Les Crises Les Crises
2.mars.20202.3.2020 // Les Crises

Les épisodes antisémites se sont multipliés ces dernières semaines en Ukraine – Par Ilanit Chernick

Merci 267
J'envoie

Source : The Jerusalem Post, Ilanit Chernick, 19-10-2019

Trois monuments commémoratifs de l’Holocauste ont été profanés ces dernières semaines.

Par Ilanit Chernick, le 19 septembre 2019

Un mémorial de l’Holocauste commémorant l’assassinat de quelque 900 Juifs à Golovanevsk, en Ukraine, a été vandalisé mardi… (crédit photo : (Police nationale d’Ukraine))

La profanation de monuments commémoratifs de l’Holocauste, les saluts nazis lors d’un match de football et les menaces contre les dirigeants juifs, y compris le nouveau président élu Volodymyr Zelensky, ne sont que quelques-uns des épisodes antisémites qui ont eu lieu en Ukraine ces dernières semaines.

Un mémorial de l’Holocauste a été vandalisé mardi après-midi à Golovanevsk (également connu sous le nom de Holovanivs’k). Il commémorait le meurtre de quelque 900 Juifs du village entre fin 1941 et début 1942. « La population juive du village a été anéantie au cours de deux grandes opérations d’assassinat : fin septembre 1941, lorsque 570 personnes ont été abattues sur trois lieux de massacre situés les uns à côté des autres et en février 1942, lorsque 165 Juifs ont été tués » selon Yad Vashem.

Des graffitis antisémites, telles que croix gammées et un message menaçant d’un autre Holocauste, ont été trouvés dimanche sur un mémorial de l’Holocauste à Bogdanovka près d’Odessa. Le message menaçait à la fois Zelensky et le directeur général du Comité juif ukrainien, Edouard Dolinsky, en disant que « la vente de terres ukrainiennes vous conduira rapidement à un deuxième Holocauste ».

Selon Yad Vashem, des dizaines de milliers de Juifs ont été tués sur le site, qui était un camp de concentration établi par les autorités d’occupation roumaines.

On estime que 54 000 Juifs d’Odessa et de Bessarabie y ont été emprisonnés.

Suite à une épidémie de typhus en décembre 1941, la décision fut prise de liquider le camp. Quelque 5 000 prisonniers malades et handicapés ont été enfermés dans deux écuries, qui ont ensuite été incendiées.

« Les autres prisonniers ont été transportés par groupes de 300 à 400 vers la rivière » a expliqué Yad Vashem. « Ils ont été forcés de se déshabiller et de s’agenouiller. Puis on leur a tiré dessus ou on les a abattus avec des grenades à main ».

Dolinsky a déclaré au Jerusalem Post que « des incidents antisémites se produisent régulièrement. Mais parfois leur nombre augmente. Ces trois dernières profanations de fosses communes de l’Holocauste [ont été] très probablement commises par un individu ou un groupe, comme le montrent les messages [similaires] sur la terre, comme « Youpins arrêtez [la] vente des terres ou vous aurez [un] Holocauste » ».

Dolinsky dit que ces messages « se réfèrent à une récente annonce [faite] par Zelensky sur la libéralisation des terres agricoles », ce qui a mis en colère certains Ukrainiens.

« Il y a beaucoup de messages sur les médias sociaux ukrainiens au sujet des Israéliens qui vont s’emparer du territoire ukrainien et créer la seconde Jérusalem » a-t-il ajouté.

Le journaliste ukrainien Efim Marmer, qui avait initialement publié un article sur le vandalisme de mardi sur Facebook, a déclaré au Post : « c’est vraiment une histoire très triste, surtout pour moi. Je suis né à 30 km de cet endroit. Non loin de Golovanevsk se trouve la ville où… des Juifs ont été tués, dont ma famille faisait partie ».

Marmer a ajouté que le mémorial avait été financé et construit « par des personnes célèbres en Ukraine, Leonid Shmaevich et Galina Kuzmenko ».

La Confédération Juive d’Ukraine (JCU) a dit mercredi dans un communiqué qu’elle « est très préoccupée par une série d’actes antisémites de vandalisme. Le 15 septembre, dans la région de Mykolaiv, des vandales ont souillé un monument dédié aux victimes de l’Holocauste en le recouvrant de croix gammées et en y collant un morceau de papier portant des menaces. Le 17 septembre, le même texte a été trouvé sur un autre monument profané, dans la même région de Kirovohrad ».

La JCU a déclaré que la police avait ouvert des enquêtes pénales, mais que les vandales n’avaient pas encore été identifiés.

L’organisation s’est déclarée profondément « alarmée par ces actes répétés d’antisémitisme. Nous exhortons les forces de l’ordre à aborder la question de l’identification des criminels de la manière la plus responsable possible. Il est particulièrement important de résoudre cette affaire dans les plus brefs délais, car il est rare que les organisations antisémites s’arrêtent à la profanation de monuments ».

L’ambassadeur d’Israël en Ukraine, Joel Lion, s’est servi de twitter pour commenter la question.

« Ce n’est pas un retweet de mon dernier tweet » a-t-il dit en faisant référence à un tweet qu’il avait envoyé en réponse à l’épisode du 15 septembre.

« Un autre monument bâti sur une fosse commune juive a été profané. L’Ukraine doit se réveiller avant que les gens et non les monuments ne soient attaqués. »

Dans un tweet précédent, posté suite au vandalisme de dimanche, Lion écrivait « c’est un crime de haine antisémite, aucun doute. J’appelle le gouvernement ukrainien à condamner fermement ce crime et à traduire rapidement ses auteurs en justice. »

À la fin du mois dernier, un troisième mémorial de l’Holocauste situé près de la ville de Vradievka dans le nord-ouest de l’Ukraine a également été vandalisé. Le site marque l’endroit où quelque 7 000 Juifs ont été assassinés à l’automne 1941.

La JCU a rapporté la semaine dernière que la police nationale ukrainienne a ouvert 11 procédures pénales pour des infractions liées à l’antisémitisme au cours des huit premiers mois de cette année.

Dans le même temps, lors d’un récent match de football dans la ville de Lviv, les supporters ont été vus faisant des saluts nazis tout en chantant, « gloire à la nation, mort aux ennemis ».

Dolinsky a déclaré sur Facebook que la Fédération ukrainienne de football avait été contactée à ce sujet et que le Comité juif ukrainien avait appelé la fédération à « réfléchir à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ».

Dolinsky a signalé qu’ils n’avaient pas reçu de réponse.

Toujours à Lviv, le mois dernier, des graffitis antisémites exigeant que les Juifs quittent l’Ukraine ont également été découverts.

Source : The Jerusalem Post, Ilanit Chernick, 19-10-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Ando // 02.03.2020 à 10h01

Aucun motif à étonnement ici. En soutenant directement les groupes nationalistes/regionalistes ukrainiens néo nazis (ou qui n’ont jamais cessé d’être nazis depuis 1945) certains régimes occidentaux, principalement celui de Washington, ont donné à ces esprits perdus une visibilité et une légitimité qu’ils n’avaient alors jamais eu depuis la fin de la guerre. Ainsi semées, ces graines de bêtise crasse et de mort ont logiquement commencé à donner leurs « fruits ».

11 réactions et commentaires

  • Ando // 02.03.2020 à 10h01

    Aucun motif à étonnement ici. En soutenant directement les groupes nationalistes/regionalistes ukrainiens néo nazis (ou qui n’ont jamais cessé d’être nazis depuis 1945) certains régimes occidentaux, principalement celui de Washington, ont donné à ces esprits perdus une visibilité et une légitimité qu’ils n’avaient alors jamais eu depuis la fin de la guerre. Ainsi semées, ces graines de bêtise crasse et de mort ont logiquement commencé à donner leurs « fruits ».

      +29

    Alerter
    • moshedayan // 03.03.2020 à 07h54

      Vous avez parfaitement raison.
      Les Etats-Unis, le Canada, la Suède, l’UE allemande ont récité le benedicite lors de « Maîdan » et régulièrement prolongent l’absolution aux nationalistes ukrainiens…
      Rien d’étonnant donc…
      ps : à étudier, sérieusement l’influence des émigrés ukrainiens « néo-nazis » aux Etats-Unis et au Canada…

        +6

      Alerter
  • Berrio // 02.03.2020 à 10h38

    Quoique je ne sois en rien un thurefaire du régime et du modèle de société ukrainiens, on peut quand même rappeler que le fait qu’il soit d’origine juive n’a pas empêché Zelensky d’être élu avec 75 % des votes.
    Comme il dit lui-même : « Le fait que je sois juif se classe seulement en 20e position dans ma longue liste de défauts. »[Wikipedia)
    La presse israélienne n’est peut-être pas la plus objective sur ce sujet. Des fois qu’elle considère que Zelensky ne soit pas assez russophobe lui qui est russophone.

      +9

    Alerter
  • Anouchka // 02.03.2020 à 10h46

    J’ai assisté récemment à une pièce de théâtre « Notre Classe » au Theatre Marigny (https://www.theatremarigny.fr/spectacle/notre-classe/), pièce écrite en 2010 par un auteur polonaiset qui décrit de manière très crue la participation de la population polonaise à la shoah et la façon dont furent ensuite traités ces événements par la société polonaise. La pièce était certes représentée en russe par une compagnie moscovite renommée venue pour l’occasion, mais j’ai été étonnée par le peu de publicité autour de cet événement. J’ai eu toutes les peines du monde à trouver des informations en français sur l’auteur de la pièce, qui a pourtant reçu un prix prestigieux en Pologne (c’était avant la fameuse loi…). Tous les thèmes adulés par l’entre-soi culturel parisien y sont pourtant présents : les violences faites aux femmes, l’antisémitisme, les violences communistes et nazies mises en regard l’une par rapport à l’autre… Bref le genre de pièce qui aurait dû a priori intéresser des metteurs en scène français…

      +14

    Alerter
  • gege // 02.03.2020 à 11h50

    en france aussi ;pourquoi parler de l’uckraine ? je suis toujours à la recherche d’une personne qui se soit posé la question pourquoi et non comme toujours comment ?
    si vous pouviez m’éclaire , je suis preneur .

      +2

    Alerter
    • Pierre Bacara // 09.03.2020 à 22h49

      Proposition de réponse : parce qu’il s’agit d’une guerre et parce qu’elle a eu lieu en Europe.

        +0

      Alerter
  • Vincent P. // 02.03.2020 à 11h54

    « Vous avez, avec un sang-froid digne des grands peuples, infligé une défaite historique à la tyrannie.
    Et donc vous êtes, non seulement des Européens, mais les meilleurs des Européens. »

    BHL, Maïdan, 2 mars 2014

    no comment.

      +21

    Alerter
  • Pepin Lecourt // 02.03.2020 à 12h12

    Tiens je croyais que la présence d’une forte composant nazie et anti-sémite dans le coup d’Etat en Ukraine relevait de la propagande de Moscou !

    Pourtant je me souviens bien des premières images retransmises au JT de France 2 dans les jours suivant le putsch et disparues depuis montrant de plein de croix gammées taguées sur les murs et portes de la mairie de Kiev, de l’Assemblée Nationales et ailleurs !

      +11

    Alerter
  • Berrio // 02.03.2020 à 13h11

    Yad Vashem
    2634 Justes ukrainiens pour 30 M
    3853 Justes français pour 41 M
    6620 Justes polonais pour 34 M

    Occupons-nous de notre nombril. Les peuples ne sont pas toujours responsables des politiques de leurs « élites »

      +3

    Alerter
    • Pierre Bacara // 09.03.2020 à 22h56

      Suggestion de prudence : attention à la sémantique du substantif « peuple » : les éléments syntaxiques « Ukrainiens », « Français » et « Polonais » ne recouvrent pas les mêmes réalités concrètes historiques, géographiques et anthropologiques.

      Quant aux chiffres, ils sont malléables à l’infini : la première chose qui ressort d’un tableau statistique est le degré d’honnêteté intellectuelle de son rédacteur ; la seconde est la signification du tableau, à la condition que le premier critère soit validé.

        +0

      Alerter
  • candale // 03.03.2020 à 20h33

    En attendant, le pauvre peuple palestinien est en train de payer la note de la façon la plus bestiale depuis 3/4 de siècle pour des crimes auxquels il n’a absolument pas contribué, ni de près, ni de loin. Et dans l’indifférence générale. Pis, avec mansuétude et soutien à ses bourreaux, ceux-là mêmes qui pleurent et interpellent aujourd’hui le monde entier pour des faits divers!

      +5

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications