Les Crises Les Crises
25.avril.201825.4.2018 // Les Crises

“L’agent chimique de l’attaque de Salisbury peut être produit par n’importe quel État”, dit le chef de l’OIAC

Merci 295
J'envoie

On s’en doutait, mais ça va mieux en le disant…

Source : Russia Today, 24-04-2018

L’agent chimique de l’attaque de Salisbury peut être produit par n’importe quel État, même les États-Unis, dit le chef de l’OIAC à ceux qui appellent pour faire un canular

Un policier monte la garde devant le domicile de l’ancien officier de renseignement militaire russe Sergei Skripal, à Salisbury, en Grande-Bretagne, le 8 mars 2018. Peter Nicholls / Reuters

Un agent neurotoxique utilisé dans l’attaque sur l’ancien agent double Sergei Skripal et sa fille peut être produit par n’importe quel pays, y compris les États-Unis, a déclaré Ahmet Uzumcu, chef de l’OIAC, à des farceurs russes, qui l’ont appelé en se faisant passer pour le Premier ministre polonais.

Uzumcu est devenu une nouvelle cible pour le célèbre duo Vovan et Lexus (Vladimir Kuznetsov et Alexey Stolyarov), qui a déjà fait des farces à des personnalités internationales telles que l’envoyé américain à l’ONU Nikki Haley, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

Les comédiens ont posté sur YouTube, lundi, ce qu’ils ont dit être leur canular téléphonique avec le Directeur général de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques. Ils se sont présentés en tant que Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, pour s’adresser au chef de l’organisme international de surveillance des armes chimiques sur les attaques chimiques présumées au Royaume-Uni et en Syrie.

M. Uzumcu a pris le temps de répondre aux préoccupations de l’interlocuteur, qu’il croyait être le chef du gouvernement polonais, car la conversation a duré plus de 22 minutes. Il a dit aux farceurs que le mandat de son organisation ne prévoyait pas d’établir le lieu d’origine de la substance, que le Royaume-Uni prétend avoir été utilisé contre Sergei et Yulia Skripal à Salisbury le 4 mars.

Cependant, le chef de l’OIAC a fait remarquer que “selon nos experts, il peut être produit dans n’importe quel État”. Cela contredit les affirmations britanniques selon lesquelles la Russie peut être le seul coupable du fait que A-234 ou ‘Novitchok’ était un agent neurotoxique conçu par les Soviétiques.

«Selon nos experts, elle [la substance, ndlr] peut être produite dans n’importe quel pays. La Russie affirme que la substance a été produite dans un autre pays. Cela aussi peut être vrai mais les pays qui pourraient élaborer cette substance, pourraient le faire pour créer un antidote de cette substance. Dans ce cas-là, le développement de la substance n’est pas interdit [par l’OIAC ndlr] et il n’est pas obligatoire de nous mettre au courant »,

“Il peut donc être produit dans n’importe quel pays ?” ont précisé les farceurs , et Uzumcu a répondu : “En théorie – oui.” Lorsqu’on lui a demandé si les États-Unis auraient pu être la source du produit chimique de Salisbury, le directeur de l’OIAC a répondu : “Absolument”.

« Absolument, dans tous les pays où il y a des experts en chimie, parce que la substance qui a été utilisée, comme m’ont dit nos experts, est généralement accessible. C’est aussi le problème avec ce produit chimique toxique: le matériel pour la production de cette substance est accessible sans aucun obstacle. Néanmoins, nous avons besoin de spécialistes hautement qualifiés et d’un bon laboratoire »

Selon M. Uzumcu, l’A-234 peut être produit “dans n’importe quel pays où il y aurait une certaine expertise chimique. Le matériel utilisé – comme me l’ont dit nos experts – est accessible. C’est le problème auquel nous sommes confrontés avec ce produit chimique toxique.”

Les farceurs avaient également quelques questions à poser sur le gaz toxique présumé utilisé dans la banlieue de Damas à Douma le 7 avril. Les allégations non vérifiées d’une attaque chimique ont été exploitées par les États-Unis et leurs alliés pour justifier une frappe massive de missiles sur la Syrie, qui a été menée avant que les experts de l’OIAC ne soient en mesure d’arriver sur place pour leur enquête. Damas et Moscou ont nié les accusations, le ministère russe de la défense apportant la preuve que toute l’attaque de Douma a été fabriquée.

Uzumcu a déclaré que la Russie coopère avec les experts de l’OIAC, qui sont arrivés à Damas, disant qu”‘ils semblent disposés à soutenir le déploiement de l’équipe.” Il a également commenté les affirmations selon lesquelles les forces russes en Syrie auraient pu enlever du site les preuves de l’attaque alléguée afin de détourner l’accusation des autorités syriennes. “Il y a de telles spéculations. Nous avons entendu cela de la part de quelques pays et nous ne pouvons pas le vérifier”, a déclaré le chef de l’OIAC.

«Il semble qu’ils [les Russes, ndlr] veuillent nous aider à déployer [la mission de l’OIAC, ndlr] et veuillent assurer notre sécurité. Ils nous en ont informés officiellement. Nous espérons que dans les circonstances actuelles nous pourrons faire notre travail et accomplir la mission», a-t-il conclu.

Source : Russia Today, 24-04-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Ovuef2r // 25.04.2018 à 07h14

Le problème du novitchock c’est surtout qu’il n’était pas le seul produit retrouvé dans les prélèvements. Un autre, bz, a été retrouvé et ses effets sont plus semblables aux symptômes et à l’issue de cette histoire que ceux du novitchock.
En plus la concentration du novitchock retrouvé aurait été fatale aux Skripal qui seraient morts rapidement. C’est dans un rapport du laboratoire suisse où furent envoyé les échantillons. Rapport remis à l’OIAC qui n’a pas repris la présence du BZ. Mais comme ce sont les russes qui diffusent cette info on la retrouve peu (pas du tout) dans nos journaux..

20 réactions et commentaires

  • Pierre // 25.04.2018 à 06h45

    Chercher “le fabricant”, c’est regarder le doigt.

    Ce qui est important c’est que l’auteur du canular “Skripal” se soit plus que trahi à force d’en faire trop… c’est le Brexit..

      +5

    Alerter
  • Ovuef2r // 25.04.2018 à 07h14

    Le problème du novitchock c’est surtout qu’il n’était pas le seul produit retrouvé dans les prélèvements. Un autre, bz, a été retrouvé et ses effets sont plus semblables aux symptômes et à l’issue de cette histoire que ceux du novitchock.
    En plus la concentration du novitchock retrouvé aurait été fatale aux Skripal qui seraient morts rapidement. C’est dans un rapport du laboratoire suisse où furent envoyé les échantillons. Rapport remis à l’OIAC qui n’a pas repris la présence du BZ. Mais comme ce sont les russes qui diffusent cette info on la retrouve peu (pas du tout) dans nos journaux..

      +28

    Alerter
    • Vincent // 25.04.2018 à 12h08

      ce qui sous-entend que le gaz au moment de l’attaque aurait dû éradiquer également tout le quartier à 500 mètres à la ronde…cherchez l’erreur…

        +8

      Alerter
      • Soizic // 27.04.2018 à 03h46

        Le “Novitchok”, ou apparenté, n’est pas un gaz, mais une pommade, il ne se dissémine donc pas dans l’atmosphère.

          +0

        Alerter
        • Scytales // 01.05.2018 à 13h21

          Source ?

            +0

          Alerter
  • Eric83 // 25.04.2018 à 07h50

    Si l’on en croit l’article ci-dessous de l’agence Tass et les dires d’un diplomate russe, les US auraient fait breveter une arme chimique avec comme agent le “Novichok”…en 2015 :

    “Russia proves Novichok agent patented in US as a chemical weapon — OPCW envoy”

    According to the Russian diplomat, nerve agents like Novichok were not only produced but were even patented as a chemical weapon in the United States

    More:
    http://tass.com/politics/1000583

      +7

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 25.04.2018 à 07h56

    Grâce à ce “nouveau novitchok”, qui peut être fabriqué “n’importe où”, les personnes atteintes guérissent en quelques jours sans séquelles. Un nouveau novitchok beaucoup plus humain, sélectif, qui épargne les personnes qui se sont approchées et ne tue personne. C’est une nouvelle forme de “règlement de compte” plus humain.

      +26

    Alerter
  • Kiwixar // 25.04.2018 à 09h08

    Si “l’agent chimique de l’attaque de Salisbury peut être produit par n’importe quel État”, l’explication la plus plausible c’est que l’un d’eux soit coupable de l’avoir utilisé volontairement. Une autre explication possible, autre qu’un Etat commanditaire, c’est une utilisation privée, par exemple liée au dossier Steele/Trump.

    Ca fait pas mal de pistes à explorer avant de pointer le doigt sur le Kremlin. Par contre, si les échantillons ont été falsifiés (trop forte concentration), alors ça met le Royaume-Uni en tête de la liste des suspects. On se retrouve alors avec le même problème que le MH17 : une enquête menée par un/des pays de l’Otan.

      +15

    Alerter
    • Chris // 25.04.2018 à 16h08

      D’autant plus que les agents toxiques, Novitchok, réputés mortels, se volatilisent au bout de 3 jours. Or les prélèvements pour l’AIOC ne furent effectués que deux semaines plus tard.
      Que d’élucubrations !

        +4

      Alerter
  • moshedayan // 25.04.2018 à 12h19

    Faut pas rêver ! Theresa May n’a que faire de présenter des excuses. Elle est convaincue de ses accusations. Seules de lourdes conséquences économiques et politiques, du fait des sanctions contre la Russie, pousseront des adversaires politiques à la “débarquer” voire à demander une enquête pour revoir au plus vite un retour d’échanges économiques. Le Kremlin n’a plus que le choix de taper où ça fait mal aux Britanniques, tout en se méfiant d’une logique d’actions de guerre à partir des Etats baltes -le Royaume-uni se croit encore une grande puissance maritime et veut être le bras armé de l’OTAN dans la Baltique

      +3

    Alerter
  • smaksing // 25.04.2018 à 12h50

    Quelle est le degré de fiabilité de cet enregistrement sonore?
    Est ce qu’on est sur qu’il s’agit bien de M.Uzumcu?
    On a quand même affaire à des pros du canular…

      +2

    Alerter
    • Catherine // 25.04.2018 à 14h28

      C’est aux gens concernés, en l’occurence Mr Uzumcu, à le dire.
      Qui ne dit mot consent.

        +4

      Alerter
    • medmed // 25.04.2018 à 15h54

      hein ?
      Si ce canular avait été monté de toute pièce, dans l’heure qui suit, tous les médias dominants auraient accusé le Kremlin de déstabilisation mondiale..
      Tu peux pas avoir de meilleur preuve que le silence de ces médias dominants a l’affut de la moindre erreur des russes pour leur cracher a la gueule…

        +7

      Alerter
  • Catherine // 25.04.2018 à 14h25

    J’espère que le journal qui s’est assigné le rôle de débusqueur de fausses nouvelles va relayer, sinon ce sera encore un mensonge, une fausse nouvelle, par omission.

      +7

    Alerter
  • BertrandK // 25.04.2018 à 22h40

    Ca ne semble pas vraiment nouveau, l’OIAC s’est toujours limitée à dire que le poison pourrait être produit dans n’importe quel pays disposant d’une expertise suffisante. C’est aussi le point de vue de plusieurs scientifiques. Une info relayée par… les décodeurs eux-mêmes il y a un mois (!) — http://mobile.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/03/13/novitchok-un-poison-sovietique-a-l-histoire-sulfureuse-utilise-contre-l-agent-double-russe_5270254_4355770.html

      +0

    Alerter
  • julya // 26.04.2018 à 00h57

    La ligne éditoriale de ce blog est celle-ci :
    La Russie,innocente de tout machiavélisme, est une victime qui ne cherche à dominer personne.
    Les USA par contre sont d’infâmes va t’en guerre coupables de toutes les turpitudes !
    Berruyer roule russe! C’est indéniable

      +0

    Alerter
    • kasper // 26.04.2018 à 01h16

      pour le moment ce sont surtout les faits qui roulent russe…

        +6

      Alerter
    • Ovuef2r // 26.04.2018 à 15h38

      Il n’est pas le seul, à chercher une « vérité de situation » comme dit un autre blog qui cite aujourd’hui un ancien du renseignement militaire US qui, lui aussi, trouve que les russes sont « corrects » quand ils affirment que 75% des missiles du 13 avril ont manqué leur cible. Dans une autre affaire de « chimique » tout aussi douteuse.
      http://www.dedefensa.org/article/regard-sur-lattaque-du-vendredi-13
      Bref, machiavélique ou pas, une impression de sérieux qui a déserté nos rédactions depuis quelques années, surtout depuis le Maïdan…

        +1

      Alerter
  • Seraphim // 26.04.2018 à 08h41

    Voilà la citation d’Aristote qu’à si juste titre l’ambassadeur de Syrie al Jaafari a récemment clamé à l’ONU:
    “Vouloir prouver des choses qui sont claires d’elle-mêmes, c’est éclairer le jour avec une lampe”!
    Avec des humoristes, des articles “alternatifs”, des indignations et des enquêtes….nous ne faisons, dans les nouvelles circonstances géopolitiques actuelles, qu’éclairer le jour avec une lampe. Même si nous nous convainquons que c’est la nuit de l’ignorance et de la propagande que nous tentons d’éclairer…!

      +0

    Alerter
  • lephil // 26.04.2018 à 16h34

    Tiré de la Conférence de presse de la porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova, Moscou, 19 avril 2018 : http://www.mid.ru/fr/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/3178301
    Sur les crimes d’État britanniques
    https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/maria-zakharova-sur-les-crimes-d-203724

    à lire !!!!!

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications