Les Crises Les Crises
29.novembre.201529.11.2015 // Les Crises

La Libye, prochain objectif de Daech

Merci 2
J'envoie

In memoriam, 2011 :


L’État islamique utilise la France comme un leurre Par Jacques Benillouche

Source : Slate, Jacques Benillouche 24-11-2015

Benghazi, le 7 juillet 2015 I REUTERS/Stringer

Pour Daech, le vrai combat se déroule en Libye, où elle mobilise aujourd’hui une bonne partie de ses troupes.

L’État islamique n’est pas parvenu au sommet des organisations terroristes islamistes par défaut. Son théoricien, Abou Moussab Al-Souri, et l’adepte qui s’est inspiré de son idéologie, Abou Bakr al-Baghdadi, ont été les artisans de l’implantation au niveau international de ce qui était à l’origine un petit mouvement islamiste concurrent d’Al-Qaïda. La réussite de Daech résulte d’une stratégie patiemment élaborée. Le groupe État islamique s’intéresse peu aux pays occidentaux, sauf pour faire diversion. Son objectif principal consiste à islamiser les pays musulmans, en particulier les pays faibles ou en phase de décomposition.

Les experts israéliens sont convaincus que les attentats de Paris tendent à détourner l’attention des Occidentaux sur ce qui se trame en Libye depuis quelques mois. Ils lui servent aussi de vecteurs de publicité pour attirer à lui de nouveaux candidats au djihad à la recherche d’un idéal ou d’aventures sanglantes. Les terroristes éliminés en France, très dangereux parce qu’incontrôlables, sont cependant des petits délinquants à la kalachnikov facile. Ils représentent des troisièmes couteaux suffisamment fous, hâbleurs et habiles pour occuper l’espace médiatique tandis que les vrais chefs expérimentés, issus de l’armée et des services de sécurité de Saddam Hussein, sont aux commandes. D’ailleurs, les tueurs de Paris ont montré leurs limites et leur manque d’expérience puisqu’ils ont laissé des traces qui ont mené la police vers leur refuge. Leur maladresse a permis d’épargner le Stade de France avec ses 80.000 spectateurs.

Créer les structures d’un État

La diversion semble fonctionner. Les djihadistes ont d’abord attaqué les centres-villes de la Libye pour mobiliser les dirigeants locaux tandis que la périphérie devenait une proie facile. La deuxième phase consiste à se lancer dans des massacres d’une rare sauvagerie pour forcer les populations à rejoindre les djihadistes en croyant qu’ils sont ainsi les seuls à rétablir la paix civile face à des gouvernements locaux qui ont échoué. La cruauté n’est pas gratuite mais efficace pour mener à la victoire. Les djihadistes utilisent ensuite leurs techniques barbares en Libye pour asservir les récalcitrants en décapitant et en accrochant à des croix douze combattants locaux, dont des salafistes, qui voulaient les déloger de Syrte. L’exemple marque; les civils tremblent et les moins téméraires se rallient en nombre.

Daech recherche, enfin, le rétablissement du califat qui prône le rejet de la démocratie, du nationalisme et de l’Occident. Fondé sur un islam rigoriste, il pourra alors s’installer dans la durée en créant les structures d’un État qui s’appuie sur de nouveaux juges et une nouvelle police. En contrepartie, il organise la vie sociale et les aides à une population soumise par la force et qui, de toute façon, se contente de dons matériels à défaut de liberté. Cependant, les dirigeants occidentaux parlent de démonstration de force pour détruire Daech en faisant allusion à la Syrie et à l’Irak envahie par les djihadistes. Mais ils négligent l’impact des filiales autonomes de l’État islamique installées au Yémen, dans la péninsule du Sinaï, et en Algérie même, faisant d’ailleurs concurrence à Al-Qaïda qui perd de plus en plus de son influence.

La plaque tournante du djihadisme mondial

En Libye, trois provinces ont déjà été envahies par des combattants aguerris qui n’ont rien à voir avec les «petites frappes» de Paris. En fait, l’État islamique profite des divisions politiques et du chaos généralisé pour renforcer sa présence à l’est et à l’ouest du pays. Un an après l’allégeance d’un petit groupe islamiste libyen au «califat», les djihadistes sont à présent bien implantés. Ils représentent les nouvelles structures d’un État qui a disparu dans les décombres de la guerre civile. Les arsenaux de Kadhafi, dont il reste encore quelques fusils à roquette, aident les terroristes dans leur conquête.

L’Occident considère que cette avance irrémédiable est neutralisée par les combats entre factions rivales. Or, Daech puise auprès de combattants désarçonnés un nouveau vivier de jeunes subjugués par sa réussite qui fait la une des medias internationaux. Les groupes islamistes concurrents se vident alors de leurs meilleurs éléments qui rejoignent les vainqueurs.

Daech contrôle Syrte et une grande partie de la côte-est. Cette ville côtière, qui comptait 75.000 habitants et où était né Kadhafi, est aux mains de Daech depuis juin. Il a réussi à diviser la ville de Benghazi en se substituant aux autres groupes extrémistes. D’ailleurs, l’État islamique conforte son implantation dans le pays en y envoyant toutes ses nouvelles recrues étrangères venant de Syrie et d’Irak. La Libye devient la plaque tournante du djihadisme mondial dans l’indifférence totale de l’Occident. Il dispose d’une forte capacité de nuisance auprès du monde musulman, tout en étant à quelques centaines de kilomètres de l’Europe. Si ce monde explose ou se décompose, les conséquences rejailliront sur tout le continent européen, sans compter l’envoi de terroristes déguisés en migrants qui affluent pour constituer la cinquième colonne. Daech a compris que celui qui contrôle les côtes libyennes contrôlera en fait le flux migratoire vers l’Occident.

Ne pas répéter l’abandon kurde

Mais l’Europe ne sera que secondairement touchée. Daech utilisera la tête de pont libyenne pour menacer les pays voisins faibles comme la Tunisie et d’une certaine manière l’Algérie. D’ailleurs, il est déjà établi que les terroristes qui ont attaqué les centres touristiques tunisiens ont été formés en Libye, dans les camps djihadistes. L’Occident, s’il le décide, n’a qu’un seul moyen pour freiner l’expansion en Libye en soutenant les nombreuses tribus qui constituaient jadis l’ossature du régime de Kadhafi. Elles ne sont pas prêtes à abandonner leur mainmise sur les zones dont elles ont le contrôle. Cette structure clanique, qui a freiné l’unité du pays, est la seule aujourd’hui qui pourrait s’opposer à l’État islamique pour l’instant rejeté.

Mais encore faut-il que l’Occident se comporte mieux qu’avec les Kurdes qu’il a abandonnés alors qu’ils étaient les seuls à occasionner des pertes sévères aux djihadistes. Les tribus libyennes ont beaucoup appris du déroulement des faits en Syrie. Ils veulent à présent protéger avec toute leur énergie les puits de pétrole pour empêcher le financement des troupes de Daech. Seul le chaos en Libye pourrait servir de catalyseur à l’État islamique pour s’emparer du pays à moins que les Occidentaux n’aident ces tribus par des frappes aériennes plus nombreuses et plus ciblées. Mais pour l’instant les Rafale visent les bases de Daech en Syrie en occasionnant peu de pertes puisqu’elles sont toutes souterraines.

Plus de 5.000 combattants

Les Américains, qui se sont brusquement réveillés de leur léthargie, ont bien lancé le 13 novembre 2015 un raid aérien contre Daech, à Derna dans l’Est-libyen, qui a permis d’éliminer le chef local de l’État islamique, l’irakien Wissam Najm al-Zoubaïdi (Abou Nabil), ancien membre d’Al-Qaïda. Mais l’effet est temporaire. Sa mort va certes réduire la capacité de l’organisation à procéder en Libye au recrutement de nouveaux membres, à la création de nouvelles bases et à la planification d’attentats à l’extérieur. Mais cela ne dissuadera pas l’implantation de Daech en Libye puisque les rangs des djihadistes, qui ne cessent de grossir, compteraient aujourd’hui plus de 5.000 hommes, avec des combattants étrangers venus de Tunisie, du Soudan et du Yémen.

Un rapport de l’ONU du 16 novembre 2015 précise que «des groupes armés ayant prêté allégeance à Daech ont pris le contrôle et consolidé leur emprise sur des portions du territoire libyen commettant des abus graves dont des exécutions sommaires sur la base de leur religion». Un proverbe tunisien de circonstance prétend que «ne ressent la brûlure de la braise que celui qui marche dessus». La brûlure n’a pas encore atteint les Occidentaux.

Jacques Benillouche

Source : Slate, Jacques Benillouche 24-11-2015

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Charles Michael // 29.11.2015 à 08h25

Je m’indigne de la représentation de BHL en Tintin,

en fait Hergé dans son excellent Lotus Bleu nous raconte une des plus grosses opération sous fausse bannière (false flag) en Manchourie organisée par la Japon.

BHL serait donc bien mieux illustré en Mitsuhirato, le manipulateur du poisson qui rend fou.

12 réactions et commentaires

  • Subotai // 29.11.2015 à 04h51

    Que dire de plus?!
    Ce Monsieur explicite ce que je dis depuis des mois.
    DAESH = révolte de la décadence musulmane
    Objectif Califat = La Mecque
    Moyen = Rassembler les musulmans déboussolés par 15 ans de destructions en s’emparant des états en déliquescence et en les restructurant.

    Les piqures d’aiguilles des bombardements et le soutient aux Saoud ne ralentissent même pas son développement.
    L’arrêt du soutient au Saoud est primordial. Laisser DESH s’occuper de Riyad.

    Les Russes pourrait réussir à verrouiller leur espace sud en rétablissant la Syrie dans sa souveraineté. Puis ça serait les Kurdes (suivant comment la Turquie agirait) et/ou l’Irak.
    La ceinture d’alliés à tendance Chiite servirait de tampon. La Turquie devrait se réaligner rapidement pour ne pas se retrouver isolée entre l’Europe et l’Orient.
    Tout ça c’est ce qui se passerait au mieux pour tous si les Marchants de canons et les Puissants ne continuaient pas à essayer de maintenir leurs privilèges et souhaiter le Déluge pour les autres.

    Mais le plus probable est que l’incendie que pourrait contrôler la Russie et la Chine (faut pas l’oublier celle là) au Machrek repartira de plus belle au Maghreb. Et comme dit l’auteur de l’article, c’est encore plus près de chez nous.
    Donc, l’Etat islamique à la longue finira certainement par atteindre son objectif, mais les dégâts collatéraux par chez nous et en “Occident” en général seront à la mesure de la résistance à l’effondrement des Pays du Golfe, donc du soutient que nous seront en mesure d’offrir au Potentats en place.
    Bref, pessimiste, vu les cons qui dirigent le “monde libre” 🙁 .

    PS: L’émotion est à son comble devant les carnages et massacres, mais en réalité, ça ne compte que pour la propagande, dans le jeu des Trônes.
    Tout le monde s’embrasse à pleine bouche en jurant de ne pas recommencer, quand la paix et équilibre revient; jusqu’à ce que deux ou trois générations plus tard, il y en a qui, à nouveau, se croient plus forts que tout monde…

      +22

    Alerter
  • LBSSO // 29.11.2015 à 07h49

    C’est une excellente initiative que de publier ce billet sur la Libye.
    Les bombardements en Syrie risquent d’avoir la même efficacité sur la mouvance Daesch que lorsqu’il m’arrive de faire la poussière : on ne fait que la déplacer.
    Ceci dit, il semble que l’état islamique ne pourra pas trouver les mêmes relais sociaux et tribaux qu’en Syrie.Il n’en sera pas pour autant moins dangereux dans les mois qui viennent.

    Sur la complexité de la situation locale ,par exemple: http://www.monde-diplomatique.fr/2015/04/HAIMZADEH/52840 de Patrick Haimzadeh ancien diplomate français à Tripoli (2001-2004)

      +10

    Alerter
  • Charles Michael // 29.11.2015 à 08h25

    Je m’indigne de la représentation de BHL en Tintin,

    en fait Hergé dans son excellent Lotus Bleu nous raconte une des plus grosses opération sous fausse bannière (false flag) en Manchourie organisée par la Japon.

    BHL serait donc bien mieux illustré en Mitsuhirato, le manipulateur du poisson qui rend fou.

      +26

    Alerter
    • triari // 29.11.2015 à 17h04

      À part que Mitsuhrato, qui tient le mauvais rôle, certes, se bat (de façon déloyale) pour son pays et que lorsque ses plans sont éventés par Tintin, lui, a au moins l’honneur et la décence de se faire hara-kiri à la fin du Lotus Bleu (la bédé)…il se suicide lorsqu’il est vaincu ou que l’on met au grand jour toute sa duplicité. Pensez-vous BHL capable de faire pareil ? Non, bien-sûr ! Après la Bosnie, l’Irak, puis la Libye…et une fois ce pays en cendres, on passe à l’Ukraine, puis à la Syrie, etc., etc.

      Il est un peu le Attila de l’occident contemporain : là où il passe l’herbe ne repousse plus.

        +14

      Alerter
  • AUSEUR Robert // 29.11.2015 à 10h25

    Oui ! bien bel article , qui nous éclaire beaucoups ? Nous ne sentons pas bien les positionnements des celles et ceux-ces qui sont en charge de conduite de la politique ! (même chez nous)
    De la même manière : Je ne crois pas les écologistes seuls coupables de créer la misère , dans notre pays ……? Mais seuls les morts provoqués par les manquements aux équilibres écologiques semble les intéresser …….? Les morts(es) par la culture de la misère , de + en + prononcée (pas pour elles et eux ? ) ne les intéressent pas …..Les partenaires dits sociaux , grands responsables de ces hiérarchisations galoppantes = GRANDS(es) artisants de ce désastre !
    Nous ne voyons aucune formation politique susceptible d’apporter les réponses propre au ; Liberté , Egalité , Fraternité ……Sauf ……? peut-être le front de gauche , qui semble porter intérêts à la France d’en bas …..= 55 %
    Rappelons que seuls ? = 46 % de la population se déplace pour voter

      +5

    Alerter
  • bluetonga // 29.11.2015 à 10h40

    Effectivement, on peut se poser la question du parrainage de Daesh. Nous savons désormais clairement qui sont les pourvoyeurs de fonds et de logistique (incluant la formation militaire) de l’état jihadiste, il serait donc totalement surprenant que ces bonnes fées ne participent pas davantage à la réflexion stratégique, opératique de leur poulain.

    Personnellement, je persiste à voir dans l’EI une création volontaire des néoconservateurs américains et de leurs véritables mentors et théoriciens géopolitiques, les ultranationalistes israéliens (recrutant au passage Erdogan et monarques du Golfe, intéressés et indispensables pour mobiliser la masse sunnite autour du projet).

    Je ne prétends pas que les marionnettistes contrôlent parfaitement leurs marionnettes, et ce d’autant plus que les malfaiteurs qui participent de cette association ont leurs intérêts propres et divergences occasionnelles. Mais j’imagine mal une mobilisation spontanée de penseurs islamistes issus de la totalité du monde musulman, capables de rassembler les ressources intellectuelles et matérielles pour créer ex nihilo un empire expansionniste menaçant à terme la planète. D’autant plus que Daesh, s’il prétend survivre en tant que nation, califat ou empire, devra se réconcilier avec la modernité. Ils n’ont, et ne risquent pas, de créer de grands chercheurs, de grands techniciens, de grands industriels susceptibles de pérenniser leur “civilisation”. Ils seront toujours dépendants de nations “antidaesh”. C’est la raison pour laquelle je ne pense pas qu’ils constituent à terme une menace réelle pour l’occident. Coupez-leur leurs approvisionnements, ils s’effondrent d’eux même.

    Bref, je trouve l’article intéressant dans la mesure où il nous informe d’un autre front en train de germer (fraîchement labouré par les occidentaux, dont la France), sur l’imbibition islamiste d’un pourtour méditerranéen étendu, rendu poreux par une succession de regime changes et chaos organisés. Mais ce genre de compte-rendu, focalisé uniquement sur les islamistes, traite des acteurs et de leur jeu, aucunement du scénario ou de la mise en scène.

      +18

    Alerter
  • Astatruc // 29.11.2015 à 10h41

    Bonjour,
    Une petite chose me chagrine:”D’ailleurs, les tueurs de Paris ont montré leurs limites et leur manque d’expérience puisqu’ils ont laissé des traces qui ont mené la police vers leur refuge. Leur maladresse a permis d’épargner le Stade de France avec ses 80.000 spectateurs.”

    Il me semble que c’est faux.et apparemment, les kamikases n’avaient pas assez de “mathos” pour mettre en danger 80 000 personnes.De plus, leur geste semble encore incompréhensible.
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/attentats-le-mystere-du-stade-de-france-16-11-2015-5280995.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr
    Oui, bon, je pinaille mais le diable se cache dans les détails.

      +12

    Alerter
    • Raul Kahnn-Hullard // 30.11.2015 à 13h17

      Avec “juste ” 3 kamikazes, ils comptaient sur l’effet de panique et le mouvement de foule (écrasement étouffement) qui produit beaucoup plus de dégats surtout si les explosions sont triangulés décalés dans le temps:CAD empèchant toute vision d’échapatoire à la foule .
      Dans un lieu confiné, les mouvements rapides et chaotiques d’une masse humaine affolée est une arme redoutable.
      Confers le pont de Jamarat, à Minala près de la Mecque au moins 700 morts officels pour une ….. bousculade.

        +0

      Alerter
  • parisien // 29.11.2015 à 14h07

    Eh bien, allons-y : si ce texte dit vrai, faisons ces frappes aériennes en bonne intelligence avec ces tribus kadhafistes.

    Mais pas d’intervention au sol d’occidentaux car cela donnerait “raison” aux djihadistes dans leurs délires “contre les mécréants croisés”

      +0

    Alerter
  • Gibbs // 30.11.2015 à 09h04

    Si je comprends bien : ouvrons un autre front et bombardons.
    Quand nous nous rendrons compte que cela n’ est pas assez efficace nous enverrons des hommes au sol… et quelque temps plus tard devant l impasse nous appellerons a des négociations avec tout ces gens ! Les exemples sont tellement nombreux.
    Moi je propose de faire le chemin inverse pour une foi, commençons par négocier et que l’ONU serve a quelle chose pour une fois !

      +0

    Alerter
  • Raul Kahnn-Hullard // 30.11.2015 à 11h42

    DAESH est une nébuleuse, une boite à outils. Une sorte de société internationale.
    Avec tous les services inhérents: Logistique, finance, communication, commerciaux recrutement et évidement les forces vives agissantes, ces derniers sont dailleurs largement rétribués.
    Ce n’est pas une structure hiérarchisée, il n’y a donc pas de séquentialité dans ses actions.
    Toutes les opé sont menées de front. Le Liban est aussi une des cibles prioritaires.
    Si la Russie s’embourbe dans ce guêpier, chronophage et ruineux, elle ne pourra que très mal protéger ses nouveaux intérets en arctique.
    L’abandon aussi désinvolte de la suprématie des USA sur le Middle east n’est pas une bonne nouvelle pour leurs “amis” du Quincy.

      +2

    Alerter
  • dugesclin // 30.11.2015 à 14h46

    Ci-après un extrait de “Spécial Investigation” présenté par Stéphane Haument sur “Canal+” en 2012.
    Mais je voudrais faire une remarque :
    “La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentant” ; c’est le fondement du notre constitution dont le principe est “gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple”.
    Il s’avère qu’il y a une dérive puisque nos représentants agissent sans informer le peuple souverain.
    Il faut absolument, compléter la constitution pour instaurer un contrôle populaire permanent du gouvernement et des médias. Pourquoi pas une commission composée de citoyens tirés au sort, renouvelés fréquemment. Cette commission aurait les pleins pouvoirs pour effectuer un contrôle permanent et appeler au référendum, si nécessaire.
    http://www.tunisie-secret.com/Enfin-la-verite-sur-le-printemps-arabe-Video_a326.html

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications