Source : Amnesty International, 29-06-2016

Amnesty International demande que l’Arabie saoudite soit suspendue du Conseil des droits de l’homme des Nations unies – voici pourquoi.

fcee27c1cc1c514aee4180eb9e91460cba6620d5

Abdullah al Hamid, Waleed Abu al Khair et Mohammad al Qahtani. © DR

1. Répression des militants

L’Arabie saoudite continue à mener une politique répressive de grande ampleur contre les militants des droits humains.Tous les défenseurs des droits fondamentaux influents et indépendants du pays ont été emprisonnés, réduits au silence ou ont fui le pays.De plus en plus sont condamnés à des années de prison en vertu de la loi de 2014 sur la lutte contre le terrorisme. Parmi les nombreuses personnes incarcérées figure Waleed Abu al Khair, l’avocat de Raif Badawi. Des dizaines d’autres ont été emprisonnées au titre de cette loi en 2015 et en 2016, à l’issue de procès iniques, notamment les défenseurs des droits humains Abdulkareem al Khoder, Abdulrahman al Hamid, Issa al Hamid et Abdulaziz al Shubaily, tous membres fondateurs de l’Association saoudienne des droits civils et politiques (ACPRA), organisation indépendante désormais dissoute.

7a0efc965c6697b408a913e2e02afb37896b0f80

Ali al Nimr. © DR

2. Multiplication des exécutions

Depuis son élection au Conseil des droits de l’homme, l’Arabie saoudite a procédé à de très nombreuses exécutions, ôtant la vie à au moins 350 personnes depuis novembre 2013. Cela inclut l’exécution de masse de 47 personnes en un seul jour en janvier dernier, parmi lesquelles le dignitaire chiite Nimr al Nimr. Le neveu de celui-ci, Ali al Nimr, a été arrêté après sa participation à des manifestations et condamné à mort pour des infractions commises alors qu’il était adolescent.Le tribunal semble avoir fondé sa décision sur des « aveux » qui, selon Ali al Nimr, lui ont été extorqués sous la torture et au moyen d’autres formes de mauvais traitements.

77673b19f71529c0dadf7f97e0e00e0b15f5fecc

Un soldat saoudien près de la frontière entre l’Arbie saoudite et le Yémen, avril 2015. © FAYEZ NURELDINE/AFP/Getty Images

3. Preuves de crimes de guerre au Yémen

Le pays est à la tête d’une coalition militaire menant une campagne dévastatrice de bombardements aériens au Yémen. Plus de 3 500 civils ont été tués et 6 200 blessés dans le cadre de ce conflit, pour la plupart par des frappes aériennes de la coalition, qui ont touché des infrastructures civiles, comme des centres de santé, des écoles, des usines, des centrales électriques, des ponts et des routes. Amnesty International a déterminé que ces frappes étaient souvent disproportionnées ou menées sans discrimination, et ont semble-t-il parfois pris directement pour cible des civils ou des biens à caractère civil. Les attaques de ce type sont susceptibles de constituer des crimes de guerre.

…Et les responsables ne sont pas amenés à rendre des comptes, en partie parce qu’ils sont protégés par leurs alliés

Les alliés de l’Arabie saoudite placent les intérêts économiques et les partenariats de sécurité au-dessus des droits humains. Ils refusent de critiquer publiquement le pays, lui donnant essentiellement carte blanche. Ils soutiennent par ailleurs sans vergogne la politique répressive du royaume au nom de la soi-disant « guerre contre le terrorisme ». Les gouvernements britannique et américain fournissent des armes, un soutien logistique et des renseignements à la coalition dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen.

Malgré tout cela, l’Arabie saoudite continue à siéger au Conseil des droits de l’homme, un groupe de 47 États dont le rôle est de promouvoir et protéger l’ensemble des droits fondamentaux dans le monde. Actuellement, elle utilise le Conseil avec cynisme afin de se soustraire à tout examen plus poussé.

Agissez

Demandez aux gouvernements internationaux de suspendre l’Arabie saoudite du Conseil des droits de l’homme, ou d’expliquer pourquoi ils cautionnent aveuglément ses attaques contre les droits humains.

Source : Amnesty International, 29-06-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

32 réponses à Trois manières dont l’Arabie saoudite porte atteinte aux droits humains – et comment elle échappe à toute sanction, par Amnesty International

Commentaires recommandés

vincent Le 07 septembre 2016 à 05h50

C’est nouveau cette tendance de relayer amnesty international toujours prompt à dénoncer ce qui ne va pas ailleurs mais par contre chez nous y a jamais rien à dire. Je n’aime pas les ONG surtout celles qui se croient en mesure de s’ingérer dans des pays en exigeant des réformes, en se postionnant en donneur de leçon, même quand un des pays accusé de violation des droits de l’homme, respecte les 75% de ces dit droit, eh bas cela ne suffit pas.

Je suis le premier à détester l’arabie saoudite et sa pensée ultra conservatrice, mais par contre ce n’est pas de cette façon que l’on fera évoluer les mentalité. Enfin j’aimerai qu’il y ait plus une dénonciation des actes de guerres de l’occident, qui semble bien épargné par l’ONG, car dénoncer la vente d’arme, c’est pas vraiment dénoncer une violation des droits de l’homme.

j’attend les ONG Russes et Saoudiennes qui viendrons dénoncer les violation des droits des bourreau à couper les tête.

Bref, je ne suis pas vraiment adeptes de cette série de sujet d’amnesty international,

  1. vincent Le 07 septembre 2016 à 05h50
    Afficher/Masquer

    C’est nouveau cette tendance de relayer amnesty international toujours prompt à dénoncer ce qui ne va pas ailleurs mais par contre chez nous y a jamais rien à dire. Je n’aime pas les ONG surtout celles qui se croient en mesure de s’ingérer dans des pays en exigeant des réformes, en se postionnant en donneur de leçon, même quand un des pays accusé de violation des droits de l’homme, respecte les 75% de ces dit droit, eh bas cela ne suffit pas.

    Je suis le premier à détester l’arabie saoudite et sa pensée ultra conservatrice, mais par contre ce n’est pas de cette façon que l’on fera évoluer les mentalité. Enfin j’aimerai qu’il y ait plus une dénonciation des actes de guerres de l’occident, qui semble bien épargné par l’ONG, car dénoncer la vente d’arme, c’est pas vraiment dénoncer une violation des droits de l’homme.

    j’attend les ONG Russes et Saoudiennes qui viendrons dénoncer les violation des droits des bourreau à couper les tête.

    Bref, je ne suis pas vraiment adeptes de cette série de sujet d’amnesty international,


    • LIBRAIRE Le 07 septembre 2016 à 08h18
      Afficher/Masquer

      Une dénonciation du bout des lèvres…….destinée à faire savoir que nous, occidentaux, grand maitres droitdel’hommistes, nous pourrions, un jour, éventuellement, aller donner des leçons en bombardant les enfants de ce pays.
      Lequel pays est grand possesseur d’une énergie fossile dont nous avons tant besoin, et que nous saisirions en guise d’ultime sanction.
      Sans aucune retenue, sans hésitations, sans le moindre soupçon d’humanité.
      Ne serait-ce pas dans les rapports de ces ONG que nous pouvons lire quelles seront les politiques d’invasions économico-colonialistes des années à venir, plus sûrement que dans le marc de café des rencontres diplomatiques?


      • Alex Le 12 septembre 2016 à 14h48
        Afficher/Masquer

        Amnesty est un outil de propagande des USA. Suffit de voir comment ils se sont engagés pour la cause des Pussy Riots. C’était plus qu’évident que ce châpitre était totallement politisé et téléguidé par… suivez mon regard de l’autre côté de l’Atlantique.

        En règle générale, Amnesty Int. agit lorsqu’il faut commencer à changer l’opinion publique. Si ils commencent à casser du sucre sur L’Arabie S., c’est que les USA sentent que le vent tourne (l’Arabie a signé des contrats pétroliers avec la Russie et la Chine, ce qui déplait fortement aux USA qui est en train de voir des alliés changer de camps progressivement.).

        On verra dans les années à venir. Mais la pression pour ne plus traiter avec l’Arabie devient énorme aux USA. Du coup, si les USA ne peuvent plus, personne ne pourra… attendez de voir comment les Saoud vont tomber, ça risque d’être intéressant.


    • Bruno Le 07 septembre 2016 à 08h26
      Afficher/Masquer

      “C’est nouveau cette tendance de relayer amnesty international toujours prompt à dénoncer ce qui ne va pas ailleurs mais par contre chez nous y a jamais rien à dire.”.

      C’est une question de gradation dans le non respect des droits de l’homme.

      Exemple: si je sorts tout de suite sur le parvis de la Defense en hurlant “j’emmerde Francois H., qu’il brule en enfer”, on va me regarder en souriant et si finalement les flics viennent de chercher, on me relachera dans les deux heures.
      Si je fais la même chose en Arabie Saoudite, on risque de me donner des coups de fouet ou de me couper la tête.

      Vous voyez la différence ?


      • VincentL Le 07 septembre 2016 à 08h46
        Afficher/Masquer

        Bruno,

        Nous vendons beaucoup d’armes là-bas. On peut aussi mesurer notre démocratie via leur utilisation, non? [Modéré]


      • vincent Le 07 septembre 2016 à 12h41
        Afficher/Masquer

        La question n’est pas là, la question est que c’est une ONG occidentale qui s’octroie de donner des leçon aux autre, et puis on pas besoin de remonter si loin en France pour voir des cas similaire d’exécution et de peine de mort ou de mise en prison pour atteinte à la morale publique. Flaubert en sait quelque chose, Dreyfus aussi et j’en passe.

        Je dis juste que cette ONG comme tous les autre use d’une thématique à des fin politiques, et ce n’est pas la première fois, et c’est coutume dans la logique néocoloniale. Oui moi aussi je suis contre les coup de fouet et les éxcution. mais qui puis je ? [Modération]


        • Prométhée Enchaîné Le 08 septembre 2016 à 00h06
          Afficher/Masquer

          Désolé vincent ! Je vais devoir vous contredire, enfin non, je ne vais rien dire :

          Etats-Unis :
          http://www.amnesty.fr/search/apachesolr_search/Etats-unis?nolimit=1&filters=

          France :
          http://www.amnesty.fr/search/apachesolr_search/France?nolimit=1&filters=


          • vincent Le 08 septembre 2016 à 07h24
            Afficher/Masquer

            Ca c’est pour donner le change, mais bizarrement les campagne Amnesty sont moins farouche quand il s’agit de nos pays.

            Bref, ils sont obligé de le faire pour le “principe” et rester crédible, mais à mes yeux ils défendent bien les intérêts de l’occident.


            • Prométhée Enchaîné Le 08 septembre 2016 à 11h52
              Afficher/Masquer

              Super, on vous donne une preuve, vous n’allez même pas parcourir un seul des articles, ni défiler le nombre d’articles.

              C’est bien ce qu’on reproche aux complotistes. On leur donne des contre-arguments, ils ne les analysent pas mais les écartent avec une hypothèse dont on attend la preuve. Ils s’accrochent à leur croyance…

              Merci de l’illustrer en tout cas !


            • st3fc10 Le 08 septembre 2016 à 11h55
              Afficher/Masquer

              C’est juste que nos médias ne relèvent pas l’info.


            • vincent Le 08 septembre 2016 à 20h06
              Afficher/Masquer

              Oh je ne suis pas complotiste monsieurs prométhée, je suis contre toutes les foutu ONG occidentale, et je suis contre l’occident, est ce que cela vous parait claire?

              Contre la politique néocolonial,e contre l”ingérence, contre l’entretiens des images noires convenu dans nos pays, contre la France et les USA, est ce que cela vous parait claire?

              Par ailleurs ces articles ne font mentions que des “pseudos droit bafoué en France,” qu’il faut aussi mesurer et quand je parle de crime, je parle de la destruction de la libye et de la Syrie. Cela ,ne fait pas de moi un adorateur de dictateur, ou d’Assad ou Poutine, je leur accorde juste le droit de me présenter leurs visions des choses.
              A moins que tous les pays du monde se dote d’ONG qui dénoncent les crimes des uns des autres vous ne me verrez jamais soutenir ou approuver, quelque soit le sujet, l’action de quelconque ONG, aucune.

              Voila pour moi.


          • Alex Le 12 septembre 2016 à 15h58
            Afficher/Masquer

            Alors, pour en avoir décousu avec une militante d’Amnesty , il faut savoir que Amnesty International n’a pas le même agenda et n’a pas le même financement que Amnesty France ou Amnesty Belgique, ou autres, qui sont financés localement et indépendant.

            Ceci explique vos liens en partie.
            Une autre simple explication: Amnesty dénonce ce que tout le monde sait par rapport aux USA: oui, ils appliquent la peine de mort, non Guantanamo n’est toujours pas fermé, oui, les USA ont fait des guerres illégales.

            Mais le jour où Amnesty fera le même ramdam contre Hillary que ce qu’ils ont fait contre Poutine, vous m’appelez 😉


    • TuYolPol Le 07 septembre 2016 à 08h57
      Afficher/Masquer

      Amnesty est simplement dans son rôle, tout le monde sait ou se doute qu’elle ne peut pas tout dire. Et c’est précisément ce “pas tout” qu’il faut analyser. Quelles sont ses limites ?
      Quelle est la part de l’autocensure et ses leviers ?
      Quelle est la part du biais idéologique ?
      Quelle est la part du réel manque de preuves ?
      J’avoue que je ne vais jamais les voir. Trop mou.


    • Danielle Lapierre Le 07 septembre 2016 à 11h36
      Afficher/Masquer

      Surtout lorsqu’on sait qu’Amnesty International est financé par … Devinez qui ?

      Soros, pardi ! [Modération : source ?]


    • Karmous Le 07 septembre 2016 à 18h22
      Afficher/Masquer

      Le problème c’est qu’ils ont une vision wahabbite de l’islam, dont le principal penseur est mohammad Abdel Wahab qui s’est fait traité par tous les noms et s’est même fait bannir de sa ville à l’époque. Après avoir été banni, il s’est allié (ou est allé se réfugier) au Saoud au bon moment, qui ont utilisé la pensée Wahabbite comme vecteur d’influence. Les Souad ont finit par avoir la main mise sur le pays et depuis le Wahabbisme est malheureusement le courant religieux officiel depuis le XVIIIème siècle.


  2. philbrasov Le 07 septembre 2016 à 06h35
    Afficher/Masquer

    Un peu léger de la part d’amnistie international, d’accuser l’Arabie saoudite de ne pas respecter les droits humains…..sans en indiquer la cause…
    – executions? Amnistie se garde bien d’en indiquer les motifs.
    – repression des militants? Un pays dont la LOI est la sharia, ne peut qu’être répressif envers ceux qui précisément dénoncent la loi coranique…
    quant aux crimes de guerre, la liste serait longue des pays accuses de crimes de guerre…
    C’est bien beau et noble de montrer du doigt l’AS, ce serait encore plus beau de dénoncer le regime et ce sur quoi il tire sa légitimité.


    • vincent Le 07 septembre 2016 à 07h58
      Afficher/Masquer

      En fait je trouve que c’est très convenu et commode de dénoncer l’arabie saoudite, et comme vous dites, absences des raisons etc, on fait pareil pour la Chine la Russie. Bon on peut supposer dans le cas de l’AS qu’il y a peut être une tendance répressive réel, mais rien ne dit non plus que les condamné soit juste des démocrate anges de l’amour. Certains sont peut être condamné pour de vrai crime, fraude ou meurtre, sauf que la bas la sentence est la mort, chez nous c’est différent.

      A propos, qu’en est il de ce français enfermé depuis plus de 5 ans la bas pour une “fraude” qu’il n’a pas commis? Amnesty ne dit rien? L’état français ne dit rien?


    • jp Le 07 septembre 2016 à 12h24
      Afficher/Masquer

      “executions ? Amnistie se garde bien d’en indiquer les motifs.”
      Et pour cause, Amnesty international est contre la peine de mort et la torture quels que soit les “motifs”.


      • vincent Le 07 septembre 2016 à 18h10
        Afficher/Masquer

        Execution ou enfermer les gens dans les camps de concentrations que sont nos prisons, c’est quoi le pire sérieusement? Exécuter ou détruire des vie, c’est un choix, c’est juste que chez nous on trouve cela plus humain peut être, ben voyons


  3. Patrice Le 07 septembre 2016 à 08h46
    Afficher/Masquer

    Ban Ki-Moon a admis que les Saoud faisaient chanter l’ONU en menaçant de couper les fonds: “At the same time, I also had to consider the very real prospect that millions of other children would suffer grievously if, as was suggested to me, countries would defund many U.N. programs.” Et les Saoud bénéficient de la “passivité”, qui vaut soutien, des USA.
    http://www.politico.com/magazine/story/2016/07/saudi-arabia-yemen-russia-syria-foreign-policy-united-nations-blackmail-214124
    Rappelons que les USA, suivis par la Grande-Bretagne, s’étaient retirés de l’UNESCO en 1984. Et à nouveau fin 2011 (cette fois à cause de la Palestine).


  4. Escartefigue Le 07 septembre 2016 à 11h30
    Afficher/Masquer

    JE BOYCOTTE AMNESTY.

    Avec HRW cette organisation est de plus en plus suspecte de connivence avec le Deep State US; son rapport sur le Donbass est un véritable scandale qui décrédibilise totalement cette organisation.

    Marre de ces prétendues “ONG”.
    Halte au foutoir


  5. Omg Le 07 septembre 2016 à 12h01
    Afficher/Masquer

    “Les alliés de l’Arabie saoudite placent les intérêts économiques et les partenariats de sécurité au-dessus des droits humains.”

    Y’a-t-il un pays membre de l’ONU où cela diffère ?


    • RGT Le 07 septembre 2016 à 21h33
      Afficher/Masquer

      Oui, bien sûr, la Grollandie !!!

      Pays très connu contre sa lutte contre les inégalités sociales, la fraude fiscale, la finance internationale, les ventes d’armes à des pays voyous ou à des organisations terroristes, et j’en passe.


  6. Koui Le 07 septembre 2016 à 22h06
    Afficher/Masquer

    Amnesty n’est pas neutre. On voit bien qu’ils ont leurs tête de turc et c’est en général les mêmes que la maison blanche. Mais ils essayent aussi un peu de faire contrepoids. Leurs rapports même biaisés sont toujours à prendre au sérieux. Ils décrivent generallement des faits précis. Les extrapolations sont donc plus facile à repérer. Je penses qu’ils ont plus d’éthique que les pisses copies des médias.


  7. Catherine Le 07 septembre 2016 à 22h25
    Afficher/Masquer

    Heu… les femmes on en parle pas ?

    Amnesty considère que les femmes n’ont pas de droits ?

    Ou alors que leurs droits ne sont pas atteints dans ce royaume ?

    Je me pince…


    • Alex Le 12 septembre 2016 à 15h41
      Afficher/Masquer

      Vous rigolez? on ne parle que de cela. Le droit des femmes est le principale vecteur utilisé dans les propagandes de guerre actuelles.

      Quand les médias occidentaux ont reçu l’ordre d’enfin s’intéresser à la Syrie, soit après 4 ans de massacres et déjà plus de 150.000 morts, ils ont utilisé le cas des 120 Yezedis qui ont été enlevés comme esclaves sexuels. Les centaines de vidéos de massacres de Kurdes, Shiites, Alaouites et autres chrétiens n’étaient pas le bon outil pour “choquer” l’opinion public. ET tous le monde sait que faire une bonne guerre, il faut d’abord avoir l’opinion public avec soit et pour l’avoir avec soi, il faut d’abord déshumaniser l’ennemi.

      Quand il faut s’intéresser à Boko Haram, ils nous montrent les 160 filles enlevées mais silence COMPLET sur les 58 garçons qui eux ont été massacrés! et quasi rien sur les 2000 villageois lâchement assassinés.

      Durant le printemps arabe, les gens n’auront rien retenu d’autre que cette journaliste américaine qui a subi des attouchement sur le place tarhir, mais tout le monde se fichait que son interprète/chauffeur se soit fait lyncher (et tuer!)… ou les 180 personnes mortes ce mois-là…

      Un autre ennemi potentiel, L’Iran: les média ont tellement fait leur travail que lorsque vous dites “Iran” à un occidental, il faut dit: “burqa, lapidation de femmes” sans aucune honte.

      Idem, on vous dit Arabie: “lapidation des femmes violées”.


      • Alex Le 12 septembre 2016 à 15h42
        Afficher/Masquer

        Ca en devient carrément ridicule. Ces pays sont archaiques et dangereux, mais bon sang, s’intéresser à daesh le jour où ils vendent des escalves sexuels et fermer les yeux sur les milliers de massacres de masse d’hommes et garçons qu’ils ont faits, c’est déplacé.
        Parler de la femme lapidée en Iran et Arabie et ne jamais parler des 95% des peines de morts qui concernent les hommes, c’est déplacé. (parce que flash news, les hommes aussi sont condamnés à mort en cas d’infidélité… c’est finalement qu’une question de classe sociale, un haut dignitaire, on étoufera l’affaire, mais le commun des mortels ou pire, le shiite d’origine yéménite, c’est 150 coups de fouet, bref, la mort.)

        L’exemple le plus criant était le cas de cette femme dont tous les média ont parlé chez nous: “Condamnée pour avoir été violée”. La belle affaire mensongère.
        En lisant tout l’article:
        – la femme a eu une relation hors mariage dans une voiture (promiscuité avec un homme)
        – des témoins ont voulu les punir: ils ont tabassé l’homme et ont violé, l’homme et la femme
        – la police est arrivée et a arrêté tout le monde.

        Résultat:
        – les agresseurs violeurs ont été condamnés à des peines allant de 15 ans de prison si je me souviens bien à 120 coups de fouets et un été condamné à la pendaison.
        – L’homme et la femme “victimes” ont été condamné à 80 coups de fouet pour promiscuité entre homme et femme hors du mariage.

        Les média occidentaux n’ont parlé que de la femme et les pétitions ne demandaient pas la libération de l’homme…


        • Alex Le 12 septembre 2016 à 15h53
          Afficher/Masquer

          ha oui et si je me souviens bien, l’homme et la femme était de confession shiite, ce qui n’aide pas en Arabie…

          Voilà comment tout est manipulé depuis nos média. et pour revenir à votre remarque, sachez que si vous voulez sensibilisez les gens, il suffit de parler des femmes… la vie d’un homme ne vaut historiquement rien (le bon vieux principe de disposabilité des hommes). Les exemples au-dessus en sont l’exemple parfait. Un autre exemple: la RDC. On approche les 10 millions de morts en 15 ans mais ce qui choque le plus, ce sont les viols des femmes (parce que les viols des hommes ne sont même pas mentionnés dans nos média)

          Pour l’Iran, je vous propose de taper dans google: “Iran the myth of patriarcal oppression” . Un tout autre point de vue.


  8. Thierry Saladin Le 14 septembre 2016 à 13h29
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Le titre: Trois manières dont l’Arabie saoudite porte atteinte aux droits humains – et comment elle échappe à toute sanction, par Amnesty International

    Vous faites comme vous voulez, mais je me permets de vous signaler qu’en bon français, on dit droits de l’homme.
    Droits humains étant un américanisme issu de human rights.

    Cordialement.

    Thierry Saladin


Charte de modérations des commentaires