Les Crises Les Crises
15.juillet.201815.7.2018 // Les Crises

Sergueï Lavrov : Who are you to F****** lecture me ? Par René Naba

Merci 413
J'envoie

Source : Madaniya, René Naba, 28-11-2016

En seize ans à la tête de la diplomatie russe, il a vu défiler des interlocuteurs de tous acabits, aucun à son niveau, les jaugeant patiemment, les testant, les soupesant, tentant parfois de les apprivoiser, voire même de les séduire, avant de les terrasser.

La totalité de ses interlocuteurs occidentaux et arabe de la fameuse coalition islamo-atlantiste de la guerre de Syrie ont trépassé: Hillary Clinton (USA), David Miliband et William Hague (Royaume Uni), Alain Juppé et Laurent Fabius (France), Hamad Ben Jassem (Qatar) et Saoud Al Faysal (Arabie saoudite)…

Unique survivant, impassible, impavide, vainqueur par Ko technique de tous ses adversaires occidentaux dans la bataille de Syrie. Et ce n’est pas fini

RETOUR SUR CETTE SÉQUENCE

Charles de Gaulle, vantant le flegme de son ministre des Affaires étrangères devant Nikita Khrouchtchev, dira de Maurice Couve de Murville: « Je lui ordonne de s’asseoir sur un bloc de glace, il y reste jusqu’à ce que la glace fonde ».

Désignant Andréi Gromyko, Khrouchtchev lui répondra du tac au tac: «Pareil pour lui, mais à la différence de Couve, la glace avec lui ne fond pas».
Si Gromyko est passé à la postérité pour avoir été le « Monsieur Niet » de la diplomatie soviétique, Sergueï Lavrov, en digne successeur de son aîné, a glané, lui, le titre envié de « Minister Niet » pour son bras de fer victorieux au Conseil de sécurité de l’ONU à propos de la Guerre de Syrie, bloquant par veto cinq résolutions devant ouvrir la voie à une intervention militaire atlantiste sous couvert de l’ONU.

Excédé par la ténacité du russe, le plus capé des hiérarques socialistes pensera trouver la parade par une astuce, qui s’est révélée grossière, couvrant de ridicule son auteur, le ministre français des Affaires étrangères: Laurent Fabius a en effet proposé lundi 22 octobre 2012 la réforme du recours au Droit de veto au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, préconisant que son usage soit réduit au seul cas où un état détenteur de ce droit était menacé d’une action hostile des instances internationales.

Depuis la création de l’ONU, les pays occidentaux ont fait usage du droit de veto 132 fois contre 124 fois à l’Union soviétique puis de la Russie, dont onze veto américains en faveur d’Israël. Les Occidentaux sont donc bénéficiaires de ce passe-droit, qui leur a permis de bloquer l’admission de la Palestine en tant que membre de plein droit de l’organisation internationale. A l’analyse, la proposition de Laurent Fabius s’est révélée être un bobard diplomatique pour enfumage médiatique en ce qu’en voulant priver la Russie de son droit de veto en faveur de la Syrie, il privait, par ricochet, Israël de son bouclier diplomatique américain. Depuis lors, Fabius, petit télégraphiste des Israéliens dans les négociations sur le nucléaire iranien, frustré par ailleurs d’un Prix Nobel pour son bellicisme outrancier, a été placé en état de congélation politique avancée par sa promotion à la Présidence du Conseil Constitutionnel.

Alain Juppé, un autre hyper capé de la méritocratie française, a eu droit au même traitement énergisant du russe. Se vantant avec son compère du Qatar, Hamad Ben Jassem, de faire de la bataille de Bab Amro (Syrie), « le Stalingrad du Moyen orient », février 2012, -qui s’est révélé un des grands désastres militaires de la diplomatie française-, Lavrov, excédé par la morgue de son homologue français lui a tout bonnement raccroché au nez sans jamais le reprendre au téléphone jusqu’à son départ du Quai d’Orsay.

Auparavant, l’anglais David Milliband, impertinent et quelque peu présomptueux, a entrepris de dicter au téléphone les termes d’une résolution qu’il entendait soumettre au vote dans le contexte du conflit russo-géorgien en Ossétie du Sud (Août 2008): la réponse du russe, mémorable, demeurera dans les annales de la diplomatie onusienne: « WHO ARE YOU TO F***ING LECTURE ME » qui peut se traduire selon la version soft: « Qui es-tu ? pour me dire ce que je dois faire !? » et selon la version hard : « Qui es-tu, putain ! pour me faire la leçon ! ». Ah qu’en termes élégants ces mots-là sont dits.

Le soutien continu à la Syrie dans sa guerre contre la coalition islamo-atlantiste (2011-2015) a valu à la Russie et à son président Vladimir Poutine un regain de sympathie au sein de larges couches de la population arabe lassée par les ingérences incessantes du pacte atlantique dans les affaires intérieures du Monde arabe.

Rompant avec quarante ans de servitude israélo-américaine, le président égyptien Abdel Fattah Sissi a renoué avec Moscou dans la grande tradition des relations égypto-soviétiques de l’époque nassérienne. Mieux, l’Egypte a récupéré les Mistral français destinés à la Russie dont elle a été privée pour cause d’embargo sur l’Ukraine, en les équipant d’un armement russe. Et le premier ministre irakienHaidar Al Abadi, excédé par le chantage des Américains qui subordonnaient leur lutte effective contre Daesh à la promotion d’un système confédéral en Irak, prélude à la partition du pays, s’est lui aussi tourné vers Moscou, obtenant une promesse de livraison d’armes, dans le prolongement du rééquipement de l’armée égyptienne et de la levée de l’interdit sur la livraison des missiles SS-300 à l’Iran.

Issu d’une famille arménienne originaire de Tbilissi, Sergueï Lavrov, en poste depuis 2004, est diplômé d’un prestigieux « Institut d’état des relations internationales de Russie », dont l’enseignement repose sur un axiome immuable, à savoir: « la diplomatie est un sport de combat » et non une péroraison verbeuses pour éditocrates bêtifiés, gobant sans sourciller des énormités du genre de celles proférées par Laurent Fabius, assurant, contre toute évidence, que « Jabhat An Nosra fait du bon travail en Syrie »… oui, Jabhat An Nosra, le ravisseur des religieuses de Maaloula, dont l’un des factotum, Hédi Nemmouche, aura été le geôlier des quatre journalistes français retenus à Alep… Jabhat An Nosra, la succursale franchisée en Syrie d’Al Qaida, le commanditaire du carnage de Charlie Hebo.

« Du beau travail » en effet Sergueï Lavrov est secondé pour les affaires arabes par un grand arabisant Mikhaïl Bogdanov En tandem avec le duo syrien Walid Mouallem et Bachar Jaafari, ils ont fait office de brise glaces à tous les assauts de la diplomatie atlantiste. Au point que Fabius a dû ravaler son chapeau le 2 juin 2015 à Paris, préconisant sous forte pression américaine, un règlement politique en Syrie et, ultime humiliation, gratifié le président syrien du titre de « Monsieur » Bachar Al-Assad.

Pire, deux des derniers visiteurs de Damas auront été, fin avril 2015, Edward Nalbandian, ministre des Affaires étrangères d’Arménie, dont le peuple a été victime du génocide par la Turquie, pays allié de la France dans le démembrement de la Syrie, ainsi que, fin Mai 2015, Mgr Béchara El Rahi, patriarche des Maronites, ces chrétiens d’Orient dont la France est théoriquement le pays protecteur.

Depuis lors l’intervention massive russe, le 1er septembre 2015, a brisé le monopole de la navigation aérienne et maritime des Occidentaux en Mer Méditerranée, alors que l’étau diplomatique autour de la Syrie se desserrait avec la normalisation des rapports entre l’Égypte et la Syrie et l’implication massive de la Chine auprès du pouvoir baasiste avec une aide de 7 milliards de dollars à l’effort de guerre syrien, doublé de l’aménagement d’une plate forme navale opérationnelle dans le périmètre de la base navale russe de Tartous.

Pour avoir ignoré cette règle cardinale de la diplomatie internationale, pour avoir mésestimé son adversaire, Fabius, le somnolent des forums internationaux, -ah le roupillon d’Alger, une « micro sieste » répétitive le 15 juin 2015 lors du voyage de François Hollande en Algérie et le 9 juin 2014- en a payé le prix par un KO technique. Ibidem pour Alain Juppé, les deux meilleurs capés de gauche et de droite de la méritocratie républicaine. C’est à se demander, devant un tel gâchis, à quoi servent les grandes écoles françaises.

« Si tu veux obtenir tes droits, tourne-toi vers les Russes pour les récupérer », conseille, amer, Mahmoud Abbas, chef de l’autorité palestinienne, lassé par les tortuosités de la diplomatie occidentale.

Source : Madaniya, René Naba, 28-11-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

bm607 // 15.07.2018 à 06h05

Indépendamment de nos tendances politiques, droite ou gauche avec toutes les dérives actuelles qui font qu’on ne sait parfois plus les définir et où se situer, on peut reconnaitre le poids et l’intelligence des hommes politiques quand on les voit, leurs capacités à défendre leur pays et leur peuple, et Serguei Lavrov tout comme Vladimir Poutine sont de ce point de vue à classer parmi les grands de ce monde, actuels et passés (avec De Gaulle, chez nous… et rien, à la tête de l’état, depuis).
Comparer des nains comme fabius ou juppé à S. Lavrov, c’est complètement disproportionné (il a aurait pu rajouter dans son comparatif, et dans le prolongement de ces deux là, ayrault, qui n’a guère dépareillé la brochette), le suivisme imbécile et le manque d’envergure de ces tristes sires ayant durablement détruit un des seuls domaines dans lequel il y a quelques années nous avions encore sinon un poids véritable du moins une présence et des positions intelligentes et un peu reconnues (le refus de s’engager dans la guerre en Irak de Villepin dans son discours à l’ONU le 14 février 2003, même si la France a dû plier ensuite, était une position digne et intelligente à l’international. Depuis, on en cherche en vain une autre).

Pauvre France actuelle, gouvernée par des nuls épaulés par des nabots (pour être gentil).

54 réactions et commentaires

  • bm607 // 15.07.2018 à 06h05

    Indépendamment de nos tendances politiques, droite ou gauche avec toutes les dérives actuelles qui font qu’on ne sait parfois plus les définir et où se situer, on peut reconnaitre le poids et l’intelligence des hommes politiques quand on les voit, leurs capacités à défendre leur pays et leur peuple, et Serguei Lavrov tout comme Vladimir Poutine sont de ce point de vue à classer parmi les grands de ce monde, actuels et passés (avec De Gaulle, chez nous… et rien, à la tête de l’état, depuis).
    Comparer des nains comme fabius ou juppé à S. Lavrov, c’est complètement disproportionné (il a aurait pu rajouter dans son comparatif, et dans le prolongement de ces deux là, ayrault, qui n’a guère dépareillé la brochette), le suivisme imbécile et le manque d’envergure de ces tristes sires ayant durablement détruit un des seuls domaines dans lequel il y a quelques années nous avions encore sinon un poids véritable du moins une présence et des positions intelligentes et un peu reconnues (le refus de s’engager dans la guerre en Irak de Villepin dans son discours à l’ONU le 14 février 2003, même si la France a dû plier ensuite, était une position digne et intelligente à l’international. Depuis, on en cherche en vain une autre).

    Pauvre France actuelle, gouvernée par des nuls épaulés par des nabots (pour être gentil).

      +199

    Alerter
    • Nerouiev // 15.07.2018 à 07h01

      Vous avez tout dit et bien dit. Je rajouterais, non pas pour les excuser, mais pour dire que la disparition de notre diplomatie est avant tout le résultat des deux mondes qui s’affrontent. La volonté d’hégémonie monopolaire est incompatible avec le besoin de diplomatie. La France s’est rangée sous le leader hégémonique puisqu’il ne peut y en avoir qu’un, et obsequieusement lui offre notre pays par petits bouts, de notre savoir faire industriel et diplomatique, via les young leader pour leur plus grand profit.

        +97

      Alerter
      • RGT // 15.07.2018 à 10h40

        Je dirais simplement que la diplomatie française n’existe plus car elle est désormais totalement inutile.
        Depuis que la France est à la remorque des USA et ne fait qu’entériner les décisions d’outre-atlantique elle ne sert plus à rien.
        Pourquoi s’embêter avec des types exceptionnels qui pourraient avoir quelques états d’âme en appliquant des instructions contraires aux intérêts de la nation ?

        Le ministère ds affaires étrangères devenu un prestigieux placard doré dans lequel on enferme les concurrents de son parti pour qu’ils ne viennent pas perturber le président dans ses frasques les plus sordides.

        Juppé avait été neutralisé par Narközy pour éviter qu’il vienne foutre son nez dans les affaires de l’excité public n°1. Comme il était un ancien “youg leader” il ne fallait pas s’attendre à des résultats allant à l’encontre de ses maîtres.
        Idem pour Fabius qui avait été “enterré” dans cette institution pour ne pas venir gêner Mollande dans ses galipettes scooteriennes. Il n’avait pas le même parcours “scolaire” que son prédécesseur mais sa servilité à l’oncle SAM était encore plus marquée.

        Depuis l’infâme trahison de Dominique de Villepin aux nations désunies tout les présidents français ont reçu des consignes strictes afin d’éviter qu’une telle horreur se reproduise.

        D’où la succession de buses de compétition qui trônent désormais au Quai d’Orsay.

        La dernière action grandiose en date de nos chers diplomates : http://www.rfi.fr/moyen-orient/20180713-territoires-palestiniens-fermeture-institut-francais-naplouse
        Comme ça, l’armée israélienne ne risquera plus d’être gênée en cas “d’opération de maintien de la Paix” dans cette ville palestinienne. Ils pourront bombarder sans restrictions et sans prendre le risque de se faire tirer les oreilles si des français étaient tués ou blessés dans une attaque.
        De toutes façons Tsahal n’en avait rien à foutre. Finalement, ça ne change rien…

          +48

        Alerter
      • ledufakademy // 15.07.2018 à 10h55

        C’est ce que décrit le Dr. Pierre Hilard :
        – un mondialisme multipolaire,
        – un mondialisme unipolaire.

        Je n’introduirai pas, ici , la composante religieuse Olivier B va me censurer.

          +6

        Alerter
    • Weilan // 15.07.2018 à 09h31

      Pour appuyer votre commentaire, un article du “Diplo” sur les naufrages de la diplomatie française :

      https://www.monde-diplomatique.fr/2017/08/ROBERT/57779

        +17

      Alerter
      • Kiwixar // 15.07.2018 à 10h11

        Le naufrage de la diplomatie française est un choix politique volontaire. Trahison des euroïnomanes soit-disant pour permettre la création d’une diplomatie « européenne » (la bonne blague).

          +36

        Alerter
    • ledufakademy // 15.07.2018 à 10h52

      oui , et je te trouve très gentil , moi.
      Poutine disait “De Gaule : le dernier président Français”, je pense qu’il n’y a rien à ajouter.

        +28

      Alerter
      • Kiwixar // 15.07.2018 à 10h55

        De Gaulle, avec deux « L ».

          +13

        Alerter
  • DUGUESCLIN // 15.07.2018 à 07h09

    La grande différence entre des diplomates comme Lavrov et ceux qui ne font qu’office de diplomates chez nous, c’est la clarté dans ce qu’ils défendent. Monsieur Lavrov défend les intérêts et la sécurité de son pays. Chez nous les diplomates défendent des objectifs géopolitiques qui, non seulement n’apportent rien à la France, mais sont contraires à ses intérêts commerciaux, économiques et culturels.
    Monsieur Lavrov défend les politiques de négociations en faveur du respect des souverainetés et de la paix dont la Russie a besoin pour sa sécurité et son développement. Nos pseudo diplomates défendent des intérêts mondialistes en faveur d’une domination du monde dans laquelle les intérêts des peuples et de leur nation sont, non seulement occultés, mais sournoisement combattus, sous couvert d’une idéologie bidon, avec un droit d’ingérence autorisant la guerre contre l’intérêt des peuples au nom des droits de l’homme. Ce militantisme acrobatique et hypocrite ne favorise pas la paix dans le monde et encore moins les droits de l’homme.
    Alors messieurs les diplomates en poste en France, avouez simplement et honnêtement que vous ne défendez pas nos intérêts et tout sera clair. Vos acrobaties ridicules pour tromper la nation française et son peuple auront, enfin, une explication.

      +105

    Alerter
    • René Fabri // 15.07.2018 à 08h19

      Lavrov ne défend pas que la Fédération de Russie. Il défend aussi des principes tels que le bon sens, la parole honnête, le dialogue sincère, et c’est en cela qu’il s’élève au-dessus des autres, à mon humble avis.

      De manière secondaire, les internautes le trouvent attachant par son humanité qui transparait de ses grimaces et de son mot “debily” (pas besoin de traduire) qu’il a murmuré lors d’une conférence de presse.

        +64

      Alerter
      • RGT // 15.07.2018 à 10h46

        Sergueï Lavrov se contente simplement de faire correctement son boulot.

        Comme il est cultivé et intelligent il le fait à merveille, particulièrement lorsqu’il est confronté à des incompétents notoires qui ne sont là que pour briller dans les buffets de fin de négociations.

        Je dirais que cet homme est “normal” pour la fonction qu’il exerce.

        Ce sont ses “adversaires” qui sont d’une nullité crasse car ils n’ont pas été nommés pour leurs compétences mais par copinage politique et intrigues de palais.

          +49

        Alerter
        • Kiwixar // 15.07.2018 à 10h48

          Ils ont aussi été nommés pour saborder leur pays.

            +25

          Alerter
          • ledufakademy // 15.07.2018 à 10h59

            … et c’est cela qui m’inquiète le plus; en 45 ils auraient tous été fusillé pour hautes trahisons envers le peuple Français, in fine, la France.

              +24

            Alerter
          • RGT // 16.07.2018 à 07h58

            Je ne pense pas que leur feuille de route consiste à saborder la France.

            Ils sont juste, comme tous les politiciens simplement obnubilés par leur “carrière” et les avantages qu’ils pourront en tirer.

            Lavrov n’est PAS un politicien, c’est un diplomate de formation, et c’est là que réside toute la différence.

            Que peut-on attendre d’un type qui participe à une réunion uniquement pour se faire photographier à l’issue de celle-ci dans une grande auto-congratulation avant de se précipiter sur les petits fours et les coupes de Champagne ?
            Avec sans doute une “chambre meublée” qui l’attend au Hilton s’il a bien suivi les instructions de ses “partenaires”.
            Où, s’il s’agit d’une femme célèbre ex-future chef d’état, d’attendre patiemment que les indigents demandant ses “faveurs” viennent la rencontrer avec de petites enveloppes.

              +4

            Alerter
            • Dominique // 17.07.2018 à 14h31

              « Je ne pense pas que leur feuille de route consiste à saborder la France »
              Non, en effet, on est avec ce type de discours dans du complotisme pur et dur. D’autant plus que n’étant appuyé sur aucun élément, c’est complètement gratuit. C’est mon deuxième post qui le signale, mais le premier a été modéré. Qu’en sera-t-il de celui-ci ?

                +1

              Alerter
    • Adéchoix // 15.07.2018 à 09h54

      La diplomatie française est la mise en œuvre de la politique étrangère US par l’intermédiaire de diplomates (Gâteau fait de biscuits à la cuiller, de fruits confits et d’une crème anglaise.) 🙂

        +19

      Alerter
  • DUGUESCLIN // 15.07.2018 à 07h27

    Pour mieux résumer ma pensée, ceux qui font fonction de diplomates en France, défendent des intérêts supranationaux et de ce fait ne défendent pas nos intérêts. Ils ne nous représentent pas. Nous sommes parasités et spoliés.

      +69

    Alerter
    • Sam // 15.07.2018 à 10h18

      Oui. Et tant qu’à parler d’ingérence étrangère, il serait bon d’enquêter sur la French American Foundation et ses Young Leaders.

        +42

      Alerter
      • Haricophile // 16.07.2018 à 12h02

        [mode complotiste] Oui, on leur implante des puces dans le cerveau [/mode]

        …enfin peut-être pas, mais c’est tout comme.

          +2

        Alerter
  • Pierre D // 15.07.2018 à 07h44

    Quand le pouvoir Russe (ou soviétique) est fort, le Moyen-Orient est stable, soumis à des dictatures, mais stable. Ce sont les périodes Gromyko, Lavrov (à venir).
    Quand la Russie traverse des difficultés le Moyen-Orient “se libère”… des ottomans ou des dictateurs.
    Difficile de croire que les enjeux pour l’Occident au Proche-Orient se limitent au contrôle des matières premières… il y a peut-être en plus une volonté d’endiguement… idéologique, ou pire économique.

      +7

    Alerter
    • ledufakademy // 15.07.2018 à 11h08

      tu racontes n’importes quoi.
      Tu fais parti de ceux qui utilisent le mot “dictateur” quand cela t’arrange.
      Moi j’ai surtout remarqué, et si tu réfléchissais un peu tu arriverais aux mêmes conclusions, que l’on (l’occident) colle l’étiquette “Dictateur” dès que le dirigeant en place, élu démocratiquement (vs Macron , chez nous …si si), ne s’aligne pas sur les intérêts de l’occident :
      – Avoir une banque central (tiens c’est bizarre ça …),
      – Avoir des valeurs et mœurs ultra libéraux … (in fine le commerce intégral de l’humain déjà qu’avec le marché de l’emploi , on vends des êtres humains …)
      – Être souverainiste …
      – Etc etc …

        +19

      Alerter
      • Pierre D // 15.07.2018 à 11h43

        Who are you to fucking lecture me ?

        Apprenez ce que veut dire le mot “dictateur et alors nous discuteront de la situation des peuples dans le petit monde dessiné par Sykes et Picot… et Gertrude Bell et ses crayons de couleurs.

        Quand on refuse aux peuples le droit de disposer d’eux-mêmes, il n’y a pas d’autre choix que la dictature ou la chienlit…. l’occident a choisi d’imposer la chienlit (sans que personne ne lui demande son avis).

          +10

        Alerter
  • calal // 15.07.2018 à 08h02

    trump va rencontrer poutine.que vont ils se dire, les yeux dans les yeux,loin de toutes autres oreilles indiscretes?
    deja en amont de cette rencontre,ca s’agite pour faire pression.iran,syrie,golan,israel,gazoducs,levee des sanctions,chine.deux geants qui vont se parler… on est loin de junker et macron…faut muscler votre jeu,les europeens..

      +2

    Alerter
    • ledufakademy // 15.07.2018 à 11h10

      Pour moi ils seront en phase, la [Modéré] mondialiste ultra-libérale n’a que trop duré : merci à eux d’accorder leurs violons.

        +5

      Alerter
    • Catalina // 15.07.2018 à 12h31

      de quoi vont-ils parler ?
      Mais de la toute nouvelle technologie russe de l’armement, Trump vient négocier.
      Tout le reste n’est que cinéma.

        +2

      Alerter
  • Duracuir // 15.07.2018 à 09h38

    Il y a presque 25 ans, Lavilliers écrivait une chanson que j’ai eu du mal à comprendre sur le moment: “Troisièmes couteaux”.
    On peut dire qu’aujourd’hui, Chinois et Russes ont retrouvé de grands hommes d’état, tandis que l’Occident en général et la France en particulier, sombre dans le monde des 4e couteaux.
    Quand j’ai vu le débat de 2007 Royal-Sarkozy, j’ai été réellement consterné par le niveau des interlocuteur. Comme le disait l’affreux, c’était vraiment le débat entre le chef de cabinet du maire de Trifouillis et la sous-préfète.
    Impossible de faire pire.
    Puis il y eu Macron-MLP. Consternant. Et tout est à l’avenant.

      +34

    Alerter
    • Yanka // 15.07.2018 à 22h47

      Le fameux temps long nécessaire à toute politique un peu sérieuse… La Chine et la Russie ont des dirigeants stables et doués. L’objet de leur politique n’est pas de se faire réélire dans 4, 5 ou 6 ans. Pour ma part, j’ai le plus grand mépris pour les dirigeants occidentaux, toujours laids et vaniteux. Il faut avouer que le trio Sarkozy (petite frappe de la politique, bonhomme plein de tics), Hollande (marchand de guimauve, ahuri) et maintenant Macron (sale gosse capricieux et arrogant) peut donner de solides envies de dirigeants forts. Le suffrage universel est tout sauf une panacée.

        +17

      Alerter
    • Ana Vinagre // 17.07.2018 à 09h41

      Il n’y avait qu’un seul candidat digne de ce nom, les autres se présentaient aux élections de délégués de “classe”.

        +2

      Alerter
  • Ando // 15.07.2018 à 10h17

    Difficile de ne pas se rappeler la réflexion de d’E. Todd sur le niveau intellectuellement très supérieur des diplomates russes qu’il a pu rencontrer. Plus généralement, la quasi complète inconnaissance de ce qu’est vraiment la Russie parmi les gens qui se disent cultivés et informés est pour moi une source d’effarement et de perplexité. Je vais régulièrement en Russie et chaque fois avec plaisir. Sur aucun plan le peuple russe n’a à souffrir de la moindre comparaison défavorable avec les autres peuples européens. Après un long sommeil d’arrogance et de crétinisme il serait temps de se réveiller ici en France.

      +52

    Alerter
    • Fritz // 15.07.2018 à 10h51

      Il est temps de se réveiller, en effet… mais si cet après-midi, la France gagne la Coupe du monde de football, nous aurons droit à un déluge d’arrogance et de crétinisme.

      Il est fascinant de voir le chauvinisme le plus obtus accompagner notre capitulation nationale.

        +37

      Alerter
      • Wilhelm Tell // 15.07.2018 à 12h59

        Hélas! Vous avez raison. C’est totalement insupportable. A l’image du coq gaulois qui chante les pieds dans le fumier. Panem et circenses. Dormez bonnes gens, nous nous occupons de nourrir les riches et de ponctionner les pauvres. Ils sont plus nombreux. Et le chauvinisme est destiné à faire passer la pilule. En 1789 les gens étaient plus courageux. Avant de se faire berner une fois de plus. Deep State = État profond = dictature de la bourgeoisie.

          +15

        Alerter
      • Paul // 15.07.2018 à 14h57

        oui on nous interdit d’être fiers de la France en dehors du foot. le chauvinisme est accepté uniquement dans le sport. bizarre !

          +7

        Alerter
      • Le Rouméliote // 16.07.2018 à 11h13

        Pour une fois, je ne suis pas d’accord avec vous. La liesse populaire envers la coupe du monde de foot est la nostalgie de la France. On se raccroche à ce qu’on peut pour de nouveau être fier de notre pays. Les journalistes n’ont pas arrêté de baver sur cette équipe de France, mais le peuple a cru en elle. Une équipe de vainqueurs ! le drame est qu’il ne reste que le foot, puisque le reste est parti à vau l’eau. D’ailleurs, pour les demi-finales où ils n’y avaient que des équipes européennes, pas un seul drapeau “européen” n’a été brandi…

          +8

        Alerter
    • Kiwixar // 15.07.2018 à 10h53

      « Sur aucun plan le peuple russe n’a à souffrir de la moindre comparaison défavorable avec les autres peuples européens. »

      Vaut-il mieux être apte à créer des champions du monde de jeu d’échec ou bien des champions du monde de foot (ou de rugby comme ici en NZ)? Poser la question c’est y répondre.

        +17

      Alerter
  • cording // 15.07.2018 à 11h07

    Depuis 2007 le retour de la France au sein du commandement militaire intégré de l’Otan à cause de Sarkozy notre pays ne compte plus sur la scène internationale en sus du virage néoconservateur de la diplomatie française. Même si Macron fait preuve d’un peu plus de réalisme rien n’a fondamentalement changé.

      +8

    Alerter
    • Frexit // 15.07.2018 à 12h12

      C’est effectivement N. Sarkozy qui, par sa décision de réintégrer le commandement militaire intégré de l’OTAN, est à l’origine de la disparition de la diplomatie française : depuis nous sommes les valets des américains. Retrouvons notre indépendance diplomatique : sortons de l’OTAN.
      Mais il y a encore un obstacle de taille : notre actuel président de la république qui fait une diplomatie-spectacle-communication et qui croit en l’UE, cette chimère qui n’a aucun poids diplomatique, étant inféodée à l’OTAN.
      Tant que les français voteront pour des nains politiques sans aucune vision, nous aurons une diplomatie de nain.

        +27

      Alerter
  • Bernard // 15.07.2018 à 11h23

    Pour moi Lavrov parle depuis des réalités qu’il interprète en faveur de son pays , alors que les occidentaux parlent depuis une narrative tronquée/ truquée et en plus supranationale,aussi il est plus facile pour lui d’amener ces occidentaux arrogants devant le vide de leur argumentaire qui fini par les rattraper .

      +15

    Alerter
  • Dominique // 15.07.2018 à 12h07

    « les Mistral français destinés à la Russie dont elle a été privée pour cause d’embargo sur l’Ukraine »
    Espérons que les autres informations contenues dans cet article ne soient pas aussi confuses que celle-ci : La Russie (ni personne d’autre) n’a pas mis en place d’embargo contre l’Ukraine.

      +4

    Alerter
    • rene naba // 15.07.2018 à 15h06

      Pardon? La France a frappé d’embargo la livraison des Mistral commandés et payés par la Russie en raison de l’annexion de la Crimée par la Russie? En quoi c’est confus? la phrase condense une situation pour se consacrer à l’essentiel Lavrof. Il serait judicieux de lire attentivement un texte avan de se lancer dans un pinaillage, mauvais pour le dévloppement d’un esprit critique.

        +19

      Alerter
      • R.C. // 16.07.2018 à 16h40

        “[…] dont elle a été privée pour cause d’embargo sur l’Ukraine”.
        Désolé, mais moi aussi j’avais tiqué à cette affirmation que j’avais attribuée à un lapsus.
        Si l’on en maintient la forme, elle devient une grossière erreur et source de confusion.
        Les embargos, c’est la Russie qui les subit et non l’Ukraine (qui va d’ailleurs se voir livrer prochainement, par la France “embarguiste”, 55 hélicoptères militaires ! Le tout allègrement payé sur le dos du contribuable Français puisque l’Ukraine de Porochenko et de Paroubiï est insolvable ; merci Manu-les-bleus…).

          +6

        Alerter
      • Dominique // 17.07.2018 à 14h34

        « Il serait judicieux de lire attentivement »
        Excellent conseil. Si tu m’avais bien lu, tu aurais compris que je n’ai absolument pas mis en doute l’embargo mis en place contre la Russie.

          +0

        Alerter
  • Wilhelm Tell // 15.07.2018 à 12h42

    Je préfère la traduction suivante:

    Qui es-tu (ou qui êtes-vous – mais cela ne correspond pas à la suite) pour vouloir me baiser en me faisant la leçon?

    Curieux de savoir si c’est une traduction du russe. Lavrov maîtrise aussi parfaitement l’anglais.

      +6

    Alerter
    • rene naba // 16.07.2018 à 09h03

      Cher Wilhelm

      Lavrof s’est adressé en anglais à son collègue britannique pour se faire bien comprendre. Dans la version originale du texte sur http://www.madaniya,info, il y a le lien du journal anglais qui relate cet incident

      Pour la traduction, j’ai voulu en dire le moins pour suggérer le plus

        +3

      Alerter
  • Ando // 15.07.2018 à 12h49

    Même s’il n’a pas tort sur le fond René Naba a beau jeu de s’en prendre a Fabius. Comme le rappelait ici même J. Sapir un pays qui a perdu beaucoup des attributs de sa souveraineté ne peut plus faire de politique, il fait de la morale. Quitte a armer et financer ceux qui iront massacrer au Bataclan. Les États-Unis sont un pays souverain, comme l’Inde ou la Russie. Ni l’UE ni la France ne sont souverains. Nous sommes au milieu du gué, ayant renonce a etre maître de nos choix sans pouvoir trouver dans une UE qui ne sera jamais une puissance intégrée un substitut a ce que nous avons perdu.

      +13

    Alerter
  • MichelR // 15.07.2018 à 13h29

    Poutine Lavrov,Choigou, n’ont pas d’équivalents dans le reste du monde,quant à la France, la médiocratie semble bien installée à la téte du pays…

      +31

    Alerter
  • Jean-Paul B. // 15.07.2018 à 16h50

    Laurent Fabius (meunier tu dors…) à la tête de la diplomatie française? mais la diplomatie française est directement connectée à Washington (sauf pendant la parenthèse Chirac- de Villepin de 2002 à 2007!).
    Depuis que De Gaulle a quitté la présidence en 1969,la France n’est plus souveraine.
    Elle fait semblant pour la galerie.
    Tout est dit!

      +12

    Alerter
  • Pinouille // 15.07.2018 à 22h44

    On peut facilement expliquer beaucoup de choses en partant du postulat que nos dirigeants/diplomates sont des crétins.
    Si l’on postule l’inverse, on est bien forcé de considérer que nos difficultés sont le fruit de phénomènes autrement plus complexes à analyser. Et probablement même impossibles à analyser compte tenu du secret qui enveloppe nombre d’enjeux.
    Le choix de l’un de ces postulats, ou tout autre position intermédiaire, dépend moins des qualités réelles de nos dirigeants/diplomates, car nous sommes pas les mieux placés pour en juger, que de notre capacité individuelle à accepter l’incertitude.

      +0

    Alerter
    • vert-de-taire // 17.07.2018 à 20h03

      Il faut admettre qu’ils ne sont pas crétins.
      Mais peut-on admettre que l’on ne comprenne rien ?
      évidement non, il suffit d’observer, d’analyse-synthèser et en reconnaître des invariants :
      le pouvoir léonin des multinationales (servant qqs très riches proprio), à commencer par les grandes étasuniennes, favoriser la guerre, la violence (et les marchands d’armes et de mercenaires), favoriser le $ comme monnaie de singe du monde, accepter toutes les compromissions contre l’intérêt des français ..
      Certes on ne peut pas savoir pas mal de faits et propos, pourtant on en reconstitue beaucoup.
      c’est exactement ça la théorie du complot : supposer que certaines causes inconnues ont des effets connus, poser une conjecture.
      C’est ainsi qu’on progresse dans la Connaissance……….

        +1

      Alerter
  • Christian Gedeon // 15.07.2018 à 22h51

    Sacré René Naba…il va encore penser que je lui en veux. Mais faire de Lavrov le successeur de Gromiko , je m’en paye une sacrée tranche…M. Naba est dogmatique,vit dans son illusion,ne veut pas comprendre que l’URSS c’est fini ,et que la politique de la Russie au MO n’a rien à voir avec celle du defunt(Et qu’il ne repose pas en paix) empire des soviets…c’est fou d’être figé comme ça sur une lecture de l’histoire complètement fausse. M.Naba,si vous n’avez pas encore compris que la Russie de Poutine et de Lavrov est une alliée objective d’Israel,c’est vraiment que vous ne pigez plus rien… [modéré] La prochaine expulsion des forces iraniennes de toute le partie sud de la Syrie va encore être un crève-cœur pour vous…trois mois,on se reparle dans trois mois…

      +0

    Alerter
    • Mr K. // 16.07.2018 à 03h29

      La Russie parle avec tout le monde.
      Donc la Russie ménage la chèvre et le choux.
      Elle s’avère je crois utile pour la paix dans sa capacité à faire accepter des compromis, avec bien entendu la défense de ses intérêts comme principale motivation.
      Oui la Russie est alliée d’Israël sur certaines questions et oui la Russie est globalement l’alliée principale de Damas.

      La diplomatie russe est tout simplement exceptionnelle dans l’utilisation de ses atouts, par rapport à la positon qu’elle occupe sur l’échiquier mondial.
      Elle a aussi ses gros échecs, peut-être à trop s’enivrer du grand large?
      Incapacité par exemple à empêcher le basculement de l’Ukraine dans l’orbite occidentale.

        +4

      Alerter
  • Nanker // 16.07.2018 à 18h24

    “C’est à se demander, devant un tel gâchis, à quoi servent les grandes écoles françaises”

    Elles servent à ceux qui en sortent à se dire “l’Histoire me donnera raison, et ceux qui doutent de notre action sont des beaufs populistes”. Dit autrement la morgue de Fabius et sa certitude d’avoir raison sur la question syrienne sont infinies.

    Prenez Hollande (autre crétin confit dans sa suffisance) : il est encore intimement persuadé que **SI** Obama avait décidé de frapper Assad à l’été 2013 la Syrie tombait aux mains des “rebelles” comme un fruit mûr…

      +5

    Alerter
  • Myrkur349 // 18.07.2018 à 17h59

    On en revient toujours au même point, arrêter de jouer les missi dominici sur tous les problèmes planétaires en pensant au boeuf de la fable alors que l’on ressemble de plus en plus à la grenouille. Et les grenouilles à la base, cela fait des petits bonds, donc peut-être miser sur une politique diplomatique des petits pas plutôt que d’arriver avec un packaging “grosse solution” tout feu, tout flamme. Que chaque aire régionale résolve d’abord ses propres problèmes, les solutions qui viennent du lointain extérieur, çà marche jamais, à part pour le bourre-pif et c’est toujours à très court terme et cela purule toujours à moyen et long terme.
    Concernant Sergueï Lavrov, un diplomate bossant pour son pays, étonnant, non ? :o)

      +1

    Alerter
  • jean bachelerie // 18.07.2018 à 23h50

    Il faut regarder l’entretien de Serguei Lavrov avec Larry King.
    Un grand diplomate qui parle un anglais remarquable et répond avec tact et intelligence, il fait réfléchir, Larry King ne l’a jamais mis en difficultés, au contraire il a tacitement reconnu la cohérence des positions de Serguei Lavrov et de du gouvernement Russe.

      +2

    Alerter
  • Tine // 20.07.2018 à 09h04

    La diplomatie est un combat, c’est exactement ça et Lavrov est excellent !
    Il suffit de l’écouter pour comprendre que nous n’avons pas l’équivalent dans notre pays, que ce soit en diplomatie où ailleurs dans nos instances représentatives françaises ou européennes. …
    Quand j’entends certains s’extasier devant le discours d’un Macron …. je me dis que la com fait bien son boulot ici : crasse et creuse comme nos représentants !
    J’ai lu dans un livre quelque chose qui m’a donné à réfléchir …
    Lorsque Depardieu interpréta Cyrano de Bergerac au grand écran, fort bien en passant, il dit lors d’une interview que la force du texte d’Edmond Rostand le rendait fier d’être français : il est russe aujourd’hui ….

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications