occidentaux discrédités tout « ce qu’IL FAUT  penser, retenir, conclure, etc. » de tout et de rien… Comme si cette masse humaine qui a fait si rapidement de la Chine la première économie mondiale, ce grand peuple qui a lancé le projet géopolitique du siècle, cette nouvelle route de la soie (Une Ceinture, une Route) allait dès demain se lever et réclamer désespérément sa dose quotidienne de soma occidental…

    Non mais enfin, un peu de sérieux.

    La Chine s’estime aujourd’hui, à raison, engagée malgré elle dans une longue, très longue guerre hors limites avec l’Empire (USA+UE+OTAN et autres bribes anglo-saxonnes du bout du monde…). Nous l’avons voulu, maintenant assumons. Nous n’en sommes du reste qu’au tout début de cette crise de folie impériale. Un peu de patience! La Chine se mobilise.

    À suivre.

    http://lepcf.fr/IMG/article_PDF/La-guerre-hors-limites-Qiao-Liang_a2648.pdf

      +15

    Alerter
  • Tardieu // 25.07.2019 à 13h16

    Il y a pire que la censure ou l’auto-censure, l’étalage d’ignorance de 2,4 milliards de Facebookers… et autant dans les commentaires de blogs…

    “Vendredi, des Chinois ont commencé à signaler qu’ils ne pouvaient pas accéder aux sites Web de The Intercept, The Guardian, le Washington Post, HuffPost, NBC News, le Christian Science Monitor, le Toronto Star et Breitbart News.”

    “Le New York Times, Bloomberg, le Wall Street Journal et Reuters ont tous été censurés auparavant”

    Mon dieu, mon dieu, quel drame !

    Cela leur évitera de s’intoxiquer encore plus !

    Charlie Smith, cofondateur de GreatFire.org

    Avez-vous fait une recherche sur Charlie Smith ? Je l’ai fait, vous atterrissez aux piliers du goupe Bilderberg, le Huffpost où il est rédacteur, racheté par le Washington Post , le New York Times, inutile d’aller plus loin…

    Si cela vous intéresse, en anglais : https://www.huffpost.com/author/charlie-smith-975

    Charlie Smith est un agent de la propagande US anti-chinoise.

    La cerise sur le gâteau : il est financé par le département d’Etat ou la CIA (Radio Free Asia), c’est écrit en toute lettre :

    Wikipédia – In 2015, the Associated Press reported that GreatFire receives funding from a variety of sources, including the Open Technology Fund (OTF), a United States government-backed program at Radio Free Asia.[16] The Open Technology Fund says on its website that it gave Greatfire.org a $114,000 grant in 2014.[17] On its website, the organization identifies GreatFire as an “OTF-supported” initiative.

      +14

    Alerter
  • max // 25.07.2019 à 13h23

    C’est souvent dans ce que l’ont ne voit pas que la Chine est vicelarde.
    Prenons simplement Hong-Kong.
    Pékin a utilisé la spécificité de Hong-Kong pour la déclasser économiquement vis-à-vis des autres grandes métropoles du reste de la Chine.
    Aujourd’hui le PNB par habitant de Macao est le triple de celui de Hong Kong. En 1997, ni Beijing, Shanghai ou Guangzhou n’avaient de PNB s’approchant de celui de Hong Kong. Aujourd’hui ils l’ont tous dépassé, comme celui de Shenzhen et de Tianjin
    Sur les manifestations, on ne manifeste pas a Hong-Kong comme en France, ou vous pouvez après votre manifestation retourner a votre vie de tous les jours.
    Les animateurs de ces mouvements sont contraints à rester physiquement ensemble dans un style Fort Chabrol et à être meuler en continu par la police.
    En s’estimant au-dessus du lot les manifestants de Hong-Kong n’ont pas fait appel a la solidarité des autres villes côtières chinois un orgueil qu’ils risquent de payer lourdement.

      +1

    Alerter
    • riton // 25.07.2019 à 13h39

      ” Sur les manifestations, on ne manifeste pas a Hong-Kong comme en France, ou vous pouvez après votre manifestation retourner a votre vie de tous les jours.”
      … avec un oeil ou une main en moins !

        +17

      Alerter
    • Alkali // 25.07.2019 à 14h04

      Nombreux sont ceux qui, en France, après un manif, ne peuvent pas retourner ,simplement, à leur vie de tous les jours.
      Gav, tribunaux, hôpital,…
      Combien ont été jugés coupables d’avoir manifesté? combien sont en prison pour cela? Combien sont estropiés à vie?
      Alors, je vous en prie, ne faisons pas de comparaisons qui finiraient par montrer que, en ce qui concerne la répression et la dictature, ne sommes pas en retard.

        +14

      Alerter
    • Kokoba // 25.07.2019 à 14h05

      Vous ne pouvez pas comparer Macao et HongKong.
      Macao est la capitale mondiale du jeu.
      Il s’y déverse des milliards et des milliards par ce biais.

      Quand à Beijing, Shanghai, Guangzhou, la Chine s’est tellement développée ces 20 dernières années qu’il est évident que le pnb va rattraper naturellement HongKong.
      Impossible d’en déduire que la Chine a une volonté de déclasser HongKong.

        +5

      Alerter
    • Louis Robert // 25.07.2019 à 15h05

      La Chine n’a aucune intention de déclasser Hong Kong… tout simplement parce qu’elle n’a aucun intérêt à le faire. Bien au contraire. En vertu du principe « un pays deux systèmes », Hong Kong sert encore et toujours de puissants intérêts chinois, dont certains très particuliers, uniques même, du simple fait de son ouverture ancienne sur l’extérieur et de ses liens étroits, bien établis, notamment avec l’Occident.

      La Chine a assez montré savoir faire flèche de tout bois et tirer profit de toute opportunité qui s’offre à elle. Elle entend gagner sur tous les tableaux. Ce grand pays crée, construit, transforme. Le temps lui manque pour s’amuser, comme d’autres, à seulement détruire. Le chaos n’est aucunement l’un de ses objectifs. N’étant dépourvue ni de vision ni de créativité, elle a beaucoup mieux à faire. Il suffit du reste de vivre en Chine, même un court temps, pour s’en rendre compte de visu. Ce qu’elle a accompli témoigne on ne peut plus éloquemment, expérience renversante pour 99%+ des Occidentaux qui s’y rendent, non prévenus et encore prisonniers des clichés des années 50 du siècle dernier, le déclin de l’Occident leur devenant alors immédiatement perceptible. Choc salutaire s’il en est…

        +8

      Alerter
    • Séraphim // 26.07.2019 à 11h47

      Dire que la Chine aurait “déclassé” Hong Kong délibérément est tout à fait absurde et reflète bien le niveau d’intériorisation efficace de la propagande. Pourquoi aurait-elle fait une chose pareille?? Le fait est que Hong Kong tenait son succès et ses résultats, y compris de PIB/hab. de sa situation d’intermédiaire exclusif entre les Occidentaux (plus les Japonais et même les Taiwanais qui devaient faire escale à HK avant d’aller en Chine!!) et la Chine. L’ouverture de la Chine a, de facto, non pas touché à Hong Kong mais bien sûr contourné son “exclusivité de fait”. Les Taiwanais ont désormais des vols directs et plus largement les échanges ne se font plus via Hong Kong. Au grand dam des Chinois eux-mêmes qui voudraient bien conserver la poule aux oeufs d’or le plus longtemps possible!! Ce sont les Hongkongais qui s’installent à Shanghai, Tianjin, ou Xiamen et ailleurs! Les Chinois favorisent la concurrence, oui, mais ils en regrettent les effets aussi! Les entreprises de Canton, Shenzhen etc. se plaignent de la concurrence des zones moins riches (Guangxi, Yunnan). Ils se craignent bien plus entre eux qu’ils ne craignent les étrangers!!

        +1

      Alerter
  • max // 25.07.2019 à 16h30

    Cet article explique le mieux les défis auquel Pékin est confronté à Hongkong
    http://www.unz.com/article/hong-kongs-poisoned-chalice/
    Et la nécessité (pour Pékin) de mettre fin à l’exception de Hongkong.
    Ce n’est pas une question de démocratie ou de finance mais de maintien de l’unité de la Chine.
    Entre police chinoise et française et ben oui la police chinoise est plus performante, comme l’explique l’article ci-dessus.

      +0

    Alerter
  • septique // 25.07.2019 à 16h32

    Il y en a encore ici quelques-uns qui trouvent encore des justifications et qui continuent à s’enthousiasmer le nez dans leur soupe chinoise matinale..On peut ajouter la liste sans fin des dissidents disparus, en prison sans jugement, accusations fantaisistes, etc..

    Paranoïa, nationalisme revendicatif, entretenu par les medias chinois, tout va bien..

    Tous ces sinologues en culottes courtes ont aussi oublié quelque chose de fondamental.

    La Chine ne veut partager avec personne, peu importe le pays et le jour ou elle aura tout il ne leur restera rien tout simplement. Elle n’a l’intention de partager quoi que ce soit avec quiconque, il suffit de voir ce qui se passe pour la pêche, le bois (2 exemples) C’est une lutte pour la survie de la totalité des pays qui est engagé rien d’autre.

    La dernière nouvelle en date. Le PCC fort agacé que les habitants de Hong-Kong ne se laissent pas juger en Chine (une justice totalement soumise au pouvoir) songent a envoyer l’armée pour mater la révolte

    https://www.zerohedge.com/news/2019-07-24/beijing-hints-it-could-send-troops-hong-kong-if-protests-dont-stop

      +1

    Alerter
    • Louis Robert // 25.07.2019 à 17h23

      Le jour où le régime français acceptera que l’Assemblée Nationale soit vandalisée et que le drapeau de l’Empire y flotte, hissé par les mutins de préférence au drapeau français… ce jour-là seulement, nous en reparlerons, c’est promis.

        +11

      Alerter
      • Catalina // 25.07.2019 à 19h36

        Quand à la France d’en haut, elle ne veut surtout plus rien pour les Français : https://www.youtube.com/watch?time_continue=44&v=W7OY8TeglnM

          +4

        Alerter
        • Louis Robert // 26.07.2019 à 02h51

          Merci pour ce lien, Catalina. J’ai beaucoup appris de cette entrevue passionnante. Cet homme admirable de courage connaît le prix fort de dire catégoriquement « non » au Pouvoir, l’a payé en quittant afin de ne pas constamment se mentir et mentir aux citoyens, a conservé son franc parler, appelle donc « trahison » la trahison, et malgré tout continue de croire en cette France… C’est d’hommes de cette trempe dont la France a un si grand besoin. Merci encore.

            +3

          Alerter
        • Roselyne Arthaud // 26.07.2019 à 06h08

          Oui, Thinkerview et Montebourg c’est du solide, du concret, du courage.

            +1

          Alerter
  • Séraphim // 26.07.2019 à 04h46

    La Chine a eu raison de limiter les intox relatives aux manifestations de juin 1989. En effet c’est en réalité ce jour qui est le point noir de la désinformation contemporaine, ou plutôt le point d’origine, son lieu d’essai. L’implosion de l’Union Soviétique s’est faite de l’intérieur. Mais les intervenants extérieurs ont agi en Chine, dont le fameux Gene Sharp qui s’y trouvait, tiens tiens… Le soi-disant massacre de Tiananmen est rapporté ainsi par le célèbre écrivain taiwanais Hu Dedjian , qui se mit en grève de la faim sur la place en solidarité avec le mouvement étudiant : “Des gens disent que 200 personnes sont mortes sur la place et d’autres clâment que 2000 sont mortes. Il y a aussi des histoires de chars d’assaut écrasant des étudiants qui essayaient de partir. Je dois dire que je n’ai rien vu de tout cela. J’étais moi-même sur Tiananmen jusqu’à 6 heures et demie du matin cette nuit là.”
    “Je n’ai cessé de penser, allons-nous utiliser des mensonges pour attaquer un ennemi qui ment ?”
    Ainsi la question des Chinois est: Allons-nous utiliser de la censure pour contrer un ennemi qui ment?

      +10

    Alerter
  • Paul Atreide // 27.07.2019 à 09h52

    Je ne sais pas pour les 3 dernier mais pour les 4 premier perso j’approuve, les chinois s’en passerons bien.

    bon maintenant à savoir s’ils peuvent avoir des infos d’autre source que des medias mainstream de propagande occidentale, c’est ca qu’il faut surveiller

    après tout qu’un état interdise la propagande d’autre d’état n’est pas dérangant

      +0

    Alerter
  • Xuan // 28.07.2019 à 23h12

    Il semble surtout que le gouvernement chinois censure les titres qui ont pour point commun de basher la Chine, et que la “liberté d’informer” consiste à s’ingérer dans les affaires d’un pays, et débiner son gouvernement pour soutenir un changement de régime.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications