Les Crises Les Crises
28.avril.201928.4.2019 // Les Crises

Interdit d’interdire : Existe-t-il en France un «racisme d’Etat» ?

Merci 100
J'envoie

Source : Russia Today France, Russia Today France, 17-04-2019

Frédéric #Taddeï reçoit : – Judith Bernard, professeure et fondatrice de Hors-Série

– Jean Messiha, membre du Bureau National du Rassemblement National

– Hadrien Mathoux, journaliste à Marianne

– Norman Ajari, philosophe

Source : Russia Today France, Russia Today France, 17-04-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Alfred // 28.04.2019 à 08h54

Les règles pour s’installer définitivement en Indonésie :
https://www.ufe.org/dossier-pays/indonesie/sinstaller-en-indonesie
Si j’y arrive et deviens indonésien je subirai à l’instar des centaines de minorités un forme de discrimination de la part de la majorité.
Il en est de même dans la plupart des pays de la planète. (Accès légal difficile et discrimination). Sous des formes diverses.
En Amérique latine et dans une partie de l’Afrique, la discrimination se basera sur la couleur de peau (la peau sombre étant moins “recherchée” que la peu claire (ex Brésil, Soudan)). Dans d’une partie de l’Afrique et au moyen Orient je serai discriminé en fonction de ma religion. Au Japon ou en Chine je serai discriminé en fonction de ma couleur et de ma culture. Partout cela se traduira de la part d’agents de l’état et parfois cela sera carrément dans la loi. (Rappelons que je ne peux pas épouser quelqu’un d’une autre religion dans bien des pays et que certaines villes me sont tout simplement interdites)
Alors, y a t il en France un racisme d’État ? C’est une question bien indécente pour quiconque a parcouru le monde. C’est une question qui finalement dénote d’un certain racisme et d’une forme d’ethnocentrisme masochiste pour la plupart (et une forme d’opportunisme funeste et dégueulasse pour une minorité). Si ce pays est le votre que faites vous pour lui? Si ce n’est pas le votre que faites vous pour lui?

49 réactions et commentaires

  • Océan de sagesse // 28.04.2019 à 08h24

    Oui ,bien sur , le racisme pro musulmans et plus généralement pro minorités !

      +11

    Alerter
    • Marie // 28.04.2019 à 09h14

      Curieuse votre expression, le racisme étant une discrimination, comment peut-il être “pro”? “Pro” signifiant “pour”, orienté positivement vers. Votre expression signifie que le racisme promeut les Musulmans et les minorités ? Que les autres races sont à rejeter au profit des sus-nommés?

        +7

      Alerter
  • Ca // 28.04.2019 à 08h29

    ConcernantJean Messiha, j’aime bien ces gens qui ont pris la nationalité française et qui pensent que d’autres n’y ont pas droit….J’ai vu pareil en Suisse, des Espagnols qui traitaient leurs compatriotes de fainéants mais qui trouvaient injuste que ces Espagnols viennent bosser en Suisse, cherchez l’erreur. Moi oui, mais toi, non !!!

      +9

    Alerter
    • agentorange // 29.04.2019 à 12h56

      C’est bien connu, le dernier entré ferme la porte. 🙂

        +2

      Alerter
  • Catalina // 28.04.2019 à 08h38

    Aucun ne parle du fait que la France d’en haut décide de massacrer des gens dans des pays qui n’attaquent pas la France, comment s’étonner ensuite que des gens de ces pays haissent la France, dommage qu’ils n’haissent pas seulement la France d’en haut qui est la seule responsable….Il est vrai que par son silence le peuple de France consent…et est complice, qu’il le veuille ou non, circonstances pour les Français, le gouvernement complètement hors sol décide d’aller massacrer sans jamais demander l’avis du peuple. Le peuple a le devoir aujourd’hui de juger ces hauts représentants (qui créent par leurs comportements assassins des vengeances qu’on pourrait penser légitimes).

      +12

    Alerter
    • Sandrine // 28.04.2019 à 15h28

      Catalina, la « vendetta » est le signe de la barbarie, elle n’est jamais juste.

      On peut comprendre la vengeance, mais l’excuser, c’est ouvrir la porte aux guerres civiles, puis aux guerres tribales.

        +2

      Alerter
      • Geoffrey // 28.04.2019 à 17h36

        qui parle d’excuser ?

        Catalina dit que le prolétariat ethnique (les français de branche qui se définissent comme arabe, noir mais pas parisiens ou marseillais…) fait dans la facilité raciste : un blanc = tous les blancs…
        (les Corses et les bretons indépendantistes sont d’ailleurs dans le même schéma).

        ils leur manquent le sens de la modernité, et ce sont les blancs qui trinquent, et pas les politiciens et les oligarques/gds bourgeois.

        Geof’-Rey, idéologue

          +2

        Alerter
    • Owen // 03.05.2019 à 06h20

      La France n’aurait déjà pas dû se lancer dans la deuxième guerre du Golf (Desert Storm). Elle a résisté encore à la troisième, celle de 2003, puis elle devenue belliqueuse. Elle a participé à la guerre d’Afghanistan (détruire un pays déjà épuisé de guerres pour chercher un Saoudien, Oussama Ben Laden), puis la Libye, à l’initiative de Sarkozy, et enfin la Syrie, ou Hollande avait tant souhaité les bombardements intenses tout en étalant sa veulerie devant Obama qui a finalement renoncé. En clair, la France, l’une des 5 voix, a ruiné le droit international, ce qui est un désastre.L’esclavagisme et le colonialisme sont du passé, je dénonce la stupidité de prétendre faire société à partir de faits produits par des générations disparues. Ou alors il faut dénoncer les Allemands d’aujourd’hui du nazisme passé. Mais je n’aurais aucune légitimité à faire un cours de droit international à un Afghan, Libyen, Syrien, et même un Yéménite qui dénoncerait France pour avoir détruit ces pays.

        +0

      Alerter
  • Jean // 28.04.2019 à 08h50

    Le racisme est une arme de diversion massive, c’est l’arbre qui cache la forêt de la ségrégation sociale.

      +30

    Alerter
    • alain maronani // 28.04.2019 à 15h15

      Et AUSSI l’acceptation du capitalisme et d’une collaboration sans faille avec celui-ci (nazisme, fachisme italien, la collaboration avec les industriels en France et ailleurs), la Hongrie (un modèle du genre) maintenant..

        +4

      Alerter
    • Jaaz // 29.04.2019 à 14h38

      Ségrégation raciale et sociale peuvent coïncider. Ça coïncide même très fréquemment.

        +1

      Alerter
    • Les Mouches // 29.04.2019 à 15h51

      Qu’il soit parfois utilisé comme diversion certes, mais il ne doit pas être ignoré tout de même, la ségrégation sociale n’est pas l’alpha et l’omega de tout et faut-il encore se mettre d’accord sur ce que l’on entend là-dessous.
      Personnellement et très humblement, en tant qu’enfant des années 90 qui a grandis dans un quartier dit défavorisé (et dans une ville qui n’est pas dans les 5 plus grandes de France), je peux vous dire qu’il m’est arrivé de nombreuses fois de devoir m’expliquer sur les reproches d’être blanc…je peux aussi vous dire que dorénavant, les rues où je traînais ne sont plus du tout multi-ethniques, il y a même plus de femmes dehors ce sont des barbus uniquement. L’Etat a laissé une mosquée turque s’installer là et les réseaux salafistes pullulent, ces derniers n’ont aucunes revendications d’abord basées sur les classes sociales mais bien sur des bases ethniques.
      Ce problème là existe et est en expansion de manière exponentielle, je trouve dommage que de trop nombreux français ou élites fassent les autruches sur ce point et laissent donc ce thème aux “fachos” ou “populistes”, etc…Un médecin qui se trompe de diagnostique se trompera de remède, si vous omettez une parties des plaies de notre pays, comment les résorber?

        +4

      Alerter
      • Alfred // 29.04.2019 à 16h44

        Ah mais mon bon ami ce n’est pas du racisme que vous décrivez là car vous le savez bien le racisme dans ce sens là n’existe tout simplement pas; Pourquoi? (Accrochez vous bien) Parcequ’il n’est pas “systémique”! Ben voui.
        (Et c’est là la seule raison d’être d’un débat sur ce concept nouveau (de quand date ce concept en France? Aux etats unis..): Pour une part croissante de lobotomisés et d’endoctrinés le racisme n’existe que s’il est “systémique” (chez les plus subtils l’approche se fera en deux temps avec la reconnaissance préalable d’un racisme d’état…)). De bien moches manières de déguiser en anti-racisme une forme de racisme de plus en plus débridée et revendiquée avec une fierté chaque jour croissante.
        Que les choses soient claires. Le racisme subit ou exercé n’a pas de frontières ni de couleur de peau. Il s’exerce partout à des degrés très divers.
        Au passage, comme le faisait remarquer un commentateur, il existe bien une forme de racisme institutionnel dans le monde politique et médiatique et il traverse tout le monde occidental: Il s’illustre par exemple par la manière dont ont été traité les attentats en nouvelle zelande et au sri lanka a été symptomatique (ne parlons même pas de chrétiens nigérians tués dans l’intervalle).
        “Easter worhipers?” “Fidèles de paques”? De Obama à Hillary à… Loiseau.
        Mettez les sous titres et voyez par exemle: https://youtu.be/teG-OuSgfX8
        Mais on peut penser aussi aux violes collectifs e Telford. Surtout pas de vagues et tant pis pour les victimes.

          +2

        Alerter
  • Catalina // 28.04.2019 à 08h53

    Jean Messiha, : “je veux que mon cas à moi soit général” !!! ????????
    Mais monsieur, quand on voit le coût de vos études et ce qui va avec, vous êtes un privilégié dont les parents avaient les moyens financiers conséquents, combien êtes-vous dans votre cas ? 0,1% ?
    Ce monsieur nous prend pour des billes…et veut nous faire croire que tous les “étrangers” de France ont les mêmes moyens financiers (réseaux?) = manipulation. Déjà que la majorité des Français ne les a pas ces moyens…et ces réseaux….

      +5

    Alerter
    • Geoffrey // 28.04.2019 à 17h59

      il n’a pas dit çà…

      bien au contraire, à 48’30”

      Geof’

        +3

      Alerter
      • Opposum // 28.04.2019 à 21h37

        “S’il existait un racisme d’Etat, je ne serais pas là. Et je ne représenterais pas ce que je représente, et je n’aurais pas fait mon parcours.” Jean Messiah, à partir de 2’47.

        Jean Messiah est fils de diplomate et a fait sa scolarité au lycée Franklin, l’un lycées les plus huppés de Paris. Il a ensuite intégrer l’ENA. Je viens de lire un bouquin bien sympa à propos des personnes qui ont fréquenté des lycées comme le lycée Franklin ou l’Alsacienne : Crépuscule, de Juan Branco.

          +5

        Alerter
  • Alfred // 28.04.2019 à 08h54

    Les règles pour s’installer définitivement en Indonésie :
    https://www.ufe.org/dossier-pays/indonesie/sinstaller-en-indonesie
    Si j’y arrive et deviens indonésien je subirai à l’instar des centaines de minorités un forme de discrimination de la part de la majorité.
    Il en est de même dans la plupart des pays de la planète. (Accès légal difficile et discrimination). Sous des formes diverses.
    En Amérique latine et dans une partie de l’Afrique, la discrimination se basera sur la couleur de peau (la peau sombre étant moins “recherchée” que la peu claire (ex Brésil, Soudan)). Dans d’une partie de l’Afrique et au moyen Orient je serai discriminé en fonction de ma religion. Au Japon ou en Chine je serai discriminé en fonction de ma couleur et de ma culture. Partout cela se traduira de la part d’agents de l’état et parfois cela sera carrément dans la loi. (Rappelons que je ne peux pas épouser quelqu’un d’une autre religion dans bien des pays et que certaines villes me sont tout simplement interdites)
    Alors, y a t il en France un racisme d’État ? C’est une question bien indécente pour quiconque a parcouru le monde. C’est une question qui finalement dénote d’un certain racisme et d’une forme d’ethnocentrisme masochiste pour la plupart (et une forme d’opportunisme funeste et dégueulasse pour une minorité). Si ce pays est le votre que faites vous pour lui? Si ce n’est pas le votre que faites vous pour lui?

      +50

    Alerter
    • calal // 28.04.2019 à 09h30

      la france est un pays specialiste de la discrimination appelee “pression sociale”. Des que vous faites quelque chose “differemment” ,tous les “veaux” du pays vous tombent dessus pour vous convaincre ou vous obliger a rentrer dans le rang…

        +5

      Alerter
    • gracques // 28.04.2019 à 09h36

      Ne n’est certes pas du’masochisme , mais bien au contraire un sentiment absolu de supériorité , nous ne suportons’pas la paille dans nos yeux , quant à la’poutre des autres , c’est leur problème.
      Ne peut on être exigeant avec sois’même et se conformer auX idéaux que l’on proclame ?
      Beaucoup ici critiquent l’impérialisme occidental en révélant son hypocrisie , au moins il est possible de le critiquer tout comme de constater que l’égalité n’y est pas parfaite ….. mais c’est plutôt cette flexibilité qui est insupportable aux ‘conservateurs’.

        +1

      Alerter
      • Alfred // 28.04.2019 à 09h57

        “Ne n’est certes pas du’masochisme , mais bien au contraire un sentiment absolu de supériorité”. Là je vous rejoins. Mais c’est aussi une forme d’inconscience qui provoque lorsque se fait la rencontre avec le réel un sacré retour de flamme (pensez à la Suède, à la situation de villes comme Malmö et à la montée très prévisible de l’extrême droite).
        Votre dernière phrase est une forme de gourdin pour vous faire batte: c’est justement la “flexibilité” des valeurs et des arguments (faites ce que je dis pas ce que jeu fais, deux poids deux mesures, etc..) qui est insupportable à l’honnête homme. Or justement il ne se trouve pas d’honnêtes gens QUE chez les conservateurs, mais également répartis dans tous les camps politiques. Il est vrai cependant que l’on retrouve plus souvent chez les conservateurs le goût des principes (immuables, inflexibles et finalement insensibles au genre, à l’ethnie etc..) par opposition aux valeurs (si flexibles et autorisant tous les retournements et toutes les compromissions). Mais vous pouvez très bien trouveer des principes “de gauche”.

          +7

        Alerter
    • Nadjil // 28.04.2019 à 11h21

      Bonjour Alfred
      Vous mettez sur le même plan le droit et le fait. Que dans les fait il ait existé un apartheid en Afrique du sud ne le légitime pas pour autant. Que dans les faits l’Indonésie pratique des formes de discrimination ne donne pour autant aucune légitimité à ce fait.
      Pour vous si le fait est, automatiquement il vaut. Ceci est un sophisme, avec ce type de raisonnement vous justifiez toutes les expressions de la bêtise humaine.
      En Europe, on a émis depuis le 18ème un certain nombre de valeurs comme l’égalité entre les hommes. Que cette égalité ne soit pas toujours respectée n’enlève rien à la valeur de la valeur d’égalité ou de justice. L’Esprit européen est humaniste et défend la dignité infinie de l’individu. Que d’autres États refusent cette valeur ne leur donne pas plus de valeur politique au contraire. Nous ne nous battons pas contre des faits, mais bien POUR l’instauration de valeurs universlles, étant entendu que ceux qui refusent ces valeurs POUR les autres seraient bien souvent les 1ers à les réclamer pour eux.
      Donc, oui, compte tenu de l’Histoire de la France et de l’Europe, compte tenu des valeurs européennes de liberté et de justice, il y a un racisme d’État qui a touché diverses populations dans l’histoire de France et cela reste un scandale.
      Cordialement

        +6

      Alerter
      • Alfred // 28.04.2019 à 14h30

        Je considère absolument tous les hommes sur cette terre égaux en droits, en devoir et en dignité; et par conséquent qu’il est profondément raciste de considérer les valeurs européennes comme supérieures à d’autres. Il existe simplement des valeurs issues de diverses sociétés humaines et valables pour ces sociétés en des lieux et époques donnés. Par conséquent il est immoral d’attendre de certains davantage que d’autres au nom de valeurs universelles qui sont en fait les votres (allez vous verser le sang pour faire triompher vos valeurs contres des gens qui en miroir de vous proclament leurs valeurs comme universelles?)
        Qui etes vous pour décréter ce que doivent être ces valeurs universelles? Qui êtes vous pour décider ce qui est légitime en Indonésie? Les indonésiens sont seuls maitres chez eux de la même manière que j’entends être seul maitre chez moi (et c’est peut être ce qui vous déplait au fond). Derrière vos grands principes et vos appels du pied aux lumières du 18ieme vous exigez beaucoup lorsqu’on vous accorde beaucoup mais abandonnez tout combat face à l’intransigeance. A mes yeux le vrai scandale c’est de maquiller la lâcheté sous des grands principes qu’on n’applique pas partout et pour chacun. Ayez la même exigence pour tous et en tout lieu (puisque nous somme tous égaux) et ensuite nous pourrons discuter du niveau d’exigence.
        (Si vous étudiez un peu l’histoire de France vous vous apercevrez qu’il n’y a pas de racisme d’état mais une violence de classe qui utilise la force de l’état. Il faudrait arrêter d’être travaillé par la “race” pour s’en apercevoir).

          +14

        Alerter
        • Sandrine // 28.04.2019 à 16h36

          Il me semble Alfred que vous mélangez des choses de différents ordres.
          Affirmer la primauté de ses propres valeurs n’est pas « raciste ». C’est, à la rigueur, une forme d’intolérance religieuse, mais cela n’a rien à voir avec le racisme.
          De même quand vous dites que vous voulez être « maître chez vous » : sur quel principe vous basez-vous pour affirmer que vous êtes plus « chez vous » en France que, par exemple, un noir musulman de nationalité française ?

            +2

          Alerter
          • Alfred // 28.04.2019 à 19h32

            “Sur quel principe vous basez-vous pour affirmer que vous êtes plus « chez vous » en France que, par exemple, un noir musulman de nationalité française” ce sont vos mots et vos préjugés PAS les miens.
            C’est simple. Un citoyen français = une voix. Capice?
            Si vous faites référence au fait qu’il existe des citoyens de papier c’est une triste réalité mais en vérité elle concerne des gens de tous horizons. Même des membres de l’élite depuis 10 générations. Si ce ne sont pas les plus nombreux en proportion ce sont que je confamne en priorité.
            Sinon on peut aussi pousser aussi votre raisonnement: sur quel principe un Maori peut il se présenter comme plus chez lui en Nouvelle Zélande que son voisin blanc anglican? Vous pouvez faire des permutations dans tous les sens avec les Aborigènes, les Sioux, les Coptes, les Aynous, etc.. mais les Maoris sont intéressants car ils ont eux même fait disparaitre des peuples voisins. Pensez vous que les Maoris ont des droits particuliers?
            (Le racisme étant le postulat d’une hiérarchie des individus, il me semble qu’une hiérarchisation des valeurs de ces individus relève du même concept).

              +7

            Alerter
            • Sandrine // 28.04.2019 à 20h13

              Je ne pense pas qu’il faille raisonner en termes de droits. La France contrairement aux US n’a pas une tradition communautariste et je ne vois pas au nom de quoi, il faudrait changer cela.
              En revanche, il est beaucoup plus difficile de déterminer quelle est la culture française et qu’elles doivent être les mœurs « acceptables » qui en découlent et qui peuvent être admises (celles qui peuvent justement justifier votre « je fais ce que je veux chez moi »)

                +3

              Alerter
          • alain maronani // 28.04.2019 à 20h01

            La primauté de ses propres valeurs…une vieille chanson. C’est vrai la France s’est activée pendant plus de 150 années à diffuser ses valeurs dans ses colonies comme les enfumades en Algérie grâce à Bugeaud ou Cavaillac, la mise en coupe réglée de ses pays, le pillage des matières premières…Nos valeurs…

              +0

            Alerter
        • Nadjil // 29.04.2019 à 08h01

          “Qui etes vous pour décréter ce que doivent être ces valeurs universelles? Qui êtes vous pour décider ce qui est légitime en Indonésie? ”
          Moi je ne suis personne, rassurez vous…
          Ce n’est pas une question de personne ou de point de vue individuel mais de rationalité. La raison est une, c-à-d universlle ou n’est pas. Or,
          je note que à l’université de physique de Djakarta on enseigne des contenus qui viennent de Newton, d’Einstein ou de Heisenberg. Là ça ne gêne pas, on n’impose aucune valeur…Parce que c’est vrai que calculer les niveaux d’énergie d’un électron ne nécessite pas une position politique déterminée.
          à suivre…

            +3

          Alerter
        • Nadjil // 29.04.2019 à 08h03

          Suite
          Mais l’idée d’une stricte égalité en dignité entre les hommes est aussi une valeur universelle, ne vous en déplaise et ça ne dépend pas d’un point de vue, mais constitue aussi le résultat d’une réflexion rationnelle. Réflexion que nous pouvons trouver dans la Bible, chez les philosophes comme Kant ou d’autres, mais aussi dans la sagesse confucéenne, bouddhiste ou taoiste, ce qui exprime bien l’idée d’une raison et d’une rationalité partagée entre tous les hommes. Qualifier la rationalité ” d’occidentale” tout en enseignant les idées scientifiques découvertes en occident, c’est encore une fois confondre une contingence historique particulière (Newton 17ème) avec le fait que cette découverte aurait pu être faite ailleurs (le théorème de “Pythagore” avait 3000ans lorsque Pythagore l’a “découvert”) car la raison humaine est partout la même. La raison arrive partout au même résultat parce qu’elle est partout la même et l’universalité des sciences en est une preuve éclatante, Les Chinois envoient des satellites dans l’espace grâce à Newton et à personne d’autre. Et si on trouve dans Confucius ou dans la philosophie indienne (Inde) des pensées très proches des pensées occidentales cela montre encore une fois que la pensée est un mécanisme universel à l’humanité et objectif dont la finalité reste le partage, partage des idée mais aussi des valeurs.
          Exactement le chemin inverse que vous préconisez

            +1

          Alerter
        • Nadjil // 29.04.2019 à 08h04

          Dernier point : une valeur ne se démontre pas comme un théorème mais s’évalue selon le désirable. Les premiers qui réclament de pratiquer leurs propres valeurs (Maître chez soi comme vous dites) seront aussi les premiers à réclamer le secours de l’universalité si ils sont victimes de la violence arbitraire et particulière de ceux qui se veulent aussi “maîtres chez eux”. Or le désirable pour l’immense majorité des humains est la paix, une vie sociale pacifiée et des rapports sociaux harmonieux, donc en s’entendant sur des valeurs communes. Vous n’êtes pas Maître chez vous et vous ne le serez jamais en dépit de vos illusions, parce que vous n’avez pas de chez vous. Nous vivons tous ensemble sur une même planète. Les Allemands ont pensé en 33 qu’ils étaient “maîtres chez eux”, ça a fait une guerre qui a coûté 70 millions de morts, deux bombes atomiques et un génocide au coeur de l’Europe.
          Vous trouvez peut-être cela désirable… Pas moi.
          Cordialement.

            +1

          Alerter
          • Sandrine // 29.04.2019 à 09h55

            Le problème des Allemands en 33, c’était surtout qu’ils voulaient être maîtres chez les autres…
            Je pense d’autre part, contrairement à vous, qu’il ne faut pas confondre la rationalité scientifique moderne occidentale avec la Raison telle que la concevaient les Grecs, conception qui, elle-même, était un produit spécifique de la culture grecque de cette époque (La « philosophie » au sens antique du terme n’existe pas en Chine ancienne par exemple).
            Certes, tous les hommes sont capables de produire une pensée logique… mais les grands singes aussi … Et les ordinateurs ont une bien meilleure mémoire que les hommes et calculent plus vite…
            En réalité, cette idée de la raison qui définirait le genre humain est une croyance d’ordre religieuse. C’est une croyance d’une grande sagesse, certes, qui empêche les peuples de s’entre-tuer.
            Mais en même temps elle passe à côté d’une composante essentielle de « l’humanité » des hommes, à savoir leur CULTURE. On ne naît pas homme, on le devient. L’humanite s’acquiert a travers la culture. Sinon l’homme ne serait qu’un animal comme les autres.

              +3

            Alerter
            • Pong // 04.05.2019 à 23h19

              >”En réalité, cette idée de la raison qui définirait le genre humain est une croyance d’ordre religieuse. ”

              Ah non, ça c’est possible, je peux pas laisser dire ça. 🙂
              En général, je me contente de plussoyer vos interventions parce que je suis d’accord à peu près sur tout mais là non, s’il-vous-plait, pas ça. Encore le vieux problème de la réalité objective (on n’en a pas déjà parlé ? 🙂 ).
              D’abord “croyance”. A la rigueur, vous pouvez soutenir que c’est un postulat, un parti pris (celui de tout scientifique et, au-delà, de tout esprit qui aspire à une connaissance objective) mais une croyance, non. Et “religieuse” mordious, comme vous y allez ! Cela n’a évidemment rien de religieux et le soutenir me semble céder à une facilité aussi erronée que convenue (la French Theory commence à dater). Je pense qu’il vous serait bien difficile de justifier rigoureusement l’emploi de cet adjectif.
              (à suivre…)

                +0

              Alerter
            • Pong // 04.05.2019 à 23h24

              (…suite)
              Ensuite, je n’ai pas une très grande culture philosophique ou historique mais je ne sais pas qui soutient que la raison puisse “définir” l’homme. Qu’on ait pensé qu’elle lui était propre, oui, mais qu’elle le définisse, que l’homme se réduise à elle, je ne vois pas qui… En tout cas pas Nadjil. Vous contestez un propos qu’il ne tient pas.

              Enfin, lorsque vous dites “Le problème des Allemands en 33, c’était surtout qu’ils voulaient être maîtres chez les autres…”, j’ai envie de vous répondre que, précisément, c’est très discutable. De leur point de vue, il s’agissait bien d’être maître chez soi, le hiatus relevant de leur conception très… extensive de ce “chez soi”, ce qui renvoie aux propos de Nadjil. On n’est pas plus chez soi “chez soi” qu’ailleurs, c’est une fiction. Une fiction collective, qui lui donne une réalité sociale (et dont il faut tenir compte car elle est déterminante) mais une fiction quand même (cf. la célèbre définition de la nation de Karl Deutsch).

              Bref, pour une fois, franchement pas d’accord avec vous. Désolé. 🙂

                +0

              Alerter
          • Owen // 03.05.2019 à 07h00

            Bonjour Nadjil,

            L’universalisme, c’est comme l’enfer: pavé de bonnes intentions. Ou bien on peut paraphraser Manon Roland: “Universalisme, que de crimes commis en ton nom !

            Regardez le “droit d’ingérence”: concept de Kouchner, avec MSF présent au Biafra durant la famine. C’est devenu l’oxymore “devoir d’ingérence”, rentré dans le langage automatique, instrument de toutes les prédations néoconservatrices. Maintenant, la France décide la légitimité de J. Gaïdo, alors que jusqu’à nouvel ordre, le chef d’état du Vénézuéla s’appelle N. Maduro. Le droit international a perdu son caractère universel: ce n’est qu’une vieille redingote que se refilent les chefs d’états pour justifier des intérêts particuliers.

            “La France est un pays démocratique”: ah, quelle démocratie ? Celle d’un régime présidentiel qui maintenant subordonne à sa volonté tous les pouvoirs de la république n’est qu’une farce.
            Et le système 1 personne/une voix n’est pas nécessairement une panacée, c’est simplement l’envoûtement à l’universalisme qui le fait croire. Le conseil (pour concilier) dans un village, une commune, un quartier est tout autant valable: cela ne marche pas aux voix mais au consensus. L’Algérie, qui fait des ateliers constituants, veut fabriquer la démocratie à partir des quartiers urbains et des communes rurales, puis agréger par confédérations jusqu’au national. Cette démocratie là ne prend pas source dans le système athénien.

            Aujourd’hui, le temps devrait-être plutôt à la méfiance de l’universalisme.

              +0

            Alerter
            • pong // 05.05.2019 à 10h57

              Bonjour Owen,
              Je suis d’accord avec une grande partie ce que vous dites sauf que vous ne répondez pas vraiment à Nadjil. Nadjil me semble défendre moins l’universalisme (et en tout cas pas l’ingérence) que l’universalité. Celle de la raison d’une part, celle de certaines valeurs (on peut remplacer “valeur” cardinale par “préférence”, pour utiliser un vocable plus simple et moins chargé) d’autre part. Il me semble incontestable (même si c’est encore souvent contesté) que la raison (la logique) est universelle (sans doute au-delà même de l’humanité) ainsi que certaines aspirations (la préférence pour la vie contre la mort, aversion à la souffrance (la sienne et celle d’autrui) sont très largement partagées indépendamment des frontières culturelles (temps et espace). Cela me semble relever du simple constat.
              Dire que ces aspirations sont universelles n’est pas dire qu’il faut vouloir les imposer partout. C’est un autre débat. Mais pour la raison comme pour les “valeurs”, adopter un relativisme radical me semble non seulement anthropologiquement faux mais également extrêmement dangereux.

                +0

              Alerter
      • Sandrine // 28.04.2019 à 15h15

        Une valeur est toujours seconde, elle peut se « de-valoriser » ou se « re-valoriser », elle ne « vaut » que par rapport à autre chose. On ne juge la valeur d’une « valeur » qu’a l’aune d’autre chose. Et qu’esy-ce que cette « autre chose »? Les « principes », justement, ces choses qui sont « au commencement.

        La « valeur » est pour cette raison l’alfa et l’omega du monde neo-liberal, monde de marchands pour qui les « valeurs » morales sont jugées à l’aune « d’autre chose » . La valeur ne vaut pas par elle-même ; elle doit servir. Dans notre monde neo-liberal, elle doit servir le développement du capital. C’est à cette aune qu’elle est jugée.
        Et ainsi en va-t-il des valeurs « d’accueil de l’Autre », de « respect de la diversité », de « traitement égalitaire des minorités », etc, etc.

          +3

        Alerter
  • alain maronani // 28.04.2019 à 14h44

    Entre 1914 et 1918, entre 1939 et 1945, ensuite en Indochine la France s’est posée moins de questions pour les tirailleurs algériens, les tabors marocains, les tirailleurs sénégalais, les troupes de la Cochinchine priés de venir se faire étriper par exemple sous les ordres de Mangin en 1914-1918 (surnommé le boucher par ses troupes…). La France a réussi aussi l’exploit de refuser à ces hommes le droit élémentaire aux pensions d’anciens combattants..
    Racisme systémique ? Oui pas un racisme d’état qui existe aussi. En ces périodes ou le déclassement social s’accélère il ne faut pas se surprendre de l’accélération de la xénophobie, du racisme, des mesures répressives. Le racisme traverse toutes les couches de la société mais comme l’a montré Guilly les zones ou le FN est majoritaire sont aussi celles ou le PC était présent avant, les plus pauvres..
    Bien entendu les Jean Messiha de ce monde se gardent bien de faire le lien avec le système capitaliste. Il n’ont en fait aucun problème avec celui-ci..malgré leurs arguties sur l’UE, etc L’un des exemples les plus criants dans cette foulée est celui de La Hongrie (pays qui a besoin de main d’oeuvre). Le conducator local, obsédé par l’immigration a décidé que les gens devaient obligatoirement faires au moins 40 heures par semaine..payées seulement 3 années après…entouré son pays de barbelés, mené des campagnes antisémites (quand on connaît le passé peu glorieux de ce pays..), la routine…

      +0

    Alerter
    • Sandrine // 28.04.2019 à 17h00

      Et voilà comment on diffuse, l’air de rien des « fausses nouvelles ».
      Non, la France n’a pas refusé de payer des pensions militaires aux combattants issus de son empire colonial..
      Le détail de cette question ci-dessous :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Cristallisation_des_pensions

        +5

      Alerter
      • alain maronani // 28.04.2019 à 19h26

        Oui la France a refusé..enfin a réussi à traîner les pieds suffisament longtemps laissant la majorité des pensionnaires mourir AVANT de pouvoir excercer pleinement leurs droits..que finalement Nicolas Sarkozy en 2012 capitule..après des condamnations et mises en demeure du Conseil d”Etat, de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, etc..

        Les circonvolutions juridiques ne changeront rien à la réalité des choses, et, au-delà des considérations économiques, la décision française induit implicitement un jugement moral sur la valeur respective du sang français et du sang indigène sur la bourse des valeurs entre des frères d’armes qui encourrait pourtant à l’époque le même péril dans un même combat. Comment justifier, sinon, cette discrimination dans le traitement d’un ancien combattant français qui perçoit 600 euro par mois d’indemnités, d’un sénégalais 100 euro par mois ou, pis, d’un marocain qui a droit à 60 euro par mois, soit dix fois moins que le français, sous réserve d’une obligation de résidence de neuf mois par France par an….

        https://tirailleursafricains.blogspot.com/2009/08/indigenes-les-pensions-de-guerre.html

        Des fausses nouvelles..?..ou de l’aveuglement…?.

          +1

        Alerter
        • Sandrine // 28.04.2019 à 21h18

          Si ils avaient choisi de rester dans l’empire français ils n’auraient certainement pas eu tous ces problèmes. Leurs statut se serait progressivement égalisé avec celui des métropolitains, à la faveur de luttes bien sûr, comme jadis le tiers Etat, puis les ouvriers au siècle suivant.
          Je trouve que c’est un comble de mettre cette histoire de pensions sur le compte du racisme !

            +3

          Alerter
          • Opposum // 28.04.2019 à 21h31

            “Leurs statut se serait progressivement égalisé avec celui des métropolitains”

            Comme c’est déjà le cas avec vos territoires d’outre-mer, je présume ?

              +3

            Alerter
          • alain maronani // 28.04.2019 à 22h13

            Oui Bwana…heureusement je peux lire ca donc je ne suis pas aveugle…ils auraient continuer à bénéficier du mépris des colons, de ne pas avoir le droit de voter…de travailler pour rien (ouvriers agricoles, bonnes, etc) c’est bien,,en 1958 début de la révolution algérienne ils attendaient depuis plus de un siècle..très progressivement…en plus ils ont bénéficié de l’affection constantes des soldats de l’empire français. Pourquoi se plaindre en effet…

              +1

            Alerter
            • Sandrine // 28.04.2019 à 23h04

              Maintenant, la même chose se passe avec « leurs » élites qui vivent comme des nababs pendant que le peuple crève de faim!!
              Un des aspects de la décolonisation, que l’on néglige trop souvent, c’est l’exaltation des identités ethniques afin de permettre à l’elite « locale » de prendre la place des colons. Avec la bénédiction des multi-nationales et de l’oncle Sam…
              A part dans de rares endroits (Cuba est un des sels exemples qui me vient à l’esprit ) le peuple n’a pas pris le pouvoir après la décolonisation. La domination s’est perpétuée, mais selon d’autres structures.
              Est-ce que ça change vraiment quelque chose si le dominant est noir ou blanc ?
              [modéré]

                +2

              Alerter
  • Catalina // 28.04.2019 à 16h13

    “(quand on connaît le passé peu glorieux de ce pays..), la routine…”
    Ouaiche, citez moi donc un pays au passé glorieux, pas la France, pas l’Allmagne, pas le RU, etc, etc, etc…..
    Quand à la main-d’oeuvre, à peu près tous les pays de l’ue ont besoin de main-d’oeuvre, après avoir vidé les pays de l’est de la leur à pas cher ( travailleurs détachés), ils prennent maintenant des réfugiés qui leur coûte bcp moins cher. La Hongrie n’a pas a être jugée par vous mais par ses habitants.
    [modéré]

      +5

    Alerter
    • alain maronani // 28.04.2019 à 19h46

      La Hongrie fut l’un des pays occupés par l’Allemagne (avec aussi les pays baltes et l’Ukraine) qui ont collaboré avec ENTHOUSIASME à la destruction de la quasi-totalité de la population juive.des roms, des gitans..Les Ukrainiens en plus ont été les spécialistes des camps. [modéré] Pour la Hongrie…le conducator local poursuit sans relâche des campagnes antisémites honteuses un vieux fond hongrois qui remonte aussi loin que l’empire austro-hongrois.

      La Hongrie a un problème démographique qui ne provient pas du départ des plus jeunes mais d’une fertilité insuffisante depuis plus de 30 années. Le taux de fertilité est inférieur a 2 depuis plus de 30 ans en fait moins de 1.4 (le renouvellement des générations demande un taux de 2.1) Il y a 40.000 décès de plus que de naissances, année après année. Je sais que le conducator est un petit camarade de Marine…..Ce pays comme la Finlande, la Suède, l’Italie, les pays baltes verront leur population diminuer de 50 % à l’horizon 2100. L’Allemagne n’est pas loin aussi sur cette pente..[modéré]

      De plus la quasi totalité des immigrants en Hongrie proviennent des autres pays de l’ex bloc soviétique…des réfugiés aussi ?
      [modéré]

        +0

      Alerter
  • verdurin // 28.04.2019 à 22h08

    À propos de ce que dit Judith Bernard aux alentours du premier quart d’heure.
    J’ai enseigné les mathématiques pendant quarante ans, la plus part du temps dans des zones défavorisées.

    J’ai vu le racisme de mes collègues en action contre les asiatiques : un réfugié cambodgien échappé des camps khmers rouges n’a qu’a se débrouiller.
    Il a eu droit à beaucoup moins de compassion qu’un voyou victime de ce que l’on appelait pas encore « racisme d’état ».
    Et ce n’est pas parce qu’on lui avait écrasé tous les doigts qu’on pouvait excuser sa mauvaise écriture.

    J’ai vu aussi comment les garçons musulmans empêchaient les filles musulmanes d’étudier.
    C’est un phénomène qui m’est apparu deux ans avant l’interdiction [i]islamophobe[/i] du voile.

    Mais ce que je dis n’est basé que sur une expérience très limité. Il est donc possible que mes impressions me conduisent à des conclusions totalement fausses.

    Malgré tout je suis extrêmement septique quand à l’interprétation des statistiques que donne Judith Bernard.
    Je crois que c’est à elle ou à ses partisans de monter que le lien entre la baisse du niveau des filles musulmanes et l’interdiction du voile provient de l’interdiction du voile et non d’une montée de l’islamisme.
    Les deux phénomènes étant concomitants, je souhaite bonne chance aux statisticiens qui tenterons une analyse objective.

      +5

    Alerter
  • Les Mouches // 29.04.2019 à 16h01

    Ces gens autoproclamés “racisés” sont les premiers à ériger des barrières entre nous. Renvoyer sans cesse les individus à une origine ou une couleur, c’est le début des divisions et de ce qu’ils appellent “racisme”.
    Quand bien même la France a eut des esclaves (et il y aurait beaucoup à redire sur la colonisation), elle est loin d’être la seule dans la longue histoire du peuple noir à les avoir maltraités…pourquoi devrions-nous payer pour l’éternité des accusations pas toujours claires alors que d’autres n’ont pas à se flageller autant, nous avons un traitement de faveur?
    Aujourd’hui, la majorité de notre électronique ou de nos vêtements sont fait par des esclaves et les conditions n’ont guère évoluées par rapport à ce que faisaient les empires coloniaux…tout ça pour la surconsommation des populations plus aisées (dont les français font partis). Je suppose donc que, dans leur grande cohérence, les personnes qui passent leur temps à mettre la France au piloris parce qu’elle a pratiqué la traite, vont faire de même pour les multinationales d’aujourd’hui, qu’ils regardent la provenance de ce qu’ils achètent, qu’ils demandent également l’abolition de ces pratiques, etc….Non?
    Aucun pays au monde ne donne autant pour ses minorités, en terme de discrimination positive, de fonds publics ou même de visibilité médiatique et l’on débat sur un “racisme d’Etat”…on touche le fond.

      +2

    Alerter
    • Recits d’Yves // 03.05.2019 à 19h52

      Il me parait compréhensible que ceux qui veulent dénoncer le racisme emploient des termes connotés -isme et race pour justifier leur “combat”.

      Ce qui me trouble davantage est que M Norman AJARI est le produit de l’éducation nationale comme il le mentionne lui-même dans son CV en ligne:

      AWARDS AND GRANTS
      • Merit and need-based scholarship (“Bourse sur critères sociaux avec aide au mérite”) of the Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires of Toulouse, 2009-2011.

      Comment peut-on avoir une haine aussi grande et chercher à casser l’idée de la République Française lorsqu’on est soit même le pur produit de la méritocratie à française?

      Je ne dis pas pour autant qu’en France tout est parfait mais chercher à nuire voir à détruire le peu de notre utopie tout en se vantant de bientôt quitter la France me parait au mieux déplacé au pire cela résonne comme un acte de trahison..

        +0

      Alerter
  • Charles de // 30.04.2019 à 02h41

    Je viens de remplir une réclamation adressée à la police fédérale du Brésil au sujet de la durée de mon séjour. J’ai dû remplir la case “Couleur ou race”. Tiens, ça existe encore au Brésil ?

      +1

    Alerter
  • BOURDEAUX // 30.04.2019 à 09h11

    Avant d’entamer un débat, il faut quand même s’entendre sur l’intitulé de son thème. Or, un racisme d’état se traduit obligatoirement par des lois ou des règlements racistes, qui sont absents dans la législation française. A ce sujet, les raisonnements tortueux et pleurnichards de Mr AJARI ne parviennent à la précision que dans l’erreur. Ce débat est donc sans objet.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications