Les Crises Les Crises
14.avril.201914.4.2019 // Les Crises

Gilets Jaunes : Avant la révolution ? François Boulo, par Thinkerview

Merci 288
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube, 25-02-2019

Source : Thinkerview, Youtube, 25-02-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

D’Aubrac // 14.04.2019 à 09h23

Avec Juan Branco, et dans un style tout autre, voilà bien une des révélations de la révolte des GJ parmi les plus attachantes et riche de promesses.

Aux fondamentaux du macronisme, “trop d’injustice”, “trop d’inégalités”, “trop de mépris”, François Boulo oppose une réflexion construite et cohérente ancrée sur la participation du citoyen et la justice fiscale et sociale, dans une vision large des relations de notre pays.
Ce qui est intéressant, c’est que ce corpus s’appuie sur une dénonciation des principes phares de l’Union européenne.
Boulo n’est pas dupe et le suggère, sans effet de manche, mais clairement : cette ligne politique implique une remise en cause totale des Traités.

Je ne doute pas que François Boulo ait longuement lu et médité deux œuvres de grande lucidité : le discours de Pierre Mendès-France expliquant son refus du Traité de Rome (18 janvier 1957), et celui de Philippe Séguin rejetant le Traité de Maastricht (5 mai 1992).
.

21 réactions et commentaires

  • Jean-Claude // 14.04.2019 à 08h25

    Il est formidable ce confrère.
    Il faut continuer, mot d’ordire habituel : ne rien lâcher

      +16

    Alerter
  • LBSSO // 14.04.2019 à 09h10

    La ros(s)ée ,comme la bêtise, ne tombe pas du ciel.

    ” Beaucoup de choses qui ont été dîtes par les GJ et dans le grand débat ont plutôt confirmé le cap [fixé par E Macron].C’est à dire que ce que les GJ exprimaient, c’est des choses qui ont été dîtes pendant la campagne présidentielle par E M. C’est un paradoxe qui nous est revenu violemment dans la figure..” En effet : “les GJ demandent à vivre de leur travaille et ne se reconnaissent ni dans la droite ni dans la gauche “.

    Ismaël Emelien ( ancien conseiller spécial d’EM coauteur avec David Amiel du livre “Le progrès ne tombe pas du ciel” (Fayard) sur Europe1 dans l’émission Médiapolis animée par Olivier Duhamel du 13 04 19 à 8mn47 ).
    https://www.europe1.fr/emissions/Mediapolis/olivier-duhamel-130419-3891134

    Fallait oser…Il paraît que ” c’est à ça qu’on les reconnaît.”

      +9

    Alerter
    • LBSSO // 14.04.2019 à 09h23

      J’espère qu’on ne les reconnaît pas également à leurs fautes d’orthographe 😉

        +4

      Alerter
  • D’Aubrac // 14.04.2019 à 09h23

    Avec Juan Branco, et dans un style tout autre, voilà bien une des révélations de la révolte des GJ parmi les plus attachantes et riche de promesses.

    Aux fondamentaux du macronisme, “trop d’injustice”, “trop d’inégalités”, “trop de mépris”, François Boulo oppose une réflexion construite et cohérente ancrée sur la participation du citoyen et la justice fiscale et sociale, dans une vision large des relations de notre pays.
    Ce qui est intéressant, c’est que ce corpus s’appuie sur une dénonciation des principes phares de l’Union européenne.
    Boulo n’est pas dupe et le suggère, sans effet de manche, mais clairement : cette ligne politique implique une remise en cause totale des Traités.

    Je ne doute pas que François Boulo ait longuement lu et médité deux œuvres de grande lucidité : le discours de Pierre Mendès-France expliquant son refus du Traité de Rome (18 janvier 1957), et celui de Philippe Séguin rejetant le Traité de Maastricht (5 mai 1992).
    .

      +45

    Alerter
  • Barbe // 14.04.2019 à 11h51

    Que le peuple exige de voter directement les lois.
    Cela évitera les votes la nuit et en plein coeur de l’été.

    Vous verrez alors les zélus leur accorder seulement le ric.

      +9

    Alerter
  • Philvar // 14.04.2019 à 12h09

    Un jeune, pur et convaincu, dans le monde des idées, c’est un bon départ dans la vie. Mais quid lorsque l’on se heurte à la réalité ? Sans compromissions, même légères, peut-on avancer et faire bouger les choses ? Entre temps profitons de ce moment de fraîcheur.

      +6

    Alerter
    • Kiwixar // 14.04.2019 à 12h45

      La compromission, c’est tortiller du derche entre des dinosaures éteints et des abr*tis obsolètes – en perdant Kuz au passage – et en sabordant encore une fois l’union des gauches (ah flute, encore, mince, quelle malchance).

      Le compromis, c’est l’alliance de classe entre les souverainistes de gauche et les souverainistes de droite, comme toute Résistance qui se respecte. La recherche des points communs, l’établissement d’objectifs court terme, moyen terme, les moyens à mettre en oeuvre. Sapir a compris ça (comme beaucoup d’autres choses).

        +22

      Alerter
      • Chris // 14.04.2019 à 14h40

        A propos de compromis, je plussoie. C’est principalement ce que je reproche à un certain François A : faire cavalier seul.

          +1

        Alerter
        • LBSSO // 14.04.2019 à 18h42

          Au-delà du cas que vous citez, les élections européennes avec un suffrage universel direct à un tour ne favorise pas les alliances.Elles permettent aux partis de compter leurs troupes en vue d’établir des stratégies pour des élections nationales ultérieures.Ainsi instrumentalisées, surtout dans une phase de recomposition politique , elles constituent un piège.

            +6

          Alerter
  • Kiwixar // 14.04.2019 à 12h32

    Le peuple qui a pris conscience de sa force collective, des dirigeants d’extrême qualité qui émergent (Boulo, Branco, etc), les masques qui tombent. Déjà un franc succès, et ce n’est que le début.

    Merci Macron 117, le gaffeur fou, suprêmement intelligent comme peut l’être une poule de luxe devant un couteau de cuisine. Une erreur de casting qui va coûter beaucoup beaucoup d’argent à la production.

      +25

    Alerter
  • Chris // 14.04.2019 à 13h05

    Meanning, Snowden, Assange, Branco, Boulo, etc… les révoltés actifs contre le système néolibéral globaliste qui détruit les communautés humaines en imposant des mécanismes interactifs purement mercantiles au profit de quelques-uns.

      +9

    Alerter
    • Suzanne // 14.04.2019 à 14h27

      Manning, Chelsea Manning… Vu ce par quoi elle doit encore passer en ce moment, la moindre des choses est de bien écrire son nom (pas agressif envers vous, hein, je corrige juste 🙂 )

        +2

      Alerter
      • Chris // 14.04.2019 à 14h41

        Pourtant “meanning” a du sens !
        Sans rancune…

          +9

        Alerter
  • de Lacroix Vincent // 14.04.2019 à 14h25

    Interview de François Boulo très intéressante a visionner urgemment pour comprendre et mieux appréhender le mouvement social des Gilets Jaunes.

      +6

    Alerter
    • Chris // 14.04.2019 à 14h47

      Je l’ai trouvé excellent.
      J’ai repéré les principaux sujets évoqués en notant les minutes et m’en vais distribuer cette vidéo à mes proches, histoire de ne pas les décourager par la longueur de l’interview.
      Boulo a parfaitement identifié le rôle déterminant de l’Union Européenne, parfaite courroie de transmission s’il en est, de l’idéologie néolibérale globaliste : TINA !

        +9

      Alerter
  • Facteur X // 14.04.2019 à 21h30

    Je ne suis pas un Gilet Jaune. Je suis de ces Français qui, d’après les sondages, “ont de la sympathie pour le mouvement”, voire “le soutiennent”.
    Je ne suis pas un Gilet Jaune. Mais si demain notre président n’annonce pas la mise en place du RIC, ou de quelque chose de TRES approchant, alors je le deviendrai.

      +10

    Alerter
    • Alfred // 15.04.2019 à 12h23

      J’espère que vous tiendrez parole car c’est un peu couru d’avance. Méfiez vous par ailleurs des effets d’annonces et de la réalité de ce qui est mis en place derrière (qui bien souvent annule concrètement la mesure annoncée).

        +3

      Alerter
  • Xuan // 14.04.2019 à 23h48

    Il est nécessaire de s’interroger sur l’avenir. Il s’agit bien de renverser une classe et d’instaurer un nouvel Etat au service du peuple.
    La République actuelle est le pouvoir de la classe bourgeoise, concentrée aujourd’hui chez les capitalistes des grands monopoles industriels, de la distribution et de la finance. Toute leur richesse vient de l’exploitation du travail productif.
    Ce sont eux qui dominent l’ensemble de la société, y compris les PME et TPE. L’Etat est leur instrument, avec ses institutions, ses médias et ses corps armés.
    Il se produit maintenant que leur soif de profit en vient à détruire tous les services publics, à s’accaparer toutes les ressources de l’Etat, à tirer bénéfice de toute activité humaine en appauvrissant le peuple. En sachant que les milliards accumulés ainsi vont s’envoler dans la spéculation.

    Si on peut prendre exemple sur la révolution de 1789 : elle a d’abord pris le pouvoir puis écrit la Constitution.
    Si on peut prendre exemple sur la Commune de Paris, elle avait instauré la première démocratie du peuple et la première dictature du peuple contre les bourgeois. Mais sa bienveillance lui fut fatale.
    Les syndicats s’opposent parfois au pouvoir, il y a eu des progrès sociaux en 36, en 45 et en 68, mais ils n’ont pas pour but de le renverser.
    Je crois que pour faire la révolution il faut un parti révolutionnaire, indépendant des partis de la bourgeoisie. En quelque sorte l’élite politique du prolétariat. Mais jusqu’ici nous n’en avons pas.
    A mon avis c’est le bout par lequel la pelote devrait se dénouer.

      +7

    Alerter
    • Tardieu // 16.04.2019 à 07h42

      “il faut un parti révolutionnaire, indépendant des partis de la bourgeoisie.” dans chaque pays et une Internationale car c’est à l’échelle mondiale que nous devons éradiquer le capitalisme.

        +0

      Alerter
  • Truman border // 15.04.2019 à 09h45

    Dans cette vidéo du 25/02 il cite O. Berruyer et les-crises.fr je pensais vraiment voir l’interview ici dès le lendemain, que s’est-il passé ?

      +1

    Alerter
  • Julie // 15.04.2019 à 13h04

    Marrant non? Quand vous prenez l’avion, toutes vos infos passeport sont connues, mais si vous avez des biens dans plusieurs pays européens, il n’y a aucune centralisation des informations ni de recoupement des infos fiscales!

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications