Les Crises Les Crises
14.avril.201914.4.2019 // Les Crises

Changement climatique : 250 000 décès par an, une estimation prudente selon les chercheurs. Par Jen Christensen

Merci 107
J'envoie

Source : CNN, Jen Christensen, 16-01-2019

Mise à jour 16 janvier 2019

Voir la vidéo ici

Des faits indéniables sur le changement climatique

(CNN) – Le changement climatique pourrait « stopper et inverser » les progrès réalisés en matière de santé humaine au cours du siècle dernier.

Cette sombre analyse vient de l’un des auteurs d’un nouveau rapport publié dans le New England Journal of Medicine qui suggère que la hausse des températures mondiales pourrait entraîner beaucoup plus que les 250 000 décès annuels envisagés par l’Organisation Mondiale de la Santé il y a seulement cinq ans.

En 2014, l’OMS a déclaré que le changement climatique entraînera paludisme, diarrhée, stress thermique et malnutrition, tuant chaque année, entre 2030 et 2050, beaucoup plus de gens dans le monde.

En examinant la recherche sur le sujet, Sir Andrew Haines, coauteur de l’étude, précise que notre santé est beaucoup plus vulnérable aux changements climatiques – et il estime que 250 000 décès est une « estimation prudente ».

« Nous pensons que l’impact est plus difficile à quantifier parce qu’il y a aussi les déplacements de populations et une série de facteurs supplémentaires tels que production alimentaire et rendement des cultures, ainsi que l’augmentation de la chaleur qui limitera la productivité de la main d’œuvre agricole dans les régions tropicales, facteurs qui n’ont pas été pris en compte, entre autres », a déclaré Haines, épidémiologiste britannique et ancien directeur de la London School of Hygiene and Tropical Medicine. [École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres]

En raison des seules pénuries alimentaires liées au changement climatique, le monde pourrait connaître une augmentation nette de 529 000 décès d’adultes d’ici 2050, selon le rapport. Le changement climatique pourrait plonger 100 millions de personnes dans l’extrême pauvreté d’ici 2030 et la pauvreté rend les gens plus vulnérables aux problèmes de santé.

M. Haines ajoute que le changement climatique, « bien qu’il constitue la plus importante menace environnementale à laquelle l’humanité est confrontée », n’est pas le seul problème environnemental qui menace notre santé.

L’épuisement des ressources en eau douce, la perte sans précédent de biodiversité, l’acidification des océans, la surpêche, la pollution, la déforestation et la propagation d’espèces invasives, liées au changement climatique, mais qui sont des problèmes environnementaux à eux seuls, aggravent toutes ces menaces pour la santé publique, a-t-il dit.

« Il est urgent de comprendre comment protéger la santé face à ces phénomènes dramatiques, tous causés par les activités humaines liées aux modèles d’activité économique » a ajouté Haines.

Un éditorial joint au rapport exhorte les professionnels de la santé à prendre ce rapport au sérieux. Son coauteur, le Dr Caren Solomon, suggère que les médecins ont une « responsabilité particulière dans la protection de la santé et la diminution de la souffrance », et que cette mission devrait inclure un travail rapide pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

« Nous espérons que ce travail sensibilisera un plus grand nombre de personnes et, que cela les incitera à s’impliquer davantage », a déclaré Solomon, médecin généraliste qui est rédactrice en chef adjointe au NEJM [The New England Journal of Medicine = Journal de Médecine de Nouvelle Angleterre]et professeure agrégée de médecine à la Harvard Medical School et au Brigham and Women’s Hospital. Son éditorial souligne que le secteur des soins de santé est responsable de près d’un dixième des émissions de gaz à effet de serre aux États-Unis et qu’il se classerait au septième rang mondial pour la quantité de ces émissions, s’il s’agissait d’un pays à part entière.

Les travailleurs de la santé, a-t-elle ajouté, devraient encourager leurs organisations à réduire leur empreinte carbone.

Il est possible de réduire l’empreinte carbone d’un établissement de santé.

Elle cite des groupes comme le Boston Medical Center, qui produit sa propre électricité éco-énergétique et offre des programmes respectueux du climat, comme sa ferme sur le toit de l’ hôpital. Ou le Gundersen Health System du Wisconsin qui, en 2014, est devenu le premier système de santé du pays à produire plus d’énergie qu’il n’en consomme, en utilisant l’éolien, le solaire et le méthane d’un site d’enfouissement local.

Selon Mme Solomon, les médecins peuvent aussi faire pression sur les politiciens pour qu’ils élaborent des politiques publiques mieux adaptées à la lutte contre le changement climatique et exercer des pressions sur les groupes pour qu’ils utilisent le désinvestissement financier comme un outil. En 2018, l’American Medical Association et le Royal College of General Practitioners ont adopté des résolutions appelant au désinvestissement des énergies fossiles dans les entreprises.

Les médecins peuvent aussi aider à éduquer les patients et motiver les gens à agir.

« Travailler à réduire ces gaz à effet de serre présente des avantages et des co-avantages substantiels », a déclaré Mme Solomon. Faire du vélo pour se rendre au travail ou à pied plutôt qu’en voiture, par exemple, réduit la pollution liée au changement climatique et l’exercice est meilleur pour la santé. Un air plus pur améliore également la santé des gens.

« Nous savons tous que la prévention en médecine est considérablement plus efficace et efficiente, que d’attendre l’apparition d’une maladie grave. Nous considérons le changement climatique de la même manière et savons que si nous agissons immédiatement, nous pouvons éviter les effets catastrophiques prévus sur la santé », a dit Mme Solomon.

Haines serait d’accord. « Les générations futures se souviendront, sans aucun doute, des occasions manquées pour progresser vers une économie saine et durable et se demanderont pourquoi des mesures décisives n’ont pas été prises plus tôt », a déclaré M. Haines. « Il est impératif d’augmenter le niveau d’ambitions et le fait de mettre l’accent sur les avantages potentiels pour la santé des générations actuelles et futures pourrait contribuer à encourager les progrès. »

Source : CNN, Jen Christensen, 16-01-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

aladin0248 // 14.04.2019 à 07h28

Il n’y a pas de solution dans le cadre d’un système économique mondial étranger à la notion de bien commun qui met la cupidité, l’accaparement des richesses naturelles et le productivisme imbécile au sommet de ses valeurs. C’est malheureux, mais c’est comme ça.

51 réactions et commentaires

  • Dominique Gagnot // 14.04.2019 à 06h53

    Pourquoi ne parle-t-on jamais de ça : Communisme libéral ?

    Le pouvoir RÉEL est dans la propriété des ressources premières : celui qui tient la gourde dispose d’un pouvoir absolu sur ceux qui ont soif…

    Une réelle démocratie suppose donc que la collectivité en soit propriétaire. Les puissants perdraient ainsi la domination qu’ils en tirent, et nous serions enfin libres de les gérer afin de restaurer la planète et sauver ses habitants dans un système qui, par ailleurs, peut être libéral.

    Dans un communisme libéral les biens communs que sont les ressources premières seraient gérés dans l’intérêt de la collectivité.
    A l’intérieur de ce cadre la liberté d’entreprendre et de faire du profit serait totale… Lire “Comprendre l’Arnaque capitaliste, Imaginer le système d’Après !” pdf gratuit : partagez, (ou copier/coller)

    https://www.dropbox.com/s/0tfvv3pim5lv299/Comprendre%20l-Arnaque%20capitaliste%2C%20Imaginer%20le%20système%20d%27Après%20%21.pdf

      +12

    Alerter
  • temudjin1155 // 14.04.2019 à 07h21

    Quand CNN devient une référence chez Les Crises…
    Rien à ajouter

      +28

    Alerter
    • Gerald B // 14.04.2019 à 11h33

      En quoi le fait de relayer une émission de CNN en fait-il une « référence » pour les Crises ?
      Soyons ouvert d’esprit, l’intérêt de « les-crises.fr » est qu’il n’est pas dogmatique ni idéologique…

        +19

      Alerter
    • tepavac // 15.04.2019 à 03h00

      “Quand CNN devient une référence chez Les Crises…”

      Pour ceux qui suivent l’actualité, c’était simplement par contraste avec ceci;

      https://fr.sputniknews.com/insolite/201904091040675500-explosion-nefaste-terre-arctique-russie/

      Notez que c’est une urgence planétaire tangible, et pas hypothétique sous prétexte d’extorsion de quelques sommes….

        +4

      Alerter
  • aladin0248 // 14.04.2019 à 07h28

    Il n’y a pas de solution dans le cadre d’un système économique mondial étranger à la notion de bien commun qui met la cupidité, l’accaparement des richesses naturelles et le productivisme imbécile au sommet de ses valeurs. C’est malheureux, mais c’est comme ça.

      +48

    Alerter
    • Dominique Gagnot // 14.04.2019 à 10h47

      Oui, et pourtant jamais cette vérité n’est citée dans les grands médias…

      Seule une gestion collective des biens communs, supervisée par les collectivités qui en auraient la propriété lucrative, permettrait de réparer les dégâts.
      La rente issue des droits d’usage de ces biens communs, que sont en particulier :

       Le sol, le sous-sol, la biosphère en général,
       Les réseaux de communication :
      – matériel, – énergie, – informationnel,
       Les services de Santé, Éducation,
       Les immeubles,
       Les grandes entreprises.
       Les médias qui fabriquent « l’opinion »,
       Le Savoir,
       La monnaie.

      permettrait de financer les immenses travaux à accomplir.
      Cela constituait l’activité économique.centrale du monde d’Après capitalisme, que j’appelle “Communisme libéral”. (C’est ce que j’expose dans la 2èm partie du livre en lien dans le 1er post.)

        +9

      Alerter
  • calal // 14.04.2019 à 07h52

    fortes gelees chez moi cette nuit a priori de beaux degats sur les cultures . l’hiver est la.

    ah oui, changement opportun de “rechauffement climatique” a “deregelement climatique”…
    je prefere l’anglicisme GREENWASHING ….

      +25

    Alerter
    • Gerald B // 14.04.2019 à 11h40

      Il est urgent que vous envoyiez ce problème de gelées à la NASA, NOAA et au GIEC.
      Mais ils sont tellement bas du plafond qu’ils vous répondront que la météo et le climat, pas pareil ^^
      https://svs.gsfc.nasa.gov/4546
      Selon des analyses indépendantes de la NASA et de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), les températures de surface de la Terre en 2016 ont été les plus chaudes depuis le début de la tenue des registres modernes en 1880.

      Les températures moyennes mondiales en 2016 étaient de 1,78 degré Fahrenheit (0,99 degré Celsius) plus élevées que la moyenne du milieu du 20e siècle. C’est la troisième année consécutive que 2016 établit un nouveau record mondial de températures de surface moyennes.

      Les températures de 2016 poursuivent une tendance au réchauffement à long terme, selon les analyses des scientifiques du Goddard Institute for Space Studies (GISS) de la NASA à New York. Les scientifiques de la NOAA sont d’accord avec la conclusion selon laquelle 2016 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée, d’après des analyses distinctes et indépendantes des données.

        +6

      Alerter
    • Chris // 14.04.2019 à 12h31

      En effet, Greenwashing, la nouvelle théologie pour culpabiliser les citoyens et leur faire accepter le retour de la féodalité au nom d’un projet “commun” : sauver la vie sur terre en organisant les migrations au cout social, sociétal et économique incalculable…
      Mais au fait, quelle vie et au profit de qui ?
      Pour renchérir à votre commentaire, je pense que l’industrie (pétro)chimique (pharma, pesticides, fongicides, plastiques, agent orange et j’en passe et des meilleurs) qui inonde Terre et sols depuis bientôt un siècle, induit un nombre infiniment supérieur de mortalité anticipée (mais lucrative!), outre la détérioration du patrimoine génétique du monde vivant, dont nous.
      https://www.zerohedge.com/news/2019-04-06/mysterious-drug-resistant-germ-deemed-urgent-threat-quietly-sweeping-globe
      Et ce n’est les capacités augmentées argumentées par les tenants de l’IA qui arrangeront la situation…
      D’ici 30 ans, plus de la moitié des populations humaines sont appelées à disparaitre brutalement, faute de ressources suffisantes (eau, nourriture, empoisonnement et maladies subséquentes), combinant les excès d’extraction et d’exploitation et le changement climatique. Le monde aquatique et terrestre paie déjà un lourd tribu en avalant indistinctement nos déchets.
      C’est le prix de nos inconséquences appelées communément “croissance”.

      Allez souriez, vous êtes radiographié !
      https://www.dailymotion.com/video/x31qw4a
      Et bon dimanche !

        +15

      Alerter
  • RB83 // 14.04.2019 à 08h41

    Si on veut être cynique, remarquons que 57 millions de personnes meurent chaque année toute cause confondue. Si le réchauffement climatique n’était responsable “que” de 250 000 morts par an, à supposer qu’on puisse les identifier comme tel (et c’est une autre paire de manche…), on pourrait considérer que le problème n’est pas si grave que ça…
    A titre personnel, je pense que le réchauffement climatique est une affaire suffisamment importante pour éviter ce genre d’articles racoleurs et qui désert la cause qu’il pense défendre. C’est intellectuellement aussi malhonnête que de comptabiliser toutes les pathologies respiratoires et de les attribuer aux méchantes particules fines du diesel…

      +27

    Alerter
    • raloul // 14.04.2019 à 09h43

      Bonjour !

      Tout à fait, merci pour le commentaire.

      J’ajoute que d’autres problèmes environnementaux sont mentionnés, comme la pénurie d’eau douce, la pollution, etc… et sont décrits comme «liés» au changement climatique.
      Pourtant, chacun de ces problèmes est d’une urgence et gravité au moins aussi importante, voire beaucoup plus, et génère un nombre de décès sans commune mesure avec les prédictions «catastrophistiques» des théories du changement climatique.
      C’est triste d’être dans les comparaisons morbides, pardon d’avance, mais j’ai une furieuse sensation de paille et de poutre…

        +12

      Alerter
  • isidor ducasse // 14.04.2019 à 09h15

    Je pensais que les crises était un site sérieux !
    Tout ces chiffres lancés sans que l’on puisse réellement les démontrer; ce réchauffement climatique annoncé comme une apocalypse pour nous culpabiliser et nous faire accepter n’importe quoi, et déculpabiliser les vrais responsables.
    L’idée étant que ce système économique ultra-libéral dirigés par une poignée de milliardaires euro-atlantiste, qui eux en profite au maximum financièrement, ne serait pas responsable de l’épuisement des ressources, de la pauvreté, de la disparition du vivant, et de la pollution généralisè de notre environnement.

      +22

    Alerter
    • Gerald B // 14.04.2019 à 09h45

      Pour votre information, les émissions gigantesques de co2 sont la causalité de l’exploitation effrénée des ressources fossiles.
      Essayez de faire le lien avec le capitalisme outrancier, je pense que vous devriez y arriver ^^

        +12

      Alerter
      • Chalpitek // 14.04.2019 à 11h26

        Les émissions de co2 ne sont pas gigantesques comme vous dites. Le co2 est à l’état de trace dans l’atmosphère et en plus il est à un niveau très faible sur une échelle géologiqu.

          +12

        Alerter
        • Gerald B // 14.04.2019 à 11h54

          « pas si gigantesques … » : on n’a pas les mêmes infos ^^
          Pendant les derniers millénaires, le taux de co2 variait de 180 à 360 ppm. En 2019, nous sommes à 410 ppm. La dernière fois qu’on a dépassé les 400 ppm, c’était il y a 3 millions d’années !
          https://www.notre-planete.info/actualites/149-concentrations-gaz-effet-de-serre-record
          Concentrations en gaz à effet de serre : du jamais vu depuis plusieurs millions d’années
          Selon le bulletin de l’Organisation Météorologique Mondiale sur les gaz à effet de serre, les concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone (CO2) ont augmenté à un rythme record en 2016, confirmant que les niveaux actuels sont sans précédent depuis plusieurs millions d’années…

            +7

          Alerter
          • poubelle // 14.04.2019 à 12h55

            ppm veut dire par million, passe de 180 360 particules par million, en effet cela augmente.
            pour l homme :
            L’air contient aujourd’hui environ 0,04 % de CO2. À partir d’une certaine concentration dans l’air, ce gaz s’avère dangereux voire mortel. La valeur limite d’exposition est de 3 % sur une durée de 15 minutes. Cette valeur ne doit jamais être dépassée. Au-delà, les effets sur la santé sont d’autant plus graves que la teneur en CO2 augmente. Ainsi, à 2 % de CO2 dans l’air, l’amplitude respiratoire augmente. À 4 %, la fréquence respiratoire s’accélère. À 10 %, peuvent apparaître des troubles visuels, des tremblements et des sueurs. À 15 %, c’est la perte de connaissance brutale. À 25 %, un arrêt respiratoire entraîne le décès.

              +6

            Alerter
            • Gerald B // 14.04.2019 à 13h56

              Le sujet n’est pas la toxicité directe du CO2 pour l’homme mais la corrélation entre le taux de CO2 et le réchauffement climatique ^^

                +9

              Alerter
            • Séraphim // 16.04.2019 à 09h17

              Ce n’est pas le CO2 qui est toxique en soi, mais l’absence d’O2 qu’il provoque(rait) !!! Si ce CO2 remplace non l’oxygene mais l’azote, alors on peut en ‘absorber’ bien plus!

                +3

              Alerter
            • Patrick // 16.04.2019 à 19h30

              Corrélation ?
              Oui quand il fait chaud les océans rejettent du CO2.
              Mais si on regarde les changements de température depuis 200 ans il est difficile de dire que l’augmentation du CO2 est l’unique responsable des élévations de température

                +3

              Alerter
  • isidor ducasse // 14.04.2019 à 09h26

    Je pensais que les crises était un site sérieux !
    Tout ces chiffres lancés sans que l’on puisse réellement les démontrer; ce réchauffement climatique annoncé comme une apocalypse pour nous culpabiliser et nous faire accepter n’importe quoi, et déculpabiliser les vrais responsables.
    L’idée étant que ce système économique ultra-libéral dirigés par une poignée de milliardaires euro-atlantiste, qui eux en profitent au maximum financièrement, ne seraient pas responsables de l’épuisement des ressources, de la pauvreté, de la disparition du vivant, et de la pollution généralisèe de notre environnement.

      +10

    Alerter
    • Gerald B // 14.04.2019 à 14h01

      « Tout ces chiffres lancés sans que l’on puisse réellement les démontrer »
      C’est vrai que c’est la première fois qu’un media relaie une information sans mettre en annexe la ou les publications scientifiques correspondante…
      Le rapport du GIEC aux décideurs fait 5 pages. Les scientifiques du GIEC se sont pelés des milliers de publications scientifiques. Le rapport initial est de 5 à 6000 pages.
      A chaque info dans les medias, vous vous déplacez sur place pour vérifier l’exactitude de ce qui est relaté ???

        +5

      Alerter
  • Pierre Kiroul // 14.04.2019 à 09h31

    Comme rien n’est prouvé (et à priori difficilement contrôlable), il faut obligatoirement commencer l’article par “Des faits indéniables sur le changement climatique”. Comme la démonstration qui suit est “indéniable”, il est alors inutile de chercher à la vérifier, et c’est forcément la vérité. Qu’on se le dise !
    Le fait même de débuter la démonstration par cette affirmation péremptoire prouve que l’on a affaire à une présentation qui est tout sauf de la science.
    Par contre, je remarque au contraire que, ces derniers jours dans les réseaux sociaux, de nombreux scientifiques, et pas toujours les mêmes, se réveillent et interviennent pour dénoncer, cette fois avec des démonstrations crédibles et scientifiques, la plus grande arnaque du siècle ; “le réchauffement climatique” ou “un dérèglement climatique anthropique dû au CO2”.
    Cet article est-il un clin d’œil ou une provocation amusée de la part des Crises ?

      +24

    Alerter
    • Gerald B // 14.04.2019 à 12h26

      « Comme rien n’est prouvé » : Ça ne fait qu’une trentaine d’années que le GIEC étudie le problème.
      « (et à priori difficilement contrôlable) » : si l’on considère que les relevés de la page suivantes n’ont pas été trafiqués par la NASA, la NOAA et 5 autres organismes, les alarmes du GIEC ne sont pas du pipeau. Mais bon, on a peut-être affaire au + grand complot mondial de tous les temps ^^
      https://trustmyscience.com/cinq-dernieres-annees-plus-chaudes-pour-planete/
      3) Cinq relevés différents de données et conclusion identique
      …/… Les cinq instituts de recherche mentionnés précédemment analysent les températures des terres et des océans de la planète. Bien qu’ils utilisent différentes techniques pour traiter les données, les tendances qui en résultent ne diffèrent guère. Tous émettent à peu près la même alarme concernant le réchauffement.
      « Bien qu’il existe des variations mineures d’une année à l’autre, les cinq enregistrements de température indiquent des pics et des creux synchronisés les uns avec les autres » rapporte l’Observatoire de la Terre de la NASA. « Tous montrent un réchauffement rapide au cours des dernières décennies. et que la DERNIÈRE DÉCENNIE A ÉTÉ LA PLUS CHAUDE ».

        +7

      Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 14.04.2019 à 09h40

    qui va mourir ? les gens qui commencent a se rebeller , pourquoi donc intervenir ?the winter is coming

      +5

    Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 14.04.2019 à 09h41

    c’est le roi de la nuit qui va s’assoir sur le trône de fer

      +0

    Alerter
    • calal // 14.04.2019 à 16h58

      macron a mal choisi son jour pour faire ses annonces. Il a interet a glisser un clin d’oeil a GOT dans ces annonces lundi ou a decaler parce que beaucoup auront et avec raison d’autres sujets de conversation ce lundi. Sam tarly va t il sauver les vivants plutot que macron va t il sauver la france?

        +3

      Alerter
  • Patrique // 14.04.2019 à 10h01

    Quels sont les intérêts financiers des propriétaires de CNN dans l’industrie éolienne, solaire et autres joyeusetés ?
    Par ailleurs il y a une intox dans le titre. Ce n’est pas selon “les” chercheurs mais selon “des” chercheurs
    PS : il y a environ 250 000 morts par jour sur la planète.

      +13

    Alerter
    • Dominique Gagnot // 14.04.2019 à 10h57

      Si nous sommes 7 milliards, et que la durée de vie moyenne est de 70 ans, il y a 100 millions de morts/jour. (et autant de naissances).

        +5

      Alerter
      • Patrique // 14.04.2019 à 11h54

        Selon vos calculs il y a donc 36,5 milliards de morts par an. Rire.

          +9

        Alerter
        • Dominique Gagnot // 14.04.2019 à 14h10

          J’ai confondu jour et an. C’est ballot; :/

            +7

          Alerter
    • Gerald B // 14.04.2019 à 12h35

      « intérêts financiers des propriétaires de CNN dans l’industrie éolienne, solaire »
      Il est évident que EXXON, SHELL, TOTAL, BP sont des nains à côté de l’industrie éolienne, solaire ^^
      Quand vous aurez des preuves, revenez nous en parler ^^

        +7

      Alerter
  • RGT // 14.04.2019 à 10h22

    Ce sont les défenseurs de la limitation de la population qui doivent être contents, ils n’auront même plus à procéder à des guerres ou à des massacres de masse pour limiter le nombre de gueux inutiles (pour leurs projets) qui viennent leur voler leurs ressources naturelles.

    Vu l’influence de ces gugusses, ne comptez donc pas sur de grandes avancées dans la limitation des effets désastreux du réchauffement climatique.

    Quant aux ressources alimentaires, ils auront toujours les moyens financiers ou coercitifs d’en obtenir suffisamment pour continuer à être en bonne santé.

    Ayons une pensée émue pour les Rockfeller et leurs amis qui agissent activement pour “sauver la planète” de la surpopulation humaine.

      +5

    Alerter
  • Cheval // 14.04.2019 à 10h46

    Les politiques, les lobbies, le peuple, personne n aspire à un changement. Tout ce monde veut continuer son petit train de vie sans vouloir se priver. Un petit pourcentage fait des efforts, se prive de chauffage, de viandes pour lutter contre les élevages intensifs et la déforestation pour des cultures intensives pour le bétail, etc.
    Tout le monde en parle mais peu pratique….

      +5

    Alerter
  • Fred // 14.04.2019 à 10h50

    L’écologie “officielle” est une arnaque, dans une société ou, pour limiter les effets de la pollution, on demande aux véhicules légers qui consomment en moyenne entre 6 et 7 l/100 de baisser leur vitesse de 20 km/h et qui finalement ne se répercute que dans leur temps de trajet domicile/travail donc essentiellement entre 6h30 et 8h30 puis entre 16h00 et 18h00 alors que le nombre de poids lourds qui consomment entre 30 et 40 l/100 et qui eux circulent tout au long de la journée ne cesse d’augmenter. Ils remuent les bras pour faire croire qu’ils font quelque chose, on se fout de notre ganache.
    Si cette société était cohérente avec les mesures qu’elle prend sur les véhicules légers alors elle devrait imposer aux constructeurs un cahier des charges strict (vitesse maxi de 140 km/h et consommation de 5l/100 max.) et aussi elle tournerait un peu plus la tête du côté des transports de marchandises (camions et cargos) mais cela irait un peu contre le sacro-saint modèle de société de consommation et ne serait pas bon pour la vénérable croissance. Amen !
    Il faut avoir en tête que l’on a aussi délocaliser notre industrie et la pollution qui va avec. Moi qui crois avoir une vraie fibre écologique, je pense que l’on doit assumer la pollution que génère notre mode de vie, nous devrions produire chez nous les produits que nous consommons et qui génèrent le plus de pollution, il faut assumer.

      +16

    Alerter
    • fred // 14.04.2019 à 12h42

      Sans oublier que les médias présentent le tourisme comme quelque chose de formidable.
      Le tourisme, mais quelle plaie pour l’humanité, qui accentue la quantité de déchets, qui pollue par ses déplacements, qui transforme certains territoires en musée ou tout devient faux finalement et tout cela pour le plus grand plaisir de commerçants cupides et pour cette sacro-sainte croissance.

      Quel monde absurde, la raison et la sagesse ont encore du chemin a faire…

        +14

      Alerter
    • Pierre C // 15.04.2019 à 09h46

      Hôpital blabla qui “produit sa propre électricité éco-énergétique”. Ca ne veut rien dire. On peut être d’accord ou pas avec l’existence du réchauffement/changement climatique, on est obligé d’être d’accord sur la pollution de l’eau, de l’air, de la terre et la baisse de la biodiversité. Sachant cela, la cible des économies c’est le particulier… Qui doit se laver 5 minutes max sous la douche etc. En vrai tous ces gestes du quotidien sont très bien ! Mais c’est tellement du foutage de gueule quand on sait que les particuliers représentent 10-15% des consommations d’énergie/de rejet de polluants ! L’écologie en utilisant internet pour éviter le papier, en construisant éolienne et panneau solaire au lieu de simplement consommer moins…

        +4

      Alerter
  • Arcousan09 // 14.04.2019 à 11h05

    En fait il y a bien plus de décès liés aux pesticides de Bayer/Monsanto qu’au réchauffement climatique …
    Les pesticides sont des bombes à retardement car les micro-doses ingérées chaque jour sont stockées dans les lipides de l’organisme et en particulier dans les phospholipides cérébraux et les micro-doses un jour parleront mais ce sera trop tard et les bénéfices à court terme engrangés ce qui est le plus important
    En ce qui concerne le réchauffement j’émets beaucoup de doutes tant il me semble que derrière ce prétendu réchauffement il s’agisse plutôt d’une belle manoeuvre économique tout en ayant conscience personnellement que de continuer à faire tout et n’importe quoi est criminel envers l’humanité..
    Un pays comme le nôtre chantre de la “lutte” contre les pesticides et le CO2 voit ses émissions augmenter …. ça se passe de commentaires.
    Que les USA, les pires pollueurs de la planète, nous montrent l’exemple au lieu de donner des leçons autre chose que d’expédier leur pollution en Chine ou ailleurs

      +13

    Alerter
  • alain maronani // 14.04.2019 à 13h35

    Ah les complotistes se déchaînenet..la crise climatique est une arnaque, si elle existe c’est la faute des autres (la finance, les lobbys. etc..) mais bien sûr jamais de la leur. On continue à prendre l’avion, à changer de téléphone portable, on achète des écrans plats de 40 pouces, on mange des avocats et des fraises en hiver, la faute de la finance, du système médiatique, etc…

    250.000 morts de plus..la belle affaire. Actuellement il y a 5000 décès par jour provoqués par la malnutrition (principalement des enfants) et 2 à 3000 par jour pour des problèmes de diarhée, les enfants surtout, soit 2.5 millions par année. Ca fait les gros titres ? Non…

      +6

    Alerter
    • Genuflex // 14.04.2019 à 15h05

      En pratique, les avocats se récoltent l’hiver dans l’hémisphère nord.

        +5

      Alerter
      • alain maronani // 14.04.2019 à 15h44

        Et ils voyagent comment ? En avion…ou en bateau réfrigéré…bref de l’alimentation de proximité.

          +4

        Alerter
        • AtomeCrochu // 14.04.2019 à 21h01

          Touché 🙂
          L’indépendance alimentaire de chaque pays du monde devrait être une clause fondamentale de la charte des nations unies, point barre. Il n’y aurait que des points positifs à cela.

          Mais à partir de là, comment gérer les cas particuliers, comme l’Egypte ou le Nigéria, incapables de nourrir une population à la démographie galopante ?

            +3

          Alerter
          • Gerald B // 16.04.2019 à 09h18

            Et s’il était décidé que l’indépendance énergétique de chaque pays devait être une clause fondamentale ?
            On fait peut-être moins le fier là ^^

              +3

            Alerter
            • AtomeCrochu // 16.04.2019 à 10h28

              Bigre, c’est bien vrai ça.

              En terme d’énergie secondaire, pas de problème, on dépend finalement très peu du pétrole et du charbon pour faire de l’électricité. https://www.electricitymap.org/?page=map&solar=false&remote=true&wind=false

              En terme de primaire par contre, seul le recyclage des déchets et les neutrons rapides nous assurent (ou assureraient) notre indépendance. Pour le reste, c’est cramé. avoir fait de la bagnole et de la logistique tendue l’épicentre du commerce et du salariat est d’une nullité stratégique sans nom qui frôle le crime.

              C’est franchement pas compliqué d’encadrer les loyers, de décentraliser le boulot et d’aider à la production locale.

              Attendez que mon réacteur fonctionne, vous allez vouaaaar.

                +4

              Alerter
  • AtomeCrochu // 14.04.2019 à 15h55

    Attendez attendez, on en est où ?
    Parce que depuis le trou dans la couche d’ozone, j’ai un peu perdu le fil…

    Non parce que les océans se réchauffent, l’atmosphère aussi. Admettons.
    C’est ma faute alors je casque (sur l’énergie qu’on me force à utiliser pour aller bosser à cuje). Admettons.

    Bon, alors la banquise s’étend sévère conjointement en antarctique et en arctique (dernièrement: https://www.nature.com/articles/s41561-019-0329-3). L’un serait du à la baisse de salinité des eaux, l’autre, on sait pas mais on s’en fout. O…OK.

    Maintenant, sur la planète Mars (sérieux…), on observe la fonte des glacier au nord et l’agrandissement au sud.https://www.nasa.gov/vision/universe/watchtheskies/8aug_mars_melting.html (ancien) ou encore, https://www.nasa.gov/feature/goddard/nasa-study-mass-gains-of-antarctic-ice-sheet-greater-than-losses (récent). Gné ?

    Ensuite c’est Vénus qui ralentit et Jupiter qui gagne des turbulences…Attends là, y’aurait une dynamique tellurique indépendante de la vie ? Mais c’est ouf !

    Mais noooon, la cosmo-climatologie du CERN, c’est un truc de conspi, fachinfo et limonde me l’ont dit.
    https://home.cern/news/news/experiments/cloud-experiment-sharpens-climate-predictions

    Aïe, j’ai perdu combien de points de civisme en doutant du dogme éconlogiste ?

      +16

    Alerter
  • Louis Robert // 14.04.2019 à 16h56

    1. Nous faisons face à une extrême urgence mondiale, planétaire.

    2. À ce jour inopérantes, les véritables solutions ne pouvaient être que mondiales, planétaires, et le demeurent.

    3. Nous nous précipitons allègrement, yeux hermétiquement fermés, vers un monde littéralement inhabitable.

    4. Les données les plus récentes attestent de notre folie collective.

    5. Une fois de plus je recommande ce livre qui vient de paraître. À ce stade-ci, il invite à réfléchir et à agir, mais sans se bercer d’illusions.

    « The Uninhabitable Earth: Life After Warming » — February 19, 2019
    by David Wallace-Wells .

    https://www.amazon.com/Uninhabitable-Earth-Life-After-Warming/dp/0525576703

    PS. Si cette prise de position et la référence vous déplaît, vous pouvez bien sûr censurer le tout à votre guise.

      +4

    Alerter
    • Chalpitek // 15.04.2019 à 13h55

      Il n’y a aucune urgence, c’est une fake news. Tout est faux dans cette histoire. Par exemple les événements climatiques extrêmes, qui sont EN BAISSE en non en hausse comme on dit à la TV. Cf relevés depuis 1635 dans les Antilles françaises.

        +3

      Alerter
  • charles // 14.04.2019 à 22h37

    sujet connexe, Gaël Giraud – L’effet “reine rouge”

    https://www.youtube.com/watch?v=n3LyVbGUFu4

    Conférence de Gaël Giraud, Chef économiste de l’Agence Française de Développement (AFD).

    Titre : L’effet “reine rouge” : l’économie face aux contraintes physiques et énergétiques d’un monde aux dimensions finies. Résumé : Il s’agira d’exposer quelques uns des enjeux d’une réinscription de l’économie dans le cadre général posé par les contraintes matérielles et thermodynamiques, macro-économiques et historiques. Gaël Giraud discutera l’intérêt de ces enjeux pour le développement durable et la contribution de la France à l’Aide publique au développement.

    Conférence donnée le 8 novembre 2018 à Grenoble dans le cadre du cycle “Grands séminaires ISTerre”. Conférence organisée par l’Institut des Sciences de la Terre de Grenoble (ISTerre). Montage et diffusion en collaboration avec l’équipe STEEP et le cycle de conférences “Comprendre et Agir”.

    PS: il est ou mon autre commentaire svp ?

      +5

    Alerter
  • martin // 18.04.2019 à 11h18

    Tout ceci est bel et bon, mais j’aimerais tout de même que quelqu’un m’explique, une bonne fois pour toutes, pourquoi les mesures satellitaires opérées depuis 1979 sur la haute troposphère, ne montrent décidément aucun accroissement de température (ex. source UAH).
    Je n’ai pas de religion sur la question, mais je ne peux pas m’empêcher de trouver ces données peu compatibles avec les modèles du GIEC. Il y a peut-être quelque chose qui m’échappe, cependant je n’ai trouvé aucune réponse sérieuse à ma question. Si quelq’un sait…

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications