Les Crises Les Crises
10.avril.201910.4.2019 // Les Crises

M. Macron espère que le débat pourra apaiser l’agitation en France. Tout comme Louis XVI

Merci 763
J'envoie

Une vision de Reuters de début janvier…

Source : Reuters, Emilie Delwarde & Richard Lough, 11-01-2019

PARIS/FLAGY, France (Reuters) – En 1789, Louis XVI convoque l’aristocratie, le clergé et les citoyens de France pour discuter des moyens de boucher les finances désastreuses de la Couronne et d’apaiser le mécontentement populaire face à une société féodale sclérosée.

Des membres du mouvement des gilets jaunes occupent un rond-point à Nemours, France, le 9 janvier 2019. Photo prise le 9 janvier 2019. REUTERS/Benoit Tessier

C’était le début de la Révolution française. En quelques mois, il était impuissant et quatre ans plus tard, il était guillotiné.

Deux siècles plus tard, le président Emmanuel Macron, souvent critiqué pour son comportement monarchique, appelle également à un débat national pour apaiser les manifestants en « gilet jaune » dont le soulèvement de neuf semaines a embrasé Paris et secoué son gouvernement.

Il lancera le 15 janvier le « grand débat » d’une durée de trois mois. Comme sous le règne du roi au tragique destin, les Français écrivent déjà des doléances dans des « cahiers de doléances » ouverts par les maires de 5.000 communes.

Le débat se concentrera sur quatre thèmes : la fiscalité, l’énergie verte, la réforme institutionnelle et la citoyenneté. Les discussions se dérouleront sur Internet et dans les mairies. Mais les autorités ont déjà déclaré que le changement de cap des réformes de Macron visant à libéraliser l’économie sera hors sujet.

« Les débats ne sont pas une occasion pour les gens de se débarrasser de toutes leurs frustrations et nous ne remettons pas en question ce que nous avons fait au cours des 18 derniers mois », a déclaré le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux à BFM TV. « Nous ne rejouons pas l’élection. »

En limitant les conditions, Macron risque de faire la même erreur que celle qui a condamné la monarchie, a déclaré l’historien Stéphane Sirot de l’Université de Cergy-Pontoise au journal Le Parisien.

« Emmanuel Macron est comme Louis XVI qui… recueille les cahiers de doléances mais n’y comprend rien. »

PRÊCHER DANS LE DÉSERT

A Flagy, à 100 kilomètres au sud de Paris, le maire du village a reçu les plaintes écrites de « gilets jaunes » locaux comme Agosthino Bareto. Ce propriétaire du garage, âgé de 65 ans, est convaincu que le gouvernement encadrera le débat à sa convenance.

« Tout ce que nous disons, c’est comme prêcher dans le désert », dit Bareto. « On ne nous écoute pas. »

Le maire de Flagy, Jacques Drouhin, est sensible à de telles frustrations. Il dit qu’il refusera de tenir un débat à l’hôtel de ville aussi longtemps que M. Macron aura l’intention d’aller quand même de l’avant dans les réformes.

« Ce n’est pas ce que nos concitoyens demandent », a dit M. Drouhin. « C’est assez. C’est maintenant à nos dirigeants d’écouter ce qui est dit dans les cahiers de doléances. »

Une faible participation compromettrait l’exercice. Un sondage d’opinion Elabe réalisé mercredi a montré que seulement 40% des citoyens ont l’intention de prendre part au débat.

La France se prépare à d’autres manifestations de rue et à d’éventuelles émeutes lors du coup d’envoi des soldes d’hiver ce samedi. Pourtant, même si les manifestations se poursuivent, il n’est pas certain que les « gilets jaunes » émergeront comme une force politique ou s’essouffleront, affaiblis par leurs propres divergences internes.

Cette semaine, le leader du mouvement anti-système 5 étoiles italien, Luigi di Maio, a publiquement soutenu les manifestants français en leur offrant la plate-forme Internet de son parti pour la démocratie directe – connue sous le nom de « Rousseau », d’après un penseur du siècle des Lumières français – pour aider les « gilets jaunes » à définir un programme.

Sans leader, les « gilets jaunes » reflètent des mouvements comme les Indignés espagnols et les 5 étoiles italiens, qui ont cherché à renverser le système politique traditionnel de l’Europe.

« Je suis plus préoccupée maintenant par les protestations des “gilets jaunes” en France (qu’en Italie) », a déclaré Karen Ward, responsable de la stratégie marché pour l’EMEA chez JP Morgan Asset Management, lors d’une conférence de presse. [On parle de « zone EMEA » pour désigner l’Europe, le Moyen-Orient (Middle East) et l’Afrique NdT]

REFERENDUM ?

Les « gilets jaunes » tirent leur nom des gilets haute visibilité qu’ils portent sur les barrages routiers et dans la rue. Leur rage découle d’une pression sur les revenus des ménages et de la conviction que Macron, un ancien banquier d’affaires considéré comme proche des grandes entreprises, est indifférent à leurs difficultés.

M. Macron sera encouragé par la chute brutale de l’appui du public aux manifestants au cours du dernier mois. Il promet d’utiliser les débats pour canaliser leur colère et façonner de nouvelles politiques via une démocratie plus participative.

Les « gilets jaunes » revendiquent le droit d’organiser des référendums par le biais de pétitions de masse. Les hauts ministres n’ont pas rejeté l’idée – le Premier ministre Édouard Philippe a qualifié les référendums d’initiative Citoyenne d’« outil utile dans une démocratie » – mais a déclaré que leur utilisation devrait être limitée.

Le plus probable est que le parti au pouvoir et le gouvernement vendent l’idée que le débat national soit suivi d’un référendum avec plusieurs questions, plutôt que d’un vote favorable ou défavorable.

« Le gouvernement est conscient des risques qu’il y a à faire d’un quelconque vote un vote sur Macron et non sur les enjeux », a déclaré Antonio Barroso, directeur adjoint de Teneo, société de conseil en études sur les risques. « Alors vous réglez ça en posant de multiples questions. »

Reportage de Richard Lough à Paris et d’Emilie Delwarde à Flagy ; reportage supplémentaire de Michel Rose à Paris et Julien Ponthus à Londres ; rédaction de Richard Lough ; révision de Luke Baker et Peter Graff.

Source : Reuters, Emilie Delwarde & Richard Lough, 11-01-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Alfred // 10.04.2019 à 07h42

“Donner sa réponse qui avait toujours été là à une question qui n’a jamais été posée” telle est la définition du travail du personnel politique selon certains. L’exécutif est en train de le confirmer.
Baisser les impôts plutôt que les répartir équitablement. Réduite le personnel hospitalier plutôt que de supprimer les gras fromages que sont les divers conseils et instances teodules. Supprimer la sécu plutôt que de l’éténdre à tous en supprimant les mutuelles. Etc…
Je ne comprends pas qu’un seul adulte capable de passer ses chaussures et de manger sa purée sans s’eborgner puisse avoir le moindre doute sur ses questions et le moindre espoir que ce gouvernement inflechisse sa politique de t.r.a.h.i.s.on. et de vente à la découpe.
C’est eux où nous. Quelque soit la durée.

84 réactions et commentaires

  • Alfred // 10.04.2019 à 07h42

    “Donner sa réponse qui avait toujours été là à une question qui n’a jamais été posée” telle est la définition du travail du personnel politique selon certains. L’exécutif est en train de le confirmer.
    Baisser les impôts plutôt que les répartir équitablement. Réduite le personnel hospitalier plutôt que de supprimer les gras fromages que sont les divers conseils et instances teodules. Supprimer la sécu plutôt que de l’éténdre à tous en supprimant les mutuelles. Etc…
    Je ne comprends pas qu’un seul adulte capable de passer ses chaussures et de manger sa purée sans s’eborgner puisse avoir le moindre doute sur ses questions et le moindre espoir que ce gouvernement inflechisse sa politique de t.r.a.h.i.s.on. et de vente à la découpe.
    C’est eux où nous. Quelque soit la durée.

      +176

    Alerter
  • RGT // 10.04.2019 à 08h11

    L’aristocratie se cramponnera à ses privilèges comme elle l’a toujours fait dans le passé.

    Désormais ses membres ne portent plus les titres ronflants de “roi”, “prince, “duc”, “comte”, marquis” ou “baron” mais “HEC”, “ENA”, “Normale Sup” ou “Polytechnique” qu’ils jettent à la gueule des sans culotte dents pour faire comprendre à ces derniers qu’ils SONT l’élite et qu’ils ont toujours raison.

    Espérons seulement que cette “révolution” débouchera sur la mise au rebut de ces institutions qui leur permettent légalement, en fonction du Droit Divin Républicain de pouvoir écraser les autres et de leur imposer leurs “visions” sans aucune possibilité de contestation.

    Ne comptez donc pas trop sur le “grand débat” pour changer quoi que ce soit.
    Ce sera comme toujours du vent et une diversions à l’issue de laquelle ces “élites” nous présenteront ce désastre comme une “grande avancée populaire” et siffleront la fin de la récréation.

    Jusqu’à présent, dans l’histoire, une caste dominante n’a JAMAIS cédé le moindre de ses privilèges pacifiquement.
    La suffisance de ses membres et son sentiment de supériorité les a toujours forcé à ne rien lâcher tant qu’un bain de sang bien rouge ne les force à céder sous peine d’extermination totale.

    C’est aussi ça la “grandeur” de l’humanité. Elle préserve jusqu’à la mort les “avantages acquis”, particulièrement s’ils sont gigantesques et au détriment de la plus grande partie de la population.

      +110

    Alerter
    • tassin // 10.04.2019 à 09h29

      Beaucoup de révolutions dans l’Histoire se sont déroulées sans verser de sang, ou très peu. Il suffit que le pouvoir perde un nombre suffisant de soutiens ou que la haute bourgeoisie en vienne à se demander si c’est vraiment ce pouvoir là qui est à même de protéger leurs intérêts.

        +4

      Alerter
      • Kiwixar // 10.04.2019 à 10h53

        Pouvez-vous donner des exemples de changements importants bénéfiques aux 80% du bas, et qui auraient été obtenus sans violence, particulièrement en France?

          +25

        Alerter
        • alain maronani // 10.04.2019 à 19h31

          Le front populaire..les réformes de 1946..sécu, le vote des femmes, etc..mémoire un peu courte ?

          Violence c’est quoi la violence ? 1.5 millions de morts en France de 1789 a 1817 (dont 200.000 en Vendée). les 400 morts pour mettre fin au règne de Charles X…les noyades de Nantes ( Carrier, 5000 morts…), les fusillades de Lyon (Fouché)…c’est quoi la violence ?

          Bon jusqu’a présent c’est quoi le bilan ?

            +4

          Alerter
          • Kiwixar // 11.04.2019 à 00h03

            “mémoire un peu courte ?”

            Je n’éprouve aucune honte à me renseigner auprès de gens qui en savent plus que moi (de nombreuses personnes pointues en histoire sur ce blog). Comme on dit “si vous êtes la personne la plus intelligente dans la salle, vous êtes dans la mauvaise salle”.

            Réformes/violence : il me semble que que le Front Populaire et les réformes de 1946 encadrent un déferlement de violence (la 2e GM). La trahison des élites de 1940 n’est-elle pas une violence extrême pour contrecarrer les avancées sociales du FP, et les réformes de 1946 une conséquence heureuse de ces soubresauts violents?

            Ceci dit, je me pose les mêmes questions que vous sur les GJ et la violence nécessaire ou pas (d’où ma question). Violence > reprise en main (encore plus) fasciste? A quoi peut-on aboutir avec un mouvement pacifiste, combien de temps ça prend, est-ce que le pays sera complètement en lambeaux (vendu) quand la masse se réveillera? Se réveillera-t-elle? Faut-il 10 millions de tièdes pour une révolution, ou 100,000 chauds?

              +8

            Alerter
            • Alfred // 11.04.2019 à 22h13

              Sans hésiter je prends la version “luxe” de la révolution (la plus rare de très loin): 10 millions de tièdes. 100000 chauds c’est la version cheap, la plus courante historiquement, la plus violente et surtout la plus incertaine.
              Avec 10 millions de tièdes la question ne se pose plus c’est déjà gagné (“finger un the nose”). C’est déjà le monde d’après.
              (Avec 10 millions de tièdes dans la rue sur 65 il ne fallait pas plus d’un samedi.)
              Le hic c’est que ça prend beaucoup de temps, d’énergie et d’organisation pour fabriquer 19 millions de tièdes. (C’est pourquoi historiquement on s’est le plus souvent contenté de 100000 chauds agrémentés de violence).
              Mais de nos jours face à de risibles mensonges et des élites pathétiques les réseaux sociaux et autres joyeusetés numériques nous permettent tout à fait d’envisager de l’éducation populaire survitaminée et les 10 millions de tièdes à moyenne échéance. C’est peut être bien en cours de gestation pour les années à venir.

                +2

              Alerter
        • Frexit // 14.04.2019 à 20h58

          Kiwixar : un exemple : le CNR. Il s’est réuni (et a unifié la résistance) en 1943. Dès 1944, les grands principes qui seraient appliqués à une éventuelle libération ont été définis. Le CNR, qui rassemblait des hommes aux opinions politiques opposées, a été à l’origine des 30 glorieuses dont j’ai connu la fin.
          Période fantastique qui correspondait à l’esprit français : “Rien de grand en France ne s’est fait sans l’Etat ” a dit De Gaulle. Pour le profit de (presque) tous, au détriment de quelques-uns.
          Après les accords d’Evian qui ont accordé l’indépendance à l’Algérie, De Gaulle a modernisé la France en lançant de grands programmes qui ont fait émerger de grands capitaines d’industrie. Pour le bien de tous.
          Quel contraste avec nos dirigeants actuels et récents qui, par leur médiocrité, n’ont fait émerger que des hommes dont le but est de s’enrichir.
          Il suffit qu’un peu de réflexion dessille les yeux de nos concitoyens pour chasser du pouvoir cette misérable caste.

            +0

          Alerter
    • TB // 10.04.2019 à 09h49

      Il y en a un qui a effectivement fait HEC et ENA mais qui a tout compris. Douze ans qu’il dit ce qu’il faut faire et ça fait douze ans que les médias le boycotte…….faut dinc croire qu’il n’a pas tout tord……

        +24

      Alerter
      • Calal // 10.04.2019 à 11h40

        Stéphane Édouard,un “youtubeur intéressant”, se serait rapprocher de ce mystérieux énarque et en a fait un retour d’expérience qui peut donner un autre éclairage sur la question. Il ne faut pas laisser les progrès faits dans la psycho,socio,marketing ne profiter qu’aux marchands de yaourts et autres ploutocrates.

          +3

        Alerter
        • Tepavac // 10.04.2019 à 13h17

          Problème d’égo Calal, entre deux natures qui se comprennent rarement, l’esprit d’État et l’esprit politique.

          Tout ce que dit le premier est malheureusement vrais et bien réels, nous ne sommes plus ni en Republique, le pouvoir de la collectivité pour le peuple et par les citoyens qui la composent, ni en démocratie puisque nos revendications ne pesent rien face aux Traités signés par des renegats.
          Nous devons donc absolument reprendre ce droit a l’autodétermination, c’est une liberté fondamentale, sans laquelle nous serions des êtres domestiques, des ustensiles d’élevages, tout simplement des serviteurs.

          Pourtant même s’il à raison sur le passé et sur nos conditions de vie actuelle, rien dans son programme comme dans ses propos ne nous permet de comprendre quel genre d’avenir cet homme promeut.
          Bref, c’est cette myopie sur “l’après” qui en inquiète plus d’un.

            +6

          Alerter
          • Calal // 10.04.2019 à 14h42

            A priori,cet homme politique ne se donne pas les moyens de conquérir le pouvoir. Je regarde des vidéos sur les mâles alphas et d’après certains,chez les singes sociaux,le mâle dominant n’est pas toujours “la brute” mais quelqu’un capable de faire des coalitions. Ou l’heure est grave et on s’unit ou on a le temps de chipoter sur des querelles d’ego et donc que ce n’est pas si grave que ça.

              +3

            Alerter
    • alain maronani // 10.04.2019 à 17h51

      Tous les prix Nobel de physique de nationalité française, tous les prix Nobel de chimie de nationalité française, tous les possesseurs de la médialle Fields en mathématique (le prix Nobel) sont TOUS des anciens élèves de l’Ecole Normale…et Maurice Allais prix Nobel d’économie est sorti premier de Poly…(et était très critique de :’UE).

      Votre hargne contre les élites est accablante…Lavoisier créateur de la chimie moderne a été décapité par la Terreur. Le commissaire du peuple lors de son procès a déclaré..le peuple n’a pas besoin de savants..Francois Asselineau qui a fait HEC et l’ENA a servi l’état sans faille. Vos généralisations hâtives sont des effets de manche.

      La médiocrité c’est toujours populaire, l’ignorance crasse et les préjugés aussi. Les ecoles normales sont une création de la révolution, comme Poly, comme le museum d’histoire naturelle, etc..etc..

        +13

      Alerter
      • tepavac // 11.04.2019 à 00h44

        “La médiocrité c’est toujours populaire, l’ignorance crasse et les préjugés aussi. Les ecoles normales sont une création de la révolution, comme Poly, comme le museum d’histoire naturelle, etc..etc..”

        J’ai ouï-dire que la noblesse parrainait élégamment les arts et les lettres, que la noblesse Romaine entretenait pareille mécénat, de même que celles du temps des Hellènes, celles des grandes Cités antiques, et sommes toute, le Sphinx n’est-il pas là pour nous le rappeler….alors limiter l’intelligence à la révolution c’est, comment dire….

          +3

        Alerter
  • Kokoba // 10.04.2019 à 08h18

    La France se retrouve dans la même situation que tous ces pays controlès par une petite clique.
    Regardez l’Algérie et le mal qu’ils ont à se débarrasser de Bouteflika.

    Quelle belle réussite de la part de nos élites.
    En 20 ans, ils ont réussit à transformer la République Française en pays du tiers-monde.

      +29

    Alerter
    • SanKuKai // 10.04.2019 à 08h53

      Je suis pas sûr que la situation en Algérie soit comparable. C’est un pays sans dette qui a d’énormes ressources énergétiques.
      Si leurs citoyens ne sont pas vigilants le nouveau pouvoir pourrait être celui qui les asservira et si ce n’est pas le cas, une révolution arabe pourrait bien leur tomber rapidement sur le museau.

        +12

      Alerter
      • Bouddha Vert // 10.04.2019 à 23h55

        Sans dettes, certes, quand aux énormes ressources énergétiques, c’étaient avant, tout montre qu’ils sont déjà dans le pic.
        Le pays s’assèche, les glaciers ont disparu!
        Révolution arabe en Algérie, il me semble que l’on est loin de la péninsule, et la population est encore composée de maghrébins, mais peut être plus!?

          +0

        Alerter
      • Seraphim // 11.04.2019 à 02h34

        La situation est beaucoup plus comparable qu’il n’y parait, car la manipulation y domine: l’armée fait croire que Bouteflika se présente pour un énième mandat puis, en mesurant la “révolte”, prévue et anticipée, organise son ralliement au peuple (dont elle avait besoin). Elle demande la démission de Bouteflika, qu’elle aurait pu organiser plus tôt mais avec moins d’efficacité. Elle se trouve ainsi du bon côté et toujours en place, quitte à lâcher les politiciens fantoches qui servaient accessoirement de ministres interchangeables.

          +1

        Alerter
        • Haricophile // 11.04.2019 à 19h09

          C’est pas faux. Bouteflika avait complètement le même rôle que les momies dressées de l’ex URSS.

            +1

          Alerter
    • alain maronani // 10.04.2019 à 19h38

      Pays du tiers-monde…Allez donc faire un petit tour en Inde, au Niger, au Mali, avant de débiter des aneries de ce genre. On va vous rappeler que 40 % de la population mondiale vit (?) avec 1 $ us par jour…

      L’Algérie n’a rien à voir avec la France mais tout a voir avec le régime du parti unique.

        +0

      Alerter
      • jp // 10.04.2019 à 22h29

        ah mais en France les femmes SDF accouchent dans la rue, récemment 2 cas, un à Paris, l’autre à Lille.
        En Seine St Denis les femmes SDF qui peuvent accoucher à l’hôpital se retrouvent à la rue avec leur bébé quelques jours après la naissance.
        Si c’est pas “digne d’un pays sous-développé” , c’est quoi ? Me dites pas que ce sont des accidents

          +4

        Alerter
        • alain maronani // 11.04.2019 à 00h06

          Prenez n’importe quel système social et vous allez y trouver des failles ou des manques. La France peu importe ce que vous dites n’est pas un pays du tiers-monde. Vos gémissements sur ces accouchements me font rire. Allez voir au Niger ou en Inde…ou aux USA d’ailleurs…

          La France a encore l’un des systèmes de santé parmi les plus généreux au monde même si le libéralisme y fait des ravages…

            +1

          Alerter
          • Sara // 11.04.2019 à 07h27

            Oui, vous avez raison : il y a beaucoup à défendre en France, et c’est pour ça qu’il faut se battre.

              +4

            Alerter
          • Trollman, le héros des temps modernes // 11.04.2019 à 13h48

            Il faut faire très attention aux commentaires du genre : “regardez, ailleurs c’est bien pire !” C’est le meilleur moyen de niveler tout par le bas. C’est typiquement une des conséquences de la concurrence mondialisée que de niveler les minimas sociaux et environnementaux par le bas :
            “regardez ! En Inde ils sont bien moins payés que chez nous, il faut donc réduire les salaires chez nous car ne nous serons pas assez compétitifs, pas le choix !”.
            Une fois que nous serons au niveau de l’Inde : “Mais regardez, au Bangladesh ils sont quand même bien moins payés que chez nous. Vous êtes des privilégiés, il faut donc réduire vos salaires pour éliminer cette injustice !”….etc.

              +9

            Alerter
      • Haricophile // 11.04.2019 à 19h22

        En dehors du revenu moyen, il y a le système social-politique-économique, et on y va tout droit, dire qu’on y est déjà n’est pas faut même si l’opération se fait sur le long terme à cause de l’inertie. Et aux USA on y est clairement déjà. En Angleterre c’est pas mal non plus !

        Même dans les pays du tiers-monde il y a une classe “moyenne” relativement privilégiés réduite au minimum pour maintiennent le système. Actuellement c’est la classe moyenne qui trinque le plus en revenus, la classe très pauvre qui explose en conséquence. Des riches très riches, des pauvres très pauvres, très peu de classe moyenne, de la répression et l’isolationisme des populations pour maintenir tenir le pouvoir….

        Je suis jeune depuis très longtemps et je peut affirmer avec conviction que le système que la clique à Macron nous inflige et veut nous infliger correspond totalement à ce que mon école militante (années 60-70) m’enseignait m’enseignait comme étant : «Le modèle économique et social caractéristique des pays du tiers-monde».

        Après on peut être né plus tard ou avoir Alzheimer…

          +3

        Alerter
  • antoniob // 10.04.2019 à 08h18

    Les auteurs reprennent la légende dorée de révolution populaire en 1789, alors qu’il s’agissait d’un vaste mouvement social, de meneurs idéologues mais AUSSi d’une partie de la bourgeoisie voulant se débarrasser de la prééminence féodale de la noblesse. Très différent de la configuration actuelle.

      +19

    Alerter
    • Guadet // 10.04.2019 à 08h30

      Tout à fait : de telles comparaisons sont dangereuses, et je pense que Louis XVI était plus sincère et soucieux du peuple que Macron.

      Il vaut mieux lire l’appel de Saint-Nazaire, lancé par les gilets jaunes, pour se rendre compte où se situent les plus lucides et les plus intelligents, et que ce sont ceux qui nous gouvernent qu’on devrait mépriser pour leur bêtise et leur passéisme :
      http://plunkett.hautetfort.com/archive/2019/04/08/gilets-jaunes-un-appel-de-saint-nazaire-6142359.html

        +28

      Alerter
  • calal // 10.04.2019 à 08h24

    il y a les elections europeennes bientot. Mettez leur la pression en montrant qu’il vous reste des dents. LE brexit demontre encore une fois que vous pouvez voter les extremes sans probleme,ca sera de toute facon edulcore a la fin. Donc vendez votre peau le plus cherement possible en allant deposer gratuitement dans les urnes un papier qui ennuiera le systeme le plus possible.

      +28

    Alerter
    • Guadet // 10.04.2019 à 08h35

      Problème : quel candidat est vraiment anti-système ?
      C’est comme ça que Macron s’est fait élire : vous voyez le résultat.

        +6

      Alerter
      • Calal // 10.04.2019 à 09h53

        Après l’arbre mis en avant pour cacher la foret,avec l’Éternel diviser pour mieux régner,vient maintenant le ” complexifier pour mieux paralyser”.

          +5

        Alerter
      • AtomeCrochu // 10.04.2019 à 10h27

        Oubliez la chèvre, elle ferait élire un pingouin. Ce qu’elle a fait d’ailleurs.

        Vous avez deux listes ouvertement pro-FREXIT, informez vous bon sang.

        Que ça plaise ou non, rien ne leur fait plus peur que le FREXIT et c’est par là qu’il faut les attaquer.

          +41

        Alerter
        • Loxosceles // 10.04.2019 à 14h31

          La vraie bataille ne se joue pas dans les urnes, mais dans les esprits… Il n’y a rien qui effraye moins l’élite actuelle que le vote.

            +1

          Alerter
          • AtomeCrochu // 10.04.2019 à 15h09

            Le 29 Mai 2005, Donald T. et le Brexit vous font coucou 🙂

            Les oligarques ont bien plus peur de certains votes que vous ne semblez le croire.

              +11

            Alerter
            • Czerny // 10.04.2019 à 16h06

              Pas les oligarques français en tout cas .Ils connaissent l’issue du scrutin avant même que vous ne sortiez voter. Il n’y a que les naïfs pour croire qu’ils se risqueraient à remettre tout leur pouvoir et l’origine de leur richesse au seul hasard .Quant à Trump ? Il est un oligarque lui même et le Brexit ,et bien ….il n’a pas eu lieu .Et je suis d’avis qu’il en restera ainsi .

                +3

              Alerter
          • calal // 10.04.2019 à 19h19

            vous ne comprenez pas qu’a chaque fois qu’un choix democratique n’est pas respecte,le masque des dominants tombe quelques instants et des centaines de milliers de personnes “moderes et raisonnables’ s’apercoivent que ce que les complotistes disaient est vrai .Et a chaque fois le troupeau devient plus retif,moins facile a gerer et donc moins rentable.
            d’abord on vote anti-systeme,apres on gagne l’election,puis les dominants s’asseoient sur le vote.Apres les choses serieuses peuvent commencer…
            nigel farage vient de menacer de creer un nouveau parti au ru qui presenterait des candidats partout en cas de no brexit et d’elections europeennes au ru.a un moment ca sera clair que ce n’est pas “progressistes contre nationalistes” mais bien “republique contre dictature”.

              +6

            Alerter
            • Kiwixar // 11.04.2019 à 03h01

              “Ce sera clair”

              Avec le “vote” électronique, ce ne sera plus clair. Le candidat de l’oligarchie sera crédité dans les “sondages” de 52% et sera “élu” à 52… ou 66% selon la qualité de l’épouvantail en face.

              La BAC pourra tirer sur la foule “antidémocratique” et la misère génocidera les 20% du bas, puis les 20% restant, etc

                +2

              Alerter
        • calal // 11.04.2019 à 08h36

          Oubliez la chèvre, elle ferait élire un pingouin.

          call the bluff disent les joueurs de poker anglophones.

          bah une nation de retraites et de fonctionnaires ne prendra jamais ce risque sauf quand il sera clair q’ils seront les prochains a etre sacrifies: et ce moment arrive ou est deja arrive…

            +1

          Alerter
      • Btian64 // 10.04.2019 à 11h42

        A la question ‘quel est le candidat le plus antisysteme’, il n’y a pas de reponse. Au deuxieme tour tout sauf Macron.

          +1

        Alerter
        • Véro // 10.04.2019 à 12h08

          et il n’y a qu’un seul tour aux européennes.

            +23

          Alerter
          • ellilou // 10.04.2019 à 13h46

            Je le répète dix fois par jour à des personnes persuadées que le premier tour “écrèmera” les candidats et donc que le second tour les aidera à voir clair 🙁

              +5

            Alerter
          • Kiwixar // 10.04.2019 à 16h17

            Il y a deux tours en UERSS :
            – 1er tour : on vote
            – 2eme tour : les euroïnomanes étudient les résultats et décident si ils doivent les ignorer ouvertement ou bien n’en faire aucun cas

              +14

            Alerter
      • Yannis // 10.04.2019 à 15h38

        Si les élécteurs se conduisaient moins en consommateurs volatiles, le subterfuge Macron se serait vite éventé aux dernières présidentielles. Malgré le coup d’état médiatique, ils et elles ne se seraient pas fait avoir avec un minimum de jugeotte politique. Mais dans la précipitation des moutons à aller voter pour “contrer l’extrême droite” ils sont aller renforcer la droite extrême et la constitution d’un nouveau clan maffieux (bien en chevile d’ailleurs avec celui de sarkozy maintenant), en plus d’une dictature policière et judiciaire.

        C’est un peu lassant de redire les mëmes choses depuis que Le Pen père est passé au premier tour contre Chirac, mais la leçon n’a pas été tirée. Malgré le mouvement des Gilets jaunes, on peut être certain que dès la première alarme donnée par les médias avec l’épouvantail Marine, ou un attentat opportun, la moitié des élécteurs et éléctrices se précipitera pour donner encore un tour de clef à leur univers carcélaire pour les prochaines éléctions. Les européennes nous le confirmeront d’ailleurs.

          +4

        Alerter
  • J // 10.04.2019 à 08h52

    L’analogie avec 1789 peut aller loin. On cherche des leaders aujourd’hui, mais ceux qui ont pris la Bastille un certain 14 juillet n’ont plus rien fait de remarquable par la suite à part réclamer des pensions quand la conjoncture s’y prêtait, jusque sous Louis-Philippe. Résumé d’un livre qui les habille jusqu’à l’hiver et au-delà : http://bouquinsblog.blog4ever.com/la-bastille-et-ses-secrets-frantz-funck-brentano

    Reste à savoir, bien malin qui peut deviner, quels sont les Marat ou autres d’aujourd’hui qui observent en touristes pour le moment.

      +5

    Alerter
  • Pierre C // 10.04.2019 à 08h53

    J’invite tous les lecteurs à jeter un oeil aux synthèses du grand débat. Je trouve la synthèse des contributions libres particulièrement riche et intéressante. La façon dont a été synthétisée l’info rend facile la lecture grâce à des schémas sous forme d’arbre. On a une véritable feuille de route politique à tenir (et déjà écrite !) pour que tout aille mieux. Je tiens à vraiment souligner mon admiration devant cet acte ee démocratie directe et l’énorme boulot de synthèse qui a été fait.

    C’est vraiment triste de se dire qu’un tel événement de consultation directe ne donnera sans doute rien ou si peu, et que le matériau incroyable des aspirations des citoyens ne sera utilisé que pour diviser artificiellement tel et tel segment de population selon ses idées. Que cette feuille de route politique ne restera qu’une feuille agitée devant la foule pour être élu, et non appliquée.

    Pierre, jeune citoyen desanchanté. Comment est il possible de prévoir de corrompre en avance et à ce point un si bel acte ?

      +4

    Alerter
    • Véro // 10.04.2019 à 09h50

      Oui mais le grand débat ne représente qu’une infime partie de la population.
      On ne devrait pas pouvoir utiliser les réponses comme si elles émanaient de la volonté populaire, et malheureusement elles vont l’être.

      Du coup on retrouve dans la synthèse les propositions du candidat Macron à la présidentielle et ses projets de réformes. Par exemple diminution du nombre d’élus, dose de proportionnelle. Evidemment il n’est pas question de RIC.

        +8

      Alerter
      • Babar // 10.04.2019 à 10h22

        Oui je suis étonné que cette revendication du RIC qui est au moins promesse d’autres réformes populaires et dont on voyait les banderoles ou inscriptions directement sur le dos des gilets jaunes ne ressorte pas du “grand débat”. C’est ou bien qu’il a été occulté, peut être en raison du dirigisme de la plateforme du grand débat ou bien que ceux qui y ont participé ne reflètait pas le mouvement.

          +6

        Alerter
        • Véro // 10.04.2019 à 12h12

          Mais ça n’a rien d’étonnant. C’est LA méthode qui est toujours utilisée. On fait croire aux gens qu’ils vont pouvoir donner leurs idées (démocratie participative), et même travailler ensemble pour trouver des solutions à tel ou tel problème, et en définitive, le résultat n’a rien à voir. J’ai pu le constater à l’échelon local plusieurs fois.

            +10

          Alerter
      • Pierre C // 10.04.2019 à 11h18

        Dans la synthèse on retrouve bien la proposition du type RIC. Mais elle n’est pas mis en avant par les commentateurs de cette synthèse sans doute…

          +3

        Alerter
        • Brian64 // 10.04.2019 à 11h45

          plebiscite par 4% des participants seulement. Ce qui tranche avec les sondages.

            +1

          Alerter
        • Véro // 10.04.2019 à 12h09

          je n’ai vu qu’une proposition d’élargir un peu le RIP.

            +0

          Alerter
    • Calal // 10.04.2019 à 10h00

      Jeune citoyen désenchanté. Lol.imagine toi le gars qui a plus de 40ans.le socialisme mietterandien,post mitterandien,les premiers succès de l’écologie et l’éclatement pour aller a la soupe,la fin du mythe europeiste.t’as pas assez bouffe de conseil d’élèves en élémentaire,collège toussa pour savoir que la démocratie c’est “cause toujours” ?

        +2

      Alerter
      • Pierre C // 10.04.2019 à 11h24

        Je n’ai pas compris le lien entre conseil d’élèves en élémentaire/collège/etc et la démocratie.
        En tant que jeune on a bien le droit (le devoir?) d’être désenchanté vu le travail de nos aînés post-mittérandiens.
        Un post-mittérandien désenchanté a toutes les raisons de se réinventer vu son échec. Pourquoi ne pas proposer autre chose … comme les gilets jaunes ? Les gilets jaunes sont uniques et nouveaux vu leur demande de démocratie directe. Mais les gilets jaunes sont dans la continuité vu leur demande de hausse du pouvoir “d’achat”. En tant que jeune, on a bien le droit (le devoir?) de se moquer de nos aînés qui pour sortir d’une crise systémique liée à la consommation demande plus de pouvoir à consommer.
        Réponse foutoir et brouillonne à un commentaire qui l’est tout autant.

          +1

        Alerter
    • Chris // 10.04.2019 à 13h02

      @Pierre
      Quand je lis que l’invitation de Drouet au Sénat a été annulée, je me dis que synthèse ou pas, le “grand débat” n’est qu’une tartufferie du pouvoir… une de plus, qu’on nous sert depuis le traité de Maastricht (1992), traité qui donnait le “la” de la construction européenne politique qui nous étrangle maintenant.
      Tartufferie mise en place autant pour écarter les vraies revendications populaires que pour convaincre sur l’utilité de l’Europe en vue des élections européennes…
      D’autant plus que, si Macron se trouve dans cette impasse (révolte des Gilets jaunes, soit en gros 68% de la population française, sympathisants compris, ce qui est énorme), c’est parce qu’il est obsédé, lui et l’oligarchie marchande et financière qui l’a mis au pouvoir par traitrise, par la théologie européiste supranationale (le traité de Lisbonne est un pur produit et rouage du capitalisme néolibérale globaliste) qui sert à merveille leurs intérêts.
      Alors, rêvez si vous voulez… c’est de votre âge, mais le réveil sera brutal et cruel !
      Je suis française, européenne d’essence (pendant 51 ans, j’ai arpenté l’Europe géographique en long et en large pour commercer, échanger, résider, visiter amis et famille), mais pas de cette Europe qui écrase et efface peuples et cultures en voulant se hisser au rang d’un pseudo empire pour que des gougnafiers mercantiles psychopathes s’en emparent sans coup férir : fixons-leur un prix très élevé, du genre Frexit !

        +22

      Alerter
  • TB // 10.04.2019 à 09h44

    Vous pensez encore pouvoir discuter alors que les ordres viennent de Bruxelles….???
    Faites ce qu’il faut une fois pour toute à ce sujet et donnez un signal fort aux élections Européennes qui viennent et toutes les suivantes d’ailleurs ! Vous avez un candidat pour ça, un seul. Personne ose le dire et les médias encore moins (vu qu’il a raison…). Quand vous serez sorti de se foutoir Européen vous aurez tout le temps de discuter de votre avenir collectif. Pas avant.

      +31

    Alerter
  • Sébastien // 10.04.2019 à 10h13

    Je me suis arrêté à “une société féodale sclérosée.” Elément de langage, anachronisme et factuellement faux. La bouillie intello-moderniste des clercs qui se croient plus malins parce qu’ils arrivent au bout de la chaine de l’évolution (cf. l’Egypte antique, l’Empire Romain, L’Empire Inca, Aztèque, ou Britannique, en attendant le suivant).
    Néanmoins, si comparaison n’est pas raison, on peut effectivement remarquer que les mêmes “idéaux” libéraux anglo-saxons sont à l’oeuvre, dont sont issus les auteurs de l’article!
    Et puis, comparer Louix XVI, roi bienveillant et aimé à Macron… Misère….

      +9

    Alerter
    • Véro // 10.04.2019 à 12h18

      La féodalité est pourtant ce qui ressort quand on regarde le monde actuel. Il y a réduction des pouvoirs politiques centraux, au profit des multinationales, les nouveaux féodaux. Et même la structure du système y fait penser. Les anciens féodaux avec leurs pléthores de droits divers et variés sur tel ou tel territoire ou portion de territoire, avec des liens de vassalité très complexes, et les nouveaux féodaux avec leurs activités de plus en plus diversifiées, leurs filiales, leurs holdings etc.
      On voit la désagrégation de l’Etat au profit d’intérêts particuliers puissants qui s’affrontent plus ou moins entre eux.

        +12

      Alerter
      • alain maronani // 10.04.2019 à 16h50

        Comparer le système féodal au système actuel est une idiotie consternante. Les anciens féodaux en 1789 avaient pour la plupart abandonnés ces droits, l’église non grâce à la dime. Les nobles étaient soit très riches (pensionnés par le roi) soit souvent modestes voire pauvres..La noble déclaration sur la fin des privilèges votée par les Etats Generaux est une fable qui ne résiste pas à l’examen historique de la répartition de la richesse à cette époque..
        Le système féodal était aussi très décentralisé (parlements de province) et sûrement pas monolithique comme le suggère votre texte…Des liens de vassalité ? C’était terminé depuis la fin du Moyen-Age on ne prêtait plus hommage depuis au moins 250 années en 1789…

          +6

        Alerter
        • Véronique // 11.04.2019 à 17h50

          Idiotie consternante ? Rien que ça ?
          Les intérêts particuliers que j’évoque ne sont justement pas centralisés.
          Et de nos jours, on cherche à limiter le rôle de l’Etat, à donner davantage de poids aux collectivités territoriales, régions en tête, on rend le droit de moins en moins unitaire.

          Par ailleurs, non les anciens féodaux (et je ne parlais pas spécialement de ceux de 1789 en plus) n’avaient pas abandonnés leurs droits, particulièrement leurs droits financiers, même en 1789, et la suppression des privilèges est loin d’être une fable, car elle n’a pas concerné que les questions d’ordre patrimonial.

          Les nobles n’étaient pas tous riches, c’est vrai, la société d’ancien régime est une société d’ordres et non de classes, et une partie de la bourgeoise pouvait être riche.

          Mon intention n’était pas de comparer dans les détails, nous ne sommes pas sous l’ancien régime, mais de regarder plutôt le système global.

            +2

          Alerter
    • alain maronani // 10.04.2019 à 16h15

      Surtout si l’on sait que l’essentiel du pouvoir au moment de la révolution était détenu par des gens qui n’étaient pas des nobles (comme les ministres de Louis XVI), par les parlements régionaux, etc.. Cette évolution avait été mise en place dès Louis XIV.
      Bouillie crypto-intello-moderniste …le nouveau hochet miraculeux..le RIC…

        +2

      Alerter
      • cgrotex // 10.04.2019 à 18h06

        Tout à fait d’accord. Le Roi, même absolu, avait moins de pouvoir qu’un président de cinquième république. Louis XVI fut renversé par la bourgeoisie, Macron est le président bourgeois par excellence.

          +5

        Alerter
      • Subotai // 10.04.2019 à 19h10

        Ne vous attardez pas aux marqueurs historiques. Prenez en compte le principe et la suite logique d’évènements.
        Depuis Chirac, la politique Française suis le chemin logique du comportement politique humain. Il ne peut donc aller que jusqu’au bout.
        On ne peut pas faire mentir Shakespeare… 🙂

          +2

        Alerter
    • Dbon // 10.04.2019 à 19h12

      Mentionner les Incas et oublier la civilisation Grecque !!! Comment dire?🤕🤕

        +0

      Alerter
  • Macarel // 10.04.2019 à 12h16

    Macron n’est qu’un pantin au main des financiers et soumis au régime maastrichien ordo-libéral.

    A part faire de la “com”, que peut-il faire , face aux révoltes “jaunes” ?

    C’est ceux qu’il représente qui doivent être mis hors de nuire. Je vous renvoie au livre de Juan Branco “Crépuscule”.

      +21

    Alerter
  • Serge Meyer // 10.04.2019 à 13h54

    Petit clin d’œil de l’histoire,dans ” La vie des douze Césars ” de Suétone dans la vie Caligula chapitre 23 alinéa 4,il est question suivant les traductions
    ” à moins que Macron,chef de sa garde ne fut présent”……
    ou bien dans celle rapportée par Roger Vailland
    “..à moins que le préfet Macron n’y fût présent “……
    Et si l’on prend les traditions nobiliaires,que je réfute,il est admis que
    ” bon sang ne saurait mentir”…….Par Jupiter ou un autre.

      +2

    Alerter
  • Louis Robert // 10.04.2019 à 15h10

    Il faut faire cesser cette imposture: il n’y a pas eu de débat. Aucun débat national. Alors cessons d’utiliser ce mot abusivement comme on ne cesse de le faire.

    Est-ce que cette pré-campagne électorale de Macron pour les européennes « pourra apaiser l’agitation en France »? Pas du tout.

    Cet interminable et si lassant monologue soporifique de Macron « pourra-t-il apaiser l’agitation en France»? Aucunement. Impossible.

    Dans cette bouilloire sociale de France, dans un silence de mort, température et pression continuent de monter… Tout honnête homme sait où mène la folie de continuer de chauffer toujours davantage.

      +10

    Alerter
    • alain maronani // 10.04.2019 à 16h38

      Quelle agitation ? Les entreprises sont-elles occupées ? L’Assemblée Nationale ne se réunit plus ? Le Sénat n’existe plus ? Les trains, les avions, la poste, l’administration, les préfectures fonctionnent…De quoi vous parlez ? Des occupations des ronds-points la fin de la semaine et tout le monde au travail le lundi (quand on travaille…) ?

      Agitation ? Vraiment ?

        +4

      Alerter
  • alain maronani // 10.04.2019 à 16h08

    Louis XVI un roi peu intelligent, bonasse, écrasé par la cour, la noblesse de cour et surtout les parlements régionaux. un homme qui n’a strictement rien de comparable avec Macron.Quand on ne connait rien de l’histoire de la France et de ses institutions…

    Ceux qui espèrent un rebouveau des gilets jaunes et ceux qui espèrent des changements de fond risquent d’être décus L’exécutif est en position de faiblesse mais garde la main sur tout, Les projets nocifs ne sont pas arrêtés, cette jacquerie n’a trouvé AUCUN relais…les syndicats n’ont pas bougé, tous les partis politiques on été été tétanisés car décribilisés ou peu crédibles.
    Ce que l’on sait…Pas de changements fiscaux (répartition), des diminutions d’impôts associés à des réductions de services, etc, etc…il n’y aura aucun changement structurel significatif, la paupérisation, la précarité généralisée vont perdurer
    Dans un pays centralisé le pouvoir se prend à Paris et pas ailleurs. Occuper des rond-points en province les fins de semaine et reprendre le travail le lundi ne menera jamais à quoi que ce soit…

      +6

    Alerter
    • Subotai // 10.04.2019 à 19h20

      Le barrage tient toujours?
      Oui Sire. Mais il y a des endroits où l’eau commence à déborder.
      Ah! mais le barrage tient toujours?
      Oui Sire. Mais certaines parties sont fatiguées par la pression.
      Oui, mais le barrage tient toujours?
      Oui Sire.
      Bon, on va pouvoir ajouter de l’eau.
      *****
      Une heure avant sa mort, il tenait encore… Comme dirait La Palisse.

        +6

      Alerter
  • Gilbert Le Pape // 10.04.2019 à 17h10

    Le grand débat; taux de participation final : 1% des citoyens (400.000 en ligne et 150.000 sur les cahiers de doléances)

    Autant dire le grand fiasco.

      +6

    Alerter
    • Albert // 10.04.2019 à 19h44

      Et que dire de la représentativité gilets jaunes?
      La zone de commentaires est formidable. On voit une emulation de groupe qui semble faire oublier une autre réalité : l’esprit soutenu par les commentaires n’est pas majoritaires en france. On s’en prend a macron, au libéralisme voir au capitalisme… en occultant que ca reste soutenu par le plus gros groupe en france, je parle des électeurs de la droite au centre gauche, invariablement supérieurs à 66% des sufrages exprimés

        +1

      Alerter
  • Ardéchoix // 10.04.2019 à 18h54

    Le grand débat :
    Et c’est un commandos ?
    Commandos des orateurs.
    Allez tu viens, là y me font chier.
    Michel Audiard

      +2

    Alerter
  • Owen // 10.04.2019 à 20h45

    Un article sur l’usine à trolls qu’est la macronie.
    https://www.reddit.com/r/france/comments/bbaaif/comment_une_n%C3%A9buleuse_lrem_instrumentalise_les/
    Il y a peut-être du travail pour Nicolas Vanderbiest, dans un sens comme dans l’autre.

    On comprend que la Lrem ait voté une loi contre les manipulations de l’information: ils savent trop bien à quel point c’est efficace pour faire élire un président…

      +3

    Alerter
  • CanluCat // 10.04.2019 à 21h23
    • calal // 11.04.2019 à 13h44

      pour ca que les gens desertent les centre villes les jours de manifs: ils apprennent et s’adaptent.

        +0

      Alerter
  • Opps’ // 10.04.2019 à 21h23

    Grande tristesse de voir comment ce mouvement authentique qui recevait notre sympathie , s’est peu à peu tiré plusieurs balles dans les pieds, par son arrogance et un certain entêtement bêtement vindicatif, sans que ni la police ni le grand débat , ni même la sournoise bienveillance des médias n’y soient pour grand chose, et finisse par le soutien très classique , comme dans tout conflit , d’environ 40% de la population. Soutien d’ailleurs au niveau des “paroles” dans le cadre de purs sondages, car ces 40% se gardent bien de rejoindre aucun des cortèges.

    La convergence n’a pas eu lieu et n’aura pas lieu parce que d’abord les syndicats font au premier lieu partie de ces corps intermédiaires que les GJ honnissent (bien plus que Macron lui-même) et qu’ensuite ils prétendent se substituer à eux et leurs piquer leur ‘job’ !
    De plus, il faut dire que dans un pays avec autant de retraités et de fonctionnaires et avec une telle ampleur dans la redistribution sociale, on voit mal comment une révolution pourrait advenir, malgré le mal-vivre qui ronge une partie de la population et cette impression que les choses ne bougent pas et que le pacte qu’on s’est imaginé d’un éternel ‘progrès’ n’est pas respecté.

    Les joyeux petits prophètes comme Lordon , Bégaudeau et tant d’autres en seront pour leur frais mais survivront dans leur niche, Mélenchon passera par pertes et profits, mais Olivier Todd s’en sortira haut la main en nous expliquant que forcément ce mouvement était condamné par nos structures familiales !
    Badiou ne bougera pas d’un poil , accroché à sa bouée de secours, Platon, et continuera à invoquer l’arrivée d’un communisme sans communisme , à la place du Messie. Jorion se filmera chez lui dans sa seconde toilette à l’étage, pour nous parler d’obscures questions anthropologiques ou de la Vertu des colombes blanches et de Robespierre, ou encore de la formation des prix sur le marché local du jeudi matin dans un microcosme sans monnaie ex-nihilo !

    Il y aura encore, signe de santé, un bel unanimisme pour condamner l’arrogance de ce pouvoir qui a le culot de tenter de faire ce pour quoi il a été élu , et qui a l’audace de ne pas appliquer le programme des formations politiques qui ont été battues ! On agitera la tête de Louis XVI avec des rêves radicaux et définitifs au bout de sincères indignations narcissiques , et l’idée d’une démocratie sans suffrage universel, ni élections-pièges-à-cons, mais avec les joies de la démocratie directe comme un grand sondage permanent et en temps réel , continuera d’alimenter la Belle utopie !

    Bien sûr le profond malaise à l’origine des GJ perdurera , comme partout dans le monde d’ailleurs, et l’ évolution vers des solutions anti-système s’accelèrera . D’autres crises nerveuses françaises gauloises sont à prévoir qui devraient logiquement déboucher (une fois que le sur-moi anti-RN posé par la bien-pensance aura sauté et que la machine se sera emballée), par l’arrivée au pouvoir de dame LePen. Il faut espérer que Macron aura la sagesse d’instaurer un RIC , qui permettra alors de contrer et d’atténuer les nombreuses sottises que son incompétence et sa fougue idéologique produiront.

      +4

    Alerter
    • Kiwixar // 11.04.2019 à 03h10

      C’est bien envoyé, mais défaitiste (ce mal si français et bien entretenu). Emmanuel Todd est fier des Français avec le mouvement des GJ mais ne croit pas à la révolution, non pas à cause de nos structures familiales (au contraire : égalitariste en région parisienne) mais à cause de notre démographie (pays de vieux).

      Quand on voit ce que les jeunes subissent (horizon, chômage, précarité) et qu’ils ne suivent pas massivement ce mouvement des 80% du bas, c’est à désespérer. Trop occupés avec Fortnite ou à rager contre les vieux depuis le canapé?

        +2

      Alerter
      • hong xiu quiang // 11.04.2019 à 08h07

        Il y a beaucoup de jeunes parmi les Gilets Jaunes. En proportion, probablement plus que dans la population en général. Les vieux (jeunes retraités) ont occupés les ronds points pendant que les jeunes étaient au taf mais ils l’ont fait avec le soutien des jeunes, qui vont aux manifs et gèrent les sites internet. Ne désespérez pas des jeunes générations.

        Mais désespérez de tous les attentistes, des individualistes, des indifférents, des opportunistes et des gavés.
        Tous ces gens n’ont rien à foutre de la démocratie et de la chose publique, ce n’est pas un problème générationnel .

        A défaut d’une révolution, beaucoup de gilets jaunes se contenteraient de la fin du Mensonge, ce qui serait déjà un bon début.

        Macron est le Mensonge.

          +6

        Alerter
      • Opp’s // 11.04.2019 à 13h49

        Merci de votre petit commentaire, même si je ne suis pas sûr que ayez bien capté mon ironie , car en gros je pense que les GJ du départ se sont faits, malgré leurs efforts méritoires, récupérer par leur minorité à la fois décérébrée mais très active et courageuse.
        La tactique de la violence , même si elle ravit tous ceux sensibles à la beauté d’une radicalité idéaliste flirtant avec une certaine haine et une bêtise arrogante et entêtée, ne peut pas payer sur le long terme dans les conditions actuelles (En fait la violence doit bénéficier de condition très favorables pour ne pas être entachée d’une sorte de péché originel que ses réalisations traînent ensuite comme un boulet) .

        En ce qui concerne Todd, car j’ai simplifié humoristiquement sa pensée ductile et toujours très habile.
        Car Todd est d’une sorte de sincérité retorde : quelle que soit l’issu des choses il aura délivré auparavant divers discours à la fois radicaux et nuancés qui lui permettront toujours, avec son impayable humour et son autodérision modeste, de retomber sur ses pattes en conservant cet avantage de paraître rester radical et provocateur courtois, ce qui plaît toujours aux intellos. Bref , jamais vraiment grillé, il sera encore et toujours invité d’aréopages de droite dure et de gauche intransigeante ainsi que de France-Culture.

        Son problème est que , même s’il titille et fait réfléchir par certaines prises de positions anti-conformistes , au fond c’est très circonstancié et ça ne tient pas trop la route , et finalement ça se ramène souvent à des idées un peu hors-sol très psychologisantes, et sans grand intérêt pratique pour mieux penser les choses.

        Dans un genre très différent, mais tout aussi sympathique, Michéa , par contre , apporte des éclairages historiques peu idéologisées et donc très intéressants même quand on ne partage pas la philosophie générale de son ‘dispositif’

          +1

        Alerter
    • Kiwixar // 11.04.2019 à 03h14

      Je ne crois pas à l’arrivée de LePen au pouvoir.

      1) Elle ne le veut pas. Si par hasard elle se retrouvait en position de gagner, elle se savonnerait la planche avec une “bourde” orale du style de son père

      2) Une grande partie des gens qui rejettent le système voteront pour des candidats Frexit au 1er tour, et peesonne au second si les 2 candidats (dont MLP) ne prônent pas ce frexit.

        +2

      Alerter
  • Haricophile // 11.04.2019 à 18h24

    Comparer Macron à Louis XIV, il fallait oser !!!

    Pour le sujet c’est entièrement normal qu’un lobbyiste, même président, qui n’est au fond qu’un homme de com’ raisonne en homme de com’

    Fallait pas laisser ce microbe politique arriver au pouvoir.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications