Les Crises Les Crises
10.avril.202010.4.2020 // Les Crises

Les infections par de forts taux de coronavirus devraient nous inquiéter davantage

Merci 493
J'envoie
Les virus, comme tout autre poison, sont généralement plus dangereux si leur quantité est plus importante.
Par Joshua D. Rabinowitz et Caroline R. Bartman
Le Dr Rabinowitz est professeur de chimie et de génomique. Bartman est chercheur en génomique.

Une image au microscope électronique du virus responsable du Covid-19.
Image Point Fr – Lpn/BSIP — Universal Images Group, via Getty Images

Li Wenliang, le médecin chinois qui a initialement sensibilisé le public au nouveau coronavirus, est mort victime du virus en février à l’âge de 34 ans. Sa mort a été choquante non seulement en raison de son rôle dans la prise de conscience autour de l’épidémie en cours, mais aussi – étant donné que les jeunes ne courent pas un risque important de périr suite au Covid-19 – en vertu de son âge.
Est-il possible que le Dr Li soit mort car en sa qualité de médecin ayant investi beaucoup de temps avec des patients graves atteints de Covid-19, il ait été infecté par une surexposition ? Après tout, bien qu’il ait été l’un des premiers jeunes professionnels de la santé décé après avoir été exposé étroitement et fréquemment au virus, il ne fut malheureusement pas le dernier.
La pertinence du taux de virus est négligée dans les discussions sur le coronavirus. Comme pour tout autre poison, les virus sont généralement plus dangereux en grandes quantités. De petites expositions initiales ont tendance à entraîner des infections légères ou asymptomatiques, tandis que des doses plus significatives peuvent devenir mortelles.
D’un point de vue stratégique, nous devons considérer que toutes ces expositions au coronavirus ne sont pas forcément les mêmes. Il n’est pas aussi dangereux d’entrer dans un bâtiment de bureaux où une personne infectée par le coronavirus aurait pu se trouver que d’être assis à côté de celle-ci pendant un long trajet en train.
This may seem obvious, but many people are not making this distinction. We need to focus more on preventing high-dose infection.
Cela peut sembler évident, mais beaucoup de gens ne font pas cette distinction. Nous devons nous concentrer davantage sur la prévention des infections à de forts taux de virus.
De petits et de grands taux de virus peuvent se répliquer dans nos cellules et provoquer des maladies graves chez des personnes vulnérables comme les personnes immunodéprimées. Chez les individus en bonne santé, cependant, le système immunitaire réagit dès qu’il sent un virus se développer en son sein. Le rétablissement dépend de celui qui gagne la course : propagation virale ou activation immunitaire.
Les experts en matière de virus savent que le taux de ceux-ci influe sur la gravité de la maladie. En laboratoire, des souris recevant une faible dose d‘un virus l’éliminent et se rétablissent, tandis que le même virus à une dose plus élevée les tue. La sensibilité à la dose a été observée pour toutes les infections virales aiguës courantes qui ont été étudiées chez les animaux de laboratoire, y compris pour les coronavirus.
Les humains sont également sensibles au taux de virus. Des volontaires se sont laissés exposer à des doses faibles ou élevées de virus relativement bénins provoquant des rhumes ou des diarrhées. Ceux ayant reçu les petites doses ont rarement développé des signes visibles d’infection, alors que les doses importantes ont généralement entraîné des infections et des symptômes plus graves.
Cela ne serait pas éthique de manipuler expérimentalement une dose virale chez l’homme pour un agent pathogène aussi grave que le coronavirus, mais il est prouvé que la quantité importe également pour le coronavirus humain. Par exemple, lors de l’épidémie du SARS à Hong Kong en 2003, un patient a infecté de nombreuses personnes vivant dans le même complexe d’immeubles d’habitations, entraînant la mort de 19 personnes. On pense que la propagation de l’infection fut causée par des particules en suspension ambiantes qui ont été dispersées dans tout le complexe depuis l’appartement du patient initial. En raison d’une exposition virale plus forte, les voisins qui vivaient dans le même bâtiment étaient non seulement plus fréquemment infectés mais aussi plus susceptibles de mourir. En revanche, les voisins plus éloignés, même infectés, ont moins souffert.
Les infections à faible taux de virus peuvent même engendrer une immunité, protégeant ainsi contre les expositions plus fortes à l’avenir. Avant l’invention des vaccins, les médecins infectaient souvent intentionnellement des personnes en bonne santé avec du liquide provenant des pustules de la variole. Les infections à faible dose qui en résultaient étaient désagréables, mais elles permettaient généralement de survivre, et elles prévenaient les pires cas de maladie lorsque ces personnes étaient ensuite exposées à la variole en proportion excessive.
Malgré l‘évidence de l’importance du taux de virus, de nombreux modèles épidémiologiques utilisés pour informer la stratégie à suivre pendant cette pandémie l’ignorent. C’est une erreur.
Les personnes doivent être particulièrement attentives aux expositions à de forts taux de virus, plutôt susceptibles de se produire lors d’interactions de proximité – comme les réunions dans les cafés, les bars bondés et les moments de calme dans une pièce avec une personne âgéeainsi que toucher nos visages après avoir reçu des quantités importantes de virus sur les mains. Les interactions directes sont plus dangereuses dans les espaces clos et à courte distance, la dose augmentant avec le temps d’exposition. Concernant les interactions transitoires qui enfreignent la règle entretenant un écart de 1,80 m entre vous et les autres, comme dans le cas où vous réglez votre achat avec un caissier à l’épicerie, soyez bref – prévoyez de ne pas rester plus de six secondes au-délà « du rayon de 1,80 m ».
Parce que le taux d’exposition est important, le personnel médical est confronté à un risque extrême, puisqu’il s’occupe des patients les plus touchés et les plus chargés en virus. Nous devons leur accorder la priorité concernant l‘équipement de protection.
Pour toute autre personne, l’importance de la distanciation sociale, du port de masques et d’une bonne hygiène n’en est que plus évidente, puisque ces pratiques non seulement réduisent la propagation des maladies, mais tendent aussi à diminuer le taux de virus, donc, la létalité des infections qui ont lieu. Si la prévention de la propagation virale est un principe social, éviter les infections à forte charge virale est un impératif personnel, même pour les jeunes gens en bonne santé.
Toutefois, nous devons éviter une réaction d’excessive agitation face aux expositions à de faibles taux. Les vêtements et les emballages alimentaires qui ont été en contact avec une personne atteinte du virus semblent présenter un risque faible. Les personnes en bonne santé qui se retrouvent ensemble chez l’épicier ou sur leur lieu de travail courent un risque tolérable – à condition de prendre des précautions comme le port d’un masque chirurgical et la distanciation.
Un confinement complet de la société est le moyen le plus efficace de cesser la propagation du virus, mais il est coûteux tant économiquement que psychologiquement. Lorsque la société reviendra à la normalité, des mesures d‘atténuation des risques tells que l’entretien de l’espace domestique et le lavage des mains seront essentielles pour réduire les infections à forte charge virale. Les sites à haut risque d’exposition à des forts taux de virus, comme les stades et les lieux de congrès, doivent rester clôturés. Les services à risque mais essentiels, tels que les transports publics, devraient pouvoir fonctionner, mais les gens devront respecter des mesures de sécurité comme le port d’un masque, le maintien d’un éloignement physique et de ne jamais se rendre au travail avec de la fièvre.
C’est le moment de rester chez soi. Mais il faut espérer que cette fois-ci ce sera brève. Lorsque nous regagnerons l’espace extérieur, faisons-le avec sagesse, compte tenu de l’importance du taux de virus.
Joshua D. Rabinowitz est professeur de chimie et de génomique à Princeton, où Caroline R. Bartman est chargée de recherche.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Dubreuil // 10.04.2020 à 07h19

Attention encore qq articles comme cela et vous allez justifier l utilité d un traitement précoce et général des malades à l hydroxychloroquine (ou d autres antiviraux lorsqubils auront le même niveau d efficacité vs effets secondaires)

==> pour faire baisser la charge virale

67 réactions et commentaires

  • Dubreuil // 10.04.2020 à 07h19

    Attention encore qq articles comme cela et vous allez justifier l utilité d un traitement précoce et général des malades à l hydroxychloroquine (ou d autres antiviraux lorsqubils auront le même niveau d efficacité vs effets secondaires)

    ==> pour faire baisser la charge virale

      +76

    Alerter
    • Armiansk // 10.04.2020 à 07h56

      Encore un peu, et vous allez justifier l’utilité de faire des recherches plutôt que d’imposer ses certitudes.

      On rappellera que les annonces médiatiques du Pr Raoult parlaient de guérison spectaculaire, pas d’abaissement de contagiosité. («(le coronavirus) c’est probablement l’infection respiratoire la plus facile à traiter de toutes !»). Mais un critère primaire de son étude (guérison sans oxygène ni soins intensifs) allait dans des directions que ses certitudes refusaient.
      À force de voler de certitude en certitude, il aura, espérons, à la fin raison sur l’une d’elles.

        +27

      Alerter
      • Pegaz // 10.04.2020 à 08h05

        Donc selon vous, réduire la charge virale n’est pas corolaire à contagiosité ?

          +20

        Alerter
        • Armiansk // 10.04.2020 à 08h37

          Je dois mal m’exprimer. Je parlais, évidemment, des premières annonces médiatiques (comme sa célèbre «fin de partie» que je citais). J’aurais peut-être dû insister sur le changement de discours progressif, passant de la guérison à la réduction de la contagiosité. À la vérité, je ne l’ai pas fait car il aurait fallu étayer cela.

            +7

          Alerter
        • Pegaz // 10.04.2020 à 08h57

          Changement de discours vous dites ! Le traitement proposé, dès ces début, s’appuie sur les publications chinoises, qui mettaient en avant la réduction de la charge virale et la réduction du temps de contagiosité. Il l’a dit et l’a toujours dit, avant comme maintenant.

            +27

          Alerter
          • Armiansk // 10.04.2020 à 09h11

            Je suis prêt à faire amende honorable. Je trouve des promesses de «diminution du temps de contagiosité» dans des pétitions, mais j’ai échoué à trouver ça directement chez le Pr Raoult. Quant aux “publications chinoises” sur lesquelles il se serait appuyé, beaucoup les attendent.
            Par acquit de conscience, j’ai regardé la lettre «Breakthrough: Chloroquine phosphate has shown apparent efficacy in treatment of COVID-19 associated pneumonia in clinical studies.» du 16 mars, sur laquelle s’appuyait le Pr Raoult ; j’ai manqué la mention d’une «contagiosité».
            Vous pouvez étayer votre propos ?

              +8

            Alerter
            • Pegaz // 10.04.2020 à 09h50

              Thus far, results from more than 100 patients have demonstrated that chloroquine phosphate is superior to the control treatment in inhibiting the exacerbation of pneumonia, improving lung imaging findings, promoting a virus-negative conversion, and shortening the disease course according to the news briefing.

                +5

              Alerter
            • tepavac // 10.04.2020 à 12h23

              Je ne m’adresse pas à vous personnellement, c’est général.
              L’article est bon, il informe de façon pertinente sur une situation qui permet de prendre conscience des mesures de précaution tant individuelle que collective qu’il devient nécessaire à s’habituer.
              Nous sommes tous menacé par cette épidémie, ce site nous permet de nous concerter et de tenter de répondre intelligemment à un environnement hostile qui perdurera pendant plusieurs mois à cause du facteur économique.
              Mais à condition de ne pas tomber dans des escarmouches qui divisent.

              Il est regrettable que nous ayons été entrainé dans une polémique stérile, certainement organisés par nos politiques pour masquer leur incompétence et amplifiés par les médias pour l’audience. Alors que nos efforts auraient dû se concentrer sur les insuffisances de nos gouvernements et faire pression pour y remédier.
              Je ne prétends pas être hors cause, nul ne l’est, j’espère seulement, comme nous tous, que nous rendions les choses meilleures.
              Cordialement

                +11

              Alerter
          • Armiansk // 10.04.2020 à 12h22

            On lit à la deuxième phrase de la prépublication du Pr Raoult :
            «to date, one preliminary clinical trial only has demonstrated its efficacy on the viral load»
            (in «Early treatment of 1061 COVID-19 patients with hydroxychloroquine and azithromycin, Marseille, France», Abstract)

            Sauf erreur de compréhension, l’équipe du Pr Raoult écrit qu’aucune autre étude (clinique préliminaire) que “la” sienne n’a encore montré de réduction de la contagiosité.

              +6

            Alerter
      • xbrossard // 10.04.2020 à 08h16

        c’est faux, il n’a jamais dit ça. Il parlait depuis le début de réduction de la charge virale. Vous êtes un menteur.

          +27

        Alerter
        • Armiansk // 10.04.2020 à 09h02

          Vous m’accusez de mentir, alors que je pourrais simplement me tromper. C’est fort peu charitable.
          Je n’ai pas parlé de charge virale. L’article parle d’exposition et de propagation, que j’ai involontairement quelque peu déformé en contagiosité. Si vous m’aviez attaqué sur les nuances entre ces termes, j’aurais compris.

            +5

          Alerter
        • Pipo // 10.04.2020 à 09h32

          baisse du nombre de virus = baisse de contagiosite. bcp de virus=tres contagieux. un peu de virus=un peu contagieux. pas de virus=pas contagieux. baisse de charge virale ca dit ce que ca veut dire = baisse de la contagiosite et non elimination totale de la contagiosite c’est l’evidence meme que de nombreux sots ne semblent pas comprendre. d’ou l’importance d’agir des les premiers symptoses et surtout pas attendre que ca passe sans se traiter. huiles essentielles par exemple, mais….. attaque brossard, attaque…..

            +16

          Alerter
          • Armiansk // 10.04.2020 à 09h51

            Je ne devrais pas commenter les commentaires, mais…
            À voir autant de «+1» sur un message qui finit par «Vous êtes un menteur» et autant sur un autre qui se termine par «attaque, attaque …», je me demande si tout le monde vient ici pour débattre dans le calme et le respect.

              +17

            Alerter
            • Narm // 10.04.2020 à 20h00

              beaucoup de gens semblent exaspéré car l’essentiel est que l’on voudrait que l’on soigne
              Je ne pense pas que vous soyez visé directement
              Si l’on affirme quelque chose de faux, on peut passer pour un menteur
              idem pour traiter Raoult de charlatan sur ce site
              j’ai pas envie de me taper tous les commentaires
              On en est où avec lui ? ça marche vraiment alors son remède pour baisser la charge viral ?

                +3

              Alerter
      • Soizic // 16.04.2020 à 22h15

        « On rappellera que les annonces médiatiques du Pr Raoult parlaient de guérison spectaculaire, pas d’abaissement de contagiosité. » Faux et archi faux!!! ..Il n’a toujours parlé que de l’abaissement de la charge virale!

          +0

        Alerter
    • Ovni de Mars // 10.04.2020 à 08h50
    • Océan de sagesse // 10.04.2020 à 09h31

      Sauf que cet hoax ne sera probablement jamais prouvé !

        +2

      Alerter
    • anarkopsykotik // 10.04.2020 à 12h34

      ce qui est amusant c’est que vous croyez qu’OB a un avis sur la chloroquine elle même, alors qu’il a explicitement dit sur la plupart de ses articles qu’il n’avait pas d’avis sur le traitement et son efficacité

        +6

      Alerter
      • Séraphim // 10.04.2020 à 14h20

        Euh, ça ne l’a pas empêché de le traiter de menteur, de fraudeur, de mégalo, d’agresseur sexuel, de tricheur aux publications et j’en passe…

          +14

        Alerter
    • Babar // 10.04.2020 à 13h49

      Bonjour,
      Ce jour une publication australienne fait état de la réduction de 5000 fois en 48h de la charge virale de SARS CoV2 in vitro (j’ai bien dit in vitro) sur des cultures de cellules grâce à un antiparasitaire bien connu :l’invermectine (utilisé dans filariose anguillulose, gale et même poux). Il reste bien sûr à effectuer des essais cliniques chez l’homme.
      https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0166354220302011

        +3

      Alerter
  • jmathon // 10.04.2020 à 07h32

    Comme dit dans l’article lui-même « This may seem obvious » cela peut sembler évident.
    Je m’étonnais de ne pas avoir vu cet aspect évoqué dans les différents articles que j’ai pu lire sur le sujet (il y en a quelques uns en ce moment).

    Cela dit, la géopolitique ne semble pas s’être complètement arrêtée.

      +5

    Alerter
  • Wakizashi // 10.04.2020 à 07h39

    Depuis le début de l’épidémie, « Les Crises » est sur le mode « nous devrions nous inquiéter davantage ». Sa ligne éditoriale est anxiogène à outrance sur ce sujet, raison pour laquelle Raoult est à ce point attaqué me semble-t-il, comme toute personne qui relativise cette crise ou qui prétend que l’épidémie pourrait être traitée.

      +41

    Alerter
    • Max // 10.04.2020 à 09h18

      Il y a une très bonne vidéo de 2Blue1Brown sur le sujet.
      En un mot : lors d’une épidémie, ce dont il faut avoir peur c’est l’absence de peur. C’est l’inverse d’une crise économique, parce que la prise de conscience du risque par la peur régule et réduit fortement les interactions.
      Mais il faut accepter de sortir des positions systématiques et des arguments d’autorité (« On cherche à nous faire peur » etc.) et accepter de regarder les faits en face. Ces réflexes primaires doivent être remis en question lorsque c’est justifié.

        +8

      Alerter
      • Bisounours // 10.04.2020 à 10h08

        Ensuite c’est une question de mesure. Le trop est aussi mortifère que le trop peu. Le stress engendré par la peur plombe les défenses immunitaires et donc augmente les cas symptomatiques sévères. Donc nourrir la peur de manière obsessionnel est aussi délétère que de la fuire. On ne voudra lire que ce qui abonde dans son sens en dénigrant ce qui relativise son point de vue. A ce stade ce n’est plus de la peur mais de la phobie pour les virus ou pour celui-ci : on est alors en présence de coronaphobes atteints de coronaphobie.

          +5

        Alerter
      • Wakizashi // 10.04.2020 à 12h27

        « En un mot : lors d’une épidémie, ce dont il faut avoir peur c’est l’absence de peur. »

        Je pense exactement le contraire : que la peur est bien plus dangereuse que le virus. Garder son calme est une vertu élémentaire en général, et à fortiori en situation d’urgence. Ce que j’ai vu sur ce site, y compris dans les commentaires, était souvent à l’opposé.

          +6

        Alerter
        • jp // 10.04.2020 à 14h27

          je ne suis pas d’accord. Avoir raisonnablement peur signifie se protéger.
          Ex : se couvrir les jambes lors de balades en foret pour éviter les tiques, utiliser une moustiquaire dans les zones infestées, porter un masque en cas de pandémie ce covid19, se laver souvent les mains, etc.
          Je suppose que si vous ne buvez pas des litres d’alcool, ne fumez pas 3 paquets de cigarettes, ne mangez pas des kg de sucre par jour, c’est un peu par peur des maladies non ?

            +1

          Alerter
          • Wakizashi // 10.04.2020 à 18h31

            @ jp

            La conscience du danger suffit amplement à s’en prémunir. La peur est une baisse du niveau de conscience, comme la colère. En général dans ces états très émotionnels, on prend de mauvaises décisions ; c’est même dans ces conditions que les actes les plus fous sont commis.

              +4

            Alerter
        • françois marquet // 10.04.2020 à 16h45

          Ca doit dépendre des individus. Certains se suicident en se croyant infectés.

            +1

          Alerter
        • Jean-François91 // 10.04.2020 à 17h40

          Exactement, avoir peur, voire paniquer, n’aide pas beaucoup.

          Avoir conscience du danger et, en gardant la tête froide, prendre les mesures qui s’imposent, comme :
          -« porter un masque » (quand il y en a…),
          -mettre des vêtements de protection (quand il y en a…),
          -faire des tests (quand il y en a…),
          -analyser les test dans les labos (quand il y en a assez…)
          -isoler les contagieux (quand on a des tests),
          -hospitaliser (quand il reste des hôpitaux ou des lits…),
          -confiner (quand il en est encore temps)

          Tout cela peut se faire sans panique, sauf… quand on découvre qu’on n’a plus de masques, plus de surblouses, plus de réactif, plus assez de labos, pas assez de places en hosto, plus assez de personnel

            +9

          Alerter
    • Océan de sagesse // 10.04.2020 à 09h37

      Comment peut on etre  » anxiogène a outrance  » devant un tel désastre ?
      Le complotiste a réponse a a tout , mais la réponse est toujours ridicule !

        +1

      Alerter
      • Docleshauts // 10.04.2020 à 12h15

        Bonjour, Aujourd’hui on parle en France de 12000 décès consécutifs au COVID-19, et ce sur une période de 40 jours environ. Dans le même temps il y a en France, en temps normal, 1700 *40= 68000 décès.
        On verra les calculs des épidémiologistes à posteriori, mais il semble, avec toutes les précautions d’usage, que nous soyons loin du désastre annoncé; n’en déplaise aux nombreux journalistes , spécialistes, et politiques divers qui ont joué sur la peur.

          +10

        Alerter
        • Chris // 10.04.2020 à 14h16

          Ne sont pris en compte que les décès des gens testés et soignés en structures hospitalières. Les autres, mis en quarantaine chez eux, EPAHD sont ignorés.
          Je trouve de comptage inapproprié, car toujours en décalage des réalités.
          Attendons les chiffres de mortalité des 6 premiers mois 2020 et comparons avec le premier semestre 2019 : là nous aurons des chiffres exploitables.

            +4

          Alerter
        • Philippe, le Belge // 11.04.2020 à 11h23

          Oui, on a juste une augmentation de près de 20%… Peanuts!
          J’imagine que vous cracheriez sans problème sur une augmentation de 20% de votre salaire!
          Et j’imagine aussi que lorsque vous écrivez cette phrase, vous n’avez pas une petite pensée pour les 12000 familles (stil counting…) qui pleurent leur proche dont pour un grand nombre la mort aurait pu être évitée!
          C’est pourtant bien un désastre, n’en déplaise à tous les cyniques.

            +1

          Alerter
  • calal // 10.04.2020 à 07h53

    « On pense que la propagation de l’infection fut causée par des particules en suspension ambiantes qui ont été dispersées dans tout le complexe depuis l’appartement du patient initial. »

    ben ouais, la climatisation et tous les systemes modernes de circulation d’air dans les batiments publics sont des nids a microbes.Je me souviens des affaires de legionnellose et des morts que cela avait provoque dans le passe.

    Mais mais ces systemes sont entretenus,tout est prevu. Bien sur,bien sur et ce poste de depense n’est absolument pas coupe par nos supers-gestionnaires qui ont le sens des priorites (le homard avant les masques).

      +21

    Alerter
    • Northlane // 10.04.2020 à 15h13

      Perso ça me choque moins qu’ils se gavent de homards que les millions d’euros de commande d’armes de maintien de l’ordre. Le fait de dire « oui les politiques ils se gavent sur notre dos » ne doit jamais nous faire oublier à quoi sers réellement l’argent qu’ils ont entre les mains.

        +3

      Alerter
  • yann // 10.04.2020 à 08h00

    Voila qui pourrait peut-être expliquer pourquoi d’autres pays s’en sortent mieux :
    https://www.youtube.com/watch?v=NZEgo5qGsnY

      +2

    Alerter
    • Marire // 10.04.2020 à 09h29

      Ce que nous apporte la pratique des mathématiques, c’est la rigueur: une démonstration, un calcul sont justes ou faux. Il n’y a pas de biais pour se raccrocher aux branches, pas d’entourloupe possible. C’est ce que ne supportent pas bon nombre de politiques ou de donneurs de leçon. Ils préfèrent se garder les moyens d’être écoutés quand ils nous baratinent, comme des boniMENTEURS de foire.
      Un peuple formé à la rigueur du raisonnement avec, entre autres une bonne pratique des mathématiques serait une moins bonne proie pour la publicité commerciale et politique.

        +9

      Alerter
      • Veloute // 10.04.2020 à 11h47

        Une démonstration, un calcul sont MATHEMATIQUEMENT justes ou faux. Cela ne dit rien de leur adéquation avec les phénomènes qu’ils sont supposé décrire : un modèle inadéquate ou imprécis parce qu’il ne prendrait pas en compte tel ou tel facteur, des données simplement inexactes ou bidonnées injectées dans le calcul, si mathématiquement irréprochable dans son exécution soit-il, feront passer ce dernier à côté de son objet.

        Un exemple bête et méchant : je me rappelle avoir, au collège, parfaitement exécuté ma résolution d’une équation. Sauf que je m’étais planté dans l’énoncé en le recopiant. Calcul exact, démonstration impeccable mais le résultat obtenu n’était pas celui demandé. Zéro, pointé.

        Autre exemple : je crois savoir que, de tous les modèles mathématiques sophistiqués proposés et censés décrire l’évolution de la pandémie se sont avérés faux (mathématiquement justes mais déconnectés de la réalité).

        Autre exemple, encore une fois bête et méchant : le décompte des décès liés au covid-19. C’est une bête addition, hein, faut pas avoir fait math-sup pour la réaliser. Et pourtant, qu’est-ce qu’on met dedans ? Les morts par covid-19, ok. On a les chiffres ? Non. Est-ce qu’on se donne / on a matériellement les moyens d’avoir les chiffres ? Non.
        Résultat ? Des chiffres critiqués de toute part, batailles d’experts, … estimations, probabilités, etc.

        Une nation de matheux, si elle est mal informée, sera aussi incapable que d’autres moins bien dotées de démêler le vrai du faux.

        #stopscientisme

          +15

        Alerter
        • Marire // 11.04.2020 à 07h56

          Vous confondez prémices et raisonnement.
          Pour qu’une conclusion soit juste, il faut 2 choses:
          1 Que les prémices soient exactes
          2 Que le raisonnement soit juste
          Si l’un des 2 manque, le résultat est erroné.
          Ce qu’apprennent les mathématiques, c’est le deuxièmement et c’est déjà pas mal. Pour le premier, on croule sous les informations, mais n’avez-vous jamais remarqué le manque de logique des journalistes et commentateurs?

            +0

          Alerter
        • chris // 11.04.2020 à 11h28

          Au sujet de votre zéro pointé . Ca dépend du prof . Mon exemple : on a droit au cours ( Ecole d’ingé ) mais manque de bol , avec le stress je l’oublie à la maison . Mais comme j’ai su expliquer comment résoudre le pb ( Hélas sans formules , donc sans calculs ) jai eu 10/20 .

            +1

          Alerter
  • Pegaz // 10.04.2020 à 08h24

    « Nous devons nous concentrer davantage sur la prévention des infections à de forts taux de virus. »

    Donc, test, diagnostique et traitement, le plus rapidement, puisque asymptomatique ou symptomatique léger peuvent avoir des charges virales importantes.

    « Chez les individus en bonne santé, cependant, le système immunitaire réagit dès qu’il sent un virus se développer en son sein. Le rétablissement dépend de celui qui gagne la course : propagation virale ou activation immunitaire. »

    Malheureusement, il se sont aperçu que dans certain cas, dont je ne connais le %, le système immunitaire s’emballe il aggrave « la maladie » ou il transforme la pathologie.
    https://sciencepost.fr/covid-19-quand-la-reponse-immunitaire-semballe/

      +5

    Alerter
  • Nicolas // 10.04.2020 à 08h27

    a une époque les hôpitaux étaient construits « horizontalement » avec des pavillons par maladie. Aujourd’hui ce sont des tours avec certes des filtres et de une maintenance sur les centrales d’air, mais à mon avis insuffisant pour un bon taux d’air neuf. Pour tout ce qui est bureaux avec clim et maintenance hasardeuse on a le droit a un bon coktail microbien brassé en permanance

      +26

    Alerter
  • Fabrice // 10.04.2020 à 09h05

    Alors?! Toujours aussi sûr de l’idiotie du bon sens populaire qui pensait que dix feuilles de PQ sur le visage était mieux que….( rien, tousser dans son coude, un masque normé FPP2 dans la limite de date de péremption, des bla-bla-bla présidentielles et baratins médiatiques Lobotomisants, se mettre la tête dans le sable….)

      +7

    Alerter
    • Séraphim // 10.04.2020 à 14h26

      Evidemment! Ca tombe sous le sens! Quand ce pauvre docteur Li est mort si vite, à 34 ans, on a tous compris en Chine que c’était dû à la surcharge virale.
      C’est aussi la raison pour laquelle se moucher dans son coude est une stupidité crasse par rapport à éternuer dans son masque, et qu’il faut donc rendre immédiatement celui-ci obligatoire! C’est aussi la raison, mais que le NYT n’ose pas dire, pour laquelle se laver les mains est MOINS important que de porter un masque. Sur mes mains il y a quelques traces de virus récoltés ici ou là; dans le masque que le voisin contaminé porte, il y en a des tombereaux!

        +4

      Alerter
  • pseudo // 10.04.2020 à 09h18

    pour faire plus concis que l’article.

    Si ta charge virale initiale est faible, tu donnes plus de temps à ton système immunitaire pour construire une réponse. Si ta charge virale est forte il a moins de temps pour reconnaître l’assaillant et commencer la réponse, ce qui inévitablement mènera à de plus sévères symptômes.

    Donc port du masque, donc tu te laves les mains, donc tu limites les contacts qui doivent être considérés comme contagieux par défaut.

    ta santé est ma santé, alors joue pas avec ma vie sinon c’est moi qui vais m’en occuper.

      +16

    Alerter
  • Berrio // 10.04.2020 à 09h55

    Pour lutter contre les conséquences de la crise sanitaire (sic), l’UE a adopté à 27 un plan à 500 milliards d’€. Bruno Le Maire nous annonce avoir débloqué 100 milliards pour l’économie française sur le budget français.
    500 milliards à 27, c’est pour se donner une contenance ou c’est vraiment un traitement efficace ?

      +1

    Alerter
    • Nicolas // 10.04.2020 à 13h43

      Un début de traitement c’est la BCE qui prête directement aux états … comme est en train de le faire … tiens tiens ….l’Angleterre. Ah mais oui l’UE n’est pas un machin souverain

        +2

      Alerter
  • Antoine // 10.04.2020 à 10h23

     » Les virus comme tout autre poison  » l’article commence mal….

      +2

    Alerter
  • Dubreuil // 10.04.2020 à 11h08

    Pour aller dans le même sens il y avait cet article
    https://dr-gomi.blog4ever.com/sarscov2-un-virus-des-villes-pas-un-virus-des-champs-effet-de-masse-critique-en-zone-urbaine-1?
    qui interroge la persistence du virus sur des clusters.

      +3

    Alerter
  • philippe Roux // 10.04.2020 à 11h44

    Comme toujours en biologie, estimer l’efficacité exige d’être bien sûr de l’existence d’une relation de corrélation entre deux observations. Ce n’est pas parce que X a pris un médicament « p » et que X est guéri que cette guérison est due à « p ».( Sauf néanmoins si la maladie était 100% mortelle). En revanche, plus le nombre de patients guérissent après avoir pris « p », plus la supposition de cause à effet se renforce surtout si l’on compare les résultats avec ceux d’un autre groupe globalement identique mais auquel on donne un placebo. D’où la nécessité d’une approche statistique. Il en va de la question très pertinente sur la charge virale comme du reste. A défaut on reste dans l’empirisme, ce que tente Raoult, mais pourquoi pas? Ou dans le présupposé et le manque de rigueur comme Séralini et les OGM.

      +1

    Alerter
  • Dedge // 10.04.2020 à 12h09

    Attention, il reste un paragraphe en anglais.

      +1

    Alerter
  • Julie // 10.04.2020 à 13h06

    Les taux de gens contaminés parmi ceux qui travaillent dans les métros et bus, que ce soit à Londres, Paris ou New York, montre bien que c est ça le vrai problème.
    Enfermer chez eux les gens qui vivent dans des endroits peu densément peuplés est stupide pour cette raison mais comme on leur a imposé des supermarchés au lieu de boutique où on peu simplement indiquer un maximum de personnes à l’intérieur, comme le font la majeure partie des pays européens……..

      +5

    Alerter
  • Renard // 10.04.2020 à 13h16

    Bravo pour votre objectivité Olivier,
    Car après avoir lu l’article, il devient évident que ce qu’il faut ce sont :
    – un dépistage aussi précoce que possible,
    – un antiviral capable de faire baisser la charge virale,
    – et, pendant qu’on y est, j’ajouterais bien un ptit antibio pour éviter les maladies opportunistes.

      +22

    Alerter
    • Omelette // 10.04.2020 à 18h35

      – une révolution pour qu’on gère solidairement et en toute transparence la crise et qu’on prévienne les suivantes.
      (tant qu’à faire, j’ajoute mes doléances à la liste du père noël, il a le temps de préparer les cadeaux dans son entrepôt Amazon)

        +1

      Alerter
  • Jb // 10.04.2020 à 13h32

    Malheuresement ces études sont tellement pourries qu’elles ne prouvent rien du tout. Si il avait fait l’effort de faire des études correctes on n’aurait pas perdu 1 mois.

      +0

    Alerter
  • Normol // 10.04.2020 à 18h37

    1 – Pendant la grippe espagnole de 1918 on brûlait beaucoup du « papier d’arménie » dans les hôpitaux pour disait-on purifier l’air. La fumée d’encens qui se répand dans la pièce fait tomber au sol les particules fines d’eau et de poussière dans l’air…. Et comme par hasard, cet article vient de ressortir !
    2 – Décéder du virus est idéologiquement acceptable. Décéder d’une possible complication secondaire due à un médicament est déontologiquement inacceptable dans un système normé applicable non seulement à des productions industrielles mais aussi jusqu’aux conditions de vie de tout-un-chacun. ….. Faut que Bruxelles édicte une norme après ratification par OMS pour pouvoir recevoir un traitement ….
    Il faut « normer » rapidement le bonheur !

      +4

    Alerter
  • Quintus // 10.04.2020 à 19h48

    A priori l’infection d’un organisme suite à une exposition virale se comporte comme la diffusion d’une épidémie : une loi logistique dont le début est exponentiel. Limiter son exposition c’est laisser davantage le temps à l’organisme de s’adapter à ce virus – diviser c’est gagner du temps – et d’y répondre adéquatement.

    Mithridatisation version 2020 ?

      +0

    Alerter
  • Sybillin // 11.04.2020 à 10h41

    En Nouvelle Aquitaine il y a moins de 3000 cas de Covid (hors ceux diagnostiqués en médecine générale) depuis le début de l’épidémie, la progression est faible : moins de 150 cas par jour.
    Il serait intéressant d’étudier pourquoi une région très vaste géographiquement reste peu touchée par l’épidémie.
    Sans vouloir être mauvaise langue, il est probable que la fuite des parisiens dans leur résidence secondaire nous as apporté quelques cas que nous aurions pu éviter!
    Tous les chiffres peuvent être consultés tous les jours sur le site de l’ARS Nouvelle Aquitaine.

      +1

    Alerter
  • chris68 // 11.04.2020 à 11h41

    J’ai une hypothèse . Si le virus n’est dangereux : qu’avec une certaine quantité ( Plausible vu que c’est une sur-réponse de l’organisme qui tue ) , qu’a priori la contagiosité ( R0 ) est plutôt de 3.5 et qu’il sévit depuis Décembre , je pense que le pourcentage d’infectés ( Donc d’immunisés ) est très largement supérieur aux 1% ( ~ 6 millions de contaminés ) estimés . Ce qui pourrait expliquer le phénomène . Concentration ( Due au rassemblement évangélique ) Grand Est et Paris ( Densité de population ) aurait créer des Super Speader ( Super contaminants ) . J’accepte toutes les contradictions .

      +0

    Alerter
  • Yves Chosson // 11.04.2020 à 20h17

    On devrait porter le masque aussi pour tous les virus, rhume, grippe saisonnière, …
    https://tous-responsables.blogspot.com

      +0

    Alerter
  • François // 12.04.2020 à 16h26

    A lire aussi comme l’italie a autorisé la médecine de ville à prescrire l’hydroxychloroquine, de façon encadrée, semble t il avec succès et avec moins de polémique
    https://www.leggo.it/salute/medicina/coronavirus_clorochina_cura_farmaco_12_aprile_2020-5166720.html

      +0

    Alerter
  • Fred // 14.04.2020 à 09h31

    Pour précision, le Dr Li était ophtalmologiste et ne traitait pas directement des patients atteints du virus.
    Cependant, c’est lors de ses discussions avec d’autres médecins de l’hôpital et au vu de résultats de tests du SRAS de ses collègues qu’il a appris la présence. de virus. En effet, les test administrés détectent tous les coronavirus, pas seulement le COVID-19.
    Par ailleurs, les docteurs chinois, dans leur recherches, ont remarqué des ‘super spreaders’, c’est a dire des personnes qui ont transmis le virus a un nombre de personnes importants. Certains l’ont directement transmit à 150 personnes, la moyenne étant d’environ 3. Je suppose donc que la charge virale est un élément important dans le taux de transmission.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications