Les Crises Les Crises
14.janvier.201414.1.2014 // Les Crises

[Reprise] Lettre ouverte d’Edward Snowden + Voeux

Merci 0
J'envoie

Lettre ouverte du grand Edward Snowden aux Brésiliens, du 17/12/2013, où il leur propose de collaborer en échange de l’asile politique.

Demande rapidement refusée : « Le gouvernement brésilien n’est pas intéressé par une enquête sur la NSA (Agence de sécurité nationale) et, pour cette raison, il n’accordera pas l’asile à Edward Snowden […] dans un échange d’informations qui irait dans ce sens.» Le ministère des Affaires étrangères aurait soutenu que le gouvernement brésilien ne serait pas intéressé par une « vengeance » pour les crimes commis par la NSA. Un responsable du ministère a ajouté que Brasilia « n’a aucun intérêt à créer ce genre d’interférences avec la souveraineté des autres pays » et qu’il « ne leur fera pas ce qu’ils nous ont fait ».

A la fin, vous pourrez regarder ses voeux pour 2014.

Cette affaire montre bien l’hypocrisie très profonde de nos sociétés, largement dénoncée par Chomsky par exemple, où un dissident soviétique était accueilli en héros, mais où un dissident américain est poursuivi comme un chien.

Cette affaire Snowden – dont nous parlerons longuement en 2014 – restera un profonde honte ineffaçable pour nos pseudo-démocraties occidentales.

Je défends personnellement l’idée que tout lanceur d’alerte se voit accorder l’asile politique – et, bien entendu, qu’on offre la citoyenneté française à M. Snowden – qui l’a bien méritée…

Il y a six mois, je suis sorti de l’ombre de l’Agence américaine de sécurité nationale (NSA) pour me placer devant la caméra d’un journaliste. J’ai partagé avec le monde entier des preuves montrant que certains Etats travaillent à la mise en place d’un système mondial de surveillance permettant d’espionner comment nous vivons, ce que nous disons et à qui nous le disons.

Je suis allé devant cette caméra en parfaite connaissance de cause, conscient que cette décision allait me couper de ma famille et de mon foyer et mettre ma vie en danger. Ce qui m’y a poussé, c’est la conviction que les citoyens du monde méritent de comprendre le système dans lequel ils vivent.

Ma plus grande crainte était que personne n’écoute cette mise en garde. Jamais je n’ai été aussi heureux de m’être trompé. Les réactions dans certains pays se sont révélées particulièrement encourageantes pour moi, et parmi ces pays figure sans conteste le Brésil.

Quand j’étais à la NSA, j’ai assisté avec une inquiétude croissante à la mise sous surveillance de populations entières, sans qu’aucun soupçon d’acte criminel ne la justifie : cette surveillance constitue la plus grave attaque contre les droits de l’homme de notre temps.

La NSA et les autres agences de renseignements nous expliquent que c’est au nom de notre propre “sécurité” – pour la “sécurité” de Dilma [Rousseff, la présidente du Brésil], pour la “sécurité” de Petrobras [compagnie pétrolière publique brésilienne] – qu’elles ont aboli notre droit au respect de la vie privée pour nous épier en permanence. Et tout cela sans même demander l’autorisation au peuple d’aucun de ces pays, pas même du leur.

Aujourd’hui, si vous vous promenez à São Paulo avec un téléphone portable en poche, la NSA a les moyens de savoir où vous vous trouvez, et elle ne s’en prive pas : elle procède ainsi, chaque jour, à raison de cinq milliards de localisations d’individus dans le monde.

Quand quelqu’un, à Florianópolis, se rend sur un site Internet, la NSA enregistre à quelle heure et ce qu’y a fait cet internaute. Quand une mère de Porto Alegre appelle son fils pour lui souhaiter bonne chance à un examen, l’enregistrement de l’appel peut être conservé par la NSA pendant cinq ans au moins.

L’agence conserve ainsi des preuves de liaison extraconjugale, ou de fréquentation de sites pornographiques, pour le cas où elle aurait besoin plus tard de salir la réputation de ceux qui la gênent.

Les sénateurs américains nous disent que le Brésil n’a pas à s’inquiéter : il ne s’agit pas de “surveillance”, mais de “collecte de données”, et tout cela a pour seul but d’assurer la sécurité des personnes. Ils se trompent.

La différence est énorme entre un programme légal, un espionnage légitime, une action politique justifiée, dans lesquels des individus sont surveillés en raison de soupçons raisonnables et identifiés pesant sur eux, et ces systèmes de surveillance de masse qui, pour mettre en place tout un réseau de renseignement, placent des populations entières sous une surveillance permanente et en conservent pour toujours les traces.

Ces systèmes n’ont jamais eu pour motivation la lutte contre le terrorisme : l’espionnage économique, le contrôle de la société et la manipulation diplomatique, en somme la soif de pouvoir, sont leurs motivations.

De nombreux sénateurs brésiliens partagent cette conviction, et ils m’ont sollicité pour les aider dans leurs investigations sur les crimes qui auraient pu être ainsi commis à l’encontre de citoyens brésiliens.

Comme je l’ai dit, je suis prêt à apporter mon aide dès lors qu’elle est jugée nécessaire et dans un cadre légal. Malheureusement, le gouvernement des Etats-Unis s’évertue à limiter ma capacité à le faire, allant même jusqu’à contraindre l’avion présidentiel d’Evo Morales à atterrir pour m’empêcher de me rendre en Amérique latine !

Tant qu’un pays ne m’aura pas accordé l’asile politique permanent, le gouvernement américain s’évertuera à m’empêcher de m’exprimer.

Il y a six mois, j’ai révélé que la NSA voulait mettre le monde entier sur écoute. Aujourd’hui, c’est le monde entier qui tend l’oreille, et qui prend la parole. Et tout cela n’est pas doux à l’oreille de la NSA.

L’acceptation de la surveillance de masse à l’échelle mondiale, mise à nu lors de débats publics et par des enquêtes de fond sur tous les continents, cède désormais du terrain.

Il y a tout juste trois semaines, la Brésil a été le promoteur à la Commission des droits de l’homme des Nations unies d’une résolution, inédite dans l’Histoire, reconnaissant que le droit à la vie privée ne s’arrête pas là où commencent les réseaux numériques et que la surveillance systématique d’innocents constitue une violation des droits de l’homme [une résolution qui affirme “le droit à la vie privée à l’ère numérique” adoptée par les Nations unies le 26 novembre 2013] .

Le vent a tourné, et nous pouvons enfin imaginer un avenir dans lequel sécurité et vie privée sont conciliables.

Nous ne pouvons tolérer que nos droits soient limités par quelque organisation secrète, ni que les autorités américaines puissent interférer sur les libertés des citoyens brésiliens.

Même les partisans de la surveillance de masse, ceux-là qui sans doute ne sont pas convaincus que les technologies de surveillance enfreignent dangereusement l’exigence de contrôle démocratique, s’accordent aujourd’hui à dire qu’en démocratie la surveillance de la population doit être débattue par la population.

Mon acte de conscience débutait par la déclaration suivante : “Je refuse de vivre dans un monde où tout ce que je dis, tout ce que je fais, tous ceux avec qui je parle, toutes les expressions de créativité, d’amour ou d’amitié peuvent être enregistrés. C’est un système que je ne suis pas prêt à cautionner, ni à construire, ni dans lequel je veux vivre.”

Quelques jours plus tard, j’apprenais que le gouvernement de mon pays avait fait de moi un apatride et voulait me jeter en prison. Ma prise de parole m’a coûté mon passeport, mais je le referais s’il le fallait : je ne fermerai pas les yeux sur le crime au nom de mon confort politique. Je préfère vivre sans patrie que sans voix.

Si le Brésil ne doit entendre qu’une seule de mes paroles, que ce soit celle-ci : quand nous serons tous unis contre les injustices et pour la défense de la vie privée et des droits de l’homme les plus fondamentaux, alors nous serons capables de nous défendre contre les plus puissants des systèmes.


Les vœux de Noël d’Edward Snowden par lemondefr

«Bonjour et Joyeux Noël

Je suis honoré d’avoir la chance de m’adresser à vous et votre famille cette année.

Récemment, nous avons appris que nos gouvernements ont travaillé ensemble pour créer un système mondial de surveillance massive, afin de surveiller tout ce que nous faisons.

Le Britannique George Orwell nous a averti des dangers de ce genre de surveillance. Les outils utilisés dans son livre –les micros, les caméras, les télés qui nous surveillent– ne sont rien à côté de ce qui est utilisé de nos jours: nous avons des capteurs dans nos poches qui nous traquent où que nous allions.

Pensez à ce que cela signifie pour la vie privée d’une personne lambda. Un enfant né aujourd’hui grandira sans conception aucune de la vie privée. Il ne saura jamais ce que c’est d’avoir un moment rien qu’à lui, une pensée non enregistrée, non analysée. Et c’est un problème, parce que la vie privée est importante. La vie privée est ce qui nous permet de déterminer qui nous sommes et qui nous voulons être.

La conversation qui a lieu en ce moment déterminera à quel point nous pouvons faire confiance à la technologie qui nous entoure et au gouvernement qui la régule.

Ensemble nous pouvons trouver un meilleur équilibre, mettre fin à la surveillance de masse, et rappeler au gouvernement que s’il veut vraiment savoir ce que nous ressentons, demander est toujours moins cher qu’espionner.

A tous ceux qui me regardent, merci, et joyeux Noël.»

Enfin, un beau papier de synthèse d’Arrêts sur Images sur les débats autour de Snowden ici.

“Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.” [Benjamin Franklin]

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

30 réactions et commentaires

  • fabrice // 14.01.2014 à 06h58

    Il est à noter aussi l’hypocrisie de responsables politiques qui faisaient les outrés devant les révélations mais étaient près à détourner un avion présidentiel pour livrer Snowden.

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/07/03/une-rumeur-sur-snowden-provoque-une-crise-diplomatique-entre-paris-et-la-paz_3440849_3222.html

    et au passage ridiculiser la France ainsi que prouver que nous ne sommes plus ce que notre devise proclame.

    Le dernier acte de courage de la France fut de refuser d’accepter la seconder guerre du Golfe, désormais la porte de la grande histoire semble s’être fermée pour un moment.

      +0

    Alerter
    • yvan // 14.01.2014 à 19h36

      Pour compléter :
      Haa…

      Je venais de lire, il y a un quart d’heure, sur un journal français, que les Allemands l’avaient “lourd” de ne pouvoir avoir AUCUN détail sur l’espionnage qu’ils ont subi.
      Soit, il refusaient de signer un accord d’ “échange” de renseignements.

      Mais l’article a disparu. Un coup de fil d’Israel, certainement.

        +0

      Alerter
      • yvan // 14.01.2014 à 19h57

        trace retrouvée ici (mais ce n’était pas 20 minutes :
        http://fr.news.yahoo.com/espionnage-secrets-am%C3%A9ricains-agacent-fortement-l-allemagne-212434884.html

        “MONDE – Les Etats-Unis refusent notamment de dire à l’Allemagne depuis quand ils espionnaient Angela Merkel…

        Si les explications américaines sur l’espionnage des Etats européens ont convaincu l’Espagnol Mariano Rajoy, qui les a jugées «satisfaisantes» ce lundi, il en faudra plus pour réchauffer les relations entre Barack Obama et Angela Merkel.

        Ce lundi, les médias allemands, citant des sources au sein des services de renseignement, ont révélé que l’Allemagne avait peu d’espoir de conclure un accord avec les Etats-Unis sur une interdiction de l’espionnage réciproque.

        «Les Américains nous ont menti»

        En cause? Les réticences des Américains à révéler certains détails de l’espionnage auquel ils se sont livrés ces dernières années. «Nous n’obtenons rien», a ainsi confié au quotidien Süddeutsche Zeitung (SZ) à paraître mardi une source des services de renseignement allemands (BND) qui participe aux discussions, engagées à la suite des révélations faites par l’ex-consultant du renseignement américain Edward Snowden sur un vaste programme d’espionnage visant notamment l’Allemagne.

        Selon le quotidien de Munich, l’aigreur domine au sein de la délégation allemande, à tel point qu’un haut responsable aurait affirmé: «Les Américains nous ont menti», selon la même source. La chaîne de télévision allemande NDR relayait les mêmes informations sur l’état des négociations en cours.

        Un espionnage limité à Merkel?…”

          +0

        Alerter
  • Ded // 14.01.2014 à 07h47

    Si le comité pour le prix Nobel de la paix a du courage, qu’il décerne le prochain titre à cet homme.
    Mais, au regard de la liste des anciens nominés, on peut être sûr et certain que cela ne se produira pas.

      +0

    Alerter
    • dany // 14.01.2014 à 08h32

      Forcément puisque la NSA, c’est Obama, prix Nobel 2009…
      Reste le référendum d’initiative populaire…Snowden avec un passeport suisse,ça me plairait bien…

        +0

      Alerter
    • WhereIsMyMind // 14.01.2014 à 08h37

      le prix nobel de la paix a été totalement détourné…. l’UE, Mr Obama…. Je n’ai pas cherché à savoir quand ce prix nobel avait été infiltré, mais personnellement, je me méfierai de tout les prochains nominés.

        +0

      Alerter
      • grub // 14.01.2014 à 13h14

        Bah depuis 1973 avec Kissinger, on peut avoir de sérieux doute sur ce prix en effet.

          +0

        Alerter
        • André // 14.01.2014 à 18h28

          Le premier ministre nord-vietnamien et négociateur des accords de Paris (tiens y’avait une politique étrangère?) Le Duc Tho a eu l’élégance de refuser ce Nobel de la Paix…

            +0

          Alerter
    • Steve.C // 14.01.2014 à 14h37

      Si vous voulez savoir comment et par qui le prix Nobel de la paix est attribué, F.Asselineau a fait un super boulot sur le sujet.
      http://www.dailymotion.com/video/xymu69_prix-nobel-de-la-paix-francois-asselineau_news
      En gros, ce sont 5 jurés norvegiens dont 4 représentent les courants politiques du pays et 1 américain (ancien secrétaire affaires etrangères) dont les voix comptent double…

        +0

      Alerter
  • Patrick Luder // 14.01.2014 à 07h56

    Je respecte l’action d’Edward Snowden, et comme Olivier, je pense que tout Etat moderne doit donner protection aux dénonciateurs … MAIS …

    Je respecte aussi largement la prise de position du Brésil, qui refuse de monter dans une escalade stérile avec d’autres pays et que ne s’intéresse pas à prendre des dépositions qui leur permettrait un quelconque combat contre d’autres nations.

    Que celui qui ne veut pas que son mobile enregistre ses faits et geste => qu’il jette cet objet.
    Que celui qui ne veut pas que son accès à Internet soit enregistré => qu’il ne se connecte pas.

    Il faut toutefois bien prendre conscience que ce que démontre Snowden est juste, l’enregistrement de toutes ces données est : commercial + politique + financier = gouvernance totalitaire.

    Depuis longtemps les groupes “secrets” me communiquent plus via les réseaux publiques, présenter l’enregistrement numérique de masse comme moyen de protection est juste scandaleux, mais c’est dans l’ordre des choses …

    Mais le contrôle numérique n’est encore rien face à la diffusion d’une information dénaturée de masse, juste destinée à noyer le poisson … Le citoyen est ainsi tenu à l’écart de tous actes, de toutes implications citoyennes => est c’est cela le plus grave !!!

    Un citoyen “normal”.

      +0

    Alerter
    • Fabrice // 14.01.2014 à 10h04

      Exact Olivier, je suis atterré devant le recul général en France et en Europe quand on voit que critiquer l’Europe en Grèce est punissable de poursuites (et je ne parle pas des dernières lois passées en Espagne) :

      http://auxinfosdunain.blogspot.fr/2013/10/nouvelle-loi-en-grece-les-opposants-lue.html

        +0

      Alerter
      • Jean // 14.01.2014 à 11h20

        C’est en partie vrai, mais c’est plus subtil que ça.

        Ça n’est pas directement contre la liberté d’expression, mais contre ceux qui s’opposent à une décision de l’Europe Communautaire, comme un embargo contre un pays décidé unilatéralement par elle, par exemple.

          +0

        Alerter
        • Fabrice // 14.01.2014 à 11h31

          Jean la subtilité m’échappe en gros c’est vous avez le droit de dire ce que vous voulez sauf :

          – sur l’Europe,
          – …
          – …

          si ce n’est pas une atteinte à la liberté d’expression des citoyens grecs, là je ne sais plus quoi penser.

          L’Europe devrait se dresser par principe contre une telle décision car c’est aller à l’inverse des idées qu’elle dit défendre ou c’est faire un aveux du changement de ses valeurs …

            +0

          Alerter
        • step // 16.01.2014 à 01h53

          @ fabrice.

          “changement” ? Pour paraphraser un président… “je suis un projet totalitaire et je l’ai toujours été.”.

            +0

          Alerter
    • JoeChip // 14.01.2014 à 10h09

      Attention à “le grand Snowden”, parce que ce genre d’expression implique qu’il n’est pas “normal”, donc que les autres le sont, et ne sont donc pas capables de faire comme lui. Le culte de la personnalité, quelle qu’elle soit, n’est jamais une bonne chose… La recherche de l’héroïsme n’est pas forcément nécessaire.

      En fait, on peut voir ce qu’a fait Snowden comme une opération politique à effet de levier, comme en finance : les conséquence sociales de ses actes, par rapport à leurs conséquences pour lui, lui ont probablement semblé tellement énormes que ça a été trop tentant. C’est ça qu’il faut chercher : la tentation de l’effet de levier énorme. Rationnellement, et non en fonction de modèles héroïques.

      Mais il est clair que Snowden est forcément un exemple de ce qu’il y a moyen de faire, comme Philip Zimmermann (l’inventeur de PGP, en 1991) qui a dégommé à lui tout seul un projet NSA/FBI/Intel/etc qui aurait donné une porte dérobée légale sur les processeurs Intel, en échange d’une protection légale du chiffrage (déconnecter ou attaquer le chiffrage du CPU aurait été illégal)…

      “Ni dieu, ni maître, ni héros” n’est pas forcément une devise individuelle, mais au niveau d’un groupe, à mon avis ça doit faire partie des règles. Libre à chacun d’avoir ses croyances et ses héros, mais il s’agit de cultes personnels et intimes. Snowden n’est pas un héros : c’est quelqu’un qui a eu une conduite qui devrait être normale.

      Par ailleurs, je serais Snowden, je tenterais le Costa-Rica… Pour ce genre de trucs c’est les meilleurs… Genre les Droits de l’Homme, tout ça… Ils ont aboli l’armée (et le train…) il y a un moment déjà, et ont milité pour que le Panama réduise la sienne de 50%, apparemment ils sont en pointe sur pas mal de trucs, même si par ailleurs c’est aussi bourré de résidences à hauts murs…

        +0

      Alerter
      • JoeChip // 14.01.2014 à 10h56

        Je ne sais pas si c’est ici que j’ai trouvé ça, mais dans le genre exemplaire c’est pas mal non plus : https://www.youtube.com/watch?v=eEs7gL6PFoE

          +0

        Alerter
      • Jack // 14.01.2014 à 15h24

        Je ne pense pas que monsieur Snowden serait en sécurité en Amérique centrale, ni même en France. C’est triste à dire, mais il n’y a qu’en Russie où il est à l’abri d’une tentative de kidnapping ou pire encore.

          +0

        Alerter
        • JoeChip // 14.01.2014 à 15h33

          Possible… C’est lui qui sait…

            +0

          Alerter
    • Caroline Porteu // 14.01.2014 à 14h33

      Patrick Luder
      A cela je préfère vous répondre par le très célèbre poème de Niemöller :

      « Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes,
      je n’ai rien dit,
      je n’étais pas communiste.

      Lorsqu’ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
      je n’ai rien dit,
      je n’étais pas social-démocrate.

      Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes,
      je n’ai rien dit,
      je n’étais pas syndicaliste.

      Lorsqu’ils sont venus me chercher,
      il ne restait plus personne
      pour protester. »

        +0

      Alerter
    • Botul Henry L // 14.01.2014 à 19h18

      Que celui qui ne veut pas que son mobile enregistre ses faits et geste => qu’il jette cet objet.
      Que celui qui ne veut pas que son accès à Internet soit enregistré => qu’il ne se connecte pas.

      Dans le même ordre d'”idée”
      Que celui qui ne veut pas mourir ne naisse pas !
      Que celui qui ne veut pas risquer l’indigestion ne mange pas !
      Vous en avez encore beaucoup comme ca ?

        +0

      Alerter
    • dany // 14.01.2014 à 22h28

      Encore faut-il pouvoir trouver quelque chose dans ces masses d’enregisrements immaîtrisables…Il se dit qu’une alerte est ciblée sur certains mots comme “bombe” et “terrorisme”…Que les internautes ecrivent ces mots systématiquement à chaque intervention ou dans leurs emails…John le Carré explique que les USA se trompent en privilégiant les enregistrements au détriment des gens de terrain…
      On ne peut donc pas compter sur la Suisse, “pour ne pas monter dans une escalade stérile avec d’autres pays”…

        +0

      Alerter
  • Caroline Porteu // 14.01.2014 à 09h02

    Les USA ne sont plus rien d’autre qu’une gigantesque république bananière et n’ont désormais plus rien à voir avec une démocratie . Leur pacte transatlantique est juste destiné à étendre le terrain de jeu des es.crocs qui gouvernent .
    La dernière actualité financière le démontre amplement .

    Ils achètent leur justice , il n’y a aucune réparation de préjudice et les amendes étant toujours inférieures aux profits engrangés , ce n’est qu’une gigantesque incitation à la récidive .
    Vous remarquerez qu’il n’y a aucune condamnation pénale des dirigeants responsables de ces escroqueries .
    Madoff a été condamné parce qu’il avait escroqué de riches fortunes et des banques . Mais ceux qui escroquent des millions d’américains ou Européens , qui envoient des entreprises au tapis, qui envoient des millions de gens au chômage , eux s’en sortent sans aucune condamnation ??

    Je crois que nous devons tout faire pour éviter de nous retrouver contaminés par leur système totalement mafieux .. Les écoutes de la NSA et le manque de respect des libertés fondamentales font partie du code de conduite de cet Etat voyou qu’est devenu les USA . Et la première priorité de l’Europe devrait être de se protéger au lieu d’ouvrir largement ses portes à ces comportements totalement malhonnêtes qui ruinent tous ceux qui les côtoient .

    L’article de la Tribune d’hier est éclairant sur ce qu’il démontre de pratique mafieuse avec une justice achetée et aux ordres .

    “Les banques américaines pourraient payer une somme record pour faire cesser les enquêtes menées par les autorités fédérales sur des pratiques qui auraient conduit à la crise financières de 2008.
    Wall Street prêt à passer à la caisse ? D’après le New York Times, la finance américaine pourrait payer près de 50 milliards de dollars pour faire cesser les investigations des autorités fédérales concernant leur rôle dans la crise des subprimes. ”

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20140113trib000809127/la-finance-americaine-veut-solder-la-crise-2008-pour-50-milliards-de-dollars.html

      +0

    Alerter
  • Julian // 14.01.2014 à 09h10

    Votre honte je la partage, M. Berruyer !

    Plus que les mauvais indices industriels ou macroéconomiques, on mesure la “régression” de notre pays à son incapacité à avoir solennellement, au plus fort de l’affaire Snowden, rappelé les valeurs démocratiques.

    Ne pas lui avoir proposé l’asile est une injure à notre Histoire.

    Comme le dit Fabrice, notre dernier acte de courage collectif fut le refus de la 2ème guerre du Golfe, gouvernement d’alors adossé à une immense conscience populaire .

    J’y ajoute, le Non de 2005 à la Constitution libre-échangiste européenne.

    Les dirigeants de l’UMP , du PS, des Verts, du Modem ont tragiquement renié, bafoué, ces actes forts.

    Et l’on s’étonne que notre peuple ait perdu toute confiance…

      +0

    Alerter
  • raloul // 14.01.2014 à 09h19

    Bonjour!

    M’enfin, soyez sympa avec votre bon roué… Il va agir, il l’a promis, wouarf wouarf!!! Un “code de bonne conduite” entre européens, ça c’est de la gouvernance solide, une vision à long terme qui va résoudre les problèmes, sans aucun doute possible!!! Oyez! Oyez! braves gens!
    Votre bon roué vassalisé “ne peut pas accepter” les pratiques de l’Empire, et il veut y “porter un coup d’arrêt”, vous pouvez donc dormir sur vos deux oreilles… – comment “porter un coup d’arrêt”? on ne le sait pas et ce que ses paroles signifient en pratique et en réalité encore moins -. Car enfin vous croyez sur parole votre bon roué, n’est-ce pas? Il va “exiger” – excusez du peu – des “explications” de l’ami américain… et mettre en place un “cadre commun de coopération” avec l’oncle Sam. Oui, oui c’est bien ce qu’il a dit…ne faites pas de mauvais esprit en lisant entre les lignes. “Ne pas pratiquer ce que nous reprochons à d’autres”, qu’il a dit votre bon roué….
    http://www.lemonde.fr/technologies/video/2013/10/25/nsa-francois-hollande-promet-un-cadre-commun-de-cooperation-d-ici-la-fin-de-l-annee_3502850_651865.html

    C’est quand que ça s’arrête ce cirque, cette mascarade? Comment osent-ils ne pas démissionner, occuper leurs journées de gouvernants alors qu’ils n’ont strictement plus aucune crédibilité? Personnellement, ça me fascine, que des êtres humains puissent supporter aussi longtemps un tel degré d’irréalité, de dérèglement profond sur tous les plans, aussi bien chez les gouvernants que les gouvernés…

    Juste pour rire un coup et détendre l’atmosphère, voici un petit sondage de 2013 sur la confiance accordée à différents acteurs de la société en France. Heureusement qu’il y a les agents immobiliers pour sauver l’honneur (si je puis dire…) des politiques nationaux en France:
    http://www.harrisinteractive.fr/news/2013/27052013.asp

      +0

    Alerter
  • Arnould // 14.01.2014 à 12h07

    Je pense que les grands changements sont le résultat de grands mouvements de foules, et que surveillance individuelle ou pas, les révolutions ou les guerres auront lieu. Peut-être un peu plus tard, mais à peine.

      +0

    Alerter
  • Macarel // 14.01.2014 à 12h17

    C’est le fléau de ce temps : les fous guident les aveugles.
    William Shakespeare Roi Lear Acte IV scène 1

    Pour un Snowden, combien de fous et d’aveugles ???

      +0

    Alerter
  • grub // 14.01.2014 à 13h23

    En même temps ça n’est pas quelque chose de nouveaux, le système échelon existe depuis des dizaines d’années. Cette vidéo a plus de 10 ans :
    http://www.youtube.com/watch?v=F5DhWHB5cOM

    D’ailleurs, on comprend mieux en regardant cette vidéo pourquoi la France et bien d’autres pays ne crient pas au scandale dans l’affaire Snowden. Ils font la même chose.

      +0

    Alerter
  • Macarel // 14.01.2014 à 21h10

    L’année dernière, Hollande a refusé le survol du territoire français à l’avion du Président Moralès, sous prétexte qu’Edward Snowden aurait pu s’y trouver.

    Après la conférence de presse de l’ Elysée de cet après-midi, et tout ce qu’on y a entendu.

    Je ne peux m’empêcher de dire que autant Sarkozy était insupportable, autant Hollande est détestable. Je crains que nous ne soyons tombé de Charybde en Scylla.
    Avec de tels “guides”, on n’a pas fini d’en baver.

      +0

    Alerter
  • AL2 // 15.01.2014 à 14h32

    Il n’y a strictement rien à attendre de cette minorité de gens, qui veulent tout contrôler, tout fliquer. Il faut simplement imaginer un second internet, résiliant à toute forme de surveillance.
    C’est probablement LE défit qui attend les générations futures.
    En gros, enregistrer ce qui passe dans les tuyaux ne donnerait strictement aucune information sur qui fait quoi, et cela même en enregistrant la totalité de l’ensemble des communications du dit réseau. Le réseau devrait également être résilient aux acteurs qui propageraient volontairement des données erronées pour le rendre incohérent.
    En résumé : un système complètement décentralisé, résilient à toute forme de corruption informatique. Dont aucun état, organisme ou individu ne pourrait revendiquer le contrôle car il aura été démontré mathématiquement que cela est impossible.
    Nous n’avons pas encore la technologie, mais il est encourageant de voir la naissance de réseaux tels que Bitcoin qui sont par essence décentralisés et incorruptibles.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications