Les Crises Les Crises
4.décembre.20134.12.2013 // Les Crises

[Tout s’éclaire] En fait, son amie, c’est la finance…

Merci 1
J'envoie

Tout est dit ! :


Lien : http://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2013/12/hollande-finance-v.jpg

Les rumeurs vont toujours bon train sur la nomination de M. BNP.

La pétition progresse, nous approchons des 4 200…

On savait qu’Hollande lui a proposé le poste il y a quelques semaines.

On en sait plus sur les derniers évènements, et c’est pas piqué des hannetons sur le fonctionnement de l’État…


Jean-Marc Ayrault, le “flibustier”

“Je vais vous raconter une scène…ca se passe la semaine dernière dans l’avion qui conduit le président à Rome. Il est accompagné de trois ministre Pierre Moscovici, Jean Yves le Drian et Laurent Fabius… Une hôtesse distribue le journal le Monde à la Une il y a ce titre. « Jean-Marc Ayrault reprend en main le ministère des finances » vous vous souvenez c’était à propos des nominations à la direction du trésor et du budget.

Tout le monde se plonge dans la lecture en silence…l’ambiance est lourde…François Hollande interpelle le ministre des finances et il lui demande « Tu étais au courant toi »… Moscovici blême fait non de la tête…le président lance froidement « j’aurais bien aimé être informé ». A Bercy on en tire une leçon toute simple… Le président a accepté que le PM se lance en solo sur la fiscalité…il a laissé faire c’est sa méthode…en revanche lorsque Jean Marc Ayrault met en scène son influence, qu’il laisse penser qu’il a la main sur Bercy et qu’au passage il humilie ses ministres : là la pilule ne passe pas.”

Source : Europe 1

Bonus pour Facebook et Twitter :


Lien : http://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2013/12/hollande-finance-h.jpg


Lien : http://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2013/12/hollande-finance-vv.jpg
(celle là, je sens qu’elle va re-servir…) 🙁

6 réactions et commentaires

  • yoananda // 04.12.2013 à 03h40

    Il me semble clair qu’avec le niveau d’incompétence des uns et des autres au gouvernement, ça ne peut qu’aller de mal en pis.
    L’idée de la refonte fiscale est bonne sur le principe, voire même une nécessité quasi vitale.
    Mais ça va être fiasco parce qu’ils sont incapable de le faire correctement.
    Avec deux effets de bords : non seulement le temps perdu, mais aussi la perte de confiance pour celui qui plus tard voudra tenter de faire cette réforme indispensable.

    Il y a de quoi prendre peur … cette équipe de bras cassé va vraiment nous coûter très cher.
    Sans compter bien sûr sur la consanguinité avec les banques et l’état qu’Olivier dénonce avec raison.
    Ceci dit, c’est “comme ça” que la France fonctionne … je ne me fais pas trop d’illusions. C’est la même chose pour toutes les industries de pointes chez nous. On dira que c’est culturel.

      +0

    Alerter
  • Christophe Vieren // 04.12.2013 à 12h43

    Quand il y a une voie d’eau dans un navire, l’écopage se fait toujours dans le désordre et l’affolement !

      +0

    Alerter
    • Jag // 04.12.2013 à 17h55

      Ça fait 30 ans que l’eau rentre dans le navire.
      Et nos dirigeants au lieu d’écoper, ils laissent l’eau rentrer en faignant de le pas la voir ! Pire, ils créent de nouvelles brèches, pour que l’on ne voie plus d’où vient l’eau de la fuite principale !

        +0

      Alerter
  • BabarMillésimé // 04.12.2013 à 20h00

    « D’une certaine façon, pour Bercy, ce qui est bon pour BNP Paribas est bon pour la France ».
    Petit rappel de l’époque précédente, 2011, quand Sarkozy était encore à l’Elysée, Pébereau aussi et que l’Express avait encore un blog intitulé “Les couloirs de Bercy” tenu par Bronnec…
    « Michel Pébereau, l’homme de l’ombre
    le 11 mai 2011 14H38 | par Thomas Bronnec
    Michel Pébereau tire sa révérence. Il va quitter, sans doute fin 2011, la présidence du conseil d’administration de BNP Paribas et, avec son départ, une page se tourne pour la plus grande banque de la zone euro. J’ai rencontré Michel Pébereau une fois, dans le cadre de mon enquête sur Bercy. L’homme est plutôt distant, comme je l’ai déjà raconté, et ne s’attarde pas sur les questions qui fâchent. Il n’aime pas parler de ses relations avec Nicolas Sarkozy et du rôle de conseiller qu’il exerce dans l’ombre auprès du locataire de l’Elysée.

    Son influence, pourtant, est majeure et emblématique des liens entre le pouvoir et les banques en France. Dans Bercy, au cœur du pouvoir, Laurent Fargues et moi nous attardons notamment sur la façon dont Michel Pébereau a influencé la mise au point du plan de sauvetage des banques, et nous montrons comment l’argent prêté par l’Etat a permis à BNP Paribas de racheter Fortis sans essuyer les foudres des marchés financiers, alors que la banque affichait à l’époque, à l’automne 2008, le ratio de solvabilité le plus faible parmi les six banques françaises.

    Michel Pébereau est emblématique de ces brillants hauts fonctionnaires devenus patrons et qui, passés dans le privé, ont toujours la conviction qu’ils incarnent l’intérêt général. Conviction largement partagée au ministère des Finances, d’ailleurs, comme nous le confiait un haut fonctionnaire du Trésor : « D’une certaine façon, pour Bercy, ce qui est bon pour BNP Paribas est bon pour la France ».

    La retraite annoncée de Michel Pébereau ne changera pas grand-chose à cela. Hasard ou coïncidence, les inspecteurs des finances restent aujourd’hui aux commandes du secteur financier. Son successeur, Baudoin Prot est issu de la caste, même s’il a quitté le public dès 1983 pour gravir les échelons chez BNP Paribas. Tout comme Daniel Bouton et son successeur Frédéric Oudéa à la Société Générale, Pierre Mariani chez Dexia, François Pérol chez BPCE, ou encore Henri de Castries chez Axa.

      +0

    Alerter
  • Guillaume // 04.12.2013 à 21h16

    Avec un lien cliquable vers la pétition, elle aurait encore plus de signatures.
    Allez, je vous l’offre : http://bit.ly/nonabnp

      +0

    Alerter
  • Vandelliah // 30.12.2013 à 13h49

    Je partage votre analyse, il est sûr que plusieurs de ces dirigeants sont des bons à rien qui n’attendent que s’enrichir au dos des contribuables. Espérons que cette nouvelle année nous apportera autres choses que de l’augmentation de la fiscalité. Joyeux Noël et bonne fin d’année à vous tous

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications