Les Crises Les Crises
25.mars.201825.3.2018 // Les Crises

Comment « l’Opération Merlin » a empoisonné les renseignements américains sur l’Iran, par Gareth Porter

Merci 136
J'envoie

Source : Gareth Porter, Consortium News, 03-03-2018

Exclusif : « L’Opération Merlin » de la CIA, qui consistait à fournir à l’Iran une conception défectueuse pour une arme nucléaire et qui a entraîné l’incarcération d’un lanceur d’alerte présumé, est l’exemple parfait de la fabrication de renseignements pour justifier les opérations, rapporte Gareth Porter.

Jeffrey Sterling, l’officier traitant pour l’opération Merlin de la CIA, qui a été condamné en mai 2015 pour avoir prétendument révélé les détails de cette opération à James Risen du New York Times, a été libéré de prison en janvier après avoir purgé plus de deux ans d’une peine de 42 mois. Il avait été jugé et condamné en partant du principe que la révélation de l’opération avait nui à la sécurité américaine.

L’ensemble de la procédure engagée contre lui supposait un solide dossier de renseignements selon lequel l’Iran avait effectivement travaillé sur une arme nucléaire qui justifiait cette opération secrète

Mais les preuves accumulées montrent que non seulement le renseignement n’appuyait pas la nécessité de l’opération Merlin, mais que l’existence de l’opération secrète planifiée par la CIA elle-même a eu un effet profondément pervers sur l’évaluation de la question. La toute première estimation des services de renseignement nationaux américains sur le sujet en 2001, selon laquelle l’Iran avait un programme d’armement nucléaire, était le résultat d’une intervention musclée du directeur adjoint des opérations James L. Pavitt, qui fut sans doute plus grave que les efforts déployés par le vice-président Dick Cheney pour influencer l’estimation de la CIA de 2002 sur les ADM en Irak.

L’histoire complète de l’interaction entre l’opération de la CIA et l’analyse du renseignement montre, en outre, que Pavitt avait déjà fabriqué une analyse alarmiste du renseignement pour la Maison-Blanche de Clinton sur le programme nucléaire iranien à la fin de 1999 afin d’obtenir l’approbation de Clinton pour l’opération Merlin.

Pavitt planifie l’Opération Merlin

L’histoire de l’Opération Merlin et la destruction des renseignements essentiels sur les intentions nucléaires de l’Iran ne peuvent être comprises autrement que par l’étroite amitié entre Pavitt et le directeur de la CIA George Tenet. L’ascension de Pavitt à la Direction des opérations avait été si étroitement liée à son amitié avec Tenet que le lendemain de l’annonce de sa retraite de la CIA, le 3 juin 2004, Pavitt a annoncé sa propre retraite.

Peu de temps après avoir été affecté au Centre de non-prolifération de la CIA (NPC) en 1993, Pavitt a eu l’idée de créer une nouvelle composante au sein de la Direction des opérations pour travailler uniquement sur la prolifération, comme d’anciens fonctionnaires de la CIA l’ont raconté pour le mémoire de Valerie Plame Wilson, Fair Game. Pavitt a proposé que la nouvelle division de la lutte contre la prolifération ait l’autorité non seulement pour recueillir des renseignements, mais aussi pour mener des opérations secrètes liées à la prolifération, en utilisant ses propres agents clandestins travaillant sous couverture non officielle.

L’ancien agent de la CIA Jeffrey Sterling, à gauche, quitte le palais de justice fédéral d’Alexandrie le 26 janvier 2016 avec sa femme Holly, au centre, et son avocat Barry Pollack, après avoir été reconnu coupable des neuf chefs d’accusation pour avoir divulgué des informations confidentielles à un journaliste. Photo : Kevin Wolf/AP

Immédiatement après que Tenet a été nommé directeur adjoint de la CIA en 1995, Pavitt a obtenu la nouvelle structure au sein de la direction des opérations appelée Division de la lutte contre la prolifération, ou CPD. Pavitt a immédiatement commencé à planifier une opération d’envergure ciblant l’Iran. Selon un câble de la CIA déclassifié pour le procès Sterling, dès mars 1996, le « Bureau des projets spéciaux » de la CPD avait déjà mis au point un plan pour transmettre aux Iraniens une copie du « fireset » russe TBA-486 – un système permettant de déclencher simultanément plusieurs détonations explosives de haut niveau pour déclencher une explosion nucléaire. L’astuce était qu’il avait des défauts intégrés qui le rendraient inopérant.

Un câble déclassifié de janvier 1997 décrit un projet pour utiliser un émigré russe, ancien ingénieur nucléaire soviétique recruté en 1996 pour obtenir un « accès opérationnel » à une « cible » iranienne. Le câble a laissé entendre que ce serait à des fins de renseignement sur le programme nucléaire iranien, étant donné que l’agence n’avait pas encore établi que l’Iran travaillait sur des armes nucléaires.

Mais à la mi-mars 1997, le langage utilisé par la CPD pour décrire son opération secrète proposée a soudainement changé. Un autre câble de la CPD déclassifié depuis mai 1997 précisait que l’objectif ultime était « d’implanter cet important élément d’information trompeur dans le programme nucléaire iranien ». Ce changement de langage reflétait apparemment la prise de conscience de Tenet que la CIA devrait justifier l’opération secrète proposée à la Maison-Blanche, comme l’exige la loi.

Avec son plan ambitieux d’opération secrète contre l’Iran dans la poche, Pavitt a été promu directeur adjoint associé des Opérations en juillet 1997. Le 2 février 1998, la CPD a annoncé à d’autres bureaux de la CIA, selon le câble déclassifié, qu’une équipe technique de l’un des laboratoires nationaux avait terminé la construction du dispositif de détonation qui comprendrait des « multiples défauts imbriqués », y compris un « dernier défaut fatal » assurant « qu’il ne fera pas exploser une arme nucléaire ».

Une déclaration officielle du laboratoire national attestant ce fait était une obligation légale pour la CIA pour obtenir la « conclusion » présidentielle officielle pour toute opération secrète exigée par la législation adoptée à la suite de l’affaire Iran-Contra.

Pavitt a obtenu la lettre du laboratoire national au milieu de l’année 1999, quelques semaines après l’annonce de sa nomination au poste de directeur adjoint de la CIA pour les Opérations.

Mais cela a posé un dernier obstacle politique à une conclusion présidentielle : la position officielle de la Direction du renseignement de la CIA était toujours que l’Iran n’avait pas de programme d’armement nucléaire. Le libellé du rapport de la CIA au Congrès pour le premier semestre de 1999, qui a été présenté au Congrès au début de l’an 2000, contenait des formulations qui montraient des signes de négociation entre ceux qui croyaient que l’Iran devait avoir un programme d’armes nucléaires et ceux qui n’y croyaient pas.

Le rapport évoquait des projets liés au nucléaire qui « aideront l’Iran à renforcer son infrastructure de technologie nucléaire, ce qui en retour serait utile pour soutenir la recherche et le développement en matière d’armes nucléaires ». Le passage du futur au conditionnel laisse clairement entendre que le travail sur les armes nucléaires n’est pas encore un fait établi.

Une deuxième phrase disait : « L’expertise et la technologie acquises, ainsi que les canaux commerciaux et les contacts établis – même par une coopération qui semble de nature strictement civile – pourraient être utilisés pour faire progresser le programme de recherche et de développement sur les armes nucléaires de l’Iran ». Cela semblait laisser entendre que l’Iran avait peut-être déjà un tel programme d’armement nucléaire.

Ce n’était pas suffisant pour que Tenet et Pavitt justifient un programme secret sur des armes nucléaires impliquant la remise d’un faux détonateur nucléaire. Le duo énergique a donc trouvé un autre moyen de contourner cet obstacle. Une nouvelle évaluation du renseignement, rapportée dans un article en première page de James Risen et Judith Miller paru dans le New York Times le 17 janvier 2000, déclarait que la CIA ne pouvait plus exclure la possibilité que l’Iran ait maintenant la capacité de construire une bombe – ou même qu’il ait peut-être réussi à en construire une.

Risen et Miller ont indiqué que Tenet avait commencé des séances d’information à l’intention des représentants de l’administration Clinton sur la nouvelle évaluation de la CIA en décembre 1999, peu après l’achèvement du document, citant « plusieurs représentants américains » qui la connaissaient bien. D’après les sources citées par le Times, les séances d’information du Tenet ne mentionnaient aucune preuve d’un programme de fabrication de bombes. Elle était plutôt fondée sur la prétendue incapacité des services de renseignement américains à suivre adéquatement l’acquisition par l’Iran de technologies et de matières nucléaires sur le marché noir.

Mais il était évident que la nouvelle évaluation ne provenait pas de la Direction du renseignement. John McLaughlin, alors directeur adjoint du renseignement, a déclaré dans un courriel en réponse à une question qu’il ne se souvenait pas de l’évaluation. Et lorsque l’auteur lui a demandé s’il était possible qu’il ne se souvienne pas d’une évaluation du renseignement sur un sujet aussi médiatisé ou qu’il n’en ait pas eu connaissance, McLaughlin n’a pas répondu. Pavitt et Tenet étaient manifestement sortis de la procédure normale d’évaluation du renseignement pour contourner le problème du manque de soutien de leur thèse par les analystes.

Un câble déclassifié de la CIA daté du 18 novembre 1999 donnait instruction à l’émigré russe de préparer un éventuel voyage à Vienne au début de l’an 2000, indiquant que Tenet espérait obtenir la conclusion dans quelques semaines. Il semblerait que Clinton ait fait les constatations nécessaires au début de l’an 2000 ; dans les premiers jours de mars 2000, l’émigré russe a fait glisser les plans de détonateurs falsifiés dans le collecteur de courrier de la mission iranienne auprès des Nations Unies à Vienne.

Pavitt supprime les renseignements gênants sur le nucléaire iranien

La CPD de Pavitt dirigeait également un groupe d’agents secrets qui recrutaient des espions pour fournir des informations sur les armes de destruction massive en Iran et en Irak. La CPD a non seulement contrôlé le ciblage des agents travaillant sur ces dossiers mais aussi la transmission de leurs rapports. Le double rôle de la CPD représentait donc un grave conflit d’intérêts, car la CPD avait un intérêt direct dans une estimation du renseignement qui montrait que l’Iran avait un programme d’armement nucléaire actif, et qu’elle pouvait empêcher les analystes du renseignement d’obtenir des informations qui contredisaient cet objectif.

C’est exactement ce qui s’est passé en 2001. Un collaborateur de la CPD particulièrement précieux, qui parlait couramment le farsi et l’arabe, avait commencé à recruter des agents pour fournir des renseignements sur l’Iran et l’Irak depuis 1995. Ses talents ont été reconnus par la CPD et par les échelons supérieurs de la Direction des opérations : en 2001, on lui avait promis une médaille du renseignement et une promotion à la classe GS-14, qui se classe au deuxième rang des échelons les plus élevés de la fonction publique.

Mais la même année, l’agent a communiqué des renseignements très importants sur la question nucléaire iranienne, qui auraient causé de graves problèmes à Pavitt et au CPD et qui l’ont finalement mené à être retiré du terrain et renvoyé.

Dans un dossier déposé en novembre 2005 devant un tribunal dans le cadre d’une poursuite intentée contre Pavitt, le chef non nommé de la CPD, puis le directeur de la CIA Porter Goss, le collaborateur, identifié seulement comme « Doe » dans les dossiers judiciaires, a déclaré que l’un de ses « actifs humains » les plus précieux – le terme de la CIA pour les espions recrutés – lui avait donné des renseignements très importants en 2001. Cette information a fait l’objet de trois lignes essentielles du paragraphe clé de la plainte du fonctionnaire, qui ont été expurgées à la demande de la CIA. Pendant des années, « Doe » a cherché à déclassifier les termes censurés, mais la CIA s’y est opposée.

Il a été supposé dans la presse à l’époque que les lignes expurgées étaient liées à l’Irak. Mais l’avocat qui s’est occupé de la plainte pour « Doe », Roy Krieger, a révélé à l’auteur dans des interviews que les lignes expurgées révélaient que « l’actif humain » de la CIA en question était un Iranien, et qu’il avait dit à « Doe » que le gouvernement iranien n’avait pas l’intention de « militariser » l’uranium qu’il prévoyait d’enrichir.

Il s’agissait du premier renseignement d’un espion américain « très apprécié » – un espion qui était en mesure de savoir ce qu’il prétendait savoir – sur les intentions de l’Iran en ce qui concerne les armes nucléaires qui seraient mises à la disposition de la communauté du renseignement américain. « Doe » a rapporté ce que l’espion avait dit à son superviseur à la CPD selon le dossier du tribunal, et le superviseur a immédiatement rencontré Pavitt et le chef de la CPD. Après cette réunion, le superviseur de la CPD a ordonné à « Doe » de ne préparer aucun rapport écrit sur la question et lui a assuré que Pavitt et le chef du CPD informeraient personnellement le président Bush sur les renseignements.

Mais « Doe » a vite appris de ses propres contacts au quartier général de la CIA qu’aucun briefing de ce genre n’a jamais eu lieu. Et « Doe » a été bientôt chargé de mettre fin à sa relation avec l’actif. Après un autre incident de renseignement qu’il avait rapporté sur les ADM en Irak et qui était également en conflit avec la ligne voulue par l’administration Bush, la direction de la CIA a retiré « Doe » du terrain, l’a mis dans un poste au quartier général et lui a refusé la médaille du renseignement et la promotion au GS-14 qu’on lui avait promis, selon son dossier au tribunal. La CIA a renvoyé « Doe » sans préciser de raison en 2005.

Pavitt n’a pas répondu aux demandes d’entretien pour cet article, tant au Scowcroft Group qu’après sa retraite, chez lui à McLean, en Virginie.

L’intervention de Pavitt pour empêcher le renseignement de l’actif iranien de Doe de circuler au sein du gouvernement américain a eu lieu alors que la communauté du renseignement travaillait sur l’estimation du renseignement national (NIE) de 2001 sur le programme nucléaire iranien. Cette NIE a conclu que l’Iran travaillait sur une arme nucléaire, mais la conclusion était loin d’être claire. Paul Pillar, agent national de renseignement de la CIA pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, qui a participé à la NIE 2001, a rappelé que la communauté du renseignement n’avait aucune preuve directe d’un programme d’armes nucléaires iranien. « Nous parlons de choses qui sont une question de déductions, pas de preuves directes », a déclaré M. Pillar lors d’une interview avec cet auteur.

De plus, il rappelle qu’il y avait un profond fossé dans la communauté du renseignement entre les analystes techniques, qui avaient tendance à croire que les preuves d’enrichissement de l’uranium étaient des preuves d’un programme d’armement, et les spécialistes de l’Iran, dont Pillar lui-même, qui croyaient que l’Iran avait adopté une « stratégie de couverture des risques » et n’avait pris aucune décision en faveur d’une arme nucléaire. Les analystes techniques du Weapons Intelligence Non-Proliferation and Arms Control (WINPAC) de la CIA, ont eu l’avantage de rédiger le premier projet non seulement sur les capacités techniques iraniennes mais aussi sur les intentions iraniennes – un sujet sur lequel ils n’avaient pas de réelle expertise – selon Pillar.

L’introduction de renseignements provenant d’un actif iranien du renseignement très crédible indiquant que l’Iran n’avait pas l’intention de convertir son uranium enrichi en armes nucléaires aurait sans doute changé radicalement la dynamique de l’estimation. Cela aurait signifié qu’une partie aurait pu citer des renseignements solides provenant d’une source appréciée à l’appui de sa position, tandis que l’autre partie n’aurait pu invoquer que sa propre prédisposition.

Pillar a confirmé qu’aucun rapport de renseignement de ce genre n’a été mis à la disposition des analystes pour la NIE 2001. Il a noté à quel point le type de renseignement obtenu par « Doe » était rarement disponible pour une estimation de renseignement. « Les analystes s’occupent d’une gamme de choses », a-t-il dit, « allant de bribes de renseignements techniques jusqu’à la mine d’or de la source bien placée avec un rapport absolument crédible », mais ce dernier type d’intelligence « n’apparaît presque jamais ».

Après avoir lu ce compte-rendu des renseignements obtenus par l’agent de la CPD, Pillar a déclaré qu’il n’est pas en mesure de juger de la valeur des renseignements provenant de l’actif iranien, mais que les informations provenant de l’actif iranien de la CPD « auraient dû être examinées par l’équipe de la NIE en conjonction avec d’autres sources d’information ».

Cela a conduit à une série d’estimations qui supposaient que l’Iran avait un programme d’armes nucléaires.

En 2004, une importante cachette de prétendus documents iraniens montrant des recherches iraniennes présumées liées aux armes nucléaires a été remise aux services de renseignements allemands, qui, selon l’administration Bush, provenaient de l’ordinateur portable d’un scientifique ou d’un ingénieur iranien. Mais l’ancien haut fonctionnaire allemand Karsten Voigt a révélé plus tard à l’auteur que toute l’histoire était une invention, parce que les documents avaient été donnés par les Mujaheddin-e-Khalq, le groupe d’opposition iranien connu pour avoir publié des informations anti-iraniennes qui lui avaient été fournies par le Mossad d’Israël.

Ces documents ont mené directement à une autre estimation de la CIA en 2005, affirmant l’existence d’un programme d’armes nucléaires iranien, ce qui a ouvert la voie à toutes les estimations subséquentes – toutes adoptées malgré l’absence de nouvelles preuves d’un tel programme. La CIA a gobé la supercherie à plusieurs reprises, parce qu’elle avait déjà été manipulée par Pavitt.

L’Opération Merlin est l’exemple parfait d’intérêts bureaucratiques puissants qui font fi des règles et créent l’intelligence nécessaire pour justifier leurs opérations. Le résultat net est que Jeffrey Sterling a été injustement emprisonné et que les États-Unis se sont engagés sur la voie d’une politique iranienne qui pose de graves – et inutiles – menaces à la sécurité américaine.

Gareth Porter est un journaliste indépendant et lauréat du Prix Gellhorn 2012 pour le journalisme.

Source : Gareth Porter, Consortium News, 03-03-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Bellot // 25.03.2018 à 12h05

Quand la réalité dépasse la fiction…
Cette histoire démontre une fois de plus la confiscation de l’espace démocratique par une minorité agissante, portée par des intérêts personnels, privés, quitte à mettre en grave danger les communautés par leurs manœuvres et par (c’est ici le cas avec les USA) leur caractère belliciste et totalitaire.
Et aussi, et c’est très important, qu’il existe encore des hommes et des femmes courageux portés par un idéal de vérité dans un monde souillé par la manipulation, le goût du pouvoir, une course effrénée au fric, la lâcheté. Je les salue!

5 réactions et commentaires

  • Bellot // 25.03.2018 à 12h05

    Quand la réalité dépasse la fiction…
    Cette histoire démontre une fois de plus la confiscation de l’espace démocratique par une minorité agissante, portée par des intérêts personnels, privés, quitte à mettre en grave danger les communautés par leurs manœuvres et par (c’est ici le cas avec les USA) leur caractère belliciste et totalitaire.
    Et aussi, et c’est très important, qu’il existe encore des hommes et des femmes courageux portés par un idéal de vérité dans un monde souillé par la manipulation, le goût du pouvoir, une course effrénée au fric, la lâcheté. Je les salue!

      +16

    Alerter
  • tepavac // 25.03.2018 à 13h04

    Exemple récurent, de la mise en œuvre d’une stratégie dans les relations internationales qui est directement issue des bas-fonds de l’organisation sociale.
    Où, l’utilisation des ressources nationale d’un pays, sont exploitées à des fins d’ambition personnelle, au détriment de la paix, et en conflit directe avec une quelconque évolution d’un progrès de l’humanité vers une ambition commune.

    Qu’est-ce qui fait que nos administrations, où qu’elles soient sur Terre, recèlent constamment des individus à l’esprit tortueux dont le seul but est de piéger autrui ?
    Individus qui par leur actions délétères, personnelles, détruisent le travail de milliers de personnes qui, chaque jour tentent de rendre le monde meilleur ?

    Comment protéger nos administrations contre un tel fléau?

      +11

    Alerter
  • Silk // 25.03.2018 à 16h10

    Une belle illustration du Deep State US … Quand les conclusions sont écrites pour des objectifs politiques avant l’étude du dossier par les spécialistes.

      +4

    Alerter
  • Duracuir // 25.03.2018 à 17h40

    Il ne faut jamais perdre de vue que tout le système policier fédéral est directement issu de l’agence Pinkerton après la guerre de Secession et que la spécialité de celle-ci était la fabrication de coupable et les provocations sanglantes.

      +6

    Alerter
  • Gilles // 26.03.2018 à 12h05

    Voila une tres belle demonstration de fabrication de “fake” news…
    Je serai tres interesse de voir comment la nouvelle loi sur les fakes news traiterait ce Cas, qui semble depuis pas Mal d’annees etre la regle.
    On attaque en référé, et tous ceux qui pretendent que l’iran developpe l’armee nucleaire sont condamnes, correct?
    Si demain l’administration americaine decide a nouveau que ca les arrange d’accuser l’iran, alors je serai curieux de voir la loi s’appliquer!!!!
    Apres le tete a queue de l’affaire skripal qui demontre que la recherche de la verite n’a aucune importance, on se prepare de beaux jours.
    En tout Cas, maintenant, on est fixe; la fable du loup et de l’agneau est la regle, fake ou pas…

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications