Les Crises Les Crises
15.septembre.201815.9.2018 // Les Crises

Les modèles climatiques actuels pourraient sous- estimer les changements à long terme. Par Johan Lorck

Merci 115
J'envoie

Source : Global-Climat, Johan Lorck, 29-07-2018

Une analyse des périodes chaudes passées questionne la capacité des modèles à simuler le fonctionnement du climat sur le long terme.

A l’échelle du centenaire au millénaire, les différences entre les observations paléoclimatiques et les résultats des modèles continue d’intriguer. La comparaison est difficile car dans le passé, divers facteurs, notamment les gaz à effet de serre et les paramètres astronomiques, ont eu un poids variable. Les chercheurs ont jusqu’à présent pu constater que les données paléo suggèraient une hausse des températures et une élévation du niveau de la mer plus importantes que les modèles. On parle ici de Sensibilité Climatique du Système Terre, une évaluation qui prend en compte les rétroactions lentes, à l’échelle du millénaire. Comme celles liées au cycle du carbone ou à l’albédo modifié par les calottes glaciaires.

Une équipe internationale de scientifiques originaires de 17 pays a publié dans la revue Nature Geoscience une nouvelle analyse qui passe en revue les périodes chaudes passées comparables à la situation actuelle. Il en ressort qu’un réchauffement global, même limité à 2°C au-dessus du niveau préindustriel, a pu entrainer dans le passé un déplacement rapide des zones climatiques et des écosystèmes. Les donnés paléo montrent que les calottes polaires pourraient se réduire significativement pour des périodes de plusieurs milliers d’années. Un réchauffement rapide des pôles relâcherait un surplus de gaz à effet de serre, et le niveau de la mer monterait alors de plusieurs mètres au cours des prochains millénaires. Ces observations montrent que les modèles climatiques risquent de sous-estimer les changements à long terme. En raison de l’absence de certains processus de rétroaction, les données paléo indiquent une sensibilité climatique de long terme deux fois plus importante.

Alors que les projections des modèles climatiques semblent fiables pour des changements d’amplitude modérés au cours des prochaines décennies, les données paléo s’en distinguent surtout pour les projections de réponse à long terme.

Plusieurs périodes de temps ont été identifiées au cours des 3,5 derniers millions d’années comme ayant été de 0,5 à 2°C plus chaudes que l’époque préindustrielle. Ce qui nous intéresse directement au regard de la situation présente. Les archives révèlent des réchauffements plus marqués aux hautes latitudes que dans les régions tropicales, avec un effet d’amplification plus important que dans les simulations issues des modèles.

L’étude confirme que la migration des écosystèmes et des zones climatiques s’effectuera en général vers les pôles, ou vers des zones de plus haute altitude. Le dégel du permafrost pourrait en outre relâcher du gaz carbonique et du méthane additionnels, ce qui causerait un réchauffement supplémentaire. Les observations des époques chaudes passées suggèrent qu’avec seulement 2°C de plus, le CO2 additionnel issu du permafrost et des sols ne peut être négligé.

Un réchauffement même limité de 1,5 à 2°C au-dessus du niveau préindustriel sera suffisant pour causer une fonte substantielle du Groenland et de l’Antarctique à long terme, et engendrer une hausse du niveau de la mer de plus de 6 mètres qui persistera des milliers d’années. Des vitesses de montée du niveau de la mer supérieures à celles de ces dernières décennies sont donc probables.

Rappelons qu’en fonction des scénarios d’émissions de gaz à effet de serre, les projections de température globale pour la fin du siècle vont de 1,6°C (entre 0,9 et 2,4°C) avec le scénario RCP 2.6 à 4,3°C (de 3,2 à 5,5°C) pour le scénario RCP 8.5. Les modèles prévoient un réchauffement plus important sous les hautes latitudes, la température de l’Arctique étant amplifiée d’un facteur deux à trois. Ce qui signifie un réchauffement de 3°C (RCP 2.6) à 12°C (RCP 8.5) dans cette région.

D’après ce qui a eu lieu dans le passé, on peut penser que même si les émissions sont réduites, le réchauffement continuera au-delà de 2100 et pendant des siècles, voire à l’échelle millénaire. Ceci en raison de rétroactions à long terme liées à la perte de glace et au cycle du carbone.

Les modèles sont calibrés sur les récentes observations, simplifiant certains processus (comme les nuages et les aérosols) ou négligent des processus qui sont importants sur le long terme (comme la dynamique des calottes de glace et le cycle du carbone).

Des exemples de périodes chaudes avec des géographies similaires à celle d’aujourd’hui peuvent être trouvées pendant l’Optimum thermique Holocène (11 000-5000 ans avant aujourd’hui) et le dernier Interglaciaire (LIG, 129 000-116 000 ans avant aujourd’hui). Le LIG peut aussi être comparé à l’interglaciaire Marine Isotope Stage (MIS) 11.3 (il y a 410 000 à 400 000 ans) pour lequel des reconstructions climatiques existent aussi.

Ces périodes de réchauffement ont été marquées par des paramètres orbitaux différents, et donc des distributions spatiales et saisonnières différentes d’insolation. Les concentrations de gaz à effet de serre étaient proches des niveaux préindustriels et leur température dans la fourchette de ce qui est prévu dans un avenir proche.

Pour examiner les climats passés avec des concentrations de gaz à effet de serre supérieures à 450 ppm (comme prévu pour RCP2.6), nous devons regarder plus loin dans le temps, vers la période chaude du Pliocène moyen (MPWP), il y a 3.3-3.0 millions d’années. Le CO2 atmosphérique se situait alors entre 300 et 450 ppm. Des intervalles encore plus anciens, tels que l’optimum climatique précoce de l’Eocène (EECO, ~ 53-51 Ma), offrent l’opportunité d’étudier des scénarios extrêmement riches en CO2 (900-1,900 ppm) comparables au scénario RCP8,5 (> 1200 ppm). Cependant, ces deux périodes avaient des configurations continentales significativement différentes d’aujourd’hui, ce qui rend la comparaison avec l’époque actuelle plus délicate.

Le réchauffement de surface de l’Optimum thermique Holocène ( HTM) par rapport aux conditions préindustrielles fut en moyenne inférieur à 1°C et s’exprime principalement dans les proxies de l’hémisphère nord qui sont sensibles à la saison chaude. Notons que c’est la période dont la reconstruction est la plus détaillée car basée sur la disponibilité des données et des approches plus précises de la chronologie.

Le HTM s’est produit alors que la couverture de glace et le niveau de la mer n’avaient pas atteint l’équilibre postglaciaire et que les calottes glaciaires continentales en Amérique du Nord et en Scandinavie continuaient à reculer. Il est probable que le réchauffement du HTM soit régional, plutôt que global. Les données de carottes de glace montrent que le forçage radiatif dû aux gaz à effet de serre pendant le HTM fut légèrement inférieur aux valeurs préindustrielles. Comparativement aux conditions préindustrielles, la configuration orbitale du HTM a grandement augmenté l’ensoleillement estival dans les hautes latitudes septentrionales et réduit l’ensoleillement hivernal sous le cercle polaire arctique. En moyenne annuelle, l’insolation du HTM fut plus élevée aux latitudes élevées, mais légèrement inférieure dans les tropiques. La température du globe et des hautes latitudes auraient été plus élevées (au moins pendant l’été) qu’aujourd’hui, tandis que les climats des basses latitudes étaient légèrement plus froids, ce qui correspond au forçage orbital.

La température moyenne à la surface de la mer (SST) du LIG (vers – 125 ka) a probablement été au moins 0,5°C plus élevée que celle de la période préindustrielle . En utilisant une échelle de SST à la température de surface globale de 1,6, cela implique que la température de surface globale était probablement d’environ 0,8 C plus chaude que la température préindustrielle et suivait un fort maximum induit orbitalement dans l’hémisphère nord. Avec une insolation à 65° de latitude nord encore plus importante que pendant l’Holocène. Il y a eu au LIG une augmentation des concentrations de CO2 dans l’atmosphère jusqu’à des niveaux légèrement supérieurs à ceux de l’époque préindustrielle. Comme dans le HTM, il existe d’importantes différences spatiales et temporelles dans l’expression du réchauffement. Les régions extratropicales ont connu un réchauffement plus prononcé, les régions tropicales un faible réchauffement ou même un léger refroidissement.

Les reconstructions de température montrent un signal d’amplification polaire prononcé dans l’Arctique pendant le LIG, des températures supérieures de 1-4 °C pour les océans des hautes latitudes nord et des températures à la surface des terres supérieures de 3-12°C par rapport à la période préindustrielle. Comme pour le HTM, le réchauffement du LIG causé par une insolation plus élevée en été semble être plus représentatif du réchauffement régional des hautes latitudes.

Le Pliocène moyen (MPWP), il y a 3.3-3.0 millions d’années, a été soumis à un taux de CO2 élevé (jusqu’à 450 ppm) par rapport au HTM et au LIG. La concentration de CO2 à cette époque était la plus semblable au scénario RCP2.6, et de trois à quatre fois inférieur aux concentrations prévues d’ici à l’an 2100 pour le scénario RCP8.5. Les modèles climatiques simulent une augmentation des températures tropicales de 1,0-3,1 ° C pour le RCP2,6 avec un forçage du CO2 de 405 ppm, généralement en accord avec les reconstructions de proxy MPWP aux basses latitudes. Une forte amplification polaire est observée pour le MPWP. Par exemple, les proxies provenant de l’Atlantique nord et du nord-est de la Russie indiquent une augmentation de la température de l’air de surface de 8°C pendant le MPWP. Ces changements régionaux de température sont similaires au réchauffement projeté à 2100 pour le scénario RCP8.5, en dépit de l’augmentation beaucoup plus faible du CO2 pendant le MPWP, et suggèrent que les modèles actuels pourraient sous-estimer la réponse de l’Arctique aux concentrations de CO2 accrues.

Anomalies des températures de surface de la mer au Pliocène.

Bien que les glaciers alpins, certaines parties de l’inlandsis groenlandais et certains secteurs de l’Antarctique aient eu moins de glace au cours du maximum Holocène qu’aujourd’hui, le niveau de la mer était encore de 26 m à 9 m inférieur au niveau actuel ce qui implique la présence de restes des calottes glaciaires continentales. La glace du Groenland s’est rétractée au minimum entre 5 et 3 ka, peut-être une réponse lente au réchauffement du HTM.

Les reconstructions globales du niveau de la mer de 6 à 9 m plus élevées qu’aujourd’hui durant le LIG nécessitent un recul substantiel d’au moins une des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique, mais probablement une réduction significative des deux par rapport à leur volume actuel. Alors que les dernières simulations de calottes glaciaires et de modèles climatiques permettent un recul substantiel de l’inlandsis antarctique occidental et potentiellement de certaines parties de l’Antarctique oriental, les données d’observation directes manquent encore. La calotte groenlandaise a également été réduite de manière significative pendant le réchauffement du LIG et celui du MIS11.3 avec pour ce dernier une calotte glaciaire résiduelle dans la partie nord du Groenland. La datation de l’exposition cosmogénique des matériaux sous-glaciaires sous Summit, au Groenland, suggère la perte d’une partie de calotte groenlandaise durant certains intervalles chauds du Pléistocène.

Des calottes glaciaires existaient au Groenland et en Antarctique pendant le MPWP, mais leur configuration est incertaine. Une élévation du niveau de la mer reconstituée de 6 m ou plus implique une quantité de glace globale nettement inférieure à celle présente pendant le MPWP. Les résultats des modèles suggèrent une calotte groenlandaise significativement réduite, alors que les données géologiques montrent des signes de déglaciation dans l’ouest de l’Antarctique et potentiellement aussi sur le bassin sous-glaciaire de Wilkes dans l’Antarctique de l’Est.

Le forçage radiatif au cours des 800 000 dernières années par les gaz à effet de serre (CO2, CH4 et N2O) fut souvent plus faible et rarement plus élevé que les valeurs préindustrielles. Les taux d’augmentation des gaz à effet de serre beaucoup plus lents. Sur la période 1987-2016, les concentrations annuelles mondiales de gaz à effet de serre ont augmenté en moyenne de 19 ppm par décennie pour le CO2 (avec des taux de croissance généralement croissants sur cet intervalle de 30 ans), de 57 ppb par décennie pour le CH4 et de 8 ppb par décennie pour le N2O. Lors de la dernière déglaciation, les données de carottes de glace à haute résolution (WAIS Divide et Taylor Glacier, Antarctica) révèlent des hausses 10 fois plus lentes (~ 2 ppm par décennie pour le CO2, ~ 20 ppb par décennie pour le CH4 et ~ 1 ppb par décennie pour le N2O).

Les analyses de la variabilité du CO2 et de la température de l’hémisphère Nord au cours du dernier millénaire suggèrent une libération nette de CO2 due au réchauffement de la biosphère terrestre (2-20 ppm par °C) sur des échelles décennales à centennales. Pendant les périodes de réchauffement à court terme en période préindustrielle (lorsque le CO2 était plutôt constant), la libération nette de carbone terrestre due à la respiration accrue du sol et de la biomasse semble compenser la croissance des plantes associée aux effets de fertilisation par des températures plus élevées. Une réponse à court terme similaire peut être attendue pour le réchauffement régional futur.

Le taux d’accumulation de la tourbe est positivement corrélé avec la température d’été, mais il s’agit d’un processus relativement lent. Les réservoirs de tourbe ont progressivement augmenté au cours de l’Holocène, entraînant une séquestration à long terme du carbone.

Les tourbières se développeront probablement dans un monde plus chaud de 2°C sur des échelles de temps centennales à millénaires, bien que la taille de ce puits soit difficile à estimer. Si le réchauffement est rapide (décennal à centenaire), le carbone peut être libéré par la respiration plus rapidement qu’il ne peut s’accumuler par la croissance de la tourbe. Si le réchauffement est plus lent (du centenaire au millénaire), la croissance de la tourbe peut dépasser les pertes respiratoires, produisant un puits de carbone net.

Un dégel généralisé du pergélisol et une augmentation de la fréquence et / ou de la gravité des feux pourraient contrecarrer les effets de puits de carbone de la croissance de la tourbe à long terme. Aujourd’hui, environ 1.330-1.580 gigatonnes de carbone (GtC) sont stockées dans des sols gelés pérennes, dont ~ 1.000 GtC (plus que l’inventaire de carbone atmosphérique moderne) sont situés dans les 0-3 m supérieurs du sol. Ce carbone gelé est susceptible de dégeler la couche supérieure de pergélisol lors du réchauffement futur et les risques de libération de carbone peuvent être évalués dans les relevés de carottes de glace.

Bien que les données détaillées soient limitées, la variation observée du CO2 et du CH4 dans les carottes de glace suggère que le risque de libération prolongée de carbone du pergélisol est faible si le réchauffement peut être limité. Les rejets additionnels de CO2 et de CH4 au début des interglaciaires (s’ils étaient liés au réchauffement du pergélisol) n’ont pas été suffisants pour déclencher un emballement ou « runaway greenhouse warming ».

Si le réchauffement futur est beaucoup plus élevé que celui observé pour les interglaciaires passés, le dégagement de carbone du permafrost demeure en revanche une préoccupation sérieuse qui ne peut être évaluée sur la base des données paléo présentées dans l’étude.

Le risque de rejets massifs massifs de CH4 ou de CO2 qui pourraient entraîner un effet de serre incontrôlé dans des scénarios de réchauffement modérés de RCP2.6 semble limité. Cependant, la quantité de carbone libérée par le pergélisol sous forme de CO2 peut atteindre jusqu’à 100 GtC . On ne peut pas exclure la libération nette de carbone terrestre si le réchauffement futur est significativement plus rapide ou plus important que celui observé au cours des interglaciaires passés, concluent les auteurs de l’étude.

Les augmentations passées de CO2 étaient principalement dues aux changements dans les pompes physiques et biologiques de l’océan et aux interactions entre les océans et les sédiments, ainsi qu’au cycle d’altération des roches. La reconstitution des réservoirs de carbone océanique au cours des épisodes chauds passés reste un défi, et le risque de réduction significative de l’absorption du CO2 par l’océan ou de perturbation de la circulation méridienne Atlantique (AMOC) à l’avenir avec des rétroactions sur le cycle du carbone n’est pas bien défini.

Les modélisations de la calotte groenlandaise suggèrent une déglaciation au-dessus d’un certain seuil de température, mais le seuil dépend du modèle. Les relevés marins des rejets de sédiments au sud du Groenland suggèrent que la calotte était sensiblement plus petite qu’actuellement pendant trois des cinq derniers interglaciaires avec une déglaciation presque complète du sud du Groenland durant MIS11.3. Ceci suggère que le seuil de déglaciation du sud serait déjà dépassé avec une amplification de température polaire associée à un réchauffement global persistant de 2°C.

Les concentrations de radionucléides cosmogéniques dans le substrat rocheux à la base de Summit, au Groenland, ont été interprétées comme suggérant plusieurs périodes d’exposition de la calotte occidentale au cours du dernier million d’années. En revanche, l’âge de la glace basale au sommet du Groenland suggère un dôme de glace persistant du nord du Groenland au moins depuis un million d’années. Le dôme de glace du Groenland sud existait pendant le LIG mais a fondu quelque temps avant 400 ka. Les enregistrements marins suggèrent la persistancede glace dans l’est du Groenland pendant au moins les trois derniers millions d’années, ce qui impliquerait des seuils de température différents pour la déglaciation des différentes parties du Groenland.

Des données observationnelles suggèrent des épisodes de recul important des secteurs marins de l’Antarctique de l’ouest. On sait maintenant que les secteurs marins de la calotte glaciaire de l’Antarctique de l’Est présentent aussi des risques d’effondrement. Le principal indicateur d’une contribution substantielle de l’Antarctique à l’élévation globale du niveau de la mer dans les interglaciaires antérieurs reste les archives du niveau de la mer. La survie de certaines parties du Groenland lors du LIG nécessite un recul significatif d’au moins une partie de l’Antarctique. Les reconstructions des hauts niveaux de la mer du Pliocène nécessitent une contribution substantielle de l’Antarctique de l’ouest et de l’est, mais sont soumises à des incertitudes majeures.

La hausse du niveau de la mer s’est accélérée au cours du siècle dernier de 1,2 mm par an entre 1901 et 1990 à 3,0 mm au cours des deux dernières décennies. Les changements du niveau de la mer lors du LIG étaient probablement compris entre 3 et 7 mm par an (moyenne de 1 000 ans), avec une probabilité de 5% pour un taux supérieur à 11 mm par an. Par exemple, les récifs coralliens fossiles exposés de l’ouest de l’Australie suggèrent qu’après une période de stabilité du niveau de la mer (127 à 120 ka), le niveau de la mer a rapidement augmenté de 2,5 à près de 8,5 mètres, c’est-à-dire 6 mm par an. Les preuves indirectes de l’élévation du niveau de la mer à partir des mesures isotopiques de la mer Rouge lors du LIG permettent d’obtenir des taux de croissance allant jusqu’à 16 mm par an.

En conclusion, les données paléo montrent qu’un réchauffement de 1,5 à 2°C est suffisant pour déclencher une fonte substantielle à long terme de la glace au Groenland et en Antarctique et provoquer une élévation du niveau de la mer pouvant durer des millénaires.

Malgré les incertitudes significatives dans le climat et les reconstructions de CO2 pour la plupart des intervalles chauds passés, cette sous-estimation est probablement due au fait que les modèles manquent ou simplifient potentiellement des processus clés.

Source : Global-Climat, Johan Lorck, 29-07-2018

Commentaire recommandé

Wakizashi // 15.09.2018 à 10h33

Bonjour,

Juste une petite question : “dérèglement” climatique, ça veut dire quoi ? Par rapport à quel climat de référence considère-t-on que le climat se dérègle ? Par rapport au climat du XXe siècle, au climat du petit âge glaciaire, au climat de l’optimum médiéval, au climat du néolithique, au climat du paléolithique, au climat de l’interglaciaire de Waal, au climat de la glaciation de Riss……..?

60 réactions et commentaires

  • caliban // 15.09.2018 à 08h55

    “cette sous-estimation est probablement due au fait que les modèles manquent ou simplifient potentiellement des processus clés.”

    C’est certainement vrai puisque l’auteur le dit. Il y a aussi cette tendance des scientifiques à minorer de façon quasi instinctive les effets probables du dérèglement climatique : https://youtu.be/XO4q9oVrWWw?t=10m40s

      +9

    Alerter
    • Wakizashi // 15.09.2018 à 10h33

      Bonjour,

      Juste une petite question : “dérèglement” climatique, ça veut dire quoi ? Par rapport à quel climat de référence considère-t-on que le climat se dérègle ? Par rapport au climat du XXe siècle, au climat du petit âge glaciaire, au climat de l’optimum médiéval, au climat du néolithique, au climat du paléolithique, au climat de l’interglaciaire de Waal, au climat de la glaciation de Riss……..?

        +29

      Alerter
      • caliban // 15.09.2018 à 13h55

        @Wakizashi

        C’est de moquer du monde que de s’interroger sur la signification du dérèglement climatique. Ou alors être vraiment ignorant 🙁

        Un peu de lecture : http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/Documents_de_travail/2017/document-de-travail-34-intedd-octobre2017.pdf

        Page 30, relevés de température par Météo France :
        “L’évolution des températures moyennes annuelles en France métropolitaine montre un réchauffement depuis 1900. Ce réchauffement a connu un rythme variable, avec une augmentation particulièrement marquée depuis les années 1980. Sur la période 1959-2009, la tendance observée est d’environ + 0,3 °C par décennie. Les trois années les plus chaudes, respectivement 2014, 2011 et 2015 ont été observées au XXIe siècle”

          +12

        Alerter
        • Wakizashi // 15.09.2018 à 15h26

          Vous ne répondez pas à la question. Le climat a toujours varié dans l’histoire de la Terre. En quoi peut-on dire qu’un énième réchauffement (ou un refroidissement) est un dérèglement ? Un dérèglement par rapport à quoi ? Au crétacé, la température moyenne était de plus de 10° plus élevée qu’aujourd’hui. A l’échelle géologique, nous sommes en période froide (comme le permo-carbonifère).

            +17

          Alerter
          • Quentin // 15.09.2018 à 16h59

            Par rapport à l’évolution normale du climat, c’est-à-dire en l’absence d’activité humaine d’émission de gaz à effet de serre, non ?

              +7

            Alerter
            • NoComment // 15.09.2018 à 17h28

              Cet article ainsi que les différents rapports du GIEC se réfèrent à la période dite pré-industrielle.
              En gros, il s’agit du 19ième siècle.

                +5

              Alerter
            • Wakizashi // 15.09.2018 à 17h55

              Est-ce que vous connaissez quelle aurait été l’évolution du climat sans les émission de GES ? Moi pas…

              Parler de “dérèglement” à propos du climat est une façon de suggérer que le climat que nous connaissons depuis la dernière variation significative (après le petit âge glaciaire) serait le seul “bon” climat, et que tous les autres seraient déconnants. Au mieux c’est profondément anthropocentrique, au pire c’est purement idéologique (mais ça arrange bien certains intérêts économiques)…

              Il y a des problèmes écologiques graves dont l’homme est 100% responsable, mais on en parle bien peu. A la place on enfume les gens avec un problème hautement hypothétique.

                +29

              Alerter
            • caliban // 15.09.2018 à 18h55

              “Est-ce que vous connaissez quelle aurait été l’évolution du climat sans les émission de GES ? Moi pas…”

              Et bien, c’est le moment de vous instruire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Anthropoc%C3%A8ne

              concentration de CO2 atmosphérique (ppm en volume)
              • valeur actuelle : 387
              • valeur pré-industrielle : 280

                +11

              Alerter
          • FF // 15.09.2018 à 21h11

            Pour répondre brièvement :
            Le dérèglement se mesure par rapport aux cycles naturelles du climat.
            Ce dérèglement n’est donc pas un niveau de température, mais une composante continue qui s’ajoute aux cycles naturels.
            Prenez un cycle [-10, -5, 0, 5, 10, 5, 0, -5]
            Vous le déréglez de +2° ça vous donne
            [-8, -3, 2, 7, 12, 7, 2, -3].

            Donc pour vous répondre, il n’y a pas une période de référence. La référence c’est le cycle naturel.
            Les modèles prenent la variabilité climatique naturelle en compte. Il cherche à détecter un écart à cette variabilité.

            Cet exeple est bien entendu purement illustratif.

              +5

            Alerter
            • Wakizashi // 16.09.2018 à 11h09

              “La référence c’est le cycle naturel.”

              Quel cycle naturel, exemple svp ? Les cycles de Milankovitch ?

              “Prenez un cycle [-10, -5, 0, 5, 10, 5, 0, -5]
              Vous le déréglez de +2° ça vous donne
              [-8, -3, 2, 7, 12, 7, 2, -3]”

              Et alors, ça fait quoi ?

              “Cet exeple est bien entendu purement illustratif.”

              Il est surtout complètement lunaire, je ne pense pas que quiconque ait compris comment retranscrire votre exemple dans la réalité.
              (Les équilibres naturels au sein de la biosphère terrestre se font et se défont en permanence soit dit en passant…)

                +4

              Alerter
          • jcdelespaux // 16.09.2018 à 09h44

            Différence substantielle du changement climatique contemporain: on compte actuellement en décennies, tandis que les changements précédents s’entendaient sur des périodes beaucoup plus longues, laissant du temps au monde vivant de s’adapter. Même les forêts migraient. Quoique, les dinos… Là, on n’a simplement pas le temps.

              +4

            Alerter
      • Subotai // 15.09.2018 à 19h32

        Ça veux dire que les règles établies pour la vie en société ne sont plus valides du fait que la stabilité des climats sur laquelle elles avaient été établies n’est plus “garantie”.
        Par exemple, la taille des gouttières, descentes de pluie et caniveaux; la pente des toits en fonction des intempéries. attendues.
        Les phénomènes atmosphériques bien que parfaitement connus dans la mécanique de leur formation sont “imprévus” dans leur taille, leur durée et leur localisation. Le processus est dynamique et s’il répond parfaitement aux principes de la physique, la mécanique des fluides mise en cause, à l’échelle de la planète, bouleverse, dérègle l’organisation de TOUT CE QUI VIT SUR TERRE, ceux qui peuvent bouger, bougeant et ceux qui ne peuvent pas bouger, mourant.
        C’est valable pour le plantes, les humains et les bêtes.

          +6

        Alerter
    • DocteurGrodois // 15.09.2018 à 12h18

      Au contraire, j’apprécie beaucoup que l’auteur reste parfaitement objectif et sans prescription dans son analyse. Il cherche à prouver une théorie, pas à confirmer un biais cognitif.

      C’est la grande différence entre un scientifique du climat qui commente une analyse dans son propre domaine, et Aurélien Barrau dont vous citez la vidéo Thinkerview.

      Car tout astrophysicien qu’il soit (et dont vous aurez peut-etre remarqué la Rolex GMT-Master II à 30000 euros), ses vues sur le climat son du domaine de l’opinion, et ses opinions se résument à accuser ces salauds de pauvres de nous mener vers une catastrophe inéluctable, parce qu’ils ils font leurs courses chez Carrouf, roulent à plus de 80km/h, et en plus ils se reproduisent comme des lapins.

        +18

      Alerter
      • caliban // 15.09.2018 à 14h03

        L’objectivité ne vous étouffe pas vous-même 🙂

        Aurélien Barrau :
        • affirme clairement qu’il sort de son domaine de compétence scientifique en signant une pétition (motif de l’invitation par Thinkerview, https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/rechauffement-climatique-200-personnalites-appellent-sauver-planete-urgence-72377/), il agit en tant qu’humain
        • et répète à plusieurs reprises qu’il n’accuse pas les individus mais appelle à une prise de conscience collective, préalable indispensable à la fixation de règles écologiques contraignantes
        • en outre il ne prétend pas à l’exemplarité mais être dans une recherche de cohérence personnelle (https://youtu.be/XO4q9oVrWWw?t=31m17s)

        Votre interprétation des propos de M. Barrau est inquiétante, du moins si vous avez réellement pris le temps de l’écouter et fait l’effort de mettre votre “biais cognitif” en sourdine 🙂

          +9

        Alerter
        • Wakizashi // 15.09.2018 à 14h18

          “préalable indispensable à la fixation de règles écologiques contraignantes”

          J’ai quelques propositions de règles écologiques contraignantes :
          – Interdiction de la fabrication et de l’utilisation des pesticides et insecticides
          – Interdiction de la fabrication et de l’utilisation des OGM dans l’agriculture et l’élevage
          – Interdiction de l’agriculture industrielle et intensive
          – Interdiction de l’élevage industriel et intensif
          – Interdiction des monocultures
          – Interdiction du brevetage des semences
          – Interdiction de l’exploitation des forêts primaires
          – Interdiction de la chasse loisir

          Ce ne sont là que quelques exemples, mais quel rapport avec le réchauffement me direz-vous ? Aucun, et c’est bien là le problème…

            +19

          Alerter
          • Patrick // 15.09.2018 à 17h03

            Tous vos points sont intéressants mais ils semblent incompatibles avec 7 à 9 milliards d’humains. La population peut se développer grâce à l’utilisation intensive du pétrole qui permet tout le reste.
            Donc , question : comment fait-on pour revenir rapidement à une population compatible avec l’abandon du pétrole et de tous les modes de culture/élevage intensifs ? on fait une grande campagne d’euthanasie ?

              +4

            Alerter
            • Wakizashi // 15.09.2018 à 17h22

              D’une part, la permaculture (la pratique qui consiste mélanger les cultures) est bien plus rentable que la monoculture : on produit presque 2 fois plus au m2.

              D’autre part elle est beaucoup moins chère à la production, puisqu’elle utilise des systèmes de prédation naturels (les plantes se protègent les unes les autres en fonction des espèces) et des engrais naturels genre purin d’ortie (on économise les frais d’insecticides et d’engrais chimiques).

              Et enfin, l’argument le plus évident : l’agriculture intensive stérilise les sols, pollue les nappes phréatiques, les rivières, les lacs etc., et elle consomme beaucoup trop d’eau. Regardez à proximité des grandes fermes américaines ou australiennes, notamment les fermes d’élevage intensif, c’est une catastrophe, il n’y a plus une goutte d’eau potable à des km à la ronde. Les 9 milliards d’individus à nourrir dont vous parlez n’auront tout simplement plus rien à manger si l’on continue à empoisonner biomasse contenue dans les sols (et je ne parle même pas de boire de l’eau).

                +15

              Alerter
            • Patrick // 15.09.2018 à 18h54

              La permaculture ? je connais, je pratique.
              C’est très bien pour atteindre une certaine autonomie alimentaire au niveau familiale ( projet actuel ), c’est pas mal pour du maraîchage à petite échelle.
              Et c’est très bien pour l’environnement,la biodiversité …

              Mais !!! ben oui , y’a un mais , et même plusieurs.
              Ce n’est pas ( ou peu ) mécanisable , donc ça veut dire que pour être développé à grande échelle il va falloir beaucoup de bras , de préférence mal payés sinon les prix vont grimper rapidement.
              Ce ne sera pas possible d’ alimenter une forte population urbaine ( imaginez le nombre de camions de bouffe livrés chaque jour en région parisienne ) , il faudra qu’une grosse partie de la population retourne travailler dans les champs, comme au XVIII ème siècle quand il n’y avait qu’environ 30 millions de personnes en France et pas 70 millions comme maintenant.
              Et on ne parle même pas des populations d’Asie ou d’Afrique …

                +8

              Alerter
            • caliban // 15.09.2018 à 20h40

              “D’une part, la permaculture (la pratique qui consiste mélanger les cultures) est bien plus rentable que la monoculture : on produit presque 2 fois plus au m2.”

              La définition est farfelue, et les rendements avancés sont totalement inventés. Merci de fournir des liens vers vos sources au lieu de fourvoyer les personnes qui pourraient vous lire 🙂

              Exemple de lien pour ceux que la permaculture expérimentale peut intéresser : https://www.youtube.com/results?search_query=ferme+du+bec+hellouin+permaculture

                +3

              Alerter
            • Kat // 16.09.2018 à 10h08

              Patrick et Caliban, faites une petite recherche sur la micro-ferme normande du Bec-Hellouin : monitorée par l’INRA, qui quantifie ses résultats, elle pulvérise les taux de productivité de l’agriculture conventionnelle en pratiquant la permaculture, est citée comme modèle bien loin de nos frontières et forme de nouveaux agriculteurs.
              «Sur 1000 mètres carrés de terrain, les exploitants sont parvenus à produire l’équivalent de 55.000 euros de fruits et légumes avec une rentabilité comparable à celle de 1 hectare en agriculture conventionnelle, mais avec des frais moindres puisque rien n’est mécanisé.» C’est la conclusion de l’INRA à son sujet… (étude conduite par l’INRA et AgroParisTech entre décembre 2011 et mars 2015).

                +7

              Alerter
            • Wakizashi // 16.09.2018 à 10h48

              @ Caliban

              “La définition est farfelue”

              “La permaculture est une méthode systémique et globale qui vise à concevoir des systèmes” (Wiki).
              “Le principe de la permaculture est de prendre la nature comme modèle. Il s’agit plus d’un système conceptuel que d’une technique agricole au sens propre du terme” (Lien vers l’article du Figaro donné plus loin)

              Bref, oui, la permaculture est le fait de recréer des écosystèmes à l’échelle de la parcelle cultivée, ce qui est bien l’opposé de la monoculture où l’on ne cultive qu’un seul type de plante sur la parcelle. Cela revient à faire comme la nature.

              “les rendements avancés sont totalement inventés.”

              Vous avez quelque chose contre la permaculture, ou c’est juste parce que c’est moi qui le dit ?

              “Pour convaincre les plus sceptiques, ce dernier a lancé un programme de recherche avec l’Institut national de la recherche agronomique (Inra). «L’objectif de ce travail a été de vérifier si l’on pouvait rémunérer correctement le travail sur de petites surfaces, grâce à une productivité élevée», indique François Léger, coordinateur du projet pour l’Inra. Après quatre années d’études au sein de cette ferme normande, l’Inra constate que la permaculture est une activité rentable. «Sur 1000 mètres carrés de terrain, les exploitants sont parvenus à produire l’équivalent de 55.000 euros de fruits et légumes avec une rentabilité comparable à celle de 1 hectare en agriculture conventionnelle, mais avec des frais moindres puisque rien n’est mécanisé.» Les revenus n’ont rien à envier aux autres formes de maraîchage. «Le revenu horaire varie de 5,40 à 9,50 euros pour une charge de travail hebdomadaire moyenne de 43 heures», conclut l’Inra. ”
              http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/02/27/20002-20170227ARTFIG00015-une-petite-ferme-normande-devient-un-modele-dans-le-monde-entier.php

              @ Patrick

              Vous esquivez l’argument principal : comment nourrissez-vous 9 milliards d’êtres humains avec une terre stérilisée, produisant des aliments de plus en plus pauvres en nutriments ? Et je ne parle pas du problème de l’eau potable, de la disparition des abeilles etc. L’agriculture intensive n’a pas d’avenir puisqu’elle scie la branche sur laquelle elle est assise.

              Quant à vos objections sur la permaculture, je vous renvoie vers l’article donné en lien ci-dessus. Je ne dis pas que tout va se régler en un claquement de doigt magique grâce à la permaculture, mais dire que la permaculture n’est pas rentable est faux : elle est plus rentable que l’agriculture intensive.

              Quant au reste (la mécanisation, la population urbaine etc.), ce n’est plus une question technique mais une question politique : il est évident que l’humanité va devoir changer de paradigme économique si elle veut survivre. S’il faut sauver le capitalisme sous prétexte que c’est l’horizon indépassable de l’humanité au risque de ne même plus pouvoir se nourrir, alors soit. Pour info cela dit, sur la population urbaine, les potagers urbains sont une piste d’avenir qui existe déjà (voir l’exemple de Detroit) et qui se développe fortement. Produire la bouffe à des centaines de km de son lieu de consommation (voire beaucoup plus), ce n’est pas l’avenir, c’est le passé.

                +4

              Alerter
            • fanfan // 16.09.2018 à 14h19

              – Et l’exemple de Cuba… : https://www.youtube.com/watch?v=WTgEKcUAxO

              – Olivier de Schutter, ancien rapporteur spécial auprès des Nations Unies pour le droit à l’alimentation à l’ONU : http://www.srfood.org/images/stories/pdf/officialreports/20140310_finalreport_fr.pdf ; http://www.srfood.org/images/stories/pdf/officialreports/20110308_a-hrc-16-49_agroecology_fr.pdf
              -Présages #11 – Olivier De Schutter : “il faut avoir le courage d’affronter nos modes de vie.” : https://www.youtube.com/watch?v=i4rzyE4Bx5M
              – Nourrir la planète avec Olivier de Schutter : http://terreaterre.ww7.be/nourrir-la-planete.html

              – Jean Ziegler : https://www.youtube.com/results?search_query=Jean+Ziegler

                +1

              Alerter
            • fanfan // 16.09.2018 à 16h12

              – Allan Savory – Pâturage & Gestion holistique – Pâturer pour reverdir les déserts
              Allan Savory, spécialiste du pâturage tournant intensif (mob grazing) et de l’analyse holistique….
              https://www.ted.com/talks/allan_savory_how_to_green_the_world_s_deserts_and_reverse_climate_change?language=fr

              – Geoff Lawton – Permaculture – Reverdir le Désert (VO/sFR)
              Geoff Lawton explique le projet « greening the desert » engagé en Jordanie et commente son évolution. Grâce à l’implantation d’arbres fruitiers en milieux désertiques, il est possible de revégétaliser un milieu aride avec une quantité d’eau limitée. Cela passe par la création d’une foret comestible ou forêt jardin en appliquant les principes de la permaculture.
              https://www.youtube.com/watch?v=S2wvrH9amrA

                +0

              Alerter
            • fanfan // 16.09.2018 à 17h30

              – Philippe Ouaki Di Giomo, a mis au point un rétenteur d’eau de grande capacité, le Polyter, à base de polymères de cellulose totalement dégradables, capable de recréer dans des sols stériles une sous-couche fertile en trois ans… Quelques grammes de ce produit, semés en même temps que la graine ou que le plant, permet d’économiser d’énormes quantités d’eau en particulier dans les zones arides. Le Polyter entre en osmose avec les racines des plantes et l’eau, au lieu de s’infiltrer profondément dans le sol, le gonfle, et il forme rapidement avec les racines qui viennent littéralement s’y greffer une sous-couche de terre d’une exceptionnelle fertilité. Le « stress hydrique » de la plante disparaît et avec lui de nombreuses conséquences dramatiques dues au manque d’eau.
              https://polyter.com/le-polyter-une-invention-pour-faire-reverdir-les-deserts/
              https://www.youtube.com/watch?v=gi3KMjSCzPw
              http://www.shamengo.com/fr/pionnier/164-philippe-ouaki-di-giorno

                +0

              Alerter
            • Patrick // 16.09.2018 à 21h57

              résumons-nous :
              – nourrir 9 milliards d’humains sans pétrole , c’est illusoire.
              Les populations humaines ont pu se développer grâce au pétrole, à la mécanisation et à l’agriculture intensive. Donc on est dans l’impasse.
              Avant cela , le populations humaines étaient au moins 10 fois moins nombreuses, permaculture ou pas et en supprimant , volontairement ou pas, le pétrole il faudra bien réduire la population humaine.
              Les expériences de culture en ville restent anecdotiques et il est assez amusant de voir tous les projets présentés sans calcul des coûts énergétiques ou des surfaces / équipements réellement nécessaires pour une généralisation.

                +0

              Alerter
            • Wakizashi // 17.09.2018 à 08h30

              “Les populations humaines ont pu se développer grâce au pétrole, à la mécanisation et à l’agriculture intensive.”

              La mécanisation et le moteur diesel ont un peu plus de 100 ans. L’agriculture intensive a à peine plus de 50 ans. L’être humain existe depuis 200 000 ans, la préhistoire s’est achevée il y a plus de 5 000 ans (estimation basse), et entre temps des civilisations et des empires se sont formés et se sont effondrés, dont certains étaient d’une complexité et d’un raffinement infinis. A vous écouter, on croirait que le pétrole et la mécanisation marquent la fin de la préhistoire…

              “Avant cela , le populations humaines étaient au moins 10 fois moins nombreuses, permaculture ou pas et en supprimant , volontairement ou pas, le pétrole il faudra bien réduire la population humaine.”

              Personnellement je n’ai pas parlé de supprimer le pétrole, ce qui soit dit en passant me semble totalement illusoire tant que l’on n’aura pas inventé ou découvert une nouvelle source d’énergie. Cela dit vous faites un parallèle pétrole/agriculture assez étrange…

              “Les expériences de culture en ville restent anecdotiques et il est assez amusant de voir tous les projets présentés sans calcul des coûts énergétiques ou des surfaces / équipements réellement nécessaires pour une généralisation.”

              C’est vous qui le dites. Ces réflexions sur une autre façon de concevoir la production en général et alimentaire en particulier, ne sont pas juste le fruit de quelques hippies illuminés. Je vous suggère de vous intéresser à des gens comme Michael Braungart et William McDonough (auteurs du livre “Cradle to Cradle. Créer et recycler à l’infini”), ou encore Gunter Pauli, qui sont de véritables visionnaires.

              Cela dit ce qui moi m’amuse, c’est votre façon d’ignorer royalement le fait que l’agriculture intensive tue la terre et l’eau dont tous les êtres vivants ont besoin pour vivre. Vous présentez le problème comme étant la solution ; il y a clairement un ressort comique là-dedans 🙂

                +2

              Alerter
          • NoComment // 15.09.2018 à 18h02

            Quelques points sont aussi liés au problème des émissions de gaz à effet de serre et donc au réchauffement :
            – exploitation des forêts primaires (CO2)
            – agriculture industrielle et intensive (CO2)
            – élevage industriel et intensif (méthane)

              +1

            Alerter
          • Subotai // 15.09.2018 à 19h38

            Arrêtez de vouloir contraindre (tiens c’est ce que je fais, là 😉 ) les autres.
            Changez de mode de vie et les contraintes deviennent inutiles.
            Comme disait Coluche et dire qu’il suffirait de cesser d’acheter la merde pour qu’elle ne se vende pas.
            Votez avec votre bourse.
            .

              +6

            Alerter
          • FF // 15.09.2018 à 21h14

            Décidement vous êtes pleins de préjuger.
            Sans chercher à tout déconstruire :

            Une partie de la chasse loisir consiste à traquer ce que l’on appele les nuisibles, c’est à dire des éspèces invasives qui se reproduisent vite, envahissent, et détruise parfois les créations humaines (cd voie férrée). Ce type de chasse est très écologique.

              +3

            Alerter
            • Wakizashi // 16.09.2018 à 11h03

              “Ce type de chasse est très écologique.”

              Oui, les chasseurs sont de grands écologistes, c’est bien connu. Ce ne sont pas du tout des types qui prennent leur pied en tuant des êtres vivants, non, ils font ça par altruisme écologique. D’ailleurs il paraît qu’ils aiment les animaux… s’ils aiment leurs enfants, je n’ose pas imaginer ce que ça doit être…

                +2

              Alerter
        • caliban // 15.09.2018 à 14h56

          @Wakizashi

          Près d’1/5 des émissions de gaz à effet de serre provient de l’agriculture : https://youtu.be/2JH6TwaDYW4?t=1h23m43s

          L’abandon de l’agriculture intensive est donc bien un levier important pour freiner le dérèglement climatique.

          Par ailleurs, le dérèglement climatique est la partie émergée du phénomène d’effondrement : la 6e extinction qui commence est moins visible mais toute aussi cruciale pour la survie de notre espèce.

          L’ensemble de vos mesures est donc valide et j’ajoute urgent à mettre en oeuvre.

            +5

          Alerter
          • Wakizashi // 15.09.2018 à 17h08

            “Près d’1/5 des émissions de gaz à effet de serre provient de l’agriculture […] L’abandon de l’agriculture intensive est donc bien un levier important pour freiner le dérèglement climatique.”

            Ce qui est curieux, c’est que ce qui vous gène dans l’agriculture intensive, c’est le CO2 (qui est le gaz de la vie, c’est ce que respirent les plantes) ; alors que ce qui me gène dans l’agriculture intensive, ce sont les produits chimiques utilisés qui finissent tous en “cide” (racine latine de “tuer”). D’ailleurs au passage, notre époque de déforestation massive, on observe un important verdissement de notre planète (18 millions de kilomètres carrés supplémentaires) grâce à l’accroissement de la teneur atmosphérique en CO2.

            Bref, vous parlez d’extinction massive, mais quelle en est la principale cause à votre avis, le CO2 que respirent les plantes, ou les trucs en “cide” qui zigouillent tout ce qu’ils touchent (sauf la plante cultivée) ? Le problème de l’agriculture intensive, c’est avant tout qu’elle stérilise la terre, et ça n’a rien à voir avec le CO2…

              +18

            Alerter
            • caliban // 15.09.2018 à 20h44

              “ça n’a rien à voir avec le CO2…”
              L’excès de CO2 dans l’atmosphère est sans impact sur la biodiversité ? Pffff… mais où avez-vous lu cela ? C’est M. Allègre qui vous l’a dit ?!

              Il faudrait que vous raisonniez scientifiquement :
              • causes / conséquences au pluriel
              • et sur un axe de temps crédible (qui vous permettrait de ne pas mettre en parallèle les 2 siècles de Révolution industrielle avec les évolutions climatiques millénaires)

              Pour un bon début, je vous conseille de regarder intégralement la vidéo de M. Jancovici dont le lien figure dans le commentaire plus haut.

              Et si vous avez des arguments contraires à ceux que l’on vous propose, ce serait bien que vous fassiez l’effort de nous fournir des liens pour que l’on s’instruise 🙂

                +2

              Alerter
            • Arc Angelsk // 16.09.2018 à 01h01

              Une petite correction, les plantes ne “respirent” pas du CO2 mais du O2… comme nous.
              Par contre elles utilisent le CO2 dans un autre processus que celui de la respiration qui est le processus de photosynthèse en présence de lumière. Bien sûr, le processus de photosynthèse est bien plus productif en terme de gaz que celui de la respiration, d’ou le fait que la plante absorbe plus de CO2 que ce qu’elle en rejette pour sa propre respiration. Mais s’il n’ ya pas de lumière, le processus de photosynthèse s’arrête donc la plante êmet du CO2. C’est pour cette raison qu’il est déconseillé d’avoir trop de plantes dans les chambres de petit volume et sans aération.
              Cordialement :o)

                +4

              Alerter
            • Wakizashi // 16.09.2018 à 10h12

              @ Caliban

              “L’excès de CO2 dans l’atmosphère est sans impact sur la biodiversité ?”

              Ce n’est pas ce que j’ai dit ; j’ai dit que la stérilisation progressive de la terre (le fait que la biomasse par unité de volume de terre diminue) n’a rien à voir avec le CO2 (mais tout à voir avec les fongicides, pesticides etc.) Cela dit vous avez raison : le surplus de CO2 dans l’atmosphère a bien un impact sur la biodiversité : il permet un développement croissant des plantes.

              “Et si vous avez des arguments contraires à ceux que l’on vous propose, ce serait bien que vous fassiez l’effort de nous fournir des liens pour que l’on s’instruise”

              Si vous commenciez déjà par arrêter de répondre à côté de la plaque en ignorant royalement les arguments d’en face, vous seriez un peu plus crédible. Sans parler des accusations d’ignorance dont vous faites régulièrement usage, c’est tout à votre honneur…

              @ Arc Angelsk

              Au sens strict vous avez raison, mais au sens large, dès qu’un organisme effectue des échanges gazeux, on peut considérer qu’il respire. Cela dit ce qui compte est bien l’argument de départ : vous conviendrez que l’accroissement de CO2 atmosphérique est bénéfique pour les plantes, et pour tous les organismes photosynthétiques en général.

                +3

              Alerter
    • NulH // 15.09.2018 à 13h10

      Réf scientifique de Johan Lork ? Pas trouvée avec mon moteur de recherche …
      D’autant que ce thème est “brulant” …

        +0

      Alerter
    • Patrick // 15.09.2018 à 13h30

      On a la confirmation que les modèles sont incomplets ou trop simples et donc que les résultats sont faux, ce qui n’empêche pas les médias de nous annoncer une hausse de 2,01°C le 5 janvier 2099 🙂
      Donc en fait on ne sait toujours pas comment se détermine le climat ,par contre on commence à évoquer d’autres périodes chaudes qui n’ont pas été provoqués par l’homme.
      Mais alors par qui ou quoi ? et le changement actuel ne serait-il pas lui aussi provoqué par d’autres causes que le CO2 ( au moins en partie ) ?
      Donc est-il raisonnable de vouloir la disparition de la démocratie pour combattre un dangereux changement climatique comme le préconisent certains ?

        +7

      Alerter
      • NoComment // 15.09.2018 à 18h43

        Que les modèles soient incomplets, je pense que les premiers à le dire sont les scientifiques qui travaillent sur le sujet.
        Mais, peut-on vraiment affirmer que tous les résultats sont faux ? Au mieux, on peut dire qu’ils sont très approximatifs.
        C’est une expérience mondiale pour laquelle nous avons droit qu’à un seul essai!
        On ne pourra valider les résultats qu’après avoir subi ce crash test en conditions réelles (s’il reste des survivants).

          +3

        Alerter
        • Patrick // 15.09.2018 à 19h05

          Le climat est déterminé par trop de choses pour être modélisé, le CO2 n’est certainement qu’un des éléments et rien ne dit qu’il est le plus important.

          exemple : courbes NOAA
          2015-2016 et pour une moindre mesure 2017 : un El Nino particulièrement fort.
          2018 est nettement plus frais

          https://www.ncdc.noaa.gov/sotc/global/2018/06/supplemental/page-1

            +5

          Alerter
      • caliban // 15.09.2018 à 23h47

        “une hausse de 2,01°C le 5 janvier 2099”
        Si ce n’est que 2°, c’est optimiste.

        • +1,5° c’est déjà inéluctable car actuellement la terre “éponge” simplement le CO2 d’il y a 40 ans
        • +2° c’est prévu pour 2040 si on reste sur notre trajectoire actuelle. La NASA cible entre 4 et 6 degrés en 2100.

        Source : https://youtu.be/XfrqwLDEt60?t=9m49s

          +2

        Alerter
  • obermeyer // 15.09.2018 à 09h15

    Nos pauvres enfants , encore plus pauvres petits enfants ! Quand on sais qu’on dépassera allègrement les 2° préconisés ( c’est pas demain la veille qu’on arrêtera de brûler des hydrocarbures ) , les conséquences du réchauffement impacteront bien plus vite que prévu la qualité de vie de nos descendants . Pauvre espèce humaine , qui aura réussit le tour de force , en s’élevant de sa condition animale , de détruire le seul écosystème compatible avec son existence .

      +17

    Alerter
    • Osmium // 16.09.2018 à 17h27

      Le risque n’est pas pour nos descendants, il est pour nous-mêmes. Les problèmes, nous les aurons avant 2030.

      Une interview de Gaël Giraud, Chef économiste de l’AFD, et un véritable expert sur les changements qui s’annonce pour l’ensemble de l’Humanité (il est prêtre jésuite également.. personne n’est parfait.)
      https://www.youtube.com/watch?v=DR100Z0fH-w&feature=youtu.be

      D’ici 2040-2050, il est probable que les glaciers de l’Hymalaya, qui alimentent le Yeng-tsé, l’Indus et le Gange, aient fondu. Ce qui signifie des centaines de millions de personnes privées d’eau plusieurs mois par an… donc une source potentielle de conflit. Pour rappel, l’Inde, la Chine et le Pakistan, qui sont les trois puissances impactées directement, ont toutes trois l’arme nucléaire.

      Même chose pour la Cordillère des Andes.

      +6 m d’eau dans la mer, c’est une bonne partie de l’Asie du sud-est qui est sous l’eau… une zone de riziculture tellement intense qu’elle nourrit des centaines de millions de personnes. Ce sont des centaines de millions de réfugiés potentiels.

      Aujourd’hui, 70% de la population vit sur les littoraux.

      Le réchauffement climatique va détruire la fertilité des sols sur toute la ceinture équatoriale et va amplifier le phénomène de désertification. L’Afrique, qui est une bombe démographique à retardement, va en subir les conséquences. Que fera l’Europe quand des centaines de millions d’Africains feront tout pour atteindre l’Europe, alors que celle-ci n’est pas capable de gérer 2 millions de réfugiés syriens ? Et quand je dis l’Europe, ce n’est pas les institutions européennes. Mais bien les Etats qui se tirent dans les pattes. L’Espagne, l’Italie ou la Grèce vont se transformer en dictature. Je prends les paris.

      Même sans le réchauffement climatique, le rapport Meadows, publié dans les années 70’s et réactualisé chaque décennie, prévoit au minimum la mort de plus d’1/4 de la population mondiale entre 2030 et 2060, non pas à cause des problèmes évoqués ci-dessus, mais tout simplement parce que la pollution, générée par l’augmentation de la démographie couplée à l’augmentation des activités industrielles, détruit la biosphère qui est nécessaire pour que nous puissions nous nourrir.

      A l’heure actuelle, pratiquement toutes les espèces voient leurs populations fondre de manière extrêmement rapide, quand elles ne s’éteignent pas irrémédiablement.

      Nous AVONS les informations. Nous SAVONS ce qu’il va se passer. Mais personne, ou presque, ne s’en préoccupe. Et parmi les gens qui s’informe, il y a toujours une bande de guignols, comme Whakizashi, qui viennent miner et semer le doute.

      Personnellement, je ne pense pas que la démocratie soit un bon régime quand vienne les problèmes. C’est très bien en période de richesses où tout le monde peut prendre une part de gâteau et être rassasié. Mais quand on rentre dans une période de carence, les crétins (c’est-à-dire les gens qui ne réfléchissent pas), les ignorants (c’est-à-dire les gens qui n’y connaissent rien), les menteurs (c’est-à-dire les gens qui savent, mais qui ne sont que des traîtres) et les égoïstes (qui, en plus d’être traîtres, ne sont là que pour se remplir la panse pendant que le monde brûle), toutes ces personnes doivent être encadrés car leurs actions nuisent à la fois aux autres, mais aussi à eux-mêmes. Spoiler : Pratiquement toute la population rentre dans ces catégories. La démocratie, c’est s’assoir et discuter quand la maison brûle.

        +3

      Alerter
  • sassy2 // 15.09.2018 à 09h51

    https://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-6160345/National-Solar-Observatory-shuts-mysterious-security-issue-geomagnetic-storm-looms.html

    [Modéré – Veuillez présenter en une phrase ou deux les liens que vous proposez aux lecteurs des commentaires, afin de faciliter la décision de cliquer ou non, comme le veut la Charte des commentaires des Crises.]
    GIEC KO

      +2

    Alerter
    • caliban // 15.09.2018 à 10h06

      Lorsque vous postez des liens, il serait intéressant – et également plus respectueux – que vous les commentiez un minimum afin qu’on ne perde pas de temps … en l’occurrence à se rendre compte que le site que vous suggérez est franchement douteux. Suffit d’aller en page d’accueil.

      Bref, du bon usage des hyperliens …

        +5

      Alerter
    • xc // 15.09.2018 à 11h04

      J’ajoute aux autres commentaires que n’ayant plus, comme beaucoup d’autres, pratiqué régulièrement la langue anglaise depuis le lycée, sa lecture m’est devenue pénible. Vous seriez bienvenu de proposer votre propre traduction (tant pis pour le style) au moins des principaux passages.

        +3

      Alerter
      • Charles // 15.09.2018 à 12h00

        Voici un très bon traducteur – bien meilleur que Google Translate : faites un copier-coller des textes que vous voulez voir traduits. Si les lecteurs des Crises s’abstiennent de mettre des liens potentiellement intéressants d’autres langues parce qu’il leur faudrait les traduire, nous y perdrions tous.

        https://www.deepl.com/translator

          +2

        Alerter
        • Tatave // 15.09.2018 à 13h35

          Voici le début de l’article, brut de décoffrage, qui semble hors sujet :

          L’Observatoire solaire national est fermé à cause d’un mystérieux ” problème de sécurité ” au cours des activités du FBI et des hélicoptères Blackhawk patrouillent à la veille d’une tempête géomagnétique
          L’Observatoire solaire national de Sunspot, NM est fermé depuis jeudi dernier.
          Les fonctionnaires disent qu’ils l’attribuent à un ” problème de sécurité “, mais ils n’ont pas donné de détails.
          Une tempête solaire modérée s’est abattue sur l’atmosphère terrestre cette semaine.
          Elle pourrait interférer avec les équipements en orbite autour de la Terre et menacer le GPS, les alimentations électriques.

          Les tempêtes géomagnétiques sont classées selon une échelle de gravité, avec G au plus bas, R au milieu et S u maximum.

            +1

          Alerter
          • Patrick // 15.09.2018 à 13h50

            C’est bien ce que j’avais compris en lisant le début de l’article.
            Pas de lien direct avec le climat sur ce coup là , le vrai danger viendrait d’une grosse tempête solaire qui pourrait bien flinguer quelques équipements électroniques.

              +3

            Alerter
  • Génissel Samuel // 15.09.2018 à 12h25

    Vu que nos agricultures ont déjà dû mal à s’adapter au petit réchauffement actuel, que la prospérité de l’Europe, vis-à-vis des autres continents, est justement du à un climat qui permet une certaine sécurité alimentaire, donc de la main d’œuvre qui peut être consacrer à l’artisanat, au commerce, au science..

      +1

    Alerter
  • Rond // 15.09.2018 à 14h11

    … Ouf ! Aucune structure visible dans ce document. Les traducteurs ont du s’arracher les cheveux.
    Si je peux me permettre de résumer, ça va chauffer pour nos matricules malgré les tas d’incertitudes sur les mouvements de carbone. Le document est farci de “manquements des modèles”, de “suggère”, d'”incertitudes”, “incertitudes majeures”, “semble”, “si”, “manques de données” etc. , et pour finir, les conditionnels, sont légion. Les abréviations sont par ailleurs nombreuses et probablement non traduites (si ?) ; ce qui rend le texte encore plus obscure au néophyte. Les climatosceptiques peuvent assurément s’appuyer sur ce texte pour affirmer que le réchauffement, c’est du flanc. Et pourtant, ça se réchauffe, vite.
    Intéressant, en tout cas. Quelqu’un aurait-il un article plus lisible, svp ?

      +1

    Alerter
    • bouddha vert // 15.09.2018 à 16h11

      Plus lisible ou qui réponde à vos interrogations?

      Ce qu’il y a de lisible ce sont justement les interrogations des scientifiques, et leur réponse est plein de nouvelles incertitudes et de nouvelles interrogations, normal pour une science en construction et face à une expérience unique, rejeter le plus de CO2 possible dans l’atmosphère en un minimum de temps pour en modifier sa qualité.

      Je comprends soudain mieux le succès que rencontre les religions face à la science.

        +3

      Alerter
  • Patrick // 15.09.2018 à 14h14

    Il y avait déjà eu un gag dans ce style, en 2013
    Deux ahuris ( français ) étaient partis en catamaran pour montrer au monde entier que les glaces étaient en vois de disparition , bilan : ce sont les Russes qui sont allés les récupérer avant qu’ils ne gèlent sur place sur leur catamaran bloqué par les glaces

    http://www.actunautique.com/article-un-brise-glace-russe-au-secours-de-deux-navigateurs-fran-ais-en-arctique-119845897.html

      +2

    Alerter
  • Ando // 15.09.2018 à 16h13

    Du jamais vu dans les Tropiques de mémoire de météorologiste ?
    A Record 7 Named Storms Are Swirling Across The Globe.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-09-14/record-7-named-storms-are-swirling-across-globe-has-day-after-tomorrow-arrived

      +2

    Alerter
    • Tatave // 15.09.2018 à 17h30

      Le début du texte :
      Quelque chose d’extrêmement inhabituel arrive-t-il à notre planète ? En ce moment, l’ouragan Florence n’est qu’une des sept tempêtes nommées qui sévissent actuellement dans le monde. C’est un record historique, et il semble que ce record soit battu très bientôt à mesure que d’autres tempêtes continueront de se succéder. En 2004, une superproduction hollywoodienne intitulée “The Day After Tomorrow” décrivait un monde dans lequel les conditions météorologiques étaient devenues folles. L’une des scènes les plus impressionnantes montrait la quasi-totalité de la planète couverte d’un seul coup par des tempêtes de type ouragan. Bien sûr, les choses ne sont pas aussi terribles que dans ce film, mais en cette saison des ouragans, nous avons certainement vu un nombre très inhabituel d’ouragans et de typhons se développer. Alors que notre planète continue de changer, cela pourrait-il devenir “la nouvelle norme” ?

        +2

      Alerter
  • Christian gedeon // 15.09.2018 à 18h53

    Article vraiment intéressant…qui remet l’eglise au milieu de la place du village,en quelque sorte…et rappelle que si l’activite et la folie démographique de l’homme ont un impact réel,les modifications climatiques ont toujours existé dans l’histoire de la Terre…quand on y réfléchit vraiment,il y a à la fois de l’aveuglement et de l’arrogance chez l’ être humain. Aveuglement de ne pas voir les dégâts qu’il cause et arrogance de penser que les changements du climat ne dépendent que de lui…

      +6

    Alerter
    • caliban // 15.09.2018 à 23h21

      “arrogance de penser que les changements du climat ne dépendent que de lui…”

      Ce n’est pas de l’arrogance, c’est de la stupidité. Les variations du climat ne dépendent pas que de l’homme, cette exclusive n’a jamais été le cas puisque les variations climatiques existaient avant l’homme. Et existeront après lui.

      En revanche ce serait ajouter une arrogance toute “trumpienne” à la stupidité que de nier l’impact humain depuis deux siècles de révolution industrielle.

      Il faudrait pour être juste cesser de parler de changement climatique (qui a toujours et aura toujours lieu). Ce dont il est question c’est de dérèglement, c’est-à-dire l’actuelle brusque augmentation des températures, induite par l’activité humaine depuis le XIXe siècle, et dont il n’est absolument pas certain qu’elle soit maîtrisable au XXIe siècle.

      Autre terme valise à abandonner pour clarifier : cessons de parler de crise économique. Le terme adapté à notre situation, et même s’il est bien difficile d’en préciser les formes futures, est l’effondrement. Irréversible.

      Pour creuser la question
      https://www.youtube.com/channel/UCNovJemYKcdKt7PDdptJZfQ
      https://www.youtube.com/channel/UCNd8j3h4OKpg4TGGmKOTBPQ
      https://www.youtube.com/channel/UCprmhr8rfvlFpuSmv-QOEgA

        +2

      Alerter
  • SPO // 16.09.2018 à 08h56

    Pour Whakizashi:

    Une video de datagueule sur l’évolution des température depuis 1850: +0.85 degré
    https://www.youtube.com/watch?v=OQBcrKqyHJI&t=168s
    ou
    Le changement climatique en images de universciences
    https://www.youtube.com/watch?v=HKp2FEUCTqI

      +2

    Alerter
  • Patrick // 17.09.2018 à 16h19

    C’est la catastrophe !!!
    Le CO2 fait reverdir la planète ,
    https://www.nasa.gov/feature/goddard/2016/carbon-dioxide-fertilization-greening-earth

      +0

    Alerter
    • Sam // 20.09.2018 à 13h56

      https://www.ncdc.noaa.gov/cag/global/time-series/europe/land/5/8/1910-2018

      Et la réchauffe au passage ! Youpi !

      Les scientifiques eux mêmes admettent qu’ils ne font que des projections, et qu’il est impossible de savoir précisément quelles seront les répercutions dans 10 ou 20 ans.
      Ce qui est sur cependant, c’est que la biodiversité est en train de s’effondrer, que les amplitudes des phénomènes climatiques augmentent de façon alarmante, et que la seule et unique action de l’homme pour l’instant : rejeter encore et toujours plus de CO2 dans l’atmosphère, applaudi par tous les idiots utiles de service dans un grand exercice d’hallucination collective.

        +0

      Alerter
  • Sam // 22.09.2018 à 19h06

    https://www.rt.com/op-ed/430420-121-bombs-per-day/

    Puisque les US font tomber une bombe toutes les 12 secondes sur cette planète, est ce que l’on connait la part de la guerre dans le désastre climatique ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications