Les Crises Les Crises
13.janvier.202113.1.2021 // Les Crises

Partout où nécessité fait loi ? Cédric Herrou – par Thinkerview

Merci 53
Je commente
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube

Source : Thinkerview, Youtube – 17/12/2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Cyd // 13.01.2021 à 08h18

Ce monsieur est un humaniste moderne
Il est généreux avec les migrants mais avec l’emploi des pauvres, le logement des pauvres, la sécurité des pauvres

Lui il ne construit rien ne crée rien, mais passe à la télé sous les hourras des idiots utiles du capitalisme

Il est content de lui avec sa bonne conscience auto attribuée

Voir ce qu’en dit Castelneau sur le bonhomme

32 réactions et commentaires

  • BlackJason78 // 13.01.2021 à 07h22

    Pour dire, c’était une excellente interview avec un des derniers humanistes ou être humains qui ne se laissent plus guidés par la société ou le profit. On peut le traité de tout ce que l’on peut, son discours n’a rien d’un passeur, mais d’un homme qui ne pouvait plus baisser la tête devant le malheur à ça porte et cette qualité est l’une des plus importantes pour les hommes, mais malheureusement celle-ci a disparu par le temps dans nos cœurs toujours meurtri par la réalité du monde. Les grands humanistes comme Jean Jaurès, Abbé Pierre et tant d’autres ne sont qu’un lointain passé.

    • Cyd // 13.01.2021 à 08h18

      Ce monsieur est un humaniste moderne
      Il est généreux avec les migrants mais avec l’emploi des pauvres, le logement des pauvres, la sécurité des pauvres

      Lui il ne construit rien ne crée rien, mais passe à la télé sous les hourras des idiots utiles du capitalisme

      Il est content de lui avec sa bonne conscience auto attribuée

      Voir ce qu’en dit Castelneau sur le bonhomme

    • LibEgaFra // 13.01.2021 à 09h05

      « un homme qui ne pouvait plus baisser la tête devant le malheur à ça porte  »

      Quelle hypocrisie!

      Régis de Castelnau:

      « Cédric Herrou, est un activiste « no border » et n’a jamais caché son alignement sur la volonté du néolibéralisme de libre-circulation des capitaux des marchandises et des hommes. (…) ses multiples interventions militantes illégales font partie intégrante du système mis en place pour cette nouvelle traite humaine. (…) Cédric Herrou maillon de la chaîne de ce qu’il faut qualifier de trafic, fait partie de ceux qui après avoir offert, des facilités à ces déracinés rêvant d’eldorado, se désintéresse de ce qui pourra leur arriver par la suite. Une fois le passage effectué, il semble bien se moquer de ce qui arrivera aux malheureuses récupérées, et ensuite asservies par les réseaux de prostitution ou aux malheureux qui à la rue dans le 18e arrondissement de Paris basculent dans la drogue et la délinquance. »

      • juju77 // 16.01.2021 à 12h31

        c’est vraiment ridicule ..
        l’hypocrisie de Regis de Castelnau ne semble pas se préoccuper que c’est l’état lui-même qui crée les conditions de l’illégalité, c’est l’état qui se fait condamner pour ses actions et ses inactions et que Cedric Herrou n’en est que le témoin.
        en plus je ne comprends pas le lien entre migrants dans les alpes et drogue/délinquance dans le 18è .. ou est l’état et que fait la Police ?*
        Quand Cédric Herrou dénonce les passeurs et explique aux préfets gendarmes comment le traffic humain fonctionne dans sa région, c’est l’état qui choisi de ne rien faire contre les passeurs , préférant mettre toutes ses forces contre Roya Citoyenne plutot que contre les véritables réseaux criminels.
        Par contre quand il s’agit de donner un toit et une cuisine a des migrants, l’état préfère payer des escouades de gendarmes fortement armés pour surveiller la maison de M. Herrou plutot que d’envoyer des fonctionnaires sociaux s’occuper des mineurs isolés.
        de ce que je lis, les bétises et les horreurs écrites par M; de Castelnau prouvent qu’il n’a jamais écouté M. Herrou et qu’il ne s’intéresse pas vraiment au sujet ..
        je m’arrête car vraiment cette situtation n’arrive même pas au niveau d’un troll zemmouriste

    • Vain(s) espoir(s) // 13.01.2021 à 11h34

      L’ABBÉ – défroqué – PIERRE UN HUMANISTE !?!

      Si je me souviens bien de mes lointaines lectures ce monsieur appelait à plus d’épuration.

      BEL HUMANISME…

    • Urko // 13.01.2021 à 12h05

      Aux temps de Jean Jaurès, l’Afrique comptait trois fois moins d’habitants que l’Europe ; aux temps de l’hiver 1954, l’Afrique comptait un tiers d’habitants en moins que l’Europe. Aujourd’hui, l’Afrique compte trois fois plus d’habitants que l’Europe, et en 2100, d’après les projections de l’ONU, elle en compterait dix fois plus. Alors, aider des Africains à violer les frontières de nos pays pour qu’ils accèdent à leurs infrastructures, de santé, de soins, de transport, de logement etc., ne relève pas de l’humanisme mais de l’encouragement à mettre l’Europe à genou, socialement, économiquement et culturellement. M. Herrou me fait l’effet d’un amérindien qui aurait aidé les Européens à s’installer en Amérique. Il y trouve sûrement son compte (narcissiquement ?) mais pour les populations autochtones, ça n’annonce pas des jours meilleurs. L’histoire se montre cruelle avec les peuples qui se laissent supplanter sur la terre de leurs ancêtres. Il n’y a pas d’exception.

      • LibEgaFra // 13.01.2021 à 14h16

        « un amérindien qui aurait aidé les Européens à s’installer en Amérique. »

        Hélas, c’est ce qu’on fait certains Amérindiens avec les premiers envahisseurs qui n’auraient pas survécu au premier hiver autrement.

        « Les survivants ne durent leur salut qu’à l’intervention de deux autochtones nommés Squanto et Samoset qui, avec l’aide de leur tribu, les Wampanoags, leur offrirent de la nourriture, puis leur apprirent à pêcher, chasser et cultiver du maïs. »

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Thanksgiving_(%C3%89tats-Unis)

        • Urko // 13.01.2021 à 14h38

          Thanksgiving… Dans leurs réserves, ils doivent être contents les Amérindiens actuels, des gentilles attentions qu’ont eues leurs ancêtres envers les premiers colons dont les descendants ou les successeurs n’ont pas montré une gratitude à toute épreuve. Et pour se laver de la mauvaise conscience, l’envahisseur doit toujours, toujours, taire ressortir les défauts ou rendre ignobles les autochtones, pour ainsi justifier le vol de leur terre : les films de cow boys où l’Indien incarnait le mal, la fourberie, la cruauté a eu cette fonction, aujourd’hui assurée par la communication incessante sur la colonisation des siècles passés, crime que les blancs d’aujourd’hui expieraient en abandonnant presto leurs places dans les logements, les quartiers, les universités, les émissions du service public…

          Après, il se trouve toujours des gens pour aider les nouveaux arrivants à s’installer, par gentillesse, par haine des compatriotes ou de la société, par idéologie, par goût du lucre, par une combinaison de circonstances, par ignorance des conséquences, par bêtise aussi… Mais l’histoire ne fait pas de sentiments ni de philosophie.

  • RGT // 13.01.2021 à 10h58

    C’est « gentil » de s’occuper des migrants qui fuient la misère et les zones de guerre mais ça ne résoudra jamais le problème.

    Un cataplasme sur une jambe de bois.

    Il ferait mieux de se consacrer à lutter contre les causes réelles de l’émigration de ces populations qui fuient les terres de leurs ancêtres car ils ne peuvent plus y vivre.

    N’oubliez jamais que le café ou le cacao (ou le thé) que vous con-sommez chaque matin provient de pays dans lesquels les cultures vivrières ont été remplacées par la force par ces « ressources » exportables au détriment de la population.

    Et il en va de même pour toutes les autres « ressources » qui font l’objet d’une lutte sans merci pour leur contrôle (métaux, énergies fossiles, etc…) qui sont une véritable malédiction pour les populations locales contraintes de fuir les terres de leurs ancêtres.

    Qu’on cesse de se voiler la face, la cause de ces drames humains n’est pas la misère que les migrants subissent en arrivant dans « l’eldorado ».

    La cause est bel et bien la soif injustifiée de « confort » et de « modernité » qui pousse la population des « pays développés » à courir après leur nez dans un marathon con-sumériste qui ne profite en fait qu’à quelques ploutocrates qui se gavent sur la misère des autres.

    Si déjà ces population pouvaient en premier lieu choisir librement de ce qu’elles peuvent faire de leur territoire (qui leur appartient depuis des générations), croyez-vous que vous pourriez aussi facilement con-sommer des produits « luxueux » (par rapport à la misère engendrée) ?

    Et je ne parle pas bien sûr des espèces animales et végétales qui étaient là bien avant que l’humanité n’existe et qui n’ont même pas la possibilité de se réfugier ailleurs.

    • LibEgaFra // 13.01.2021 à 14h40

      « N’oubliez jamais que le café ou le cacao (ou le thé) que vous con-sommez chaque matin provient de pays dans lesquels les cultures vivrières ont été remplacées par la force par ces « ressources » exportables au détriment de la population. »

      Eh oui! Les terres du sud nourrissent les populations du nord (cultures d’exportation) alors que ces populations ont besoin de cultures vivrières pour assurer leur indépendance.

  • Anatole // 13.01.2021 à 12h45

    Ce qu’il y a d’étrange chez ses gens, en dehors de leur empathie qui peut être tout à fait sincère, c’est leur humanisme à géométrie variable, et leur goût de la défiance des simples lois de la République (respecter les frontières).
    Ce sont les agents, volontaires ou non, d’une grande confusion, entre sentiments et loi, humanisme et le plus débridé des capitalismes no-boarder (Gyorgy Soros). Ils ne sont pas mauvais pour ce qu’ils font concrètement, aider des gens qui en ont réellement besoin, mais parce qu’ils créent une « cause » de manière artificielle et utilise la morale là où il n’y a que les calculs froids d’un système qui préfère importer ses travailleurs que traiter normalement ceux qu’il a déjà à la maison. Ce genre de perversion des valeurs morales est peut-être pire que l’absence de morale.

    • placide // 16.01.2021 à 07h30

      Ce monsieur fait partie des allumés qui se prennent pour des lumières.

  • Supernovae // 13.01.2021 à 13h36

    Cédric Herrou a mis en lumière l’hypocrisie de ce système.
    @Cyd, je doute que vous ayiez vu cette interview qui fout un coup de projecteur sur les malversations de l’État, son viol de la loi permanent, et sur les mensonges du roman national de « l’accueil ».
    Il y a ce problème en France, du filtre moraliste, et de la mise à distance des phénomènes. Ainsi, un migrant, que ce mot seul suffit à essentialiser et déshumaniser, est vu comme un Saint, tant qu’il ne touche pas notre territoire.

    Pour les autres, perso je n’étais pas chaud pour regarder cette interview, mais il faut ressentir comme une nécessité, le fait de sortir de sa bulle de confort, afin de confronter nos a-priori.
    Il y a l’image médiatique de Cédric Herrou, et il y a ce qu’il dit, fait, vécu. C’est aux antipodes et regarder cette interview est salutaire.

  • Saïd Herta // 13.01.2021 à 13h39

    Ce que révèle surtout cette entrevue , c’est la schizophrénie de nos politiques.
    D’un côté, ils ne font quasiment rien pour éviter les départs des pays d’origine voir en rajoutent (bon boulot, mamie Merkel vous accueille etc…), souvent pour contenter les acteurs économiques fort heureux de trouver des bras à très bas prix et sans aucune protection sociale.
    De l’autre on a les mêmes politiques prêts à tout pour défendre « nos valeurs » , en quasi croisade face aux cultures différentes que leurs politiques du premier paragraphe importent en masse. Après tout, il faut bien que les gogos vautent pour vous et quoi de mieux que la peur de la différence pour rassembler les moutons entre eux. Donc on envoie du flic vider la mer à la petite cuillère (particulièrement efficient) et traquer des humains comme des bêtes dans toutes les marches de France … pour les y laisser , qui plus est dans la merde , au final.
    La seule chose que ça démontre, c’est le niveau d’amoralité de nos politiques. Soit on ferme , soit on ouvre , le « en même temps » en matière d’immigration ça ne démontre qu’une chose : le manque patent de burnes des mecs qui sont en charge. Perso j’aime pas trop Orban , mais pour le coup au moins le mec est clean ; il a pas besoin comme angie de réfugiés par milliers pour bosser à pas chèr chez VW : il ferme.

    • X // 13.01.2021 à 14h16

      Êtes-vous sur que les migrants non qualifiés (d’Afrique sub-Saharienne notamment) soient véritablement « réclamés » par les « capitalistes »?
      On est dans une dynamique de désindustrialisation des territoires européens et de remplacement de la main-d’oeuvre humaine par la robotisation. Personne n’a besoin de ces gens désespérés qui quittent leur patrie (et dont personne, d’ailleurs, à part certains extrémistes ne nie la tragédie personnelle).
      Les politiques ne maîtrisent pas la situation, ils font du court terme. Ils ne sont pas spécialement cyniques; ils font « avec », en essayant de naviguer à vue entre « nos valeurs » et la réalité.
      Ce que cette situation dévoile, c’est la contradiction interne et l’inadaptation profonde de « nos valeurs » à la réalité du monde tel qu’il est (tel qu’il est devenu).
      Dans pareille situation, en général, ce sont les anciennes « valeurs » qui sautent et la réalité qui impose de nouvelles valeurs.
      L’humanisme, cette vieille valeur, est en transition si vous voyez ce que je veux dire.

      • LibEgaFra // 13.01.2021 à 15h24

        « Êtes-vous sur que les migrants non qualifiés (d’Afrique sub-Saharienne notamment) soient véritablement « réclamés » par les « capitalistes »? »

        Oui, pression sur les salaires, main d’œuvre domestique corvéable, surtout si sans papier. Pas besoin de les payer au smic.

        Pourquoi donc croyez-vous que Merkel a ouvert les frontières, si ce n’est à la demande du patronat?

        • Patrick // 13.01.2021 à 22h12

          Pour Merkel, c’est raté . L’immense majorité des migrants qu’elle a laissé entrer sont inemployables, comme ceux que l’on récupère en France.
          Il y a bien des petits boulots comme faire la plonge pour pas cher dans les petits resto, ça permet de maintenir les prix pas trop élevés, ou livrer des repas. Les bobos ont besoin de leurs esclaves.

        • Gérard // 13.01.2021 à 23h13

          L’analyse de Castelnau (ce n’est pas un maître à penser, mais il faut lui rendre ce qu’il a suggéré le 1ier, que je ne comprenais pas, avant d’ouvrir les yeux): la petite bourgeoisie urbaine bien pensante a besoin d’un sous-prolétariat pour maintenir, à coût supportable, son niveau de vie – i.e. jouir d’un confort bourgeois avec serviteurs sous-payés.
          Regardons qui désinfecte nos trains de banlieue ou passe l’aspirateur dans nos TGV, qui nettoie nos chiottes et nos bureaux la nuit, nos halls d’immeuble le jour, qui livre nos pizzas pour uber eats (avec des comptes sous-loués à un « légal »), qui fait la plonge dans les restaus, la ronde de nuit autour des entrepôts, la promenade à nos gosses, qui sort et ramasse nos poubelles évidemment, qui passe le balai sur le chantier, ramasse les fraises, etc. Le libéral dira que tout le monde y trouve son compte; le socialiste qu’il faut protéger leurs droits et les payer dignement (incapable d’analyser la mécanique générale du capitalisme, la mécanique fine de l’exploitation pour 1/3 du SMIC, la sociologie des jouisseurs d’exploitation du sous-prolétariat que sont les bobos, hipsters, et autres).
          Evidemment, si on se mettait à traiter dignement – salaires et droits – ces esclaves des temps modernes (car ils sont aussi, enchaînés à des maîtres qui ont la même couleur de peau qu’eux, et leur ont prélevé des milliers d’euros pour les accompagner jusqu’ici), nos boîtes devraient nous payer moins, tandis que tous nos petits luxes nous seraient bien + onéreux.
          Herrou, humaniste et idiot utile du système

  • Eloi // 13.01.2021 à 14h07

    Un, il n’a pas choisi ce combat militant, mais a fait un choix dans son quotidien, politique comme tout choix quotidien, d’accueillir les gens… qui passent chez lui ! Il ne prétend rien de plus. Deuxièmement, oui, la suite de la vie de ces personnes n’est pas entièrement « sauvée » par Mr Herrou. Que font les autres être humains croisant ces personnes ? Je lis beaucoup de beaux parleurs sur ces commentaires. Faut qu’on… Y a qu’à…
    Mr Herrou résout les questions, tout au moins le tente-t-il, et les difficultés que la vie lui met sur sa route. Modestement, humblement. Humainement. Il n’a jamais prétendu révolutionner le système. Et pourtant, grâce à lui, le mot Fraternité résonne un peu plus dans le corpus de nos lois. Sans dire que cela va régler la question.
    Et vous ?

    • konrad // 14.01.2021 à 06h26

      Merci Eloi de remettre en perspective ce que fait Herrou. Dans le flot d’intervention, qui m’inquiète un peu, je me dis qu’il y a encore des raisons d’espérer, quand bien même la « dérive des continents » parait inarrêtable.

    • Freddi // 14.01.2021 à 09h46

      Bonjour,
      Complètement d’accord.
      Certains commentaires intellectuels tuent la générosité et l’empathie.
      Quand bien même je comprends l’hypocrisie et le cynisme de nos gouvernants, moi si je vois passer devant chez moi des personnes qui se sont défoncés pour quitter leurs pays détruits par le FMI et consorts, je les aide. Point barre.
      Cela s’appelle de l’assistance à personne en danger. Sinon quoi? Je les laisse crever parce que je suis contre le capitalisme ?
      Et notre humanité, elle est où ?

  • Suzanne // 14.01.2021 à 11h03

    Je pense que les commentaires qui dézinguent Cédric Herrou n’ont pas regardé l’entrevue ni écouté ce qu’il a dit, développé, expliqué, dans cette entrevue. On devrait s’interdire cela, commenter sans avoir écouté. Je dis ça parce que je ne le connaissais pas, je ne savais pas trop quoi penser, et je l’ai écouté. Cédric Herrou est très, très convaincant. Modeste, se sentant impuissant, mais révolté contre le systématisme du hors la loi chez ceux qui seraient censés la représenter, la loi. C’est un simple individu situé par hasard ou par destin dans un endroit charnière, la Roya, cette vallée frontalière si particulière. Et il agit comme il peut, modestement, au cas par cas, selon ses principes humains. Tous ceux qui y voient autre chose se trompent, je pense. Il est un exemple parfait de comment la médiatisation, d’un côté comme de l’autre, peut mentir et transformer l’image de quelqu’un qui a juste vu passer des gens sur sa route, et a fait ce qu’il a pu. Merci, beaucoup, à lui.

    • Alfred // 14.01.2021 à 13h10

      J’avais fais deux commentaires plutot positif sur Cédric Herrou bien qu’il soit un adversaire politique à mes yeux mais ils ont été supprimés. Comme s’il fallait absolument rester manichéen. Herrou vaut mieux que bien d’autres à gauche car justement il a quitté l’idéologie pour le réel.

    • X // 14.01.2021 à 13h13

      « comment la médiatisation, d’un côté comme de l’autre, peut mentir et transformer l’image de quelqu’un » .Et comment la médiatisation de certains commentaires peut modifier le regard que l’on porte sur cette personne à la lecture d’un fil. Il y a eu des commentaires de gens qui avaient vu la vidéo et qui n’avaient pas le même point de vue que vous. Mais forcément, vous n’avez pas pu les lire.
      On devrait s’interdire de consulter les médias qui ont de telles pratiques tout en les déplorant par ailleurs.

  • Rémi // 14.01.2021 à 13h04

     » Partout où nécessité fait loi  »

    Avec l’argent et le travail des autres.
    Vous ne verrez jamais un artisan, qui subit et finance le système, passer des clandestins. C’est le luxe des rentiers de l’impôt comme M. Herrou.

    • juju77 // 16.01.2021 à 12h34

      « luxe des rentiers de l’impot comme M. Herrou » .. c’est de la diffamation ou alors vous avez des sources d’informations réelles ?

  • Eloi // 14.01.2021 à 13h05

    Avez-vous aidé des centaines de personnes, ne serait-ce que 5 min ? Et il faudrait, lorsque l’on aide quelqu’un une fois, suivre cette personne à vie ?… Non mais franchement, quelle arrogance.
    Et oui, certains vont peut-être mourrir à Paris et ailleurs. Et non, tous ne vont pas mourrir à Paris ou ailleurs, la vie est pleine de surprises, bonnes, mauvaises. Mais quel vision déterministe avez-vous là. Et quelle vue théorique de la vie aussi.
    Mais ne faites rien très bien. A quoi bon après tout.
    Pfff. Vous m’exaspérez.

  • calahan // 14.01.2021 à 14h06

    Qui ne proposerait pas son aide à des personnes affaiblies qui passent devant la porte ?

    Heureusement, la plupart le font sans aucune publicité.

  • Monsieur Jadis // 16.01.2021 à 08h18

    J’ai beaucoup de mal à considérer ce Monsieur comme un humaniste. Il aide quelques personnes à passer en France, c’est gentil, mais c’est irresponsable. Pourquoi ces personnes en particulier? Parce qu’elles le méritent après tout le périple qu’elles ont enduré ? Elles ont pris le risque de se noyer, de se faire torturer par les passeurs lybiens, donc ok, ticket gagnant? Pourquoi pas les autres ? Pourquoi on n’irait pas chercher absolument tous les Africains par avion cargo pour les ramener en Europe, alors? Ça leur epargnerait bien des risques…vider un continent de ces habitants parce qu’on considérerait que c’est un continent définitivement miteux et impossible à développer, c’est présupposer que la seule façon de s’épanouir et de prosperer, ce
    serait de devenir occidental. Ce qui est quand même un peu raciste, premièrement. Et vider un continent de ses forces vives pour les faire trimer illégalement ou vivoter sous les ponts (et quelques asso solidaires où ils plantent des choux…), c’est délétère aussi bien pour les migrants que pour les européens, dont les salaires baissent mécaniquement. Cédric Harrou n’a pas la moindre conscience qu’il est un idiot utile du Système, un maillon solide de la paupérisation et du cynisme en marche, mais comme il est auréolé de sa propre bienveillance, son cerveau finit par en être étouffé. L’enfer est pavé de bonnes intentions, décidément.

    • juju77 // 16.01.2021 à 12h35

      manifestement vous n’avez pas écouter cette interview et vous ne vous êtes pas intéressé a ce sujet.

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications