Les Crises Les Crises
28.janvier.202128.1.2021 // Les Crises

La Justice face aux Politiques, aux terroristes ? Béatrice Brugère – par Thinkerview

Merci 22
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube

Source : Thinkerview, Youtube,15-01-2021

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Incognitototo // 28.01.2021 à 14h51

J’ai craqué au bout d’une heure d’écoute… rien qu’on ne sache déjà et rien de nouveau sous le soleil…
Juste un propos qu’on n’entend pas souvent et bien relevé par cette dame : c’est la dangerosité de l’accumulation de normes établies par le CC hors de tout cadre législatif démocratique. C’est comme cela que nous nous retrouvons aujourd’hui avec tout un pan du droit (comme, entre autres, la liberté du commerce, inscrite dans le « bloc constitutionnel ») qui a valeur constitutionnelle, alors qu’il n’a jamais été validé démocratiquement. Selon moi, le CC est hors cadre de sa mission première quand il érige ses décisions en lois.

6 réactions et commentaires

  • Pete Noisy // 28.01.2021 à 11h03

    Une analyse intéressante. En revanche je ne partage pas le soit disant même degré d’urgence entre les affaires de justice (voir le traitement de l’affaire Karachi…) et le milieu hospitalier, si on commençait par nettoyer notre code civil napoléonien de jurisprudences sans fin, de renvois/pirouettes de procédure à la française…il est clair que beaucoup de nos concitoyens ont moins confiance dans leurs juges que dans dans leur Justice!

      +2

    Alerter
  • Incognitototo // 28.01.2021 à 14h51

    J’ai craqué au bout d’une heure d’écoute… rien qu’on ne sache déjà et rien de nouveau sous le soleil…
    Juste un propos qu’on n’entend pas souvent et bien relevé par cette dame : c’est la dangerosité de l’accumulation de normes établies par le CC hors de tout cadre législatif démocratique. C’est comme cela que nous nous retrouvons aujourd’hui avec tout un pan du droit (comme, entre autres, la liberté du commerce, inscrite dans le « bloc constitutionnel ») qui a valeur constitutionnelle, alors qu’il n’a jamais été validé démocratiquement. Selon moi, le CC est hors cadre de sa mission première quand il érige ses décisions en lois.

      +10

    Alerter
  • Christian Gedeon // 28.01.2021 à 23h43

    Beaucoup de mots, pour peu dire. Le CC et le CE sont en effet des machines à créer du droit hors de tout contrôle démocratique depuis 40 ans. Mais bon, ils sont constitués d’hommes et femmes. Ceux là sont seuls responsables des dérives libérales-libertaires de ces institutions. Qui va contrôler ceux qui jugent au plus haut niveau? Et tordent le droit pour leurs objectifs obsessionnels, destruction de l’Etat, soumission de la Nation à l’organisme oligarcho-ploutocratique dénommé UE?

      +6

    Alerter
  • paul // 29.01.2021 à 10h36

    Gouvernement ou entreprise commerciale ?
    Par Valérie Bugault|26 janvier 2021|Actualité, Droit, Géopolitique, Institutions, Politique

    https://valeriebugault.fr/gouvernement-ou-entreprise-commerciale

    « On ne saurait trop insister sur le fait que nous avons là une manifestation éclatante du changement mondial de paradigme juridique : le droit, au sens européen continental, a été balayé par la puissance de frappe des dirigeants de la City of London qui ont imposé, sur le modèle du droit anglo-saxon postérieur à 1531[xiv], un type de régulation purement économique fondée sur la mercantilisme universel, lequel modèle passe de façon nécessaire par la réification du vivant – que nous subissons actuellement. »

      +4

    Alerter
  • RGT // 29.01.2021 à 10h53

    N’oublions jamais que la fonction première des appareils législatifs, du conseil constitutionnel, de l’autorité judiciaire et (aussi) de la police n’a jamais été de protéger la population mais de protéger les institutions contre tout changement.

    S’il y a quelques lois « utiles » pour la population, c’est parce que ces lois sont SURTOUT nécessaires à protéger les « serviteurs de l’état » afin d’éviter qu’ils ne soient dépouillés ou massacrés par des « gueux de passage ».

    Ne vous étonnez donc pas du fait que toute « autorité étatique » puisse sans entrave décider de ce qui est « bien » ou « mal » en fonction de ses propres intérêts, même si l’ensemble de la population est victime de ces lois scélérates.

    Le problème n’est pas dans le fait que les membres de ces « administrations » soient corrompus ou non (au final ils sont obligés de le devenir plus ou moins s’ils souhaitent conserver leur poste), le problème vient du fait que ces « administrations » ne travaillent qu’à sauvegarder leurs propres intérêts (en tant qu’entités, comme de simples fourmilières) et n’ont de comptes à rendre à personne (hormis à elles-mêmes) concernant leurs actes.

    Les « élus » n’ont en fait aucun pouvoir réel sur ces monstres affamés de pouvoir et le seul moyen de parvenir à s’en débarrasser consiste simplement à les affamer en supprimant leurs budgets de fonctionnement.

    En prenant le risque bien sûr qu’un « homme providentiel » ne parvienne à faire renaître ces « administrations » de leurs cendres et les rende encore plus puissantes pour éviter le « chaos ».

    Cet avis n’engage que moi et comme je suis bien trop stupide pour comprendre les intérêts supérieurs des nations il est donc totalement infondé.

      +3

    Alerter
    • Christian Gedeon // 29.01.2021 à 15h52

      Vision négative. Ces institutions gaulliennes n’ont pas été conçues pour protéger ceux que vous citez. Elles ont été prises d’assaut par la vague commencée il y a plus de quarante ans. Le premier choc frontal a été l’annulation des dispositions de Raymond Barre pour ralentir le «  regroupement «  familial » ( sans rire) et à l’époque patronat ( grand), gauches unanimes, centres divers et giscardiens avaient applaudi des deux mains cette décision du CE .

        +1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications