Impressionnant ce pape quand même…

Pape François: « Si je parle de violence islamique, je dois parler de violence catholique », par Jean-Marie Guénois

Source : Le Figaro, Jean-Marie Génois, 01/08/2016

xvmc18b8d3e-5761-11e6-9f15-ba1247583384

Au retour des JMJ de Pologne, questionné dans l’avion par les journalistes, le pape François a expliqué sa vision des attentats perpétrés au nom de l’islam. Voici le texte intégral de sa réponse.

[…]

Ce qui a introduit une question sur le fait qu’il se refusait à parler d’islamistes ou de musulmans pour commenter des attentats pourtant commis au nom de l’islam, comme celui du Père Hamel, mais qu’il utilisait toujours le mot «terroristes».

François a d’abord répondu: «Je n’aime pas parler de violence islamique, parce qu’en feuilletant les journaux je vois tous les jours que des violences, même en Italie: celui-là qui tue sa fiancée, tel autre qui tue sa belle-mère, et un autre… et ce sont des catholiques baptisés ! Ce sont des catholiques violents. Si je parle de violence islamique, je dois parler de violence catholique. Non, les musulmans ne sont pas tous violents, les catholiques ne sont pas tous violents. C’est comme dans la macédoine, il y a de tout… Il y a des violents de cette religion…»

Puis il a continué sur la question du fondamentalisme: «Une chose est vraie: je crois qu’il y a presque toujours dans toutes les religions un petit groupe de fondamentalistes. Nous en avons. Quand le fondamentalisme arrive à tuer… mais on peut tuer avec la langue comme le dit l’apôtre Jacques, ce n’est pas moi qui le dit. On peut aussi tuer avec le couteau, non?»

Pour conclure et redire le fond de sa pensée: «Je crois qu’il n’est pas juste d’identifier l’islam avec la violence, ce n’est pas juste et ce n’est pas vrai. J’ai eu un long dialogue avec le grand iman de l’université Al-Azhar et je sais ce qu’ils pensent. Ils cherchent la paix, la rencontre.»

 

[…]Ce qui l’a conduite à marteler une nouvelle fois sa pensée qui refuse tout amalgame entre violence et islam, ou islam et terrorisme: «Oui, nous pouvons dire que le soi-disant ISIS est un État islamique qui se présente comme violent. Quand ils présentent leur carte d’identité, ils font voir comment ils tuent les Égyptiens sur les côtes libyennes ou autre, mais ceci est un petit groupe fondamentaliste, qui s’appelle ISIS. Mais on ne peut pas dire, ce n’est pas vrai et ce n’est pas juste, que l’islam soit terroriste.»

Relancé par une question sur l’initiative qu’il pourrait lancer de façon à aider l’islam à lutter contre ce phénomène, le pape François a répondu qu’il considérait plutôt «le dieu argent» comme «un terrorisme de base»: «Le terrorisme est partout. Pensez au terrorisme tribal dans certains pays africains. Le terrorisme est aussi… je ne sais pas si je peux le dire car c’est un peu dangereux, mais le terrorisme grandit lorsqu’il n’y a pas d’autre option. Et au centre de l’économie mondiale, il y a le Dieu argent, et non la personne, l’homme et la femme, voilà le premier terrorisme. Il a chassé la merveille de la création, l’homme et la femme, et il a mis là l’argent. Ceci est un terrorisme de base, contre toute l’humanité. Nous devons y réfléchir.»

[…]

Lire l’intégralité sur : Le Figaro

=========================================

“Le dieu Argent, le premier terrorisme” selon le pape François

Source : Le Nouvel Obs, Caroline Brizard, 15-08-2016

Le pape François à Birkenau, le 29 juillet. (AFP PHOTO / FILIPPO MONTEFORTE)

Le pape François à Birkenau, le 29 juillet. (AFP PHOTO / FILIPPO MONTEFORTE)

Face à la grande peur des attentats islamistes, le pape choisit de dénoncer le terrorisme de l’économie. Interview.

Rentrant le 1er août des Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie, marquées par l’assassinat du prêtre français Jacques Hamel dans son église de Saint-Etienne –du-Rouvray, le Pape François a déclaré dans l’avion : “Au centre de l’économie mondiale, il y a le Dieu argent, et non la personne, l’homme et la femme, voilà le premier terrorisme”.

Cette déclaration lapidaire méritait quelques éclaircissements. Nous les avons demandés à Rémi Brague, philosophe et chrétien, spécialiste de la pensée médiévale arabe et juive.

La dénonciation de l’argent par l’Eglise est-elle une constante de l’histoire du Christianisme, depuis l’épisode des marchands du Temple chassés par le Christ, en passant par les figures de la pauvreté comme saint François d’Assise ?

– Oui et non. Les faits auxquels vous faites référence ont une signification religieuse ; leur sens économique et/ou politique est moins clair. Le geste de Jésus est avant tout prophétique. Sur le plan matériel, il se contente probablement de renverser une table ou deux. S’il en avait renversé davantage, la garnison romaine serait intervenue !

Il faut se remettre dans la Palestine du 1er siècle. Le Temple est un lieu où l’on sacrifie constamment des animaux, du bœuf à la colombe, une sorte de gigantesque abattoir où des Juifs apportent la monnaie dont ils se servent dans leur pays d’origine pour payer leurs achats. Il est à la fois une vaste animalerie et un bureau de change. Les “marchands” chassés du Temple par Jésus ne le sont pas parce qu’ils pratiquent le change, ou parce qu’ils procurent les bêtes à sacrifier, mais à cause du lieu où ils exercent leur métier, qui devrait avoir d’autres fonctions.

Le Christ n’accuse pas l’usage de l’argent, mais le culte qui est rendu, qui est de nature idolâtrique. Il dénonce le fait d’acheter ainsi la grâce de Dieu, et se replace dans la tradition des prophètes qui dénonçaient les sacrifices, parce qu’il ne remplaçaient pas la conversion des cœurs.

La réaction des gens du cru (les “Juifs”, c’est-à-dire les habitants de la Judée) est significative : ils ne protestent pas, ils ne sont pas choqués, mais ils demandent un “signe” – quelque chose qui légitime Jésus à agir ainsi- qui montre qu’il est bien lui aussi un prophète (Jean, 2, 18).

Quant à la pauvreté de Saint François, elle est avant tout un essai d’imiter la vie des douze apôtres qui menaient une vie errante, arpentant la Palestine de haut en bas, en ayant laissé leur métier qui de pêcheur, qui de fonctionnaire du fisc. Ils vivaient une existence précaire, suivant le Christ qui prêchait et dépendant de l’aide apportées par les populations qu’ils rencontraient. De la même façon, la pauvreté des ordres monastiques n’a pas valeur d’exemple. Elle ne représente pas un modèle économique.

On a pourtant l’impression que pour la religion catholique, l’argent incarne le mal…

L’argent représente plutôt un aspect tangible de ce qui est vraiment mal, à savoir ce que le Nouveau Testament appelle la “richesse. Celle-ci n’est pas seulement matérielle, même si la richesse matérielle est plus visible.

C’est aussi la naissance, les relations, la situation sociale, l’influence, le savoir réel ou imaginaire, la possession d’une vision du monde “bétonnée”, au sens où l’on pense : “J’ai compris, je n’ai plus besoin d’apprendre”.

Etre plein de soi représente une manière de “richesse”, moins visible, mais aussi dangereuse. Bref, la richesse englobe tout ce qui empêche de reconnaître que l’on a besoin d’autrui et d’autre chose que soi, dont le grand Autre qu’est Dieu.

Le pape a le sens de la formule qui frappe. Peut-on vraiment parler d’un “terrorisme de l’argent” ?

 

Lire la suite sur Le Nouvel Obs

pape

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

50 réponses à “Le dieu Argent, le premier terrorisme” selon le pape François

Commentaires recommandés

TuYolPol Le 03 octobre 2016 à 01h20

Comprendre la richesse non comme le signe de la réussite mais de l’avidité.
Nous devons y réfléchir, quelques-uns comprennent. Amasser est répugnant.

  1. TuYolPol Le 03 octobre 2016 à 01h20
    Afficher/Masquer

    Comprendre la richesse non comme le signe de la réussite mais de l’avidité.
    Nous devons y réfléchir, quelques-uns comprennent. Amasser est répugnant.


    • theodorum Le 06 octobre 2016 à 17h20
      Afficher/Masquer

      Le Pape a raison : la pensée unique règne et les médias sont ses chiens de garde: elle est la mère de tous les terrorismes. Quand l’avenir est bouché les jeunes – c’est l’âge des illusions – se révoltent.
      André Chouraqui, essayiste israélien déclarait à Ouest-France le 31 Mars 1994 ” C’est vrai, il y a aussi un fanatisme religieux. Mais ce n’est pas l’Islam qui est en cause mais plutôt la misère. Sans la misère, l’intégrisme islamique ne trouverait pas de terreau pour se développer.”
      A ce point de vue le regroupement familial est une deuxième erreur, après celle de la mondialisation qui nous a ruinés. Faire venir des gens à qui on n’a pas de travail à offrir c’est aller au devant de difficultés.
      Il faut tout remettre à plat tant qu’il est temps !


      • theodorum Le 06 octobre 2016 à 17h34
        Afficher/Masquer

        Certains jeunes sont bien installés et n’ont pas de raison personnelle de se révolter. C’est alors par idéal qu’ils le font. La jeunesse est aussi l’âge de la générosité.
        Un bon exemple en est Moïse qui avait été élevé par la fille du Pharaon, il n’avait aucun intérêt à échelle humaine à se solidariser avec le peuple israélien dont il était issu !
        A propos de la pensée unique si la cupidité de nos dirigeants ne nous avait pas conduits à choisir les prix – marché de dupes ou miroir aux alouettes ? – nous pourrions aider les pays pauvres à se moderniser et cela nous donnerait aussi du travail.


  2. Charles Le 03 octobre 2016 à 01h31
    Afficher/Masquer

    Encore une fois, ce blog signale une information très importante.
    D’abord les propos du pape François, refusant de parler d’islamisme. Ils sont dans la tradition de refus du racisme. Son emploi est tout simplement du racisme inconscient, que nous partageons (presque) tous et qu’il faut corriger.

    Ensuite et surtoutsa condamnation de du Dieu ‘argent comme le “premier des terrorismes”. La condamnation de l’argent par le Vatican n’est pas nouvelle, mais elle est ici radicale, et désigne une des raisons du terrorisme politique.

    Elle intervient surtout à un moment où les inégalités se creusent comme jamais dans l’histoire de l’humanité, rejetant aux oubliettes toute promesse de maintien, sans parler d’extension, des droits démocratiques conquis avec tant de sacrifices.

    Cette prise de conscience réserve d’autres surprises. Vous vous souvenez de Francis Fukuyama qui annonçait au début des années 1990 « la fin de l’histoire », autrement dit le caractère indépassable du capitalisme. Et bien, il alerte maintenant contre le « pouvoir de l’argent », pire menace sur la « démocratie ». On peut suivre son parcours ici: http://wp.me/p5oNrG-mYr


    • vincent Le 03 octobre 2016 à 07h12
      Afficher/Masquer

      Ce n’est pas un peu fort de café le vatican qui dénoncer l’avidité de l’argent, eux qui sont sur un tas d’or depuis des siècles?


      • Catalina Le 03 octobre 2016 à 09h25
        Afficher/Masquer

        La catastrophe Bergoglio et la lâcheté des cathos

        http://www.dedefensa.org/article/la-catastrophe-bergoglio-et-la-lachete-des-cathos


      • Alain Le 03 octobre 2016 à 10h17
        Afficher/Masquer

        préjugé facile. Pourquoi ne dites vous pas à l’état qu’ il est assis sur les ors de la république ? on pourrait vendre Chambord tiens…


      • Jaggy Le 03 octobre 2016 à 17h28
        Afficher/Masquer

        Ce qui est compliqué, lorsque l’on juge une religion, c’est qu’il faut toujours garder une certaine prudence et distinguer,
        – ce qui est contenu dans les textes religieux et ce qui est appliqué. Dans les textes religieux, les intentions sont souvent fort louables et bonnes, tandis que leur application “officielle” ne respecte pas toujours fidèlement leur état d’esprit. Il convient donc de distinguer la religion elle-même (comme elle peut être vécue par les gens du commun) et l’autorité religieuse (et ses jeux de pouvoirs, etc).
        – Il ne faut pas oublier que les hommes et les auteurs de certains textes religieux, que l’on veut facilement critiquer, ont forcément été influencés par les moeurs de leur époque. On ne peut leur reprocher de ne pas être nés au 20ème siècle. Nous serons peut-être nous-même vus comme d’affreux ringards décadent extrémistes par ceux qui naîtront dans 200 ans.
        – Et il faut aussi garder à l’esprit, que les responsables religieux d’aujourd’hui ne sont pas responsables de toutes les erreurs commises par tous leurs prédécesseurs lors des 2000 ans d’histoire de cette religion. Vous jeter à la figure à vous, que vous êtes responsables de l’esclavage des noirs, est tout aussi stupide, que d’accuser le pape d’être responsable de la richesse du Vatican depuis des siècles. D’une manière générale, lorsqu’on veut critiquer quelqu’un, le mieux est de se renseigner sur son parcours personnel.


      • krokus Le 03 octobre 2016 à 19h37
        Afficher/Masquer

        Ah çà pour un lieu commun! Vous avez oublié les Borgia et l’Inquisition et ce pauvre Giordano Bruno mis toutes les sauces,mdr! Mon ami,l’Eglise catholique moderne est fauchée comme les blés,contrairement à ce que pensent tant de gens si mal informés.


    • LS Le 03 octobre 2016 à 11h20
      Afficher/Masquer

      Dire que je refuse de parler d’islamisme, cela est équivalent de dire que je refuse de parler de communisme ou de libéralisme.
      L’islamisme est clairement une interprétation politique activiste de l’islam et justifie donc cette proximité phonétique (“isme”) .
      Il y a une manipulation ou une mauvaise utilisation des termes dans les propos du pape. Je ne vois pas de violence catholique ni de violence islamique en action, par contre je vois très bien la violence islamiste, elle, dont je ne vois pas d’équivalent catholique.
      Enfin, en ce qui concerne les formes de pouvoir occulte, je suis beaucoup plus préoccupé par celui de la technocratie qui s’autonomise de tout et de tous que par celui de l’église catholique ou de l’islam.


    • bats0 Le 03 octobre 2016 à 23h26
      Afficher/Masquer

      Non Charles, le Pape ne condamne pas “l’argent”, mais le “dieu argent”, toute la différence entre le contenu et le contenant de la cible…


  3. diox Le 03 octobre 2016 à 08h13
    Afficher/Masquer

    Il y a des gens qui sont tellement pauvre qu’il ne leur reste que l’argent.


    • Narm Le 03 octobre 2016 à 13h57
      Afficher/Masquer

      Il y a des gens qui sont tellement pauvre qu’il ne leur reste que l’argent.

      Excellent


  4. Georges Clounaud Le 03 octobre 2016 à 08h27
    Afficher/Masquer

    On commence à vous connaitre Olivier et vous nous tendez une grosse perche avec ce billet concomitant avec les déclarations de ce même pape sur la théorie du genre ;-). Y-a-t-il une cohérence entre ces positions ? Le Dieu Argent pour prospérer doit détruire toutes les solidarités existant dans le bas-monde et doit ériger le règne de l’individu consommateur roi. Au diable toutes les instances de socialisation, de solidarité se mettant entre eux ! Il en est ainsi de la religion, de la famille, de la nation, notions ringardisées par la pensée dominante et vouées selon elle à disparaitre, à aller au diable. Ces barrières renversées, écrabouillées nul ne pourra contester la domination de ce nouveau Dieu. La loi du marché s’imposera partout et les perdants seront irrémédiablement excommuniés. Je ne suis pas croyant, la famille me pèse souvent et j’étais jusqu’à peu de temps guère attaché à la Nation. Je commence simplement à prendre conscience de leurs fonctions sociales.


  5. PatrickLuder Le 03 octobre 2016 à 08h41
    Afficher/Masquer

    “le terrorisme grandit lorsqu’il n’y a pas d’autre option.” C’est une clef majeur pour le combat contre le terrorisme … quand tout est détruit déstabilisé, quand le chaos est omniprésent, quand l’ennemi est extérieur, financé et organisé de l’extérieur, qui combattre, que combattre ???

    J’avais vu un reportage qui montrait les habitants du pays disant qu’ils avaient fini par accepter “les rebelles” car ils assuraient le minimum pour la population, emploi – écolage – services à la population et un semblant de sécurité avec un peu d’autonomie … et qu’offre aux Syriens la coalition international? Déstabilisation politique – destruction des infrastructures – soumission à l’armée – distribution contrôlée de vivres.


    • Pierre Bacara Le 03 octobre 2016 à 11h08
      Afficher/Masquer

      les habitants du pays [la Syrie] disant qu’ils avaient fini par accepter “les rebelles” car ils assuraient le minimum pour la population,

      C’était vrai au début en ce qui concerne l’E.I. Daech avait remis en service nombre d’infrastructures et établi sur le terrain un ordre qui, dans les régions sans industrie, favorisait l’essentiel : le business ; d’où l’allégeance opportuniste de nombre de chefs sunnites locaux et la résignation passive de beaucoup de gens.

      Mais l’eau a coulé sous les ponts et il semble que ces populations aient de plus en plus de mal à supporter l’extrémisme de l’ordre islamiste.

      Bien entendu, il s’agit là d’informations floues, très générales, sur un sujet ardu qui, aujourd’hui, ne peut encore être appréhendé qu’à distance. Les langues se délieront après la guerre.


    • krokus Le 04 octobre 2016 à 10h51
      Afficher/Masquer

      Ah vous avez vu “un reportage”? Tiens donc…dans une zone sous contrôle EI ou Nosra ou Ahrar el Cham ,c’est du pareil au même…et le monsieur questionné a “bien ” répondu? Mais êtes vous donc si naïf? au mieux? ce genre de propos me laisse pantois,littéralement.Vous savez ce qui serait arrivé “aux habitants du pays ” s’ils avaient dit le contraire? Allez donc sur les sites jihadistes…et même sur youtube….cette peur intense qui porte certains à trouver des “explications” même au pire,même aux massacres de masse, m’interroge au delà du logique….écolage avez vous dit? Vous ne seriez pas un pu canadien et favorable à cet idiot utile de Trudeau qui vous sert de premier ministre actuellement? celui qui va dans une mosquée ultrasalafiste prier avec les barbus? Accommodez vous donc… la soumission à frappé le Québec de plein fouet,semble-t-il…


  6. Wakizashi Le 03 octobre 2016 à 09h15
    Afficher/Masquer

    Cela fait du bien quand le débat s’élève, ce qui est souvent le cas quand la parole est donnée à des gens qui ne sont pas totalement immergés dans la société et ses mélodrames. Cela peut paraître bizarre à la majorité qui a la tête dans le guidon, mais il existe encore des personnes qui observent la comédie humaine de loin, qui sont dans une recherche plus métaphysique. Et quand ces gens s’expriment, on sent généralement souffler un agréable vent de sagesse.

    Il existe d’ailleurs un parallèle avec la différence de préoccupations entre les débats qui animent le microcosme parisien d’un côté, et celles du reste de la population. L’écrasante majorité des gens simples de la “province”, comme la nomment les élites parisiennes, se moquent des délires de Zemmour comme de leur premier slip.


    • marc Le 03 octobre 2016 à 20h23
      Afficher/Masquer

      “L’écrasante majorité des gens simples de la “province”, comme la nomment les élites parisiennes, se moquent des délires de Zemmour”

      pas d’accord… rappelez vous les scores du FN, selon moi, une bonne moitié de ces gens approuvent ces délires


      • Wakizashi Le 04 octobre 2016 à 17h22
        Afficher/Masquer

        Petite estimation rapide :

        – Population française : 64M de personnes
        – Nb de cartes électorales en circulation : 45M
        – Tx de participation aux dernières élections : 50% (environ, de mémoire), soit 22.5M
        – Score du FN : 30% (environ, de mémoire), soit 8M

        “La moitié de ces gens” (j’imagine que vous parlez des électeurs du FN) représente donc 4 millions de personnes, soit environ 6% de la population française. Population restante : 94%.

        94%, ce n’est pas une écrasante majorité pour vous ?


  7. Oncle Bob Le 03 octobre 2016 à 09h21
    Afficher/Masquer

    Gardons la tête froide sur le bonhomme, c’est bien de rappeler ce qui est de plus en plus visible, soit que le capitalisme est une religion/croyance avec des dogmes, une sainte main invisible du marché, une inquisition éditoriale etc… mais ne pas oublier qui prend le micro pour le dire (Merci P. Ariès!) :

    https://www.youtube.com/watch?v=6JXCXjoi3SI

    Jugeons les paroles à l’aune des actes…


  8. Homère d'Allore Le 03 octobre 2016 à 10h20
    Afficher/Masquer

    “Cela peut-il être un bien, ce qui ne rend pas meilleur celui qui le possède ?”

    Cicéron


  9. Nicolas Anton Le 03 octobre 2016 à 10h51
    Afficher/Masquer

    Le “Dieu” argent ? Il devient polythéiste ? j’ y voyais plutôt le diable.. M’enfin c’est quand même envoyé. L’argent est le véritable terroriste : Waouhh ! Message reçu 5 sur 5 François mais on le savait déjà. Dans le prochain avion remplace argent par Oligarchies et la coupe sera pleine. Restera plus qu’aux peuples de leur faire boire le calice jusqu’à la lie..
    Le Pape François s’inspirerait-il d’un autre argentin la haut devenu un mythe et qui le regarde peut-être..


    • paulo Le 04 octobre 2016 à 00h58
      Afficher/Masquer

      Ben oui, c’est la théologie de la libération.
      C’est un pape un peu marxiste, c’est rigolo parce qu’en Amérique du sud comme en Espagne le clergé est plutôt franchement genre franquiste ou pinochiste.
      Ils ne sont pas très content du pape actuel, en fait.


  10. Dahool Le 03 octobre 2016 à 11h31
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    Personne pour parler de l’affaire Kardashian ?
    C’est un scandale et je suis déçu. Je croyais que sur ce site on abordait les sujets sérieux.

    Honte à vous de ne pas être au diapason des chaînes d’Info. C’est pourtant le sujet qui devrait, toutes et tous, nous préoccuper, on s’en fout des déboires de la DB ou des fraudes fiscales de Trump qui n’en sont pas, ça ne nous concerne pas.

    Vive la vie trépidante de la famille Kardashian !


    • krokus Le 03 octobre 2016 à 19h57
      Afficher/Masquer

      Ben en fait,l’affaire Kardashian est importante,qu’on le veuille ou pas…peut être n’avez vous cure des emplois et de l’activité économique générés par le tourisme,c’est votre droit. mais en termes d’image,et donc de tourisme,cette affaire est catastrophique,de par la notoriété,dont on peut se moquer se on veut,de la victime.Par ailleurs,j’ai lu sur cette affaire des commentaires particulièrement odieux,par sur les Crises heureusement… racistes,sexistes,envieux,jaloux,féministes,moralistes, boboïstes et autres sous-catégories s’en sont donné à cœur joie. Dans le lamentable,on a atteint des sommets remarquables. Kim Kardashian n’est pas qu'”un cul ” et “des nichons “…c’est un être humain et surtout,une redoutable et très intelligente femme d’affaires,créatrice d’emplois et de richesses économiques,tout comme son mari….on aime ou on n’aime pas…mais Dieu que ‘envie et la jalousie sont de sales sentiments.


      • Dahool Le 03 octobre 2016 à 21h19
        Afficher/Masquer

        Vous allez un peu loin krokus.

        Je reproche le côté artificiel de la création Kardashian et c’est quand même grâce à son cul et uniquement son cul que la Kardashian existe. C’est aussi grâce à une sextape qu’elle doit sa notoriété alors comme référence…
        De voir le tsoin tsoin médiatique que provoque un banal fait divers me laisse pantois.

        Le tourisme n’en sera pas affecté, sauf si le monde se jette sur la France au moindre pet de travers et même quand il n’y a pas de pet. L’affaire du montage burkini par une chaîne australienne peut être révélatrice. La France est une cible et je ne comprends pas qui le souhaite et dans quel but. J’ai cette sensation.

        Ni envie ni jalousie, mauvaise pioche. Remarquez, quand je la vois, de dos, j’ai effectivement certaines envies mais chuuuut.


      • Dahool Le 03 octobre 2016 à 22h18
        Afficher/Masquer

        Vous avez bien fait de venir, vous avez encore raison
        http://www.lepoint.fr/montres/kim-kardashian-braquee-paris-no-go-zone-pour-les-touristes-de-luxe-03-10-2016-2073196_2648.php

        Pas surprenant que nos médias partagent cette immédiate conclusion.

        Paris sous les bombes.


    • marc Le 03 octobre 2016 à 20h14
      Afficher/Masquer

      c’est une coincidence qui tombe bien : cette femme s’est faite voler pour 9 millions de dollars de bijoux, et bien sûr je me dis que c’est un sommet de stupidité de posséder ça


  11. georges dubuis Le 03 octobre 2016 à 12h08
    Afficher/Masquer

    Et la finance…… c’est la multiplication des petits pains, encore un miracle.L’argent n’est pas la monnaie. Un dialogue au sommet est il possible avec Loyd Blankfein de GSachs qui déclarait candidement “accomplir la mission de dieu” ?


  12. pythos Le 03 octobre 2016 à 12h10
    Afficher/Masquer

    Pour moi, le riche c’est celui qui donne.
    Pour le reste il est assez évident que la NON-répartition des richesses est un vrai problème avec une soixantaine de personnes qui détiennent aujourd’hui autant que la moitié de la planète…
    Avec autant d’argent, l’on peut corrompre les politiques, faire des guerres (et des attentats), mettre en esclavage une grande partie de la population mondiale, acheter des médias pour faire croire au braves gens ce que l’on veut etc…
    Sans compter les autres hyperpuissances, notamment les multinationales dont le pouvoir financier est supérieur à celui des États, avec leurs lobbys …
    Nous avons aussi L’Europe avec, à la tête des personnes qui ne sont pas élues, et qui a un pouvoir extraordinaire …
    Eh oui, l’argent et le pouvoir ne font pas du bien à la planète ! Forts du constat, que faisons-nous maintenant ?


    • annette Le 03 octobre 2016 à 20h15
      Afficher/Masquer

      on continue à s’organiser :
      – pour “nourrir” le moins possible les multinationales,
      – forcer nos états à leur faire payer des impôts conséquents et des cotisations salariales liées aux bénéfices,
      – former des coopératives solidaires et internationales et, selon l’activité, contrôlées par la société civile.
      – modifier l’Europe en exigeant la dissolution de tous les organes non élus,
      Bref, en votant pour JL Mélenchon!


      • Guillaume Le 03 octobre 2016 à 21h35
        Afficher/Masquer

        C’est beau mais pour modifier l’Europe il y a deux possibilités:
        A/ avoir l’accord des 28 sans exception sur les modifications
        B/ se casser et proposer une autre union/alliance

        Il est donc primordial de sortir puis dans un deuxième temps de voir comment s’organiser avec les pays qui partagent notre vision.


  13. Lyonnais Le 03 octobre 2016 à 12h44
    Afficher/Masquer

    Désolé d’amener moi aussi une note discordante !
    A lire :

    https://lafacecacheedupapefrancois.wordpress.com/


  14. Lysbeth Levy Le 03 octobre 2016 à 13h01
    Afficher/Masquer

    Bah oui même le Pape se met à la guerre contre la finance, pour la Planète, contre le colonialisme et tutti quanti, ça mange pas de pain mais évidemment derrière tout ça il y a face cachée bref rien ne change. Quand on pense au rôle de l’Eglise dans les deux guerres mondiales, ces alliances avec les éléments les plus réactionnaires voire fascistes de la terre depuis fort longtemps. Demandez à Annie-Lacroix-Riz ce qu’elle pense..Son rôle dans l’aide à l’exfiltration des nazis, Ss ukrainiens, bosniaques, Oustachis croates, bien cachée à l’ombre de ces monastères (les Rats lines).Bandera, Barbie etc..
    En France les chers amis de Mitterrand : Bousquet et autres anciens “vychissois”.criminels jamais jugés. les amitiés de François avec la dictature d’Argentine, l’Opus Déi” et les banques alliées au crime organisé” Mafia et la CIA !


    • Wakizashi Le 03 octobre 2016 à 15h39
      Afficher/Masquer

      La pertinence d’un énoncé ne dépend pas de celui qui le formule, mais de l’énoncé en soi.


      • marc Le 03 octobre 2016 à 20h18
        Afficher/Masquer

        oui, l’énoncé en question est tout à fait pertinent, tout comme celui de francois hollande “mon ennemi c’est la finance”… par contre, ces deux là qui ont formulés ces énoncés, ils ne sont pas très pertinents…


    • paulo Le 04 octobre 2016 à 01h03
      Afficher/Masquer

      Ben voyons, les clichés à deux balles, les catholiques ne l’ont pas beaucoup ramené en Allemagne à l’époque, c’était loin d’être la religion officielle et s’il y a bien une structure qui a aidé les persécutés, c’est bien l’église.
      Quant à l’exfiltration des nazis, vos copains américains du nord et les dictateurs du sud en ont certainement cajolés bien plus.


    • krokus Le 04 octobre 2016 à 11h18
      Afficher/Masquer

      Très amusant…on parle du rôle des USA dans cette affaire,ou c’est tabou? Et de celui de l’URSS qui a si bien su utiliser les compétences “nazies ” pour créer ses premiers avions à réaction et se premiers lanceurs???? Elle est tellement facile la cible catholique,hein? C’est cool et on ne risque rien.


    • krokus Le 06 octobre 2016 à 12h18
      Afficher/Masquer

      Mdr…et Morgan Trust,et Goldamnn,et Rotschild et copains qui ont continué par des voies (peu) détournées) à soutenir l’effort de guerre allemand???? On en parle,ou pas?


  15. pythos Le 03 octobre 2016 à 14h32
    Afficher/Masquer

    Vu l’actualité sanglante du jour : “Je suis Kim Kardashian !”
    Ah ben non en fait, j’ai pas 10 millions 😉


  16. annette Le 03 octobre 2016 à 20h06
    Afficher/Masquer

    je vous conseille la série
    http://www.premiere.fr/film/Jeux-de-pouvoir
    suite dimanche soir sur la 2
    où est bien décrite la relation entre le dieu argent et son terrorisme face aux terroristes qui les sert bien!


  17. Jean Le 03 octobre 2016 à 21h20
    Afficher/Masquer

    Ceux qui servent le mal divisent, ceux qui servent le bien rassemblent.


  18. corto Le 04 octobre 2016 à 23h30
    Afficher/Masquer

    j’aimerais demander à ce pape s’il croit au diable …..le dieu argent ? connait pas , moi ? on n’en parle pas dans les évangiles………………… . Bon ,moi je dis çà ,je dis rien!


  19. Chandra Le 05 octobre 2016 à 13h15
    Afficher/Masquer

    Difficile de considérer l’argent comme une religion. C’est en revanche un pouvoir en soi.

    Si l’argent est devenu si puissant dans nos sociétés, c’est avant toute chose parce qu’il a pu se dématérialiser et s’exonérer aisément de toute forme de chantage ou de spoliation. C’est ce qui explique les difficultés auxquelles font face les états qui souhaitent imposer telle ou telle réglementation à de grands groupes financiers.

    En revanche, l’argent a conservé son pouvoir d’attraction, d’influence voire de corruption des élites politiques et économiques. C’est Oscar Wilde qui disait : « Le cynisme, c’est connaitre le prix de tout et la valeur de rien ! ». L’argent est le roi du cynisme en ce qu’il a donné un prix à toute chose, y compris celui de la liberté.

    En effet, l’esclavage ancien ou des hommes étaient la propriété d’autres hommes a été remplacé par un modèle plus subtil et plus impersonnel ou l’argent est devenu le propriétaire universel de la grande majorité des hommes.


Charte de modérations des commentaires