Les Crises Les Crises
21.juillet.201921.7.2019 // Les Crises

Mort lors d’une expulsion : « circulez il n’y a rien à voir » selon l’AFP. Par François Brun

Merci 259
J'envoie

Source : ACRIMED, François Brun, 15-07-2019

Jeudi 4 juillet, Libération publie une dépêche de l’AFP à propos d’un événement survenu la veille à Chambéry, titrée « Savoie : un homme meurt d’une crise cardiaque lors d’une expulsion, l’IGPN saisie ». Dans son texte, l’agence de presse relaie soigneusement les informations fournies par le parquet… presque toutes « à charge » contre la victime. Informations qui seront, dans un premier temps, relayées dans de nombreux médias. Pourtant, d’autres titres de presse avaient pris la peine de donner d’autres versions qui rendent compte, quant à elles, de la brutalité de l’intervention.

La dépêche AFP publiée au lendemain de la mort de Lakhdar Bey, suite à une intervention policière, est à bien des égards un monument de journalisme de préfecture. L’agence de presse s’y attache, d’emblée, à relayer les informations du parquet. Elle indique que « l’autopsie a conclu à un décès en lien avec une “dysfonction cardiaque” en ne relevant “aucune trace de coup ou de violence” ». La dépêche va ensuite multiplier les éléments « à charge » contre la victime. L’AFP évoque ainsi « deux vaines tentatives » d’expulsion antérieure, précise que le père de famille occupait l’appartement « sans droit ni titre » et « avait refusé toutes les propositions de logement qui lui avaient été faites depuis son arrivée à Chambéry au mois d’août 2017 ». Mais encore : « Il avait également refusé l’aide des services sociaux et la famille était suivie par le Juge des Enfants de Chambéry. Il s’était déjà montré menaçant à plusieurs reprises envers le personnel du bailleur social et des travailleurs sociaux ». Les limiers de l’AFP ont semble-t-il un dossier bien ficelé…

Toujours selon la même source – le parquet – la victime (ou le coupable ?) se serait montrée « très énervée » lors de son expulsion. La dépêche explique qu’il « se montre insultant et menaçant envers l’huissier » et « se blesse en brisant une vitre ». Puis qu’il a été « interpellé et conduit menotté dans le dos par les policiers vers leur voiture, dans une grande confusion selon des témoins, dont Simone, une voisine octogénaire qui a déclaré à l’AFP “avoir encore dans les oreilles les cris abominables” du père et d’une de ses filles. » Plus loin, il est question d’une vidéo où on voit Lakhdar Bey « sorti du bâtiment pratiquement les genoux à terre, porté par deux policiers » mais « on ne peut pas déterminer sur les images s’il est déjà inanimé ou réticent à son interpellation ».

Selon une policière, directrice départementale de la Sécurité publique de la Savoie, la victime « ne voulait pas marcher, les policiers ont dû le porter ». Bien aimable de leur part. Puis la parole est à nouveau au parquet, qui relate que « quelques instants plus tard il était pris d’un malaise dans le véhicule et décédait malgré les tentatives de réanimation des policiers et des secours ». La dépêche note enfin que Mme Bey et ses enfants ont été « immédiatement pris en charge et logés dans un foyer ». Et la directrice départementale de la police de conclure, en qualifiant cette affaire de « drame terrible pour la famille et de choc important pour les policiers ».

Le lecteur ne manquera sûrement pas de plaindre les policiers choqués qui seront, de surcroît, visés par une enquête que l’IGPN qui s’annonce « longue »… Mais au fait, a-t-on bien compris le pourquoi de cette enquête ? Seul indice, un court paragraphe qui évoque « d’autres témoignages recueillis par la presse » selon lesquels la victime « souffrait de problèmes cardiaques connus du voisinage et en avait déjà avisé les policiers » et même l’avait « signalé à ces derniers au moment des faits, ce qui n’apparaît pas dans la procédure selon une source proche de l’enquête. »

Sur ces témoignages, la dépêche glisse ainsi rapidement. Comme le fera également BFM-TV le lendemain, qui creuse le sillon tracé par l’AFP. Avec une diction toute professionnelle, la présentatrice ne manque pas détacher le mot « illégalement » pour évoquer les conditions d’occupation du logement. Et reprend les propos du procureur ainsi que ceux, à l’antenne, de la directrice départementale de la sécurité publique, Laëtitia Philippon.

Pour en savoir plus, il faut revenir aux reportages du Dauphiné Libéré et de l’édition locale du Parisien, antérieurs à la publication de la dépêche AFP. Le premier publie le 3 juillet un article titré « Décès lors d’une expulsion : les témoignages et vidéos qui jettent le trouble ». La première phrase annonce d’emblée la tonalité du reportage : « Dans le quartier de Bellevue, aux abords du 153 rue Albert Perriol, les voisins, qui ont assisté à l’expulsion de Lakdhar Bey et à sa mort sur le parking devant le petit immeuble de quatre niveaux, sont révoltés. » Un peu plus loin, l’article retranscrit le témoignage d’un voisin : « On est tous sidérés. Comment expliquer qu’on en vienne, aujourd’hui en France, à mourir pour un appartement insalubre dans un quartier insalubre. C’est vraiment choquant ».

Autant de témoins ignorés par la dépêche AFP, qui a pris le parti de faire entendre avant tout la version officielle. Le reportage se conclut par d’autres témoignages évoquant une intervention brutale : « Je trouve ça disproportionné, ce cinéma, pour un père qui voulait juste un appartement pour sa famille ». « Ils l’ont traité comme un chien, ce n’est pas humain. Ils savaient qu’il était malade, qu’il avait un pacemaker : ils sont déjà venus deux fois, et je leur ai redit. Et quand j’ai dit “lâchez-le, il va mourir”, l’un d’eux m’a répondu qu’ils appelleraient un médecin ! », poursuit l’ami. « J’ai vu toute la scène, les yeux blancs, les pieds qui tremblaient », ajoute une adolescente, sous le choc. De quoi « jeter le trouble » en effet.

Quant au Parisien, il titre sans ambages : « Chambéry : un homme meurt d’une crise cardiaque au cours d’une expulsion musclée d’une HLM », et laisse également de la place aux témoignages des voisins qui remettent en cause la version « officielle ». Le Parisien et Le Dauphiné ont d’ailleurs continué de rendre compte des développements politiques de l’affaire (interventions du DAL, de la LDH, du NPA, irruption de manifestants dans la salle du conseil municipal…). D’autres titres de presse (Le Monde, Le Figaro, Le Point…) se sont contentés de relater l’événement en panachant la version « officielle » avec les témoignages de voisins issus de ces reportages.

Ce journalisme de préfecture de la part de l’AFP est d’autant plus grave qu’une dépêche d’agence n’est pas un article comme un autre. Elle a vocation à être reprise par les autres médias, presse et audiovisuels, et doit donc faire preuve, plus que d’autres, d’une grande fiabilité et du maximum d’objectivité. Ce qui, de toute évidence, ne fut pas le cas dans cette affaire.

François Brun

Source : ACRIMED, François Brun, 15-07-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

M.Smith // 21.07.2019 à 08h23

La France bascule doucement et violemment dans un totalitarisme sauvage. Les morts s’accumulent ici ou là sans aucune réactions, la presse et la justice suive le dictat politique pour qui la vie et le bien être des uns ne vaut pas la vie et le bien être des autres. Circulez (travaillez, consommez), il n’y a rien à voir.

30 réactions et commentaires

  • enkidou // 21.07.2019 à 07h38

    “La propriété c’est le vol”, “la propriété c’est la liberté.” Proudhon.

      +7

    Alerter
  • M.Smith // 21.07.2019 à 08h23

    La France bascule doucement et violemment dans un totalitarisme sauvage. Les morts s’accumulent ici ou là sans aucune réactions, la presse et la justice suive le dictat politique pour qui la vie et le bien être des uns ne vaut pas la vie et le bien être des autres. Circulez (travaillez, consommez), il n’y a rien à voir.

      +72

    Alerter
    • Louis Robert // 21.07.2019 à 17h01

      … et n’oubliez pas de voter du pareil au même tous les 4-5 ans. Un tel acte révolutionnaire change tout!

        +9

      Alerter
  • Catalina // 21.07.2019 à 08h25

    Pourquoi donc donnons notre argent en subventions à la presse ? des millions d’euros qui pourraient servir à autre chose vu qu’il n’y a qu’une version celle de L’AFP ? un seul journal en fait puisque tous recopient sans changer une ligne, une seule pensée, une seule propagande…
    Franchement ?
    On se permet de critiquer certains pays comme la Corée du nord mais au final, nous sommes exactement pareil : une seule voix celle de l’AFP !!!
    Ah mais on me dit dans l’oreillette qu’il faut entretenir des petits valets serviles pour faire comme si…

      +36

    Alerter
    • RGT // 22.07.2019 à 08h25

      Ce ne sont pas les citoyens qui décident de DONNER des subventions à la “presse”, ce sont les dirigeants, pour les obliger (du moins ceux qui n’appartiennent pas à des oligarques – en existe-il encore ?) à se montrer “respectueux” vis à vis de “l’état”.

      Ces “aides” sont surtout un moyen de rappeler à cette “presse indépendante” qu’elle est totalement tributaire de la “manne céleste” des politicards et des énarques pour parvenir à l’équilibre financier.
      Permettant ainsi aux actionnaires de continuer à percevoir leurs dividendes sans avoir à se fatiguer pour essayer de trouver une ligne éditoriale honnête.

      Demandez donc au gilets jaunes ou à n’importe quels autres mouvements de contestation sincères à l’encontre de la politique gouvernementale s’ils apprécient que leurs impôts partent financer ceux qui les traînent dans la boue à longueur de journée.

      De toutes façons, le comportement de TOUTES les structures de l’état, corrompues et moisies jusqu’à la moelle nécessiterait simplement de faire la grève de l’impôt de la part de 99% de la population.

      Surtout si l’on se réfère aux “valeurs” de nos “grands dirigeants” (élus ou pas, les derniers étant largement pires que les premiers) qui sont des ayatollahs de la “libre concurrence” : Nous pourrions choisir de financer un “état alternatif” qui se soucierait uniquement du bien-être de la population et laisserait les chiens de garde sans revenus, prônant même de les taxer “honteusement” pour tous les dégâts qu’ils causent à l’encontre du reste de la planète.

        +7

      Alerter
  • max // 21.07.2019 à 08h27

    Habitant moi-même dans un petit logement social, j’avais en son temps eu vent de l’affaire par le journal régional et elle m’avait troublé.
    Pour le cas personnel de ce monsieur et de sa famille, je ne me prononcerais pas sur ce drame.
    Dans mon entourage, a situation égale de familles et d’individus ne vivant que des aides sociales, il y en a qui s’en sortes (difficilement) et d’autres non.
    Il faut savoir renoncer aux surplus de la société de consommations et de ses à-côtés, notamment pas de voitures, renoncer à aller dans les cafés, a fumer, a avoir des animaux, de consommer des aliments industriels et de manger de la viande à profusion, les vêtements de tous les jours doivent être basic et également, n’avoir aucun CREDIT.
    Sous les précédents gouvernements notamment Sarkozy et Hollande pour faire face a l’augmentation de la pauvreté, leurs solutions a été de faire payer cette solidarité par d’autres pauvres via les impôts et taxes cela a donné les 1er Gilets Jaunes des zones rurales.
    E Macron ne voulant pas taxer les super-riches et ne pouvant pas en demander plus aux pauvres (ceux qui paient l’impôts) a choisi de raboter les prestations sociales des super pauvres et donc leurs situations va continuer à se détériorer.

      +49

    Alerter
    • charles // 21.07.2019 à 14h17

      fillon voulait faire pareil, il a lui même dit que la retrait à point était une méthode douce pour spolier les travailleurs.

      Ce à quoi nous avons à faire ne s’arrête pas à macron.

      cependant je ne crois même plus que nous ayons à faire à une quelconque idéologie, il me semble de plus en plus évident que c’est juste la mauvaise foi afin de justifier la vénalité.

      Dit autrement, toute l’idéologie travailliste de notre société, avec ses camps bien désignés, les gauchiste et les capitalistes, n’est qu’un énorme hoax destiné à nous faire tourner en rond…

        +8

      Alerter
  • Kiva // 21.07.2019 à 09h35

    Ce qui est intéressant dans ce type d’article c’est un double phénomène assez classique.

    Le premier est cette logique de remettre en cause la version officielle avec..du vent. On apprend strictement rien car il n’y a absolument aucune source de première main. C’est un “patchwork” de relais d’autres articles de la presse classique. Bref à aucun moment il n’y a de travail journalistique réel. François Brun reproche aux autres les mêmes manquements dont il fait preuve.

    Le second et là ça concerne aussi ce site… C’est le choix de parler de cet évènement précis et pas des évènements violents qui essaiment malheureusement la vie des français. Il y a un biais cognitif assez visible qui se résume à un cocktail entre violence policière et violence contre la diversité et qui occulte le reste. Cette semaine, il y a eu au moins 2 épisodes où il y a eu pour chacun pas loin de 200 arrestations, des dégâts matériels importants etc et j’ai l’impression que si “les crises” en parlent un jour ça sera pour dénoncer qu’un supporter algérien a été éborgné par un LBD.

      +44

    Alerter
    • christian BERNARD // 21.07.2019 à 09h39

      Assez d’accord avec vous, sur les deux points que vous soulevez …
      Le premier point est surtout troublant.

        +13

      Alerter
    • Renard // 21.07.2019 à 14h10

      Tout à fait on a une classification dans les traitements des faits divers qui se déroule comme tel : les médias de gauche vont parler des violences policières, des violences à l’encontre des immigrés, des violences envers les minorités, et des violences des groupuscules d’extrême droite.

      Les médias de droite eux vont parler des violences exercées par les minorités, des violences exercées par les immigrés, (Par exemple les violences qui ont suivi la victoire de l’Algérie à la CAN.), et des violences des groupuscules d’extrême gauche.

      Les médias d’extrême-centre vont parler uniquement des violences des manifestants envers les policiers (parti de l’ordre).

      Par contre si un “blanc” tue un autre “blanc” dans un village de la Meuse, on aura automatiquement une No-News car c’est un fait divers qui ne rentre pas dans la grille idéologique des différents médias. (À part si cet “homme blanc” a tué sa femme, dans ce cas le fait divers pourra éventuellement intéresser un média de gauche).

      Bref tous mentent. Et tous sont malhonnêtes. Car la seule honnêteté possible serait de relayer tous les faits divers. Tous. Y compris ceux qui desservent son camp (quel connerie d’avoir des camps). Ça ne se réalisera jamais car vous ne verrez jamais un média de gauche relayer, par exemple, le meurtre de ce guinéen tué par des supporters algériens samedi soir, et vous ne verrez pas plus un média de droite relayer l’information qui a été publié au dessus sur cet homme, mort lors de son expulsion.

      Ou, pour rester honnête, on peut aussi choisir de ne parler d’aucun fait divers.

        +18

      Alerter
      • MIZZGIR // 21.07.2019 à 19h48

        D’accord avec vous.

        Il n’y a que 2 “INCONTESTABLES” :

        Le premier, le seul vrai, c’est de se mettre TOUS autour d’une table (des média qui feraient correctement leur boulot par exemple, ou des institutions authentiquement démocratiques, ou – rêvons – les deux !), et de discuter et débattre honnêtement de TOUT en ne mettant sur la touche AUCUN point de vue, même très gênant (sauf appel au meurtre, diffamation outrancière etc. cela va de soi), afin, peu à peu d’arriver sincèrement à comprendre autant que possible, dans un véritable processus “critique” allant jusqu’au bout de lui-même, pour le bien commun et non des intérêts particuliers, les causes et racines profondes des problèmes qui sont les nôtres aujourd’hui. Nous en sommes loin.

        Par contre, nous avons droit au second, le faux “incontestable”, celui que vous décrivez, qui est celui des chapelles toutes plus partiales et hypocrites les unes que les autres, toujours dans une contestation de façade, non radicale, inconsistante, ou bien celui du pouvoir en place, le fameux MINISTERE DE LA VERITE… D’ailleurs les deux s’accordent parfaitement ensemble. Les resquilleurs n’ont qu’à bien se tenir. La pensée est encadrée et bien encadrée : rien ne doit dépasser.

        Ou pour le dire autrement : tout le monde MENT, tout le monde SAIT que tout le monde MENT, et tout le monde SAIT que tout le monde SAIT que tout le monde MENT. C’est une situation ATROCE, à tous les niveaux. Il y a longtemps que cela ne devrait plus être possible car c’est littéralement INSUPPORTABLE pour le plus grand nombre. Et pourtant… le CIRQUE continue !

          +5

        Alerter
    • Durruti // 21.07.2019 à 21h50

      Evidemment qu’il y a un biais ici comme ailleurs, chez vous et chez moi.

      Un des objets centraux de ce blog, est la mise en lumière de liens qui existent entre les différerentes formes de pouvoir institutionnel : médiatique, politique, économique, juridique, …, tout ces imbroglios qui mènent de plus en plus de gens à penser qu’on vie dans un système de plus en plus totalitaire. Donc je trouve ça plutôt cohérent (et personnellement préférable) que les articles s’attachent à dénoncer la couverture médiatique (institutionnelle) de violences policières (institutionnelles).

      Et puis quel serait l’intérêt de parler des débordements en marge de la CAN ici, et sous quel angle le faire sans verser dans un moralisme au mieux improductif, au pire servant la soupe au pouvoir dans ses entreprises de division des citoyens ? A vrai dire, rien qu’en voyant les dispositifs des chaines d’infos en continue autour de la finale de la coupe d’Afrique des Nations, j’ai au contraire eu le sentiment que les chiens de gardes, la bave au coin des lèvres, n’attendaient qu’une chose, c’était de pouvoir faire état de débordements, comme durant des mouvements sociaux.

      Bref, j’avoue que j’ai du mal à comprendre comment on peut continuer à opposer les souffrances des uns à celles des autres (“ah mais le gars là, s’il avait un gilet jaune sur le dos au lieu du drapeau algérien, il aaurait fini avec un oeil en moins”), au lieu de les additionner.

        +5

      Alerter
    • RGT // 22.07.2019 à 08h42

      “une absence de différence dans le traitement des violences selon qu’elles viennent de la police, ou non”

      La “légitime défense” est basée sur la notion de réponse proportionnelle à l’attaque.

      Quand on se contente d’observer (ce que je fais depuis bientôt 50 ans) le comportement “exemplaire” des “forces de l’ordre” (je regrette les “gardiens de la paix”) on ne peut qu’être effaré devant la “proportionnalité” de leurs réactions.

      Quand on regarde des manifs qui sont au début totalement pacifiques dégénérer rapidement suite à l’intervention des archers du Roy qui commencent à gazer, à tabasser, à éborgner à tout va de simples citoyens qui se contentent d’exprimer leur indignation devant l’injustice des décisions de “nos” dirigeants on s’aperçoit qu’il existe deux poids et deux mesures dans notre pays.

      Combien de policiers simplement inculpés suite aux très graves blessures infligées à certains gilets jaunes ?
      Quant à la “motivation” des équipes qui DEVRAIENT enquêter sur ces faits CRIMINELS elle est totalement nulle, l’enquête étant confiée aux “collègues” de l’auteur qui ne souhaitent pas du tout se retrouver inculpés à leur tour s’ils commettaient un “acte bienveillant”.

      Le plus étrange, c’est que lorsqu’une agression a lieu sur un “représentant de l’ordre” son auteur est systématiquement retrouvé très très rapidement, même si les faits qui lui sont reprochés sont insignifiants.

      Ne croyez-vous pas que nous avons là un système à deux vitesses, avec d’un côté la “mauvaise violence” et de l’autre la “violence défense légitime et débonnaire” ?

        +7

      Alerter
    • Dominique65 // 23.07.2019 à 14h50

      « Pas besoin de se descendre plus bas que leurs bêtises congénitale. »
      La bêtise des supporters algériens seraient selon toi congénitale ? La génétique ne se transmettant pas de supporter en supporter, il ne reste que la possibilité que ce « congénital » soit dû au caractère algérien. Tu nous expliques donc tranquillement que les Algériens ont une bêtise propre qui se transmet par leurs gènes. La modération (qui ne s’exprime jamais) n’a apparemment pas tiqué. Moi si.

        +1

      Alerter
  • Tardieu // 21.07.2019 à 10h34

    Combien d’articles où les auteurs font mine de découvrir la réalité avec laquelle ils se sont accommodés en réalité ?

    L’AFP est dans son rôle, rien de nouveau sous le soleil. Qui ne le sait pas ici ? Donc on perd son temps à lire ce genre d’articles, à croire que c’est fait pour.

    Quand il faut convaincre des gens qui ne le savent pas, là c’est une autre paire de manches.

    Là il n’y a plus personne, car il faut militer, s’engager politiquement, allez à la rencontre des travailleurs, affronter leur a priori, leurs idées reçues, leurs préjugés, bref, leur ignorance en deux mots, et là c’est une autre expérience, ingrate, difficile, mais qui est la seule susceptible de faire avancer les choses, en partageant véritablement nos convictions, nos connaissances, ce qui n’est pas le cas assis devant un écran à tapoter sur un clavier ou chacun se retrouve atomisé, où la conscience de classe n’existe pas ou ne s’exprime pas, ou on ne peut pas la ressentir pour qu’elle progresse. Les médias, les réseaux sociaux et les ONG sont ses ennemis, au même titre que la gauche ou l’extrême gauche décomposée auxquelles les médias offrent des tribunes ou font référence gracieusement, y compris RT ou Spunik sur lesquels je me connecte quotidiennement pour glaner des infos et actualiser mon portail.

    Il suffit d’identifier la nature des différentes représentations idéologiques du capital pour n’avoir rien à en attendre. Tout le reste est du baratin.

      +12

    Alerter
  • Toutatis // 21.07.2019 à 11h06

    Quoi ? On ne veut même pas lui fournir un appartement gratuit ? C’est une honte, le début du totalitarisme…

      +14

    Alerter
    • Inox // 21.07.2019 à 11h31

      Certes, les expulsions sont malheureusement nécessaires en dernier recours, mais ils auraient pu au moins prévoir une ambulance, vus les antécédents connus du monsieur.

        +5

      Alerter
  • MrJoe // 21.07.2019 à 11h17

    « On est tous sidérés. Comment expliquer qu’on en vienne, aujourd’hui en France, à mourir pour un appartement insalubre dans un quartier insalubre. C’est vraiment choquant »

    Depuis le début de l’article, j’attendais juste la confirmation, ou son contraire d’une seule chose:

    « Comment expliquer qu’on en vienne…à mourir pour un appartement insalubre dans un quartier insalubre.»

    Si ce logement est insalubre (et il doit l’être, vu le quartier et les témoins), sait-on pourquoi la famille y était sans “droits ni titres”? Depuis le début? . Mais pourquoi aurait-il refusé un relogement par les services sociaux, que lui proposait-on, était-ce raisonnable?
    Le “bailleur” louait-il légalement ce logement, respectait-il la salubrité minimum, et simplement, la loi?

    Un article purement à charge contre cette famille, dont le père est mort devant sa porte pour une histoire de taudis.
    L’impartialité, l’objectivité et la toute neutralité de l’AFP.

      +12

    Alerter
  • Chris // 21.07.2019 à 13h13

    Je me questionne et tente de décrypter :
    Pourquoi cet homme a-t-il toujours refusé d’être relogé ?
    Peur d’être séparé de sa communauté ?
    A cause d’un possible changement d’établissement scolaire susceptible de péjorer l’adaptation sociale des enfants ? (le moins plausible)
    Aucune envie de changer ses habitudes ?
    Par simple esprit de contradiction, voire revanche, estimant être un ayant-droit de prestations sociales dues donc inattaquables, du genre “y’aka, fokon, j’y suis, j’y reste” ?
    Avez-vous déjà visité des immeubles taudis ? Perso, oui, professionnellement : vous entrez dans le monde de la misère humaine.
    Un taudis est une conjonction entre un immeuble en fin de vie (aménagement ancien et souvent dysfonctionnel mais pas forcément) et ses habitants qui l’usent jusqu’à la corde tel qu’il est… et plus. Cet immeuble semble disposer des services basiques : eau, électricité, égouts, sanitaires, fermetures, chauffage individuel j’imagine, toiture en ordre.
    Les locataires sont-ils tous chômeurs et au social ?
    La collectivité est-elle responsable que des locataires subventionnés réduisent un immeuble à l’état de taudis, soit par négligence (propriétaire cupide… ou lassé des réparations pour mauvais emploi) et/ou par surexploitation (espace bondé, casseurs et manque d’entretien) ?
    [modéré]

      +9

    Alerter
  • Louis Robert // 21.07.2019 à 13h55

    Insensibilité, indifférence, déshumanisation.

    Au quotidien, contagieuse, la barbarie ordinaire se voile la face, inavouable.

      +6

    Alerter
  • Brian64 // 21.07.2019 à 16h07

    Castaner vient de remettre des médailles à tous les flics soupçonnés de violences ou d’en avoir commandité. Ce qui signifie « carte blanche », ce qui est extrêmement inquiétant.

      +14

    Alerter
    • Louis Robert // 21.07.2019 à 17h09

      C’est bien pire que simple carte blanche!

      C’est, par le Pouvoir, officiellement et publiquement:

      approbation,
      soutien,
      encouragement,
      reconnaissance,
      et récompense.

      De quoi être vraiment fier.

      On ne saurait être plus loin du repentir, hein?…

      Qui dit et fait mieux?

        +9

      Alerter
  • Arnaca // 21.07.2019 à 23h49

    Dieu sait qu’il est ignoble et criminel d’éborgner des innocents (parfois très) à la marge d’une manifestation.
    Profiter de l’ambiance anti-flics pour mettre dans le même paquet l’action de pandores chargés d’expulser un individu semble t’il agressif et assumant sa situation illégale, même cardiaque, relève de la mauvaise foi et du clientélisme.
    La violence semble plutôt du côté de ce père de famille intransigeant au point de précariser sa famille, irascible et borné risquant sa santé déjà menacée par sa cardiopathie en “explosant” face à toute tentative d’assistance ou de conciliation pour légaliser sa situation.
    Question aux accusateurs inconditionnels des flics “tueurs de braves gens” :
    L’autopsie atteste l’absence de coups et blessures. La force de la contention était à la mesure de la résistance.
    Qu’auraient ils du faire ? l’anesthésier avec une fléchette ?, appeler l’imam du coin à la rescousse ?, se faire accompagner par un psychiatre et un cardiologue ? lui foutre la paix et bravement affronter la hiérarchie ? se constituer en lanceurs d’alerte sur les plateaux TV ?
    Quant aux pouvoirs publics, plus que proposer un relogement et une assistance sociale, devaient-ils régulariser l’occupation de son taudis, lui passer une enveloppe sous la porte et classer le dossier ?
    Attention, cette réaction n’est qu’une critique de l’article et repose que sur les faits tels que relatés, sans aucune enquête personnelle ni éléments contextuels susceptible de modifier partiellement voir totalement le propos.

      +7

    Alerter
  • ouvrierpcf // 22.07.2019 à 08h30

    c’est quand même fort de la part d’arnaca qui commence son pamphlet par Dieu sait .. et qui quelques lignes plus tard distille appeler l ‘imam du coin à la rescousse Quand à profiter de l’ambiance anti flics qui en profite? les salariés les syndicalistes les indépendants les artisans les plombiers de province les soit disant meneurs des gilets jaunes ? le citoyen lambada ? cette expulsion à qui profite telle? une famille d’ouvriers a été relogée dans cet appartement ?cet appartement a été nettoyé rénové ?

    au fait c’est quoi une force de contention ? pourquoi une force de contention n’est pas appliquée au ministre DE RUGY? a Bernard Tapie ? ou n’a pas été appliquée à Jérôme CAHUZAC ? et même à François Fillon? y a t’il eu autopsie pour ces gens? ah il n’y a pas eu de mort? ah bon et même pas un menottage ? ah bon ! ah Jérôme Cahuzac est enfermé à l’air libre en résidence surveillée en Corse dans un HLM ? ah bon moi ma réaction est établie par des faits relatés et concrets modifiant donc totalement le propos

      +8

    Alerter
  • Récits d’Yves // 22.07.2019 à 08h38

    La macronie à sa Pravda: AFP.
    Les quelques milliardaires propriétaires de la plupart des journaux vont pouvoir faire des économies de moyen en incitant les rédactions à reprendre en chœur l’évangile selon AFP.
    Finalement, on peut y voir un bien lorsque peu à peu, les journalistes virés se retrouveront dans le maquis mediatique, organisant la résistance par l’information libre. Enfin, on peut l’espérer.

      +1

    Alerter
  • ouvrierpcf // 22.07.2019 à 11h15

    on peut se faire une idée sur le fait que des enfants des mamans des papas des mamans seules des papys seuls des mamies seules se font expulser de leur logement a la suite du non règlement des loyers
    idem pour les copropriétaires qui ne peuvent plus assumer les charges de co propriétés qui sont alors vendues aux enchères regardez les sites
    ou des agriculteurs qui ne peuvent plus assumer leurs crédits et qui vendent ou essaient de vendre leur terrain spéculés par des pro de l’arnaque spéculative
    entre 2004 et 2018 l’augmentation d’expulsion est croissante ; comme est croissante la désindustrialisation comme est croissant le chômage Quand les usines ferment la misère ouvre ses portes et se déverse à celles de celles et ceux qui ne peuvent plus même payer un loyer ou une charge de co propriété
    entre 2004 et 2018 le pouvoir d’achat des salariés des retraités ouvriers a baissé
    “””””””””””””””””””””””””””””les paquets d’actions cotés en bourse explosent pour les grands actionnaires grâce aux fermetures d’usines françaises et aux ouvertures d’usines en Chine en Inde au Pakistan en Roumanie en Pologne
    cet article peut faire réfléchir ou disserter sur l’évolution socio économique de la France

      +0

    Alerter
  • Denis // 22.07.2019 à 16h40

    Article tendancieux!
    Mais finalement, tous ont été relogés:
    le tyran domestique, au cimetière,
    la famille, immédiatement pris en charge et logés dans un foyer!
    Voilà, tout va bien!
    Cela peut paraître choquant, dans une démocratie!
    Mais, ce n’est pas le régime politique de la France,
    et cela ne date pas de la présidence Macron.

    La démocratie: gouvernement du peuple, par le
    peuple, pour le peuple!

    Circulez, le spectacle est terminé. Y’a bientôt plus de pétrole! 😉

      +2

    Alerter
  • Jeremia // 24.07.2019 à 16h26

    Comme chacun devrait le savoir, le risque de crise cardiaque augmente de façon exponentielle à proximité de policiers…

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications