Les Crises Les Crises
29.avril.201929.4.2019 // Les Crises

« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme par Frédéric Lemaire et Henri Maler

Merci 1181
J'envoie

Source : ACRIMED, Frédéric Lemaire, Henri Maler, 23-04-2019

« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : ce slogan adressé aux policiers, entendu lors des manifestations des 13 et 20 avril, était sans doute incompatible avec le prêt-à-condamner dominant… C’est pourquoi les commentateurs professionnels ont préféré l’oublier pour se mobiliser exclusivement contre le pire – « Suicidez-vous ! » – scandé par quelques dizaines de personnes en fin de manifestation sur la place de la République. Indignation générale et escalade verbale.

Dès le samedi à 16h, à peine avait-elle eu lieu, la scène fut diffusée en boucle notamment sur les chaînes d’information en continu.

… prélude à une nouvelle diffusion en boucle de la scène et des condamnations…

… suivie dans la soirée et pendant toute la journée de dimanche des débats pompeusement présentés comme des « décryptages ».

Pour ne pas accabler nos lecteurs, nous reproduisons en annexe seulement quelques indices de ce matraquage.

Entre temps, les éminences de l’éditocratie purent, tout à loisir, condamner ce qui est condamnable en omettant consciencieusement ce qui ne l’est pas !

Condamnations

Jean-Michel Aphatie décréta que la « violence », « l’intolérance », la « haine » étaient depuis le début le cœur de la mobilisation des gilets jaunes :

Bruno Jeudy, éditorialiste de Paris-Match habitué des plateaux de BFM-TV, s’abandonna à une inhabituelle concision :

« Un degré de plus franchi dans la haine », asséna Christophe Barbier sur BFM-TV. « De la haine à l’état pur » s’indigna Alba Ventura sur RTL. « Imbécile et honteux » précisa Anne Sinclair (Huffington Post).

« Vermine », surenchérit enfin un très zélé serviteur du service public, oublieux de l’appartenance de ce lexique à la propagande d’extrême-droite dans l’entre-deux guerre :

À noter que la nuit du 20 au 21 avril porta conseil à notre vertueux penseur qui, vers 7h du matin, s’avisa qu’il valait mieux battre partiellement en retraite… dans l’intérêt de sa propre paix intérieure [1] :

Au moment où nous écrivons, les « décryptages » se poursuivent, après que Priscillia Ludosky et Jérôme Rodrigues (entre autres) [2] dénoncent « avec vigueur » les slogans invitant les policiers à se suicider « entendus très marginalement et pour la première fois lors de l’acte XXIII des gilets Jaunes, après plus de cinq mois de mobilisation [3] ».

Une fois de plus, comme ce fut le cas à propos de l’antisémitisme, on assiste ainsi à la construction d’un amalgame médiatique où quelques dizaines de manifestants deviennent, par la magie de la répétition en boucle des images, représentatifs de la totalité des gilets jaunes.

Omissions

Pourtant, s’ils en avaient pris la peine, les commentateurs patentés (dont certains se font passer pour des journalistes) auraient peut-être entendu un slogan qui s’est répandu dans les manifestations depuis plusieurs semaines. Inaudible dans la quasi-totalité des grands médias, on l’entendit au départ de la manifestation à Paris :

Également dans la manifestation de Toulouse [4] :

On l’aperçut sur des pancartes et sur des gilets jaunes [5] :

On l’entendit à Rouen où, les manifestants l’ont scandé avant d’observer une minute de silence en solidarité avec les familles des policiers qui se sont suicidés [6] :

Dimanche 21 avril à 13h30, le service Checknews de Libération (on peut s’en féliciter) s’avise, en réponse à des lecteurs, de rendre compte de l’existence de ces slogans.

Il n’empêche : ailleurs, le verdict simplissime est livré. Que voici :

De semaine en semaine, lors de chaque manifestation (ou presque) des gilets jaunes, c’est le même spectacle qui est offert par les grands médias. Des scènes de violences et d’agressions verbales, de préférence marginales et minoritaires, sont chargées de livrer le sens du mouvement dans son ensemble. Inutile, dans ces conditions, de s’informer pour informer : il suffit de bénéficier des échanges entre commentateurs professionnels pour commenter à son tour [7].

La fabrique des « débats » et des « polémiques » peut alors fonctionner à plein régime. « Comment les gilets jaunes sont-ils devenus antisémites ? » « D’où vient l’homophobie des gilets jaunes ? » « Pourquoi la haine anti-flic gagne-t-elle les manifestants ? » Questions de pure rhétorique auxquelles il est vain de tenter de répondre puisqu’elles reposent sur des généralisations abusives qui n’ont d’autre effet que de jeter le discrédit sur le mouvement que l’on fait mine d’expliquer.

Henri Maler et Frédéric Lemaire

Post-Scriptum

Comment se construit le discrédit qui, dit-on, s’abat sur le mouvement des Gilets jaunes ? Pour tenter de le comprendre, nous avons consulté un professeur de philosophie. Voici ce qu’il a déclaré :

Cette analyse lumineuse (qui concède, pour les minimiser, l’existence de violences policières) nous semble néanmoins incomplète. Un philosophe mieux avisé soutiendrait que ce mouvement, s’il s’est tiré une balle dans la tête (ce qui n’est pas établi), c’est avec le fusil tendu par la médiacratie. Ou, plus simplement, il soulignerait que certaines constructions médiatiques sont des armes de disqualification massive.

Annexes : Dramaturgie rituelle

Acte 1 : une scène diffusée en boucle

Acte 2 : la diffusion en boucle de la scène et de ses condamnations

Source : ACRIMED, Frédéric Lemaire, Henri Maler, 23-04-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Abemus // 29.04.2019 à 07h15

Je serais très intéressé par un dossier “Les-Crises” analysant le phénomène des gilets jaunes tel qu’il est retranscris par les médias étrangers… (Europe, USA, Moyen Orient, Japon, etc.) que ceux qui sont également intéressé par une telle enquête mettent un petit pouce bleu.

19 réactions et commentaires

  • Alfred // 29.04.2019 à 07h00

    Pour les editocrates à tonfa il va falloir songer sérieusement, tôt ou tard, à réserver sa chambre à Sigmaringen. Certains préfets l’auraient déjà fait ?.
    (Prévoir d’amener son propre médecin).

      +38

    Alerter
  • Abemus // 29.04.2019 à 07h15

    Je serais très intéressé par un dossier “Les-Crises” analysant le phénomène des gilets jaunes tel qu’il est retranscris par les médias étrangers… (Europe, USA, Moyen Orient, Japon, etc.) que ceux qui sont également intéressé par une telle enquête mettent un petit pouce bleu.

      +203

    Alerter
    • Eric83 // 29.04.2019 à 13h28

      ZeroHedge, mine d’information sur nombre de sujets, a consacré des dizaines d’articles depuis le début du mouvement des GJ’s.

        +9

      Alerter
    • Subotai // 29.04.2019 à 19h32

      Les “gilets jaunes”, comprenez les “Sans culottes”.
      Si vous faites l’effort de suivre des “live” en continu (même en différé) sur You Tube, de plusieurs villes, de plusieurs sources – bon vous en avez que moins pour 3 à 5h au moins chaque semaine – vous comprenez que le Pouvoir n’a pas de solution de résolution de la crise et qu’en fait le mouvement Gilet Jaune est tranquillement en train de “nasser” le Pouvoir et lui ouvrir la “Voie de l’évidence”. Je ne parle pas des échauffourées sur lesquelles tout le monde se concentre, je parle des milliers de gens déambulant, discutant, rigolant, criant des slogans et portant qui pancarte, vêtements, slogans ou drapeau. Lisez, regardez, écoutez, c’est très significatifs. Voyez le nombre de femmes. Voyez aussi le panel des ages.
      Beaucoup de choses qui ne donnent pas l’impression que les gens vont rentrer tranquillement chez eux sans avoir le sentiment d’être satisfait.
      Le sentiment d’être satisfait. Justement! Si on demande au gens d’exprimer CE qu’ils VEULENT, ils trouveront moyen de rationaliser, mais ce qui ressort de l’écoute et de l’observation, c’est que la population est plutôt dans la position de “J’EN AI MARRE..!” à charge pour le Dirigeant de lui trouver ce qui finira par la satisfaire.
      C’est là que le Pouvoir est piégé, il n’a rien pour s’agripper; le seul truc qui pourrait éventuellement calmer – le RIC – il ne peut pas le lâcher puisque aussi sec, il sauterait.
      Il a fallut du temps et beaucoup de contraintes pour forcer les gens à descendre dans la rue, et bien ils ne sont pas près de rentrer chez eux.

        +14

      Alerter
    • Guy Montag // 30.04.2019 à 16h16

      De ce que je peux lire dans les differents commentaires d’internautes étrangers et ce depuis 5 mois,la couverture médiatique à l’international est quasiment nulle…ou trompeuse.La raison de ce mutisme semble etre la préservation de la paix sociale notamment en Angleterre ( d’apres George Galloway)

        +2

      Alerter
  • Abemus // 29.04.2019 à 08h08

    En parallèle, si on pouvait aussi compiler les publications des “Yellow vest” qui essaiment dans le monde…

    Yellow vest Ontario : https://www.facebook.com/01OO1O/
    Yellow vest Ireland : https://www.facebook.com/269250170606171/photos/273972163467305/
    Yellow vest Australia : https://www.facebook.com/YellowVestAU/
    etc…

    j’ignorais par exemple qu’en Australie ils organisent des BBQ gilets jaunes pour débattre du “CIR” (RiC) !..
    lire par exemple la publication du 2 mars de Yellow Vests Australia and Worldwide : https://www.facebook.com/yvaustralianworldwide/posts/2285182088211849?__tn__=K-R

      +24

    Alerter
  • Jules Vallés // 29.04.2019 à 11h08

    Encore et encore, les médias (grands) sont vendus, c’est acté, reconnu et…permanent ! C’est comme la peste, en attendant de l’éradiquer, il faut s’éloigner des foyers de contamination, et ÉVITER TOUT CONTACT… Cessez donc de consommer de l’information jusqu’à la nausée, vous perdez votre temps, et vous vous rendez malades !

      +11

    Alerter
  • Le Rouméliote // 29.04.2019 à 12h14

    Bêtement, je croyais que la grande presse s’était autoproclamée “Je suis Charlie”. Elle a oublié le bon vieil humour noir de Charlie ? Le nom de Charlie vient de l’interdiction de Hara-Kiri Hebdo après la fameuse une “Bal tragique à Colombey : 1 mort.” Ce qui était du plus parfait mauvais goût après la tragédie du Cinq-Sept à Saint-Laurent-du-Pont (Isère) et la mort du général de Gaulle… Mais qui avait fait rire la France entière !
    J’en conclus que la presse “n’est plus Charlie” quand les rieurs s’en prennent avec le même mauvais goût aux “défenseurs de l’ordre et de la sécurité” pour reprendre l’expression de Renaud.

      +5

    Alerter
  • brochard // 29.04.2019 à 12h54

    Vous verrez que bientôt il sera obligatoire d’aimer la police sous peine d’amende . On vous crève les yeux et il faut dire vous êtes de braves types .

      +17

    Alerter
  • loki // 29.04.2019 à 13h32

    L’émission du 26/4 d’Arretsurimages est très intéressante dans le contexte et fait droid dans le dos en dénonçant le caractère kafakaien de l’Etat de notre pays.
    La France … le pays des droits de l’homme sera à jamais pour cette séquence historique le pays des “droits dans leurs bottes”.

      +6

    Alerter
  • Catalina // 29.04.2019 à 13h34

    https://www.youtube.com/watch?v=s2cwNnlwPdU
    GASPARD GLANZ : LA CONTRE-ATTAQUE

      +2

    Alerter
    • Araok // 29.04.2019 à 15h22

      Attendons le résultat de la requête de ses avocats aujourd’hui lundi. Ça serait chouette qu’il soit présent à la manif de mercredi.

        +2

      Alerter
      • Araok // 29.04.2019 à 21h04

        C’est gagné ! Il sera présent mercredi. Le jugement a été considéré comme non motivé !
        Hi, hi!

          +1

        Alerter
  • Nicole de Nicomaque // 29.04.2019 à 16h43

    Pour bien comprendre comment les rédactions aux ordres du pouvoir politique envoient leurs troupes de petits soldats sur le terrain pour illustrer le story-Telling commandé, il est bon de revenir sur “l’affaire Papi Voise” qui influença le vote de masse en 2002 au point de propulser le F.N au second tour de l’élection présidentielle. Pour bien comprendre comment ce fait divers venait en fait illustrer le discours sécuritaire du candidat J.Chirac préalablement formulé, il est bon de réécouter cette émission de Fabrice Drouelle, sur France Inter. Le regard critique rétroactif et pertinent de Daniel Schneidermann en fin d’émission vaut aussi le détour.

    France Inter / Affaires Sensibles :
    https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/affaires-sensibles-29-avril-2019

      +3

    Alerter
  • Tardieu // 30.04.2019 à 08h04

    L’art de tout dire et son contraire passe inaperçu.

    Il est bien connu qu’il existe de bons et de mauvais patrons, de bons et de mauvais curés, de bons et de mauvais policiers, etc. en existerait-il qu’un seul de bon qu’on justifierait de les défendre, car ce n’est pas le fait qu’ils soient bons ou mauvais qu’on retiendra mais que leur existence est légitime, peu importe que par définition ou nature un patron soit un exploiteur, et qu’un policier ou un curé soit à son service, bref on ne loupera pas une occasion de manifester notre servilité envers le régime en place qu’on prétend combattre par ailleurs.

    D’une part : « Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme…
    D’autre part : “les éminences de l’éditocratie purent, tout à loisir, condamner ce qui est condamnable”.

    Voilà l’air de rien comment on cautionne les arguments avancés par les procureurs des tribunaux d’exception du régime.

    Personnellement, opposant résolu au régime, par principe, oui cela existe encore, jamais je ne joindrai ma voix à celles qui défendent un représentant du régime, quand bien même serait-il maltraité injustement, parce qu’à aucun moment il ne cesse d’incarner l’ordre établi.

    Ceux qui dénoncent ” l’éditocratie” n’ont finalement rien à lui envier, hélas !

      +3

    Alerter
  • Océan de sagesse // 30.04.2019 à 09h40

    Oui , Bruno Jeudy est une lamentable racaille

      +4

    Alerter
  • Dorian // 30.04.2019 à 11h38

    Cela faisait au moins deux samedis que l’on entendait dans les cortèges : « Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous ! » Lors d’un nassage place de la République on a entendu le controversé « Suicidez-vous ! » pendant deux minutes. Tous ces gens qui font semblant de s’en offusquer omettent de rapporter à ceux qui les écoutent le contexte du slogan. « Nassage » se dit kettling en anglais, ça vient de kettle, la bouilloire ; c’est tout dire ! On met les manifestants deux heures dans la bouilloire, et on bouche toutes les issues. On balance des lacrymogènes dans le tas et la police charge aveuglément et interpelle sans discrimination. Faudrait mettre ces journalistes et autres philosophes dans la bouilloire et observer leurs réactions.

    Ce n’est pas le « suicidez-vous ! » qui dérange le pouvoir, c’est « Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous ! » Et ce pour plusieurs raisons. D’abord, il remue chaque samedi le couteau dans la plaie des chefs de la police responsables de ces dépressions. Ensuite, si la police rejoint les gilets jaunes, ce gouvernement est cuit. C’est lui qui sera dans la bouilloire, et il le sait. Et enfin, ce slogan-là est inattaquable légalement.

      +8

    Alerter
  • funkyzarathoustra // 30.04.2019 à 20h09

    Ce samedi était organisé deux manifestations distinctes. J’ai manifesté comme chaque semaine, j’étais à celle des médias qui regroupait essentiellement les gens qui clamaient “Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous”, il n’ y avait pas la gauchosphère (gauche de la gauche, npa, pc, blackblocks) et c’était un bonheur, elle était essentiellement composée de patriotes de toutes les couleurs et de drapeaux français. J’espère qu’à l’avenir cette dissociation sera maintenue, car la gauche de la gauche avec ses drapeaux rouges, ses slogans débiles genre “suicidez-vous”, ses mégaphones, fait fuir tout le monde…

      +1

    Alerter
  • Pavier // 01.05.2019 à 02h27

    Quoi de plus normal lorsque la plupart des médias sont aux ordres de puissants lobbies pour qui, les manifestations des gilets jaunes sonnent comme une remise en cause de leurs intérêts.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications