Les Crises Les Crises
17.juillet.201817.7.2018 // Les Crises

Les lacunes dans le récit Skripal officiel. Par Craig Murray

Merci 151
J'envoie

Source : Craig Murray, 12-07-2018

Par Craig Murray

12 juillet 2018

Dans mon dernier billet, j’ai présenté le récit officiel du gouvernement sur les événements de l’affaire Skripal. J’examine ici la crédibilité de cette histoire. La semaine prochaine, j’examinerai des explications différentes.

La Russie a eu pendant dix ans un programme secret de production et de stockage d’agents neurotoxiques Novichok. Elle a également formé des agents aux techniques secrètes d’assassinat, et les services de renseignements britanniques ont une copie du manuel de formation russe, qui comprend des instructions pour appliquer l’agent neurotoxique sur les poignées de porte.

Le seul support à l’appui de cette déclaration de Boris Johnson est le prétendu “renseignement”, et malheureusement le “renseignement” sur le programme secret Novichok de la Russie vient exactement des mêmes personnes qui nous ont apporté les informations sur le programme d’armes de destruction massive de Saddam Hussein, des menteurs avérés. En outre, la question se pose de savoir pourquoi la Grande-Bretagne dispose de ces renseignements depuis une décennie et n’en a rien fait, y compris en ne disant rien aux inspecteurs de l’OIAC [Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, NdT] qui ont certifié que les stocks d’armes chimiques de la Russie ont été démantelés.

Si la Russie a vraiment un programme de formation de tueurs professionnels par le Novichok, pourquoi l’assassinat a-t-il été si lamentablement raté ? Au cours d’une décennie de développement, ils auraient certainement découvert que la méthode présumée de gel sur la poignée de porte ne fonctionnait pas ? Et où est le manuel de formation que Boris Johnson prétendait posséder ? Après avoir dit au monde – y compris à la Russie – que le Royaume-Uni le détient, qu’est-ce qui empêche le Royaume-Uni de le produire, avec des marques qui pourraient identifier la copie spécifique effacée ?

Les Russes ont choisi d’utiliser ce programme d’assassinat pour cibler Sergei Skripal, un agent double qui avait été libéré de prison en Russie il y a huit ans.

Il semble extraordinaire que la cible choisie pour une tentative qui révèlerait l’existence d’une arme secrète, mettant fin à la dissimulation d’un programme vieux de dix ans, ne soit pas plus importante qu’un agent double de rang moyen que les Russes ont laissé sortir de prison il y a des années. S’ils voulaient sa mort, ils auraient pu le tuer. En outre, l’attaque contre lui saperait tous les futurs échanges d’espions possibles. Poutine était donc prêt, selon cette lecture, à sacrifier à la fois le secret du programme Novichok et la carte d’échange d’espion afin d’attaquer Sergei Skripal. Cela semble hautement improbable.

Seuls les Russes sont capables de fabriquer le Novichok et seuls les Russes avaient un motif pour attaquer les Skripal.

The nub of the British government’s approach has been the shocking willingness of the corporate and state media to parrot repeatedly the lie that the nerve agent was Russian made, even after Porton Down said they could not tell where it was made and the OPCW confirmed that finding. In fact, while the Soviet Union did develop the “novichok” class of nerve agents, the programme involved scientists from all over the Soviet Union, especially Ukraine, Armenia and Georgia, as I myself learnt when I visited the newly decommissioned Nukus testing facility in Uzbekistan in 2002.

L’élément central de l’approche du gouvernement britannique a été la volonté consternante des médias traditionnels et d’État de répéter à maintes reprises le mensonge selon lequel l’agent neurotoxique a été fabriqué en Russie, même après que Porton Down a déclaré ne pas pouvoir dire où il a été fabriqué et que l’OIAC a confirmé cette conclusion. En fait, quand l’Union soviétique a développé la classe des agents neurotoxiques « Novichok », le programme a impliqué des scientifiques de toute l’Union soviétique, en particulier de l’Ukraine, de l’Arménie et de la Géorgie, comme je l’ai moi-même appris lorsque j’ai visité l’installation d’essai de Nukus récemment démantelée en Ouzbékistan en 2002.

En outre, ce sont les États-Unis qui ont démantelé l’installation et retiré l’équipement pour le ramener aux États-Unis. Au moins deux scientifiques clés du programme ont déménagé aux États-Unis. Des formules pour plusieurs Novichok ont été publiées depuis plus d’une décennie. Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Iran ont sans aucun doute synthétisé un certain nombre de formules Novichok et presque certainement d’autres l’ont fait aussi. Des dizaines d’États ont la capacité de produire du Novichok, ainsi que de nombreux acteurs non étatiques expérimentés.

Quant au mobile, il pourrait être la vengeance, mais il n’est pas certain qu’un tel motif ait pu vraiment l’emporter sur la crainte d’encourir l’opprobre internationale juste avant la Coupe du Monde, dans laquelle la Russie a tant investi pour son prestige.

Ce qui est certainement faux, c’est que la Russie est la seule à avoir un motif. Le mobile évident est de tenter d’accuser et de discréditer la Russie. Parmi ceux qui pourraient souhaiter le faire figurent l’Ukraine et la Géorgie, avec lesquelles la Russie est en conflit territorial, ainsi que les États et les groupes djihadistes avec lesquels la Russie est en conflit en Syrie. Le complexe militaro-industriel de l’OTAN a aussi, de toute évidence, un intérêt clair à alimenter la tension avec la Russie.

Il y a bien sûr la possibilité que Skripal ait été attaqué par un gangster privé avec lequel il aurait eu un différend, ou que l’attaque ait été liée à Pablo Miller, responsable de Skripal pour le MI6, qui travaille sur le dossier Orbis/Steele du Russiagate concernant Donald Trump.

Il est évident que les déclarations du gouvernement britannique selon lesquelles seule la Russie avait les moyens et que seule la Russie avait le mobile sont des mensonges énormes sur les deux points.

Les Russes avaient mis sur écoute le téléphone de Ioulia Skripal. Ils ont décidé d’attaquer Sergei Skripal alors que sa fille était venue de Moscou pour lui rendre visite.

Dans un effort pour étayer le récit du gouvernement, au moment de l’attaque d’Amesbury, les services de sécurité ont fait circuler le bruit, par l’intermédiaire de l’ami de longue date de Pablo Miller, Mark Urban de la BBC, que les Russes avaient « peut-être » mis sur écoute le téléphone de Ioulia Skripal, ainsi que l’affirmation selon laquelle il s’agissait d’une preuve solide que les Russes étaient effectivement à l’origine de l’attaque.

Mais réfléchissez-y bien. Si c’était vrai, alors les Russes ont délibérément attaqué à un moment où Ioulia était au Royaume-Uni plutôt que lorsque Sergei était seul. Pourtant, aucun motif n’a été invoqué pour s’en prendre à Ioulia ou pourquoi ils attaqueraient pendant que Ioulia était en visite – ils auraient pu peindre sa poignée de porte avec moins de crainte d’être découverts à chaque fois qu’il était seul. De plus, il est assez naturel que les services de renseignements russes aient mis sur écoute le téléphone de Ioulia et de Sergei s’ils le pouvaient. La famille des agents doubles est une cible normale. Je n’ai aucun doute, d’après des décennies d’expérience en tant que diplomate britannique, que le GCHQ [ Government Communications Headquarters : service de renseignements électroniques du gouvernement du Royaume-Uni, NdT] a mis sur écoute le téléphone de Ioulia. En effet, si on met sérieusement en avant les écoutes téléphoniques comme preuves d’intentions meutrières, alors le gouvernement britannique doit être très meurtrier.

Leur(s) assassin(s) entraînés(s) a(ont) appliqué un agent Novichok sur la poignée de porte de la maison des Skripal dans la banlieue de Salisbury. Avant ou après l’attaque, ils sont entrés dans un lieu public au centre de Salisbury et y ont laissé un récipient scellé contenant le Novichok.

The incompetence of the assassination beggars belief when compared to British claims of a long term production and training programme. The Russians built the heart of the International Space Station. They can kill an old bloke in Salisbury. Why did the Russians not know that the dose from the door handle was not fatal? Why would trained assassins leave crucial evidence lying around in a public place in Salisbury? Why would they be conducting any part of the operation with the novichok in a public area in central Salisbury?

Leur(s) assassin(s) expérimenté(s) a(ont) appliqué un agent Novichok sur la poignée de porte de la maison des Skripal dans la banlieue de Salisbury. Avant ou après l’attaque, ils sont entrés dans un lieu public au centre de Salisbury et y ont laissé un conteneur scellé contenant le Novichok.

L’incompétence des assassins défie la raison lorsqu’on la compare aux allégations des Britanniques concernant un programme de production et de formation à long terme. Les Russes ont construit le cœur de la Station spatiale internationale. Ils peuvent tuer un vieux type à Salisbury. Pourquoi les Russes ne savaient-ils pas que la dose sur la poignée de porte n’était pas fatale ? Pourquoi des assassins entraînés laisseraient traîner des preuves cruciales dans un lieu public à Salisbury ? Pourquoi mener une partie de l’opération avec le Novichok dans une zone publique au centre de Salisbury ?

Pourquoi personne ne les a vus peindre la poignée de porte ? Cela a dû impliquer le port d’un équipement de protection, qui n’aurait pas eu l’air à sa place dans une banlieue de Salisbury. Skripal étant réinstallé par le MI6 et étant un ancien agent de renseignement lui-même, il est difficile de croire que le MI6 n’ait pas installé, comme à l’habitude, certains systèmes de sécurité de base, y compris une caméra de sécurité sur sa maison.

Les Skripal ont tous deux touché la poignée de porte et tous deux ont eu un comportement parfaitement normal pendant au moins cinq heures, et ont même pu manger et boire de bon appétit. Puis ils ont été frappés simultanément et instantanément par l’agent neurotoxique, à un endroit du centre-ville comme par hasard proche de l’endroit où les assassins ont laissé traîner un conteneur scellé de Novichok. Même si l’agent neurotoxique était huit fois plus mortel que le Sarin ou le VX, il n’a pas tué les Skripal parce qu’il avait été sur la poignée de porte et altéré par la pluie.

Pourquoi ont-ils tous les deux touché la poignée de porte extérieure en sortant et en fermant la porte ? Pourquoi le Novichok a agi si lentement, sans aucune sensation de malaise évidente pendant au moins cinq heures, et puis comment il a frappé les deux absolument simultanément, de sorte que ni l’un ni l’autre n’ait pu appeler à l’aide, en dépit de leur sexe, poids, âges, métabolismes et d’avoir reçu des doses aléatoires complètement incontrôlées. Les chances que cela se produise sont pratiquement nulles. Et pourquoi l’agent neurotoxique a-t-il été finalement inefficace ?

Le sergent détective Bailey s’est rendu à la maison des Skripal et a également été empoisonné par la poignée de porte, mais plus légèrement. Aucun des autres policiers qui se sont rendus dans la maison n’a été touché.

Pourquoi le sergent détective a-t-il été affecté et personne d’autre qui a visité la maison ou la scène où les Skripals ont été trouvés ? Pourquoi Bailey n’a été que légèrement affecté par cette substance extrêmement mortelle, dont une infime quantité peut tuer ?

Quatre mois plus tard, Charlie Rowley et Dawn Sturgess fouillaient dans les parcs publics, peut-être à la recherche de mégots de cigarettes, et sont accidentellement entrés en contact avec un récipient scellé de Novichok. Ils ont été empoisonnés et Dawn Sturgess est morte par la suite.

Si l’agent neurotoxique a survécu quatre mois parce qu’il se trouvait dans un récipient scellé, pourquoi ce contenant scellé a-t-il mystérieusement disparu à nouveau ? Si Rowley et Sturgess ont été en contact direct avec le récipient, pourquoi ne sont-ils pas tous les deux morts rapidement ? Pourquoi quatre mois de recherche de Salisbury et une opération massive de la police, du service de sécurité et de l’armée n’ont pas trouvé ce récipient, si Rowley et Sturgess avaient pu le faire ?

Avec quelques questions simples, je suis en train de démolir ce qui est la théorie de conspiration la plus grotesque que j’aie jamais entendue – la théorie de conspiration de Salisbury mise en avant par le gouvernement britannique et ses laquais du monde des affaires.

Mon prochain billet examinera quelques explications plus plausibles de cette affaire.

Source : Craig Murray, 12-07-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

fox 23 // 17.07.2018 à 12h33

Mon cher Pinouille, sans doute êtes vous vacciné contre les effets pervers de la propagande appelée information dans notre doulce France, mais pensez:
1- Il reste un troisième volet à venir
2- Heureusement le blog Les Crises à régulièrement de nouveaux lecteurs qu’il faut aider à comprendre
3- Lecteur de ce blog depuis un certain temps, je ne l’ai jamais vu faire l’apologie de l’innocence d’autres pays dans tous les cas, par contre, c’est quand même un cas école de complotisme d’Etat se proposant de faire encore monter la tension internationale pouvant aboutir à un conflit à notre porte !
Cette grave irresponsabilité de politiciens doit être combattue ce qui nécessite de démonter soigneusement leur argumentaire bidon. Qui de mieux qu’un Britannique pour le faire ?

17 réactions et commentaires

  • Pinouille // 17.07.2018 à 10h56

    L’intérêt de cet article est discutable puisqu’il se contente de nuancer les certitudes officielles avec une série de doutes ou de questions sans réponse, et qui amha le resteront très longtemps.
    Une simple recherche “Skripal” sur Les Crises propose 40 articles.
    Quel est l’utilité pour les Crises de ressasser en boucle les mêmes thématiques sans apport nouveau?
    Dix fois moins, bien choisis, suffisent à la même démonstration. Et il existe bien d’autres thèmes sensibles qui mériteraient la même attention.
    Et je remarque que ce genre d’accumulation produit des effets pervers contraires à l’esprit de ce blog: convaincre certains que l’occident est le seul fautif de tous les maux de ce monde et que la Russie, la Chine et autres qui s’opposent à sa volonté hégémonique sont parées de toutes les vertus.
    On ne combat pas une propagande manichéenne en participant (même involontairement) à en créer une autre.

      +16

    Alerter
  • WASTERLAIN // 17.07.2018 à 11h47

    “convaincre certains que l’occident est le seul fautif de tous les maux de ce monde et que la Russie, la Chine et autres qui s’opposent à sa volonté hégémonique sont parées de toutes les vertus.”
    Je ne crois pas avoir lu sur les crises ce que vous écrivez. Et la lecture des articles, je les lis tous, ne me donne pas cette impression.
    L’intérêt de publier de nombreux articles sur ce sujet réside dans le fait qu’ils permettent de se faire une idée précise sur la propagande de guerre développée par l’UK (l’UK a déclaré qu’il s’agit d’un acte de guerre, ni plus ni moins ! ! !), ou peut-être à contrario des manigances de la Russie… …Dans un cas comme dans l’autre, le sujet est suffisamment grave que pour en faire une étude exhaustive !

      +24

    Alerter
    • Pinouille // 17.07.2018 à 20h48

      “Je ne crois pas avoir lu sur les crises ce que vous écrivez. Et la lecture des articles, je les lis tous, ne me donne pas cette impression.”
      Ce ne sont pas les articles qui suscitent ma réaction. Ce sont les commentaires qui leur sont associés, et qui, à mon sens, sont entretenus par cette succession que j’évoquais auparavant.
      Même si la tendance s’estompe en période estivale, la bonne majorité de ces commentaires trahissent une crispation, voire une obsession, sur les défauts de l’occident (capitaliste, néo-libérale, hégémonique, va-t-en-guerre, inégalitaire, liberticide, propagandesque, etc…) et, par réaction, sur les qualités de ceux qui s’y oppose. Et surtout une intolérance à tout discours qui nuance.

        +4

      Alerter
      • WASTERLAIN // 18.07.2018 à 23h00

        “Et je remarque que ce genre d’accumulation produit des effets pervers contraires à l’esprit de ce blog: convaincre certains que l’occident est le seul fautif de tous les maux de ce monde et que la Russie, la Chine et autres qui s’opposent à sa volonté hégémonique sont parées de toutes les vertus.”
        “Accumulation” des articles si je vous ai bien lu…

          +2

        Alerter
  • lamouette // 17.07.2018 à 11h51

    Merci pour cet article dont l’intérêt me semble assez évident: mettre en évidence la propagande (de plus en plus?) outrancière (en ce qu’elle ne s’embarrasse même plus d’un semblant de crédibilité) des médias occidentaux. Et ce faisant, je ne vois pas en quoi il participerait d’une propagande russe ou parerait la propagande russe de toutes les vertus.
    L’esprit de ce blog a d’ailleurs toujours été celui déjà porté par N. Chomsky, à savoir qu’en tant que citoyen d’un pays,il est toujours plus ardu de balayer devant sa propre porte que de se joindre aux critiques (justifiées ou non) contre les autres pays et c’est pourquoi il est utile d’accumuler les éléments de contradiction de nos médias, gouvernement (français et UE) qui se chargent déjà jusqu’à plus soif de porter la critique des médias et gouvernement russes.

    Par contre je trouve un peu dommage la publication en l’absence d’une relecture générale de la traduction.

      +26

    Alerter
    • Françoise // 19.07.2018 à 07h38

      Bonjour Lamouette,

      “Par contre je trouve un peu dommage la publication en l’absence d’une relecture générale de la traduction.”
      Pourquoi dites-vous ça ? Il y a des erreurs ?

        +0

      Alerter
  • fox 23 // 17.07.2018 à 12h33

    Mon cher Pinouille, sans doute êtes vous vacciné contre les effets pervers de la propagande appelée information dans notre doulce France, mais pensez:
    1- Il reste un troisième volet à venir
    2- Heureusement le blog Les Crises à régulièrement de nouveaux lecteurs qu’il faut aider à comprendre
    3- Lecteur de ce blog depuis un certain temps, je ne l’ai jamais vu faire l’apologie de l’innocence d’autres pays dans tous les cas, par contre, c’est quand même un cas école de complotisme d’Etat se proposant de faire encore monter la tension internationale pouvant aboutir à un conflit à notre porte !
    Cette grave irresponsabilité de politiciens doit être combattue ce qui nécessite de démonter soigneusement leur argumentaire bidon. Qui de mieux qu’un Britannique pour le faire ?

      +33

    Alerter
    • Kiwixar // 18.07.2018 à 02h48

      “pouvant aboutir à un conflit à notre porte”

      Un conflit sur le continent. Ca a toujours été la stratégie britannique d’attiser les tensions entre puissances continentales pour éviter l’émergence d’une puissance continentale. Avec quelques poussées de panique selon leurs disponibilités énergétiques (charbon puis pétrole/gaz qui est leur problème actuel). Mais bon, qui serait assez fou pour aller faire la guerre à la Russie? “Votez Hillary Clinton 2020….”

        +4

      Alerter
    • Vassili // 19.07.2018 à 03h45

      Mon cher je ne sais qui
      Pour le 1 et le 2 vous êtes ben gentil.
      Mais pour le 3 à m’excuser, l’alambiqué de votre discours me laisse un peu pantois.
      Si vous pouviez avoir l’infinie obligeance de me préciser votre penser !
      Je vous serez infiniment reconnaissant !!!
      Je suis un peu bête mais je en comprend pas très bien cette phrase : ” Lecteur de ce blog depuis un certain temps, je ne l’ai jamais vu faire l’apologie de l’innocence d’autres pays dans tous les cas, ”
      Et moins encore celle qui suit :
      “par contre, c’est quand même un cas école de complotisme d’Etat se proposant de faire encore monter la tension internationale pouvant aboutir à un conflit à notre porte !”

      Mais je vous serais déjà reconnaissant si vous pouviez me préciser si vos propos concernent l’article ou le site en général ?

        +0

      Alerter
  • RGT // 17.07.2018 à 19h02

    Le fait de s’acharner sur un voisin qui refuse de se soumettre à ses volontés n’est pas la caractéristique spécifique des états, elle l’est aussi de certains “humains” un peu “spéciaux”.

    Et ça peut mener très loin, de la fabrication d’événements fictifs dans lequel ledit voisin est soit-disant totalement impliqué, assortis de “vraies fausses plaintes” auprès des forces de l’ordre suivies ensuite d’une propagande incessante de tout le voisinage.

    Je peux vous le confirmer, lorsque vous avez certaines personnes un peu “particulières” comme voisins
    ça peut rapidement dégénérer alors que vous ne souhaitez qu’une seule chose : Qu’on vous foute la paix.

    Nous avons une voisine pour le moins “affligeante” qui considère qu’elle a le droit de venir sur notre propriété quand bon lui semble pour exécuter tous ses désirs.
    Entre autres d’aller copieusement arroser de désherbant hautement toxique une bande de 2 mètres de large longeant le mur de sa maison.
    Pour faire ses “petites promenades” elle avait même ouvert la clôture de séparation entre nos deux propriétés afin d’y installer un portail lui permettant d’éviter d’escalader la clôture…
    Sisi, comme disait Michel Audiard, il y en a qui osent tout.
    Portail bien sûr fermé par une chaîne dont elle était la seule à posséder la clé.
    [modéré]
    Pour en revenir au sujet de cet article, il n’y a pas QUE les gouvernements qui abusent de moyens peu “recommandables” pour pourrir la vie de leurs voisins qui ne veulent pas se soumettre à leurs volontés.
    [modéré]

      +0

    Alerter
  • Araok // 18.07.2018 à 09h18

    Avec peu d’espoir que mon commentaire passe la modération ( terme d’ailleurs ambigu).
    Comme Pinouille je m’interroge sur la répétition de certains articles. Je mets le lien vers le site Arretsurimages où Daniel Schneiderman mentionne, selon lui, la perte de crédibilité de Sapir depuis qu’il est hébergé par RT. Attention, Olivier, la crédibilité du message dépend aussi de la crédibilité de son support.
    Bonne journée à tous
    https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/taddei-sur-rt-france-comment-dit-on-mercato-en-russe

      +0

    Alerter
    • Charles // 18.07.2018 à 15h11

      Araok:
      “Attention, Olivier, la crédibilité du message dépend aussi de la crédibilité de son support.”

      Schneidermann:
      “Tout discours, quel qu’il soit, est indissociable de son lieu d’énonciation. ”

      C’est bien pour cette raison que des médias comme Le Monde, Le Figaro, Libération, etc., n’ont plus aucune crédibilité et perdent des lecteurs.
      Les détracteurs des médias russes sont bien incapables de démontrer que ces médias mentent.

      Schneidermann:
      “C’est ensuite un gâchis pour Taddei lui-même, qui se vend à une chaîne d’Etat étrangère, et pas n’importe laquelle. Une chaîne qui poursuit un objectif politique bien précis : saper l’UE, et l’euro, par tous les moyens.”

      Il n’y a aucun argument à l’appui de cette assertion. On est dans un discours typiquement anti-russe. Et quand bien même cette affirmation serait vraie, ce serait une raison de plus de se brancher sur RT et Sputniknews. Cela s’appelle aussi le pluralisme de l’information. Si je veux savoir ce qui se passe en Syrie ou au Yémen, pas la peine de compter sur les médias mentionnés plus haut. Mais en allant par exemple ici:
      http://en.farsnews.com/
      ou là:
      https://twitter.com/smmsyria
      je pourrais me faire une idée de l’évolution de la situation.

      Et les détracteurs de RT et des-crises pourraient aussi s’interroger sur le pourquoi de l’arrivée de Sapir sur RT et sur les-crises. Une censure est-elle si vite oubliée?

      Je me réjouis de l’arrivée de Taddei à RT!
      Et je plains les lecteurs de ce blog qui prétendent lui dicter sa conduite éditoriale.

        +6

      Alerter
      • Owen // 19.07.2018 à 01h24

        “Tout discours, quel qu’il soit, est indissociable de son lieu d’énonciation”
        Et c’est Daniel Scheidermann qui le dit, quelle horreur.

        Juger d’une information par rapport à son émetteur est le premier des pièges cognitifs à toute vérification et même à tout réflexion. C’est aussi le premier moyen de manipulation.

        On peut reconnaître la crédibilité d’une information, qui est un argument d’autorité, car on reconnait la vérité d’une information en fonction de la réputation de l’émetteur. Mais on ne reconnait surtout pas la valeur d’une information en fonction de l’émetteur.

          +1

        Alerter
  • Vassili // 18.07.2018 à 14h54

    Excellente analyse !
    Le seul argument que j’ai trouvé pour une intervention urgente (mokrye dela) du SVR aurait été une urgence. De quelle nature aurait-elle pu être ? Le père Skrypal a été entièrement débriefé au moment de l’échange. Il ne constituait donc plus de danger depuis longtemps. Tous les autres arguments de Craig Murray, sont également les miens.
    Reste un argument pour lequel je n’ai pas de fondement logique mais qui serait une piste. C’est que ce n’est pas malgré la venue de la fille mais du fait de sa venue qu’il y aurait pu y avoir urgence. À rappeler la mort récente du fils dans un accident de voiture. Je ne reprendrai pas la thèse d’un tabloïd anglais (The Sun ?) selon laquelle la future belle-mère de la fille aurait pour empêcher le mariage offert un flacon de parfum à Ioulia… Pourtant c’est bien un flacon de parfum qui a tué la jeune femme anglaise… C’est du romanesque. Bien que les mères russes – j’en sais quelque chose sont capables de tout pour préserver leurs fils 😉 – Que la cible aurait été la fille… Mais alors, pourquoi la novitchok ?
    Les arguments de l’intox anti-russe sont tous beaucoup plus crédibles !

      +1

    Alerter
    • Charles // 18.07.2018 à 15h20

      “selon laquelle la future belle-mère de la fille aurait pour empêcher le mariage offert un flacon de parfum à Ioulia”

      Absurde. Si c’était un tel flacon, les enquêteurs l’auraient appris en interrogeant Ioulia et auraient recherché le-dit flacon. Tous les lieux fréquentés par les Skrypal n’ont-ils pas été ratissés? Rappelons aussi que le père a été plus sévèrement touché que la fille. C’est lui qui voulait se parfumer?

      Ce qui est le plus inquiétant est le fait que les Skrypal ont disparu. Pourquoi veut-on les empêcher de parler?

        +3

      Alerter
      • Vassili // 20.07.2018 à 15h13

        @Charles
        Si vous aviez bien lu mon texte, vous sauriez que je ne fais là que rendre compte de la thèse farfelue d’un tabloïd britannique qui avance dès le début de l’enquête cette hypothèse de la future belle-mère apprenant que sa belle-fille serait la fille d’un traître et lui offrant ce flacon avant son départ pour l’Angleterre. La thèse est farfelue à plus d’un titre : comment par exemple la belle-mère aurait-eu accès au Novitchok ?
        Pour ce qui est maintenant le flacon en lui-même, qu’est-ce qui vous dit que la fille n’en aurait pas parlé au moment des interrogatoires, (vous y avez eu accès depuis que les Skrypal sont totalement coupé du monde par le MI6 ou 5 ?) Sans compter le fait que pour ce genre de substances, dont c’est l’un des principes les victimes n’ont bien entendu pas conscience de ce que qui les a empoisonné. Ni Georgi Markov a fait le lien avec le parapluie dont il n’a même pas vraiment senti la piqûre, ni Litvinenko n’a fait le rapport avec le thé.
        Ce qui est par contre troublant, c’est que finalement on trouve un flacon de parfum. Dont des professionnels ce serait débarrassé bien différemment d’ailleurs. Soit en l’enterrant (urgence), soit en le remettant à un agent chargé spécialement de la sécuriser, soit en le remettant à un collaborateur à statut diplomatique qui quittait le pays sur le champ avant même que les premiers symptômes n’apparaissent chez les Skrypal. La dernière hypothèse étant la plus plausible tout simplement à moins de laisser agir des amateurs. Et c’est la encore que Craig Murray a raison dans son article. Quand on développe des substances de ce genre ont réfléchi aussi bien aux diverses modalités d’application (individus, foules, armées, etc…) et il n’y a pas qu’un manuel mais des centaines. Un exemple : durant la guerre de Tchétchénie le contre-espionnage (ROEM) militaire français avait imprimé pour chaque agent des transmissions qui écoutait les communications des combats à Grozny (et cela allait jusqu’au niveau de l’unité !) deux gros manuels de vocabulaire pour les armes de guerre. Les agents avaient certes reçu une formation de deux ans au moins de russe, mais là étaient spécifiés les noms et abréviations militaires de toutes les armes possibles (même les missiles intercontinentaux qui avaient vraiment peu de chance d’être utilisés en Tchétchénie) Et les agents des transmissions devaient « réviser » tous les soirs en se couchant leur « vocabulaire »
        Donc à redire que pour une opération de ce type :
        1/ Le coup de gel sur la poignée de porte est illogique (quand j’entre chez avec quelqu’un, il n’y a que moi qui touche la poignée extérieure) et de plus en contradiction avec l’idée d’un spray de flacon de parfum. A moins qu’il y ait maintenant du parfum en gel. 😉
        2/ L’idée d’une opération qui ne prévoit pas avec l’exfiltration de l’équipe, aussi bien la destruction efficace si possible du contenant ou l’exfiltration (sécurisé) de celui-ci dès lors qu’il contient du produit encore actif et/ou est lui contaminé ne cadre pas avec les procédés habituels des services tchékistes qui produisent des manuels à tout va et surtout planifient les choses jusqu’aux moindres détails.
        3/ Mais bien plus essentiellement le choix du moment est en totale contradiction avec les intérêts objectifs de la Russie. Restent deux thèses crédibles dont Craig Murray n’en envisage qu’une. Celle effectivement d’une intoxication de l’opinion mondiale pour nuire à la Russie avant la Coupe du monde. Mais aussi celle d’une opération intérieure de l’aile droite de Poutine qui cherche à lui nuire.
        Ce ne serait pas la première fois. Lors de la Seconde Guerre de Tchétchénie Poutine a dû faire face à un début de Putsch de la part de la FAPSI (NSA soviétique) réorganisé en Spetssviaz et rattaché au FSO. De même quand il est arrivé au pouvoir comme directeur du FSB en tant que simple Polkovnik (Colonel) en 99 il a dû faire face à une fronde de ces confrères du même type de grade parce que Eltsine avait sorti un Oukase qui permettait aux Généraux partant à la retraite de garder les maisons de services qui devenaient leurs propriétés, alors qu’en URSS ils devaient les rendre pour être occupées par leurs successeurs. Au lieu de cela, comme les propriétés étaient souvent dans les mêmes quartiers résidentiels en bordure de Moscou, certains qui avaient des terrains adjacents se sont regroupés pour vendre à des requins de l’immobilier qui y ont construit des immeubles de luxe. C’est généraux se sont non seulement garantis contre un éventuel Oukase inverse et on fait un excellent bénéfice, mais ce sont retrouvé dans les conseils d’administration des sociétés des premiers oligarques : la naissance des Siloviki… Poutine avait déjà cherché à rétablir un équilibre des privilèges comme directeur et devenu président continué à la faire. C’est une histoire complexe, mais en lançant la seconde guerre de Tchétchénie initié en fait par Berezovski, il avait réussi à se mettre le FSB, le GRU et l’armée tellement dans la poche que le Boris qui l’avait amené au pouvoir et pensait garder son statut d’éminence grise n’a même pas vu arriver sa disgrâce. A la grande joie des militaires. Mais pour revenir à Skrypal, bien des Généraux du Kremlin (GRU, etc..) trouvent que Poutine est trop mou. Surtout par rapport à l’Ukraine et à l’Occident.

          +1

        Alerter
  • markolopa // 19.07.2018 à 11h26

    Bravo, merci beaucoup pour la traduction !

    Le manque de différence de format entre les paragraphes cités et les réponses rend le texte français difficile à lire.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications