Source : Amnesty International, 26-08-2016

Rasha Mohamed, chercheuse sur le Yémen à Amnesty International, et Rasha Abdul Rahim, chargée de campagne sur le Contrôle des armes à Amnesty International

La frappe aérienne qui a touché l’hôpital rural d’Abs, dans le gouvernorat d’Hajja, au Yémen, le 15 août, est la quatrième attaque contre un hôpital de Médecins Sans Frontières (MSF) en 10 mois. Cela n’a en rien atténué le choc.

Ayman Issa Bakri, chauffeur d’ambulance de 16 ans, compte parmi les 10 victimes. Il y travaillait depuis que MSF a commencé à financer l’hôpital à l’été 2015. Son corps a été retrouvé près du site de l’impact ; il portait encore dans les bras la patiente qu’il transférait de l’ambulance jusqu’aux urgences.

Peu après, MSF a annoncé qu’elle mettait un terme à ses opérations au Yémen. Il est difficile d’imaginer le désespoir des Yéménites apprenant que le seul hôpital à des kilomètres à la ronde est rayé de la carte.

Sur le site de l’hôpital en ruines, Amnesty International a identifié des fragments de bombes qui semble-t-il ont été fabriquées aux États-Unis ou au Royaume-Uni. Cela coïncide avec ce que nous savons des importantes exportations d’armes qu’effectuent ces deux pays vers l’Arabie saoudite et d’autres membres de sa coalition militaire.

Parallèlement, des délégués du Royaume-Uni et des États-Unis s’apprêtaient à participer à la deuxième Conférence des États parties au Traité sur le commerce des armes (TCA), qui s’achève à Genève le 26 août. Le TCA définit des interdictions portant sur les transferts d’armes lorsque l’on sait qu’elles seront utilisées pour commettre des crimes de guerre – dans le cadre d’attaques directes ou menées sans discrimination contre des civils notamment. Le Royaume-Uni ayant ratifié le Traité, il est tenu d’en respecter les dispositions. En tant que signataires, les États-Unis ne doivent prendre aucune mesure susceptible de saper l’objet et le but du Traité.

Les enfants ne peuvent se sentir en sécurité nulle part. Ils comptent pour le tiers des 3 799 civils tués au Yémen depuis le lancement de la campagne de la coalition en mars 2015.
Rasha Mohamed et Rasha Abdul Rahim

Étant donné les nombreuses informations pointant du doigt l’utilisation par la coalition que dirige l’Arabie saoudite de certaines armes pour commettre des attaques aveugles et directes contre des hôpitaux et des cibles civiles, ils ne devraient autoriser aucun transfert d’armes susceptibles d’être utilisées par la coalition au Yémen. C’est précisément pourquoi nous avons demandé à plusieurs reprises un embargo total sur les transferts d’armes susceptibles d’être utilisées par l’une des parties au conflit au Yémen.

Dans une déclaration à la Conférence le 23 août, la délégation britannique a exhorté les États parties à « remédier aux pratiques qui ne vont pas dans le sens de l’idéal du Traité » et à se montrer prêts à accepter les critiques quant à leur conduite. Cet appel est d’une hypocrisie consternante : il intervient après trois semaines d’horreurs vécues par les civils yéménites, une nouvelle fois victimes d’attaques menées sans discrimination par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite qui regorge d’armes fabriquées au Royaume-Uni – munitions et avions militaires notamment.

En effet, depuis l’effondrement des pourparlers au Koweït le 6 août, les frappes aériennes contre le groupe armé des Houthis ont repris, et les civils en paient le prix fort. Deux jours seulement avant l’attaque contre l’hôpital d’Abs, 10 enfants auraient été tués et 28 blessés dans le bombardement de leur école à Saada. Les enfants ne peuvent se sentir en sécurité nulle part. Ils comptent pour le tiers des 3 799 civils tués au Yémen depuis le lancement de la campagne de la coalition en mars 2015.

Amnesty International a recueilli de nombreuses informations sur les livraisons d’armes qu’effectuent certains États parties au TCA à destination de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite, armes du même type que celles utilisées pour les attaques contre des civils et des infrastructures civiles au Yémen. Ces États risquent de se rendre complices de ces attaques illégales.

Par ailleurs, la coalition dirigée par l’Arabie saoudite utilise des bombes à sous-munitions, prohibées par un traité international que le Royaume-Uni a signé. Lors de notre dernière mission au Yémen, nous avons découvert des fragments de bombes à sous-munitions fabriquées au Royaume-Uni et aux États-Unis, éparpillés autour de maisons et qui pendaient des arbres, ainsi que des preuves de leur impact : des enfants à qui il manque des doigts, des parents qui ont perdu leurs enfants.

À Genève cette semaine, la Coalition pour le contrôle des armes et Pax ont rappelé aux délégués la souffrance humanitaire endurée par les civils au Yémen. Le silence des États-Unis et du Royaume-Uni à cette rencontre fut assourdissant. Quant à la France, elle ne s’est pas donné la peine d’y assister. Avec le Royaume-Uni, les États-Unis, l’Allemagne et l’Espagne, la France compte parmi les cinq principaux fournisseurs d’armes de l’Arabie saoudite – d’après son propre rapport annuel, elle a autorisé l’exportation de près de 16 milliards d’euros d’armements à ce pays en 2015.

Le refus des principaux fournisseurs d’armes de l’Arabie saoudite d’ouvrir un débat public sur ce qui se passe au Yémen est honteux. Ils opposent systématiquement des démentis catégoriques, des platitudes fumeuses ou un silence absolu aux informations crédibles selon lesquelles la coalition dirigée par l’Arabie saoudite utilise ces armes pour commettre de graves violations du droit international humanitaire et relatif aux droits humains. Les photos de munitions du type vendues par le Royaume-Uni à l’Arabie saoudite à proximité de bambins en sang et de maisons réduites en poussière ne sont pas jugées dignes d’inciter le Royaume-Uni à se fendre d’une brève déclaration publique.

Le silence sur les victimes civiles au Yémen compromet l’un des outils majeurs de la communauté internationale pour protéger les civils pris au piège des conflits.
Rasha Mohamed et Rasha Abdul Rahim

Les États parties au TCA, dont le Royaume-Uni, encouragent d’autres États à se joindre au Traité. Cependant, s’ils ne sont pas prêts à examiner leur conduite ni à sanctionner les violations, ils saperont l’esprit fondateur du Traité, qui se résumera bientôt à un simple exercice de relations publiques.

Il faut mettre en œuvre la tolérance zéro pour les États qui bafouent les obligations découlant du Traité. Amnesty International demande qu’un critère essentiel s’applique aux exportateurs d’armes : ils ne doivent pas autoriser les transferts d’armes tant que les États importateurs n’ont pas fourni de garanties juridiquement contraignantes assurant que les utilisateurs finaux de ces armes respecteront les droits humains et l’état de droit. À titre d’exemple, le Royaume-Uni ne pourrait pas actuellement autoriser un transfert d’armes vers l’Arabie saoudite sans avoir reçu la garantie juridiquement contraignante que ces armes ne seraient pas utilisées au Yémen.

Le silence sur les victimes civiles au Yémen compromet l’un des outils majeurs de la communauté internationale pour protéger les civils pris au piège des conflits. Un ambassadeur de haut niveau a déclaré à Amnesty International lors de la Conférence que, le TCA n’ayant que deux ans, nous devons « faire preuve de patience » et lui donner du temps. Cependant, des États comme le Royaume-Uni, la France ou les États-Unis ont les ressources nécessaires pour contrôler leurs exportations d’armes et garantir qu’elles n’alimentent pas des atrocités – ils peuvent et doivent montrer l’exemple.

En attendant que les États parties au TCA se montrent à la hauteur de leurs obligations, les Yéménites dans les lits d’hôpitaux peuvent prier pour n’être pas la cible de la prochaine série de frappes aériennes.

Cet article a été initialement publié dans l’International Business Times.

Source : Amnesty International, 26-08-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

36 réponses à L’horreur au Yémen révèle l’hypocrisie meurtrière des exportateurs d’armes tels que la Grande-Bretagne et les États-Unis, par Amnesty International

Commentaires recommandés

Pierre Le 09 septembre 2016 à 02h21

Allocution de F.Hollande, je cite le site de France 24 :” Le chef de l’État a d’abord assuré que “la démocratie sera plus forte que la barbarie qui lui a déclaré la guerre””
http://m.france24.com/fr/20160908-discours-wagram-hollande-attendu-intentions-president-democratie-face-terrorisme. C’est sur que continuant à vendre des armes aux pays qui arment les dits terroristes, on va arriver à ce résultat… Surtout quand en plus on fournit un soutien direct aux terroristes en question (“Al-Nostra fait du bon boulot…”, vous avez oublié Fabius dans votre liste…). Le monde politique occidental touche le fond dans le domaine de l’hypocrisie et de l’incompétence.

  1. Pierre Le 09 septembre 2016 à 02h21
    Afficher/Masquer

    Allocution de F.Hollande, je cite le site de France 24 :” Le chef de l’État a d’abord assuré que “la démocratie sera plus forte que la barbarie qui lui a déclaré la guerre””
    http://m.france24.com/fr/20160908-discours-wagram-hollande-attendu-intentions-president-democratie-face-terrorisme. C’est sur que continuant à vendre des armes aux pays qui arment les dits terroristes, on va arriver à ce résultat… Surtout quand en plus on fournit un soutien direct aux terroristes en question (“Al-Nostra fait du bon boulot…”, vous avez oublié Fabius dans votre liste…). Le monde politique occidental touche le fond dans le domaine de l’hypocrisie et de l’incompétence.


    • RGT Le 09 septembre 2016 à 18h58
      Afficher/Masquer

      Pauvre Jaurès“.

      Jaurès était quand-même favorable à la colonisation, comme tous les “socialistes”, ne l’oublions pas, jusqu’à ce que ce traître de De Gaulle, gros facho de droite, prenne la décision dictatoriale d’y mettre fin (pour ne pas trop froisser les socialistes et les ploutocrates il a créé la françafrique comme lot de consolation, c’était “moins pire” pour ces peuples).

      La seule colonisation que Jaurès n’acceptait pas, c’était celle de la France ou des colonies française par d’autres empires, mais concernant les “peuples primitifs” il ne fallait surtout pas se gêner !!!

      En parlant toujours des “socialistes“, ils étaient tout contents quand Laurent Gbagbo a été élu président de Côte d’Ivoire.
      Par contre, dès qu’il a commencé à appliquer un politique réellement sociale favorable au peuple de ce pays ils l’ont soudain trouvé répugnant et dictatorial.


  2. Catalina Le 09 septembre 2016 à 08h13
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    Je pense qu’il faut être très prudent en relayant Amnesty, il y a des cas où leurs déclarations ont été prouvées mensongères comme le mensonge des fosses communes du Burundi qui semble t-il était destiné à diviser la population.

    “Au Burundi, l’Etat compte porter plainte contre l’accusation mensongère de l’ONG britannique Amnesty International, faisant abstraction de l’enquête judiciaire déjà en cours au Burundi sur ces accusations de fosses communes. De plus, l’ONG Amnesty International risque d’être poursuivi pour espionnage contre le Burundi…”
    https://sites.google.com/site/burundiagnews/histoire/burundi-aba—societe-civile-burundaise–denonce-le-mensonge-d-amnesty-international


    • Pierre Le 09 septembre 2016 à 11h39
      Afficher/Masquer

      Articles sur les ventes d’armes de la France à L’Arabie Saoudite http://www.liberation.fr/debats/2016/03/14/contrat-d-armement-donas-la-france-livrera-l-arabie-saoudite-en-violation-du-droit_1439527
      http://m.nouvelobs.com/edito/20151013.OBS7578/arabie-saoudite-les-indecents-cocoricos-de-la-france.html
      Cocorico, comme dit Manuel Valls. Et notons que c’est MSF qui se retire du Yémen à cause des nombreux bombardements sur des hôpitaux (crimes de guerre)


    • Lysbeth levy Le 09 septembre 2016 à 14h55
      Afficher/Masquer

      Vous pointez juste en parlant des nombreuses dérivés de cette ong mais dans l’article il parle de l’Open société fondation de Georges Soros qui en effet participé à son financement justement pour servir les intérêts géopolitiques Américains. Oui certaines “études” “enquêtes” servent de propagande de guerre, voir de déclencher un conflit avec joint une pétition mondiale comme celles ayant servi pour la Serbie,l’afghanistan ou la Syrie. Ce qui soutend que cette organisation est peu fiable car financée par les memes bailleurs de fond pro guerres et Denonciateurs de guerre comme hrw ou Amnesty. Il faut denoncer cette dérive grave car au Burundi,congo, ou d’autres pays sont victimes de ces pratiques mensongères pouvant déclencher un nouveau conflit sous “r2p” ou ingérence militaire dite “humanitaire”.


      • Bruno Kord Le 11 septembre 2016 à 09h55
        Afficher/Masquer

        l’Open société fondation de Georges Soros a participé au financement de AI à hauteur de 2.31% des dons reçus par cette organisation. La plupart des dons (91%) ont été versés par des personnes physiques comme vous et moi.
        (sources: rapports financiers AI – en ligne sur amnesty.org)


    • jp Le 09 septembre 2016 à 15h05
      Afficher/Masquer

      il faut toujours être prudent d’accord. Revenons au sujet du Yémen : ça fait déjà plus d’un an qu’OXFAM (autre ONG) dénonce la situation humanitaire,
      ” Quelque 14,4 millions de personnes mangent à peine à leur faim, dont 7,6 millions se trouvent en situation de grave insécurité alimentaire.
      19,4 millions n’ont pas accès à l’eau potable ni à l’assainissement.
      Les services de santé sont devenus difficiles d’accès pour 14,1 millions de personnes.
      3 millions de femmes et d’enfants de moins que cinq ans ont besoin d’un traitement contre la malnutrition ou de services de prévention.
      L’ONU estime à plus 2,4 millions le nombre de déplacés dans le pays.
      Plus de 500 000 femmes enceintes n’ont pas la possibilité d’accoucher en toute sécurité.”

      https://www.oxfam.org/fr/pays/yemen


    • Bruno Kord Le 11 septembre 2016 à 09h47
      Afficher/Masquer

      Il faut être encore plus prudent en relayant les attaques d’un Etat contre une organisation internationale.
      Les “mensonges” sur les fosses communes du Burundi sont publiés sur le site amnesty.org . Chacun est libre d’aller les consulter et de les confronter aux affirmations que vous relayez.


  3. Catalina Le 09 septembre 2016 à 12h59
    Afficher/Masquer

    pour avoir une bonne idée de cette ong, il faut aller sur le site et comparer les rapports, par exemple, pur les usa, il n’y a nulle part la question des assassinats de personnes de couleur par les flics, Il n’y a pas le constat des gens qui vivent en tentes, qui vont chercher les coupons alimentaires, la pauvreté, etc…..le manque de soins, toutes raisons qui font bouger cette ong dans les autres pays, selon les rapports…….
    Il n’y est pratiquement question que des exécutions.


    • vincent Le 09 septembre 2016 à 13h19
      Afficher/Masquer

      Attention Porométhé enchaîné va venir vous voir pour vous dire que avez tords.

      Je vous rejoins dans ce que vous dites, et mettez en mot ma pensée que j’ai eu du mal à exprimer. Cette ONG ne vaut pas plus que les autres et vos remarques mettent ceci en lumière. J’ai répondu à monsieur l’enchaîné, que les article concernant amnesty sur la France ne concernait pas les crimes de guerre commis par la France en Syrie et Libye, et si l’ONG soulignait l’Etat d’urgence, et les arrestation “notoire” encore ne faut ils pas éxagérer, il y a certes des abus mais on est loin de ce qui pourrait se faire ailleurs.

      De plus cette ONG lutte contre la torture, mais ils oublient la torture Moral que peuvent subir chaque être humain dans les société occidentales, d’où leur limite dans leur combat, et la faible valeurs de leur crédit.


    • Bruno Kord Le 11 septembre 2016 à 09h51
      Afficher/Masquer

      La lutte pour l’abolition de la peine de mort est l’un des combats fondateurs d’Amnesty International. Les Etats-Unis étant avec l’Arabie saoudite et la Chine l’un des pays pratiquant le plus la peine de mort, il ne faut pas s’étonner de la place prise sur ce sujet dans les rapports d’AI sur ce pays.
      Les assassinats de personnes par la police sont aussi dénoncés. Allez lire les derniers rapports en ligne sur le site amnesty.org


  4. L'affreux Le 09 septembre 2016 à 14h18
    Afficher/Masquer

    Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt…
    Amnesty propose même de couper le doigt…

    Bref, de la comm’…à mettre en relation avec les manipulations et mensonges évoqués plus haut. AI, comme human rights watch, pratique les droits de l’homme à géométrie variable…

    En revanche, sur ce coup précis, je leur reconnais une honnêteté relative…le Yémen n’a pas l’air d’attirer nos journalistes ou politiciens…mais déplorer les conséquences des armes sans mettre en lumière les liens entre vendeurs et acheteurs est aussi stupide que stérile…

    Tiens au fait, cazeneuve, ex-deputé-maire de Cherbourg qui réclamait si fort pendant le mandat du nabot précédent l’actuel la declassification des archives relatives à la vente des scorpènes aux pakistan semble avoir oublié sa ville et ses administrés depuis sa nomination…

    Étonnant, non?


  5. Catalina Le 09 septembre 2016 à 15h32
    Afficher/Masquer

    J’aimerai tout de m^me rajouter parce qu’une personne m’en a fait la remarque, que les ” petites mains” de ces ong ignorent probablement bcp de choses concernant leurs employeurs et ne sauraient, pour une bonne partie, être taxés de manipulation, ou mensonges.


  6. Lysbeth levy Le 09 septembre 2016 à 16h33
    Afficher/Masquer

    Quand à la cpi le jour où les responsables des génocides, conflits, guerres occidentaux seront juges je croirais à sa “neutralité” pas avant : http://www.legrigriinternational.com/2016/08/la-cpi-instrument-de-conquete-geopolitique-de-l'otan-par-nyamien-messou-n'guessan
    Nous vivons toujours l’ère des mensonges !


  7. Catalina Le 09 septembre 2016 à 20h24
    Afficher/Masquer

    Lysbeth,

    Constat amer que même des organisations à but humanitaire, dans le sens respect des droits de l’homme, sont elles aussi gangrénées. Pour le TIP, c’est pareil.
    On est mal.

    🙁


    • Pierre Le 09 septembre 2016 à 21h58
      Afficher/Masquer

      @ Catalina et Lysbeth. Permettez moi de vous dire que j’ai un peu de mal avec votre argumentation. En effet, si il est vrai qu’il ne faut pas prendre pour argent comptant tout ce que rapporte une ONG (tout comme un journaliste ou un gouvernement), vous nous dites en gros que Amnisty International étant gangrenée par les autorités occidentales, il ne faut pas tenir compte des rapports qu’elle émet dénonçant des comportements scandaleux de ces mêmes autorités occidentales ?? Le sujet ici est le comportement ignoble de la coalition emmenée par l’Arabie Saoudite (leurs adversaires n’étant certainement pas des bisounours non plus) et de l’omerta sur le sujet des gvts des démocraties occidentales pour raisons militaro-financières. Comme le souligne jp, AI est loin d’être la seule ong à rapporter ces faits, et ce depuis plusieurs mois. Il semblerait donc que la gangrène n’ait pas encore pris possession de l’ensemble de l’organisation…


      • vincent Le 10 septembre 2016 à 10h04
        Afficher/Masquer

        Les ONG sont toutes de succursales du néocolonialisme, si elles font minent de dénoncer les abus en occident, elles ne disent rien de la destruction des pays par ce même occident, par contre mettent du coeur à l’ouvrage pour dénoncer ceux d’en face


        • Pierre Le 10 septembre 2016 à 11h18
          Afficher/Masquer

          Pas forcément en désaccord avec votre propos, mais le fait que certaines dénonciations ne se font pas ne signifie pas pour autant que toutes celles qui sont faites soient fausses


          • vincent Le 10 septembre 2016 à 13h37
            Afficher/Masquer

            Non c”‘est sur, mais à leur manière de procéder, et surtout taisant certains élément de la dénonciation, ils grossissent le fait et font véhiculé une image, c’est là leur but. Par exemple en Chine il y a eu le cas de ce norvégiens ou suèdois obligé de formuler des excuse à la TV chinoise pour s’être ingérer dans une affaire pénal concernant le membre d’une secte en Chine. Ce qu’on retenu les ONG c’est un activiste des droits de l’homme humilié, mais se garde bien de dire que l’homme que cet activiste défendait, est en procès pour sectarisme et fait partie d’un groupe ouvertement dangereux pour les individus.

            Mais c’est pas grave vaut mieux continuer à dire que les chinois sont des salaupard qui humilie pour le plaisir. Alors que des excuse public reste tout de même assez soft comme mesure de rétorsion, et c’est une pratique auquel même les haut dirigeant chinois ont dut se plier. Mais voila, les gens ils savent pas tout cela, ce qu’ils gardent donc en mémoire, c’est une humiliation injuste et intolérable.


          • chb Le 10 septembre 2016 à 16h00
            Afficher/Masquer

            Il faut bien raccrocher les militants honnêtes de temps en temps, en leur jetant en pâture quelque élément consensuel.


      • Lysbeth levy Le 10 septembre 2016 à 13h32
        Afficher/Masquer

        Tout à fait Pierre je ne dis pas que tout est faux, mais à force on peux se demander : pourquoi denoncer ces crimes “maintenant” alors que ces faits sont connus par la presse alternative depuis le début il y a plus d’un an ? Maintenant que tout est détruit, amnesty, soudain se reveille, puisque l’Arabie Saoudite est un “allié” des usa mais semble vouloir “prendre la tangente” depuis sa “brouille” avec son grand allié (et la divulgation des 28 pages de son implication présumée dans l’attentat du 09/11) n’est ce pas aussi une façon de faire “pression” sur cet “allié” bien gênant parfois ? Je crois plausible que ces ong servent souvent de moyens de pressions contre un pays “ami” quand celui ci desobei, sinon comment interpréter les quasi silences sur les 8 millions de morts au Congo actuellement ou les nombreux autres crimes passez sous silence quand l’Occident est pleinement responsables !


  8. Catalina Le 10 septembre 2016 à 08h22
    Afficher/Masquer

    Pierre,
    Libre à vous , faites comme vous l’entendez, personnellement, je ne peux plus du tout prendre pour argent contant les rapports d’Amnesty, ils sont trop orienté et parfois mensongers. Comment démêler le vrai du faux ? et comment faire une analyse géo-politique si les informations sont déformées ?

    Et ce ne sont pas nos dires qui sont mensongers mais les rapports d’Amnesty, nous n’y sommes pour rien, il n’y a pas de parti pris, les faits sont là, tangibles.


  9. Catalina Le 10 septembre 2016 à 09h10
    Afficher/Masquer

    http://www.counterpunch.org/2016/08/19/human-rights-accomplices-to-human-rights-violations-in-eastern-ukraine/

    ” Mais plus scandaleusement, le terme de «séparatisme» montre que les grands prêtres des droits humains sont inconscients que dans l’Ukraine actuelle, une étiquette de «séparatiste» contre un individu est une autorisation à le battre, à l’emprisonner ou à le ou la tuer, tandis que qualifier tout un mouvement en faveur de l’autonomie de «séparatiste» est la recette pour mener à la guerre civile. Imaginez deux organisations de défense des droits humains avec des décennies d’expérience politique derrière elles, parfaitement inconscientes du pouvoir incendiaire et destructeur du langage en période de conflit civil ! Cela défie toute compréhension.”

    à qui profite le crime ?


    • Pierre Le 10 septembre 2016 à 11h37
      Afficher/Masquer

      Il me semble que le sujet abordé évoque la guerre menée au Yémen par une coalition emmenée par l’Arabie Saoudite à laquelle les 3 plus gros vendeurs d’armes que sont les US, UK et France vendent sans états d’âme (malgré – voire à cause de – un soutien manifeste de la monarchie à des terroristes djihadistes). Cela n’implique nullement que les rapports concernant l’Ukraine, sujet qui représente un intérêt stratégique important pour les occidentaux (et les US en particulier) ne puissent être orientés/dévoyés/truqués. Mais si on respecte votre logique, les rapports sur le Yémen devraient accabler de tous les maux les rebelles houtis (loin d’être des petits anges, il est vrai) soutenus par l’Iran. En même temps, difficile de faire passer des rebelles en tongues coupable de bombardements aériens d’hôpitaux…ou alors MSF fait partie du complot ?


      • Catalina Le 11 septembre 2016 à 12h38
        Afficher/Masquer

        Je ne suis pas d’accord, dénoncer les manipulations d’AI, n’empêche en rien de dénoncer la réalité du pays, mais ai ne peut pas être La source et l’unique des informations, et comme google enlève au fur et à mesure des liens, c’est pas facile de scruter les infos sur le Yémen.Une source unique n’est jamais suffisante pour englober une réalité.
        🙂


  10. Julie Le 10 septembre 2016 à 10h26
    Afficher/Masquer
  11. chb Le 10 septembre 2016 à 10h37
    Afficher/Masquer

    « l’utilisation par la coalition que dirige l’Arabie saoudite de certaines armes pour commettre des attaques aveugles et directes contre des hôpitaux et des cibles civiles, ils ne devraient autoriser aucun transfert d’armes susceptibles d’être utilisées par la coalition au Yémen. »
    Ce serait correct en effet. Mais insuffisant : les USA utilisant leurs propres bombes contre un hôpital (MSF aussi, tiens, à Kunduz), ils devraient plus autoriser de transfert d’armes vers leur armée.
    La France qui, en représailles à l’attentat de Nice, a zigouillé 164 civils syriens lors de ce qui est techniquement un crime de guerre, ne devrait plus être autorisée à utiliser des armes. Le Monde (http://www.lemonde.fr/syrie/article/2016/07/20/en-syrie-la-pire-bavure-de-la-coalition-anti-ei_4972195_1618247.html) parlait alors de bavure ! Evidemment, la République sous P”S” ne saurait être accusée de « commettre des attaques aveugles et directes contre des cibles civiles », comme ces simples sauvages incultes que sont les alliés saoudiens.


  12. Lysbeth levy Le 10 septembre 2016 à 14h07
    Afficher/Masquer

    Tiens, je viens de recevoir un Mail qui dénonce le pouvoir syrien, ses alliés dont la Russie qui selon l’ONG pro américaine ont des bombardements qui tuent les civils, alors que comme de bien entendu les bombes ou armes américaines elles ne tuent que les méchants ! https://medicsunderfire.org/en?source=em0909/
    Voilà le genre de mensonges d’ONG comme les whites helmets utilisant l’émotion comme moyen de guerre ! Utiliser et instrumentaliser la mort afin d’intervention par “r2p” ou ingérence humanitaire voilà la spécialité de ces nombreuses ong. Combien de conflits ont été débutés par ce répugnant moyen depuis la chute du mur de Berlin ? Une longue liste et il ne tient qu’à nous de denoncer ces “crimes de guerres” déguisés en sauvetages humanitaires !


    • Pierre Le 10 septembre 2016 à 16h48
      Afficher/Masquer

      Encore une fois bien d’accord avec vous (et avec chb en ce qui concerne ce lamentable bombardement de représailles du mois de juillet) et mon propos originel était de souligner l’hypocrisie de F.Hollande, tout comme on a pu souligner celle de N.Sarkozy face à leur responsabilité respectivement en Syrie et en Lybie, et celle plus générale de nombreux gouvernements occidentaux depuis la première guerre de Yougoslavie


Charte de modérations des commentaires