Les Crises Les Crises
11.février.201611.2.2016 // Les Crises

Qui est Bernie Sanders ?

Merci 2
J'envoie

Bon, allez, quelques mots sur Sanders, j’ai finalement un peu creusé.

C’est assez intéressant – on restera bien entendu TRÈS PRUDENTS (www.syriza.gr), mais enfin rien que dire ça et faire plus de 1 % aux USA, c’est déjà miraculeux.

Le Monde nous a encore “informés” :

Hmmm, le type gagne haut la main, mais attention,

1/ j’ai cru que le vieux socialiste avait brillé, mais non, il s’est “installé”, nuance

2/ c’est normal, Clinton s’y attendait, tout va bien (façon 1914 les Allemands sont à porté de canon de Paris, mais c’était prévu…)

3/ pas cool pour Clinton, bouuuuuuuuuuuuuuuu 🙁

4/ le vainqueur haut la main ne veut pas de contenter du rôle de clown.

(bon, Le Monde a aussi fait un autre papier plus intéressant sur son parcours)

À d’autres époques ou dans d’autres pays, on aurait juste salué le vainqueur (vae victis), mais ici, non, pas cool pour la favorite des démocrates à plus de 200 000 $ par an…

SURTOUT quand on entend ce qu’il dit – de quoi donner envie de lapider un Macron, donc chuuut, ne le dites pas fort :

Admirez cette vidéo de 2015 :

Voici celle du 2 février :

Une de ses affiches :

(Notez le jeu de mots entre US = USA et US = “Nous”)

Ses déclarations :

Un discours féroce de Sanders au Congrès, en 2012. « Il y a une guerre dans notre pays entre les plus riches et ceux qui travaillent. […] 1% des américains possèdent 23% de la richesse du pays, plus que les 50% les plus pauvres. Et apparemment, ce n’est pas assez pour eux! »

 

Commentaire recommandé

Ailleret // 11.02.2016 à 03h17

Bonne chance, M. Sanders. Vos discours contre l’oligarchie qui accumule richesse et pouvoir ont un accent de vérité. C’est bizarre, mais nous avons de ce côté de l’Atlantique un parti “socialiste” fort éloigné de vos positions… On imagine mal un Macron dénoncer “la guerre des plus riches et des puissants contre les familles de travailleurs”… pourtant Warren Buffett l’avait dit : “la guerre des classes existe, c’est un fait. Mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre. Et nous sommes en train de la gagner”.

Qui sera le premier, en France, à accuser Bernie Sanders de “populisme” ? Le Monde, Libé, France Inter, Caroline Fourest ? On parie ?

55 réactions et commentaires

  • Ailleret // 11.02.2016 à 03h17

    Bonne chance, M. Sanders. Vos discours contre l’oligarchie qui accumule richesse et pouvoir ont un accent de vérité. C’est bizarre, mais nous avons de ce côté de l’Atlantique un parti “socialiste” fort éloigné de vos positions… On imagine mal un Macron dénoncer “la guerre des plus riches et des puissants contre les familles de travailleurs”… pourtant Warren Buffett l’avait dit : “la guerre des classes existe, c’est un fait. Mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre. Et nous sommes en train de la gagner”.

    Qui sera le premier, en France, à accuser Bernie Sanders de “populisme” ? Le Monde, Libé, France Inter, Caroline Fourest ? On parie ?

      +141

    Alerter
  • Astatruc // 11.02.2016 à 03h31
    • Gier 13. // 11.02.2016 à 07h52

      Disons qu’il est en rupture avec ce qui se fait et ce qui se dit habituellement !

        +18

      Alerter
    • TuYolPol // 11.02.2016 à 08h51

      Si on croit que le pathos, la violence et de la peur ont un avantage inexorable, il est irréaliste.
      Mais si on admet que l’histoire humaine est également marquée par une attirance pour une civilisation authentique, une maîtrise de la sauvagerie, et que cette attirance positive est une force équivalente au pathos, à la cupidité et à la peur, alors c’est le plus réaliste.

        +50

      Alerter
    • Lt Anderson // 11.02.2016 à 09h45

      La réalité se construit au fil du temps, bien malin celui qui prétend la cerner.

        +7

      Alerter
    • dupontg // 11.02.2016 à 10h20

      Roosevelt aussi en son tamps avait tapé fort en taxant les grosses compagnies et les riches….jusqu’à 90%…..

      ça doit bien etre possible aussi aujourd’hui sans pour autant parler de programme irrealiste..

      Faudra juste qu’il ait un bon service de protection..Roosevelt avait echappé à un attentat

        +38

      Alerter
      • cloclip // 12.02.2016 à 00h06

        Mais John Kennedy qui avait voulu s’attaquer à Wall Street en reprenant le pouvoir de battre monnaie , n’y a pas réchappé, lui, ni Abraham Lincoln.

          +6

        Alerter
    • Charles // 11.02.2016 à 12h58

      Il n’a rien d’irréaliste sur le fond. Il exprime la nécessité d’éviter la barbarie. Sans aller toutefois se donner les moyens de l’appliquer, ni aller assez au fond. Voir cette critique: http://wp.me/p5oNrG-jE0

        +4

      Alerter
    • Lysbeth Lévy // 11.02.2016 à 14h29

      Je comprends ce que vous voulez dire Astatruc ! C’est trop beau pour être vrai, on nous a déjà fait le coups avec Syriza et maintenant le Capitalisme “aux abois”, joue “sa dernière carte” : un type vraiment de “gauche” qui veux aller dans le sens du “peuple” en lui redonnant espoir et “pas que” mais veux leur donner ce qu’il faut pour “vivre” et non survivre comme ils sont en train de le faire depuis des années.

      Oui le Capitalisme craint une grosse révolte du peuple et a donc ressorti le dernier gauchiste planqué on ne sait ou pour en faire son candidat populaire…Mais as t’il les moyens de l’être contre les banques, et autres spéculateurs qui se gavent sur le dos du peuple ? Telle est la question ?

        +8

      Alerter
    • Tonton Poupou // 12.02.2016 à 10h07

      Mon père me disait toujours : “Le socialisme réel ne peut naître qu’aux Etats Unis d’Amérique” parce que ce pays est la quintessence du capitalisme qui ira à son terme.
      Trop jeune pour comprendre la logique politico-économique, bien plus tard et après de nombreuses lectures sur le sujet, je commence à penser que mon père avait peut être raison.

        +9

      Alerter
      • Tunkasina // 17.02.2016 à 10h12

        Autrement dit, y’a qu’en touchant le fond de la piscine qu’on peut donner l’impulsion pour remonter à la surface, non ? 😀

          +1

        Alerter
  • vincent // 11.02.2016 à 04h28

    Ouais on peut pas être parfait

    Reste à voir ce qu’il fera, c’est beau les slogans et les speech, mais on verra. Déjà qu’un énième chef de guerre prix nobel de la paix cela commence à faire gros.

    Bref, pourquoi pas, mais je reste sceptique, au moins si il passe il sera la moins pire solution supposé pour le monde, encore que on disait cela d’Obama, maintenant on voit ce qu’il en est.

    Cependant tant qu’un présidentiable n’abordera pas la question de l’histoire et de celle des indiens pour un juste retour des choses et une reconnaissance dans cette holocauste, cette nation sera gouvernée par des fous fier et sans scrupules, ils ont grandement besoin d’apprendre le respect et l’humilité, et ce travail commence par leur propre passé;

    Tant que ce n’est pas fait, il n y a rien a espéré d’eux. En Amérique du Sud les indiens reviennent sur le plan politique, ils sont plus présents et intégrés aux sociétés.

      +19

    Alerter
  • Bobforrester // 11.02.2016 à 04h35

    Les armes aux States, c est le marronnier des humanistes en peau de lapin qui exhibent des chiffres ne tenant aucun cpte du nbre d habitants à comparer avec nos 150 femmes tuées par leur conjoint par exemple. Elargi à l échelle de l Europe ça donne quoi ?
    Sanders est pour le mariage des homos ouais, tout ça est bien secondaire en regard du changement promis, s il tient sa parole et que le mur du fric ne s écroule pas sur lui. C est pas gagné même d il passe !

      +6

    Alerter
    • Wilmotte Karim // 11.02.2016 à 19h47

      Le taux d’homicide aux USA explose le taux de n’importe quel pays d’Europe Occidental.
      Vous ne le croyez pas? Sortez les chiffres, faites la comparaison!

        +6

      Alerter
  • patrickluder // 11.02.2016 à 05h21

    Il a 75 ans, n’est-ce pas un peu âgé pour commencer une carrière présidentielle ?

      +0

    Alerter
    • dieselito // 11.02.2016 à 11h25

      Comme disait un autre candidat à une autre élection “c’est trop âgé pour envisager une carrière de dictateur”. Il lui reste donc, outre la détresse d’un peuple, la sagesse de l’âge…

        +17

      Alerter
    • Chris // 11.02.2016 à 12h21

      L’âge des “justes”, ceux qui ont un regard suffisamment long sur l’Histoire (outre l’enseignement de cette discipline !) et qui, s’ils sont honnêtes intellectuellement, sont capables de diagnostiquer et mettre en place un traitement de choc contre un cancer qui métastase à mort un corps social.

        +7

      Alerter
      • Astatruc // 11.02.2016 à 15h47

        Comme Sorros ou Brzezinsky?
        Mais bon Chomsky en parle en bien donc, inutile de douter.
        ;o)

          +4

        Alerter
    • Emmanuel // 12.02.2016 à 02h19

      Notre probable futur président (Alain Juppé) aura 71 ans 3/4 quand il sera élu. Ne fera-t-il qu’un seul mandat, modestement, à votre avis ?

        +1

      Alerter
  • J // 11.02.2016 à 06h43

    Au moins, il aura fait passer un message. Cela posé, je me souviens d’une déclaration relativement récente de Bill Gates et quelques autres du même niveau disant qu’ils souhaitaient payer plus d’impôts au nom du principe de solidarité (je ne parie pas sur la sincérité, mais pas sur le contraire non plus). Cette prise de conscience est quand même de plus en plus dans l’air.

      +6

    Alerter
  • gol // 11.02.2016 à 07h13

    Avec ce gavage médiatique sur les élections US, certains français commencent à se demander s’ils doivent aller voter.

      +23

    Alerter
    • Chris // 11.02.2016 à 12h24

      Faut dire que ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis est exactement notre avenir dans 5 ans au maximum, vu l’application intensive du Traité de Lisbonne…

        +7

      Alerter
  • Georges Clounaud // 11.02.2016 à 07h15

    J’espère simplement qu’il ne constitue pas une forme de “caution morale” pour les démocrates. J’imagine bien la suite des évènements : Clinton gagne les primaires. Sanders reconnait sa défaite, se rallie à elle et la soutient pour les présidentielles contre les méchants républicains ! Et hop, par un merveilleux coup de baguette magique, la voilà drapée de linge blanc et de beaucoup de compassion devant tous ces pauvres et courageux travailleurs qui eux aussi ont droit à l’american dream. Dès lors, pour la dernière ligne droite, je l’imagine très bien se présenter comme la candidate de tous les américains, soutenue par tous les médias aux anges devant Sainte Hillary….
    Quel cauchemar !

      +52

    Alerter
    • RonRon // 11.02.2016 à 07h37

      Bien vu, on nous a fait le coup 100 fois.

      D’ailleurs les intérêts en jeu sont si énorme, si Sanders est sincère et risque d’être élu, on trouvera bien quelques talibans de Wall Street pour lui faire la peau.

        +29

      Alerter
  • Gier 13. // 11.02.2016 à 07h35

    Portrait de B Sanders dans Le Monde Diplomatique de janvier 2016 sous le titre “Un socialiste à l’assaut de la Maison Blanche”
    Bonne lecture !

      +7

    Alerter
  • Ari // 11.02.2016 à 08h30

    Personnellement, j’ai bien du mal à croire que tout cela est bien réel.
    J’ai bien peur que s’il n’a pas encore eu de crise cardiaque, d’accident d’avion, d’accusation de viol ou de pédophilie, c’est que c’est un leurre.
    A l’image de Hollande, Tsipras etc.

    En attendant il fait passer un message ? Je ne crois pas tant que ça. Qui l’entend à part ceux qui déjà au courant de ce qu’il dit ? Y compris dans les autres pays que le sien. Qu’apporte-t-il de nouveau par rapport à ce message qui est déjà là au sein du peuple ?
    Un leurre est parfait pour le désamorcer et le décourager.

    J’espère de tout coeur me tromper.

      +6

    Alerter
  • aikongo // 11.02.2016 à 08h31

    Bien qu’ayant un a priori positif, le coup de mon ennemi c’est la finance, cela a un air de déjà entendu !
    il faut surtout ici comme ailleurs revenir a de la démocratie directe.
    A défaut, nous aurons toujours un fondé de pouvoir de trust ou un dictateur potentiel aux manettes.

      +12

    Alerter
  • woiliwoilou // 11.02.2016 à 08h39

    BON… il y en avait un autre avant lui qui a proclamé en campagne que son ennemi était la Finance…

      +10

    Alerter
  • arionov // 11.02.2016 à 09h30

    En première lecture mais pas en deuxième lecture. Il a voté contre. Souvent aux U.S il y a une multitude de lois voter dans un seul vote. (ex. faste track que aucun amendement possible).

      +1

    Alerter
  • reneegate // 11.02.2016 à 10h46

    C’est vrai que nous sommes tous échaudés, dépités parfois. Mais n’oublions pas que petit à petit nous devenons aussi conditionnés par tous les discours univoques (libé, le monde, fourest, macron, valls, fabius, sarkosy). Alors le programme de Sanders peut être perçu comme irréaliste. Cependant la situation actuelle est si réaliste? Pouvions nous l’imaginer, la concevoir lors de la chute du mur de Berlin?
    Le discours de Sanders est vrai, sa démarche, sa posture est simple et directe, pas la souplesse étudiée et frimeuse d’un Obama, pas le speed sautillant médiatique d’une Clinton. C’est déja ça. Cela prouve aussi qu’aux USA toute une culture libertaire (Abbey, Hunter Thompson, …) est toujours là et bien vivante. Bon pour le moral en quelque sorte.

      +15

    Alerter
    • Astatruc // 11.02.2016 à 13h52

      La chute du mur de Berlin a eut ses revers, “J’ai vécu les trois années suivantes à Berlin, j’ai pu observer les revers de la réunification.» Mort de l’industrie à l’Est, désuète, apparition du chômage, adaptation aux règles de l’Ouest… «En même temps que moi, les Est-Allemands découvraient alors le coût de l’entrée dans le monde libre.»

      http://berlin1989.24heures.ch/

        +8

      Alerter
      • reneegate // 11.02.2016 à 14h18

        Comme vous le dites, on nous traitait de “complotistes” (à l’époque pessimistes, radicaux, pire communistes) lorsque nous présagions ce qui s’est réalisé depuis en Europe. Je reconnais que c’était un des pires scénario que nous envisagions.
        Je crois aujourd’hui que tout est possible, rien n’est irréaliste puisqu’il s’agit toujours d’un point d’équilibre qui lorsqu’il est rompu entraine une cascade de changements jugés précédemment irréalisables. Jusqu’à aujourd’hui cela a été souvent pour le pire (marché libre, EU, subprimes) souhaitons que demain ce soit pour le meilleur.

          +10

        Alerter
        • Astatruc // 11.02.2016 à 16h04

          Quand je parle d’irréalisme c’est dans le contexte us, les firmes ont la main.
          En revanche, je pense que Sanders est le bon candidat us pour contrer le leadership de Poutine, faudra les motiver les gosses pour qu’ils aillent volontairement à la boucherie.

            +4

          Alerter
  • Arc Angelsk // 11.02.2016 à 11h02

    La source de financement du candidat en dit long sur ses ambitions et sa capacité à respecter son programme. Sanders est effectivement le candidat du peuple américain qui commence à se réveiller timidement. La mutation internet et société du partage, conjuguée à la crise, commencent à faire leurs effets sur la population américaine, et tant mieux !! 🙂

      +12

    Alerter
  • interlibre // 11.02.2016 à 11h03

    Son slogan me plait. Ces discours aussi. Son ennemi c’est la finance, c’est surtout NOTRE ennemi à tous. Il veux redonner du pouvoir politique au peuple, le motiver (“not me, US”). C’est la meilleure solution (la seule ?). Tant que les gens resteront des moutons passifs lobotomisés il ne passera rien. Il faut créer un cadre pour que le peuple se gouverne lui même (tirage au sort, participation locale, referendum, boycott….) pas attendre bêtement un sauveur qui n’arrivera jamais. Si il réussit à faire ça alors le changement arrivera de lui même. Si il se repose sur les membres du parti démocrate pour changer les US je lui souhaite bien du plaisir…

      +7

    Alerter
  • JacquesJacques // 11.02.2016 à 12h11

    Il n’y aurait a priori que deux possibilités dans le contexte global actuel : soit le système politico-économico -financier mondialisé d’exploitation de la terre et des hommes ne peut faire face à ses outrances par inconscience devant ses atteintes et violences répétées envers des masses anesthésiées – et s’écroule brutalement — soit une frange intellectuelle responsable et courageuse convainc le plus grand nombre de se réveiller pour faire front calmement aux manipulations et aux mensonges institutionnalisés – ici et là ! Sans trop de violence si possible. J’imagine aussi – dans mes moments d’optimisme – que cela se produira concomitamment. Bientôt. Vas-y Bernie !

      +7

    Alerter
  • Outis // 11.02.2016 à 12h14

    Bonjour,

    “(Notez le jeu de mots entre US = USA et US = “Nous”)”

    Personne ne connaît « Credo in Us » (1942) de John Cage ?

      +1

    Alerter
  • danièle // 11.02.2016 à 12h42

    À propos de Walmart, Clinton a siégé 6 ans au Conseil d’administration à l’époque où son mari était gouverneur de l’Arkansas:

    http://www.progressivepress.net/hillary-clinton-was-a-wal-mart-director-for-6-years/

      +3

    Alerter
  • Vénus // 11.02.2016 à 14h14

    Une petite devinette: qui est l’homme qui a gagné les élections présidentielles russes le 26 mars 2000 avec 52% de voix? Il n’a pas fait de campagne électorale, n’avait pas d’étiquette politique, n’a pas fait de promesses à la population et resté toute la soirée des élections en pull gris sans apparaitre à la télévision.
    Une petite indication: il occupe actuellement le poste du président de la Fédération de Russie.
    N.B. Je ne croirai dans une Hillary Clinton ou un Bernie Sanders QUE s’ils dépensent pour leur campagne électorale un strict nécessaire pour imprimer les bulletins de vote ou effectuer des déplacements justifiés,s’ils ne font pas de promesses mais démontrent leurs idées par leurs ACTES et si je ne les vois pas passer à la télé plus d’une fois par semaine.
    Je suis désolée, je ne suis pas objective, j’en ai ras le bol des promesses et marre d’entendre parler tous les jours des élections américaines à la radio et dans les journaux français.

      +11

    Alerter
    • reneegate // 11.02.2016 à 14h23

      Vous avez raison pour de prochaines élections règlementées. Mais pour celles là celui ou celle qui ne communiquera pas à travers les médias ne sera jamais en position de règlementer les élections suivantes car il sera platement battu. Donc nuances et perspicacité doivent être de mise.

        +5

      Alerter
      • Astatruc // 11.02.2016 à 16h23

        Donc s’il communique par les médias et on sait à qui ils appartiennent, on peut lui donner le bon dieu sans confession.De toute manière, grâce à ces m^mes médias les autres resteront inconnus.Si il est médiatisé, c’est qu’il arrange le système.Point barre, j’ai la prétention d’avoir plus de mémoire qu’un poisson rouge.
        🙂
        Ne nous l’a t-on pas déjà faite, une fois, deux fois, trois fois?
        Le piège est refermé.
        Les médias contrôlent qui sera vu, moi, avec l’expérience, j’ai un doute, mais un doute….

          +6

        Alerter
        • reneegate // 11.02.2016 à 19h34

          Mais bien sur que non, là n’était pas mon intention. Je voulais dire que pour cette élection là, il devait forcément être communiquant et passer par les médias quels qu’ils soient (et sur les média je peux y aller aussi fort que vous). Il n’a pas le choix.
          C’est un peu le problème des commentaires, le manque de confiance des uns envers les autres et finalement n’est ce pas le sujet principal ici (pour Sanders je précise). J’espère avoir été + clair.

            +3

          Alerter
  • christian gedeon // 11.02.2016 à 15h00

    On a vu souvent rejaillir le feu d’un acien volcan qu’on croyait trop vieux… j’aime à la croire.Il n’empêche que ce “socialiste”(sic!) a fait une carrière pépère tranquille pendant des décennies. tant mieux s’il se réveille maintenant… mais l’histoire du bonhomme est tout ce qu’il y a de plus banale,en fait. jamais d’étincelles jusque là… donc wait and see..

      +5

    Alerter
  • Grim // 11.02.2016 à 15h53

    C’est vrai qu’après la déception qu’a amené Syriza et l’enfumage de “Mon ennemi c’est la finance” on peut douter de la sincérité du bonhomme.

    Après, vu la façon dont il finance sa campagne et étant donné qu’il n’a pas de commission de Bruxelles folle sur le dos, on peut espérer qu’il soit plus sincère et plus combattif.

    Après, aux Etats-Unis, même élu un Président ne peut pas tout faire (pas comme chez nous), le Congrès est un véritable contre-pouvoir, qui est d’ailleurs gangréné par les lobbies.

    A voir, au moins ça promet d’être plus intéressant que le duel Hilary Clinton contre Jeb Bush qu’on prévoyait.

      +6

    Alerter
  • Astatruc // 11.02.2016 à 15h58

    Obama a fait l’ OBAMACARE, totalement, sans aucune opposition.
    🙂
    Il voulait réguler la circulation des armes et il l’a fait, n’est-il pas?
    Pour l’assurance santé, expliquez moi pourquoi OBAMA n’a pas pu le faire et pourquoi Sanders le ferait, je suis curieux.

      +4

    Alerter
    • Vénus // 11.02.2016 à 17h01

      Moi aussi je suis très pessimiste quant à l’avenir des USA, je ne crois en aucun cadidat (en tout cas parmi ceux qui sont largement médiatisés), je pense sincèrement que ce pays a besoin d’un bon coup d’état…à l’américaine…ils savent tellement bien le faire.

        +4

      Alerter
  • asheloup // 11.02.2016 à 17h43

    Finalement peut être que celui qui a véritablement gagné la guerre froide, mais à postériori, était Gorbatchev !

    Lui qui a réussi à éviter la pire guerre civile du XXe siècle en déverrouillant l’Union soviétique au moment ou elle s’apprêtait à s’effondrer, connait peut être le début d’une victoire idéologique. Il a peut être commis l’erreur d’avoir eu raison trop tard dans le cas de l’URSS…

    Parce que si les USA deviennent socialistes, alors je ne donne pas cher du régime néolibéral. Il a commencé aux USA avec Reagan, il va s’éteindre aux USA avec Trump ou Sanders (et espérons le, Sanders, parce que les oligarques n’amènent jamais rien de folichon sur le plan politique et que le mécénat est rarement leur plus grande vertu …)

    Personnellement, je ne vais pas regretter le néolibéralisme.

      +4

    Alerter
    • Lysbeth Lévy // 11.02.2016 à 22h15

      Non, Gorbatchev n’en finit pas de s’excuser ou expliquer son desarroi devant l’aventurisme, la dérive quasi “je m’enfoutisme” quand aux conséquences des américain qui veulent désormais dominer le monde entier.

      http://fr.sputniknews.com/international/20160211/1021669945/gorbatchev-otan-presence-militaire-europe-est.html
      IL a cru que les américains l’écouterait quand ils disait que l’OTAN ne devrait plus s’étendre lors de la chute de l’Urss, et au final “ils ont menti” car bien avant ils ont fait des plans pour aller encore plus loin et s’attaquer a la Russie même capitaliste et croyante !

      Reagan et Zbigniew Brzezinski, Georges Soros, ont crée des milliers d’ONG qui sont parti à l’assaut des pays de l’est une fois que l’ancien système s’est ouvert complètement à l’ouest…

        +5

      Alerter
  • Bruno // 11.02.2016 à 18h47

    L’opinion publique américaine n’en peut plus du système actuel. Voyez ce lien pour les résultats d’un sondage bipartisan américain https://beerblogsite.wordpress.com/2016/02/09/pourquoi-les-americains-soutiennent-trump-et-sanders-contre-les-candidats-mainstream-soutenus-par-les-machines-politiques/
    Comme par hasard, les médias dominants sont accusés de mentir sur l’état du pays et les Américains ne pensent plus vivre en démocratie

      +5

    Alerter
    • Ari // 12.02.2016 à 12h59

      Merci de relayer cette étude !
      Cela montre bien que ce ne sont pas les français qui seraient trop bêtes de ne pas vouloir s’adapter à ce système. C’est bien ce néolibéralisme, capitalisme totalitaire et criminel qui mène à la désolation.

      En revanche, j’aurais bien aimé savoir comment a été faite l’étude : combien de personnes interrogées, par quels moyens, dans quels lieux etc.

        +1

      Alerter
  • Wilmotte Karim // 11.02.2016 à 19h39

    Il y a une différence fondamentale entre Syriza et Bernie.
    L’un s’est appuyé sur un mouvement populaire pour conquérir le pouvoir… et a tout fait pour limité ce mouvement au vote.

    L’autre en appelle à la constitution d’un vaste et puissant mouvement populaire afin de permettre la transformation sociale.

    Et puis, on a pas le choix: il faut essayer, essayer, et essayer encore.

      +5

    Alerter
  • Lysbeth Lévy // 11.02.2016 à 21h19

    Il suffit pourtant d’appliquer les conseils du serbe qui a fait tomber Milosevic avec OTPOR :
    http://www.indignez-vous.be/PDF/la_lutte_non_violente_en_50_points.pdf
    C’est gratuit et il suffit de demander à “Georgy” le boss un peu d’argent, étant philanthrope il devrait accéder a votre demande ….

      +4

    Alerter
    • Sangsue-raie // 12.02.2016 à 04h10

      OTPOR
      Qui connaît l’attentat perpétré +- raté, aux USA,dans les années 1970, par OTPOR , à l’aéroport, par des ..croates des USA…
      Croates que l’on retrouvera, plus tard, en Yougoslavie préparant la guerre…?

      Quant à confondre Sanders (ou Corbyn, ou Podemos ou Syriza ou.. tous ces leurres proliférant pour calmer par l”espoir” et autres caractéristiques de midinettes) avec du socialisme, cela indique le degré de dépolitisation profonde – propagande de 70 ans”liberté” – du capitalisme.
      Allez, on pourra vous le refaire 100fois, vu que le Plan est A. A comme Alhzeimer

      Les travailleurs – et non cette fumisterie ssémantique de ”peuple” – ne sont représentés par personne.
      Tant qu’on utilise ce mot.fiction fétichiste ”gauche” (”gauche” cela n’existe pas, et n’a jamais existé, et n’existera pas, c’est un terme-bateau) au lieu des vrais noms de -classe sociale – travailleurs – travail – vous n’avez en fait affaire qu’à des conservateurs bourgeois – voir la carrière sans heurt de ce Sanders… un peu de réflexion de grâce – un peu plus sympas. Mais rien à voir avec le socialisme,qui est celui qui libère de la propriété privée et de son poids et ses charges. Et qui ne se contente pas de ”réformer sympa”
      D’autre part,dans l’histoire, on ne connaît pas de dominants (bourgeois) qui n’aient pas défendu leur position sans recourrir à la barbarie. S’ils se sentaient vraiment menacés, ils le montreraient par une extrême violence.
      D’autre part, peu de gens le savent, nous vivons déjà en fascisme.
      Le reste est discours de conférencier ”entertainer”.

        +6

      Alerter
  • Alae // 12.02.2016 à 13h48

    La critique est aisée, ce que fait Sanders l’est beaucoup moins. C’est même carrément incroyable qu’il soit arrivé où il en est, loin devant H. Clinton, en se présentant sous une étiquette de socialiste.
    Avant de l’accuser de basses manœuvres électorales à la Syriza, il faut comprendre le contexte social : les USA, pays formaté par le libéralisme, vomissent le socialisme. Pour eux, c’est ni plus ni moins un gros mot. Donc, là où pour Syriza, l’étiquette socialiste représentait un marchepied électoral, aux States au contraire, c’est un gros handicap. Du coup, les succès de Sanders donnent bien la mesure du ras-le-bol des Américains.
    A tel point que, si les deux candidats populaires, Sanders et Trump, se font sortir par l’establishment (ce qui ne pourrait se faire qu’à coups de trucages des votes), on peut se demander si l’Amérique restera gouvernable.

      +5

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications