Les Crises Les Crises
30.juillet.201830.7.2018 // Les Crises

L’Union européenne met sous pression les réseaux sociaux, par Swiss Info

Merci 10
J'envoie

Source : Swiss Info, 26-04-2018

La commissaire européenne à l’Economie numérique, Mariya Gabriel, demande aux réseaux sociaux de prendre des mesures contre la désinformation.
KEYSTONE/EPA/OLIVIER HOSLET (sda-ats)

L’UE a mis jeudi sous pression les réseaux sociaux et les plateformes, tels Facebook et Twitter, pour qu’ils luttent davantage contre la désinformation en ligne. Bruxelles n’exclut pas de proposer fin 2018 des mesures réglementaires, si nécessaire.

L’initiative de la Commission européenne survient à un peu plus d’un an des élections européennes de mai 2019, et alors que le besoin de garantir des processus démocratiques viables grandit, comme l’a encore montré le récent scandale Facebook/Cambridge Analytica.

Lors d’une conférence de presse à Bruxelles, la commissaire européenne à l’Economie numérique, Mariya Gabriel, a insisté pour “donner une chance aux réseaux sociaux et aux plateformes en ligne de résoudre le problème une fois pour toute”.

“Nous voulons que d’ici juillet, ils s’accordent sur un code de bonnes pratiques pour lutter contre la désinformation”, a déclaré la Bulgare, les exhortant à “devenir des acteurs responsables”.

“Nous allons attendre des résultats visibles et mesurables en octobre et ensuite nous nous réservons le droit de décider en décembre de l’opportunité d’avoir des mesures supplémentaires”, a-t-elle encore prévenu.

Code de bonnes pratiques

Si l’exécutif européen se contente pour l’instant d’une “communication”, c’est-à-dire un document politique sans effet légal, il n’exclut pas de passer à la vitesse supérieure en fin d’année.

Ce “code de bonnes pratiques” rappelle “le Code de conduite” de l’UE contre les discours haineux et contenus à caractère terroriste, que s’engagent déjà à respecter depuis près de deux ans Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft, et depuis plus récemment Instagram et Google+. Pour des pays comme la France et l’Allemagne, ce code s’avère toutefois insuffisant et ils souhaitent une législation.

“Dans la perspective des élections européennes de 2019, nous devons être particulièrement vigilants et redoubler d’efforts”, a martelé Mme Gabriel, alors que l’UE s’est par le passé inquiété des interférences russes présumées dans le scrutin présidentiel américain et le référendum sur le Brexit en 2016.

L’été dernier, l’Allemagne a légiféré pour lutter contre la désinformation sur les réseaux sociaux et la France prépare actuellement une loi pour lutter contre les fausses informations en période électorale.

Encourager la vérification

L’exécutif européen propose aussi de soutenir la création d’un réseau indépendant de vérificateurs de faits et une série de mesures visant à stimuler un journalisme de qualité et à promouvoir l’éducation aux médias.

Ces propositions ont été élaborées après un rapport d’un groupe de travail, mis sur pied en janvier et constitué de 40 représentants de grands médias européens (RTL, Mediaset, Sky News), de la société civile (RSF) et des géants technologiques (Facebook, Twitter et Google), d’universitaires ainsi que de journalistes, y compris un représentant de l’AFP.

Pour de nombreuses organisations, les propositions de l’exécutif européen ne vont pas assez loin. Ainsi, le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) “regrette que Bruxelles ne s’attaque pas au business model des plateformes, reposant sur les ‘clics’ pour attirer les revenus publicitaires, l’une des causes principales pour la diffusion de contenus sensationalistes, dont les ‘fake news'”.

De son côté, le CCIA, le lobby des Gafa, s’inquiète des délais courts fixés par la Commission pour mettre en oeuvre le code de bonnes pratiques. “La date d’octobre semble précipitée”, écrit-il.

Pratiques commerciales déloyales

Outre cette initiative contre la désinformation, l’exécutif européen, soutenu par la France, a également mis la pression jeudi sur les grandes plateformes numériques, telles Amazon ou Google, en proposant de nouvelles règles pour qu’elles traitent plus équitablement leurs partenaires commerciaux, souvent des PME.

Objectif: s’attaquer aux clauses contractuelles et aux pratiques commerciales déloyales ou non transparentes identifiées dans les relations entre plateformes et leurs utilisateurs professionnels.

L’idée est de créer un environnement commercial équitable pour les PME qui utilisent les places de marché en ligne (Amazon, eBay, par exemple), des magasins d’applications (Google Play, Apple Store) ou des moteurs de recherche et des comparateurs de prix (Google Shopping, etc).

Source : Swiss Info, 26-04-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 30.07.2018 à 05h30

« L’UE a mis jeudi sous pression les réseaux sociaux et les plateformes, tels Facebook et Twitter, pour qu’ils luttent davantage contre la désinformation en ligne »

Mot-clé : désinformation = discours critique envers l’UE et l’OTAN
Teasing (désolé pour le franglais, mais il est adapté à la vulgarité de la chose) : quel autre mot doit venir logiquement après une telle introduction ?
Cherchez bien… il arrive à la ligne 27… Oui, vous l’avez deviné, c’est « russe » !
« l’UE s’est par le passé inquiété des interférences russes présumées dans le scrutin présidentiel américain et le référendum sur le Brexit en 2016 »

Suivent trois lignes obligées sur le couple franco-allemand…

Et le meilleur : « L’exécutif européen propose aussi de soutenir la création d’un réseau indépendant de vérificateurs de faits et une série de mesures visant à stimuler un journalisme de qualité et à promouvoir l’éducation aux médias. »

Comment appeler ce réseau « indépendant » proposé par « l’exécutif » ? Eurodecodex ? Et comment réagirait notre grande presse indépendante si une agence leur annonçait : « Le Kremlin propose aussi de soutenir la création d’un réseau indépendant de vérificateurs de faits et une série de mesures visant à stimuler un journalisme de qualité et à promouvoir l’éducation aux médias » ?

La différence, c’est que le Kremlin est le siège d’un pouvoir élu, contrairement à la Commission de Bruxelles.

33 réactions et commentaires

  • Fritz // 30.07.2018 à 05h30

    « L’UE a mis jeudi sous pression les réseaux sociaux et les plateformes, tels Facebook et Twitter, pour qu’ils luttent davantage contre la désinformation en ligne »

    Mot-clé : désinformation = discours critique envers l’UE et l’OTAN
    Teasing (désolé pour le franglais, mais il est adapté à la vulgarité de la chose) : quel autre mot doit venir logiquement après une telle introduction ?
    Cherchez bien… il arrive à la ligne 27… Oui, vous l’avez deviné, c’est « russe » !
    « l’UE s’est par le passé inquiété des interférences russes présumées dans le scrutin présidentiel américain et le référendum sur le Brexit en 2016 »

    Suivent trois lignes obligées sur le couple franco-allemand…

    Et le meilleur : « L’exécutif européen propose aussi de soutenir la création d’un réseau indépendant de vérificateurs de faits et une série de mesures visant à stimuler un journalisme de qualité et à promouvoir l’éducation aux médias. »

    Comment appeler ce réseau « indépendant » proposé par « l’exécutif » ? Eurodecodex ? Et comment réagirait notre grande presse indépendante si une agence leur annonçait : « Le Kremlin propose aussi de soutenir la création d’un réseau indépendant de vérificateurs de faits et une série de mesures visant à stimuler un journalisme de qualité et à promouvoir l’éducation aux médias » ?

    La différence, c’est que le Kremlin est le siège d’un pouvoir élu, contrairement à la Commission de Bruxelles.

     121

    Alerter
  • Fabrice // 30.07.2018 à 05h58

    Il est plus facile de détruire l’information par la censure que de réduire les avis opposés par le débat ainsi que des arguments éclairants, pourquoi ?

    Parce que nos technocrates savent qu’ils ne peuvent justifier beaucoup des décisions européennes qui vont à l’encontre des intérêts des citoyens européens.

    Quand on s’arcboute sur des dogmes économiques contraires aux principes qui ont pourtant été vendu aux européens, on sait que l’escroquerie a corrompu les idéaux de départ.

     51

    Alerter
  • Pierre D // 30.07.2018 à 05h59

    Reste à savoir si cette information est vraie ou fausse.

    … et ce n’est pas aux médias, c’est-à-dire aux moyens, c’est-à-dire aux tuyaux d’en décider… c’est à chacun de nous de croire que Big Brother existe… ou pas.

    Pour l’instant l’UE n’a pas la connaissance nécessaire pour intervenir sur notre conscience et notre libre arbitre… pas encore, enfin pas de tous.

    Pour ma part je considère cette “volonté” bruxelloise comme une vaine gesticulation de plus… qui nous informe sur les intentions de ses auteurs…. guère plus.

     20

    Alerter
    • EURSS // 31.07.2018 à 19h38

      pas une vaine gesticulation, la même politique que nos dirigeants locaux(Micron et les autres: tentative de “loi fake news”) pour museler l’expression populaire: seuls les dires autorisés par les commissaires(politiques) pourront être entendus ou lus. Comme dans toutes les dictatures et républiques bananières.

       1

      Alerter
  • Aladin0248 // 30.07.2018 à 07h55

    L info remonte au journaliste olivier Hosslet. On n’à pas de lien plus en amont pour vérifier les sources.

     2

    Alerter
  • Nerouiev // 30.07.2018 à 08h10

    Un discours totalement à la botte de l’establishment américain. Au fond, avec sa fonction au sein de l’UE, que pouvait-elle dire d’autre ? On voit bien à qui il faut encore plaire.

     12

    Alerter
  • Brigitte // 30.07.2018 à 08h57

    l’UE ferait mieux de mettre la pression sur la fiscalité des GAFA! Avec l’argent récolté, on pourrait sans problème financer des plateformes numériques européennes, comme il en existait au bon vieux temps et casser ainsi le monopole US. Mais rassurez-vous, je ne suis pas sérieuse en disant cela, je sais bien que l’UE n’a pas vocation à être indépendante…..

     29

    Alerter
  • BOURDEAUX // 30.07.2018 à 09h05

    Incompréhensible panique des fonctionnaires face à la « désinformation » sur les réseaux sociaux, car si on les accuse de diffuser des fausses infos, cela implique qu’on leur reconnait le pouvoir d’en diffuser de vraies. Hors il faut s’entendre : Soit on continue de définir l’information comme le résultat d’un processus de collecte et de confrontation des sources que seuls des professionnels peuvent fournir, et dans ce cas les réseaux sociaux ne sont pas des sites d’info et il ne faut les considérer que pour ce qu’ils sont, soit on considère l’information comme tout et n’importe quoi, et dans ce cas le jovial turfiste qui absorbe son p’tit blanc au bar des chasseurs de Châtillon sur chalaronne en distribuant à la cantonade ses analyses sur la géopolitique est un site d’info à lui tout seul qu’il faut museler au même titre que facebook. Nos politiciens ayant détruit l’appareil éducatif dont la première mission était de transmettre à la jeunesse les outils indispensables à la formation du jugement, ils se mettent en tête aujourd’hui de faire taire l’écho de leur incompétence.

     48

    Alerter
    • Kilsan Aïtous // 31.07.2018 à 07h38

      Ce ne sont pas des fonctionnaires qui paniquent sur le sujet

       1

      Alerter
  • Frexit // 30.07.2018 à 11h06

    L’UE considère les citoyens des pays qui la composent au mieux comme des enfants, au pire comme des demeurés à qui il faut dire le Vrai et le Faux, le Bien et le Mal.
    Sommes-nous pour l’UE des irresponsables, des incapables (au sens juridique du terme)?
    L’UE cherche à se protéger. Pourquoi ne fait-elle pas une loi sur le blasphème condamnant au bûcher celui, celle qui l’aurait proféré? Ainsi, tout individu qui dirait que l’UE n’est pas démocratique serait réduit en cendres…

     17

    Alerter
    • chr bernard // 30.07.2018 à 16h32

      .. enfants, demeurés, incapables ?
      Et si ces technocrates commençaient à nous considérer comme leurs ennemis, tout simplement…

       9

      Alerter
  • sg // 30.07.2018 à 12h03

    Pas étonnant de la part de RSF (Reporters Sant Frontières) qu’ils participent à une telle entreprise de censure malheureusement vu ce qu’ils ont fait pour la conférence sur les casques blancs de Guy Mettan…

     13

    Alerter
  • Chris // 30.07.2018 à 12h15

    “Dans la perspective des élections européennes de 2019, nous devons être particulièrement vigilants et redoubler d’efforts”
    L’UE va t-elle entrer en collision avec les plans de Bannon ?
    Les prochaines élections européennes vont être chaudes.
    j’envisage l’alternative suivante : m’abstenir ou voter pour la dissidence. Mais alors quelle dissidence ? Sachant qu’une Marine cache une Marion, et qu’un gnangnan et polochon sont déjà “fixés”. Les Français risquent bien, une fois de plus, d’être tsipressés.

     5

    Alerter
    • Kilsan Aïtous // 31.07.2018 à 07h40

      Quelqu’un qui dise clairement qu’il faut que la France sorte de l’UE.

       4

      Alerter
  • Pastounak // 30.07.2018 à 14h21

    Quoi qu’il en soit le mal est fait. Les données ont suffisamment été pompées pour les croiser et établir des profils et carte de relations.
    L’IA, une fois parfaite, fera le reste. L’affaire cambridge analytica, c’est une histoire pour les enfants.

     1

    Alerter
  • Frexit // 30.07.2018 à 15h05

    Non, les prochaines élections européennes ne seront pas “chaudes”. Beaucoup de nos concitoyens ne croient plus aux élections et s’abstiendront. En s’abstenant, on fait injure au droit de vote acquis de haute lutte, on fuit ses propres responsabilités. Posez-vous les questions fondamentales : qu’est-ce qui est le plus important pour moi? Mon bonheur individuel? Mon bien-être personnel? C’est alors l’ultralibéralisme qu’il vous faut et vous voterez pour un parti favorable à l’UE.
    Ou plutôt que de raisonner en termes de “je” où l’on considère que la société n’est qu’une somme d’individus, on peut raisonner en termes de “nous” et alors surgissent les notions d’égalité, de fraternité, de solidarité, de protection du bien commun qui ne peuvent s’exercer que dans le cadre de la Nation. L’ultralibéralisme et donc l’UE ne sont plus la réponse. Faites un effort; cherchez; et vous trouverez un (petit) parti qui veut réellement sortir de l’UE sans finasser (ceux qui finassent sont ceux qui proposent un plan A, plan B,… ,plan Z ou la création d’une monnaie parallèle à l’euro)

     13

    Alerter
    • WASTERLAIN Serge // 30.07.2018 à 15h49

      Ou plus simplement se poser la question :”Qu’est ce qui est meilleur pour mes enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants ?”

       1

      Alerter
      • Frexit // 30.07.2018 à 16h18

        En posant la question : “Qu’est ce qui est meilleur pour MES enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants ?”, vous restez dans le cadre du “je” pris dans un sens plus large (la famille); j’aurais préféré la formulation: “Qu’est ce qui est meilleur pour NOS enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants ?” c’est à dire les générations à venir; avant de penser à l’avenir plus ou moins lointain, essayons de résoudre les problèmes d’aujourd’hui (en allant voter aux prochaines élections européennes pour la liste qui vous convient le mieux). Exemples de problèmes d’aujourd’hui : la dépendance, la prise en charge des autistes, des maladies dites rares, la privatisation des services publics, la protection de l’environnement, l’agriculture extensive etc. La liste est longue…

         5

        Alerter
        • bobinette // 30.07.2018 à 16h26

          Le problème numéro 1 en France actuellement est l’immigration !

          Ceux qui font semblant que ce n’est pas un problème auront dans un avenir assez proche à se justifier !

           1

          Alerter
        • Kita // 30.07.2018 à 16h59

          J’adhère absolument à votre réflexion et j’insiste même sur les très graves problèmes que sont l’autisme et la dépendance.

           2

          Alerter
        • WASTERLAIN Serge // 30.07.2018 à 20h34

          J’ai voulu souligner que son propre bien-être (JE) est inatteignable si on ne peut assurer le bonheur de sa descendance et, par la même occasion montrer que plus largement on ne saurait être heureux entouré de malheureux (NOS). Je voulais également démonter qu’il est stupide de croire pouvoir atteindre SON épanouissement sans tenir compte, voire au détriment de celui des autres (arrière-petits-enfants). Ma formulation est trop lapidaire, ce qui n’est pas dans mes habitudes, on ne m’y reprendra plus !

           3

          Alerter
    • chr bernard // 30.07.2018 à 16h35

      @ Frexit : “Beaucoup de nos concitoyens ne croient plus aux élections et s’abstiendront. ”

      Ca dépend des milieux, apparemment : moi je ne rencontre que des lobotomisés pour qui “L’Europe, c’est la paix” , “sans l’Europe, nous serions trop petit”, “L’Europe nous protège” et tutti quanti …

       5

      Alerter
    • rbaia // 30.07.2018 à 17h50

      votre propos est interessant , mais voter pr ” un (petit) parti qui veut réellement sortir de l’UE sans finasser (ceux qui finassent sont ceux qui proposent un plan A, plan B,… ,”n’est ce pas etrange .. comment un parti qui veut sortir de l’ UE peut il postuler a cette même UE ??? je prevois de m’abstenir a mon grand regret , mais si vs pouvez repondre a ma question , je revise ma position ..

       3

      Alerter
      • DD54 // 31.07.2018 à 01h13

        Fausse contradiction! Historiquement les partis communistes français et italiens bien qu’adversaires de la démocratie bourgeoise se servaient des élections parlementaires pour faire passer leur message et cela leur réussissait plutôt bien (25% des votants). De toute façon, même si cela est rageant, s’abstenir c’est se taire et laisser la place aux autres. Alors vaut-il mieux regarder les événements se passer devant nos yeux ou tenter d’en infléchir et même renverser le cours? L’ UPR a choisi.

         4

        Alerter
      • EURSS // 31.07.2018 à 19h42

        il n’y aucune honte ni contracdiction à utiliser le cadre imposé (juncker “il n’y a pas d’alternative démocratique à l’UE”) pour detruire le carcan dans lequel l’adversaire veut nous enfermer.

         3

        Alerter
      • Subotai // 01.08.2018 à 09h21

        Ben si tu t’abstiens, tu as juste le droit de la fermer et de regarder les gagnants décider ce qu’ils veulent.

         3

        Alerter
    • Kilsan Aïtous // 31.07.2018 à 07h46

      L’ultralibéralisme entraine bonheur individuel et bien être personnel ?
      Pour quel pourcentage de la population ? pour ceux qui sont déjà (depuis très longtemps) dans le bonheur et le bien être matériel personnel. Et encore, il faudrait voir si ça leur apporte vraiment un quelconque épanouissement.

       0

      Alerter
  • Le Rouméliote // 30.07.2018 à 15h55

    La commissaire bulgare Mariya Gabriel pourra toujours demander à son papa et à sa maman comment le grand Todor Jivkov empêchait la diffusion de monstrueuses fake news du temps où la Bulgarie était copine avec l’Union Soviétique…

     4

    Alerter
  • serge // 30.07.2018 à 16h35

    D’un côté, l’UE fait semblant de taxer les réseaux sociaux US tout en continuant d’accepter du dumping fiscal dans son périmètre. Le tout en laissant l’extra-territorialité US se manifester largement. De l’autre, l’UE est infoutue de financer un réseau européen du type VKontakte en russie ou Wechat en Chine. Et ce, malgré les dizaines de milliard ponctionnés pour faire fonctionner le bouzin de Bruxelles. Pitoyable…

     6

    Alerter
  • Dominique // 30.07.2018 à 17h31

    Une fake new n’en est une que si elle ne va pas dans le sens de la communication du gouvernement. Par exemple, lorsque un « expert » vient prétendre à la radio que la passage de 90 à 80 km/h fait économiser 20% de carburant, personne ne vient crier au fake. C’est pourtant facile à vérifier.

     6

    Alerter
    • DD54 // 31.07.2018 à 01h17

      Passer de 90 à 0 km/h fait économiser 100% de carburant. C’est facile à vérifier 😉 Tous pilotes de chaise-longues

       3

      Alerter
  • Kilsan Aïtous // 31.07.2018 à 07h48

    L’Union européenne c’est de la daube, du fake, dès le départ et ils ne veulent pas qu’on le dise.

     4

    Alerter
  • 1Direct // 01.08.2018 à 19h16

    Pour l’U.E., l’Allemagne et la France en tête … Le retour du “bon vieux temps” (1950 et après).

    Ces bonnes vieilles années durant lesquels il y avait un Ministre de ” l’Information ” qui “dormait” à l’ORTF pour mieux rédiger et diffuser … LA VERITE D’ÈTAT

    Micron, LU.E. et d’autres en rêve.
    On y revient. Doucement, insidieusement on y va

    Devrons nous bientôt aller sur les réseaux “parallèles cryptés” pour lire Les Crises et d’autres??

    Je crains, hélas, que cela n’arrive plus vite que nous le croyons.

     0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications