Les Crises Les Crises
16.juillet.201816.7.2018 // Les Crises

Le secrétaire d’Etat américain Pompeo présente un ultimatum de guerre à l’Iran Par Bill Van Auken

Merci 117
J'envoie

Source : Wolrd Socialist Web Site, Bill Van Auken, 23-05-2018

Lundi, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a présenté ce qui était annoncé comme le « Plan B » de Washington suite à l’abandon par le gouvernement Trump de l’accord nucléaire conclu en 2015 entre l’Iran et le groupe dit P5 + 1, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, la Chine et la Russie.

L’allocution agressive et belliqueuse, intitulée « Après l’accord : une nouvelle stratégie iranienne », a été prononcée à l’Heritage Foundation, de droite, à Washington. Il s’agissait d’un ultimatum de guerre à Téhéran, exigeant la capitulation totale du gouvernement iranien face à ce que Pompeo a déclaré être « les sanctions les plus fortes de l’histoire », ainsi que la pression militaire sur tous les fronts au Moyen-Orient.

Le discours a été le premier prononcé par Pompeo depuis qu’il a quitté son poste de directeur de la CIA. Ce poste a été rempli par son successeur Gina Haspel, l’ancienne directrice d’un site secret de torture de la CIA, qui a été intronisée lundi par Trump après la ratification de sa désignation avec le soutien des sénateurs démocrates. Avec l’élévation de John Bolton, un acharné de droite qui a appelé à plusieurs reprises au bombardement de l’Iran, au poste de conseiller à la sécurité nationale, Trump a réuni ce qui équivaut à un cabinet ministériel de guerre anti-iranien.

L’allocution du secrétaire d’État était constituée d’une liste de mensonges et de fausses accusations contre l’Iran, en commençant par un éloge de la « récente opération de renseignement remarquable d’Israël ». Cela faisait référence à la présentation théâtrale absurde du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à la veille du 8 mai, date de la décision de Trump d’abroger l’accord nucléaire. Netanyahu n’a présenté aucune preuve que l’Iran avait violé les termes de l’accord nucléaire.

Pompeo a fait porter la responsabilité entière de la crise au Moyen-Orient à l’Iran. En réalité, la région a été ravagée par une succession de guerres américaines pour un changement de régime, de l’Irak à la Libye et à la Syrie. Il a fait porter la responsabilité de la guerre qui a amené le Yémen au bord de la famine à Téhéran, alors même que les États-Unis fournissent les bombes et le soutien militaire qui permettent à son allié régional clé, l’Arabie saoudite, de décimer le pays.

Il a ajouté une liste d’accusations fondées sur la fantaisie et la fabrication, affirmant que Téhéran fournissait un sanctuaire aux dirigeants d’Al Al-Qaïda – un mouvement basé sur des éléments anti-chiites fanatiques – et a tenté de faire porter le chapeau pour la situation catastrophique en Afghanistan, où l’armée américaine a mené une guerre de 17 ans, au soutien prétendu iranien aux talibans, pour lequel aucune preuve n’a été présentée.

Faisant un appel bidon et cynique au peuple iranien, il a accusé le gouvernement iranien de « corruption » et d’avoir détourné « des centaines de millions de dollars vers des opérations militaires ». Cela de la part d’un gouvernement à Washington en proie à d’innombrables scandales de corruption et qui détourne environ 1000 milliards de dollars par an vers les dépenses militaires.

Pompeo a ensuite présenté une liste de 12 exigences que l’Iran « doit respecter ». Elles impliquent la fin du programme nucléaire du pays et l’arrêt de son développement de missiles. Elles incluent le retrait de toutes les forces militaires de Syrie, la fin du soutien au Hezbollah au Liban et l’abandon de toute influence en Irak. En promettant « d’écraser les agents » iraniens partout dans le monde, le secrétaire d’État américain a déclaré que « l’Iran n’aura plus jamais carte blanche pour dominer le Moyen-Orient ».

Ces exigences équivalent à un ultimatum obligeant l’Iran à cesser de jouer tout rôle de puissance régionale et se soumettre à la domination néocoloniale sans entrave de Washington.

Le gouvernement iranien a rejeté immédiatement les exigences de Pompeo. « Le monde d’aujourd’hui n’accepte pas que les États-Unis décident à la place des autres. Les pays ont leur indépendance », a déclaré le président Hassan Rohani dans une déclaration diffusée par les médias iraniens. « Pour qui vous prenez-vous pour décider à la place de l’Iran et du monde ? » a-t-il ajouté.

Le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères, Bahram Qassemi, a déclaré lors d’une conférence de presse à Téhéran : « Personne ne peut forcer l’Iran à faire quoi que ce soit et l’Iran restera en Syrie aussi longtemps que les groupes terroristes s’y trouvent et que le gouvernement syrien le voudra ». Il a ajouté que, « Ceux qui sont entrés en Syrie sans la permission du gouvernement syrien devraient quitter le pays », se référant aux plus de 2000 soldats américains qui ont été envoyés pour occuper l’est du pays et ses champs pétrolifères.

Pompeo a également enlevé tout doute quant à l’intention de Washington de poursuivre sa politique d’agression contre l’Iran aux dépens de ses alliés déclarés en Europe occidentale par l’imposition de sanctions extra-territoriales ou « secondaires ». Celles-ci pénaliseront toute entreprise en Europe ou ailleurs dans le monde qui cherche à faire des affaires en Iran.

« Nous comprenons que notre réimposition de sanctions et la prochaine campagne de pression sur le régime iranien poseront des difficultés financières et économiques à un certain nombre de nos amis », a-t-il déclaré. « En effet, cela impose également des défis économiques à l’Amérique. Ce sont des marchés où nos entreprises aimeraient également faire des affaires. »

Ce sont des balivernes. Le commerce américain avec l’Iran en 2017 s’élevait à seulement 170 millions de dollars. En revanche, les échanges commerciaux entre l’Union européenne et l’Iran se sont chiffrés à environ 25 milliards de dollars, et de nombreuses grandes entreprises européennes ont conclu des accords commerciaux et d’investissement à la suite de l’accord nucléaire de 2015.

Alors que le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne se sont opposés à la décision de Trump d’abroger l’accord nucléaire et ont promis de soutenir l’accord sans les États-Unis, l’Iran a demandé à l’Union européenne de prendre des mesures concrètes pour faire en sorte que l’essentiel de l’accord, celui d’épargner l’économie iranienne des sanctions paralysantes en échange des limites sévères imposées au programme nucléaire du pays, soit maintenu.

« Avec le retrait de l’Amérique […] le soutien politique européen à l’accord n’est pas suffisant », a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif devant le commissaire européen à l’énergie, Miguel Arias Canete, dimanche.

« L’annonce du possible retrait par de grandes entreprises européennes de leur coopération avec l’Iran n’est pas cohérente avec l’engagement de l’Union européenne à respecter » l’accord, a indiqué M. Zarif.

L’UE et les grandes puissances européennes s’agitent pour empêcher les politiques de Washington de les priver de la capacité d’exploiter le marché iranien potentiellement lucratif. En même temps, les gouvernements européens, tout en étant eux-mêmes profondément impliqués dans les opérations impérialistes au Moyen-Orient et en exerçant des pressions sur l’Iran, craignent que la poussée précipitée vers la guerre avec l’Iran ait des effets dévastateurs, dont la hausse des prix des énergies, la déstabilisation de toute la région et la résurgence du flux de réfugiés.

Le géant français de l’énergie Total a déjà annoncé qu’il renoncerait à un accord de 5 milliards de dollars pour développer le gisement de gaz de South Pars dans le golfe Persique, à moins que les autorités américaines n’accordent une dérogation aux sanctions. Le géant danois des transports maritimes Maersk Tankers a annoncé jeudi qu’il cesserait ses activités en Iran, tandis que l’assureur allemand Allianz et la société Siemens, qui a vendu des turbines à gaz à l’Iran, ont également annoncé la cessation de leurs activités dans ce pays. Le constructeur aéronautique Airbus, qui a déjà fourni des avions à réaction à l’Iran dans le cadre d’un contrat à plusieurs milliards de dollars, a indiqué qu’il envisageait de se conformer aux sanctions américaines.

Par ailleurs, la compagnie pétrolière nationale chinoise CNPC a annoncé qu’elle serait prête à reprendre le contrat pour le champ gazier iranien si Total se retirait. La Chine est le premier partenaire commercial de l’Iran. Le gouvernement russe a fait savoir qu’il était prêt à intégrer l’Iran dans une zone de libre-échange.

Alors que l’action unilatérale des États-Unis a réduit les relations entre l’Europe et l’Amérique à leur plus bas niveau depuis la Seconde Guerre mondiale, donnant lieu à des appels de responsables de l’UE à une politique indépendante et une défense de « souveraineté économique », l’UE et ses États membres ne sont pas encore tombés d’accord sur la politique concrète à suivre pour défier Washington.

Les propositions émanant de Bruxelles incluraient la poursuite des importations pétrolières iraniennes en effectuant des paiements directs libellés en euros à la banque centrale iranienne, en contournant le système financier américain ; verser des indemnités aux entreprises touchées par les sanctions américaines ; et le réaménagement d’une « loi de blocage » de 1996 élaborée en réponse aux sanctions américaines contre l’Iran, la Libye et Cuba, qui interdit aux entreprises européennes de se conformer aux sanctions extraterritoriales. À l’époque, l’administration Clinton a fourni une dispense aux sociétés européennes faisant des affaires dans ces pays, ce qui rendait cette loi sans intérêt.

Rien n’indique que le gouvernement Trump ait l’intention de fournir de telles exemptions. Cela signifie que, quelles que soient les divisions entre les puissances européennes, la guerre commerciale et les tensions politiques continueront de s’intensifier à mesure que la menace d’une nouvelle guerre majeure au Moyen-Orient se profile.

Source : Wolrd Socialist Web Site, Bill Van Auken, 23-05-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

DUGUESCLIN // 16.07.2018 à 08h13

Mesures anti-iraniennes contre-productives, puisque les pays europèistes vont perdre leurs marchés qui seront remplacés par ceux de la Russie et de la Chine puisqu’elles ne sont pas vulnérables aux sanctions américaines par dollar interposé.
Ils n’ont que faire des lois américaines. Ces nouvelles mesures ne font que renforcer la Russie et la Chine que les américains voudraient affaiblir.
Ce sont les pays européistes soumis aux lois américaines qui seront le plus gravement affaiblis. Mais à quoi sert donc l’Euro qui devait nous rendre indépendant du Dollar?

41 réactions et commentaires

  • Sybillin // 16.07.2018 à 07h30

    Tout est dit dans cet article synthétique. Malheureusement on peut redouter que l’UE ne se conforme à ces diktats américains avec à terme une immigration massive provenant du Moyen Orient par faits de guerre ou pour raisons économiques.
    Décidément l’ Europe reste très chrétienne puisque lorsqu’on lui donne une gifle sur une joue, elle tend immédiatement l’autre! (cf les évangiles).

      +7

    Alerter
    • Louis Robert // 16.07.2018 à 12h28

      « Très chrétienne » ? Non pas, plutôt parfaitement complice et collaboratrice, à son plus grand profit, du criminel Empire de la guerre perpétuelle dont ladite Bête se nourrit.

        +13

      Alerter
  • Pierre D // 16.07.2018 à 07h30

    COIN! COIN!

    De Donald à Donald: « Outre les défis traditionnels tels que la montée en puissance de la Chine, l’attitude agressive de la Russie, nous assistons aujourd’hui à un phénomène nouveau : l’assertivité capricieuse de l’administration américaine. En regardant les dernières décisions du président Trump, on pourrait même penser : avec des amis pareils, qui a besoin d’ennemis ? Mais pour parler franchement, l’Europe devrait être reconnaissante au président Trump. Car grâce à lui nous avons perdu toutes les illusions. Il nous a fait prendre conscience que lorsque vous avez besoin d’une main tendue, c’est au bout de votre propre bras que vous la trouverez. » Donald Trusk à Donald Trump.

    Quand on connait l’atlantisme hystérique de Tusk, on ne peut que dire: “Merci Donald(s)”.

    ______________________________
    http://www.lesoir.be/157097/article/2018-05-16/lattaque-inouie-de-tusk-contre-trump-avec-des-amis-pareils-qui-encore-besoin

      +16

    Alerter
    • ledufakademy // 16.07.2018 à 23h37

      je m’avance peut-être mais je pense qu’à la fin du mandat de Trump , certains changeront d’avis sur cet oiseau qu’est Trump, lui et poutine savent parfaitement ce qu’ils font.
      Les mondialistes ultra libéraux (unipolaire) en auront pour leur grade.

        +2

      Alerter
      • Pierre D // 17.07.2018 à 07h52

        Après la petite musique mondialiste, ce sont les grosses fanfares nationalistes.

          +0

        Alerter
  • Rond // 16.07.2018 à 07h39

    Non information.
    Sauf à y mettre d’abord le doigt, puis la main, puis le bras, puis le reste du corps, s’informer, càd recevoir les informations, les vérifier et enfin, les analyser, devient un sport de très haut niveau. Et je n’aime ni le foot, ni le vélo …
    Pompeo a vociféré, très bien. Le chien de mon voisin a aboyé ce matin, très bien. Je suppose que l’Iran, se moque bien des “allocutions” des uns et des autres.
    Et nous, suivrons-nous la meute de ces cinglés qui aimeraient bien embraser le monde ? Mon petit doigt me dit que nous allons suivre, aveuglément …
    Soupir …
    Pendant ce temps, d’autres résistent avec succès !

      +26

    Alerter
  • Nerouiev // 16.07.2018 à 07h47

    Pompéo : retenez-moi sinon je fais un malheur !

      +5

    Alerter
  • Toubib53 // 16.07.2018 à 08h07

    Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?
    C’est à la planète Terre entière qu’il faut impérativement déclarer la guerre afin de pouvoir établir son “hégémonie” sur un tas de ruines et de cadavres …
    C’est beau la Pax América ….

      +25

    Alerter
    • Wilhelm Tell // 16.07.2018 à 09h41

      A propos de pax americana, il est opportun de lire ou relire ce discours de JFK:

      https://www.jfklibrary.org/JFK/Historic-Speeches/Multilingual-American-University-Commencement-Address/Multilingual-American-University-Commencement-Address-in-French.aspx

      Où l’on comprend pourquoi il a été assassiné et pourquoi les USA sont une dictature depuis ce moment-là.

      A ne pas oublier aussi les déclarations de Wesley Clark… dont la liste se termine par l’Iran

        +13

      Alerter
      • Silk // 16.07.2018 à 14h36

        Oui enfin dans ce discours, JFK dit des choses qu’ils considèrent comme étant de fausses allégations mais qui se révèlent étonnamment réelles :
        « Deuxièmement, réexaminons notre attitude vis-à-vis de l’Union soviétique. Il est décourageant de penser que les dirigeants soviétiques croient réellement ce qu’écrivent leurs services de propagande. Il est décourageant de lire un texte soviétique récent, faisant autorité en matière de stratégie militaire et d’y trouver, page après page, des allégations incroyables et sans fondement, telles que, je cite&: «les milieux impérialistes américains se préparent à déclencher différents types de guerre… une menace de guerre préventive contre l’Union soviétique, dirigée par les impérialistes américains, existe véritablement… [et que] l’objectif politique des impérialistes américains est de réduire en esclavage économique et politique les pays européens et les autres pays capitalistes… pour finir par dominer le monde… en déclenchant des guerres d’agression», fin de citation. »

        Pour lui, l’objectif de certains milieux impérialistes américains n’aurait jamais été une domination « économique et politique » (confinant à de l’esclavage) des pays européens et autres pays capitalistes « pour finir par dominer le monde En déclenchant des guerres d’agression ».
        Pour le coup JFK était soit aveugle, soit naïf, soit …

          +7

        Alerter
      • Kita // 16.07.2018 à 19h31

        Merci,j’ai pu lire le discours de J.Kenedy que je ne connaissais pas et qui m’a enthousiasmée.

          +0

        Alerter
  • DUGUESCLIN // 16.07.2018 à 08h13

    Mesures anti-iraniennes contre-productives, puisque les pays europèistes vont perdre leurs marchés qui seront remplacés par ceux de la Russie et de la Chine puisqu’elles ne sont pas vulnérables aux sanctions américaines par dollar interposé.
    Ils n’ont que faire des lois américaines. Ces nouvelles mesures ne font que renforcer la Russie et la Chine que les américains voudraient affaiblir.
    Ce sont les pays européistes soumis aux lois américaines qui seront le plus gravement affaiblis. Mais à quoi sert donc l’Euro qui devait nous rendre indépendant du Dollar?

      +47

    Alerter
    • Guillaume // 16.07.2018 à 11h49

      “Mais à quoi sert donc l’Euro qui devait nous rendre indépendant du Dollar?”
      Justement, cette situation démontre par l’absurde que l’hypothèse “l’Euro nous rend indépendant du Dollar” est fausse.
      Il reste l’autre hypothèse : l’Euro comme outil monétaire d’asservissement des pays d’Europe.
      Pour l’instant cette hypothèse n’a pas été réfutée…

        +19

      Alerter
  • Macarel // 16.07.2018 à 08h17

    Un pays qui passe de 600 milliards de dollars de dépenses d’armement en 2016, à 1000 milliards en 2018.

    Soit de 43% des dépenses mondiales à plus de 52%, un tel pays n’a pas que des intentions pacifiques !

    De toute façon c’est le complexe militaro-industriel qui maintien les USA à flot, et contrôle Washington.

    Eisenhower nous avait bien mis en garde :

    https://www.dailymotion.com/video/xecvnz

    A mettre en parallèle de la croissance de la dette des USA :

    Passée de 10.600 milliards à 19.900 milliards de dollars, pendant les deux mandats “Obama”, et dépassant les 21000 milliards de dollar en 2018 !

      +33

    Alerter
  • Jetaimalbert // 16.07.2018 à 08h31

    Cet article a deux mois. Ya pas un peu de tristesse à vous suivre sur ce blog ?

      +5

    Alerter
    • Mr K. // 16.07.2018 à 10h40

      @Jetaimalbert
      La situation a-t-elle changé ou le “véritable ultimatum de guerre” est toujours sur la table?

      Pour faire cette remarque vous devez sûrement avoir des informations de premier ordre à nous communiquer sur cette question.

      Trump et ses commanditaires auraient-ils renoncé à emprunter pour l’Iran un chemin similaire à celui pour l’Irak naguère suivi par les bas Bush?

        +11

      Alerter
    • weilan // 16.07.2018 à 13h54

      Certes, cet article a 2 mois, mais ce délai nous a permis de constater les effets immédiats de ce discours incendiaire: TOUS les caniches européens sont retourné en jappant dans leur niche. De Siemens à Airbus, de Total à Engie sans parler de centaines de PME; l’obéissance est unanime, presque touchante.

        +17

      Alerter
  • Asa // 16.07.2018 à 08h49

    L’article démontre clairement la position des USA envers le monde et en particulier envers le Proche orient dont l’Iran. Je n’ai pas attention de rajouter une seule virgule. Néanmoins ma question va directement au suiveurs dit TOUTOUS des USA.
    Depuis des décennie les Usages son idéologie impérialisme dérivent et emmènent l’Europe occidentale dans ses folies. Sa situation géographique les mettent à l’abri, et le pot cassé c’est l’occident qui paie. L’Afrique et le Proche orient sont la vicitime éternel de folie américain
    Ce qui m’étonne sérieusement au nom de quoi l’Europe reste attaché à cet Amérique irresponsable .
    Que l on vient pas me dire que les USA aident et protègent gratuitement l’Europe
    Avec cette politique de dépendance, l’Europe n a aucune crédibilité , il ne faut pas faire une grande école pour comprendre la réalité.
    Dans cette situation de dependance economico militaire l’Europe n’aura pas une avenir, au sens globale du terme, mieux que l’Afrique et le Proche orient, l’Amérique avec son progéniture vont plus en plus imposer leurs volontés destructeur à l’Europe comme au proche orient. Les pays émergents ont compris clairement cette politique néoconservateur des usa et son alliée procheorientale.
    C,est pourquoi ces pays émergents commencént à foramer un bloc économique et militaire dans lequel aucune porte ne s’ouvre ni aux USA, ni à ses alliée dit Toutous

      +12

    Alerter
    • Olivier77 // 16.07.2018 à 14h35

      L’Europe n’est attachée que par la corruption de ses élites, formées par les fondations américaines, conduites par un système financier normé anglo-saxon. La moindre déviance est combattue, mise sous silence. La consultation de 2005 a fait prendre conscience à l’élite que l’étau n’était par encore assez serré, une telle erreur ne se reproduira plus, fin de la démocratie officiellement.
      Qu’on le veuille ou non, le combat contre l’atlantisme sera d’abord et en priorité la prise en compte du viol quotidien de nos consciences.
      J’ai peur que la victoire de l’équipe de France amollisse encore plus nos esprits. Macron va surfer dessus jusqu’à la prochaine échéance. On est vraiment mal.

        +14

      Alerter
  • Sybillin // 16.07.2018 à 09h01

    il a deux mois certes …mais il reste hélas d’une actualité brûlante, même si on peut penser qu’il s’agit de vociférations destinées à terroriser.
    Mais comme les iraniens ne semblent pas prêts à courber l’échine, nous pourrions tous profiter allègrement, directement ou indirectement, d’interventions guerrières de la “nation indispensable”.
    Comme le disait un homme politique français “méfions nous de nos amis…nos ennemies …on s’en charge.”

      +9

    Alerter
  • martin // 16.07.2018 à 09h31

    Les iraniens n’ont pas les moyens de projeter leurs forces dans la profondeur du dispositif ennemi. C’est certain. C’est ce qui rend la présence des Qods et du Hezbollah dans leur périphérie si précieuse pour eux. Les missiles et l’aviation de l’Iran ne font pas le poids face aux moyens US. Cependant, son potentiel défensif est très important. L’espace aérien de l’Iran est quasiment verouillé rendant vain le “gouvernement du ciel” américain qui assure l’initiative de la terreur US depuis Dresde (Hiver 1945), sans parler de la Corée, du Vietnam etc. Ce potentiel défensif iranien, redisons-le, a pour nom “S.300”. Précisons que le S 300 iranien est en réalité du S300-400 qui bénéficie de la technologie “Triumph”. Bref, no way. C’est le noeud de l’affaire, Pompeo n’y peut fichtre rien, et il le sait.

      +5

    Alerter
    • Mr K. // 16.07.2018 à 11h14

      Un système de missiles sol-air moyenne-longue portée comme le S300 par exemple n’a quasiment aucune utilité contre des missiles de croisières volant à basse altitude.

      Le système plus adapté au missile de croisière, complétant la solution russe de protection anti-aérienne, est le Pantsir.
      L’Iran en possède certainement ou un équivalent développé par eux.
      Le Pantsir couple système de canons anti-aériens à déclenchement automatique et missiles courte et moyenne portée.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Pantsir_S-1

      Ces systèmes ne sont pas approvisionnés à l’infini en munition et missiles. Il faut bien les réapprovisionner à un moment.
      Leur cadence de tir n’est pas infiniment rapide non plus.

      Ils sont tous les deux saturables, auquel cas la protection anti-aérienne peut s’effondrer rapidement.

        +4

      Alerter
  • christiangedeon // 16.07.2018 à 09h56

    Gesticulations,vociferations…du vent,mais du vent qui fait des degâts. Je pense néanmoins que la portée de cette comédie pompeoesque sera limitée,et que veritable objectif,outre le fait de savonner la planche économique aux européens,est de calmer les ardeurs iraniennes en Syrie pour permettre aux troupes américaines de se désengager du bourbier dans le quel elle se sont collées,et éviter le risque de plus en plus patent d’affrontement direct sur place. Alors,il gueule comme un âne. Et quand on gueule comme çà,çà prouve surtout qu’on est dans le brun.

      +7

    Alerter
  • Max // 16.07.2018 à 10h03

    Il est important (pour eux) que l’approvisionnement en hydrocarbures reste sous le contrôle des USA.
    L’interdit des USA envers l’Iran valant aussi pour l’Allemagne et les autres pays de l’UE qui s’approvisionnent en Russie.
    Les USA n’ont pas tellement de choix alternatifs, ils agissent ainsi pour la simple raison expliqué ici bas.
    http://nationalinterest.org/feature/plan-save-america-bankruptcy-25746
    Il faut donc que le monde entier, et pas seulement les larbins traditionnels, verse la dime mais même si tout le monde participe par la contrainte au sauvetage des USA ca ne sera pas suffisant, le mal étant trop profonds.
    Trump ou Clinton sur le fond c’est la même chose, ils veulent tous nous saigner y comprit leur propre population.

      +14

    Alerter
    • Pierre D // 16.07.2018 à 10h11

      Mëme chose pour l’uranium enrichi.

        +6

      Alerter
  • Haricophile // 16.07.2018 à 11h54

    La haine dans tous ses États…

      +1

    Alerter
  • Chris // 16.07.2018 à 12h49

    A propos de Total qui se désengage en Iran. Il faut savoir que le major français a massivement investi dans le GNL et la pétrochimie aux USA, donc préserve ses investissements :
    https://lenergeek.com/2016/12/22/total-investit-207-millions-de-dollars-dans-le-gnl-aux-etats-unis/ 22 déc. 2016
    https://www.total.com/fr/dossiers/gnl-nous-investissons-dans-une-energie-davenir 10 juin 2018
    https://www.capital.fr/entreprises-marches/total-investit-1-7-milliard-de-dollars-dans-la-petrochimie-aux-etats-unis-1216936 27 mars 2017
    Ainsi on comprend mieux la meute contre North Stream 2 approvisionnant l’industrie exportatrice de l’Allemagne… tout en privant l’Ukraine cocue de revenus et d’énergie.
    Du grand “je te tiens par la barbichette” !
    C’est la guerre totale, ici avec des faillites ou OPA meurtrières, là avec des millions de cadavres et déplacés/réfugiés/migrants.
    Le cancer de la cupidité avide métastase toute la planète pour le plus grand profit d’une frange de la population :
    https://www.romandie.com/news/Le-march-du-luxe-devrait-continuer-de-cro-tre-dans-le-monde-selon-des-experts/936882.rom
    Sauf un effondrement des échanges internationaux, je ne vois pas ce qui pourrait ralentir ce mouvement. Pourtant certains signes avant-coureurs ? :
    https://www.romandie.com/news/USA-la-guerre-commerciale-commence-affecter-certains-industriels_RP/936890.rom
    Mais alors apparaitront d’immenses désordres sociaux engendrés par la décroissance. Mais qu’on se rassure : toutes les mesures coercitives sont en place pour mater les gueux et raser gratis (BRDD).
    Le bas de laine des Français (hors immobilier) s’élève à 5000 milliards d’€ :
    https://www.businessbourse.com/2018/07/12/philippe-herlin-stupefiant-43-de-lepargne-des-francais-est-placee-a-letranger/
    Un humoriste des années 40-70 disait : on ne sait pas où on va, mais faut surtout pas marcher dedans !

      +5

    Alerter
  • lephil // 16.07.2018 à 14h04

    Moralité si l’Iran possédait l’arme nucléaire on lui foutrait une paix royal !…..alors à sa place pour éviter de finir comme l’Irak où la Syrie le choix serait vite fait….

      +9

    Alerter
  • martin // 16.07.2018 à 14h43

    D’accord sur l’ensemble, en particulier la présence de Pantsir en complément du S 300. Sur la saturation, beaucoup moins, car l’Iran a acquis plusieurs régiments (7 à ma connaissance). Sur la continuité du tir, même chose: un régiment fait feu en continu. Quant à la logistique, a elle aussi ses règles.

    A ce niveau là,l’engagement est coûteux pour n’importe qui sur cette fichue planète.

      +0

    Alerter
  • J // 16.07.2018 à 15h38

    “Netanyahu n’a présenté aucune preuve que l’Iran avait violé les termes de l’accord nucléaire”. Comment ça ? Israël a présenté un énorme dossier volé (ou si on veut fabriqué, mais il faudrait au minimum le dire) par ses services. On peut le contester, mais alors il vaudrait mieux prouver que c’est faux, au minimum donner des présomptions en ce sens. On ne peut pas dire qu’il n’y a rien, c’est irresponsable.

      +1

    Alerter
    • Pinouille // 16.07.2018 à 19h34

      “Netanyahu n’a présenté aucune preuve que l’Iran avait violé les termes de l’accord nucléaire”
      L’article suivant a tendance à confirmer que la phrase est juste:
      https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/04/30/israel-netanyahou-accuse-l-iran-de-dissimuler-un-programme-nucleaire-clandestin_5292835_3218.html
      On ne peut pas dire qu’il n’y a rien. Mais on peut dire qu’il n’y a rien sur la violation de l’accord nucléaire de 2015.

        +1

      Alerter
    • Mr K. // 16.07.2018 à 22h26

      @J
      Je crois que Netanyahu a réutilisé des documents anciens, déjà connus, fabriqués par le Mossad et donnés au MEK.

      Extrait (à la fin du billet dont le lien est donné plus bas) :
      “En 2004, une importante cachette de prétendus documents iraniens montrant des recherches iraniennes présumées liées aux armes nucléaires a été remise aux services de renseignements allemands, qui, selon l’administration Bush, provenaient de l’ordinateur portable d’un scientifique ou d’un ingénieur iranien. Mais l’ancien haut fonctionnaire allemand Karsten Voigt a révélé plus tard à l’auteur que toute l’histoire était une invention, parce que les documents avaient été donnés par les Mujaheddin-e-Khalq, le groupe d’opposition iranien connu pour avoir publié des informations anti-iraniennes qui lui avaient été fournies par le Mossad d’Israël.”

      https://www.les-crises.fr/comment-loperation-merlin-a-empoisonne-les-renseignements-americains-sur-liran-par-gareth-porter/

      Il faut bien reconnaitre que la France par ses services extérieurs se livre elle aussi très certainement à des manipulations de ce genre.
      Peut-être pas d’une ampleur pouvant mener à des résultats aussi désastreux que l’attaque de l’Iran.
      C’était en tout cas en 2011 l’avis en Israël du “groupe Dagan” composé des récents anciens chefs du Shin-bet, du Mossad (Meir Dagan en l’occurrence) et de l’État major (commandant en chef des Forces de Défense d’Israël).

      Cette dernière phrase est là pour le débat, pas pour pousser gratuitement un avantage.
      Je crois sincèrement que plus on écoute d’avis différents, mieux on peut saisir une situation, moins il y a le risque de s’égarer.

        +1

      Alerter
    • Catalina // 16.07.2018 à 23h04

      ce volumineux dossier était un vieux dossier qu’il a ressorti, datant des années 90 si mes souvenirs sont bon.

        +1

      Alerter
  • RGT // 16.07.2018 à 18h51

    Al-Qaïda, bordel au moyen-orient, usage d’armes de destructions massives, massacres de civils innocents, etc…

    Je pense que ce cher “Pompino” devrait apprendre à lire une carte.

    Les pays qui foutent le bordel, soutiennent Al-Qaïda et l’État Islamique, utilisent des armes de destruction massive et massacrent sans état d’âme des civils innocents sont l’Arabie Saoudite et Israël.

    Leurs capitales s’appellent Riyad et Tel-Aviv (pour l’instant, espérons que ça dure).

    S’il souhaite vraiment attaquer les fauteurs de troubles et les massacreurs de masse de la région, qu’il relise les cartes et nomme correctement les cibles.

      +1

    Alerter
  • Miss Marple // 16.07.2018 à 18h54

    N’ oublions pas que derrière Trump , il y a le deep state et ses intérêts divergents et capricieux ….l’ état profond à des ramifications jusqu’ en Europe , les choses vont évoluer au cours du temps sur la scène internationale et l’ oligarchie vieillissante cédera la place aux nouvelles générations qui fonctionnent sur d’ autres logiciels …aux alentours de 2025/2030 , baisse de la population mondiale entraînant une chute économique puisque notre système est basée sur la consommation Préparons nous a vivre en décroissance !?

      +0

    Alerter
  • Frexit // 16.07.2018 à 22h03

    Rien de nouveau.
    Lisez et relisez “le grand échiquier” de Brzezinski et ‘Why international primacy matters” de S. Huttington :
    “A world without U.S. primacy will be a world with more violence and disorder…”
    Ces livres ont été écrits dans les années 90 et sont toujours d’actualité (du moins pour les faucons américains)
    La pensée est simple : Nous, américains, voulons dominer le monde parce que nous sommes le bien. Les forces du “bien” doivent dominer les forces du “mal”. Ces forces du mal, si elles ne sont pas annihilées, seront source d’un nouveau chaos mondial.
    Russie, Iran, Corée du Nord sont désignés comme faisant partie des forces du mal. La Chine, lorsque ces livres ont été écrits, n’était pas encore considérée comme une menace.
    Problème : la Russie relève la tête, la Chine devient la première puissance mondiale.
    Il est impensable, dans cette vision américaine, qu’il y ait un axe Iran-Russie. Et donc, la Russie doit être affaiblie (sanctions, empêcher à tout prix toute influence de la Russie dans les ex-républiques de l’URSS, notamment en Asie centrale et en Ukraine), un nouveau régime favorable à l’Occident doit être mis en place en Iran.
    L’histoire a montré que les américains étaient prêts à employer tous les moyens, même les pires, pour arriver à leurs fins…

      +1

    Alerter
  • Chris // 16.07.2018 à 23h52

    Bon, aux dernières nouvelles, les Euronouilles semblent s’organiser…
    https://www.romandie.com/news/L-UE-rejette-la-demande-am-ricaine-d-isoler-l-Iran_RP/937009.rom
    Les Européens ont rejeté lundi la demande des Etats-Unis d’isoler économiquement l’Iran et ont adopté un instrument juridique pour protéger les entreprises européennes présentes dans ce pays contre les sanctions américaines, a annoncé la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.
    Le chef de la diplomatie française Jean-Yves le Drian a insisté pour sa part sur “la nécessité de permettre à l’Iran de continuer à vendre son pétrole”.
    Il a souligné que “l’UE et les autres signataires de l’accord conclu avec Téhéran en 2015, la Chine et la Russie, cherchent un mécanisme financier permettant de garantir à l’Iran la capacité d’exporter son pétrole”.
    Attendons pour voir si l’UE maintient ses bonnes résolutions.

      +0

    Alerter
  • Louis Martin // 17.07.2018 à 21h30

    Ce qui m’inquiète, c’est le pétrole.

    Je m’explique : ni les prix ni la production ne reflètent les volumes dans le Golfe, et l’OPEP n’est sûrement pas transparent à ce sujet. Si le pic pétrolier est passé, on s’achemine vers une dépression mondiale pire qu’en 1929 ; irréversible et sans solution de secours. Or, si on peut rester dans le déni à ce sujet en Europe, il est invraisemblable que ce soit le cas au sein de l’administration américaine. Et il est tout aussi invraisemblable qu’une puissance militaire, même démocratique, comme les USA se laisse mourir sans tirer profit de son immense armée. Du coup, si l’on commence à manquer de pétrole, les USA DEVRAIENT envahir l’Iran. C’est ce que n’importe qui ferait à leur place. Mais alors… Alors la catastrophe industrielle est proche.

      +1

    Alerter
    • Chris // 18.07.2018 à 15h55

      Pour envahir et faire la guerre à l’Iran, encore faut-il que la Russie et la Chine soient d’accord, l’UE étant quantité négligeable, tout juste bonne à fournir des mercenaires… et consommer pétrole et gaz. Je doute que l’Allemagne se laisse entrainer dans cette aventure où elle a trop à perdre.

        +0

      Alerter
  • Christian Gedeon // 23.07.2018 à 12h43

    Prédiction…si conflit il y’a entre l’Iran et les US personne je dis bien personne ne lèvera le plus petit des doigts en faveur de l’Iran sinon en proclamations enflammées..on prend les paris?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications