Les Crises Les Crises
14.juillet.201814.7.2018 // Les Crises

L’UE pourra conclure ses accords commerciaux sans Parlements nationaux, par Le Figaro et l’AFP

Merci 1061
J'envoie

Source : Le Figaro, AFP, 22/05/2018

Les ministres du Commerce de l’UE ont validé mardi une nouvelle approche dans la conclusion des futurs accords commerciaux de l’Union qui permettra de se passer, selon les cas, de leur ratification par les Parlements nationaux afin d’accélérer les discussions.

Cette approche permettra à l’Union européenne d’éviter que les traités qu’elle négocie puissent être stoppés par un seul Parlement national ou régional, comme ce fut le cas dans le passé pour l’accord avec le Canada, le CETA. Opposé à certains dispositions du CETA, le seul Parlement de la région belge francophone de Wallonie avait bloqué, fin 2016, sa signature pendant plusieurs jours, engendrant une mini-crise diplomatique avec Ottawa.

A l’avenir, la Commission proposera donc de scinder les accords commerciaux en deux: d’un côté les dispositions purement commerciales qui ne nécessiteront que l’approbation du Parlement européen pour entrer en vigueur; de l’autre, un accord d’investissement qui devra être ratifié par tous les Parlements.

Il appartiendra cependant aux Etats membres de décider, “au cas par cas, de la scission des accords commerciaux” en fonction de leur contenu, souligne le Conseil de l’UE dans son communiqué.

Source : Le Figaro, AFP, 22/05/2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Dizalch // 14.07.2018 à 07h07

Et un Déni de Démocratie de plus… un…
Vous en reprendrez bien d’autres messieurs, dames?…
Alors continuez comme ça…

33 réactions et commentaires

  • Dizalch // 14.07.2018 à 07h07

    Et un Déni de Démocratie de plus… un…
    Vous en reprendrez bien d’autres messieurs, dames?…
    Alors continuez comme ça…

      +102

    Alerter
    • Kallas // 14.07.2018 à 07h45

      Avec plaisir ! je vous sers ça dans une choppe d’hypocrisie.
      En partant n’oubliez pas d’allez pisser sur les Peuples.

        +39

      Alerter
    • zx8118 // 14.07.2018 à 07h46

      Nous ne pouvons pas juger ces gens qui nous gouverne, ce sont des esprits supérieurs, qui sont, ou qui parlent avec des planètes ne l’oublions pas :
      https://www.youtube.com/watch?v=WVc1KuiT7_U
      Qui sommes-nous pour oser les juger ? Des riens qui pensent à mal.

      Si cela ressemble à l’installation d’une dictature pour faire passer des TAFTA puissance 10, ce n’est qu’une apparence.
      Car les choses ne sont pas ce qu’elles sont :
      https://www.youtube.com/watch?v=2ztGUWsB_wc
      “Je ne suis pas soul, j’ai une sciatique”.

      Alors faisons leur confiance c’est pour notre bien. Pensons printemps mes amis en toute saison !

        +41

      Alerter
      • Josephr // 14.07.2018 à 12h01

        Jean Claude comme Boris, même combat?!

          +3

        Alerter
      • Tinette47 // 14.07.2018 à 13h14

        Bonjour zx8118. Là, ce n’est plus le printemps, c’est l’été (y’fait chaud !).
        Plus sérieusement, je me demande pourquoi n’a-t-on pas exfiltré ce «pauvre type» pour qu’il ne soit pas filmé dans cet état. Ces «dirigeants européens» sont-ils si sots ou machiavéliques ? Sont-ils suffisamment dans l’entre-soi pour s’imaginer que tout va CONTINUER à passer ?
        Je me pose ici une question toute simple : quel est le salarié en France qui n’aurait pas été licencié pour faute lourde (donc une main devant, une main derrière), dans cet état d’incapacité à exercer ses fonctions ?
        Je ne peux m’empêcher de penser à l’entrevue de Boris Eltsine et Bille Klinton…

          +12

        Alerter
      • pinaute // 14.07.2018 à 15h39

        ..une sciatique du foie ?

          +7

        Alerter
      • Touriste // 15.07.2018 à 00h33

        Bonjour,
        Quand j’entends “Pensez printemps, mes amis !”, moi, je pense au temps des cerises…
        A moins, que ce ne soit un avertissement : “Penfez comme moi finon ve suis colère et z’envoie les fhars, comme en août 1968 à Prague. Et coupez-vous les fheveux et foyez autonome avant de faire la révolution. Oui, Brivitte z’arrive… Ve me fuis lavé les mains. Y a du cordon-bleu ?”

          +2

        Alerter
    • Touriste // 15.07.2018 à 01h10

      Bonjour,
      En paraphrasant Brecht :
      “Nous apprenons que l’UE estime que les peuples ont « trahi la confiance de la Commission Européenne » et « devront travailler dur pour regagner la confiance des autorités ». Dans ce cas, ne serait-il pas plus simple pour l’UE de dissoudre les peuples et d’en élire d’autres ?”
      Des épidémies d’Ebola et de variole modifiée en prévision ?

        +6

      Alerter
  • Pierre D // 14.07.2018 à 07h43

    Ça confirme que le gros problème de l’UE, c’est les gens.

    En tout cas si ça passe, il ne faudra plus parler de “commerce” en Europe, mais de “distribution”.

      +27

    Alerter
    • Psychopathe // 14.07.2018 à 16h07

      Tout à fait d’accord! Sauf que cette distribution va devenir principalement vers l’extérieur. Les normes imposées permettent de fabriquer des produits de qualité qui deviennent trop chère au sein de l’Europe ou pour les classes aisées. Les pauvres et les classes moyenne ne pourront à l’avenir, qu’acheter la merde importée de l’extérieur.
      Mais! mais! ça ne sentirait pas la merde ?

        +4

      Alerter
  • Aladin0248 // 14.07.2018 à 07h45

    Il s’agit bien sûr de peaufiner les mécanismes de cliquet. D’un côté, il faut l’unanimité contre ce que l’élite européiste craint. De l’autre il faut outrepasser toute procédure démocratique pour mettre en place ce qu’elle exige. Dans l’ensemble, c’est un gros bricolage juridique, mais l’UE possède suffisamment de juristes grassement payés au mois pour élaborer tout ce qu’elle veut. Il n’y a aucune possibilité de réparer l’ensemble de l’intérieur. Donc ça mettra du temps à péter. Ça pétera tout seul par exacerbation des contradictions internes et rendement marginal négatif. Le cancer du système est bien avancé, mais comme chez les très vieux, il évolue lentement.

      +42

    Alerter
  • Brigitte // 14.07.2018 à 07h52

    Hélas les messieurs dames en redemandent. Pour le plaisir ou plutôt la facilité de pouvoir circuler librement et acheter librement en Europe, ils acceptent tout le reste. Il faut dire qu’ils ne sont pas habitués à la démocratie dans leur propre pays alors ils ne perçoivent plus la nuance entre le national et le supra national. Les ministres décident entre eux, à Paris ou à Bruxelles et le peuple consent, impuissant à se mobiliser contre. Seul le foutbol soulève les foules dit-on quoique sur le plan statistique, je demande les chiffres. Surexploitation commerciale oblige.
    On l’a vu avec la SNCF, la privatisation des gares, des aéroports, la vente des entreprises. Le commerce et les services publics échappent aux citoyens et pourtant c’est bien eux, cad nous qui les consommons et les utilisons les produits et services!
    Alors reprenons le contrôle de nos vies, de ce que nous consommons et utilisons!

      +24

    Alerter
    • Geneviève B 30 // 14.07.2018 à 14h50

      Oui et c’est bien les citoyens qui ont financé les énormes investissements qu’ils demandent, via leurs impôts ou achats de services. Exemple : le réseau de voies ferrées
      Quand on parle d’ouvrir la SNCF à la concurrence, je dis chiche : construisez vos propres voies ferrées, gares etc..

        +7

      Alerter
    • PierreH // 15.07.2018 à 15h44

      Alors que circuler librement dans une ensemble de pays européens ça peut se faire à base d’accords qui ne nécessitent nullement l’UE, l’euro et tout le reste…

        +3

      Alerter
  • Cgrotex // 14.07.2018 à 08h09

    Il était absent le ministre Italien qui se vante qu’il ne signera pas le CETA !?

      +2

    Alerter
    • isary // 14.07.2018 à 08h11

      l’article date de Mai,il n’était ,me semble t-il,pas “aux affaires” à ce moment là!cdt

        +10

      Alerter
      • Cgrotex // 14.07.2018 à 10h31

        Merci pour la précision
        Gérard Larcher au Parisien cette semaine : “On court le risque de voir les peuples se réveiller.”. Voila , il se réveille un peu partout en Europe.
        Merci au Italiens de faire pété se truc immonde qu’est la technocratie bureaucratique Européenne.

          +20

        Alerter
        • LS // 14.07.2018 à 13h41

          Merci pour le renvoi, c’est une perle.

          On court le RISQUE que les PEUPLES se REVEILLENT.

          G. LARCHER est un idiot ou s’agit-il d’un lapsus qui en dit long ?

            +2

          Alerter
        • Touriste // 15.07.2018 à 00h53

          Bonjour,
          Et lorsque le peuple se réveille, les chiens de garde détournent le mot “populisme” et utilisent à tour de langue (exercice facilité par un long entraînement au léchage de derche) “nationalisme”, “fascisme” ou bien “extrémisme” voire “radicalisation”.
          Il y a des colliers anti-aboiement qui se perdent…

            +3

          Alerter
    • Christian Gedeon // 14.07.2018 à 09h05

      On sent bien que vous ne l’aimez pas,ce nouveau gouvernement italien,hein? Di Maio a dit hier que non seulement le parlement italien allait rejeter le CETA ,mais que tout fonctionnaire italien qui prendrait La Défense de ce genre d’accords scélérats serait immédiatement remercié sans l’ombre d’une indemnité….Forza Italia…dur ,dur de ne pas aimer les ” populistes” hein? De ne pas aimer juste l’expression populaire en fait hein? Sale temps pour bobo-gaucho-liberalo-land…

        +30

      Alerter
      • Cgrotex // 14.07.2018 à 11h05

        Heu j’ai juste pas fait gaffe à la date de publication de l’article…
        On me guillotine quand même !?

          +12

        Alerter
  • Yanka // 14.07.2018 à 09h48

    Il y a un problème avec l’UE parce que les peuples rejettent de plus en plus l’UE ? Un seul remède, puissant : il faut plus d’UE !
    Vous avez un problème avec l’alcool parce qu’il vous fait faire de plus en plus de grosses bêtises, outre des soucis de santé importants ? Un seul remède, puissant : vous devez boire plus !

    On me dira : « Oui mééé, c’est pas la même chose !… torchons… serviettes… vous mélangez… gnagnagna ! Comparaison n’est pas raison ! »
    Je réponds : « Gnagnagna ! »

      +17

    Alerter
    • Le Rouméliote // 15.07.2018 à 15h32

      Très bonne remarque ! Ça me rappelle le brejnevisme triomphant : si l’Union soviétique ne marche pas, c’est parce qu’il n’y a pas assez de socialisme. On a vu comment ça a fini…

        +1

      Alerter
  • tchoo // 14.07.2018 à 14h28

    Comment ce machin peut décider ce qui peut être soumis au parlement nationaux ou pas. Ce ne devrait qu’une prérogative de chaque parlement national

      +5

    Alerter
    • Max // 16.07.2018 à 12h16

      Les traités précédents (ratifiés par les parlements nationaux) ont réglé cette question : ils ont tous les droits pour faire ça.

      Simplement, c’est plus difficile de voir venir le truc quand il ne s’agit que de “transferts” abstraits de souveraineté. Aujourd’hui l’arnaque est plus visible, mais c’est un peu tard !

        +1

      Alerter
  • cording // 14.07.2018 à 16h58

    Le gouvernement italien va les désavouer en refusant de ratifier le CETA or comme l’unanimité est requise pour être pleinement ratifié ce traité va aller dans les poubelles de l’Histoire.

      +2

    Alerter
    • Kiwixar // 14.07.2018 à 20h36

      … Et l’UERSS fera passer tous les articles du CETA par petits bouts, en se passant de l’opinion du parlement italien…

      Pour l’UERSS, les peuples sont obsolètes, les trucs nationaux aussi. Reste le nationalisme « européen » (anti-russe).

        +11

      Alerter
  • Idomar // 14.07.2018 à 18h14

    Dites donc, cette façon de décider n’est pas très “fraternelle” avec les peuples des différentes nations qui composent ce machin.
    Donc la fraternité oui quand c’est invasif, mais non quand c’est obstructif !
    En fait invasif pour les autres et obstructif pour mon prè carré.

    Et viva Junker, ou Johnnie Walker c’est selon.

      +5

    Alerter
  • RGT // 15.07.2018 à 08h38

    “l’approbation du Parlement européen”…

    La Kommission se fout royalement de l’avis du parlement €uropéen car son avis est purement consultatif.

    De plus, comme c’est la même Kommission qui paye des “députés” (disons plutôt godillots) elle a un moyen de pression considérable pour obtenir une approbation massive et absolue pour prouver qu’elle détient la “vérité”.

    L’utilité de ce “parlement”, en dehors du passage de la brosse à reluire sur les godasses des dictateurs de l’U€ est absolument nulle, consiste en une pompe à fric pour permettre aux partis représentés d’arrondir leurs fins de mois, le FN n’étant pas, et de loin, l’exception.

    Certes, vous me répliquerez que certaines allocutions de Nigel Farage étaient “percutantes” (et bien souvent justifiées) mais quand on ne lui coupait pas simplement la parole elles ne sortaient jamais de cette vénérable vénérienne institution.

    Si déjà le budget de fonctionnement de ce “machin” était payé par les lobbies qui décident de tout à un niveau supérieur ce ne serait pas un mal,
    Ça ferait toujours ça de plus dans les caisses des états membres, voire même une baisse de la pression fiscale sur les plus démunis (je rêve !!!).
    De plus nous aurions un bel exemple de transparence en étant informés que nos “représentants” sont directement payés par Goldman-Sachs, Bayer, Renault et les autres.

    C’est la dernière manœuvre avant l’effondrement du système causé par le réveil des “peuples ingrats” qui votent avec leurs pieds pour la “peste rouge-brune”, nouvelle désignation de gouvernements qui souhaitent recouvrer leur démocratie.

    Quand on ne voit que l’exemple des belges et surtout aujourd’hui les italiens avec le CETA, on comprend que les hauts fonctionnaires de la Komission soient atterrés.

    Si le mouvement se propage en dehors des zones “honteuses”, adieu veau, vache, cochon, couvée…

    De plus, ils ne peuvent pas expulser ces “indigents” car ce serait contraire aux “valeurs” qu’ils défendent bec et ongles devant les populations lobotomisées.

      +5

    Alerter
  • Louis Robert // 15.07.2018 à 10h33

    « Suffit, le populisme! Ce sera la volonté de tous, certes, mais sans les peuples. »

      +2

    Alerter
  • Papagateau // 15.07.2018 à 15h20

    Prochaine stipulation : Les achats d’investissement sont des achats commerciaux comme les autres.

    Voire même, je mélange 50% de directives commerciales avec 50% de directives sur l’investissement, puis je dis qu’elles sont inséparables, donc les parlements nationaux (ceux qui ont un vote contraignant) n’ont rien à dire.

    Vous n’en avez pas marre des progrès démocratiques européens.
    Vivement la régression !

      +2

    Alerter
  • Traroth // 16.07.2018 à 11h58

    Le gratin se sépare de plus en plus des nouilles…

    La volonté du peuple ne convient pas aux puissants ? Et bien on va arrêter de lui demander son avis !

      +0

    Alerter
  • Chris // 18.07.2018 à 07h39

    Un article d’un journal conservateur canadien, lequel commente le CETA :
    A qui profite le libre-échange ?
    http://plus.lapresse.ca/screens/97267b62-4ce1-49d5-a8e9-2e76df0b9205__7C___0.html?utm_campaign=B2746528&utm_source=Openfield&utm_medium=email

    http://www.lapresse.ca/international/201807/17/01-5189782-face-a-trump-lue-et-le-japon-signent-un-accord-commercial-historique.php
    Le texte doit être soumis d’ici la fin de l’année au Parlement européen en vue d’une entrée en vigueur en 2019, si le Parlement japonais le vote lui aussi rapidement.
    Contrairement à l’accord UE-Canada, actuellement contesté par l’Italie, il ne doit pas être ratifié par tous les Parlements de l’Union européenne.
    C’est l’absence de la partie sur la protection des investissements qui évite à l’accord de passer par les Parlements nationaux, précisent des sources européennes.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications