Les Crises Les Crises
21.juin.201821.6.2018 // Les Crises

Les gouvernements et les entreprises sapent l’action mondiale en faveur de la régénération de l’environnement

Merci 34
J'envoie

Source : Insurge Intelligence, Daniel Christian Wahl, 17-05-2018

Les juges du Prix Lush Spring écrivent une lettre ouverte appelant les gouvernements à placer les objectifs de développement durable au cœur de leur politique et de leurs programmes d’action.

Célébrer l’action mondiale en faveur de la régénération, (pour) exprimer de graves préoccupations

Le deuxième Prix Lush Spring (NdT: Prix de LUSH Cosmetics récompensant les efforts de régénération environnementale) a attiré plus de 300 candidatures, dont 53 projets exemplaires dans quatre catégories.

En tant que juges, nous lisons chacun d’entre eux avec un vif intérêt. Lequel de ces projets était le plus prometteur pour la régénération (de l’environnement), la guérison des communautés et du monde naturel ? Lequel d’entre eux pourrait être reproduit ou en tirer des leçons afin que nous puissions accélérer l’important travail de guérison planétaire ?

Les juges du Prix du printemps 2018 rassemblés avec des consommateurs éthiques et le personnel de LUSH en mars 2018.

Nous avons été très impressionnés. Parmi 52 projets, nous en retenons quatre :

Joyaux dans le désert, une proposition visionnaire pour transformer l’un des plus anciens et plus grands camps de réfugiés du Sahara en un exemple de régénération d’écosystème dans des climats arides extrêmes.

AgroEcoPolis, un réseau de renforcement des capacités formant des jeunes, des agriculteurs et des réfugiés en Grèce dans les domaines de l’agro-écologie, de l’agriculture soutenue par la communauté et de la permaculture afin d’accroître la souveraineté alimentaire et la régénération des économies régionales, des écosystèmes et des communautés rurales.

CEJUDHCAN, un centre de soutien aux droits des peuples autochtones du Nicaragua sur leurs territoires traditionnels, qui promeut activement la gestion régénératrice des terres et travaille directement avec les familles de ces communautés pour accroître leur sécurité alimentaire.

Le Réseau Africain de la Biodiversité gère des programmes d’échange entre 12 pays pour renforcer les connaissances autochtones, l’agriculture écologique, les droits liés à la biodiversité, les politiques et la législation en unissant les actions et les partenaires dans des approches culturellement centrées sur les problèmes sociaux et écologiques.

Mais nous étions aussi très inquiets. Alors que les projets étaient orientés vers des solutions, les défis sur lesquels ils travaillent brossent un tableau d’un monde en proie à la crise. Les projets ont fait état d’une fermeture de l’espace démocratique dans lequel la société civile opère. Des États non démocratiques, voire prétendument démocratiques, rendent plus difficile que jamais la contestation des systèmes économiques dominants (basés sur la) « croissance à tout prix ».

Les entreprises font pression pour conserver leurs intérêts spécifiques et exclure les voix et les besoins des pauvres et des marginalisés. Les populations de réfugiés ont atteint des niveaux historiques avec plus de 63 millions de personnes déplacées dans le monde.

Beaucoup de ces personnes affectées languissent pendant des années, voire des décennies dans les camps de réfugiés et de personnes déplacées, avec peu d’espoir ou d’accès à des outils qui leur permettraient de créer une résilience et une stabilité à long terme. Les peuples autochtones sont assassinés, enlevés et arrachés à leurs terres. Les écosystèmes sont démantelés et éliminés par la recherche de profits à court terme.

Pourquoi les communautés et les pionniers offrant de telles solutions positives devraient-ils faire face à tant d’opposition ? Nous appelons les gouvernements responsables à demander des comptes à leurs pairs. Les violations des droits de l’homme et la destruction flagrante de l’environnement nous affectent tous. Nous avons besoin d’un respect et d’une application beaucoup plus rigoureuse du droit international. 193 gouvernements ont signé les objectifs de développement durable, et pourtant beaucoup de nos candidats, tous opérant dans ces pays, manquent de ressources et font face à une forte opposition.

Nous appelons les gouvernements à placer les objectifs de développement durable au cœur de leur politique et de leurs programmes d’action, et à soutenir le travail novateur accompli par leur population).

Lush Cosmetics agit de manière exemplaire, en transformant ses chaînes d’approvisionnement pour s’assurer que les normes sociales et environnementales les plus élevées sont au cœur de leurs chaînes d’approvisionnement. Ils engagent des fonds et des ressources humaines considérables pour soutenir des projets de régénération dans le monde entier. Nous avons besoin d’un plus grand nombre d’entreprises comme Lush, qui placent les gens et la planète au cœur de leur entreprise, et qui partagent une partie de leurs surplus pour aider les collectivités et les projets désireux d’aller de l’avant et de faire la différence.

L’humanité dans son ensemble est confrontée à un changement climatique désastreux, à une extinction massive de la biodiversité vitale, à la dégradation de la santé des écosystèmes partout, à des océans et notre chaîne alimentaire remplis de plastique, aux inégalités croissantes au sein des nations et entre elles et aux violations généralisées des droits de l’homme. Comment est-il possible que des milliards de dollars soient dépensés pour subventionner l’industrie des combustibles fossiles et pour se préparer à la guerre et aux troubles civils, alors que les projets dont nous avons eu l’honneur de juger, le plaisir de connaître et d’en être inspirés sont régulièrement sous-financés et si peu soutenus?

Chaque projet de la sélection finale que nous étudions mérite un prix. Chacun d’entre eux sert à prouver que nous avons le choix. Que nous pouvons transformer l’impact humain exploiteur et destructeur sur la Terre en régénérateur et collaboratif. Nous appelons les gens, les entreprises et les gouvernements à faire preuve de réactivité et à apporter leur soutien derrière des millions de projets comme ceux-là. Ensemble, nous pouvons et devons faire du XXIe siècle le « siècle de la régénération ».

Signé

  • Andy Goldring, président-directeur général, Permaculture Association
  • Daniel Christian Wahl, auteur de’Designing Regenerative Cultures’.
  • Warren Brush, formateur en conception de résilience.
  • Rebecca Jones, juge d’état-major de Lush
  • Jyoti Fernandes, membre du comité de coordination de la coordination européenne de la Via Campesina.
  • Dorothy Guerrero, responsable des politiques et du plaidoyer chez Global Justice Now.
  • Precious Phiri, membre du comité de pilotage de Regeneration International
  • Filipa Pimentel, coordonnatrice nationale des carrefours, Réseau de transition
  • Gamelihle Sibanda, Certfied Biomimicry Professional
  • Pandora Thomas, co-fondatrice du Black Permaculture Network.
  • Julia Wright, co-fondatrice du Centre pour l’agroécologie, l’eau et la résilience à l’Université de Coventry.

Daniel Christian Wahl

Catalyser l’innovation transformatrice face à des crises convergentes. Auteur de ‘Designing Regenerative Cultures’.

Source : Insurge Intelligence, Daniel Christian Wahl, 17-05-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Wakizashi // 21.06.2018 à 07h41

Je me pose une question bête : comment se fait-il que “les gouvernements et les entreprises” (pour reprendre la formulation du titre de l’article) soient si unanimes pour encourager la lutte contre le réchauffement climatique d’un côté, et qu’ils soutiennent si peu les initiatives écologiques de l’autre (quand ils ne les sapent pas carrément) ? Pourquoi les médias aux ordres de ces mêmes “gouvernements et entreprises” dénoncent-ils tout le temps le réchauffement climatique, et jamais ou presque l’appauvrissement des sols en biomasse, l’empoisonnement de l’atmosphère, des sols et des eaux par le déversement continuel de millions de produits chimiques, la prolifération des OGM, le brevetage des semences, l’exploitation des forêts primaires, etc etc ?

Mon esprit tordu me murmure qu’il est quand-même bien pratique ce fameux réchauffement climatique : si l’on avait voulu détourner l’attention des problèmes écologiques, on ne s’y serait pas prit pas autrement… Et ça fonctionne : à présent c’est bien connu, s’il y a des pesticides dans les légumes vendus au supermarché du coin, c’est à cause du réchauffement…

30 réactions et commentaires

  • Le Belge (ex-Le Wallon) // 21.06.2018 à 06h03

    Tous les efforts menés pour la régénération des terres agricoles sont dignes de louanges. Que les entreprises (spécialement celles actives dans le domaine agricole, avec la complicité de beaucoup d’agriculteurs) sabotent ces efforts en bénéficiant de la négligence des états, cela est vrai mais ce qui me dérange c’est qu’une entreprise comme Lush (pro vegan avec tout le sectarisme qui va avec) s’érige en juge.

     8

    Alerter
    • ZX // 21.06.2018 à 13h03

      “(pro vegan avec tout le sectarisme qui va avec)”
      Affirmation gratuite. On ne peut pas inférer que tous les pro vegan sont sectaires parce que quelques uns le sont. J’en connais plusieurs qui ne le sont pas. CQFD.

      En outre le discours végétarien comporte des arguments solides quant aux bénéfices aussi bien pour la santé des corps que celle de la planète (pollution et réchauffement climatique) d’une réduction, sinon d’une abstention, de la consommation de viande.

      Il est vrai que les gouvernements ne parlent jamais de pollutions, ou si peu, et qu’ils instrumentalisent leurs discours contre le réchauffement. Souvent les mêmes causes produisent et du réchauffement et de la pollution, on ne peut donc pas faire de luttes sélectives si on est lucide et sincère.

       5

      Alerter
      • Tassin // 21.06.2018 à 17h49

        Et surtout des arguments solides au bénéfice des animaux, ce qui est bien la raison essentielle en faveur de l’arrêt du massacre quotidien actuel.

         2

        Alerter
  • Wakizashi // 21.06.2018 à 07h41

    Je me pose une question bête : comment se fait-il que “les gouvernements et les entreprises” (pour reprendre la formulation du titre de l’article) soient si unanimes pour encourager la lutte contre le réchauffement climatique d’un côté, et qu’ils soutiennent si peu les initiatives écologiques de l’autre (quand ils ne les sapent pas carrément) ? Pourquoi les médias aux ordres de ces mêmes “gouvernements et entreprises” dénoncent-ils tout le temps le réchauffement climatique, et jamais ou presque l’appauvrissement des sols en biomasse, l’empoisonnement de l’atmosphère, des sols et des eaux par le déversement continuel de millions de produits chimiques, la prolifération des OGM, le brevetage des semences, l’exploitation des forêts primaires, etc etc ?

    Mon esprit tordu me murmure qu’il est quand-même bien pratique ce fameux réchauffement climatique : si l’on avait voulu détourner l’attention des problèmes écologiques, on ne s’y serait pas prit pas autrement… Et ça fonctionne : à présent c’est bien connu, s’il y a des pesticides dans les légumes vendus au supermarché du coin, c’est à cause du réchauffement…

     39

    Alerter
    • hctaib // 21.06.2018 à 10h12

      Car c’est la même dichotomie qu’il y a entre le salarié qui veut des horaires classique et le même, consommateur, qui veut pouvoir acheter le dimanche.

      Tous ces journalistes, dirigeants et politiques ont à la fois la facette de vouloir exprimer et éventuellement agir contre les changements climatiques. Mais ils ont également été formés et il sont formatés par leur quotidien à penser croissance. Aucun d’entre eux ne va réellement écouter un discours disruptif, pour leur façon de penser, mais simple que c’est cette volonté de croissance qui demande toujours plus d’énergie et donc d’émission. Quel dirigeant ira demain devant son board pour dire “afin de préserver la planète je vais augmenter la qualité de mes produits, ils seront plus chers, on en vendra moins et je vais apprendre à nos acheteurs comment les faire durer et réparer ou mieux s’en passer”.

      Ce qui est bien pratique est pour tous ces gens de pouvoir parler ou sponsoriser ces initiatives et ainsi se prévaloir de faire quelque chose, tout en continuant leurs quotidiens qui est, lui, générateur des effets qu’ils disent combattre (cela s’appliquent aux particuliers égalements).

       14

      Alerter
      • Le Marsouin // 21.06.2018 à 13h16

        Le Réchauffement climatique a en effet bon dos: non seulement c’est un problème dont il est difficile de voir l’impact à l’échelle local, mais surtout on peut accuser les autres d’être responsable. Cela dit je ne pense pas que le phénomène en lui-même soit un mensonge (ou alors c’est quelque chose de savamment orchestré par une multitude d’ONG, de tribunaux et d’organisations scientifiques).

         1

        Alerter
    • V_Parlier // 21.06.2018 à 13h35

      Wakizashi, aujourd’hui je suis enfin rassuré de lire quelqu’un qui pense exactement comme moi à propos de cette surprenante prise de conscience affichée quant au réchauffement climatique! Je ne serais donc pas un fou solitaire qui ne comprend rien. 😉

       6

      Alerter
    • ” déplorable”21 // 21.06.2018 à 16h17

      Bravo, mille fois bravo !
      Je côtoie souvent des naturalistes de terrain et il y a pas besoin de les pousser loin pour qu’ils me disent “qu’ils commencent à en avoir ras la casquette du réchauffement “! mais il est très difficile de faire comprendre l’exploitation du concept de réchauffement par l’oligarchie sans pour autant être immédiatement ramené au faux débat Vrai ou Faux, complot etc etc etc . De plus des progressistes sincères pensent que l’utilisation de la peur et de l’exagération catastrophiste peut “conscientisé” la masse. Le CO2 devenant un mantra , un dogme religieux , un symbole .
      Je tente alors de leur faire comprendre qu’utiliser les armes de l’adversaire ( le mensonge , l’exagération, ) c’est faire son jeux et devenir comme lui. Seule la vérité ( ou son approche modeste ) est révolutionnaire. Alors oui , notre environnement est détruit par ” l’exploitation capitaliste “( pour faire simple ) de la nature. Ce qui n’arrange sans doute pas ” le climat ” et on trouvera sans doute quelques corrélations entre pollutions quotidiennes et température mais je pense qu’il s’agit là d’une énorme arnaque idéologique qui nous désarme tous.

       8

      Alerter
    • Toff de Aix // 21.06.2018 à 18h20

      Bonjour,

      C’est tout simplement ce qu’on appelle “se donner bonne conscience”. Un peu comme les concepts fumeux de “croissance verte” et autres “développement durable”. Du vent destiné à perpétuer la machine et ceux qui en profitent.

       4

      Alerter
    • RGT // 21.06.2018 à 21h41

      Les gouvernements et les entreprises sont unanimes pour lutter contre le réchauffement climatique pour une simple raison : La même que celle qui a entraîné ledit réchauffement climatique.

      En effet, de nouvelles “normes environnementales” nous serons imposées et nous serons OBLIGÉS de changer tous nos anciens appareils pour des versions “plus sobres en CO2” (du moins en apparence, sobres version Volkswagen par exemple), ce qui entraînera bien sûr une augmentation des “coûts de production” (comprenez une augmentation des dividendes des actionnaires) associé à un pillage encore plus féroce des ressources naturelles rares et très dommageables à l’environnement lors de leur extraction et de leur traitement.

      Sans compter les “solutions” qui permettront d’obtenir “à volonté” une “énergie propre” (mais pas gratuite du tout) qui sera bien sûr sous le contrôle intégral de certains lobbies qui seront de nouveau en situation de monopole.

      Par contre, ils (gvt + ent.) se contentent de jeter opprobre sur les con-sommateurs qui POLLUENT mais ne voudront jamais reconnaître que leur responsabilité est infiniment plus flagrante.

      Après-tout, les “couillons” seront bien obligés de PAYER s’ils souhaitent conserver les “Grands Bénéfices du Progrès”.

      Et quand on s’apercevra que les solutions (fort lucratives) qu’ils ont proposées et commercialisées sont encore pires que le mal qu’il fallait combattre, ils nous joueront encore une fois le refrain de “c’est la faute des utilisateurs”…

      Vous n’en avez pas (un peu/beaucoup) marre de vous faire enfumer et dépouiller vous .
      Et de plus on vous culpabilise alors que vous n’avez fait qu’écouter les “divines paroles” de “élites” qui vous promettaient des “jours merveilleux”.

      Allez hop, pour vous remonter le moral face à votre culpabilité PROUVÉE dans le réchauffement climatique, la montée de l’extrême droite, l’€urosceptiscisme l’anti€uropéisme rouge-brun, vos “avantages scandaleux” si vous êtes {fonctionnaire}/{cheminot}/{récurreur de chiottes} une petite chanson avec des parles que je trouve fort pertinentes et adaptées : https://www.youtube.com/watch?v=YNiQ3_SLiRA

       2

      Alerter
    • ledufakademy // 21.06.2018 à 22h37

      Eh oui, c’est toute la magie théâtrale qui fonctionne à merveille pour les masses , ces masses si idiotes qui prennent leurs bières et se foutent devant la TV et regardent le foot (remplacer bière et foot par vos hobbies et vices favoris) , prennent leurs médications (on légalise la jaja en france … bientôt) pour devenir de vraies légumes … empoisonner et guérit par Beyer.
      Pendant ce temps on ignore des gars comme Pierre Rabhi (E.Chouard dans un autre domaine etc) : qui a dit , un mot … un seul : décroissance , donc consommer autrement.
      https://www.pierrerabhi.org/ … un espoir ?

       1

      Alerter
    • Kometa // 22.06.2018 à 00h43

      Au début des années 1980, la première ministre britannique Margaret Hilda Tatcher (la baronne Tatcher) décide d’éliminer le corporatisme syndicale en n’y allant pas de main morte contre les mineurs du charbon.

      Les affrontements furent sanglants. Coagulations terminées, la répression fut loin de plaire à tous les ‘tea bags’ d’Angleterre. Après la matraque poisseuse, Maggie passe alors à la ‘raison’. Forte de sa formation de chimiste elle entreprend de convaincre que l’élimination du charbon comme source d’énergie ne vise finalement qu’à se parer contre ses effets délétères sur le climat. C’est cela la magie de Maggie: du front tout le tour de la tête.

      Là commence la saga de la lutte contre les changements climatiques. Maggie instaure le GIEC (IPCC en anglais) comme figure d’autorité ‘scientifique’… Et fouette cocher! La cariole du climat est partie avec Maggie en tête de la lutte aux changements climatiques.

      Et puis tout d’un coup, boum! Virage à 180 degrés, Maggie devient climato-sceptique car elle a remarqué que le royaume a une caractéristique: son économie. Et cette économie n’est alors pas à son mieux.

      Morale de l’histoire: Y aurait-il du Maggie-Climat dans Teresa-Skripal? Perfide l’Albion?
      Yep.

       1

      Alerter
    • Haricophile // 22.06.2018 à 01h43

      Parce que si on ne peut pas détruire l’opposition, on peut essayer d’en prendre le contrôle ou de noyer le poisson.

      Une des technique de base de la publication scientifique par les malfrats de l’industrie consiste a noyer tout publication neutre défavorable sous une avalanche de publications bidonnées, en synergie et la tromperie ou l’achat de “sommités” “référentes”, l’industrie du tabac a beaucoup utilisé ça, mais c’est général. On pourrait parler du cholestérol par exemple.

       1

      Alerter
  • DUGUESCLIN // 21.06.2018 à 08h53

    En fait tout ce qui pousse à la consommation et susceptible de rapporter, est mis en exergue
    Le réchauffement climatique en culpabilisant les braves gens ne peut que les pousser vers une consommation nouvelle, moins polluante, mais tout aussi lucrative. Il faut abandonner nos vieilles voitures polluantes, par exemple, raccourcir leur durée de vie et en acheter des nouvelles. Installer de nouveau moyen de chauffage à coup de crédits et de leurs coûts.
    Mais l’industrie chimique n’abandonne pas la pollution de la terre puisqu’il n’y a pas de remplacement lucratif suffisamment intéressant.
    Dénoncer le réchauffement peut rapporter à plus ou moins long terme, mais abandonner la pollution de la terre, des aliments (et des esprits, mais c’est une autre pollution également intéressante) est une perte sèche si on les remplacent pas des moyens naturels mais moins lucratifs. “On” veut bien “sauver la planète” à condition que ça rapporte, sinon il faut continuer à appauvrir la terre et nous empoisonner pour faire un max de “pognon dingue”.

     19

    Alerter
    • Haricophile // 22.06.2018 à 01h52

      Le cas de la voiture est typique. Ce qui est polluant c’est la voiture, abandonner l’ancienne pour une nouvelle “écologique” est du pur greenwashing. Il ne faut pas abandonner la voiture polluante pour une vertueuse, il faut abandonner la voiture tout court, et revoir plus de 60 ans d’urbanisme dévastateur au profit de l’industrie pétromobile, ce qui ne va pas se faire en 6 mois mais encore faudrait-il commencer maintenant.

      Au passage, j’ai visité le Japon sans avoir jamais utilisé une auto et ça ne m’a pas manqué du tout, bien au contraire ! Le Japon ne fait pas partie des pays réputés pour vivre “a l’âge de pierre” et ils utilisent massivement leurs transports en communs qui sont exemplaires a tout point de vue. De tout manière en zone urbaine ou vit l’immense majorité de la population, on n’a pas le droit de stationner sur l’espace public : ça dissuade. C’est vrai aussi que malgré le système privé Japonais, l’état est très interventionniste et subventionne massivement les parties non rentables. Rien a voir avec le démantèlement tatcherien des transports publics voulu par Macron (ses parrains devrais-je dire pour notre lobbyiste devenu Président).

       2

      Alerter
      • Le Rouméliote // 26.06.2018 à 12h22

        Voyager dans un pays en touriste et vivre dans un autre, sont deux choses complètement différentes ! La voiture est indispensable dans ma cambrousse et, en plus, je peux la prendre quand je veux, pour aller où je veux, sans rendre de compte à personne. Et ça, nos dirigeants avides de contrôle social ne le supportent pas !

         0

        Alerter
  • jules vallés // 21.06.2018 à 11h07

    “”les objectifs de développement durable “”= oxymore
    Et si on commençait par ne pas dégrader les sols, ou pire, à les transformer en parking ou autre zone pavillonnaire ?
    Ah! mince… ce n’est pas bon pour l’emploi (durable?) (de lapin..)

     8

    Alerter
    • Haricophile // 22.06.2018 à 02h03

      On a vu a de très nombreuses reprises, y compris récemment, que lorsque l’emploi va bien et que les salaires montent un tant soit peu, “les marchés” s’affolent et déclenchent des plans d’urgences.

      “L’autorégulation des marchés” est tout sauf de l’autorégulation et est ouvertement nuisible (il ne s’en cachent même plus) a l’intérêt général et a notre avenir au profit exclusif du très court terme d’une convoitise monstrueuse a la croissance exponentielle, plus elle est nourrie et plus elle a faim.

       0

      Alerter
  • Chris // 21.06.2018 à 12h56

    Une situation sans issue. Le rapport Meadows alertait en 1972, et pourtant l’extension d’un système économique mortifère s’est poursuivie, justifié à coups de fictions de plus en plus grossières, récurrentes et omniprésentes.
    Le “réchauffement climatique” n’est qu’un cache-sexe de la politique du consentement, pour cacher l’effondrement en cours, lui bien réel.
    Je souhaite bon courage aux générations qui aborderont les années 2040-50, car personne n’est préparé à survivre dans un monde déconstruit et ruiné, sauf peut-être les écartés de toute “civilisation”.

     5

    Alerter
    • JMD // 21.06.2018 à 17h06

      Pour rebondir sur le message de jules vallés , je dirai que le concept de « développement durable » a été promu comme cache-sexe du rapport Meadows

       0

      Alerter
    • Haricophile // 22.06.2018 à 02h05

      Le réchauffement climatique ne cache rien du tout, il fait partie de l’effondrement. S’ils font pour de semblant de s’en préoccuper, c’est pour occuper tout le terrain pour que surtout on ne s’en occupe pas.

       0

      Alerter
  • GR20 // 21.06.2018 à 14h19

    Foutage de gueule que tout ce cirque. La Chine est en train de racheter des millions d’hectares de terres agricoles à travers le monde parce la folie de l’urbanisation source de progrès social a provoqué, à la fois, la pollution des sols et la disparition progressive autant qu’irreversible de la ruralité.
    Le monde des idées de Oui-Oui avec ces initiatives conceptuelles déconnectées des réalités du quotidien est un théâtre d’ombres destiné à donner bonne conscience aux bien-pensants complices de la destruction consciente de la planète par des dirigeants inquiets de leur propre existence et, pour certains, au sommet de l’humanisme contemporain, de celle de leur progéniture directe.

     3

    Alerter
  • Toff de Aix // 21.06.2018 à 16h27

    Lush cosmetics… Une boîte comme les autres, qui pollue comme les autres, et qui tente du greenwashing comme les autres.

    Ils font des savons à base de produits chimiques extrêmement agressifs pour la peau et les muqueuses, on ne compte plus les cas d’allergie… Et ce sont eux qui veulent donner des leçons ?

    Petite question qu’ils ne semblent pas se poser (ou plutôt qu’ils ne veulent pas se poser… Voire qu’ils font semblant d’ignorer) : la croissance peut elle être durable, comme ils l’affirment ? Et de quoi parle-t-on ? De ce pillage généralisé, qui est en train de saloper la planète ? Honnêtement, ils ne se fichent pas de nous ?

    Nous n’avons pas besoin, comme ils l’affirment, d’un ” plus grand nombre d’entreprises comme lush”. Pipeau ! Il faut diminuer absolument le nombre d’entreprises, c’est même vital ! C’est la seule solution : retrouver de la sobriété, certainement pas favoriser une espèce d’illusion collective qui nous fait croire que parce qu’on met de la peinture verte sur une entreprise, elle devient
    ‘”écologique et éco compatible”.

    Chaque fois que je vois une voiture qui arbore ces ridicules petits autocollant verts destinés à nous faire nous mentir à nous mêmes, je me marre….Et je pleure en même temps pour notre pauvre planète. Elle ne mérite décidément pas tant d’hypocrisie.

     11

    Alerter
    • Genuflex // 21.06.2018 à 17h04

      Heu…. Je ne connais pas Lush cosmectics, à vrai dire.

      Mais, alors, avec qui allez vous régénérer la biosphère terrestre si vous excluez tous ceux qui travaillent dans une entreprise ? Et les banquiers, ils sont méchants aussi ? Je suis ingénieur conseil en environnement, énergie, bâtiment, dans une coopérative. Une coopérative est une entreprise. Est-ce que je suis un méchant green-washer aussi ?

      Mais alors, la transition écologique, ou énergétique (on devrait surtout parler de descente énergétique, comme le dit David Holmgren), vous comptez la mener tout seul ? Quelle type d’organisation humaine est “autorisée” à se saisir du défi ?

      J’ai participé avec l’auteur à une formation en développement régénératif. Je peux témoigner du sérieux de Daniel Christian Wahl dans ce domaine et du fait que c’est un des rares spécialistes européen de la question. Je m’étonne, mais je m’en réjouis, que ses écrits arrivent sur ce site.

       1

      Alerter
  • Toff de Aix // 21.06.2018 à 18h08

    Bonjour,

    Je comprends vos interrogations… Mais essayez seulement de répondre à la question ! Peut il exister une croissance durable ? Sincèrement ?

    Et répondre à cette question, ça n’est pas faire preuve de manichéisme, ou de penchants dictatoriaux, mais de lucidité. Simplement de lucidité.

    Et il ne s’agit pas d’un défi comme vous dites, mais d’une simple réalité. Le fait même que vous employez ce mot, “défi”, prouve à quel point le langage managerial à imprégné les consciences. Et à détourné les esprits des vrais enjeux.

    Non, la destruction avancée de nos biotopes et de nos biosphères n’est pas l’enjeu d’un “défi”. C’est une réalité irréversible.

    Ir-ré-vers-ible.

    20 ans de réserves de cuivre. Autant d’argent, sans doute moins en pétrole… Lisez Mathieu Auzanneau, Pablo Servigne, le rapport du club de Rome…

    Vous avez tout à fait le droit de penser que le système actuel peut perdurer, en continuant sur une espèce de transition énergétique fantasmée, alors que partout autour de nous les voyants sont plus qu’au rouge.

    Cependant la vérité est bien plus cruelle : ce concept de “régénération” n’est qu’un concept marketing de plus, surtout s’il est adossé à celui d’entreprise, et prétend se perpétuer sans changer le coeur du système actuel. Ce système qui est extractiviste, invasif, destructeur, et qui ne favorise en rien les économies, celles ci étant immédiatement réinjectées et dévorées dans ce puits sans fond qu’est la croissance.

    La régénération ? La terre ne pourra se “régénérer” que le jour où nous arrêterons de l’exploiter sans aucune vergogne ni conscience. Autant dire que ça n’est pas avec 7 milliards d’êtres humains (bientôt 8),qui sont tous éduqués à la croissance, à la compétition et a la consommation perpétuelle, que ça risque d’arriver.

    Comme vous le dites si bien, chacun à le droit d’essayer de mettre la main à la pâte… Mais je trouve le double discours d’une entreprise qui profite à fond du système particulierement révélateur de l’hypocrisie actuelle.

    Voyez moi comme un indécrottable pessimiste, mais le fait que ce genre de discours soit de plus en plus mis en avant, alors que rien ne change et que la terre sombre sous nos yeux, me fait penser que c’est déjà trop tard.

     11

    Alerter
    • caliban // 21.06.2018 à 18h45

      La croissance c’est une flèche qui monte, la régénération est circulaire.
      Un enfant de 5 ans pourrait comprendre qu’on ne peut pas avoir les deux.

      Mais malheureusement ce ne sont pas les enfants qui mènent le monde mais des adultes endoctrinés par la Religion du capitalisme. In god we trust, c’est comme le port Salut, c’est marqué sur le billet vert-de-gris.

       4

      Alerter
    • Genuflex // 21.06.2018 à 19h00

      Toff,

      J’entends ce que vous dites, et je partage votre critique. Je me permets de ne pas repondre aux provocations sur mon style redactionnel managerial etant donné que je pratique la democratie en entreprise au sein de la cooperative a laquelle je participe, ni a vos interpretations abusives de mon propos.
      Cela fait dix ans que je travaille et milite dans le “developpement durable” (sic). Je connais bien le greenwashing dont vous parlez. J’ai lu les livres que vous citez.
      Le developpement regeneratif, dont parle l’auteur, est la seconde idée que je decouvre depuis dix ans(la premiere est la permaculture) qui ressemble à une manière adaptée d’aborder la question d’anthropocène. Je vous laisse decouvrir le sujet si vous le souhaitez. Daniel Christian Wahl n’est pas exactement un imbécile ignorant, c’est un chercheur, et il n’est pas le seul à chercher dans cette direction.

      Ce que je pointe juste, et que vous ne semblez pas voir, c’est ceci : d’accord pour la critique. Maintenant, comment on fait avec ça ? Quelle forme est supposée avoir la réaction appropriée des différents corps sociaux à cette menace ? (si defi ne vous semble pas approprié, p-e que menace vous convient mieux). Par qui peut elle être incarnée ? Par quels types d’organisation ?
      Je vous invite a (re)decouvrir le travail de JM Jancovici (dont je ne partage pas tous les points de vue) notamment a l’occasion de sa dernière intervention à ses confrères de l’école polytechnique. Son analyse est implacable. Et ensuite ? Et que direz vous des initiatives prises avec la conscience de ce que vous evoquez ? Vous les reconnaitrez comme utiles, ou destinées au lance flamme de la critique ?
      J’ai un doute, à vous lire…

       3

      Alerter
    • doudoute // 21.06.2018 à 21h12

      tout en partageant votre constat, Toff,
      il n’en reste pas moins que les projets décrits semblent plutôt chouettes et mériteraient certainement soutiens… qui ne viennent pas. pourquoi?
      pourrait-on rapprocher cela de l’éradication par notre État de l’initiative NDDL qui finalement, concrètement, ne gênait plus trop? et alors qui et pourquoi?

       1

      Alerter
  • ZX // 21.06.2018 à 19h56

    “Peut il exister une croissance durable ?”

    S’il s’agit de croissance matériel évidemment non puisque les ressources sont limitées. On devrait changer de paradigme et parler de qualité de vie et non de consommation, car les deux ne sont pas corrélatifs. Pour ce qui est essentiel (sur quoi nous devrions porter attention) nous sommes en période de décroissance sévère.
    Parler de croissance, durable ou non, c’est déjà être pris dans les filets linguistiques que le système nous tend. C’est accepter implicitement que la croissance relève du consumérisme. Or ce seul facteur ne suffit pas à expliquer la croissance d’un organisme vivant et encore moins celle d’un esprit doué de raison et de sensibilité.
    La vraie question n’est donc pas celle de la croissance, comment la sauver, mais celle de la décroissance, comment y mettre un terme.

    Ensuite la question est celle du basculement. Faut-il attendre l’effondrement, voir le provoquer (mais ce serait se rendre complice, la fin ne justifie pas les moyens) ou peut-on faire quelque chose avant ? Il me semble que l’on peut voir le verre à demi plein, ou même rempli de quelques gouttes seulement, sans pour autant penser qu’il est presque rempli. Autrement dit soutenir les initiatives allant dans le bon sens (elles permettent au moins de gagner du temps) tout en montrant leurs insuffisances.

     2

    Alerter
  • Renaud // 22.06.2018 à 16h17

    – Les gouvernements et les entreprises sapent l’action mondiale en faveur de la régénération de l’environnement –
    et je rajoute de l’écosystème (qui, évidemment, fait partie de l’environnement).
    Oui! Absolument de cet avis.
    Mais je conjure ceux qui en ont conscience et ceux qui n’en ont pas (encore) conscience, que cette exhortation ne participe pas, sans y faire attention, à la justification du ‘mondialisme’ comme cela se produit souvent, autrement dit justifier la mondialisation dont les principaux réseaux de pouvoir font la promotion et sont trop contents d’avoir un argument “massue”.
    Je n’ai pas le temps de m’étendre, mais il faut prendre en compte (entre autres sources toutes aussi révélatrices) les aveux de John Perkins qui fut un agent de la stratégie américaine (entre 1974 et 2004) dont les deux ouvrages ont été traduits en français après 2004, puis réunis il y a peu dans un seul ouvrage complété.
    Ce système échouera. De toute façon, l’environnement et l’écosystème auront le dernier mot. Toute la question est de savoir quel en sera le prix.
    Mais je reste optimiste. Car, c’est encore très (trop) peu, mais de proche en proche, on constate qu’il y a plein de tentatives, d’actions et de créations dans le monde qui témoignent de la “régénération forcée” et naturelle en train de s’imposer.
    C’est le principe de — Subsidiarité —, qui est l’opposé du ‘mondialisme’, partant, de la mondialisation qui pourra reprendre le dessus, et ce, par -naturalité-. Tout ce qui peut être fait localement est salvateur et ce qui ne peut pas être fait localement, disons pour des raisons d’échelles régionales, nationale, etc. doit passer à une instance à échelle plus grande et à compétences strictement limitées dans son orbe.
    Actuellement, la clé salvatrice est dans le domaine bancaire et monétaire. Les producteurs doivent, pour leur survie avec de leurs enfants, prendre le contrôle de la création monétaire et le contrôle de la monnaie. Je n’ai pas le temps de m’étendre ici. Aujourd’hui, ce domaine financier hypothèque absolument tout et rien ne peut se faire sans lui, alors qu’il ne produit – rien -… Or ce sont les producteurs qui tiennent (sans le savoir hélas!!!!) les clés du sauvetage. L’argent est un simple signe à remettre à sa place.Le savoir faire collectif et individuel est l’essence de la Vie et sa pérennité ici-bas et ne doit pas être confisqué par les tenants du système financier. Le reste c’est du baratin.
    Parmi les faits sains, concrets (il y en a d’autres) il y a ceci :

    https://www.wedemain.fr/Warkawater-la-tour-qui-transforme-l-air-en-eau_a544.html

     0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications