Les Crises Les Crises
20.novembre.201820.11.2018 // Les Crises

Maroc-Israël: Hassan II, la grande imposture, par René Naba

Merci 279
J'envoie

Source : Madaniya, René Naba, 17-11-2018

Le Roi Hassan II du Maroc, Président du Comité Al Qods» (Jérusalem), hôte du premier sommet islamique de l’époque contemporaine (Rabat 1969), apparaît rétrospectivement comme l‘un des grands traitres à la cause arabe et son long règne de 38 ans (Mars 1961-Juillet 1999) une vaste supercherie, si toutefois sont avérées les révélations contenues dans le livre du journaliste israélien Ronen Bergman «Rise and Kill First: The secret History of Israel’s targeted assassinations», ED. Penguin Random House.

LES DIRIGEANTS ARABES PLACÉS SUR ÉCOUTE SUR ORDRE DE RABAT

Réputé pour son sérieux, chroniqueur militaire de Yedioth Aharonoth et du New York Times, l’auteur soutient que les dirigeants arabes ont été placés sur écoute des services israéliens grâce à la connivence marocaine lors du Sommet arabe de Casablanca de septembre 1965. Du jamais vu même dans les fictions les plus satiriques, cette trahison dénote la désinvolture du monarque chérifien à l’égard de ses pairs et de son mépris pour la cause palestinienne.

Version arabe de ce récit selon la recension de l’ouvrage établi par le site en ligne Ar Rai Al Yom à l’intention du locuteur arabophone.
https://www.raialyoum.com/?p=821705

La date n’est pas anodine. Scellé par la signature d’un pacte de solidarité et de coexistence pacifique entre régimes arabes, ce sommet s’est tenu en septembre 1965, au terme d’un été particulièrement brûlant au Maroc, marqué par la terrible répression de la révolte étudiante de Casablanca (23 mars 1965) qui fit officiellement 7 morts et 168 blessés. En fait 400 morts selon l’ambassade de France à Rabat.

Sentant le vent du boulet, le jeune monarque a eu la lumineuse idée de se tourner alors vers les Israéliens, comme garde fou aux débordements de son opposition interne et externe. Autrement dit, contre la volonté de son peuple, il s’allia aux ennemis du Monde arabe pour la survie de son trône, dans la pure tradition de la servitude coloniale. Un schéma identique sera observé 70 ans plus tard par le trône wahhabite, bradant la Palestine, par une alliance ouverte avec Israël.

Dans une sorte d’échange de bons procédés, Hassan II percevra le prix de sa forfaiture au plan arabe, un mois plus tard, par l’élimination d’un des espoirs de la renaissance arabe, Mehdi Ben Barka.

Figure mythique de l’opposition démocratique marocaine, l’ancien professeur de mathématiques d’Hassan II sera enlevé en octobre 1965 à Paris avec la complicité du Mossad, et carbonisé par des sbires marocains, un mois après la tenue du sommet de Casablanca.

Principal opposant socialiste au roi Hassan II et leader du mouvement tiers-mondiste et panafricaniste, Mehdi Ben Barka a été enlevé le 29 octobre 1965 à Paris alors qu’il tentait, en sa qualité de «commis-voyageur de la révolution», de fédérer les mouvements révolutionnaires du tiers-monde en vue de la Conférence Tricontinentale devant se tenir en janvier 1966 à la Havane en vue de faire converger «les deux courants de la révolution mondiale: le courant surgi avec la révolution d’Octobre et celui de la révolution nationale libératrice». Pour l’historien René Galissot, «c’est dans cet élan révolutionnaire de la Tricontinentale que se trouve la cause profonde de l’enlèvement et de l’assassinat de Ben Barka».

Sur ce lien, Le rôle de Mehdi Ben Barka et de la tricontinentale dans le réveil des peuples colonisés

La mise sur écoute des dirigeants arabes a permis aux Israéliens de prendre note de la stratégie de reconquête de la Palestine, comme des divergences inter arabes. La décision marocaine aura constitué «Le plus grand trésor stratégique d’Israël». Le journaliste israélien a estimé que cette information était «la raison principale qui a poussé Israël à prendre la décision de faire la guerre aux États arabes en Juin 1967», deux ans après le sommet de Casablanca, et qui a infligé une terrible défaite à l’Égypte, à la Syrie et à la Jordanie.

L’incendie de la Mosquée Al Aqsa par un illuminé israélien, en 1969, donne l’occasion au souverain chérifien de se refaire une virginité politique à l’occasion du sommet Islamique de Rabat, en 1969. Deux ans après la défaite de juin 1967, dont il en a été indirectement responsable, le «Commandeur des Croyants» va cumuler cette fonction spirituelle avec celle plus politique de président du «Comité Al Qods».

Le sommet islamique de Rabat a marqué, sur le plan idéologique, le début de l’instrumentalisation de l’Islam comme arme politique contre l’athéisme soviétique et le nationalisme arabe, et, sur le plan stratégique, le détournement du combat pour la libération de la Palestine, vers des contrées périphériques, à des milliers de km du champ de bataille de la Palestine, avec Al Qaida en Afghanistan et les djihadistes arabo afghans au Caucase et en Bosnie au Kosovo, avant d’être dirigé contre les pays arabes à structure républicaine (Libye, Syrie) à l’occasion du déclenchement de la séquence dite du «printemps arabe» et le surgissement de groupements terroristes islamistes Daech, Jabat An Nosra, Jaych al Islam, opérant, dans le sud de la Syrie, en coopération avec Israël.

Le Maroc figurera lors de cette séquence comme l’un des plus gros exportateurs du terrorisme islamique vers l’Europe occidentale (Attentat de Madrid 2004 qui a fait 200 morts, l’assassinat de Théo Van Gogh, les attentats de Bruxelles en 2015 et les attentats de Barcelone en 2017).

Pour aller plus loin sur ce thème

http://www.renenaba.com/de-l-instrumentalisation-de-l-islam-comme-arme-de-combat-politique/

Nonobstant la coopération sécuritaire entre le Maroc et Israël, Hassan II, fait rarissime dans les annales, devra faire face à deux séditions militaires, à son palais de Skhirat, le 10 juillet 1971, jour de son anniversaire, puis l’année suivante contre son propre Boeing par un groupe d’aviateurs ; indice d’un fort ressentiment à son égard, deux ans après son sacre de Rabat.

Au delà du rôle du Mossad dans l’enlèvement de Mehdi Ben Barka, la vassalité du trône alaouite à l’égard de l’État Hébreu s’est concrétisée sous le règne de son successeur Mohammad VI avec le scandale du «Collier de la Reine» dans sa version tropicale ; un scandale qui titre son nom du bijou offert par l’épouse du Roi à Tzipi Livni, ancien ministre israélien des Affaires étrangères, dans la foulée de la destruction de la bande de Gaza (2007-2008), dont l’ancienne agent du Mossad en Europe en a été la coordonnatrice.

Pour aller plus loin sur l’affaire du collier de la reine
http://www.renenaba.com/le-collier-de-la-reine/

LE MAROC, PIVOT CENTRAL DU DISPOSITIF OCCIDENTAL EN AFRIQUE VIA LE SAFARI CLUB

Pivot central du dispositif occidental en Afrique, le Royaume fondera, en 1976, avec la France, l’Egypte, l’Iran et l’Arabie saoudite, le «Safari Club», se donnant ainsi l’illusion de «jouer dans la cour des grands». En pleine négociation de paix égypto-israélienne, il assumera le rôle de gendarme, non sur le champ de la confrontation israélo-arabe, mais à des milliers de kilomètres de là, non pour la récupération des Lieux Saints de l’Islam, mais pour le maintien au pouvoir d’un des dictateurs les plus corrompus de la planète le Zaïrois Mobutu, agent attitré des Américains dans la zone centrale de l’Afrique, l’assassin de Patrice Lumumba, le chef charismatique de l’Indépendance du Congo ex belge.

En soutien à Jonas Savimbi, l’agent de la CIA en Angola ; ou encore l’ivoirien Félix Houphouet Boigny, le principal pourvoyeur des djembés et des mallettes à une caste politico médiatique française vénale.

Le Maroc était représenté au sein de cette structure par le général Ahmad Dlimi, un des artisans de la liquidation de Mehdi Ben Barka, l’ancien lieutenant du général Mohamad Oufkir, l’homme des basses oeuvres de la dynastie alaouite, tous les deux liquidés sans autre forme de procès sur ordre du Palais royal.

À propos du safari Club

https://fr.wikipedia.org/wiki/Safari_Club

La dynastie chérifienne a constamment justifié sa relation privilégiée avec Israël par la spécificité du judaïsme marocain.

Cf sur ce point, l’analyse d’Abraham Sarfati, l’un des plus célèbres opposants marocain à Hassan II.
http://www.renenaba.com/jordanie-et-maroc-additif/

Il n’en demeure pas moins que le règne d’Hassan II, malgré les prosternations d’une presse française vénale, sera néanmoins qualifié de «Règne du Bagne et de la Terreur», dont le cas le plus illustre aura été le bagne de Tazmamart et l’arbitraire qui frappa notamment les Frères Bourequat.

Pour aller plus loin sur cette affaire, cf le lien suivant
http://www.renenaba.com/maroc-les-trois-freres-bourequat-40-ans-apres-le-retour-des-fantomes-vivants/

LE MAROC, POURVOYEUR DE PROSTITUÉES POUR LES PÉTROMONARCHIES ET REFUGE DE LA MAFIA ISRAÉLIENNE

Un des principaux pourvoyeurs de la prostitution à destination du Golfe pétro monarchique, où près de vingt mille marocaines y font l’objet d’exploitations sexuelles, le Maroc passe de surcroît pour être un refuge pour la mafia israélienne. Le royaume aurait accueilli plusieurs anciens membres de la mafia israélienne, selon le quotidien israélien Haaretz, en date du vendredi 14 septembre 2012.

Gabriel Ben-Harush et Shalom Domrani, deux figures puissantes de la mafia israélienne, recherchées depuis des années par l’Interpol, figuraient parmi les noms cités par le journal. Cf à ce propos : http://www.yabiladi.com/articles/details/12903/maroc-refuge-pour-mafia-israelienne.html

Pour aller plus loin sur ce sujet cf:
http://www.renenaba.com/yves-mamou-et-le-phenomene-de-serendipite/

Ronen Bergman mentionne 2700 assassinats ciblés orchestrés par Israël ; soit en moyenne 40 opérations par an. Les Israéliens n’auront fait que reprendre les méthodes en vigueur en Palestine par les britanniques, notamment le général Orde Wingate, qui avait créé dans la décennie 1930 les «Special Night Squads», les «Escadrons Nocturnes Spéciaux» composés de combattants juifs chargés des raids contre les villages arabes en procédant à l’élimination des meneurs.

La France en a fait usage pendant la guerre d’Algérie et François Hollande a même admis que Paris y avait eu recours dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Les deux derniers présidents américains ont eu également recours aux «assassinats extrajudiciaires», George W. Bush jr, après les attentats terroristes du 11 Septembre 2001, et Barack Obama a ordonné plusieurs centaines d’exécutions ciblées par drones.

YASSER ARAFAT, CHEIKH AHMAD YASSINE, ABDEL AZIZ RANTISSI

La connivence israélo-marocaine s’est poursuivie en dépit de la décapitation du leadership palestinien, par les Israéliens, et le recours aux assassinats «extra judiciaires» des deux principaux dirigeants du Hamas, Cheikh Ahmad Yassine et son successeur Abdel Aziz Rantissi. Une collision qui acte une forme de forfaiture de la part du pouvoir chérifien.

Le livre suggère aussi clairement qu’Israël a utilisé un poison radioactif pour tuer Yasser Arafat, le chef historique palestinien, ce que les dirigeants israéliens ont toujours nié. Bergman écrit que la mort d’Arafat en 2004 correspondait à un modèle et avait des partisans. Mais il évite d’affirmer clairement ce qui s’est passé, expliquant que la censure militaire israélienne l’empêche de révéler ce qu’il pourrait savoir.

Deux monuments ont été édifiés au Maroc pour immortaliser l’oeuvre d’Hassan II : son mausolée à Rabat et la Mosquée de Casablanca, l’une des plus grandes du monde, qui porte son nom. Mais celui que la presse occidentale, particulièrement la presse française engourdie par la diplomatie de la Mamouniya, encensait comme un «Machiavel arabe doté de la baraka», se révélera être, à la lecture des révélations du livre de Ronen Bergman, un mauvais génie, une imposture.

Et les deux monuments édifiés à la gloire posthume du Commandeur des Croyants et Président du comité Al Qods, -mais néanmoins un des principaux artisans du bradage de la Palestine, au même titre que l’Arabie saoudite-, se perçoivent, rétrospectivement, comme les stigmates du règne hideux d’un parfait sous traitant de l’impérium israélo-occidental. D’un être maléfique. D’un souverain vil et servile.

Source : Madaniya, René Naba, 17-11-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 20.11.2018 à 08h29

Neuf jours avant sa mort, “notre ami le Roi” était l’invité d’honneur de Chirac, pour assister au défilé du 14 juillet sur les Champs-Élysées.
https://www.huffpostmaghreb.com/2016/07/14/hassan-ii-14-juillet-hist_n_10990162.html

Quelques semaines plus tôt, Chirac avait engagé l’armée française dans les bombardements de l’OTAN contre la Serbie. Quant à Hassan II, il avait rencontré publiquement Shimon Peres en 1986, devant les caméras de télévision. Il était tout sourire.

J’ai de la famille au Maroc, et la réalité là-bas n’est pas vraiment celle que nous vendent nos médias. Mais que voulez-vous, c’est un pays “arabe modéré”, et la destination de nos élites pour des distractions inavouables : paraît même qu’un ministre s’était fait pincer.

J’irai cracher sur leurs tombes.

38 réactions et commentaires

  • Kaiser // 20.11.2018 à 07h08

    Un oubli et non des moindres, le Maroc avait rallié le camp arabe contre la France pendant la guerre d’Algérie laissant le soin de la délimitation des frontières à après la guerre. Une fois la guerre achevée, l’Algérie avec l’aide de Cuba et de l’Egypte a guerroyé contre le Maroc sans parler de l’affaire du Polisario. De cette trahison, le Maroc est retourné à ses premiers amours, les Juifs et la France.
    A noter qu’un bon nombre de caciques algériens ont d’ailleurs été à l’abri à Oujda et en guise de remerciements, ils sabotent la coopération entre les 2 pays.

      +9

    Alerter
    • At Dahman // 20.11.2018 à 13h33

      Vous faites erreur.
      1. C’est le Général de Gaulle qui a refusé toute modification des frontières de l’Algérie avant son indépendance. Le Roi Mohamed V, dont la loyauté et la rectitude morale sont connues de tous les algériens, qui lui savent gré de son aide fraternelle (l’une des plus grandes avenues du centre d’Alger porte son nom). En revanche, le Président Bourguiba a effectivement demandé une rectification de la frontière de l’est algérien, pour rattacher à la Tunisie la zone d’El Borma et s’approprier ainsi son champs pétrolifère, dont l’huile est évacuée vers le port tunisien de Skhira. Cette demande, faite alors que le gouvernement français menait avec le GPRA les négociations qui devaient aboutir aux Accords d’Evian, avait été sèchement rejetée par le Général de Gaulle, qui aurait répondu “qu’il ne pouvait dépecer l’Algérie avant même qu’elle ne naisse en tant qu’Etat souverain”.
      2. C’est le Prince héritier, futur Hassan II, qui aurait informé les services français du plan de vol de l’avion des dirigeants algériens, dérouté vers Alger.
      3. La “guerre des sables” de 1963 a été déclenchée, sans préavis, par les autorités marocaines.
      4. Enfin, “Notre ami le Roi” soutenait en sous-main les terroristes du FIS et des GIA durant “la décennie noire”. Il avait, publiquement, déclaré qu’il souhaitait que les islamistes prennent le pouvoir afin que l’Algérie “serve de laboratoire” à la théorie fumeuse et criminelle de la “régression féconde”

        +10

      Alerter
      • At Dahman // 20.11.2018 à 13h47

        Je précise que c’est le même Hassan II qui a fermé la frontière entre les deux pays.

          +3

        Alerter
        • Sonny // 20.11.2018 à 13h52

          Cela est faux c’est l’Algérie qui a fermé la frontière avec le Maroc

            +0

          Alerter
          • salim // 24.11.2018 à 10h51

            C’est le Maroc qui a exigé en premier le visa pour les algériens. Et demander un visa c’est quoi, une façon comme une autre de fermer poliment la frontière à quelqu’un que l’on ne veut pas voir chez soi.

            Les algériens ont été plus directs et plus explicites et moins hypocrites que les marocains, ils ont fermé purement et simplement la frontière.
            Laissant ainsi comprendre vous voulez imposer des restrictions, on va vous aider en la fermant une fois pour toutes. Et maintenant ce sont les responsables marocains qui étouffent et demandent l’ouverture de cette frontière. L’Algérie n’en a que cure qu’elle reste ainsi fermée 1000 ans c’est notre dernier souci.

              +0

            Alerter
            • At Dahman // 26.11.2018 à 10h44

              Non. Hassan II n’a pas simplement limité la circulation des personnes en instaurant un système de visas : il a purement et simplement décrété, unilatéralement, la fermeture des frontières entre les deux pays, pour la circulation des personnes et des biens. L’Algérie s’est bornée à répliquer en appliquant le principe souverain de réciprocité.

                +0

              Alerter
      • Arnaud // 20.11.2018 à 16h15

        @ At Dahman,
        Karim, un Kabyle connu sur les bans d’école, m’a tenu la même description des ingérences du Royaume en Algérie, mis à part le point 2, voilà bien longtemps.
        Entre autres ingérences…

          +4

        Alerter
        • At Dahman // 21.11.2018 à 16h56

          S’agissant du point 2, j’ai volontairement utilisé le conditionnel. Cette trahison aujourd’hui formellement établie, l’était d’abord contre Sa Majesté Mohamed V, son propre père qui était le garant de la sécurité de ses hôtes. Tous Nord Africains savent la signification de la tradition d’honneur de l’anaya.

            +2

          Alerter
      • At Dahman // 26.11.2018 à 10h33

        Corrigendum : Le Roi Mohamed V, dont la loyauté et la rectitude morale sont connues de tous les algériens, qui lui savent gré de son aide fraternelle et inconditionnelle (l’une des plus grandes avenues du centre d’Alger porte son nom).

          +0

        Alerter
  • Fritz // 20.11.2018 à 08h29

    Neuf jours avant sa mort, “notre ami le Roi” était l’invité d’honneur de Chirac, pour assister au défilé du 14 juillet sur les Champs-Élysées.
    https://www.huffpostmaghreb.com/2016/07/14/hassan-ii-14-juillet-hist_n_10990162.html

    Quelques semaines plus tôt, Chirac avait engagé l’armée française dans les bombardements de l’OTAN contre la Serbie. Quant à Hassan II, il avait rencontré publiquement Shimon Peres en 1986, devant les caméras de télévision. Il était tout sourire.

    J’ai de la famille au Maroc, et la réalité là-bas n’est pas vraiment celle que nous vendent nos médias. Mais que voulez-vous, c’est un pays “arabe modéré”, et la destination de nos élites pour des distractions inavouables : paraît même qu’un ministre s’était fait pincer.

    J’irai cracher sur leurs tombes.

      +23

    Alerter
    • Dieselito // 20.11.2018 à 09h50

      C’est dingue cette “létalité statistique post-14 juillet” …. Hassan, Khadafi, Et Assad (enfin pas encore pour lui)

        +2

      Alerter
      • Alfred // 20.11.2018 à 12h13

        Pour Assad c’est pas gagné. Les Syriens pro-gouvernementaux se plaisent à énumérer les dirigeants divers et variés qui ont appelé à sa destitution ou à sa disparition et qui ont depuis perdu le pouvoir ou cassé leur pipe. Il faut avouer que la liste est très très longue. Quelqu’un rigolait même avec “la malédiction de Toutankassad”.

          +9

        Alerter
        • Chris // 20.11.2018 à 13h34

          En aout 2018, la présidence syrienne annonçait que l’épouse de Bachar Al Assad, Asma, se battait contre un cancer du sein, heureusement au stade précoce.
          Décidément, le “cancer” sous toutes ses formes (physiques comme mentales) métastase partout !

            +2

          Alerter
    • Duracuir // 20.11.2018 à 10h16

      Chirac avait engagé l’armée Française dans les bombardements de la Serbie? Le chef du gouvernement n’était-il pas Jospin? A cette date, Chirac se contentait d’inaugurer les Chrysanthèmes. C’est Jospin et le PS qui nous a fait bombarder la Serbie. Comme il nous aurait probablement entrainé en Irak.

        +15

      Alerter
      • Fritz // 20.11.2018 à 12h42

        Erreur, cher Duracuir. Jospin est certes complice de cette agression otanesque, et il n’a montré aucune solidarité socialiste envers Slobodan Milosevic. Mais c’est bien Chirac qui était le Chef des armées. C’est Chirac qui nous a bassiné du 24 mars au 10 juin 1999 avec ses discours de haine contre un pays bombardé. C’est Chirac qui avait remis la France dans l’OTAN, dès 1995, bien avant la cohabitation avec Jospin.

        Quant à Jospin, il s’était exprimé publiquement, début 2003, pour demander à Chirac de tenir ferme sur sa position contre la guerre d’Irak.

        Chirac est d’autant plus abject qu’il avait parrainé les accords de Paris, signés le 14 décembre 1995 par les présidents Izetbegovic, Milosevic et Tudjman. L’année suivante, il a reçu les deux premiers à l’Élysée. Ce qui ne l’a pas empêché d’être injurieux envers Milosevic alors que ses avions otanisés bombardaient la Serbie.

          +15

        Alerter
        • Arnaud // 20.11.2018 à 16h31

          Qui était le conseiller magistère de M. Izetbegovic ? BHL, déjà ! (toute coïncidence rencontrée ne peut être fortuite.)
          Ex-Yougoslavie, une guerre évitable. YouTube.

            +12

          Alerter
    • zx8118 // 21.11.2018 à 00h34

      Gérard Fauré dealer du tout Paris sur la pédocriminalité au Maroc :
      https://www.youtube.com/watch?v=TNmfPyOmsUY
      Un passage d’une interview BFM vite mis aux oubliettes (où il est question notamment de la famille royale britannique).

        +4

      Alerter
  • Pepin Lecourt // 20.11.2018 à 09h46

    Et après cela on s’étonne qu’il y ait des complotistes !

      +7

    Alerter
  • Spartel // 20.11.2018 à 10h08

    M Naba revient sur les multiples péripéties racontées ça et là sur le Maroc ; il devrait en rester à ses analyses au demeurant parfois intéressantes sur le PO.
    Mettre sur le dos du Roi Hassan II et sur le Maroc l’échec retentissant des pays arabes dans leur confrontation avec Israël est délirant. Quand je pense à l’utilisation et à l’instrumentalisation de la Palestine et des Palestiniens par les États arabes du PO, il me semble qu’accuser aujourd’hui le Maroc d’une telle machination est indigne.
    Peut-on rappeler ici le rôle du Roi Hassan II dans le rapprochement des belligérants c’est-dire dans des discussions d’homme à homme avec Perés, Rabin ou Dayan et les dirigeants Palestiniens
    Peut-on rappeler ici que le Maroc ne peut se concevoir sans sa communauté juive aussi ancienne et mélangée aux communautés berbère, saharienne et arabe ; d’ailleurs nous avons été surpris d’apprendre un jour que l’ami et voisin d’à côté était devenu un ennemi dans les paroles extravagantes d’un Nasser et de tant d’autres.
    Je crois qu’il y a là un point essentiel que M Naba ne saisit pas, c’est l’histoire millénaire du Maroc et l’attachement des communautés à la famille royale garante de la cohésion nationale et de l’intégrité de son territoire.
    Ce que ne comprennent pas, me semble-t-il nombre de pays arabes du PO et leurs commentateurs, c’est qu’il s’agit bien d’une guerre, et qu’une guerre a pour but d’abord la destruction de son ennemi. Israël fait la guerre quelque soit le nom que l’on puisse lui donner. Dans la guerre, on pense monsieur, on réfléchit et on soupèse ses chances de victoires ou d’échecs. Il ne s’agit pas de rameuter la rue. On essaye de trouver des compromis, des solutions et on envisage un retour à la paix.
    Ce que je puis admettre avec vous c’est que le Roi Hassan II ne pouvait envisager une montée de l’intégrisme juif au PO, et que ses discussions ont toujours eu lieu avec des nationalistes désirant fonder un foyer juif surtout après la terrible destruction des Juifs d’Europe par les nazis. C’est la démesure religieuse actuelle qui pose un grave problème.
    La réécriture de l’histoire des années 80 et 90 par M Naba est fallacieuse. Elle montre, dans une certaine mesure que nombre d’intellectuels, de commentateurs et d’experts ont perdu pieds dans un océan de bondieuseries et d’analyses suspectes.

      +6

    Alerter
  • christiangedeon // 20.11.2018 à 10h22

    L’article est intéressant et constitue un survol saisissant d’une facette de la réalité chérifienne.Le problème,parce que problème il y a,c’est que M. Naba continue à parler de “cause arabe” ,de “monde arabe ” contre toute évidence. Car,il n’y a pas de “monde arabe ” ou de “cause arabe “. Il y a des pays,officiellement ” arabes ” puisque faisant partie de la ligue du même nom,aux interets complètement divergents,pour ne pas dire antinomiques. Même les “régimes ” arabes dits “laics nationalistes ” comme la Syrie ou l’Irak ont été ennemis mortels ( et le redeviendront,hélas,je crains.) Je ne mets pas en cause les informations contenues dans l’article (empoisonnement de Arafat mise à part et M. Naba peut s’il le souhaite m’interroger en privé à ce sujet). Je mets complètement en cause la chimère que poursuit M. Naba d’un “monde arabe “,d’une “cause arabe “…ce sont là des dahus,des licornes…or,tout l’article est basé sur cette présupposition qu’il existerait un “monde arabe ” ou une ” cause arabe”…dunque…

      +13

    Alerter
    • sassy2 // 20.11.2018 à 12h27

      Oui arabe, terme purement occidental, ne veut rien dire.

      Par ailleurs, Roi du Maroc est un métier plus complexe que ce que l’auteur peut envisager.
      Je pense qu’Hassan II n’aurait aucune leçon à recevoir parce que c’était le Roi et beaucoup pense que cela fut un Roi remarquable.
      On peut faire des comparaisons très rapides.

        +2

      Alerter
    • At Dahman // 20.11.2018 à 14h22

      Vous avez raison. Les concepts de Nation arabe et de Maghreb arabe sont des mythes forgés par les nationalismes arabes, qu’il soient baasiste ou nasserien, qui ont tourné en cauchemars. C’est pour bien marquer leur appartenance géographique et historique à l’Afrique que le premier parti politique anti colonialiste créée par des émigrés Nord africains, dans les années 1920 à Paris, s’appelait l’Etoile Nord Africaine. Les appellations Maghreb arabe et Machreq arabe, étymologiquement; respectivement Occident arabe et Orient arabe, ont été répandues par les nationalistes arabes pour véhiculer leurs idéologies.

        +5

      Alerter
  • Pierre D // 20.11.2018 à 11h39

    La proximité entre Israël et le Maroc n’est pas fortuite. “El Malik el Maghreb” (le propriétaire du Maroc) se considère comme un colonisateur et bon nombre de ses sujets, dans le Rif en particulier, pense de même.
    Dans les faits le Maroc est géré comme une colonie et les Marocains comme des colonisés.

      +4

    Alerter
    • toto // 22.11.2018 à 09h22

      Malik veut dire roi et pas propriétaire ! oui le Maroc est une monarchie et alors -> Espagne, Belgique, Pays-bas, Danemark,UK le sont aussi, certes plus démocratique, mais quand ont regarde les autres pays du Maghreb ou d’Afrique, ces soit disant républiques… ça en devient comique.
      En vérité ce Mr Naba fait un procès à charge contre le Maroc en se basant sur un bouquin écrit par un Israélien , personnes auxquels il n’accorde généralement que peu de crédit…
      Ce qui me dérange le plus c’est le format de son texte,on commence avec Hassan2 et sa présupposée trahison et ensuite on glisse dans le temps et dans les thèmes pour se retrouver dans notre époque et à parler de prostitution et pédophilie……….soit ce monsieur essaie d’accuser un homme mort il y a 20 ans de la traite des Marocaines soit c’est juste un déversoir de haine anti-marocaine.

      PS : Quand un Libanais me parle de prostitution je ris doucement, va faire un tours sur les Champs Elysée et tu verra ses compatriotes botoxée jouer les escortes pour petro-monarch

      Quand au Rif :
      1-premier producteur de hashish
      2-région la plus salafisée du Maroc
      3- fait la girouette entre : L’État n’investit pas chez nous & nous voulons être indépendant.
      Comme les Kabyles en Algerie, les Catalans en Espagne ou les Corses ils pensent être à part et spéciaux mais dans les Faits rien de glorieux….

        +0

      Alerter
      • christiangedeon // 22.11.2018 à 11h22

        Pourquoi parlez vous de libanais? Où avez vous vu un libanais parler de la prostitution au Maroc?Ah vous parlez de René Naba? Libanais? Ah bon?!!! Ceci étant dit,la prostitution au Maroc est une triste réalité,et vous ne me contredirez pâs ,je crois,si je dis que Marrakech est devenue un bordel gigantesque. Ailleuirs,ce n’est peut-être pas mieux. Et mêm sûrement pas. Pour ce qui me concerne,j’ai une tendresse particulière pour Meknès,mais surtout pour Fez…mais là aussi,çà se tend. Malheureusement. Cependant,je comprends tout à fait votre défense du Maroc,qui en dépit de ses défauts (et qui n’en a pas?) représente une possibilité pour l’Afrqiue du Nord et ses populations. Possibilité qui ne deviendra vraiment réelle que quand auront été reconnus les peuples du Maroc,tout à fait officiellement. C’est le pas le plus difficile à franchir pour les chérifiens,qui se présentent comme arabes,et arabes seulement( ce qui est une aberration),en tant que descendants (supposés) du Prophète Mouhammad. Là résident le problème (énorme ) et la solution (compliquée). Salamat cher ami.

          +1

        Alerter
        • toto // 26.11.2018 à 17h31

          Bonjour, et merci pour votre réponse.
          Je tiens à préciser que je ne suis pas pro-régime marocain et que je ne minimise en aucun cas la prostitution au Maroc.
          Cependant je ne comprend pas que personne ne s’étonne de la composition de ce texte, dites moi quelle est le lien entre Hassan2, une trahison il y a 20 ans et la prostitution au Maroc ???
          N’y a t il pas de prostitution ailleurs dans le monde ? Encore plus dans les pays touristiques ?(et pauvres)

          Mon avis est que ce mr Naba à tenté de joindre la prostitution à son texte afin d’appuyer sa thèse…..
          Une sorte d’association AD hitlerum (regarder H2 est un traitre et c’est un pays de prostituée..) donc ce n’est plus de l’information mais de la propagande…

          Bref quand au monde arabe c’est une vaste plaisanterie on navigue entre théocratie et dictature socialiste qui se trahissent tous au final…

          Je ne pense pas, une majorité se défini berbère c’est juste que fasse à un non maghrébin on dira qu’on est arabes car c’est plus simple mais il y à des chaines berbère et des inscriptions berbère même dans les aéroport..

          Le problème est la pauvreté et l’augmentation de la violence, le PIB augmente mais juste pour une poignée d’habitant , Casablanca est devenue sale et dangereuse et c’est bien triste..

          bien à vous

            +0

          Alerter
      • ifri // 23.11.2018 à 20h28

        toto@’vous dite1-premier producteur de hashish
        2-région la plus salafisée du Maroc’
        le rif n’est pas independant.cest votre regime narkotraficant qui gere le trafic de drogue et fait de la soutraitance terroriste
        pour us-israel
        visiblement “thirugza’ est etrangere a votre monde que vous pretendez arabe
        vous insultez le rif,vous oubliez que ce peuple a subi une guere genocidaire de la part de la france en 1921/1926 avec utilisation d’armes chimique.
        abdelkrim alkhatabi avait d’abort defait les troupes espagnole command& par franco
        ensuite la france qui occuper le reste du maroc est intervenue pour metre fin a la republique du rif par un carnage.
        le narcotrafique est une politique du makhzen pour detruire cette pauvre region.
        tous comme ce regime criminel marocain a instaler et promu le terrorisme sous faux drapeau(islamiste) dans le rif ,le regime algerien tous aussi criminel et raciste a depuit 2005 instaler par l’intermediaire du drs le terrorisme sous faux drapeaux en kabilye.au sahara depuis 2003 d’ont les chefs terroriste(belmoktar,et compagnie sont des agent du drs renseigner vous sur la politique de la terre brulé de se regime de pillars et d’assassins .
        pour votre info la kabilye a eu a elle seule plus de marthyrs pendant la guerre d’algerie que tous le reste du pays reuni.les chefs du fln aussi tres majoriterement kabyles
        la kabylie a combatue j’usque 1856 alors que celui qui est pris comme modele par le regime baasiste ,l’emir abdekader lui a deposer les arme en 1836 ,a rejoint la france ,d’alleur son portrai est present dans la loge fran macone du grand orient .ce meme abdelkader symbole de l’arabisme en algerie a refuser de prendre part et soutenir la revolte de 1871 conduite par les kabiye al mokrani et cheik ahadad. la resistance de la kabylie a la conquete coloniale n’a jammais cessé
        soulevement en 1871 et repretion terrible poulation affammé et deporter .
        lmassacre en mai .1945 kabilye constantinois chaouis.
        d’ailleurde des soldas kabyle d’on mon grand pere etaient au front(a berlin) a ce moment.

        ce n’est pas un hasard si la france a mis des regimes déspotiques arabes qui continuent la politique de destruction de la culture ,de la langue ,la negation de l’histoire multi milénaire amazigh(berbere)
        dieu rendra justice au martyrs
        et Châtira les injustes.

          +0

        Alerter
        • christian gedeon // 24.11.2018 à 11h10

          Laissez Dieu tranquille…mais sur le reste,avec des nuances, vous avez raison…mais essayez donc d’expliquer tout çà. Pour Abdel kader par contre,vouys allez vraiment trop loin… et sutout vous mélangez kabyles,berbères et guerre(sic!) d’independance. Les kabyles ont aussi fourni l’essentiel des harakas,et pour cequi me concerne,c’est tout à leur honneur,honneur bien mal payé en retour… les berbères sont les berbères. Ne mélangez pas tout.

            +0

          Alerter
  • Sonny // 20.11.2018 à 14h10

    Il est vrai que les morts ne parlent pas rien n’empêche donc de les charger de tous les maux de la terre. Calomniez calomniez il en restera toujours quelque chose. Et c’est le procédé choisi par naba et par ce brave journaliste qui veut se faire une réputation sur le dos de Hassan ii qui n’est pas là pour lui repondre. Où sont les preuves de ce qu’il avance. Il se trouve que le Maroc est le seul pays arabe n’ayant aucune animosité envers les juifs et c’est pour cette raison que les arabes et les antisémites veulent l intimider au moyen d’articles ou d’ouvrages qui ne peuvent tromper que les convaincus. Pour finir Hassan ii n’a aucun mausolée à rabat Il y a effectivement un mausolée où sont enterrés Mohamed v Hassan ii ainsi que le prince moulay Abdallah quant à la mosquée Hassan ii elle a été construite du vivant de Hassan ii au moyen d’une souscription nationale.

      +2

    Alerter
  • christiangedeon // 20.11.2018 à 17h22

    je reviens sur cet article,parce qu’il nous fait toucher de l’oeil quelquechose d’essentiel,si on veut comprendre le terrible marasme qui frappe les pays dits arabes. Ces pays regardent l’avenir dans le rétroviseur. Celui d’une oumma aussi fantasmée que fantasmagorique. Celui de Haroun al Rachid qui envoyait éléphants et clepsydres à Charlemagne. les “arabes” musulmans oublient totalement que ceux qui ont détruit leur grandeur n’ont rien à voir avec les “occidentaux “,et tout à voir avec d’autres musulmans,comme les seldjoukides,les mamelouks et les ottomans…ils refusent totalement de regarder cette vérité en face.C’est bien triste. Et à ceux qui ne le sauraient pas,il n’y a pas que des arabes,chez les “arabes “…les coptes ne sont pas ” arabes “,les berbères ne sont pas “arabes”,les populations du proche orient,libanaises,syrienne sont pour le moins ethniquement parfaitement impures,les irakiens sont très mélangés…dire de tous ces pays qu’ils sont “arabes “,ce serait comme dire que les québecquois,les sénégalais et même les algériens ou les tunisiens seraient français parce qu’ils sont francophones…c’est juste débile.

      +6

    Alerter
    • Garibaldi2 // 20.11.2018 à 20h05

      ”… les “arabes” musulmans oublient totalement que ceux qui ont détruit leur grandeur n’ont rien à voir avec les “occidentaux “…”

      Je pense que vous avez du louper un épisode !

        +2

      Alerter
      • Alfred // 20.11.2018 à 20h26

        Vous pensez au sac de bagad par les Mongols je suppose ?

          +6

        Alerter
  • rene naba // 20.11.2018 à 20h04

    Spartel, ne travestissez pas et ne trahissez pas pour les besoins de votre cause, la pensée de René Naba, lequel ne fait pas porter du tout la responsabilité de l’échec des pays arabes sur le Foi du Maroc, Il se borne à rapporter le contenu du livre du journaliste israélien selon laquelle Hassan II a mis sur écoutes israéliennes un sommet des dirigeants arabes. Un acte de haute trahison, passible partout ailleurs du peloton d’exécution

      +5

    Alerter
    • Spartel // 20.11.2018 à 20h49

      Cette théorie est connue depuis la nuit des temps ; s’il a fallu qu’un journaliste nous délivre cela fin 2018, doit-on poser un genou à terre ?
      L’article de M Naba est touffu de haine pour le Roi Hassan II et pour le Maroc. Les écrits de M Naba disent de lui, plus qu’il ne sait. Or, il serait temps que M Naba fasse preuve de plus de sérieux. Car après tout, a-t-il compris que l’on attend des intellectuels, des experts, des politiques du sud de la Méditerranée plus de modération et plus d’analyse constructive pour réellement préparer un avenir à des peuples en détresse lorsque leurs élites croulent sous les pétrodollars.
      Et enfin voyez-vous, j’ai beaucoup de respect pour le Maroc et les Marocains car ils savent toujours dans les moments difficiles œuvrer à leur survie, à leur vie dans un contexte social souvent tendu. Mais sans pétrole, avec tout simplement la création de richesses agricoles, de services divers et leur riche culture.
      Le Maroc navigue sur le fleuve du temps avec sa devise ; c’est déjà beaucoup dans un espace international et méditerranéen dominé par le chaos, les faux-projets et la radicalisation.
      M Naba sait tout cela. S’est-il alors demandé si ses analyses ont fait avancer quoique ce soit au PO ?
      Pour le Maroc, il n’apporte rien.

        +0

      Alerter
    • christiangedeon // 21.11.2018 à 09h47

      ET vous ne pensez pas que toutes ces révélations “d’un journaliste israélien “,comme celles concernant l’espîon egytien et d’autres encore,ont aussi ,pour but de mettre un peu plus de bordel,si cela est possible,entre “les arabes “? çà ne vous vient pas à l’idée? Creuser un peu,pour découvrir les véritables motivations de ces livres de “révélations ” ne peut pas faire de mal. On déjà vu des manipulations plus subtiles. Celle là,et je ne discute pas de la réalité des faits sur laquelle je suis incompétent, est de belle facture.

        +4

      Alerter
  • christian gedeon // 23.11.2018 à 18h30

    Pour la gouverne de M. Naba,M. Haniyeh cherche et recherche l’affrontement…il a pété les plombs,complètement. Le Hamas ne sait plus ce qu’il est. Dépassé par le Jihad islamique boosté par les mollahs, sous la coupe des nouveaux financeurs,le Qatar,quand même lié aux Turcs,mais aussi dépendant de l’Egypte,et avnt tout d’Israël pour l’énergie,la nourriture,l’eau….ce type là et son organisation malade de violence et de meurtres est complètement azimuté,pour ce qui me concerne. Les egyptiens ne peuvent pas le liquider ouvertement…ce sera fait autrement.

      +0

    Alerter
  • Fulub // 24.11.2018 à 11h46

    Interview de Ronen Bergman sur Democracy now

    Did Israel Kill Yasser Arafat? Stunning Investigation Exposes Israel’s Secretive Assassination Program

    https://www.democracynow.org/2018/11/21/did_israel_kill_yasser_arafat_stunning

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications