Les Crises Les Crises
3.février.20193.2.2019 // Les Crises

Les stupéfiantes confidences de Macron aux journalistes

Merci 8373
J'envoie

Emmanuel Macron a reçu quelques journalistes en fin de semaine, et leur a tenu des propos stupéfiants. Du coup, ça fait beaucoup de fluo…

Macron : « Éric Drouet est un produit médiatique ».

Source : Le Point, Emmanuel Berretta, 02-02-2019

Le président de la République appelle les médias à se ressaisir et décortique l’influence des activistes et des Russes sur la frange radicale des Gilets jaunes.

Par Emmanuel Berretta

Douze semaines après l’embrasement du mouvement des Gilets jaunes, le président de la République pointe la responsabilité des médias, leur « naïveté » face à ce qu’il considère comme une manipulation des extrêmes, avec le concours d’une puissance étrangère. La Russie de Poutine, à travers Russia Today ou Sputnik, affleure dans son discours. Bien entendu, le président de la République fait la part des choses entre les revendications légitimes de la France des ronds-points sur le pouvoir d’achat (et à laquelle il a consenti dix milliards d’euros) et les « 40 000 à 50 000 ultras violents qui veulent abattre les institutions ». Emmanuel Macron a refusé d’accréditer Russia Today à l’Élysée, considérant comme dangereux cet organe de propagande.

« Drouet, c’est un produit médiatique, un produit des réseaux sociaux, observe-t-il en dénonçant l’abdication des médias traditionnels à faire leur travail de hiérarchisation et d’analyse. « L’envers du décor de cette crise a été très peu montré », souligne-t-il. Or, à ses yeux, « les différentes strates de Gilets jaunes, la déconstruction de ce qu’est le mouvement, de ses influences, la déconstruction de ses influences extérieures, ça, on l’a très peu entendu. Il y a eu une forme aussi de légitimation accélérée de ce qu’a été ce mouvement qui est un problème. »

« Éditorialisation de la vie politique »

Pour lui, c’est à partir d’avril ou mai 2018 que « l’éditorialisation de la vie politique a changé ». « Les quotidiens, quels qu’ils soient, ne font plus l’actualité, constate-t-il. Ils suivent les chaînes d’information en continu qui, de plus en plus, suivent les réseaux sociaux. Or, vous pouvez manipuler les débats. Il y a quelqu’un qui est à la frontière technologique de cette transformation, c’est Trump. C’est une question que l’on doit se poser. Ça veut dire que le zapping est permanent, qu’il n’y a plus rien de fixe, mais cela veut dire que l’une des fonctions qu’ont les journalistes qui est justement de hiérarchiser ce qui, dans l’information, est accessoire et ce qui est important ou a du sens a été abandonnée. Ce qui est en train de fixer ça dans la vie politique du pays, c’est le nombre de vues [sur Internet, NDLR] et les manipulations qui vont avec le nombre de vues. On l’a bien vu sur Facebook : plus j’ai d’amis, plus j’ai de capacité de diffusion, plus je suis relayé. Or, dans l’affaire Benalla comme Gilets jaunes, la fachosphère, la gauchosphère, la russosphère représentent 90 % des mouvements sur Internet. De plus en plus, des chaînes d’information disent « ceci est important, ceci est légitime » parce qu’il y a du mouvement sur Internet. Ce mouvement est fabriqué par des groupes qui manipulent, et deux jours après, ça devient un sujet dans la presse quotidienne nationale et dans les hebdos. »

Selon lui, il est évident que les Gilets jaunes radicalisés ont été « conseillés » par l’étranger. « Les structures autoritaires nous regardent en se marrant, ajoute-t-il. Il ne faut pas se tromper. On est d’une naïveté extraordinaire. […] Le boxeur, la vidéo qu’il fait avant de se rendre, il a été briefé par un avocat d’extrême gauche. Ça se voit ! Le type, il n’a pas les mots d’un Gitan. Il n’a pas les mots d’un boxeur gitan.

Nous n’avons pas construit, comme beaucoup de nations autoritaires, les anticorps au système. Donc, nous, on est des pitres !

La communication officielle ou celle de tous les mouvements traditionnels, elle est très peu active, très peu relayée. Les gens qui sont surinvestis sur les réseaux sont les deux extrêmes. Et après, ce sont des gens qui achètent des comptes, qui trollent. C’est Russia Today, Spoutnik, etc. Regardez, à partir de décembre, les mouvements sur Internet, ce n’est plus BFM qui est en tête, c’est Russia Today. »

« Hiérarchie des paroles »

« Si on veut rebâtir les choses dans notre société, on doit accepter qu’il y ait une hiérarchie des paroles, reprend-il. Je ne crois pas du tout à l’horizontalité là-dessus. L’horizontalité d’un débat, c’est très bien. Mais il faut se poser la question « D’où tu parles ? Quelle est ta légitimité ? » Celui qui est maire, celui qui est député, celui qui est ministre a une légitimité ou une responsabilité. Le citoyen lambda n’a pas la même. Il ne représente que lui-même. Quand je parle avec les citoyens, je les mets tous à égalité. Mais je n’ai pas reçu ici [à l’Élysée, NDLR] le chef des Gilets jaunes. D’ailleurs, il n’y en a pas. Et quand il y a des Gilets jaunes dans les débats, je ne leur parle pas prioritairement. Je parle aux citoyens, Gilets jaunes ou pas. »

Le président réfléchit donc à un moyen de sécuriser la qualité de l’information face à l’afflux des fake news. Il souhaite rétablir ce qu’il appelle des « tiers de confiance » dans notre démocratie. De ce point de vue, le statut de l’information et le statut des décideurs politiques, très entamés l’un et l’autre, doivent être restaurés, ce qui ne se fera pas en un jour. « Quand vous écoutez les gens, qu’est-ce qu’ils disent ? Ils veulent couper la tête du président. Ils disent que les députés sont tous des salopards. Ils décident que n’importe qui qui décide est illégitime, énumère-t-il. Ils ne veulent même plus que quelqu’un décide en leur sein. Et ils disent que les journalistes mentent. Et ils croient leur boucle mail ou leurs copains sur Facebook dans une espèce de système où chacun représente lui-même. C’est la dissolution d’une démocratie si on les suit. Par des mécanismes que j’ai expliqués, ils arrivent à se diffuser partout. Pour des gens qui sont faibles, ou fragiles, ou en colère, cela a une espèce de résonance. Et donc la question, c’est comment on le déconstruit. Comment on rebâtit des tiers de confiance. Il y a un vrai travail sur ce qu’est la presse, sur ce qu’est la fonction politique, sur ce que sont les syndicats, les partis politiques. Il doit y avoir une capacité à rehiérarchiser les paroles. Ça, c’est fondamental. Parce que, sinon, le complotisme nourrit l’autoritarisme. »

Source : Le Point, Emmanuel Berretta, 02-02-2019

Il y a une autre synthèse ici, avec ce passage croquignolesque :

Comment recrédibiliser les médias et faire la part du vrai et du faux ? s’interroge-t-il. Emmanuel Macron y réfléchit et invite la presse à faire de même. « Le bien public, c’est l’information. Et peut-être que c’est ce que l’État doit financer », dit-il, dans une réflexion à voix haute. Le bien public, ce n’est pas le caméraman de France 3. Le bien public, c’est l’information sur BFM, sur LCI, sur TF1, et partout. Il faut s’assurer qu’elle est neutre, financer des structures qui assurent la neutralité. Que pour cette part-là, la vérification de l’information, il y ait une forme de subvention publique assumée, avec des garants qui soient des journalistes. Cette rémunération doit être dénuée de tout intérêt. Mais quelque part, cela doit aussi venir de la profession. »

Source : Le Point, Emmanuel Berretta, 31-01-2019


Passionnant sujet de “journalisme comparé : comment Paris Match, journal ami de Macron, a relayé la même réunion

Emmanuel Macron “n’exclut pas” un référendum

Source : Paris Match, Bruno Jeudy, 01/02/2019

En plein grand débat, le président de la République mise sur l’ordre et le «débat permanent» pour sortir de la crise des «gilets jaunes». Ce jeudi midi, il s’est confié à une poignée de journalistes dont Paris Match.

«J’ai beaucoup appris de ces vingt mois. Ça m’a scarifié.» Se redressant sur le canapé de son bureau à l’Elysée, Emmanuel Macron résume d’une phrase son sentiment quand on lui demande comment il vit la crise de confiance qui traverse le pays et vise singulièrement sa personne. En col roulé noir sous un costume gris, le président de la République reçoit cinq journalistes ce jeudi 31 janvier en fin de matinée -avant les nouvelles révélations de Mediapart dans l’affaire Benalla– pour une «discussion informelle» autour d’un café. Preuve au passage que «l’acte 2» de son mandat passe aussi par un changement de relations avec les journalistes que le chef de l’Etat ne recevait pas ou peu jusqu’à présent. Un changement de stratégie de communication. Pendant cent minutes, il a livré son analyse de la crise des gilets jaunes, avoué ses erreurs, ses espoirs sur le débat national, ses craintes sur la montée des violences. Convaincu que le débat va devenir «permanent», il mise sur cette «démocratie délibérative» pour sortir de la crise. Mais il prévient qu’il sera «sans états d’âme» quant au maintien de «l’ordre».

“40 à 50 000 militants ultras”

Si en public, il ne prononce que rarement les mots «gilets jaunes», en privé il en donne cette définition : «C’est un mouvement social et politique sans revendication fixe, sans leader, hors de l’entreprise et qui a subi plusieurs mutations. Je fais bien la différence entre les ronds-points et ceux qui viennent manifester le samedi.» «Les gilets jaunes, c’est la France qui ne vit pas bien de son travail», résume-t-il en évoquant un «mouvement polymorphe». «Si être gilet jaune, ça veut dire qu’on est pour que le travail paie plus et que le Parlement fonctionne mieux alors je suis gilet jaune», sourit-il avouant ne pas croire aux sondages relayant que 50% soutiendraient cette colère. Pourtant, le président positive en jugeant que ce mouvement serait finalement une «bonne chose que ça sorte maintenant». Mais très vite, l’analyse sociologique de cette agrégation des colères laisse la place à une dénonciation plus politique. Car selon le président, les gilets jaunes ont été infiltrés par «40 à 50 000 militants ultras qui veulent la destruction des institutions». Face aux violences orchestrées par les extrêmes, il met en garde contre la «fachospère» et la «gauchosphère» qui ont surinvesti les réseaux sociaux. Car le mouvement a, dit-il, «muté» par les réseaux. Une évolution qui l’amène à faire ce constat : «Il y a une forme de dévitalisation quasi physiologique de la démocratie. On est dans la dissolution des esprits comme dirait Blum.»

La fin des petites phrases

Bon là je permets de souligner le comique de cette phrase avec les brouettes de petites phrases dans les propos de de Macron…

Aurait-il pu empêcher le mouvement de durer s’il avait renoncé plus tôt à la hausse de la taxe carbone pour 2019? Le président reconnaît qu’il a failli annoncer un moratoire le jour de son discours sur la transition écologique. «J’ai hésité. J’ai écouté le gouvernement et la majorité. Cela aurait été vécu comme une reculade. Je ne sais pas si cela aurait empêché le reste», confie-t-il sans émettre de véritables regrets. En revanche, il admet que ses «petites phrases» ont nourri un «procès en humiliation». Il trouve cela injuste car, dit-il, «c’est le système qui les isole». «J’ai toujours été sincère et je n’ai jamais voulu blesser», se défend-il. Y compris avec le collégien du Mont-Valérien qui l’avait appelé «Manu» et qu’il avait fermement remis à sa place. Emmanuel Macron révèle avoir pris de ses nouvelles. «On est resté en contact». «Dans le système où nous vivons, cette franchise n’est plus possible parce que je suis président de la République», se désole-t-il. Il promet de raréfier ces séquences et, peut être, de s’inspirer d’Angela Merkel qui ne va jamais au contact de gens en colère. En attendant, il fait très attention à ce qu’on ne puisse plus déformer sa parole. Il semble avoir compris que les critiques sur la déconnexion et même l’arrogance supposaient une «conversion personnelle» selon son mot.

Les ministres ne dirigent pas assez leurs administrations

En plein grand débat et alors qu’Emmanuel Macron remonte dans les sondages, il est convaincu d’avoir fait le bon choix. A l’entendre, cette grande «introspection nationale» ne va pas s’arrêter. C’est d’ailleurs son idée et confie qu’elle avait déclenché un grand scepticisme chez ses collaborateurs. Il en tire déjà une première leçon : «La vie des gens n’a pas suffisamment changé» malgré, s’exclame-t-il, le plus grand mouvement de réformes depuis cinquante ans. Le responsable? L’Etat qui n’aurait pas changé. «Il sait gérer les crises mais fonctionnerait trop lentement au quotidien.» Ses ministres ne dirigent pas assez leurs administrations respectives, estime-t-il. Il décerne des bons points, en revanche, à Jean-Michel Blanquer (Education) et Muriel Pénicaud (Travail). Résultat : «Cela ne délivre pas», déplore Emmanuel Macron qui refuse le procès des hauts fonctionnaires, nuance-t-il en se tournant vers son secrétaire général Alexis Kohler, assis à sa droite. «Le gouvernement ne met pas suffisamment de force et de pression sur le sujet». «Le pays doit savoir qu’il est commandé», prévient le président qui reconnaît que sa fonction a changé. Elle ne peut plus, ajoute-t-il, s’exercer «dans l’isolement ou dans le gaspillage de la parole».

“Commentaires permanents” vs “débat permanent”

En plein de débat national, Emmanuel Macron qui ira en banlieue lundi puis en fin de semaine prochaine dialoguer avec des jeunes, réfléchit à la sortie. Une sortie qui passe par la «redéfinition d’un projet national et européen». Dans son esprit, les réponses économiques et sociales ont été apportées le 10 décembre et se verront sur les fiches de paie d’ici mars. «Le travail va payer», martèle-t-il. Son interrogation, c’est comment traduire les aspirations des Français en un «nouveau souffle». Encore floues, ses solutions tournent autour du besoin de relais locaux comme les maires et les départements, grands gagnants de la séquence. Le président estime que les «intercommunalités forcées» passent mal et que les grandes régions (nées de la loi NOTre) ont fait naître une forme de «néoféodalité». «Il faudra rebâtir des formes locales de délibérations», confie-t-il sans plus de précision.

Dans ce monde qui bouscule les identités nationales, malmène les frontières, et inquiète les classes moyennes en priorité, Emmanuel Macron considère que les gilets jaunes veulent d’abord «reprendre le contrôle». «Il y a un besoin de commandement». Peut-être même d’une «nouvelle République», lâche-t-il sans en dire de plus. Mais on le sent prêt à bousculer bien des tabous.

Dans sa tête, l’organisation de la démocratie sera au cœur de la sortie du grand débat. Envisage-t-il un référendum? «Je ne l’exclus pas. Ça fait partie des sujets sur la table.» Il croit moins à un «Grenelle» (ou on ne décide rien), ni à un changement de gouvernement, encore moins à une dissolution. Sa décision n’est pas prise. Il est convaincu, en revanche, «qu’on est rentré dans une société du débat permanent». Grand consommateur de chaînes infos, il ironise : «Jojo avec un gilet jaune a le même statut qu’un ministre ou un député!» S’il en veut donc aux chaines infos, il juge paradoxalement que la réponse aux «commentaires permanents, c’est peut-être le débat permanent».

Le bilan européen “lamentable” de Le Pen

Dans cette sortie qui se prépare, il assure que tout va bien avec son Premier ministre Edouard Philippe. «Il fait la même lecture des institutions que moi», dit-il balayant le différend sur les 80 km/h mais reconnaissant un style et des approches différentes. Mais il se reprend et insiste : «Le Premier ministre n’a pas vocation à être un fusible».

Dans ce moment «d’introspection», il ne perd pas de vue l’échéance européenne. Il prépare un grand discours pour la mi-février. Il conseille à La République en marche «de ne pas faire trop de tactique». Mais la «liste centrale» comme il la baptise sera «la plus claire» sur ses convictions que celle du Rassemblement national dont on ne voit plus la position sur l’euro. Il met déjà la pression sur les sortants. Au niveau national, il cible la liste de Marine Le Pen dont il juge le bilan «lamentable». Au niveau européen, il pointe le PPE c’est-à-dire Les Républicains qui sont avec Merkel et… Orban. En campagne pour reconquérir les Français, Emmanuel Macron entend ne pas lâcher un centimètre sur ses convictions européennes. Une Europe que du reste les gilets jaunes ne brocardent pas dans leurs manifestations hebdomadaires préférant concentrer leurs tirs sur Emmanuel Macron.

Plutôt remonté sur son cheval, le chef de l’Etat assure qu’il n’a pas été choqué par la «brutalité» le visant depuis plus de deux mois et notamment en décembre. Il sait qu’il est sur la corde raide. Et a compris qu’il ne pourrait plus gouverner comme pendant les vingt premiers mois. Le changement le plus important c’est peut être celui-là. Les têtes vont changer autour de lui. L’acte 2 du quinquennat a vraiment commencé.

Source : Paris Match, Bruno Jeudy, 01/02/2019


Pour ceux qui ont le courage, le compte-rendu de Libération est ici et celui du Figaro est là et de BFM ici – il y étaient aussi.


Macron : Les autres c’est l’enfer

Source : Vu du droit, Mathieu Morel, 01-02-2019

Ce type est décidément merveilleux !

Deux comptes rendus, sur Paris-Match et Le Point, de l’audience que Son Auguste Jupitude a daigné concéder à une poignée de journalistes révèlent un paranoïaque complètement en roue libre, un complotiste sans filtre voyant des Russes cachés à peu près partout, incapable de s’interroger réellement sur quoi que ce soit, de relier causes et effets autrement que selon des postulats éculés, incapable de l’ombre d’une analyse de la situation, juste mû par sa seule obsession de mouler la réalité dans ses présupposés faillis et puérils.

« C’est de la faute des autres ».

Voilà peut-être l’élément essentiel, le fil conducteur, la colonne vertébrale. Les ennemis sont partout : intérieurs et extérieurs. La russosphère, la gauchosphère, la fachosphère, la complosphère, toutes les chososphères imaginables, emplies de gens aux passions tristes, aux pulsions factieuses et aux relents nauséabonds, complotent contre lui et instrumentalisent les esprits faibles de ces braves bons Français à qui il veut pourtant tant de bien. Et lorsque ça n’est pas « la faute de » l’une ou l’autre sphère, c’est alors la faute de la presse, veule, suiviste, démissionnaire, qui ne remplit plus sa mission d’éducation des masses trop rustiques pour distinguer par elles-mêmes le Bien (lui) du Mal (les autres). Une presse à la roue des réseaux sociaux – dont on ne dira jamais assez combien ils sont manipulés par les Russes et autres sphères – voire carrément des medias de propagande russes eux-mêmes. Bref, une presse devenue incapable de montrer aux gueux la voie juste, la bonne : la jovienne.

Peut-être repense-t-il avec nostalgie à ce temps béni où la presse, alors intègre et incorruptible, se répandait en couvertures et enquêtes dithyrambiques sur le nouveau petit prodige qu’il était, sur ses prouesses, sur son génie, sur ses amours rocambolesques et l’intimité sucrée de son couple féérique ?

Deux longs articles, donc, pour dérouler la pensée du Maître parsemée de quelques poncifs ronflants (on y apprend que « ce mouvement est polymorphe » : allons bon, mais où va-t-il chercher tout ça ?), d’aphorismes managériaux ou philosophico-cuculs (de la très impressionnante « dévitalisation quasi-physiologique de la démocratie » à la très approximative « dissolution des esprits comme dirait Blum », petite référence historique afin de cocher l’indispensable case « historien penseur », fût-ce au prix d’arrangements pour le moins audacieux avec le contexte historique), d’affirmations gratuites et de statistiques aussi magiques que branquignoles.

Ah mais, nous dit-on, il reconnaît aussi ses erreurs !

Ouf ! Un instant, on avait craint. Alors oui, il « regrette ». Il en est même, avoue-t-il, « scarifié ». Rien de moins ! Il regrette ces petites phrases qui ont fait du mal, à son insu. Il regrette et fera désormais « très attention ». Il regrette de n’avoir pas mesuré combien sa fonction le rendait vulnérable. Parce que si elles ont fait du mal, ces petites phrases, c’est qu’elles sont « mal interprétées ». Nous y revoilà : mal interprétées… par « les autres », bien entendu. Les « autres », ces indécrottables salauds ! Il regrette également sa spontanéité, cette sincérité excessive – c’est un classique : « quel est votre plus grand défaut ? La bonté, l’honnêteté et le courage » – qui lui fait prononcer ingénument des « vérités » qu’ensuite, des sphères malintentionnées sortent de leur contexte et mettent en exergue dans le seul but de lui nuire et, partant, nuire à la France entière. Allez, vous vous en doutez certainement : « célézautres ! ».

Il regrette, il est sincèrement contrit de la malveillance des « autres ».

Ces mêmes « autres » qui, n’en doutons pas, ne manqueront pas de le brocarder pour s’être, au cours de ce même entretien (où il promet, donc, de faire désormais très attention), sincèrement payé la tête de « Jojo avec son gilet jaune » ou encore de ce « boxeur gitan », forcément manipulé (par l’extrême gauche ou par les Russes, je ne sais plus, de toute façon ce sont les mêmes) puisqu’il « n’a pas les mots d’un Gitan ». Jupiter voudra-t-il nous éclaire : c’est censé parler quel sabir, au juste, un Gitan ? Et boxeur, de surcroît ?
Salauds d’« autres », vous dis-je !

Convenons tout de même que dans des conditions pareilles, ce doit être bien difficile, en effet, de présider un pays peuplé de hordes d’« autres » qui ne comprennent rien à nous.

Source : Vu du droit, Mathieu Morel, 01-02-2019



Macron – OSS117 от Information-libre на Rutube.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Frédérick // 03.02.2019 à 07h04

atterrant…! je n’imaginais pas qu’il était aussi abbyssalement dingo… tristesse…

239 réactions et commentaires

  • Frédérick // 03.02.2019 à 07h04

    atterrant…! je n’imaginais pas qu’il était aussi abbyssalement dingo… tristesse…

      +266

    Alerter
    • Bordron Georges // 03.02.2019 à 08h18

      Pour une fois il est sincère. Il exprime la profondeur obsessionnelle de sa pensée. Il est trop imbu de lui-même pour pouvoir envisager le Monde différemment. Sauf lors de quelques réflexions spontanées incontrôlées, tous ses discours précédents qu’ils soient de sa plume ou de celle de ses larbins n’étaient qu’impostures, hypocrisies et mensonges. A vomir!!

        +190

      Alerter
      • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 12h33

        moi, ce qui m’inquiète, c’est pas de savoir que Macron est au service du Capital… ça on le sait depuis avant même son élection, quand il bossait pour Hollande… donc, je ne comprends pas où est la nouveauté… par contre, l’égarrement des gilets-jaunes autoproclammés représentants mystiques du peuple réel, qui se mettent à parler aussi mal que Macron, ça je trouve cela inquiétant… Les Gilets-Jaunes sont au maximum quelques centaines (dizaines ?) de milliers, ce qui est à la fois beaucoup, mais très peu sur 68 millions de français… la “sympathie” de la population exprimée dans les sondages, ne vaut pas quitus… les gilets-jaunes devraient s’appliquer à eux-mêmes leurs précèptes : et revenir au peuple. Si toutefois les gilets-jaunes sont encore capables d’entendre un débat contradictoire d’un simple citoyen, sans monter sur les grands chevaux éricdrouétiens…

          +8

        Alerter
        • SanKuKaï // 03.02.2019 à 13h44

          C’est en effet l’argument des éditorialistes et de Macron pour qui les gilets jaunes seraient une minorité. Si les gilets jaunes pouvaient défiler tranquillement avec leurs enfants je pense qu’ils pourraient être beaucoup plus nombreux dans les rues. Cela ne serait quand même jamais suffisant pour être fixé sur ce que pense le peuple.
          Le seul moyen serait d’organiser un référendum sur le départ de Macron ou le RIC. Le mouvement serait d’ailleurs sûrement terminé illico.
          Or très peu de personnes sur les 68 millions de Français peuvent prendre l’initiative d’organiser un tel référendum.

            +56

          Alerter
          • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 14h04

            il y a des élections en mai prochain… et les masses vont pouvoir s’exprimer… à partir de là, je crois qu’on y verra plus clair. Il me semble que les gilets-jaunes ne doivent pas redouter l’élection de mai : ce sera un sondage grandeur nature, qui leur donnera de magnifiques arguments en cas de victoire (ou en tous cas de défait écrasante de Macron). D’ailleurs Mélenchon proposait déjà en septembre dernier de faire des européennes un “référendum anti-macron”…

              +9

            Alerter
            • Adriano // 03.02.2019 à 17h16

              les européennes seront historiquement suivies cette année, la team Macron est maline quand il s’agit d’utiliser les médias, c’est pour ça que nous aurons droit à un référendum en mai, et malgré ce qu’on nous fera croire, les questions ne seront pas issues du “grand” débat mais bien de Macron lui même, elles sont certainement déjà connues.
              Il ouvrira le vote des européennes sur une image de présidence qui répond aux demandes du “peuple” ce qui lui apportera les voies des plus aveugles et naïf d’entre nous.
              Ils sont imbattables en communication, ils ont la presse, le jugement des fakes news, les “spécialistes”, la”justice”, les sondages, l’éducation,… Comment voulez vous combattre !
              Je suis gilet jaune, j’ai participé à 2 manifestations qui ont toutes finies par être réprimées sans aucune raison, j’en suis témoin.
              Je ne vois aucune issu…

                +41

              Alerter
            • SanKuKai // 03.02.2019 à 18h59

              Une élection, européenne á fortiori, n’est PAS un référendum sur la légitimité du président. D’autant que même s’il la perdait, il ne partirait pas, ni ne mettrait pas en place le RIC. Vous reprenez encore les arguments des éditocrates.
              Mais Il va falloir arrêter de prendre les gens pour des c*** car c’est justement ce qui les énerve.

                +20

              Alerter
            • R.C. // 05.02.2019 à 11h59

              @ Gilbert. En mai, ce n’est pas Macron ou Tartempion qu’il est demandé de sanctionner. C’est sur la politique européenne (l’UE, plus précisément) qu’il faut se prononcer. [modéré]
              Si les électeurs ont la lucidité de donner à l’UE anti-démocratique la réponse qu’il convient – à savoir une majorité de représentants “eurosceptiques” – la Macronie sera ipso facto perdante de ce scrutin.
              Mais la lutte sera rude car le Président est déjà en campagne, sur le dos des gilets-jaunes (!), au prétexte de son fumeux “grand débat”.
              Hier encore, sept heures de propagande logorrhéique présidentielle retransmises en direct sur les chaînes d’info en continu et des dizaines d’heures de commentaires en sus.
              Tout ce grand-blabla macroniste sera-t-il décompté du temps de parole de LREM ?
              On peut très légitimement en douter…

                +6

              Alerter
        • Micmac // 03.02.2019 à 14h53

          Les chiffres du ministère de l’Intérieur sont délirants. Il fut un temps (avant les manifs contre la loi travail, qui ont aussi introduit la nouveauté du nassage-tabassage de manifestants pour dissuader les gens de venir ou revenir) où il fallait faire une moyenne entre les chiffre officiels et les chiffres des organisateurs pour se faire une idée de la réalité. Ces temps sont révolus. Aujourd’hui je pense qu’il faut prendre les chiffre officiels et les multiplier par 5, au bas mot, voir 10.

          Vous allez m’objecter qu’un facteur 10 n’est pas raisonnable. Je pense que si, dans certains cas. Dans les manifs de provinces, peut couvertes par les médias, il est facile de faire passer aux yeux du public 5000 personne comme n’étant que 500. Beaucoup plus facile que de faire passer 150 000 pour n’étant que 15 000 (les manifs à Paris). Dans ce dernier cas, on utilise les facteurs 4 ou 5. Dans le cas des chiffres globaux comptabilisant toutes les manifestations nationales, le facteur 10 est vraiment à considérer.

            +39

          Alerter
          • Micmac // 03.02.2019 à 14h54

            Suite…

            Une autre technique introduite depuis les lois El Khomri (en plus du nassage-tabassage) et le saucissonnage de manifs. On coupe la manif en tronçons à coup de gaz et de LBD, et on envoie un petit tronçon vers les “journalistes”… Ça avait été particulièrement manifeste en décembre, ou des manifestants avaient filmé le tronçonnage puis le guidage d’une petite cohorte vers l’immeuble de je ne sais plus quel média, sur le toit duquel les journalistes avaient au préalable été invités à se placer pour filmer.

            Si les chiffres “officiels” étaient vrais, on aurait effectivement affaire à un non-événement. Ce n’est manifestement pas le cas, donc, oui, il y a un problème (de contestation social, et de comptage des manifestants). La panique au sommet de l’État et la répression tout azimut ne peut s’expliquer que par la connaissance par le pouvoir des vrais chiffres.

              +57

            Alerter
          • grumly // 03.02.2019 à 15h20

            Je pense que les chiffres de la police n’ont jamais été bons, et leur but était de discréditer les chiffres des syndicats. J’ai compté une fois les manifestants dans ma ville, pour savoir combien on était réellement. Je pense que ça devait être en 2003 pour les manifs contre le CPE. Je me suis mis en haut d’une grande rue qui monte, au début je comptais 1 par un, et puis assez vite avec la densité je comptais par groupes de 20. J’ai compté 6000 manifestants, et c’était assez simple. À la fin de la manif, les syndicats ont annoncé 6000 manifestants, à la télé la police en annonçait 3000. Il n’y avait pas de moyenne à faire. Depuis il m’arrive quand même d’avoir des doutes, sur certaines grosses manifs quand elles sont annoncées à 15 000 (c’est rare), c’est possible que les chiffres des syndicats soient gonflés mais sur des manifs plus habituelles à quelques milliers, les chiffres des syndicats me parraissent corrects. Il suffirait que quelqu’un diffuse en live une manifestation depuis un balcon et tout le monde pourrait juger.

              +20

            Alerter
            • Narm // 03.02.2019 à 19h31

              quelques donnée par france-police.org
              acte 12 des Gilets jaunes à 16 h : 290.000
              3.500 Foulards rouges à 15h30 selon nos estimations actualisées : France police
              acte 11 des Gilets jaunes à 19h30 : 330.000 manifestants à travers toute la France
              acte 10 des Gilets jaunes à 16h : 350.000
              9 des Gilets jaunes à 17h : 360.000
              acte 8 des Gilets jaunes : la grossière manipulation de l’exécutif
              acte 8 des Gilets jaunes à 15h : plus de 300.000 manifestants à travers toute
              acte 7 des Gilets jaunes : environ 60.000 participants dans toute la France
              acte 6 des Gilets jaunes à 19h00 : au moins 300.000 manifestants dans tout
              acte V : selon le gouvernement, 33.500 manifestants pour 69.000 policiers et gendarmes.. Soit l’exécutif ment sur les chiffres de la participation, soit la France est devenue la Corée du Nord
              Estimation de la participation à 15h30 ce samedi 8 décembre 2018 : 520.000

                +12

              Alerter
            • vert-de-taire // 03.02.2019 à 22h20

              J’ai aussi compté, c’est très difficile pour les grandes densités, seul. Il faut s’y mettre à plusieurs et se donner des moyens de contrôle (vidéo) afin d’établir une estimation correcte. Dans mon coin c’est toujours très juste, entre mon estimation versus la presse libre locale. Ce sujet mériterait qu’une association spécialisée s’y consacré. Pas un luxe sous un régime de fait félon.

                +4

              Alerter
        • NICOLE DE NICOMAQUE // 03.02.2019 à 20h19

          Le mieux c’est de leur faire parvenir votre message, ils sauront mieux vous répondre :

          Gilets Jaunes / Le site :
          https://www.giletsjaunes-coordination.fr/

          Et si vous êtes à la Réunion :
          https://les-gilets-jaunes.re/

            +3

          Alerter
        • pingouin // 03.02.2019 à 21h33

          les gilets jaunes sont plus de 100 000 car il y de nombreuses personnes qui se relaient mais quand ces personnes vivaient dans leur pauvreté tous les petits bourgeois a la con comme disait BREL,ils s’en avaient rien à foutre de ces gueux ,les petits bourgeois ont assez pour vivre ou ils ont la soumission dans leur ADN comme beaucoup de personnes pendant la période Vichyste qui n’ont jamais pris un seul risque même pas résistant ,mais ont fait du marcher noir ,de la dénonciation,de la calomnie,récupéré les magasins des juifs qu’ils avaient dénoncé .Bref ! il y a beaucoup de français qui soutiennent même si ils ne peuvent pas participer .La crasse de la pensée est dans la petite bourgeoisie mime,et répète les mêmes pensées que les élites par des générations de soumissions

            +11

          Alerter
      • bigglop // 03.02.2019 à 16h28

        Comme beaucoup d’autres (politiques, intellectuels, syndicalistes,…) Macron est un homme “creux”, un trou noir de la pensée néo-libérale.
        Il apparaît comme incapable de penser hors du cadre, d’esprit critique ce qui pourrait être un bon sujet de psychiatrie.

          +26

        Alerter
        • vert-de-taire // 03.02.2019 à 22h27

          Pas certain, il est d’abord super bien formaté. Super mouton docile et suffisamment agile pour rbien réciter ses leçons. Son côté enfantin séduit beaucoup de gens, cela le trompe sur la cohérence de ses vues, un côté autisme. Mais avant tout, il doit faire ce qu’ON lui demande, favoriser le grand capital, le MEDEF, son soutien.

            +9

          Alerter
      • bob // 04.02.2019 à 10h49

        c’est dangereux d’exprimer le fond de sa pensée parce que çà montre à tout le monde à quel point ce garçon est un vrai con. un authentique connard…… qu’on a élu.

          +13

        Alerter
      • Eric Vailland // 05.02.2019 à 13h24

        Quoi qu’il en soit, tant qu’il ne se verra pas tel qu’il est et qu’il recherchera des gens pour le disculper, il ne sera pas à la hauteur de sa tâche. Comment peut on insulter à ce point la main qui vous nourrit ??? Il vit dans un autre monde et n’a rien à faire à la tête des Français

          +1

        Alerter
    • Sébastien // 03.02.2019 à 12h09

      Ce type est complètement fou. Il devrait être débarqué sans attendre.

        +66

      Alerter
      • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 12h40

        @ sebastien
        “Ce type est complètement fou. Il devrait être débarqué sans attendre” …
        ce type a été élu par 21 millions de français, quoi que vous en pensiez… ensuite, “il est fou” n’est pas un argument politique… on assiste a un dramatique appauvrissement des arguments depuis 2 mois… il suffit pas de dire “bonhomme”, “popol” et “gugusse” pour avoir raison… Et surtout, on défait pas à quelques dizaines de milliers de manifestants un type élu par 21 millions de français : ou alors fraudra m’expliquer votre conception de la démocratie…

          +7

        Alerter
        • Sébastien // 03.02.2019 à 12h53

          Je ne suis pas un spécialiste, mais je crois vaguement me souvenir qu’il est prévu dans la Constitution le cas où le Président en incapacité de gouverner peut être destitué. Et encore heureux que ce genre de cas soit prévu.
          Et je ne vous parle pas du crime de haute-trahison….
          Et pour appuyer votre argument, je vous signale que Hugo Chavez et Nicolas Maduro ont été élus et réélus parfaitement régulièrement un nombre incalculable de fois. On en reparlera très vite avec votre poulain Macron….

            +69

          Alerter
          • Sébastien // 03.02.2019 à 13h38

            Il faut donc élire les experts psychiatres? Comprends plus là….

            Mes arguments politiques sont dans les commentaires qui suivent, je vous laisse en prendre connaissance et répondre. Sur le même terrain, si vous en êtes capable.

              +25

            Alerter
        • red2 // 03.02.2019 à 13h06

          Ce qui est dramatique c’est de croire que Macron a été élu par 21 million de Francais… Le Pen ca vous dis quelques chose? Macron à la presidentielle de 2017 c’est à peine 18% des inscrits. Il a certe été élu mais très mal! Et il manque terriblement de légitimité pour imposer son programme par la force.

            +63

          Alerter
          • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 13h46

            si je vous comprends bien, ça fait 10 millions de français qu’ont voté Le Pen avec lesquels vous n’êtes pas d’accord non plus ? Et si vous prennez les chiffres du premier tour, vous avez 15, 8 millions de gens qui ont voté Macron+Fillon et 7,6 millions qui ont voté Le Pen. Ca fait donc 23,4 millions d’électeurs avec lesquels vous n’êtes pas d’accord. Personnellement je n’ai voté Macron ni au 1er ni au 2ème tour. Et je suis d’accord qu’il n’a pas l’assise de légimité suffisante pour dérouler sa politique comme si de rien n’était. Mais Chirac a fait la même en 2002, et on l’a pas traité de fou psychique. Faut arrêter cette dérive : les quelques dizaines ou centaines de milliers de gilets-jaunes n’ont pas la légitimité pour décider à la place du peuple. Il y a des élections en mai. Et on verra bien. Je me méfie des anarchistes qui disent “elections pièges à cons” (même si c’est pas faux), mais qui ensuite se servent de ce prétexte pour imposer leur volonté à 300 000 sans élection… ça c’est de la dictature pure et simple. Et il suffit pas de se prévaloir d’un sondage (après les avoir d’ailleurs conspué) de sympathie populaire pour se légitimer. Et si les gens ont tellement évolué en conscience, ils sauront bien quoi voter, un minimum…

              +7

            Alerter
            • Adriano // 03.02.2019 à 17h39

              Gilbert, nous ne serons jamais 20 millions dans la rue, ce n’est pas possible pour de multiple raison. Si vous acceptez ce fait vous comprendrez facilement comme votre discours sert uniquement au mécanisme d’état actuel, celui qui permet de nous exprimé que tous les 5ans, et encore, nous avons le droit d’adhérer à un programme (minimaliste et provisoire) parmi 5 partis tout au plus (le reste des candidats étant discrédité d’office par la police médiatique).
              Pour résumer la seul fois que nous pouvons nous exprimer c’est pour choisir le programme qui nous plairait le plus, même si celui-ci ne me plait pas dans sa majorité ou n’aborde pas les points qui m’intéressent, et je pense que la majorité des gens finissent pas voter contre d’autres partis sans même prendre conscience du vote réalisé.
              Je n’appelle pas ça une démocratie.
              Les GJ demandent à avoir un référendum (ils n’imposent rien) sur 3 points :
              – Le RIC : permettant à chacun de pouvoir s’exprimer sans attendre 5 ans
              – Baisse de la TVA sur les produits de première nécessité
              – Arrêt immédiat des privilèges de nos politiques (actifs ou retraités)
              COmment pouvez vous imaginer que les GJ vous imposent leur points de vue ???
              Le nombre de GJ visible est à mettre en relation avec le soutient moins visibles et malgré les attaquent incessantes des médias pour les discrédités ou les forces de l’ordre pour les museler.

                +38

              Alerter
            • Adriano // 03.02.2019 à 17h39

              Et n’oublions pas que ce mouvement dur depuis 3 mois… rien que cela mérite qu’on les écoute et comprenne l’urgence de la situation.
              Pour rappel je suis GJ, mais je n’ai vraiment pas de problème d’argent, j’ai 3 sociétés qui fonctionnent très bien, mais je comprends la misère et me retrouve dans ce besoin de démocratie, tout en haïssant ce modèle des plus riches qui dirigent ce pays.
              Amicalement,
              Adriano

                +43

              Alerter
            • vert-de-taire // 03.02.2019 à 22h32

              Les gilets jaunes ne demandent pas le pouvoir mais de quoi vivre décemment et un peu plus de démocratie. Les deux leur sont refusés, et de plus avec une violence inadmissible.

                +20

              Alerter
            • Julien // 04.02.2019 à 06h09

              @Glbert Gracile

              Si vous souhaitez l’avis d’un spécialiste, le psychiatre italien Adriano Segatori avait livré son analyse sur M. Macron au journal suisse “Les Observateurs” en 2017. On peut lire cette analyse sur le site DREUZ.

              Mais personnellement je n’ai pas besoin de cet avis pour me faire une idée. Objectivement, son attitude semble friser la folie.

              J’en veux pour preuve ses “petites phrases” aux pires moments (qu’il ne semble absolument pas maîtriser), ses décisions arbitraires, son attitude vis-à-vis des français dès qu’il est à l’étranger, le manque total de bon sens dans la gestion des différentes affaires qui émaillent déjà son court séjour à l’Elysée… Et ses propres mots, supra…

              Tout cela fait beaucoup et en dit long.

                +12

              Alerter
        • Lole // 03.02.2019 à 14h24

          Prendre son chiffre du premier tour serait déjà “plus démocratique” coté argument.
          Et meme la, ca ne represente meme pas un tiers des français, ce qui pour une élection présidentielle n’est pas forcement un bon “argument politique” si ?

            +23

          Alerter
          • Jac // 03.02.2019 à 19h15

            Désolée Lole, je m’adresse à Adriano ci-dessus.

            Adriano :
            vous écrivez : ” j’ai 3 sociétés qui fonctionnent très bien, mais je comprends la misère et me retrouve dans ce besoin de démocratie, tout en haïssant ce modèle des plus riches qui dirigent ce pays”.

            C’est important votre témoignage ! parce qu’il démontre qu’il y a une certaine diversité au sein des GJ ; bien que je doute qu’il y ait bcp de chefs d’entreprise(s) gagnant très bien leur vie, mais quand bien même, les GJ parlent entre eux, échangent des témoignages…
            Je suppose que si vous comprenez la misère et vous retrouvez dans ce besoin de démocratie, c’est parce que bien que dirigeant de société(s) vous savez être en contact avec les gens dans leur diversité ; et en cela vous connaissez cette diversité (des riches aux pauvres) qui vous fait haïr le pouvoir exclusif des plus riches (par chantage) qui ne constituent qu’un fragment extrêmement minime de la population. Lequel pouvoir exclusif vous atteignant aussi en tant qu’employeur comme il atteint vos salariés.
            Macron, de par son parcours ne connaît pas cette diversité, malgré sa “marche” : que peut-il en avoir compris ? une “machine à calculer” peut comprendre ? Si ce n’est qu’elle n’obéit qu’à des clics sur une touche…

            encore mille excuses Lole, mais j’apprécie votre commentaire.

              +4

            Alerter
            • Adriano // 03.02.2019 à 19h58

              Jac détrompez vous, dans mon entourage, mes associés, mes camarades de classes … Beaucoup soutiennent. Mais il est vrai que nous sommes issus d’en “bas”avec des mois difficiles, des parents qui triment, des longues études en devant travailler en parallèle, nous avons essuyé énormément de “non” dans notre jeunesse pour différentes causes (économique, manque de place, priorité,…) c’est sans doute ce qui a manqué à nos dirigeants.
              Mais j’ai des clients qui effectivement ne comprennent pas… Mon gilet jaune en permanence dans ma voiture m’amène souvent à devoir me justifier, triste France.

                +23

              Alerter
            • Kilsan Aïtous // 05.02.2019 à 10h42

              Un article de Reporterre rapporte les propos d’un retraité qui n’a pas de problème d’agent qui dit ceci :« Je viens manifester pour le pouvoir de vivre. Vous comprenez, le pouvoir de vivre ! »

              Macron fait partie de la fadasphère, cet asile de fou qu’on nous impose comme réalité

                +3

              Alerter
        • Theoltd // 03.02.2019 à 14h35

          ” il suffit pas de dire “bonhomme”, “popol” et “gugusse” pour avoir raison”
          Et on peut dire Jojo?

            +47

          Alerter
        • Line // 03.02.2019 à 17h08

          Pardon mais pourquoi parlez vous de 21 millions de français c est nettement moins…très nettement moins. Donc pas représentatif

            +14

          Alerter
          • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 17h33

            @ Line
            je vous conseille de lire les résultats du second tour en 2017… à moins bien sûr que ce soit une fake-news…

              +2

            Alerter
            • Julien // 04.02.2019 à 06h29

              Premier tour : 8 657 326 voix soit 18,19% des inscrits.
              Second tour : 20 743 128 voix soit 43,61% des inscrits.

              Premier tour on choisi. Second, on élimine… vous le savez très bien. Sans parler de tous les castors qui ont voté “pour faire barrage” au second tour…

              Si l’on considère également le temps de passage dans les médias qui est absolument sans précédent (les articles à ce sujet foisonnent sur la toile), il faut être particulièrement de mauvaise foi pour considérer que Monsieur Macron serait légitime.

                +21

              Alerter
        • NICOLE DE NICOMAQUE // 03.02.2019 à 20h26

          @ G.Gracile

          Vous avez en bonne part raison.

          Dans trois mois auront lieu des élections en France et en Europe, il s’agira alors de montrer sa détermination personnelle pour changer la donne. La campagne électorale se déroule du jeudi 23 Mai au dimanche 26 Mai 2019.

          Nous aurons tout loisir de dire son fait à Jupiter en votant en masse pour un changement de politique, ici en France mais aussi en Europe.

            +6

          Alerter
          • DanM // 08.02.2019 à 14h56

            Macron à déjà commencé sa campagne, lui. Depuis le 15 janvier. Et avec notre argent. Il est en totale infraction.
            Encore une fois, même si par hasard il arrivait en tête, il ne serait pas légitime.

              +0

            Alerter
        • pingouin // 03.02.2019 à 23h59

          il n’a jamais eu 21 millions d’électeurs français adhérents à ce programme qu’il a présenté, il a fait une effraction électoral avec l’aide de tous les médias télé ,radios,presse écrite le jdd ,le figaro, match ,nouvel observateur,libération ,gala,voici,etc même le canard qui a tué le Fillon pour l’éliminer de l’équation .
          Ses copains ,bernard Arnault,Lagardere, Pinault, Drahi, Pigasse ,xavier Niel un repris de justice pour corruption,proxénétisme et sa copine,,Mimi Marchant repris de justice pour trafic de drogue et amie de Benalla et copine de Mme Macron . 52% des français ne votent pas et Marine Le Pen de l’autre coté ceux qui ont voté ils se sont fais avoir comme des bleus ,des béni oui oui soumis a la pensée des élites libérales
          mais L’OMC signé par les élites qui a mis les français en concurrence avec tous les pays du monde sans retraite,sans niveau de vie ,sans sécu et donc pour eux le chômage ,puis le numérique dans les mains des usa crée du chômage,les robotisations c’est du chômage et cela n”est pas fini ce n’est que le début ,Macron est un pion du libéralisme et tous ceux qui sont devant lui comme les staliniens ou le hitleriens sans recul ,sans pensée personnel pas comme les maoistes qui ne parlaient et juraientque p ar le livre rouge .Ce sont les combats qui ont apporté les congés payés,maternité,droit du travail ,droit sociaux etc .

            +10

          Alerter
        • Flo // 04.02.2019 à 10h07

          @GIlbert Gracile
          Hitler lui aussi avait été élu…
          Si on garde votre raisonnement c est très dangereux.
          Il a été élu mais il faut voir dans quelles conditions. Face à Le Pen c’est très facile. C’est tout notre système politique qu’il faut revoir.

            +6

          Alerter
          • Jérôme // 05.02.2019 à 00h26

            Non, Hitler n’a pas été élu chancelier démocratiquement. Hitler a été nommé chancelier sans que le parti nazi ait jamais eu la majorité des voix dans des élections libres. Il a du former une coalition où les nazis n’avaient que 4 postes dans le gouvernement. Et seulement ensuite il a fait des coups d’Etat pour établir sa dictature totalitaire.

            Pour mémoire, aux élections présidentielles allemandes d’avril 1932, Hitler a fait 30% des voix au 1er tour et 36% au 2ème tour.

            Le plus haut score du parti nazi lors d’élections libres, ça a été 37% des voix aux élections législatives de juillet 1932.

            L’assemblée ne parvenant pas à trouver de majorité, dissolution et nouvelles élections en novembre 1932.

            Et là, le parti nazi baisse de 5 points avec 32% des voix. Hitler commence à craindre de rater le train de l’Histoire et donc il compose.

              +1

            Alerter
        • Antoinette Gavillet // 04.02.2019 à 10h25

          La discussion tourne en rond, vous êtes pour Macron, grand bien vous fasse, le problème est que vous réagissez comme lui, certain d’avoir raison, ceux qui ne sont pas avec moi sont contre moi. Quand à son élection, arrêtons d’avoir des œillères, il a été élu par une minorité, et je pense qu’effectivement son cas relève de la psychiatrie. Nous vivons tous avec des névroses, lui, visiblement aurait besoin d’un suivi…

            +8

          Alerter
        • Chalpitek // 04.02.2019 à 22h15

          Soit vous êtes de mauvaise foi et c’est grave au vu de la situation en France, soit vous ne comprenez pas comment s’est passée l’élection de Macron. Tout d’abord il a fait l’objet d’une énorme propagande médiatique, avec un grand nombre de “unes”, 20% du temps de parole alors qu’il venait de nulle part, ce qui montre qu’il était fortement soutenu par les media, aux mains d’une dizaine de personnes fortunées comme par hasard. Macron est un produit médiatique poussé par l’oligarchie, c’est totalement clair. Et pourtant avec tout ça il n’a fait que 18% des inscrits. Où est l’adhésion ? Et à quel programme d’ailleurs ? Au second tour, n’importe qui gagnait face à la poissonnière. Le pantin Oui-Oui aurait gagné. La réalité, c’est que le soutien de Macron, c’est en gros 1/5 de la population, avec probablement beaucoup de gens qui le haïssent généreusement dans les 4/5 restants. Dans ces circonstances Macron est un président de papier sans légitimité populaire et n’a pas le mandat du peuple pour grand chose. Ceux qui prétendent le contraire ne sont pas des démocrates, à mon avis.

            +6

          Alerter
    • K // 04.02.2019 à 07h27

      Exactement. Dans cette interview, Macron a l’air plus sincère, moins calculateur, et cela le fait partir en roue libre sur tous les sujets (les gitans, le contrôle de la presse, l’extrème gauche, la Russie, la place du citoyen dans un régime représentatif…).
      Todd a raison, Macron a tout l’air d’avoir un rapport très parcellaire à la réalité. Cette déconnection du personnage avec son environnment est à la fois le signe d’une grande liberté de pensée (comme lorsqu’il se marie avec une femme de 24 ans son ainé) mais c’est aussi le symptome de l’irresponsabilité (la capacité a faire des ravages autour de lui sans avoir l’impression de mal faire).

        +8

      Alerter
  • kasper // 03.02.2019 à 07h15

    Beaucoup de perles dans le discours de ce bonhomme qu’on nous a vendu comme génial, brillant, rassembleur et meneur d’hommes.

    Celle la je ne la connaissais pas, elle vaut son pesant de cacahuète: “Le type, il n’a pas les mots d’un Gitan.”, Ceux qui ont cru faire barrage a l’extrême droite apprécieront…

    Sinon le coup primaire du gars qui s’excuse pour en rajouter une couche tout de suite après: “Je regrette d’avoir été méprisant parce qu’on vient me faire un procès avec ca.” Les purges staliniennes ne sont pas loin…

    C’est si dur que ca de faire seulement semblant de reconnaître une erreur? De dire qu’on regrette, même si on en pense pas un mot ? C’est ce qu’on pourrait attendre d’un vrai leader: qu’il sache mettre son ego de coté pour rassembler les troupes. Je ne suis pas haut fonctionnaire, j’ai pas fait l’ENA, j’ai dirigé tout au plus 5 personnes dans ma vie professionnelle et pourtant j’en sais plus sur le leadership(*) que ce type soit disant génial…

    (*)désolé, j’ai vraiment cherché un mot français équivalent mais pas trouvé. Je n’ai plus qu’a me faire helper de la team Macron (T_T)

      +97

    Alerter
    • Bibendum // 03.02.2019 à 07h46

      Leadership=Dirigisme ?!

      Pourtant la réponse à votre interrogation est dans vos propos: “(…), j’ai DIRIGÉ tout au plus 5 personnes dans ma vie (…)”

      Et c’est dans cette voie qu’il faut, selon moi, fouiller pour faire évoluer cette situation giletjaunesque pour le moins conflictuelle.

      Qu’elle est la destination que l’on souhaite rejoindre ? Et par destination, entendre aussi “destin” ou encore “destinataire”.

      “Tout le monde veut vivre au sommet de la montagne, sans soupçonner que le vrai bonheur est dans la manière de gravir la pente.”
      Gabriel García Márquez

      Ce grand débat est une bonne chose. Mais avant tout, se poser les bonnes questions pour savoir où l’on veut aller, individuellement puis collectivement, déterminer une direction pour mieux SE diriger soi-même et choisir un dirigeant à même d’assumer les fonctions dirigistes (Leader) de la collectivité.

        +3

      Alerter
      • kasper // 03.02.2019 à 08h31

        “Dirigé” est un grand mot. Je voulais dire “managé” mais j’essaye d’éviter les anglicismes. “Dirigisme” me semble un peu trop “Arbeit macht frei” pour ce qu’on appelle communément le “leadership”, qui devrait etre un mélangé de charisme, de responsabilité et de capacité a faire coopérer les gens, toutes qualité dont Macron semble salement dépourvu.

        Quand je pense que j’ai perdu des amis a cause de la propagande qu’on a fait a ce type…

          +40

        Alerter
        • gracques // 03.02.2019 à 10h26

          Manager est un verbe français (vieux) , d’ou est sorti ‘management’ qui lui est un anglicisme !

            +8

          Alerter
          • Dagobert // 03.02.2019 à 10h55

            Il suffit de prononcer à al française : manajer , et non manadger …et on récupère le mot que les rosbeefs nous ont volé .

              +16

            Alerter
            • Mr K. // 03.02.2019 à 13h14

              Mot français sans doute imposé, comme bien d’autres, après la conquête de l’Angleterre par Guillaume le conquérant en 1066.

              Outre le français, les normands nous avaient même volé le calva (je connais mes classiques). 🙂

                +4

              Alerter
            • Pierre Tavernier // 03.02.2019 à 16h15

              Les anglais ne nous ont rien “volé”, permettez-moi de vous rappeler le français (ou plus exactement sa variante le normand) a été la langue officielle de l’Angleterre pendant plusieurs siècles.
              Vous trouverez plus de détails dans cet article
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Influence_du_fran%C3%A7ais_sur_l%27anglais

                +5

              Alerter
        • Tepavac // 03.02.2019 à 14h39

          Superviser, administrer, gérer, coordonner…
          Les mots de notre langue ne manquent pas dans l’encyclopédie Française

            +8

          Alerter
        • Jac // 03.02.2019 à 17h21

          ” …le “leadership”….qui devrait etre un mélangé de charisme, de responsabilité et de capacité a faire coopérer les gens, toutes qualité dont Macron semble salement dépourvu.”

          Décidément vous me plaisez plus encore que dans votre commentaire initial.

          Bien évidemment, la direction (comme la gouvernance) doit être tout cela. Sinon ce serait une dictature (qui “dicte, impose”) et non pas une démocratie (qui implique une coopération).

          Dans la réponse que je vous ai donnée précédemment (cf ci-dessous) j’ai parlé de son ignorance (manifeste) de façon démonstrative ( = un peu long comme trop souvent…)

          Mais en quelques mots (ah ! si j’avais ce talent !) vous parlez de ce qu’induit cette ignorance :
          – pas de charisme : comment avoir du charisme si on ne connait pas l’attente des individus auxquels on s’adresse ?
          – sens des responsabilités : comment avoir ce sens si on ne connait pas ceux dont on doit être responsable ? et si on ne sait pas distinguer leur diversité ?
          – capacité à faire coopérer les gens : comment avoir cette capacité si on n’a pas la moindre idée de ce dont ont communément besoin ces gens malgré leurs différences ? et de surcroît si on ne connaît pas ces différences ?

          Bravo Kasper !

            +4

          Alerter
          • Jac // 03.02.2019 à 17h23

            Bon, je mets un bémol :
            le “charisme” est aussi la qualité intrinsèque d’un dictateur pour accéder au pouvoir – pour se faire élire par le peuple, et non pour un putsch – ; une fois son pouvoir autoritaire installé il n’en a plus besoin. Donc, quand bien même on n’aurait pas de charisme – ex Hollande- on peut être élu si on n’est pas un dictateur en puissance bien sûr, si le programme proposé est cohérent et satisfaisant pour la majorité)

              +1

            Alerter
    • Marie // 03.02.2019 à 09h57

      Leadership? Commandement, direction. Curieux qu’un “dirigeant” ignore…le mot français.

        +7

      Alerter
      • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 12h49

        @ marie
        je suis désolé, mais Macron parle la langue des français… et il est possible de faire entrer des anglicismes dans la langue française, comme toutes les langues du monde adoptent des mots étrangers… rien de surprenant là-dedans… maintenant, si nous adoptons beaucoup d’anglicismes depuis quelques décennies, c’est à cause de notre américainisation… Mais qui parle de remettre en cause l’américanisation ? certainement pas les gilets-jaunes…

          +2

        Alerter
        • Marie // 03.02.2019 à 14h46

          Excusez, , vous avez mal compris, je ne mentionnais pas Macron comme “dirigeant” lorsque je réécrivais la signification de “leadership” par le dictionnaire ” le Petit Robert”.

            +5

          Alerter
        • Alfred // 03.02.2019 à 19h20

          “Mais qui parle de remettre en cause l’américanisation ? certainement pas les gilets-jaunes…”
          Quelle pitié. Beaucoup de pregugés et une dévotion quasi sectaire dans vos propos.
          Que pensez vous du fait que des gens pacifiques voire de simples passants soient mutilés sous là responsabilité de Mr Macron? C’est la vie? Fallait pas faire ses courses un samedi? C’est la faute à drouetovitch?

            +18

          Alerter
        • Julien // 04.02.2019 à 06h35

          Et certainement pas Macron non plus. Il pourtant vocation à défendre la langue française (cf. constitution) et à donner l’exemple.

            +0

          Alerter
        • Yannis // 05.02.2019 à 19h44

          “Mais qui parle de remettre en cause l’américanisation ? certainement pas les gilets-jaunes…”

          Ben oui, les Gilets jaunes ont bon dos !! Mais au delà de vos projections, la mode des mots étasuniens disséminés partout depuis 40 ans vient plutôt des catégories aisées, cadres et professions libérales, donc certainement pas la grande majorité des GJ. Le petit peuple souvent s’en amuse, en copiant les modèles sociaux-culturels dominants, la diffusion et l’interconnexion numérique aidant, également la mode de l’immédiateté.

          Je crois que vous voulez plutôt parler des métiers du Web, des experts en communication, des services, de la finance, des journalistes succombant par exemple à cette mode de l’écriture inclusive typiquement franco-américaine du “politiquement correct”, bref le terciaire urbain moutonnier, qui a voté OUI pour le référendum de 2005, pour Hollande puis pour Macon, cet ultime winner de la mondialisation…

            +0

          Alerter
    • Dagobert // 03.02.2019 à 10h54

      Le plus proche de “leadership” me paraît être “direction” …:-))

        +0

      Alerter
    • Jac // 03.02.2019 à 14h08

      Kasper : Entièrement d’accord avec vous quand vous écrivez :

      « , j’ai dirigé tout au plus 5 personnes dans ma vie professionnelle et pourtant j’en sais plus sur le leadership(*) que ce type soit disant génial… »

      Point essentiel :
      quand vous écrivez « leadership » ( tout en n’étant pas sûr de la pertinence du mot puisque vous avez cherché un synonyme plus approprié sans en trouver), je pense que vous vouliez dire  : « direction de personnes», avec toute la difficulté que cela implique du fait de la complexité du genre humain.
      Et cela, pour moi, est le point principal qui me fait vous donner entièrement raison.

      Car en fait, c’est quoi le rôle d’un chef d’État ? Sinon « diriger les affaires publiques », c-à-d. : « concernant le public » = l’ensemble des humains qui composent ce public, dans toutes leurs différences et complexités (son rôle n’est pas comptable ni banquier en principe !).
      Et vous avez raison : diriger 5 personnes ou plusieurs millions reste une direction de plusieurs humains, quand bien même la difficulté à diriger est proportionnelle au nombre de ces humains (et aux moyens dont on dispose pour cela).
      Mais le travail pour ce faire est le même dans tous les cas dès lors qu’il y a plusieurs personnes à réunir sous une seule direction (toute proportion gardée), compte tenu qu’on dirige seul 5 individus, et avec + ou – d’assistances hiérarchisées selon que l’on dirige 100, 1000, et au-delà d’individus.

        +4

      Alerter
      • Jac // 03.02.2019 à 14h09

        (suite)
        Et quand vous écrivez « j’en sais plus que « le leadership » : vous avez raison aussi.
        Précisément parce que vous n’avez pas d’intermédiaire pour diriger, et encore moins d’assistance hiérarchisée.
        Cela change considérablement la donne, bien qu’il y ait moins de différences entre 5 individus qu’entre plusieurs centaines , milliers ou millions.
        Mais dans les faits, celui qui est en contact direct et permanent avec les individus qu’il dirige les connaît et connaît leurs différences ; quand celui qui dirige xxx individus par hiérarchies intermédiaires ne les connaît pas du tout (lesquelles hiérarchies, proportionnellement à leur niveau , ne les connaissant pas non plus).

        D’où « l’ignorance » de Macron sur le public varié et complexe qu’il dirige et que constitue toute nation, si ce n’est qu’à travers des clichés (souvent erronés), ou vagues suppositions personnelles très subjectives, telles « les Jojos gilets jaunes » (Jojo dans sa bouche étant très péjoratif) ou « le boxeur gitan », …etc
        D’autant plus (facteur aggravant) que quand on ne regarde que des chiffres de rentabilité (abstrait), on ne peut pas connaître les humains (concret).
        Peut-être même d’ailleurs ne se connaît-on pas soi-même…

          +4

        Alerter
        • Jac // 03.02.2019 à 14h27

          “Mais dans les faits, celui qui est en contact direct et permanent avec les individus qu’il dirige les connaît et connaît leurs différences ; quand celui qui dirige xxx individus par hiérarchies intermédiaires ne les connaît pas du tout (lesquelles hiérarchies, proportionnellement à leur niveau , ne les connaissant pas non plus)”.

          Ce qui est vrai aussi pour les maires selon qu’ils administrent des petites ou moyennes communes, des grandes villes ou des métropoles.

            +2

          Alerter
    • Narm // 03.02.2019 à 20h12

      reconnaître une erreur ?

      ne rêvez pas
      ce gars ne fait RIEN au hazard

      il a réussi la moitié du boulot, en plus tous les jours ils ajoutent des brides.
      toujours en marche

        +3

      Alerter
  • aladin0248 // 03.02.2019 à 07h28

    La vision du monde de ce président est réellement effrayante. Quelle incapacité à se remettre en cause ! Il persiste, signe, re-signe. Aucune hésitation, aucune prudence. En fait, une immaturité d’ado qui commence à nous filer les chocottes. Ceux qui l’ont élu auraient pu se douter qu’un homme ayant épousé une femme de l’âge de sa mère puisse bien avoir les fragilités de l’enfant-roi si caractéristiques de ces couples “modernes”. Mais maintenant, comment fait on ?

      +122

    Alerter
    • V_Parlier // 03.02.2019 à 10h49

      En plus il voit des activistes “conseillés par les russes” là où il y a des admirateurs du Maïdan ukrainien glorifié par Fabius: https://www.huffingtonpost.fr/2019/01/02/gilets-jaunes-winter-on-fire-ce-documentaire-sur-lukraine-qui-inspire-ces-deux-figures-du-mouvement_a_23632137/ .

        +20

      Alerter
      • Catalina // 03.02.2019 à 12h10

        V.Parlier,
        ah mais c’est dingue ça !!! comparaison n’est pas raison, en tant que gilet jaune je refuse cette comparaison, l’Ukraine avait de très très importants problèmes de corruption, (notre pays d’ici 10 ans si on laisse faire les multinationales et leurs laquais), et la pauvreté régnait déjà ainsi qu’un retard considérable dans les infrastructures ainsi que leur entretien et /ou rénovation. (notre pays dans 10 ans si tout est privatisé).
        Obama a admis que les USA avaient fomenté le coup d’état en Ukraine, déguisé sous forme de révolution de couleur. Le peuple a été manipulé et cruellement séparé par des intérêts autres qu’ukrainiens. La terre leur a été volée et partagée entre plusieurs “big trust” qui maintenant peuvent laisser “les restes” aux Ukrainiens.
        De plus, les nazis et oui, avaient récupéré des postes imortants au gouvernement provisoire de 2014 et le président actuel de la rada est nazi, d’où la naissance du séparatisme au sud de l’Ukraine, dans le Donbass.
        Donc comparaison n’est pas raison et prendre en référence le maidan comme comparaison est soit une pure manipulation afin de perdre les esprits égarés et peu informés soit une ignorance totale de la part de ces deux “gilets jaunes” quant à ce qu’ a été le maidan.

          +14

        Alerter
        • Chris // 03.02.2019 à 15h11

          La corruption française semble complètement vous échapper.
          La réponse “intuitive” à cette corruption me semble être le RIC demandé par les Gilets jaunes.
          Sauf qu’un RIC ne peut pas grand chose quand les biens publics sont privatisés… sauf à les re-nationaliser !!!
          Ne restent en lice que l’opportunité de toilettes publiques, ronds-points de villages ou quartiers…

            +7

          Alerter
        • V_Parlier // 05.02.2019 à 08h45

          Vous écrivez: ” Le peuple a été manipulé et cruellement séparé par des intérêts autres qu’ukrainiens”.
          Donc raison de plus de s’inquiéter du fait que maintenant quasiment tous les médias mainstream, Apathie et Askolovitch se retournent étrangement contre Macron et ne cachent absolument plus ce qu’ils occulteraient habituellement (bavures, témoignages, etc…). Ne pensez vous pas que la tentative de récupération est déjà à l’oeuvre car Macron n’en fait pas assez pour les “big trusts”? (Ces gens-là sont pressés, rappelons-le. Ils n’ont même pas attendu un an pour la fin de mandat de Ianoukovitch en Ukraine…).

            +1

          Alerter
      • Tepavac // 03.02.2019 à 14h52

        Merci Alfred de rappeler les dégâts de la honteuse manipe de l’information par les médias aux ordres.
        5 années de matraquage mensongé rend difficile la discussion sur l’arnaque de la révolution Ukrainienne.

        Il faut systématiquement les renvoyer sur le dossier établi par o.b., et en espérant qu’ils prennent le temps de le lire.

          +18

        Alerter
    • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 12h24

      @ aladin0248
      je crois que vos analyse pseudo-psychologiques sont désastreuses…
      Moi je vois plutôt une dérive des gilets-jaunes d’un authentique débat politique, vers une espèce de moins-disant, d’indigence intellectuelle compensée par une forme d’agressivité vis-à-vis de tout ce qui n’est pas eux… c’est pas ça la démocratie… la démocratie c’est pas les Gilets-Jaunes contre Macron… les classiques du marxisme nous ont appris que c’est bien plus complexe que ça, la lutte des classes… là, c’est un rétrécissement de la démocratie opéré par des gens qui n’ont qu’internet comme horizon… si les Gilets-Jaunes veulent pas finir tous seuls, ils devraient revenir dare-dare vers le peuple, les 68 millions de français, et arrêter de se croire investis d’une mission messianique de nous représenter…

        +5

      Alerter
      • calahan // 03.02.2019 à 13h29

        vous vous méprenez puisqu’une des volontés du mouvement est d’avoir la main pour le peuple sur les lois pour éviter que les représentés les façonnent pour leurs copains….
        êtes vous conscient du non sens de vos propos ?
        La démocratie représentative ça n’existe pas et ça n’a jamais existé c’est une création idéologique qui permet de maintenir une aristocratie politique industrielle et boursière au pouvoir.

          +24

        Alerter
        • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 13h54

          on connait par coeur les arguments des anarchistes [modéré]… les élections sont des “pièges à cons” et derrière on impose sa volonté à 300 000 gilets-jaunes sans élections… sauf que Macron a eu 21 millions de voix… donc il y a un petit problème…

          Moi je me méfie par nature des anarchistes qui balancent entre le doux rêveur et le petit tyran frustré… on a eu Cohn-Bendit, dans le même genre… des gilets-jaunes à la révolution orange…

          Il y aura des élections en Mai… et c’est une magnifique occasion d’exprimer quelque chose. Histoire de passer des sondages facebook aux urnes… juste pour se rendre compte… et réfléchir sur d’autres bases.

            +5

          Alerter
          • Czerny // 03.02.2019 à 15h09

            Comment exprimer quelque chose de différent avec ceux là mêmes dont on veut se débarrasser ? La définition de la folie, c’est de refaire toujours la même chose, et d’attendre des résultats différents. – Albert Einstein

              +9

            Alerter
          • Narm // 03.02.2019 à 20h31

            Glbert Gracile : on connait par coeur les arguments des anarchistes [modéré]… les élections sont des “pièges à cons”

            tournez le comme vous voulez, nous ne somme pas en démocratie. !!!!

            démocratie definition : Système politique, forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple.

            Selon la célèbre formule d’Abraham Lincoln (16e président des États-Unis de 1860 à 1865) prononcée lors du discours de Gettysburg, la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple »

            nous sommes en :
            ( si vous voulez que le peuple soit souverain, vous devez prendre en compte les demandes de TOUT le monde GJ ou pas !
            “La démocratie représentative a toujours fait l’objet de nombreuses critiques. Outre que la représentativité des élus n’est pas parfaite, en raison entre autres des limites apportées au droit de vote, la démocratie représentative a pour principal inconvénient de confier le pouvoir de décision, non au peuple lui-même comme l’idée de démocratie le suggère, mais aux représentants élus par la population et à des gouvernements désignés au second degré, sans parler de désignations plus indirectes encore dans les organismes d’intérêt public ou dans d’autres institutions. La population est ainsi dépossédée de son rôle de souverain, au profit de ce qu’il est convenu d’appeler le monde politique, dans lequel les partis jouent un rôle important.”

              +5

            Alerter
          • Alfred // 03.02.2019 à 21h05

            Il vous a échappé que Cohn bandit c’est le même camp que Macron. Juste pour situer votre niveau d’analyse..

              +15

            Alerter
      • Julien // 04.02.2019 à 06h53

        @Glbert Gracile

        Grâce à vous, on comprends tout de suite ce qui va se passer dans les mois / années qui viennent : toujours davantage de violence.

        Je reste sur ma théorie : bientôt émergerons des groupuscules “ultra”. Sachant qu’ils seront plus efficaces que les islamistes, je vous laisse imaginer le carnage…

          +3

        Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 03.02.2019 à 20h40

      @aladin0248

      Un peu bas comme argumentaire…”Brigitte, sa mère”…pas très classieux comme point d’attaque. Il y a suffisamment de clichés racistes dans la bouche de Macron pour en rajouter d’un autre type.

      Il vaut mieux décortiquer sa politique inégalitaire exacerbée et infâme envers le peuple français et sa stratégie idéologique de destruction de la république française tant honnie par lui, que de tomber dans les travers que l’on dénonce par ailleurs. Étant donné que Jupiter veut fusionner l’État français dans un empire européen a-démocratique et technocratique parfaitement verrouillé, je vous assure que le reste suivra si l’on fait sérieusement ce travail…

        +5

      Alerter
      • herve_02 // 11.02.2019 à 13h55

        Et bien, moi je me pose la question, pas de l’age de brigitte per se, on s’en fout, mais comment imaginer avoir confiance dans un président qui est marié avec une personne de la génération précédente et qui n’a pas d’enfant.
        Comment imaginer q’il puisse avoir une vision d’avenir alors qu’après lui, il ne laisse rien. Donc oui, je crois que marié avec une personne qui pourrait être sa mère le laisse de facto dans une position d’un enfant immature, tourné vers le passé.

          +0

        Alerter
  • Basile // 03.02.2019 à 07h30

    Merci Olivier de nous avoir déniché cette pépite. Les commentaires, sur Vu du droit (ne les zappez pas) se suffisent à eux mêmes. Y sont soulignées, notamment, les phrases vides de sens, tel cet éclat de rire : les anticorps au système !!!

    on croirait du rap, où sont mis bout à bout, sans queue ni tête, quelques mots savants pour impressionner les gogos.

      +43

    Alerter
    • Sébastien // 03.02.2019 à 12h21

      40 années de gauchisme dans l’Education Nationale. Ça colle pile-poil avec l’âge de Macron…. Et on voit le résultat sur pattes.

        +21

      Alerter
      • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 12h28

        @ sebastien

        les “40 années de gauchisme”, on les voit aussi dans la mentalté arrogante des gilets-jaunes, qui sont parvenus à un degré d’autosatisfaction inquiétant… la réalité, c’est que les gilets-jaunes ont repris des poncifs du gauchisme comme les 99% contre le 1%, qui ne correspondent en rien au marxisme et à la lutte des classes, mais à un succédané post-moderne de pseudo-populisme… Avec Eric Drouet en nouveau Cohn-Bendit, la révolution orange est en marche… et le gauchisme (maldie infantile du communisme, comme disait Lénine), n’est pas là où on le croit.

          +3

        Alerter
        • Sébastien // 03.02.2019 à 12h48

          Ah les anti-cocos primaire, on les voit venir à des kilomètres avec leurs discours obsessionnel. Ça ne rate jamais, surtout dans les commentaires du Figaro.fr
          Vous manquez visiblement de culture politique car les Gilets Jaunes ne sont pas foncièrement anti-capitalistes vu qu’ils réclament juste une part plus grande du gâteau. Succomber aux exigences de la société de consommation, ce n’est pas vraiment être “coco”.
          Quant aux Gauchisme, il est parfaitement compatible avec la société capitaliste. On en a fait l’expérience en France pendant 30 ans, il faudrait un peu ouvrir les yeux…
          Alors si les Gilets Jaunes sont gauchistes, et Macron aussi, il faudra m’expliquer le truc….

            +31

          Alerter
          • astap66 // 03.02.2019 à 23h10

            C’est d’ailleurs pour le moment une limite du mouvement, même s’il progresse sur ce point.
            Le problème n’est plus le partage de la richesse mais celui de son mode de production…
            Comme disait le vieux Marx dans Le Capital, en examinant la tendance historique de l’accumulation capitaliste et la constitution des monopoles :
            “Pour transformer la propriété privée et morcelée, objet du travail individuel, en propriété capitaliste, il a naturellement fallu plus de temps, d’efforts et de peines que n’en exigera la métamorphose en propriété sociale de la propriété capitaliste, qui de fait repose déjà sur un mode de production collectif. Là, il s’agissait de l’expropriation de la masse par quelques usurpateurs; ici, il s’agit de l’expropriation de quelques, usurpateurs par la masse.”.
            Carlos Ghosn est en prison, mais les usines Renault continuent de tourner. Si tout d’un coup on décidait de ne plus verser de dividendes, elles continueraient de tourner.Et si…

              +4

            Alerter
        • Sébastien // 03.02.2019 à 13h26

          Gilbert, un petit quizz?

          Qui a dit: « Je suis prêt à rencontrer, avec un ordre du jour ouvert, des secteurs de l’opposition pour évoquer le bien du Venezuela, la paix et l’avenir »?
          1- Emmanuel Macron
          2- Nicolas Maduro.
          Je vous aide: il y a un indice, au cas où….

          Edit: je ne peux m’empêcher d’enrichir ce petit quizz, c’est de la gourmandise, je sais:

          “« Ce serait très bien s’il y avait des élections anticipées au parlement vénézuélien, ce serait une bonne forme de débat politique et une solution par le biais du vote populaire. J’accepterais les élections législatives, par un décret de l’Assemblée nationale constituante, ce qui servirait de soupape de sécurité à la tension créée par le coup d’état impérialiste au Venezuela », a déclaré le président.

          Alors? Faut-il renverser le Président Macron ou le Président Maduro?

            +36

          Alerter
          • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 14h00

            Sébastien… un petit quizz… qui a écrit “le gauchisme, maladie infantile du communisme” ?

              +2

            Alerter
            • Sébastien // 03.02.2019 à 14h10

              C’est censé être un argument contre quoi? En faveur de quoi? Il est où votre raisonnement?Vous savez qui vous citez pour tenter de vous en sortir? Ça ne vous pose pas de problème?
              Depuis le début j’ai cité le gauchisme comme phénomène ayant mené à Macron. Et donc, maintenant, vous me répondez en allant dans mon sens. Marron n’est ni communiste, ni libéral. Il est un employé de banque au sens littéral, alors que ces prédécesseurs n’étaient qualifiés de marionnettes des capitalistes qu’au sens figuré. On peut aussi reparler de Pompidou. Il y a des “loops” assez parlants et assez gênants tout de même…
              Vous voulez que j’appelle les pompiers ou bien?
              Le plus triste, c’est que vous croyez m’avoir ou vous en sortir par des pirouettes. En gros, vous me prenez pour un con. C’est un peu insultant aussi. Faut pas venir ensuite vous plaindre qu’on enfile des Gilets Jaunes: tout est entièrement votre faute, puisque vous légitimez la place de Macron. Il faut prendre les responsabilités qui vont avec ou partir. Bref, avoir un comportement d’adulte, [modéré]

                +22

              Alerter
            • BenL // 04.02.2019 à 00h37

              @Sebastien
              Je lis vos commentaires concernant l’article et je les trouve…comment dire…passeistes… version 19eme siecle en gros.

              Je crois que vous avez besoin d’aide pour vous amener au 21eme siecle…petit a petit.
              Pour ce faire, je vous soumets ce quizz etant donne la tendance:

              Qu’est-ce une societe civile dite evolutive:
              1) Venezuela style Maduro,
              2) Chine version Xi Ping
              3) Russie version Poutine
              4) US version Trump

              Qu’est-ce une entreprise modele (dans tous les sens du terme) en 2019 ?
              1) Amazon,
              2) GE,
              3) SNCF,
              4) Air France,

              PS: Je vous donne un indice, il va falloir les inventer.

                +0

              Alerter
      • Micmac // 03.02.2019 à 15h12

        “40 années de gauchisme dans l’Education Nationale.”

        C’est une plaisanterie? Du temps ou les instits, les profs et la hiérarchie de l’éducnat était majoritairement de gauche ou très à gauche, on avait un système éducatif de qualité, exigeant et égalitaire. C’est bien la révolution conservatrice libérale qui fout le système en l’air, surtout depuis 20 ans.

        Vous croyez vraiment que les hauts fonctionnaires de l’Éducation Nationale sont des gauchistes? Je vous rassure, c’est tout le contraire.

          +20

        Alerter
        • Sébastien // 04.02.2019 à 02h54

          Bien sûr, et le syndicat de la magistrature, c’est aussi des ultra-droitistes!
          Vous êtes super-Plaisantin si je suis plaisantin.

            +0

          Alerter
          • Yannis // 05.02.2019 à 19h56

            Les obsessions des uns et des autres sur les forums prouve que la presse citoyenne, libre, impartiale et indépendante ce n’est pas encore pour demain…

            Le délabrement de l’EN, c’est la faute aux profs syndiqués à gauche, c’est cela ouiiii. Dites-moi, des instits ou profs, à part dans votre scolarité, vous en avez croisé beaucoup ensuite dans votre vie ?

            Les théories de l’ultralibéralisme et la politique du nombre, des programmes apauvris, refaits à la sauce manageriale, des évaluations bloquées sur les “compétences” des futurs employés-esclaves, désormais incapables, faute de connaissances générales suffisantes, d’avoir une vue d’ensemble de n’importe quelle situation, ni de fournir un raisonnement, une critique argumentée, plus les très mauvaises conditions de travail pour les profs débutants, c’est ce qui a tué une de nos plus belles institutions.

              +0

            Alerter
    • calal // 03.02.2019 à 13h53

      Il s’agit de marketing et de techniques de persuasion moderne.Il s’agit de d’aligner des “mots cles” qui allumeront des “circuits” dans les cerveaux de certains auditeurs, les plus influencables, une sorte d'”hypnose”. Ces phrases et mots cles ne visent pas les auditeurs les plus politises,ceux qui reflechissent, mais les grandes masses.
      Le probleme du systeme c’est le choc avec le reel ,c’est a dire la ruine du pays, car “ventre affame n’a pas d’oreilles”: le systeme va donc se transformer de machine a propagande en distributeur de coups de baton…

        +15

      Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 03.02.2019 à 20h44

      @ Basile

      En plus, le président E.M se trompe !

      ANTICOR : ” Contre la corruption, pour l’éthique en politique ”

      https://www.anticor.org/

        +2

      Alerter
  • Dissy // 03.02.2019 à 07h37

    Stupéfiantes…cherchez bien,c’est le cas de le dire.

      +9

    Alerter
  • Vercoquin // 03.02.2019 à 07h43

    Il est malade. Très gravement malade.

    Un peu schizophrène, “je suis gilet jaune”.
    Un peu parano, il met en garde contre la «fachosphère» et la «gauchosphère» qui ont surinvesti les réseaux sociaux.
    Monomaniaque, “C’est Russia Today, Spoutnik, etc.” Russophobie patente.
    Liste non exhaustive.

    Merci Le Point et Paris Match de nous relater cette rencontre hautement instructive entre le roi soleil et ces Diafoirus de supermarché. Au moins, ils nous permettent de constater les symptômes.

    Merci à “Vu du droit” d’identifier cette maladie: “célézautres”.

    Il nous reste à préconiser un traitement, un remède.
    Ou à prier pour une rémission rapide.
    Je ne peux pas prier puisque je ne suis ni croyant ni non-croyant,
    mais “non-sachant”.
    Advienne que pourra.

    PS, Il faudrait lire le texte complet pour l’analyser phrase par phrase.
    Mais déjà, avec ce qu’on a ici on observe les délires d’un égo pas bien dimensionné.

      +80

    Alerter
    • Igor // 03.02.2019 à 09h28

      Ce type a un talent fou : il nous fait regretter Hollande….
      Il est peut être psychopathe, un professeur italien a tenté une explication sur youtube, les faits semblent lui donner raison.

      Bon, il y a 40 000 à 50 000 ultras chez les gilets jaune, compte tenu du nombre de manifestants dénombré par le regime, soit tous les gilests jaunes sont “ultras” soit les chiffres sont faux. Il nous informe qu’il ne croit pas aux sondages, il est bien placé pour le savoir, il a surement raison, on ne croit pas non plus à sa côte de popularité. …
      Pour le citoyen il reste deux solutions :, soit acheter des armes et s’en servir et construire une organisation politique..soit adhérer directement à un parti d’opposition, c’est facile il n’y en a qu’un, et pour le reconnaître c’est le seul qui est censuré par les médias, on evite ainsi une dépense onéreuse.

        +46

      Alerter
      • Lo // 03.02.2019 à 15h02

        La diversité de l’opposition est plus efficace que l’enfermement de celle-ci dans LFI. Certains ne s’y reconnaîtront (à tort ou à raison) jamais. Pourquoi ne pas se concentrer sur l’essentiel : dégager les partis de gouvernement du pouvoir quel qu’en soit le prix électoral pour accéder à un peu de démocratie ? A ce moment là on pourra alors faire la fine bouche.

          +5

        Alerter
        • Narm // 03.02.2019 à 21h27

          comment ?

          comment ?

          oui mais comment ?

            +1

          Alerter
          • Yannis // 05.02.2019 à 22h30

            C’est comme au supermarché, l’offre n’est pas encore suffisante, elle ne sera jamais suffisante. Pour les conditionnés de la consommation, il faut du turn over, un changement régulièrement des produits ou des infos, ici des partis politiques (combien en 30 ans de néolibéralisme ?) pour ne pas tomber dans l’ennui… de lire un programme politique.

            Mais c’est vrai que Dégagisme, ça sonne bien comme nom de parti, avec 0 candidats et 0 adhérents, et le désert de la table vide comme unique horizon.

            La diversité, qui de mieux que le transparti, transprésident Macron pour illustrer les bienfaits d’une telle diversité de pensée, au point qu’on en vient à se demander ici si elle n’est pas complètement schizo…

              +0

            Alerter
    • Dagobert // 03.02.2019 à 10h57

      “non sachant” , ça se dit “agnostique” en philosophie . C’est-t-y-pas mieux ? …:-)

        +5

      Alerter
      • Vercoquin // 03.02.2019 à 17h20

        Non, ce n’est pas mieux. Ne transformez pas ma pensée.
        Le Larousse dit:
        Agnosticisme, Doctrine qui considère que l’absolu est inaccessible à l’esprit humain et qui préconise le refus de toute solution aux problèmes métaphysiques.
        Je ne sais pas si l’absolu est accessible à l’esprit humain.
        Existe-t-il des solutions aux problèmes métaphysiques ?
        Je ne sais pas. Un point c’est tout.

          +3

        Alerter
    • Jac // 03.02.2019 à 15h34

      Schizophrène, parano ou monomaniaque : probable

      Mais Ignorant (j’insiste sur la majuscule) : c’est absolument certain.

      Je vous invite à lire mon commentaire sur ce sujet -14h08- (s’il peut vous intéresser) en réponse à Kasper -07H15-
      pour m’éviter d’argumenter une nouvelle fois sur mon propos.

      Il est long (en 2x) mais difficile d’argumenter brièvement sur un sujet aussi complexe que l’ignorance.

        +3

      Alerter
    • Jac // 03.02.2019 à 15h41

      “avec ce qu’on a ici on observe les délires d’un égo pas bien dimensionné.” : j’adore cette phrase. Bien plus pertinente que “égo surdimensionné” qu’on lui prête souvent

        +2

      Alerter
      • Jac // 03.02.2019 à 15h44

        un “égo surdimensionné” est, par ex, un dictateur.
        un “égo pas bien dimensionné” est, par ex, un pantin.

          +5

        Alerter
        • NICOLE DE NICOMAQUE // 03.02.2019 à 20h59

          Moi, ce qui m’étonne tout de même un peu chez ce monsieur formé dans “les grandes écoles”, c’est son racisme envers nos compatriotes de culture Rom. Décidément, les clichés ont la vie dure !

          C’est bien triste et assez ignoble quand on pense que c’est le même type qui a osé remettre “positivement” en circulation le nom du maréchal-dictateur Pétain…(!), celui qui envoya à la mort directe par convois ferroviaires, des centaines de milliers de Roms – hommes, femmes, enfants – pour se faire gazer dans les camps d’extermination allemands.

          Je remercie M.Berruyer d’avoir rappelé l’Histoire du XX° siècle à un président français ignare et qui s’imagine encore au XIX° siècle ; ce siècle où pullulaient dans “les hautes sphères” d’alors, le racisme biologisant avec toutes ces fakes news, ces fausses théories biologico-essentialistes racistes qui ont ravagé un siècle plus tard, la planète entière.

            +10

          Alerter
          • Narm // 03.02.2019 à 21h40

            j’avais aussi relevé racisme, j’hésite avec mépris des “petits” (Jojo et autre..)

            à l’assemblée nationale, ils ont parlé il y a 3 jours de lois dignes de Vichy ….

              +6

            Alerter
            • NICOLE DE NICOMAQUE // 04.02.2019 à 20h32

              @ Narm – Oui, vous avez raison. Monsieur Charles de Courson restera comme étant le seul ” centriste ” qui aura sauvé l’honneur de sa classe, tandis que celle-ci sombrait dans l’autoritarisme nihiliste. Il n’y a qu’ à voir la perquisition aujourd’hui à ” Mediapart ” pour comprendre où cet étrange régime verse…

                +3

              Alerter
    • land plao // 03.02.2019 à 16h44

      @Vercoquin… je ne suis vraiment pas un fan de macron et je ne suis pas de droite du tout mais pour ce qui est de vos exemples, en dehors du “je suis un gilet jaune” (qui n’est sans doute qu’un bon mot) il faut reconnaître qu’il a plutôt raison.

      De fait les réseaux sociaux permettent évidemment une propagande à peu de frais, idéal pour les petits groupes, les petites structures (qui s’en donnent à coeur joie bien sûr, faudrait vraiment être con…) et dans mon entourage (généralement plutôt très de gauche) je ne compte plus les gens qui consultent les médias russes alors qu’il ne le faisait pas du tout il y a un an ou deux, je ne vois vraiment pas en quoi c’est être russophobe que de le constater. mais quoi qu’il en soit il faudrait vraiment être naif pour ne pas se soucier d’une stratégie médiatique russe qui cache évidement une stratégie politique (latente ou pas). si Macron ne s’en inquiété pas il serait clairement un très mauvais président.

      Bref, vous avez trouvé votre nouveau punching ball, grand bien vous fasse (il sert un peu a ça aussi peut être), mais un peu de recul ne vous ferait peut-être pas de mal non plus.

        +2

      Alerter
      • Jeanne L. // 03.02.2019 à 20h50

        “Consulter les médias russes” cela ne veut rien dire. Quand je lis le Figaro ou l’ Humanité ,je lis les “médias français” et ils me disent parfois un peu des choses différentes parcequ’ils sont à deux extrêmes, mais les médias du médiocre milieu qui se veulent objectifs!
        Personnellement oui, je consulte les médias russes, ceux officiels comme RT ou Spoutnik en français mais aussi en russe tant bien que mal, Tass, ou le site du parti communiste de la fédération de Russie, ou “colonel cassad”, la perspective n’est pas la même,et je ne les approuvent pas tous loin s’en faut, les présupposés idéologiques des chroniques très différents les uns les autres, mais toujours on voit qu’il y a là une vision très différente de la vision parfaitement univoque des médias français qui ne citent souvent que “leurs” sources comme référence comme pour la Syrie “l’observatoire” de la Syrie. j’aime voir les cartes que donnent les médias russes plus explicites,que ce qu’on a ici uniquement dans des journaux très spécialisés.
        Arrêtons ce délire sur les Russes, si les points de vue divers et les argumentations des uns et des autres nous étaient présentés par les journalistes Français nous n’irions pas les lire effectivement, et penser qu’on rétablit la vérité avec leurs trucs de “fake news” c’est se moquer du peuple, je dis bien du peuple et pas de moi…
        Quand en plus ils me font la leçon, je vois rouge et je suis prête aussi dorénavant à voir jaune …

          +13

        Alerter
      • NICOLE DE NICOMAQUE // 03.02.2019 à 21h08

        @ land plao

        Benjamin Griveaux, sors de ce corps !

        Il faudra m’expliquer en quoi la Russie actuelle est un danger pour l’Humanité ; peut-être alors avancerons-nous sur un terrain d’échanges plus raisonnable. Au vu de la planète à feu et à sang depuis pas mal de temps déjà et des millions de morts civiles dans des guerres impériales illégales, je m’étonne que vous cibliez ce continent plutôt qu’un autre au mépris des faits. Pourquoi répéter ce que l’on vous dicte de dire ?

          +11

        Alerter
        • land plao // 04.02.2019 à 00h18

          – Commencer par m’expliquer pourquoi vous me parlez de la Russie comme d’un danger pour l’humanité, moi je ne l’ai pas fait il me semble.

          – Je ne cible pas ce continent plutôt qu’un autre je commente le commentaire de @vercoquin faisant référence au propos de Macron sur l’influence de certains médias russe.

          – “Pourquoi répéter ce que l’on vous dicte de dire ?”
          Alors celle-là c’est la meilleure ! C’est vrai que vos propos, à défaut de viser dans le mille, sont d’une originalité remarquable !

            +2

          Alerter
      • Sara // 05.02.2019 à 19h40

        Encore un qui nous explique, “je ne suis pas fan de macron…” mais qui poursuit par une apologie sans faille de ce dernier. Arrête de nous prendre pour des buses l’ami…

        Les gens consultent les médias “russes” car, avec d’autres, non russes (mais donc pour vous complotistes je suppose ?), ils offrent une vision plus réelle de notre société que les médias achetés (et ça n’est pas une façon de parler ou un tour de parole conspirationniste comme vous pouvez aisément le vérifier).
        Quant à Macron, il n’a rien d’un punching bag mais tout d’un mauvais président qui détricote les acquis sociaux français, à la tête d’un système politique qui se mord la queue et entretien une inquiétante confusion des genres et surtout des pouvoirs.

        Alors oui, vous pouvez continuer à la ramener avec vos salades, mais plus personne ne vous écoute. Il ne suffit pas de prendre un air suffisant et cognoisseur pour faire effet, il faut aussi dire un minimum de choses, et un minimum de vérité.

          +0

        Alerter
  • DUGUESCLIN // 03.02.2019 à 07h47

    Un narcissique n’accepte pas la remise en cause de ce qu’il voit en lui-même. Il ne veut pas être jugé sur ce qu’il fait mais sur ce qu’il est persuadé qu’il est.
    Ce n’est donc pas “ce qu’il fait” qui compte, puisqu’il le fait selon ce qu’il est “convaincu qu’il est”.
    Ceux qui remettent en cause ses choix et décisions ne peuvent être que des méchants qui s’attaquent en vain et méchamment à ce qu’il est.
    Au début il y a “moi”, puis on évolue vers “moi et les autres”, puis, avec la maturation,vers “les autres et moi”, et enfin la maturité fait qu’il n’y a plus “que les autres”. C’est cette maturité qui incombe à un chef d’état qui ne roule
    plus pour lui depuis longtemps, ni pour ceux qui voient en lui l’image dont il est convaincu, mais pour les autres, parce que les autres sont plus importants que sa petite personne puisque c’est pour eux qu’il est devenu chef de l’état.
    C’est une condition nécessaire et indispensable pour remplir cette fonction.
    Au stade deux de l’évolution “moi et les autres” la maturité n’est pas suffisante.
    C’est pourquoi ce narcissique est dans la défense de lui-même, dans le “célézautres” avec un risque de “jusqu’auboutisme”

      +41

    Alerter
    • DUGUESCLIN // 03.02.2019 à 08h06

      Post Scriptum:
      Ceux qui ont fait sa promotion le savent. Pour le moment, ils savent qu’ ils ne risquent pas d’être trahis et remettront les couches utiles pour continuer dans cette voix. Ils ont fait le bon choix. Mais à notre détriment, sans pitié ni regrets, quitte à massacrer. Comme en Serbie, en Irak, en Libye et ailleurs.

        +42

      Alerter
      • DUGUESCLIN // 03.02.2019 à 09h53

        Eric Drouet serait donc un “produit médiatique”? Ce qui, évidemment, n’est pas le cas d’Emmanuel Macron, qui est sorti spontanément de l’inconnu, sans le moindre soutien médiatique, grâce à son aura exceptionnelle comme seule explication.
        Accuser les autres de ses propres défauts est également une caractéristique de “célésautrespamoi” des narcissiques.

          +86

        Alerter
    • Dune // 04.02.2019 à 09h33

      Excellente et synthétique description du fonctionnement du pervers narcissique. Merci !

        +0

      Alerter
  • Alfred // 03.02.2019 à 07h52

    Macron le timbré
    Macron le syphoné
    Macron le dingo
    C’est un nouveau coup de russes! Ils sont trop forts ces russes: ils ont réussi à faire dire des insanités à not’ bon président (et dans des médias “français” en plus. Et pendant des mois).

      +78

    Alerter
  • Isabelle Rêvolutopiste // 03.02.2019 à 07h55

    qui veut être à l’initiative d’une pétition genre: au nom des Français signataires,
    Nous demandons secours aux états tiers de nous délivrer du joug politique de monsieur Macron et désigner François Boulo porte parole du mouvement des gilets jaunes pour un gouvernement transitoire
    juqu’à retrouver notre souveraineté démocratique politique et économique
    Nous nous engageons à assumer le pouvoir sans haine et sans violence mais à condamner à des travaux d’intérêt général tous ceux qui auront d’une façon ou d’une autre trahi l’intérêt général Français
    tout citoyen même non inscrit sur les listes électorales en 2019 pourra s’inscrire pour voter à la proportionnelle pour un représentant de son choix aux législatives, représentant qui, engagé pour son programme pourra être démis de ses fonctions s’il refuse d’être filmé et contrôlé lors de négociations ou lors de son mandat, etc

      +33

    Alerter
    • Narm // 03.02.2019 à 21h57

      je signe des deux mains
      Ce François Boulo vaut son poid en or

        +4

      Alerter
    • Shan // 04.02.2019 à 00h29

      Je suis pour, je signe une telle pétition, François Boulo serait un très bon porte parole.

        +3

      Alerter
  • Kiwixar // 03.02.2019 à 07h56

    Un mélange de OSS117 et de François Pignon.
    Une belle tête de vainqueur.
    Il va nous falloir le retour de François Hollande pour remonter la pente…

      +31

    Alerter
    • Lo // 03.02.2019 à 15h14

      Quel manque d’ambition !
      Hollande est un des pères de Macron.

        +4

      Alerter
  • Vladimir // 03.02.2019 à 07h58

    Aux mauvais danseurs ce sont leurs coucounettes qui les empêchent de danser!
    Je n’ai rien d’autre qu’à lui répondre par une courte de mon livre sur l’humour russe qui je peine à sortir: “Message enregistré sur le répondeur de l’Ambassade de Russie en France : Bonjour, vous êtes à l’Ambassade de la Fédération de Russie en France. Pour un coup de fil d’un de nos diplomates à vos concurrents politiques, appuyez sur la touche un. Pour le service « Russian hackers for You » appuyez sur la touche deux. Pour l’ingérence dans les élections, appuyez sur la touche trois et attendez le début de la campagne. Dans le but d’améliorer nos services, toutes les conversations sont enregistrées ! »

      +54

    Alerter
  • Aquitanis // 03.02.2019 à 07h59

    Et voilà ce que donne les résultats de la démocratie représentative : Vous donnez les clés à un gus et à son ” équipe” pendant 5 ans et advienne que pourra.
    OK, c’est un peu schématisé mais à peine 🙁 !

      +57

    Alerter
    • calal // 03.02.2019 à 19h16

      ben oui,c’est pour ca qu’on reflechit avant de voter ou de signer un contrat: “un credit vous engage et doit etre remboursé”…
      bienvenu dans le reel ou il y a des coins qui font mal…
      il parait qu’etre capable de se projeter dans l’avenir est un signe d’intelligence…

        +2

      Alerter
      • NICOLE DE NICOMAQUE // 03.02.2019 à 21h23

        Projection dans l’avenir :

        Elections européennes / Campagne électorale du 23 Mai 2019 au 26 Mai 2019.

        N’attendons pas ces trois jours pour nous faire une idée. Commençons à nous interroger sur notre action future dès maintenant !

          +4

        Alerter
  • Alfred // 03.02.2019 à 08h09

    Il faudrait quand même lui dire, au scarifié du bulbe, qu’une forme d’anticorps contre l’autoritarisme parmi d’autres dans notre pays s’est retrouvé nommée “gilets jaunes”…
    L’air de rien il nous annonce le prochain serrage de vis totalitaire le gugusse: mise au pas des fonctionnaires, censure de l’information, etc..
    Le demi habile nous annonce même ce qui arrangerait: qu’on se dise “mais c’est vrai les gj oublient l’Europe” (se positionner en champion de l’Europe contre les méchants xénophobes pour grappiller 5points). Ben non l’Europe néfaste n’est pas oubliée mais c’est toi qui les en musique. C’est toi le responsable (modéré)

      +43

    Alerter
  • Fritz // 03.02.2019 à 08h11

    Proposition 1 : “les Gilets jaunes, c’est les Russes, les gauchos, les fachos”
    Proposition 2 : “le complotisme nourrit l’autoritarisme”

    Vous montrerez en quoi le rapprochement de ces deux propositions annonce une dérive autoritaire du président français.

      +47

    Alerter
    • tepavac // 03.02.2019 à 09h45

      J’ai, de même, tiqué sur la phrase, car elle concentre et explique l’ensemble d’un discours très orienté sur l’illégalité supposée du principe d’égalité devant la loi.

      ” Il doit y avoir une capacité à rehiérarchiser les paroles. Ça, c’est fondamental. Parce que, sinon, le complotisme nourrit l’autoritarisme. »”

      C’est que dit le président tout le long de cet entretien, la parole des uns ne vaut pas celles des autres !

      Alors oui, cela fait réagir dans un soubresaut médiatique l’agonisante démocratie, mais au fond, dans les faits, il a raison, le choix démocratique du peuple Grec face au “traité félon” montre à l’évidence que la plèbe n’a pas son mot à dire sur le choix de son destin, elle est propriété exclusive de la plus haute “autorité” telle que défini par le traité, la CEE.

        +27

      Alerter
    • Léonie // 03.02.2019 à 15h30

      En bref, le “citoyen lambda” n’a qu’à fermer sa gueule.

      Nous étions dans un fascisme “doux”, mais maintenant on enlève les gants et on passe aux choses plus sérieuses avec un bon tour de vis : armes anti-manifestants, manifestations à faire “autoriser” (alors quoi, comme en Russie ? 😉 ), et surtout, censure tous azimuts !

        +15

      Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 03.02.2019 à 21h30

      @ Fritz

      Question subsidiaire :

      ” Vous montrerez par ailleurs pourquoi le président E.M se sent obligé de dénigrer la communauté Rom en lui déniant de savoir parler français et en quoi cette saillie raciste “par la bande”, sert son projet de renforcement autoritaire – digne de la dictature de Vichy d’après le député centriste M.Charles de Courson – et verrouille celui-ci en flattant subliminalement les bas instincts de celles et ceux dont il souhaite consciemment et ardemment les suffrages aux prochaines élections européennes ?

        +6

      Alerter
  • Capitàn // 03.02.2019 à 08h13

    Merci, très belle plume toujours.
    Constat très juste dans la paranoïa et le délire qui le pousse à ne surtout pas accorder de crédibilité au fait qu’il ne comprenne rien à ce pays qu’il aime tant et qu’il veut sauver.
    Voilà cela résume tristement, si besoin en était encore, la victime qui nous sert de president, le pauvre petit manu et sa Brigitte, persécuté par les vilains pas beaux.
    Poutine doit bien se marrer si ce genre de connerie lui arrivent aux oreilles, ce dont je ne doute pas.
    En 2019, la Russie reste encore le Boogy man, on a l’impression d’entendre une victime des heures sombres du communisme.
    Allez Brigitte, couches ton avorton, chantes-lui une berceuse, il a besoin d’une bonne dizaine d’années de sommeil avant sa puberté.

      +30

    Alerter
  • Basile // 03.02.2019 à 08h18

    qu’est-ce qu’il connait du langage de Gitan ? Ils ont été dans les mêmes écoles que tout le monde, ils parlent un français parfait, avec l’accent de leur région.

    je peux lui montrer des Italiens et des Espagnols, nés dans les baraques des zones autour de Paris dans les années 30. Il en est de même.

      +53

    Alerter
  • guenievre // 03.02.2019 à 08h23

    Franchement, cet homme est d’un cynisme incommensurable !
    “Ce n’est pas moi, ce sont les autres, les russes et l’extrême droite. Ce n’est pas ma faute. Je suis un incompris, on interprète mes paroles. Ce que je veux, c’est le bonheur du peuple français.”
    Bin voyons, on va y croire ! Il veut notre bonheur malgré nous, il sait comment nous l’obtenir. C’est pourquoi, Jojo avec son gilet jaune, est étouffé par les taxes à tout va, et il en résulte la perte considérable de son pouvoir d’achat. Mais, c’est connu ça, les Jojo avec leur gilet jaune, sont beaucoup plus nombreux que les ultras riches, ses amis. Donc, taxons les ces Jojo, ça rapporte nettement mieux.

      +44

    Alerter
  • Albert-Nord // 03.02.2019 à 08h26

    Moi, je l’adore notre Président. C’est un monument d’autiste incapable de sortir de sa pensée circulaire et de son narcissisme. Cerise sur le gâteau républicain, tout son entourage est à son image !
    On a tiré le gros lot en mai 17 et c’est le meilleurs remède qui pouvait arriver aux français, ce grand corps collectif que je pensais mort, dissout, enterré.
    Un autre président que lui, mieux roué, aurait fait le même job, mais avec un agenda différent et de grosses papouilles en nous disant combien il nous aimait. Le suppo serait mieux passé et son mandat aurait pu tenir 5 ans à nous endormir encore.
    Avec mon Président chéri on gagne 5 ans ; les français se sont réveillé grâce à lui. Certes ils ne sont pas encore totalement debout, mais le processus est en cours et il n’est pas près de s’arrêter quelques qu ‘en soient ses formes à venir.
    Merci Président !

      +100

    Alerter
    • Milsabord // 03.02.2019 à 10h00

      En réalité le système de la démocratie représentative de la 5ème République organise la sélection par la compétition des plus avides de pouvoir, des plus narcissiques. C’est pourquoi on observe une croissance exponentielle du narcissisme des présidents corrélative d’une désinhibition parallèle, de Mitterand en Chirac, de Sarkozy en Hollande jusqu’à l’enfant-roi évidemment pathologique. Question : assiste-t-on à une falaise de Sénèque du narcissisme présidentiel ?

        +23

      Alerter
      • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 13h03

        les français eux-mêmes sont dans un processus de désihibition pathologique narcissique évidente… à commencer par les gilets-jaunes qui se prennent pour les sauveurs (autoproclammés) du monde et du peuple… c’est la culture facebook, qui a magnfiquement succédée à la culture de la télé-poubelle… Macron n’a rien à voir là-dedans… à moins de se faire un trip “pharmakôn” sur le bouc-émissaire…

          +2

        Alerter
        • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 13h26

          des gilets-jaunes à la révolution orange en marche… Eric Drouet c’est Cohn-Bendit

            +0

          Alerter
        • Pierre // 03.02.2019 à 17h08

          Il est trés bien ce Glbert (inscrit trop vite, oublié le ‘i’) avec tous ses éléments de langage. Qui vient parler démocratie alors que ce terme galvaudé est enfin remis en cause parcequ’on oublie toujours le ‘representative’ qui le suit et qui en fait quelque chose qui n’a rien de démocratique.
          Vraiment trés bien. On dirait du sous-macron, ce qui ne fait pas grand chose à l’arrivée. Et çà c’est vraiment efficace pour bien finir de présenter ceux qui soutiennent le systeme comme des valets et des majordomes plus ou moins naturels. Continuez, vous êtes comme Macron qui dès qu’il l’ouvre envoie quelques milliers de gens de plus de l’autre coté de la barrière
          Respectez ceux qui nous chient sur la gueule et qui matraquent ceux qui protestent. Traitez les de fachos/gauchos/agents de l’etranger. on se dirait dans Tintin chez les soviets

            +27

          Alerter
  • Fritz // 03.02.2019 à 08h26

    Jojo le gitan
    Jojo le manipulé
    Jojo les grosses paluches

    Manu le mignon
    Manu le chouchou
    Manu les mains délicates

    Beau match en perspective… Messieurs les flics, veuillez descendre du ring s’il vous plaît.

      +39

    Alerter
    • Basile // 03.02.2019 à 08h37

      du Manu chouchou, j’en ai assez soupé, et j’en ai cure, du Manu, mains délicates ou pas.

        +4

      Alerter
      • NICOLE DE NICOMAQUE // 03.02.2019 à 22h04

        Au moins, les siennes n’ont pas été arrachées …il peut encore jouer du piano et quotidiennement de la flûte…

          +8

        Alerter
        • Fritz // 03.02.2019 à 22h17

          Manu joue surtout du pipeau.

            +6

          Alerter
      • Gibbs17 // 04.02.2019 à 10h05

        Et Manu curé… Oui !
        Manu en curé, avec une calotte !

          +0

        Alerter
  • Graindesel // 03.02.2019 à 08h51

    Macron : « Éric Drouet est un produit médiatique ».

    Par quelqu’un qui sait de quoi il parle.

      +56

    Alerter
  • Denis Monod-Broca // 03.02.2019 à 08h52

    Nous sommes loin du « vœu de vérité » formé pour nous le 31 décembre.
    Cette « hiérarchisation des paroles » selon leur degré de légitimité est une négation de leur degré de véracité, autrement dit un renoncement à la vérité et une acceptation de la raison du plus fort.

      +23

    Alerter
  • Eric83 // 03.02.2019 à 08h53

    Chacun peut constater que le comportement de Macron fonctionne selon le triptyque bourreau-sauveur-victime, caractéristique des pervers-narcissiques et force est de constater que Macron en est l’archétype même.

    Macron, qui a notamment dit que “des gens ne sont rien”, se fout éperdument de la souffrance qu’il inflige directement avec ses petites phrases méprisantes et/ou avec sa politique qui conduit de plus en plus de citoyens à la précarité, la pauvreté, à la misère et à l’exclusion…sans parler des blessés parmi les Gilets Jaunes.

    Au sujet de la répression des GJ’s, il a annoncé la couleur “Mais il prévient qu’il sera «sans états d’âme» quant au maintien de «l’ordre». Quand le PN n’arrive plus à soumettre ses proies par l’emprise psychologique, il emploie la force.
    Pour le fait que Macron soit “sans états d’âme”, nous pouvons en être convaincu, qu’il s’agisse du maintien de l’ordre ou de tout autre sujet.

    Je suis d’ailleurs convaincu que ceux qui ont porté Macron à la présidence l’ont fait en toute connaissance de cause car il leur fallait un PN, dénué de toute empathie et prêt à sacrifier tous ceux qui se mettraient en travers de sa route, pour mener la politique qu’il mène, casser la nation et casser le modèle social français.

    Tant que Macron restera Président et Macron fera tout pour conserver le pouvoir, nous pouvons avoir une certitude, son comportement méprisant et arrogant ainsi que sa politique mortifère pour le peuple ne changeront pas.

      +40

    Alerter
    • Yann06 // 03.02.2019 à 12h47

      Bonjour,

      Je suis entièrement d’accord avec ce que vous écrivez.

      Ce que je trouve effrayant, par contre, c’est qu’on soit rendu aujourd’hui, à utiliser des catégories psychiatriques
      pour caractériser l’action du chef de l’Etat et de son gouvernement, et pas ses orientations politiques.

      Ce type est tellement cintré que je ne voit que la destitution (je crois que cela existe dans la Constitution pour
      des cas très précis visant la santé du chef de l’Etat et donc son intégrité), pour sortir de la crise actuelle sans trop
      de dommage.

        +17

      Alerter
      • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 13h08

        @ yann06
        “Ce que je trouve effrayant, par contre, c’est qu’on soit rendu aujourd’hui, à utiliser des catégories psychiatriques
        pour caractériser l’action du chef de l’Etat et de son gouvernement, et pas ses orientations politiques.” …
        peut-être que ça arrange certaines personnes qu’on en soit rendu là, a cet appauvrissement du débat politique… Mélenchon caractérise depuis 18 mois la politique de Macron sur des thèmes politiques et refuse la “psychologisation de la politique”… la psychologisation de la politique est un marqueur de l’oligarchie… le fait que les gilets-jaunes soient tombés dans ce travers, montre qu’ils sont sous influence…

        @ Eric83
        “Je suis d’ailleurs convaincu que ceux qui ont porté Macron à la présidence l’ont fait en toute connaissance de cause car il leur fallait un PN, dénué de toute empathie et prêt à sacrifier tous ceux qui se mettraient en travers de sa route, pour mener la politique qu’il mène, casser la nation et casser le modèle social français.”

        ça fait 21 millions de français… ⅓ de la population totale… on est pas loin du trip des Khmer-rouges…

          +1

        Alerter
        • Eric83 // 03.02.2019 à 19h08

          En évoquant ceux qui ont porté Macron au pouvoir, je parle bien entendu de l’oligarchie qui l’a financé, soutenu et vendu comme un paquet bonux aux citoyens. Les 21 millions que vous évoquez sont ceux qui se sont fait séduire et/ou berner et qui n’avait pas perçu le comportement de Macron.

          Par ailleurs, la “psychologisation de la politique” n’a aucun sens. La psychologie d’un individu, si, et en l’occurrence, comprendre celle de celui qui a été mandaté comme Président de la République est extrêmement important.

            +14

          Alerter
          • Yann06 // 06.02.2019 à 20h29

            Tout à fait,
            Macron nous a été vendu au forceps médiatiques, soit disant venu de nul part (Ministre de l’économie et des finances, précédemment porte parole de l’Élysée sous Hollande), le type n’est finalement que le plan B de Hollande, discrédité, à droite, mais surtout à gauche.
            Il faut relire les analyses d’ACRIMED sur l’avant élection, et le rouleau compresseur médiatique pour faire élire le petit prince, sans parler du coup de Jarnac d’imposer un second tour avec Marine LE PEN comme challenger (victoire assurée), plan de Hollande s’il avait pu se présenter.

            Pour le côté psychologique, nous savons tous aujourd’hui que pour arriver à un tel niveau de responsabilité, il faut avoir un “appareil psychique” très particulier.
            De Gaulle avait une très haute opinion de lui même (il pouvait, vu ce qu’il a fait), mais il avait le sens de la Nation, Sarkozy, déjà annonce un peu Macron avec ses plaintes sur la difficile charge qui pèse sur ses petites épaules…On sourit (personne ne t’as demandé d’être là).
            Hollande, c’est le cynisme mitterrandien et l’impudeur Paris Match.
            Maintenant, nous avons Macron, tout le monde attend qu’il fasse amende honorable, et quand il semble le faire, juste derrière il insulte les français, et notre intelligence.
            [modéré]

              +0

            Alerter
  • François Lacoste // 03.02.2019 à 08h54

    ” Mais il prévient qu’il sera «sans états d’âme» quant au maintien de «l’ordre».
    En effet, avec lui c’est : “Passe ta BAC d’abord” (ou si l’on préfère, je vous ai à l’œil, jeu de main jeu de vilain et, rêvons un peu, “trois bastos!”.
    Rappel:
    Parole de policier https://francais.rt.com/france/58666-gilets-jaunes-toulouse-enquete-ouverte-fuite-video-polemique-policiers
    Parole d’un ancien ministre de l’éducation http://www.leparisien.fr/faits-divers/gilets-jaunes-luc-ferry-appelle-les-policiers-a-se-servir-de-leurs-armes-et-cree-la-polemique-08-01-2019-7983795.php…).

      +21

    Alerter
  • bdb30 // 03.02.2019 à 09h04

    Attention, attention!!! Si la presse rapporte cet entretien, c’est pas pour dézinguer Macron. Elle croit à ce qu’il dit, elle adhère totalement à ce discours… La caste journalistique aime Macron, se reconnaît en Macron, mange avec Macron, dort avec Macron, elle EST Macron. C’est la même arrogance envers “les classes populaires”. Car Macron est un fonctionnaire, un fonctionnaire sous autorité et d’autorité, il est programmé en verticalité, il ne connaît que ça, OBÉIR…Quand au ridicule de sa pensée, elle trop partagée, ce n’est pas parce qu’une pensée est ridicule qu’elle ne peut tenir le haut du pavé, la preuve!! IL A AUGMENTE LE SMIC!c’est fulgurant! Il prouve aussi que sa caste a évacué la question salariale et l’a remplacée par le POUVOIR D’ACHAT et TOUT LE MONDE Y SOUSCRIT. Le MEDEF se marre!

      +50

    Alerter
  • ima // 03.02.2019 à 09h09

    Le plus grave dans le cas de ce psychotique complet, c’est qu’il a aussi la possibilité de déclencher le feu nucléaire et dans la période internationalement troublée que nous traversons n’est pas particulièrement réjouissant.
    il faut qu’il soit destitué le plus vite possible !

      +34

    Alerter
  • Xavier // 03.02.2019 à 09h09

    Sidérant, il a bien appris sa leçon le petit n’est-ce pas ?
    Derrière lui, ses coachs : les réseaux, Attali, tous ces gens qui gouvernent en réalité dans l’ombre et qui savent que la fin est proche…

    Alors le complotiste, effectivement c’est lui ou plutôt c’est eux, tout le temps avoir peur du peuple tant, à chaque minute, on sait qu’on le trahit…

    Ce qu’il faut maintenant mettre en évidence, c’est l’incohérence notoire entre ce qu’il dit off et ce qu’il dit face caméra : cela prouve le mensonge, la posture, d’une personne qui prend vraiment le peuple pour des cons.
    Le débat c’est bien un enfumage, de la com’, mais comment pouvait-il en être autrement vu son parcours ?

      +30

    Alerter
    • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 13h30

      il y a eu aussi 21 millions de français qui ont voté pour lui… pour l’instant, ça fait beaucoup beaucoup plus que quelques dizaines ou centaines de milliers de gilets-jaunes… c’est juste un constat… Macron n’a rien d’une nouveauté, et on savait parfaitement à quoi s’en tenir depuis avant son élection… et les autres avant lui étaient EXACTEMENT pareils… mais il y a des élections en mai, et le peuple dans son entier, va pouvoir s’exprimer.

        +2

      Alerter
      • Ministre de la vérité // 03.02.2019 à 14h44

        Monsieur Gilbert

        Je vous demande de vous arrêter…
        Vos “21 millions d’électeurs” n’ont pas tous voté pour ce Macron que vous idolâtrez. Dans leur grande majorité, ils ont voté contre l’autre candidate et vous le savez très bien.
        Si les mesures de matraquage fiscal de la masse au profit de la minorité avaient figuré en clair dans le programme “en marche”, l’épouvantail nationaliste aurait eu ses chances.
        La mauvaise foi semble une valeur fondatrice du macronisme, d’ailleurs, quand un macroniste reconnaît une erreur, c’est toujours d’une “erreur de communication” qu’il s’agit.

        L’inébranlable certitude d’une raison transcendantale, ce sentiment d’accomplir une mission, cette divine croisade, vous rendent aveugle, étanche au réel.
        Les engagements politiques (au sens noble, pas les vocations électorales) visent la plupart du temps à changer le réel, le macronisme est innovant puisque son ambition, récemment révélée, est de le combattre.

        Cette dérive fait qu’il est devenu impossible d’analyser le système macronien sans en aborder la dimension psychologique.

          +28

        Alerter
        • calal // 03.02.2019 à 19h25

          Si les mesures de matraquage fiscal de la masse au profit de la minorité avaient figuré en clair dans le programme “en marche”,

          lol la naivete…
          vous votez pour un homme blanc banquier dans un pays endette aux deficits budgetaires constants parce que vous vous sentez menace par une femme et vous vous etonnez apres que les prelevements obligatoires augmentent…

            +3

          Alerter
        • NICOLE DE NICOMAQUE // 03.02.2019 à 21h47

          A ce propos…

          ” Avec le prélèvement à la source, « on a encore moins les moyens de taper sur les gros fraudeurs »”

          Article éloquent, ici sur Bastamag :
          https://www.bastamag.net/Avec-le-prelevement-a-la-source-on-n-a-encore-moins-les-moyens-de-taper-sur-les

          Où l’on voit comment certains détruisent pas à pas la république démocratique et sociale de la France par l’épuisement de son personnel – toutes catégories professionnelles confondues selon les corps constitués – et comment l’organisation programmée de son incurie au détriment des populations n’est là que pour favoriser la privatisation de pans entiers des services publics et permettre ainsi leur définitive confiscation.

            +7

          Alerter
  • astap66 // 03.02.2019 à 09h09

    En fait, il est bête Macron. Terriblement bête.
    Il a une vision de la France et du monde bourgeoise et convenue.
    Il faut des “hiérarchies”, avec des “autorités” dont la parole est légitime, les jojo étant incapable de parler sans être manipulés. Il faut une source d’information unique, seule fiable.
    Et si je comprends bien, il veut “commander” le pays pour que la vie des gens “change” mais et décerne un bon point à la Ministre du travail qui détruit des emplois et précarise les salariés et au Ministre de l’Education qui détruit l’école publique et a mis en place “parcoursup”….
    Il a démoli les corps intermédiaire pour aller plus vite dans le “changement” et accélérer le “commandement” et déplore maintenant la disparition de “tiers dignes de confiance” capables de parler aux nom des affreux jojo.
    Mais c’est quoi exactement le changement dont il veut s’il ne s’attaque pas à l’accumulation du capital, qui est la cause première de nos maux ?
    C’est en fait permettre au capital, en détruisant les lois qui nous protégeaient encore, d’aller beaucoup plus loin en lui aliénant encore plus nos vies, d’écoliers, d’étudiants, de travailleurs, de chomeurs, de retraités, de malades, de petits vieux grabataires. De faire de nous des escalves de la naissance à la mort….
    Mais un bourgeois contrarié peut devenir méchant. C’est vrai que la phrase : “Nous n’avons pas construit, comme beaucoup de nations autoritaires, les anticorps au système. Donc, nous, on est des pitres !” a de quoi inquiéter.
    Les anticorps d’un “système”, dans les nations autoritaires, ce sont les escadrons de la mort, les milices., la censure..
    C’est cela qu’il veut ? C’est celà qu’il est en train de construire avec Benalla et Croze, avec la loi anticasseurs ?
    A suivre…

      +43

    Alerter
    • CHLéO // 03.02.2019 à 15h51

      “… C’est en fait permettre au capital, en détruisant les lois qui nous protégeaient encore, d’aller beaucoup plus loin en lui aliénant encore plus nos vies, d’écoliers, d’étudiants, de travailleurs, de chômeurs, de retraités, de malades, de petits vieux grabataires. De faire de nous des esclaves de la naissance à la mort….”

      Je suis en train de relire ‘L’horreur économique” de Viviane Forrester (Fayard, 1997) ; je vous en recommande la lecture, notre situation actuelle y est décrite avec plus de 20 ans d’avance. Glaçant…

      Il n’y a rien à attendre de ce guignol, inutile de perdre du temps à disserter sur la bouillie qu’il débite. Sa pensée soi-disant complexe me semble plutôt brouillonne, sans rien de transcendant, ce qui fait de Macron le prototype, jusqu’au stéréotype, de cette idéologie globaliste.

      Merci aux Gilets Jaunes, ils sont dignes de la France, eux !

        +23

      Alerter
    • vert-de-taire // 03.02.2019 à 23h26

      C’est ce que je crains, en dénonçant les ingérences venues du froid (rien de NSA et autres) ils se donnent les arguments d’un coup d’état. Tous les dictateurs ont dit exactement la même chose… Ce changement de ton est très inquiétant. Surtout de la part d’une personne soutenue par une classe sans scrupules, l’histoire nous le rappelle.

        +1

      Alerter
  • tchoo // 03.02.2019 à 09h11

    Il ne croit pas à l’horizontalité de la parole: c’est pourtant lui qui a méprisé jusque là les maires, le parlement et généralement ce que l’on appelle les corps constitués: contradiction
    la parole d’un élu serait plus importante qu’un simple citoyen, au moment où il ouvre “le grand débat”: contradiction encore
    Ah les russes responsables de tout, au moment où on apprends que son petit protégé a pour le moins eu des relations étranges avec un russe peu recommandable
    Tout ce ci est révélateur d’une atteinte psychologique préoccupante si non inquiétante

      +30

    Alerter
  • Eric83 // 03.02.2019 à 09h16

    Les médias français ont été beaucoup moins prolixes sur les propos de Macron au sujet de la démocratie directe suisse. En même temps, est-ce étonnant de la part des chiens de garde du régime de Macron ?

    Le Matin : POUR MACRON, LA SUISSE «N’EST PAS DU TOUT UN EXEMPLE…»
    S’exprimant jeudi avec une poignée de journalistes, le président écarte toute idée que la France s’inspire de la démocratie directe helvétique, «qui ne marche pas aussi bien qu’on le pense».

    “Le journaliste a pu constater combien cette idée ne trouvait pas grâce aux yeux du président: «La Suisse, et son recours fréquent aux «votations populaires», n’est absolument pas le modèle qu’Emmanuel Macron veut prendre en exemple. Lors de la conversation au coin de feu que nous avons eue avec lui, jeudi, il a écarté fermement cette solution, tout comme il avait déjà fermé la porte au RIC.»”

    Macron est si viscéralement allergique à l’idée d’une démocratie directe, comme en suisse, qu’il en a pris 10 ans sur la photo.
    https://www.lematin.ch/monde/macron-suisse-exemple/story/18837782?fbclid=IwAR2d22e3I3RKqvqKWtOOG2pD8RuDGpVOKJ6yyqpzuQrPe5tFVhsXB47_lrw

      +21

    Alerter
  • Larousse // 03.02.2019 à 09h44

    @Bordron Georges et bien d’autres vous avez tous raison. Hélas, pourrait-on dire !
    J’ajoute une confidence que ce personnage de “Président” a dit (aucun démenti officiel, et donc à diffuser largement avec un commentaire). Il a confié avoir “été SCARIFIE” par les événements provoqués par les Gilets jaunes.
    Et donc mon commentaire :
    Les Françaises, Français GJ éborgnés et mutilés à vie apprécieront ce sens de la compassion bien à propos non !!!
    Et ce d’autant que l’utilisation des LBG 40 et grenades anti-émeutes s’est fait sur décision du président Macron et son ministre Castagner !!!
    On a bien à faire à une personne ANORMALE parce que sans vergogne et prête à tout subterfuge pour asseoir son pouvoir vaniteux.

      +34

    Alerter
  • Caroline Porteu // 03.02.2019 à 09h52

    Il est fou à lier .. On le pensait intelligent , mais là aussi c’était une erreur . Et en plus il ne prend même pas la peine de se renseigner vraiment . Il ne fait qu’écouter ses larbins qui n’ont qu’un seul objectif : lui plaire .

    Pour les positions des gilets jaunes sur l’Europe : les questionnaires du vrai débat sont intéressants .. comme sur d’autres sujets d’ailleurs .
    2/3 des votants sont pour le frexit et beaucoup motivent leur vote :
    https://le-vrai-debat.fr/consultations/europe-affaires-etrangeres-outre-mer/consultation/consultation-4/opinions/europe-affaires-etrangeres-outre-mer/frexit-pour-recouvrer-notre-creation-monetaire-et-annuler-la-dette-publique

      +22

    Alerter
  • Didier // 03.02.2019 à 09h55

    Eh bien, à la lecture de ces papiers, moi je trouve que ça progresse.

    Nous sommes passés de la mythologie antique (“Jupiter”) à la cosmologie médiévale (la “musique des sphères”): c’est un bond fantastique de la pensée présidentielle, non?

    Français, courage et patience: d’ici la fin de son mandat, not’ bon maître va peut-être se hisser jusqu’au XIXe siècle et découvrir la lutte des classes. Tous les espoirs sont permis…

      +13

    Alerter
  • lemoine001 // 03.02.2019 à 10h22

    Il y a quand même un truc qui m’étonne. Sans les avoir jamais sollicitées, je reçois chaque jour des “notifications” qui me recommandent telle ou telle video. Je suppose que c’est YouTube qui les sélectionne. Or, ce sont le plus souvent les video de RT, que je regarde en fait très rarement car j’ai bien d’autres choses à faire. Ils ne me recommandent jamais CNL ou la BBC. Il faudrait croire qu’ils sont une partie du complot. Ce serait énorme ! Une autre possibilité serait que le “comploteur” serait un algorithme qui sélectionne les propositions en fonction d’un profil qui serait le mien selon ses calculs. Tout cela ne serait que l’effet de la mégalomanie de gens qui imaginent que tout peut se calculer. Dans tous les cas Poutine n’y serait pour rien. Cela me rassure sur son sérieux. En revanche cela m’inquiète quant à ce que va donner dans les décennies à venir l’intelligence artificielle en matière de pagaille et de délire.

      +12

    Alerter
    • Gaby // 03.02.2019 à 12h33

      C’est le cas. Le résultat d’une même recherche google ne sera pas le même pour vous que pour votre voisin.

        +7

      Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 03.02.2019 à 22h09

      @lemoine001

      A mon avis, c’est M.Castaner qui vous les envoie directement dans votre boîte mail pour mieux ensuite vous reprocher de lire une littérature interdite par le régime macronistique. Vous devriez vous méfier plus sûrement. Lol !

        +5

      Alerter
  • OLIVIER D // 03.02.2019 à 10h37

    “dénonçant l’abdication des médias traditionnels à faire leur travail de hiérarchisation et d’analyse”
    Je ne connaissais pas cette elegante figure de style qui consiste, en meme temps, a enoncer et a demontrer l’enonce : Lepoint n’a apparemment pas “analyse” cette phrase qui lui est pourtant destinee…

      +3

    Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 03.02.2019 à 22h14

      Pourtant M.Christophe Barbier fait du bon boulot ! Qu’on en juge :

      Christophe Barbier :

      «L’éditorialiste est comme un tuteur sur lequel, le peuple, comme du lierre rampant, peut s’élever.»

      TÚ ENTIENDES ?

        +6

      Alerter
  • yack2 // 03.02.2019 à 10h44

    Nous sommes des grenouilles dans la casserole dont l’eau bout doucement……Au fil du temps, en joignant les fils des faits on ne peut plus parler de dérive autoritaire mais véritablement d’un choix assumé d’extrémisme. Quelques exemples:
    -que l’on se retrouve à côté de Trump , Bolsonaro au sujet du Venuzuela….après avoir hurler à faire barrage!
    -Une répression policière …..jamais vue depuis des lustres
    -des médias aux ordres
    – une justice aux ordres
    – des choix économiques dictés par l’oligarchie
    – un racisme social assumé
    -désormais un racisme tout cout…essayer de dire ….il n’a pas les mots d’un juif…juste pour voir….à ajouter à l’incitation à parler de l’immigration dans le “grand débat”
    etc etc etc
    Il n’est pas dingue, il est ce que l’oligarchie est.
    En fait …les médias ont raison, la FI se rapproche du RN….mais sans avoir bougé….simplement parce que le supposé centre double allégrement le RN sur sa droite.

      +20

    Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 03.02.2019 à 22h20

      Avant Novembre 2018 :

      FI – LREM – FN

      Après Novembre 2018 :

      FI – RN – LREM

      Really ? …. à méditer.

        +1

      Alerter
  • Serge WASTERLAIN // 03.02.2019 à 10h53

    ‘’D’où tu parles ? Quelle est ta légitimité ? » Celui qui est maire, celui qui est député, celui qui est ministre a une légitimité ou une responsabilité. Le citoyen lambda n’a pas la même. Il ne représente que lui-même… …Il doit y avoir une capacité à rehiérarchiser les paroles. Ça, c’est fondamental. Parce que, sinon, le complotisme nourrit l’autoritarisme… …Jojo avec un gilet jaune a le même statut qu’un ministre ou un député!’’.
    Après ces tirades et le refus de présider le grand débat national par madame Chantal Jouanno parce que phagocyté par l’Élysée, comment se trouve-il encore des gens pour croire à la sincérité de ce grand débat national ?

    Comment ne pas sentir son mépris de classe dans sa conviction que ‘’ Le type, il n’a pas les mots d’un Gitan. Il n’a pas les mots d’un boxeur gitan’’.

      +23

    Alerter
    • Serge WASTERLAIN // 03.02.2019 à 10h53

      suite
      Comment ne pas avoir peur de la montée d’un État autoritaire s’acheminant par petits bons, mais d’un pas résolu, vers le totalitarisme quand il dit qu’il sera ‘’sans états d’âme’’ quant au maintien de ‘’l’ordre’’ ?

      Comment ne pas voir dans toutes les lois liberticides la volonté de museler le peuple quand il avoue ne pas croire aux 50% des sondés qui soutiennent la colère des GJ et estime nécessaire de trouver un moyen de sécuriser la qualité de l’information face à l’afflux des fake news.

      Comment ne pas avoir peur de l’apocalypse quand celui qui a le feu nucléaire dans sa main déclare que ‘’Les structures autoritaires nous regardent en se marrant, ajoute-t-il. Il ne faut pas se tromper. On est d’une naïveté extraordinaire… …C’est Russia Today, Spoutnik, etc. Regardez, à partir de décembre, les mouvements sur Internet, ce n’est plus BFM qui est en tête, c’est Russia Today’’.

      Comment ne pas… …Peuple de France réveille-toi ! Il est temps, il est minuit moins une… …seconde !

        +23

      Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 03.02.2019 à 22h23

      D’où parle Madame Brigitte Macron, une personne non élue par le peuple français ?

      D’où tire t-elle sa fausse légitimité et comment se fait-il qu’un budget lui soit alloué ?

      Que fait-elle ? A qui doit-elle rendre des comptes ?

      Autant de questions que nous ne poserons pas au président Janus.

        +4

      Alerter
  • Toff de Aix // 03.02.2019 à 10h53

    Son proooooojet : au second tour face à le Pen. Rien d’autre. Et après lui, le déluge… Ce type mènera le pays à la ruine. Il faut absolument lui remettre d’urgence les pieds sur terre. Il compte utiliser jusqu’au bout les “forces de l’ordre” et même, sans doute, filtrer internet ? Il ne se rend pas compte que les français ONT COMPRIS. Plus rien ne sera comme avant, et ça, c’est bien grâce à lui !

    Il ne nous reste plus qu’à être massivement dans la rue, le 5 février et au-delà. Il y a urgence démocratique à le faire, pour notre pays, pour nos enfants, pour la sauvegarde de ce qu’il reste, il faut massivement lui signifier que la majorité des français refusent sa politique, et ne le laisseront pas faire. Il n’est pas trop tard !

      +31

    Alerter
    • Louis Robert // 03.02.2019 à 14h02

      Afin d’éviter que ce pays ne soit poussé et ne tombe au fond du précipice, il faut que le peuple urgemment et massivement le force à un arrêt complet et prolongé, le temps qu’il se redéfinisse et se réoriente. Les enjeux sont colossaux, l’urgence extrême et les risques d’échec terrifiants.

        +8

      Alerter
    • Marie // 03.02.2019 à 15h13

      Pensez-vous VRAIMENT ce que vous (ra)contez ? Permettez-moi d’en douter, je ne vous imagine pas dans la rue, vous semblez ignorer ce qu’est une “majorité”. Que feriez-vous actuellement si une employée de produits bio , peu rémunérée dans la région parisienne et “pestant” (avec raison) contre le carburant trop cher et son loyer itou, n’avait lancé le mouvement GJ, dont le résultat se situe au delà de ses espérances? Réfléchir en prenant le temps ?
      PS La Libye et non la Lybie, quand on connaît, ce n’est pas “notre Irak à nous”, aucun rapport.

        +6

      Alerter
      • Toff de Aix // 04.02.2019 à 10h56

        Bonjour,

        Je manifesterai dans la rue le 5, comme je l’ai fait pour les 9 précédents actes. Comme je l’ai fait à 17 reprises en 2016, contre la casse du code du travail, alors que la grande majorité des gilets jaunes actuels soit nous ignorait, soit nous crachait dessus. Pas grave… Je ne le fais pas par plaisir (perdre presque un mois de salaire en 2016,j’aurais préféré m’en passer), je ne le fais pas par malignité, je ne le fais pas parce que je serais un “professionnel de la manif” (vous voyez je suis habitué à beaucoup de choses..y compris les arguments foireux) mais bien parce que j’estime que c’est mon droit de ne pas me laisser faire.

          +8

        Alerter
  • Ando // 03.02.2019 à 11h19

    Dans l’esprit du public la fonction présidentielle tend à magnifier son dépositaire. On cherche ainsi des explications qui soient a la hauteur de cette fonction comme si la fonction et le dépositaire ne faisaient qu’un. En réalité, il n’y a pas chez cet individu de forme particulière de machiavélisme ou une méchanceté /arrogance caractérisée a relever. Simplement, une belle épaisseur de bêtise dissimulée derrière des éléments de langage. En bref, [Modération]pas de termes injurieux SVP[/]

      +7

    Alerter
  • monique // 03.02.2019 à 11h50

    ce n’est même pas la peine de décortiquer,d’analyser..
    chaque mot se suffit à lui-même…
    chaque fois qu’il en sort une il se dévoile un peu plus…
    Aux abris!!

      +13

    Alerter
    • Fritz // 03.02.2019 à 12h02

      Aux barricades, vous voulez dire.

        +17

      Alerter
  • Louis Robert // 03.02.2019 à 12h06

    Bien sûr….

    Et dire que non seulement il se trouve des Françaises/Français pour écouter ça, mais vous avez voté pour ÇA, « les enfants »! Vous pouvez en être vraiment fiers.

    Avec ÇA, plus besoin d’un Trump…

    Allez, allez encore voter! Continuez de voter. — « Piège à… »!

      +2

    Alerter
    • s // 03.02.2019 à 12h25

      Il ne faut pas désespérer, je n’ai pas voté au 2nd tour et je l’ai dit, ce qui n’a pas toujours été facile. Plusieurs personnes que j’avais choquées m’ont confié ces derniers mois : « tu avais raison »

        +11

      Alerter
      • Louis Robert // 03.02.2019 à 13h51

        Le peuple apprend…

        Mais il aura fallu aux citoyens que cet ignoble système les ruine avant qu’ils ne se rendent à l’évidence qui crève pourtant les yeux depuis avant même qu’ils soient nés.

        Le bizarre aveuglement! Et juqu’a la fin, sans cesse violemment hostile à ceux qui voient!…

          +9

        Alerter
        • vert-de-taire // 03.02.2019 à 23h36

          Hélas. Quand tous les médias de masse s’y mettent, que voulez vous qu’il fit ?

            +1

          Alerter
          • Louis Robert // 04.02.2019 à 12h32

            Qu’il s’en détourne, qu’il fasse l’effort de s’appartenir et de s’autodéterminer, libre, enfin Souverain et agissant en conséquence.

              +0

            Alerter
      • calal // 03.02.2019 à 19h32

        tous ceux qui appellent a l’abstention aux prochaines elections peuvent etre suspectes des memes motifs que ceux des gilets jaunes qui forment des listes: diviser pour mieux regner.
        Il y a urgence: tina et le mur ou quelqu’un qui appuie sur le frein.

          +2

        Alerter
    • Jérôme // 05.02.2019 à 00h43

      Non, je n’ai pas voté pour ça. Je ne me suis jamais abstenu. Mais au second tour de la dernière présidentielle j’ai voté nul, comme 4 millions d’électeurs.

        +1

      Alerter
  • Dominique65 // 03.02.2019 à 12h19

    « Emmanuel Macron entend ne pas lâcher un centimètre sur ses convictions européennes »
    L’Europe et ses valeurs… boursières.

      +9

    Alerter
  • s // 03.02.2019 à 12h21

    https://www.franceinter.fr/emissions/la-revue-de-presse-du-week-end/la-revue-de-presse-du-week-end-02-fevrier-2019
    Le ruissellement est un fait, en voici la preuve :
    « Sur la suppression de l’ISF, la Flat Tax ou la création de l’IFI censés relancer l’investissement, c’est même façon de parler la franche rigolade. Edouard, 51 ans, à la tête d’un fonds d’investissement ne s’en cache pas :
    Je n’ai « rien réinvesti grâce à l’argent conservé » dit-il.
    « Macron nous a simplement rendu du pouvoir d’achat. Cet argent, je le dépense. »
    « Grâce à la somme préservée – environ 50 000 euros –, moi je me suis offert plus de voyages en famille », confirme de son côté Grégoire, un entrepreneur de 45 ans. Parfait prototype de la « start-up nation ». Ce qui le préoccupe aujourd’hui, ce sont « les cadeaux accordés aux entreprises sans contrepartie.
    On a été trop gâtés» dit-il. Un grand patron conclut :
    « Qu’on vous pique plus quand vous êtes très riche, ça n’est pas choquant Avec leur éducation, leur statut social, mes enfants ont déjà plusieurs longueurs d’avance sur les autres.
    Les dés sont pipés dès le départ, alors inutile de creuser encore davantage ces inégalités. »

      +13

    Alerter
  • vlois // 03.02.2019 à 12h25

    J’ai lu et je suis stupéfait par le niveau d’E. Macron et des médias qui porte sa parole sans l’once d’une analyse critique, il n’a même pas le filtre de sa classe qui justifie sa situation dominante autrement que par la force. Mais en cas de nécessité et de crise d’angoisse, cette classe nous a montré qu’elle est prête à toutes les extrémités fusse-t’il écraser toutes les valeurs qu’elle a utilisée pour asseoir sa domination.
    Nouvelle aristocratie décadente qui n’a même plus la légitimité féodale (et/ou mafieuse) de protéger ceux qui les nourissent et paient l’impôt.

      +17

    Alerter
  • Marie // 03.02.2019 à 12h25

    Faudrait savoir ! S’il est si nul pourquoi tant de logorrhées pour le démontrer? Et comment se fait-ce que le…”commentaire” recommandé tienne en une ligne et dix mots? On a vraiment l’impression d’être pris pour des imbéciles ( du latin imbecillus : faible ). J’oubliais : jeter un oeil à l’émission : “Stupéfiant” du lundi sur France 2…

      +2

    Alerter
  • Le Rouméliote // 03.02.2019 à 12h27

    En un mot, pour résumer : Emmanuel Macron est le Paul Deschanel du XXIè siècle !
    Merci à la commentatrice du site Vu du Droit, pour cette comparaison !

      +9

    Alerter
  • calahan // 03.02.2019 à 12h44

    On l’a perdu définitivement !

    (le problème de base étant que c’est lui qui tient le manche, sortez les parachutes).

      +9

    Alerter
  • Narm // 03.02.2019 à 13h37

    ce sont vraiment ses paroles ?

    vous n’avez pas surligné en jaune : “a refusé d’accréditer Russia Today à l’Élysée, considérant comme dangereux cet organe de propagande.”
    Même lapresse normale est sensurée … aucun respect
    rien qu’à ça nous ne sommes plus démocrates.

    Ensuite ses propos pour le moins désobligeant, voir “raciste” sur le boxeur

    “D’où tu parles ? Quelle est ta légitimité ? » Celui qui est maire, celui qui est député, celui qui est ministre a une légitimité ou une responsabilité. Le citoyen lambda n’a pas la même”

    j’ai arrêté là, je lierais plus tard.

    j’oserai bien un gros mot mais je me ferais censuré. je lui dirais bien si je l’avais en face :
    ” Mais c…. t’es le président de TOUS les français, tu dois les écouter tous de la même manière, tu dois tous les respecter, même le Jojo qui t’eme..
    Mais surtout, TU BOSSES pour EUX ! tu t’es engagé à ça
    décidément , un président ne devrait pas dire ça ….”

    vous voyez, je tutoies d’habitude tous le monde

    Pipeau de grand débat …. Promo des européenne …
    il devient le président des radicalisé
    Tout cela est sans doute voulu la casse des gens, ça passe ou ça casse mais après si ça enMarche, une europe libérale et fin de la nation et du peuple. car sans Nation, plus de peuple.

      +10

    Alerter
  • Emmanuel // 03.02.2019 à 13h47

    Diantre ! Son Altesse Impériale se voit persécutée !
    Comment, ô peuple de la Start-up Nation, ranimer notre Idole ?
    Prestement parons-nous d’un foulard écarlate et chantons dans nos rues :

    Manu est maltraité,
    C’est la faute à RT !
    Aux ronds-points des barjos
    Complotent les Jojos !

      +11

    Alerter
  • Mario // 03.02.2019 à 13h52

    Macron : « Éric Drouet est un produit médiatique »

    Comme je l’ai écrit ailleurs, venant de Macron, c’est un compliment !!!

      +7

    Alerter
  • Dede // 03.02.2019 à 14h18

    Nous en avons plus que marre des confidences de ce parano de président qui ne parle que de sa petite personne

      +14

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications