Les Crises Les Crises
1.décembre.20201.12.2020 // Les Crises

La Commission européenne favorise les délocalisations : l’exemple de Bridgestone-Béthune

Merci 230
J'envoie

Source : Ruptures – 26/11/2020

Le Mensuel Ruptures vient de fêter la parution de son 100e numéro. Voici un extrait de l’un de leurs récents articles :

La multinationale Bridgestone prévoit de fermer son usine de pneumatiques de Béthune. En cause : d’une part la transition environnementale pilotée par Bruxelles, d’autre part les délocalisations vers l’Europe de l’Est, en l’espèce encouragées par des fonds européens (article paru dans l’édition de Ruptures du 26/10/2020)

Lire l’article complet sur Ruptures

La direction du groupe nippon avance deux justifications à sa décision : d’une part, la concurrence des pneus produits dans les pays à « bas coût de main d’œuvre » ; d’autre part une « surcapacité » en Europe.

S’agissant du premier argument, la direction du groupe est bien placée pour citer la concurrence de la main d’œuvre à bas coût : elle n’a eu de cesse d’investir massivement en Europe de l’Est, précisément pour bénéficier du différentiel salarial, comme le pointe Jean-Luc Ruckebusch, délégué CGT de l’usine.

Mais il y a mieux – ou pire… La pauvre multinationale a reçu de grasses subventions de l’Union européenne : ses 139,1 millions d’investissements en Pologne ont été financés, à hauteur de 24 millions, par Bruxelles. Plus précisément par le Fonds européen de développement régional (FEDER), dont l’objet est officiellement de favoriser les régions européennes les moins développées.

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, peut bien marteler que « relocalisation » et « réindustrialisation » sont des « priorités ». En réalité, les délocalisations ont toutes chances de se poursuivre, car, pour l’Union européenne, il est interdit… de les interdire. Et pour cause : c’est la définition même du marché unique. Capitaux et marchandises peuvent y circuler sans contrainte, au bon vouloir des firmes et des investisseurs.

Lire l’article complet sur Ruptures

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

sergeat // 01.12.2020 à 07h47

Exact nous payons nous même nos délocalisations,ce monde du néo-libéralisme bruxellois devient kafkaïen,après avoir aboli nos frontières,nos lois,notre monnaie,notre justice,….bientôt notre belle civilisation, »nos »gouvernants continuent la désindustrialisation de notre pays avec l’argent du contribuable français,QUI DANS NOS POLITIQUES OSERA METTRE A LA POUBELLE TOUS CES Traités injustes qui ruinent et détruisent notre FRANCE,la France puissance nucléaire a t elle peur des divisions bruxelloise!! ou simplement avons nous voté pour des traites à la nation qui devraient être en prison pour trahison.

22 réactions et commentaires

  • simba // 01.12.2020 à 07h00

    Comme si c’était nouveau………..
    Le français finance la délocalisation de ses emplois en Pologne, et ça le rend fier de lui .
    Il n’y a pas que nos dirigeants qui sont absurdes .
    Histoire de nous affaiblir un peu plus, merkel exige la fermeture de nos stations de skis à Noel – ouiiiiiiiiii géniallllllll !

      +26

    Alerter
    • sergeat // 01.12.2020 à 07h47

      Exact nous payons nous même nos délocalisations,ce monde du néo-libéralisme bruxellois devient kafkaïen,après avoir aboli nos frontières,nos lois,notre monnaie,notre justice,….bientôt notre belle civilisation, »nos »gouvernants continuent la désindustrialisation de notre pays avec l’argent du contribuable français,QUI DANS NOS POLITIQUES OSERA METTRE A LA POUBELLE TOUS CES Traités injustes qui ruinent et détruisent notre FRANCE,la France puissance nucléaire a t elle peur des divisions bruxelloise!! ou simplement avons nous voté pour des traites à la nation qui devraient être en prison pour trahison.

        +34

      Alerter
      • pseudo // 01.12.2020 à 08h15

        ni l’un ni l’autre. Le système est truqué. ça n’empêche pas que certains méritent le bûcher pour ressentir dans leurs chairs le malheur qu’ils ont engendrés.

          +12

        Alerter
        • moshedayan // 02.12.2020 à 07h28

          Le bûcher ? ça s’appelle Révolution ? avec l’émergence de nouveaux opportunistes….? la nature humaine individuelle n’est pas toujours belle, il suffit de regarder dans son proche environnement professionnel sur certains chefs qui se moquent du collectif et appliquent leurs décisions pour se faire bien voir d’un plus grand chef… le contrôle collectif une solution peut-être ???mais un timide ose – t-il dire au chef – « ce que tu fais, je sais pourquoi tu le fais et c’est nul  » ??? »
          Pour revenir au sujet – un article sans intérêt car rien n’est proposé – c’est un constat et connu depuis très longtemps. Enfin, votre ploutocratie se :moque éperdument du malheur qu’elle cause… Elle a encore quelques appartements dans votre pays mais au cas où la France ne représente plus rien ou que ça tourne mal, elle est déjà prête à s’instaler ailleurs – c’est Openworld… même votre Macron…avec son anglais, il n’aura aucun mal à s’exiler…seule petite larme il n’aura plus son petit verre de bordeaux en terrasse -d’ailleurs il s’en fout aussi en ce moment…

            +10

          Alerter
  • Louis 38 // 01.12.2020 à 08h32

    Ça fait trente ans que cela dure, maintenant avec nos quelque 120% de dette publique ça commence à devenir chaud pour le reste de nos politiques publiques et redistributives avec renforcement des forces de l’ordre pour les résistants et si c’était le but recherché remplacer les États par des multinationales, les autorités par des oligarques et nos représentations nationales par les Lobbys.

      +18

    Alerter
    • Véro // 01.12.2020 à 14h19

      C’est en tous cas très concrètement ce qui se passe. Une sorte de féodalisation moderne.

        +10

      Alerter
  • rolland // 01.12.2020 à 08h35

    Cette analyse arrive avec beaucoup de retard : Un politicien plus qu’ostracisé qui a bien décrit ce qu’est la Non-UE nous a même appris que le mot « délocalisation » à été inventé presque au même moment que le vote du traité Maastricht.

    D’ailleurs pour comprendre ce qu’est cette Non-UE, qui amène à l’appauvrissement de tous tout autant qu’à la guerre, les vidéos du discours de Mr Seguin sont encore disponibles et c’est peu de dire qu’il avait dès le début parfaitement compris et expliqué ce que nous allions vivre dans cette construction mortifère forçant une union virtuelle et contre nature.

    5 Mai 1992 à l’assemblée nationale..
    ( 5min ) : https://www.youtube.com/watch?v=cYY9kpziSr4
    ( 10min ) : https://www.youtube.com/watch?v=FyveXiqgMkk
    Sa version complète ( 2h25 ) : https://www.youtube.com/watch?v=rVvFvgZD_Bs

    Ne faisons donc pas, de grâce, comme si nous découvrions ça aujourd’hui.

      +26

    Alerter
    • Véro // 01.12.2020 à 14h31

      Et même avant lui, en fait dès le début une partie de la sphère politique avait très bien compris ce qui allait se passer.
      On peut citer Pierre Mendès-France. Un petit extrait de son discours du 18 janvier 1957 : « Il est prévu que le Marché commun comporte la libre circulation des capitaux. Or, si l’harmonisation des conditions concurrentielles n’est pas réalisée et si, comme actuellement, il est plus avantageux d’installer une usine ou de monter une fabrication donnée dans d’autres pays, cette liberté de circulation des capitaux conduira à un exode des capitaux français. Il en résultera une diminution des investissements productifs, des pertes de potentiel français et un chômage accru ».
      https://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article526

        +16

      Alerter
      • Véro // 01.12.2020 à 15h01

        Un autre extrait de ce discours : « L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement « une politique », au sens le plus large du mot, nationale et internationale ».

          +13

        Alerter
  • Patrick // 01.12.2020 à 09h09

    Ce n’est pas nouveau.
    J’ai eu l’occasion de travailler avec une entreprise Allemande dont l’usine flambant neuve avait été financée par les fonds européens ( donc nos impôts ) dans le cadre d’un programme de réindustrialisation de l’ex-Allemagne de l’Est.
    L’usine est à la frontière avec la Tchéquie et peut employer des gars qualifiés mais avec des salaires très bas.
    Ensuite vous faites livrer ça par  » Polak Express » , vous savez les petits fourgons que l’on voit sur nos routes … et tout va bien.

    Concurrence libre et non faussée qu’ils disaient !!

      +23

    Alerter
    • Thierry Balet // 01.12.2020 à 09h19

      Bien dit. En réalité l’Europe n’aura jamais été aussi faible que depuis qu’il y a l’UE !

        +14

      Alerter
  • Thierry Balet // 01.12.2020 à 09h17

    Rien de nouveau et il en a toujours été ainsi. Mais rassurez vous…….l’UE c’est bon pour la france……comme ça l’Europe nous rends plus fort…….

      +9

    Alerter
  • Urko // 01.12.2020 à 09h20

    Que l’UE favorise de facto les délocalisations, voilà qui n’a rien de nouveau ; elle s’en cache d’ailleurs à peine, au nom du libre échange, de la compétitivité par les coûts en important des travailleurs moins onéreux ou en exportant l’outil de travail vers ces travailleurs moins onéreux, etc. Que des gouvernements feignent encore de l’ignorer, en revanche, n’est plus tolérable. Nos ministres et présidents parlent souvent du courage en politique mais quand il s’agit de s’opposer aux fonctionnaires de l’organisation de Bruxelles et à leur boss de Berlin, ils n’osent pas, sous des prétextes soi disant rationnels mais que la peur de prendre des risques semble inspirer avant tout. De Gaulle avait pratiqué la politique de la chaise vide pour entraver les desseins des bureaucrates de la communauté : il ne parlait pas de courage ; il en avait et il s’en servait. Nos dirigeants ont tort de sans cesse louvoyer face à l’Allemagne, alliée de la Chine, au lieu de prendre leurs responsabilités : s’ils veulent défendre les intérêts de la population, ce qui relève de leur mission, il leur faudra affronter le chancelier allemand et ses domestiques de luxe bruxellois. Mais nos hommes politiques se croient investis du rôle quasi divin de « construire l’Europe » et de faire de la pédagogie à leurs compatriotes pour qui ils éprouvent une forme de condescendance, voire de mépris pour certains.

      +7

    Alerter
  • RGT // 01.12.2020 à 10h28

    Vous êtes vraiment méchants avec l’U€…

    Leur véritable objectif est tout à fait égalitaire : Faciliter la libre circulation des biens, des personnes et des services (la finance n’étant qu’un mal nécessaire pour assurer l’équité pour tous) afin d’harmoniser les rémunérations de toute la population dans un immense élan égalitaire sans limites.
    La « Gay Pride » du bonheur infini pour tous.

    D’ailleurs, la Sainte U€ se bat contre tous ceux qui ne respectent pas ces aspirations humanitaires : Russes, iraniens, vénézuéliens, cubains, bientôt chinois (pas pour l’instant, ils peuvent abandonner le « côté obscur » et revenir dans le droit chemin).

    Ces attaques contre la paix et la prospérité sont totalement insoutenables et sont empreintes de très mauvaise foi de la part de la peste « rouge-brune » qui tout doucement vient corrompre les esprits crédules.

    Peste rouge-brune dont bien sûr les « partis les plus clivants » sont exclus car malgré leurs positions « irrespectueuses » ils sont, ne l’oublions pas, de grands défenseurs de la « liberté » et ne servent volontairement qu’à montrer aux gogos le chemin permettant l’ascension de candidats imprégnés du bien-être de l’ensemble de la population de l’univers connu.

      +8

    Alerter
  • christian gedeon // 01.12.2020 à 10h32

    C’est donc «  la faute aux japonais » ces salauds qui viennent profiter des subventions européennes et n’en font qu’à leur tête ! C’est cocasse. Parceque mutatis mutandis c’est transposable à tout ce qui rentre en France, encaisse aides et subventions et n’en fait qu’à sa tête. Étonnant, non?

      +2

    Alerter
    • ouvierpcf // 01.12.2020 à 16h21

      pour les japonais ils ont quand même investi à HORDAIN VALENCIENNES pour TOYATA France
      oui non ? sur proposition de Ségolène royal ministre à l’époque

        +1

      Alerter
  • simba // 01.12.2020 à 19h32

    Les américains commencent quand même à trouver les salaires trop élevés en Pologne, alors on a donné la libre circulation aux ukrainiens qui prennent les jobs pour moins cher . Bientôt les biélorusses .

      +6

    Alerter
  • Olposoch // 01.12.2020 à 20h14

    OK mais l’excellente Tatiana avait déjà tout bien expliqué là:

    https://www.youtube.com/watch?v=a5mZQGzfc2o

    Genre le 24 septembre…

    Pourquoi d’ailleurs ne pas partager plus les videos de « le fil d’actu » qui fait presque un sans faute pour le coup…

      +3

    Alerter
  • Brigitte // 02.12.2020 à 07h48

    Les déçus de l’UE sont légions mais peu formulent l’idée de sortir du bourbier. On patine dans le constat et on s’enfonce encore et encore. Jusqu’où irons-nous en profondeur avant de décider de s’en sortir, sans aide extérieure?
    Les ouvriers et cadres de cette entreprise n’ont qu’à reprendre la boite en SCOP et diversifier la production. Ils se plaignent mais ne bougent pas le petit doigt, n’ont aucune idée collective, attendent le repreneur, le reclassement, la retraite, bref, l’aide extérieure. Le peuple de France a perdu depuis longtemps la capacité de rebondir et le goût du combat. Autre constat très amer.
    J’attends que l’on me prouve le contraire….

      +2

    Alerter
    • Véro // 02.12.2020 à 12h04

      Je serais curieuse savoir combien de projets de scop ont été élaborés depuis 40 ans lorsque des délocalisations d’usines ont été décidées.
      Parmi eux, combien ont pu être retenus et concrétisés.
      Et parmi eux, combien ont pu se pérenniser.

      Je ne pense pas que les projets aient manqué, car lorsque les gens sont mis au pied du mur, ils savent se mobiliser. Mais les sociétés propriétaires des locaux et du matériel, avec leur puissance financière (et donc politique) ont un avantage stratégique très importante.

        +5

      Alerter
      • Brigitte // 05.12.2020 à 08h25

        Pas d’accord. C’est le chacun pour soi qui l’emporte, surtout chez les cadres.
        A propos des conditions de vente, l’état pourrait intervenir s’il le voulait.

          +0

        Alerter
  • Zevengeur // 05.12.2020 à 10h00

    D’autant que légalement nous ne sommes pas dans l’UE, en effet le poids du référendum est supérieur á celui du parlement.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications